Sunday, February 11, 2007

Israel a placé le thermite dans les tours du WTC, par l'entremise d'une société controlée par Bush Senior


Qui a placé le thermite au WTC ?


Par Christopher Bollyn,


Quand un ancien employé du Centre Commercial Mondial a récemment proposé des informations cruciales et vérifiables sur ce qu'il y avait réellement au 81ème étage de la Tour Sud, il a mis fin à un enchaînement de questions sans réponse à propos de la source du métal fondu vu tombant de la tour avant son effondrement le 11 septembre 2001.


En me basant sur cette information importante d'un ancien informaticien qui travaillait sur les ordinateurs des tours jumelles, j'ai pu déterminer que les deux avions qui ont heurté les tours avaient directement frappé les salles sécurisées des ordinateurs des deux bâtiments :


• le premier au 95ème étage de la Tour Nord ;
• le deuxième au 81ème étage de la Tour Sud.



Cette information soulève de nouvelles questions :


• Les salles des ordinateurs étaient-elles équipées pour jouer un rôle dans le crime ?
• Des appareils de radioguidage ou des ordinateurs de ces salles ont-ils servi de système de guidage de précision pour diriger les avions sur les tours ?
• Ces salles d'ordinateurs contenaient-elles des explosifs à base de Thermite, placés au préalable pour détruire des preuves, pour créer un spectacle d'incendie, et pour affaiblir la structure avant les effondrements ?

SIGNE DE THERMITE


Le témoignage photographique suggère fortement que les salles des ordinateurs sécurisées des deux tours contenaient des formes de Thermite, qui ont été placées auparavant pour détruire des preuves et pour faciliter l'effondrement des immenses tours à ossature d'acier tout en créant un spectacle pyrotechnique dévastateur.

Après avoir examiné les témoignages photographiques et physique, le Professeur Steven E. Jones de Brigham Young University concluait que le métal jaune et blanc incandescent coulant du coin est du 81ème étage de la Tour Sud était, le plus vraisemblablement, du fer fondu créé par une réaction de Thermite.

Ce ne pouvait pas être de l'aluminium fondu comme le spécule le Rapport final sur l'effondrement des tours du WTC (NIST, 2005) du gouvernement fédéral, disait Jones, parce que, entre autres, en plein jour l'aluminium fondu à cette température semblerait gris argenté.
Après avoir examiné des morceaux de métal fondu durci des tours jumelles, Jones a constaté qu'ils se composaient surtout de fer, et non pas d'acier de construction. C'est une preuve physique positive qu'une réaction aluminothermique, généralement connue sous le nom de Thermite, s'est produit en même temps que l'effondrement des tours jumelles et du WTC 7.
L'aluminothermique se rapporte aux réactions exothermiques intenses (produisant de la chaleur) qui se produisent quand de l'aluminium en poudre est mélangé à de la poudre d'oxyde de fer et/ou d'autres éléments et oxydes. Le cuivre, le permanganate de potassium, le zinc et le nitrate de baryum sont quelques additifs dont Jones a trouvé des traces dans la poussière du WTC.

La réaction de Thermite produit chaleur extrême (jusqu'à 2500 °C), qui crée du fer fondu et de l'oxyde d'aluminium. Le fer fondu engendré à partir du Thermite est blanc incandescent et l'oxyde d'aluminium est une fumée blanche.


MARQUE DE SULFURATION

Le Thermate est une variante du Thermite qui contient des additifs pour augmenter certains effets. Il peut contenir des additifs pyrotechniques, tels que du nitrate de baryum, à des fins incendiaires.


L'addition de nitrate de baryum augmente les effets thermiques, produit des flammes en brûlant et réduit de manière importante la température d'inflammation.

L'addition de deux pour cent de soufre au Thermite améliore les propriétés de découpe de l'acier en créant un eutectique qui fondra l'acier à des températures beaucoup plus basses.
Eutectique vient du mot grec " eutektos, " signifiant " facile à fondre. " Le Thermate coupe l'acier comme " un couteau chaud traverse le beurre, " disait Jones.

L'étude de performance des bâtiments parrainée par la FEMA en 2002 contient des témoignages d'acier fondu provoqué par la sulfuration et l'oxydation. Cela se trouve dans " l'Examen métallurgique limité " écrit par le Professeur Jonathan Barnett. Pourtant, le rapport du NIST néglige d'aborder les preuves de sulfuration trouvées dans l'acier de construction du WTC.


Barnett a examiné deux morceaux d'acier fondu : l'un du WTC 7, l'autre des tours jumelles. Au sujet du premier morceau, Barnett a écrit : " L'amincissement de l'acier s'est produit par une corrosion à hautes températures due à une combinaison d'oxydation et de sulfuration. " Cela a été provoqué par " un mélange eutectique de fer, d'oxygène, et de soufre, qui a liquéfié l'acier, " a-t-il conclu.

Barnett a trouvé la même sulfuration dans le morceau d'acier fondu des tours jumelles. " La grave corrosion et la détérioration ultérieure des échantillons 1 et 2 sont un événement très inhabituel, " a écrit Barnett. " Aucune explication claire sur l'origine du soufre n'a été reconnue. "
Le Professeur Jones désigne le Thermate, à deux pour cent de soufre, comme la cause la plus vraisemblable. L'oxydation et la sulfuration de l'acier exigent que de l'oxygène et du soufre soient " en contact intime avec le métal à haute température, " a dit Jones.


TRACE ÉVIDENTE DE THERMATE

Le fer fondu vu tombant du coin est de la Tour Sud avant son effondrement devait peser de nombreuses tonnes. Un mètre cube de fer pèse environ 8,5 tonnes et il a parfaitement semblé que plusieurs mètres cubes ont coulé du 81ème étage peu avant l'effondrement. Mais quelle pouvait être la source d'autant de fer au 81ème étage ?


Le rapport du NIST ne donne aucune réponse à cette question cruciale. À cet égard, le rapport du Nist est un bon exemple d'ignorance préméditée. Non seulement le NIST ne fournit aucune information au sujet de ce qui se trouvait aux étages cruciaux de la Tour Sud (79, 81, et 82), mais il suggère en réalité que ces étages contenaient du matériel de bureau ordinaire.

" Il y avait des feux vigoureux sur le côté est des étages 80 à 83, surtout à l'extrémité nord-est des 81ème et 82ème étages, là où l'avion avait démoli le mobilier de bureaux et avait ajouté ses propres matières inflammables, " indique le rapport du NIST dans son " Exposé sur la Tour Sud. "
Le rapport du NIST donne l'impression au lecteur que c'étaient des étages de bureaux ordinaires avec du " mobilier, " alors que ce n'était absolument pas le cas du 81ème étage, et que le contenu des 82ème et 79ème étages demeure inconnu.

Fuji Bank était locataire des étages 79 à 82, cependant pour quelque raison les chercheurs du NIST étaient incapables ou peu disposés à fournir toute description du contenu de ces étages cruciaux -- quatre ans après le 911.


Récemment, un ancien employé de la banque japonaise s'est fait connaître et il a expliqué que le 81ème était un étage entier de batteries adaptées aux ordinateurs du centre serveur :
Fuji Bank avait renforcé le 81ème étage, a-t-il déclaré, ainsi le plancher pouvait soutenir plus de poids. Le plancher entier était rempli de batteries adaptées aux serveurs, pour la fourniture ininterrompue d'énergie.

Ces unités ont été fixées à un faux plancher surélevé d'environ un 0,9 mètre sur le 81ème étage renforcé. " Le plancher entier était des batteries, " a-t-il dit, " d'énormes trucs ressemblant à des batterie. " Elles étaient " toutes noires " et des choses " solides, très lourdes " qui avaient été introduites pendant la nuit. Elles ont été mises en place durant l'été avant le 911, a-t-il déclaré.

Mais c'était vraiment des batteries ou c'était du Thermate ?

" C'est étrange, " a-t-il dit. " Elles n'ont été jamais allumées. "
Voir : Les avions sont rentrés directement dans les salles informatiques sécurisées


TEMOIGNAGE PHOTOGRAPHIQUE D'EXPLOSIONS DE THERMATE

Ces batteries étaient-elles la source du fer fondu vu tombant du 81ème étage ? Le Thermate était-il dans des ces " batteries " ? Y a-t-il des signes qui prouvent que du Thermate a été utilisé au 81ème étage ?


Avant d'aborder ces questions, permettez-moi d'expliquer comment du Thermate aurait pu servir dans les zones d'impacts (c'est juste une spéculation pour ceux qui nous demandent souvent de fournir un scénario sur ce qui a pu arriver) :

Apparemment, l'équipe de terroriste pervers qui a projeté la destruction des tours a utilisé le savoir-faire d'Hollywood pour créer un spectacle d'incendie.


Ils ont utilisé des procédés de télécommande et des systèmes de guidage de précision pour envoyer les avions dans les tours précisément aux points où ils avaient placé des explosifs et des bombes incendiaires au Thermate.

Juste avant que les avions, ou des drones spécialement préparés, aient frappé les tours, des missiles portés sous le fuselage ou l'aile ont été tirés sur les bâtiments. Ces missiles, qui contenaient apparemment de l'uranium appauvri (UA), ont causé les flashs blancs vus avant que les avions heurtent les tours.


Ce flash blanc est la marque d'un pénétrateur pyrophorique en uranium blanc incandescent, qui a perforé tout ce qu'il frappait en créant un volume surchauffé pendant qu'il brûlait à des températures extrêmement élevées. Interrogé sur la question d'un pénétrateur en UA blanc incandescent pouvant déclencher le Thermate, Jones a dit, " Sans aucun doute. "

En savoir plus au sujet des possibilités de l'uranium : Bollyn-DU-Missiles.html
Le pénétrateur en UA continuerait à travers la tour à moins qu'il soit arrêté par une colonne du cœur ou par un autre objet extrêmement dense. En fait, un objet brûlant blanc incandescent avec les caractéristiques d'un pénétrateur en UA est distinctement vu sortant devant la boule de feu qui a englouti la Tour Sud.Si des missiles à l'UA avaient servi, ils auraient créé un volume surchauffé dans lequel tout combustible, comme du kérosène vaporisé, des explosifs, ou du Thermate, se mettraient immédiatement à feu.


Alors que les boules de feu orangées et noires provoqués par la combustion du kérosène sont facilement reconnaissables dans les photographies, on voit des signes évidents de Thermate dans la poussière et la fumée -- la remarquable fumée blanche d'oxyde d'aluminium.

LA FUMÉE BLANCHE DE LA TOUR NORD


Au 95ème étage de Tour Nord, Marsh & McLennan avait un " grand centre informatique clos, " une salle des ordinateurs sécurisée sur les côtés nord et est de la tour. Et c'est exactement là que l'avion a frappé -- sur le mur nord du 95ème étage.

L'avion a heurté la Tour Nord exactement au milieu de la façade nord. Le nez de l'avion a heurté la 130ème colonne périphérique à peu près sur la dalle du 96ème étage, peut-être que le train d'atterrissage avant, a poursuivi droit à travers le milieu du bâtiment et rompu trois colonnes du côté sud de la tour.


Une image vidéo prise juste après que l'avion ait heurté la tour montre une énorme boule de feu engloutissant la face nord du bâtiment où l'avion a frappé. Mais du côté est de la tour un énorme nuage suspect de poussière blanche émerge semblable à l'explosion d'une balle de coton

Il est blanc pur et ne montre aucun signe de combustion de kérosène. Cette poussière blanche émerge de la façade est de la tour, au niveau et du côté occupé par la salle d'ordinateurs.
Photo ci-dessous : Une image de la vidéo de Naudet. Le DVD de la vidéo à haute résolution, appelé 9/11, the Filmmakers' Commemorative Edition, peut être loué.

Quand cette photo a été montrée au Professeur Jones, il a dit, " Cela ressemble beaucoup à de la poussière d'oxyde d'aluminium. " La fumée blanche sort manifestement du côté est du bâtiment et elle est aussi visible derrière le nuage orangé et noir de suie qui monte du côté nord de la tour.
Il est très net que deux matériaux très différents éclatent dans la zone d'impact : le kérosène et quelque forme de Thermate, produisant la fumée blanche révélatrice.


Le rapport du NIST ne mentionne ni la fumée blanche ni la poussière vues sortant de la Tour Nord, ni n'attribue ces nuages à la combustion des 10.000 gallons (37.850 litres) de carburant brûlant mélangés à de la poussière :

Le kérosène vaporisé étant fortement inflammable, les débris chauds et les nombreux morceaux d'appareils électriques et électroniques dans les bureaux étaient plus que suffisants comme sources d'allumage.


Une vague de carburant brûlant s'est rapidement déversée dans les étages, se mélangeant à la poussière des murs et des dalles de plancher pulvérisés.

La pression créée par les gaz chauffés a forcé l'aérosol enflammé hors de la brèche d'entrée et a soufflé les fenêtres des façades est et sud de la tour.

Les boules de feu résultantes ont pu être vues à des kilomètres, précipitant de nombreux appels au 911 [numéro des urgences aux USA, NDT].


N'est-il pas bizarre que l'explosion, qui était causée soi-disant par le kérosène brûlant au milieu du bâtiment, n'ait pas affecté la façade ouest comme il l'a fait à l'est ?

Pourquoi le côté est du bâtiment a-t-il réagi aussi différemment que le côté ouest ? Et pourquoi la fumée venant du côté est est-elle d'un blanc aussi lumineux sans aucune des caractéristiques d'une combustion de kérosène ?


Est-ce là que des dispositifs incendiaires de Thermate ont été placés -- dans la salle des ordinateurs de Marsh & McLennan ? Si des bombes au Thermate ont été placées dans la salle des ordinateurs au 95ème étage, qui les a mis là ?

Certainement que Mars & McLennan doit connaître ou avoir des dossiers sur qui a eu accès à cette pièce et ce qu'elle contenait. Cette information doit être révélée.

Photo ci-dessous : La Tour Nord avant que la Tour Sud soit heurtée par un avion.
Noter le flot de fumée blanche venant d'un côté de la Tour Nord, mais le reste de la fumée est noire.


Ces images peuvent être trouvées ici : www.rengel.net/wtc_images

LA FUMÉE BLANCHE DE LA TOUR SUD


Les éclatantes boules de feu orangées et noires qui ont explosé dans la Tour Sud sont de façon indélébile gravées dans la mémoire du monde moderne. Mais là encore, il y avait un nuage blanc bien visible qu'il n'est pas facile d'expliquer par la combustion du carburant.

De nouveau, le rapport du NIST ne pointe que la combustion du kérosène :
En moins d'une demie seconde environ, de la poussière et des débris ont été éjectés des fenêtres des façades est et nord.


Plusieurs petites boules de feu de carburant vaporisé ont éclaté depuis les fenêtres de la face est des 81ème et 82ème étages, s'unissant en une seule grande boule de feu qui a couvert la façade entière.


Un dixième de seconde plus tard, le feu est apparu dans les nuages de poussière éjectés de la face sud des 79ème, 81ème, et 82ème étages.

Photo ci-dessous : L'avion est entré sur le côté gauche de cette image puis il est sorti le long du côté droit.


Comme avec toutes les photos montrant la boule de feu de la Tour Sud, le nuage de la fumée éjecté du trou d'entrée est le plus souvent gris et blanc, avec très peu de suie.

" Les boules de feu ont brûlé pendant 10 secondes, s'étendant sur presque 200 pieds (60 mètres) en-dehors des faces nord, est, et sud, " rapporte le NIST. " Après avoir consommé l'aérosol de carburant, les flammes ont ensuite reculé. "


Du côté sud de Tour Sud, les " nuages de poussière " qui ont émergé ne ressemblent en rien à une combustion de carburant. Ils ressemblent beaucoup plus à de la fumée blanche de Thermate qu'à du kérosène en train de brûler.

L'énorme avion, avec ses quelques 9.100 gallons de carburant, a heurté la face sud de la Tour Sud à 540 miles/heure (environ 870 kilomètres/heure) et a poursuivi à travers les côtés est et nord. Mais qu'est-ce qui explose à l'extérieur du côté sud de la tour une fraction de seconde plus tard ?


L'énorme nuage de poussière blanchâtre venu de la face sud avait une flamme orangée à l'intérieur mais il n'avait aucune des couleurs orange foncé et noires vues dans les boules de feu de kérosène qui ont surgi des côtés nord et est de la tour.

Cette poussière blanche est sans aucune trace visible de combustion de kérosène mais elle a été expulsée de la tour jusqu'à au moins 250 pieds (76 mètres). Qu'elle est la force qui l'a poussée dehors si aucun [signe de] kérosène n'est vu en son sein ou derrière elle ?


Quand on regarde les trois aérolithes qui émergent de l'explosion se produisant au niveau de l'impact sur la Tour Sud, il est manifeste de voir, à la couleur de la flamme et de la suie, que le kérosène est principalement à l'avant de la boule de feu. Plus on regardant vers l'arrière, vers le point d'entrée, moins on voit de signe de combustion de kérosène.

Quand la Tour Sud commence à s'effondrer, des quantités énormes de fumée blanche sont poussées de la tour. En outre, avant chaque écoulement documenté de métal fondu, le NIST a observé des souffles de poussière. Le témoignage photographique et physique montre que le Thermate a servi à détruire les tours et il suggère fortement qu'il a été placé dans les étages frappés par les avions.


Si les terroristes arabes n'ont pas placé préalablement le Thermate dans les salles des ordinateurs sécurisées et dans toutes les tours et le WTC jumeaux 7, qui l'a fait ?

Trouver ce qui était sur ces étages cruciaux et qui a eu accès à ces salles d'ordinateurs sécurisées aidera à identifier les vrais coupables du 911.

Photo ci-dessous : L'avion est entré dans la Tour Sud de ce côté de ce bâtiment. Il n'y a pas beaucoup de suie dans la boule de feu du trou d'entrée.


Photo ci-dessous : Le trou de sorti par lequel a été éjecté quelques pièces de l'avion. Cette boule de feu ressemble beaucoup à un feu d'hydrocarbure noir de suie.

Photo ci-dessous de la Tour Sud : L'avion est entré à gauche puis sorti à droite. Un flot de fumée blanche se mélange à la fumée noire. Qu'est-ce qui a pu créer cette fumée blanche ?


Important : Bollyn fournit ses articles gratuitement parce que les gens qui contrôlent nos journaux, magasins, et stations de télévision ne veulent pas de ses enquêtes.
Bollyn dépend de la vente de son abécédaire pour enfants, et de
donnations.

Original : http://www.iamthewitness.com/Bollyn-Thermate-WTC.html
Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info

No comments: