Sunday, February 18, 2007

Le « Dieu » qui sert l'élite juive

Le « Dieu » qui sert l'élite juive

Par Henry Makow Ph.D., le16 février 2007

La semaine dernière [1] j'ai constaté que les soviétiques ont rasé des milliers d'églises mais épargné les synagogues.

Si les communistes considéraient la religion comme « l'opium des masses, » pourquoi n'ont-ils pas pris en compte le Judaïsme ? Les chrétiens et les juifs vouent-ils un culte au même Dieu ? Y a-t-il affinité entre Communisme et Judaïsme ?

Peut-être que l'élite juive a un Dieu différent. Un lecteur, « George, » a connu l'héritière d'une riche famille de banquiers juifs « pas les Rothschild, bien que sa famille habitait dans un palais voisin des Rothschild. »

« Leah était l'une de mes camarades de classe à l'Université de Genève (Suisse) où j'étudiais la psychologie... C'était une séduisante dame blonde aux yeux bleus. ... Comme elle portait une Étoile de David, je lui ai demandé si elle était croyante. Elle a répondu " oui et non ", ajoutant qu'elle croyait au dieu des juifs qui servait les juifs plutôt que se faire servir par eux. J'ai immédiatement demandé si elle parlait d'une égrégore ... Sa seule réponse a été " oui " et elle a rompu la conversation. Jamais plus nous n'avons reparlé de ce sujet. »
Selon Wikipedia, « L'égrégore » [2] est un concept occulte représentant une « forme pensée » ou « l'esprit collectif d'un groupe », une entité psychique autonome constituée par les pensées d'un groupe de gens et qui influence leurs pensées. Le rapport symbiotique entre une égrégore et son groupe a été comparé au concept plus récent et non-occulte de la compagnie [au sens de firme, NDT] (en tant que personne morale), et au [concept de] meme [3]

George spécule que l'élite juive a créé le Dieu juif comme leur « égrégore, » c'est-à-dire comme un instrument de sa volonté collective, c'est-à-dire son désir de vaincre les païens, et de son autorité absolue.
« Pourrait-il être possible que les anciens prêtres lévites aient trouvé le moyen de créer une entité surnaturelle de l'esprit collectif de la tribu de Juda ? Une entité née d'une pensée collective que les lévites formaient dans l'isolationnisme et le ségrégationnisme, alias l'ethnocentrisme extrême ? ... Une entité conçue pour aider " le peuple élu " à détruire les nations " étrangères " et pour lui fournir des bénéfices matériels ? Une entité résultant de la magie noire des prêtres lévites qui, en tant que premiers athées endoctrinés, qui niaient le Dieu universel de Moïse parce qu'ils ne voulaient pas se soumettre au " Seigneur et Maître " mais devenir plutôt eux-mêmes les " Seigneurs et Maîtres " grâce à leur servile dieu " égrégore " ? »
Cette « égrégore » est Lucifer, et l'élite juive a fait de lui le meme [3] directeur du Nouvel Ordre Mondial. L'élite juive est le « communiste capitaliste international » [4], les familles allemandes de banquiers juifs mariées entre elles qui, selon le chrétien Rakovsky incluent les Rothschild, les Warburg, les Schiff et beaucoup d'autres [5].

Ils sont aussi mariés avec l'élite des gentils corrompus [6] d'Europe et des USA, nombre de ceux-ci pensant être juifs.

L'ESPRIT DÉPRAVÉ DE NOTRE ÉPOQUE
Puisque l'égrégore juive est aussi derrière le Nouvel Ordre Mondial, nous devrions nous rappeler que selon cette mentalité, seuls les souscripteurs (les « croyants ») sont humains ; tout autre est un animal à exploiter et/ou à abattre.

Dans son brillant essai sur l'holocauste ukrainien, Nicholas Lysson fournit des exemples de ceci : « Nous contre eux » pensons par le Talmud et l'Ancien Testament. Par exemple : Isaïe 60:12 (« ... Car la nation et le royaume qui ne te [Israël] serviront pas périront ; ces nations-là seront exterminées ») ; Isaïe 61:5-6 (« Des étrangers seront là et feront paître vos troupeaux...Vous mangerez les richesses des nations, ... »)

Lysson poursuit :
« L'hostilité ethnocentrique des Juifs -- constamment commentée par les peuples qui les ont rencontrés sur le millénaire -- peut être en fin de compte retracée jusqu'aux origines du Judaïsme, commençant dans la Torah, par exemple, dans Genèse 9:25 (" Et il dit : Maudit soit Canaan ! qu'il soit l'esclave des esclaves de ses frères ! ") ; Exode 17:14-16 et 34:12-13 ; Nombres 24:8 (" Dieu ... Il dévore les nations qui s'élèvent contre lui, Il brise leurs os, et les abat de ses flèches. "), 25:6-13 (dans lequel Dieu fait l'éloge de Phinées pour son initiative en faisant passer un javelot à travers les parties d'un ménage d'un juif et d'une gentille), 31:7-19 et 33:50-56 ; et Deutéronome 2:33-35 (" [sur l'ordre de Dieu] Nous.... Complètement détruit les hommes, les femmes, et les petits enfants, de chaque ville, sans en laisser échapper un seul "), 3:4-7, 7:1-5 (" Tu dois... complètement les détruire "), 7:14-26 (" Ton œil n'aura aucune pitié "), 20:10-17 (" ... Tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire ") »
L'« ANTISÉMITISME »
Il n'y a pas besoin d'être un génie pour savoir que cette « égrégore » est la cause de l'antisémitisme. Les chefs juifs utilisent l'antisémitisme pour manipuler les juifs à qui il est enseigné qu'ils sont injuriés sans raison. Les vraies raisons de l'antisémitisme leurs sont cachées. Comme Nicholas Lysson le précise, les passages du Talmud les plus condamnables sont adoucis ou non traduits. Les informations sur le système « Arendar » sont supprimées. Ce système a causé le massacre de peut-être 250.000 juifs par le cosaque ukrainien Bohdan Khmelnytsky en 1648-1654 [c'est-à-dire, par les pogroms en représailles au système arendar, NDT] :
« Les juifs à cette époque de massacres servaient la szlachta polonaise (noblesse) et le clergé catholique sur leurs grandes propriétés foncières ukrainiennes en tant qu'arendars : collecteurs de péage, de loyer et d'impôt fermier ; hommes forçant les engagements aux corvées ; concessionnaires des monopoles féodaux (par exemple, des services bancaires ; de la mouture [du grain], de l'emmasinage, et de la distillation et de la vente d'alcool), et comme terreur des anti-chrétien qui collectaient même la dîme des paysans aux portes des églises orthodoxes grecques et extorquaient des honoraires pour ouvrir ces portes lors des mariages, des baptêmes et des enterrements. Ils avaient pouvoir de vie et de la mort sur la population locale (la forme typique d'exécution étant l'empalement), et aucune loi au-dessus d'eux à laquelle aurait pu recourir cette population ... les domaines étaient loués par les arendars pour des durées de seulement deux ou trois ans, ce qui encourageait à extorquer sans pitié les paysans, sans égard pour les conséquences à long terme. »
Les juifs ont toujours dits que ces pogroms étaient dus à la haine gratuite. Ainsi l'égrégore dynamique est perpétuée pendant que les juifs ordinaires soutiennent les politiques sionistes. Par exemple, ils vocifèrent de bombarder l'Iran, indépendamment des conséquences désastreuses pour l'humanité.
(Pour cette forme de manipulation, servant aussi à contrôler les étasuniens, voir « Les racines sionistes de la guerre contre le terrorisme » [7] et « Le racket à la protection sioniste » [8])
Dans l'essai mentionné ci-dessus, Nicholas Lysson discute du comment la direction juive provoque activement l'antisémitisme parce qu'il est indispensable à la cohésion et à la survie de la communauté juive. Les juifs reconnaissent cela [9]. Disent-ils que, sans son « égrégore » c'est-à-dire son ordre du jour prédateur, le Judaïsme n'aurait aucune raison d'être ? Bien sûr ce secret est préservé des simples soldats, comme dans la Franc-maçonnerie que Rakowsky a déclaré [4] être conçue pour entraîner « le triomphe du Communisme. »
L'ÉGRÉGORE COMMUNISTE
Le plus grand massacre de masse de l'histoire n'était pas l'Holocauste Juif mais l'Holodomor Ukrainien. De la propre évaluation de Staline, dix millions d'ukrainiens sont morts, le plus souvent de la main des juifs bolcheviques.
L'exposé de Lysson suggère que c'était le résultat d'un long siècle d'inimitié dans lequel les juifs refusaient d'admettre que les non-juifs appartenaient à leur humanité. Cela continue car le record meurtrier du 20ème siècle est éclipsé derrière les pertes juives, comme si seuls les juifs étaient humains.
L'Holodomor a eu lieu parce que les bolcheviques ont confisqué tout le grain. Lysson écrit : « Un quart de la population rurale, hommes, femmes et enfants, couchés morts ou mourants sur une grande étendue du territoire d'environ quarante millions d'habitants, comme un immense Belsen. Les autres, dans divers états de déchéance, n'ont pas eu la force d'enterrer leurs famille ou voisins. Comme à Belsen, les pelotons de police et les responsables de partis bien nourris surveillaient les victimes. »
L'extermination des koulaks ukrainien a été gérée du Kremlin où la direction bolchevique vivait dans les appartements familiaux en maintenant une atmosphère fraternelle diffusée par l'idéalisme collectiviste, c'est-à-dire leur égrégore. C'est ainsi que l'historien Simon Sebag Montefiore, rejeton d'une famille de l'élite juive britannique, décrit une scène durant le Holomodor. Naturellement il ne mentionne pas que la plupart des principaux acteurs étaient juifs.
« Le Parti était presque une affaire de famille. Des clans entiers étaient membres de la direction... Cette fraternité impitoyable a vécu dans une frénésie d'excitation et d'activité sans sommeil, mue par l'adrénaline et la conviction. Se considérant eux-mêmes comme Dieu au premier jour, ils créaient un nouveau monde dans une frénésie d'un rouge ardent... » (Staline : La cour du Tsar rouge, p. 40, 45)
CONCLUSION
Les Soviétiques n'ont pas rasé les synagogues parce que le Communisme était une expression de « l'égrégore juive. » Les chrétiens et les juifs apparemment n'adorent pas le même Dieu. Le Dieu chrétien représenté par Jésus est amour et fraternité universels. Le Dieu juif exprime l'impitoyable pulsion psychopathe de l'élite financière juive pour l'autorité mondiale. Le même égrégore -- le désir de supplanter Dieu -- anime le Nouvel Ordre Mondial.
Le juif ou le non-juif communiste moyen était une dupe idéaliste. Le Marxisme, l'égalité etc., étaient juste un décor pour cacher le vrai programme : la destruction de la race, de la religion, de la famille et de la nation ; l'accumulation de toute la richesse et l'asservissement de l'humanité. Les méthodes ont changé mais pas l'ordre du jour.
Le sioniste moyen est aussi une dupe idéaliste. Autant réaliser maintenant que, « la patrie juive » était simplement une étape vers le gouvernement mondial, « une péripétie dans un plan de grande envergure » pour employer les mots du banquier Louis Marshall. Les sionistes chrétiens sont les plus grandes dupes de tous.
Le même ersatz d'idéalisme insuffle le mouvement du gouvernement mondial, qui est plein de pieux opportunistes qui ont vendu leur héritage pour un siège au banquet mondial.
Dans de nombreux cas, l'accusation « d'antisémitisme » et de « haine » sont des tentatives tordues pour mettre hors la loi l'opposition à la tyrannie. Ne soyons pas enfants nous-mêmes.
Nous faisons face à un mal diabolique, impitoyable, haineux et rusé aussi. Les juifs et les non-juifs doivent joindre les mains pour bannir Lucifer et déclarer que seul Dieu est Dieu, et que nous Le servons.
Heny Makow, le 16 février 2007
Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info

No comments: