Tuesday, February 27, 2007

Les GIAs 'Groupes Israeliens Armés' entrent en Palestine avec le bahai Mahmoud Abbas


" Contras palestiniens avec financement américain"


par A. Atwan,

Al Qods al Araby,


Nous reproduisons l’éditorial publié la semaine dernière par le quotidien arabe Al Qod’s dénonçant la livraison d’armes par les Américains à Mahmoud Abbas, et la lourde responsabilité portée par le président palestinien dans les affrontements actuels, destinés à vaincre toute résistance palestinienne.


Quand les affrontements sanglants qui ont éclaté à Gaza se sont soldés par la mort d’au moins trente personnes parmi les meilleurs enfants de la Cause Commune ; nous avons essayé d’être pondérés et nous avons blâmé les deux parties. Mais quand l’administration américaine annonce qu’elle accorde quatre vingt six millions de dollars pour entraîner et armer la Garde Présidentielle et qu’elle étudie l’élargissement de l’octroi de l’aide pour l’étendre aux éléments des Forces de Sécurité sous autorité de Mahmoud Abbas et certains de ses lieutenants, il nous est difficile de rester neutres et de tenir le bâton par le milieu. Cette décision américaine ne peut qu’être un projet de division destiné à verser de l’huile sur le feu de la guerre civile dont les braises sont encore chaudes sous les cendres du dernier accord de cessez le feu.

Personne ne réussira à nous convaincre que les Etats-Unis veulent financer les Forces Présidentielles et la Sécurité Nationale Palestinienne et les armer pour faire face aux Forces Israéliennes et leurs incursions constantes dans les Territoires Palestiniens Occupés et leurs assassinats qui ne font aucune distinction entre les groupes d’AL KASSAM et les Martyrs d’AL AQSA.

Personne également ne nous persuadera que le gouvernement israélien autoriserait le passage d’armes provenant d’Egypte et de Jordanie à destination de ces forces s’il avait le moindre doute que ces armes seraient utilisées contre lui, contre ses soldats, contre ses colonies.

Nous sommes maintenant et nous le disons avec beaucoup de regrets et de tristesse, en face de Contras Palestiniens soutenus par les Etats Unis pour liquider la résistance palestinienne et ses mouvements et tous ceux qui s’opposent aux solutions américaines qui sont pour l’essentiel des solutions israéliennes.

A l’instar de ce qui s’est passé en Amérique Latine quand les bataillons de Contras avaient lutté contre les hommes de la résistance et avaient livré une guerre usant les régimes nationaux, ces forces palestiniennes feront la même chose et probablement même pire. En tous cas c’est ce qui est planifié pour elles. Nous devons nous rappeler que Negroponte qui vient, il y a un mois, d’être désigné comme adjoint à Mme Rice est le père de cette idée des Contras.

Ce qui est catastrophique c’est que les Contras palestiniens sont volontaires pour jouer ce rôle infect et sanglant sans qu’il y est ait une quelconque solution sur la table qui s’appuierait sur les résolutions légales internationales et qui réaliserait le minimum des demandes palestiniennes sur le droit à l’autodétermination, le droit au retour et sur l’indépendance du pays.

L’ironie veut que cette annonce américaine coïncide avec la décision du gouvernement Ehud Olmert, le premier ministre israélien de modifier le tracé actuel du Mur ségrégationniste pour inclure deux nouvelles colonies juives sur la Rive Occidentale, de donner son accord pour la réalisation d’une colonie qui accueillera les colons évacués l’avant-dernier été, et d’autoriser la construction d’une synagogue sur l’Esplanade des Mosquées.

Nous ignorons le but recherché par la création d’une garde présidentielle palestinienne de plus de dix mille éléments alors que nous sommes sous occupation, que le Président palestinien ne peut quitter son palais sans l’autorisation d’un planton israélien, et que le Premier Ministre palestinien élu se réunit avec ses ministres en Cisjordanie que par téléphone sous écoute israélienne.

Nous comprenons qu’un Président d’un pays important de la région comme le défunt Saddam Hussein puisse édifier une imposante garde républicaine et que le Président Poutine fasse pareil et même le président égyptien qui se déplace entre plusieurs palais et stations de repos hérités de la monarchie. Mais que le président d’un Etat fantôme dont le territoire ne dépasse pas quelques dizaines de milliers de miles sous occupation et sous ordres veuille en faire de même cela n’a jamais effleuré l’esprit de personne. Hélas tout est possible en ces tristes temps.
Derrière le dos du peuple palestinien certains sont en train de faire mijoter sur un feu doux un projet secret. Le financement américain et la bénédiction israélienne sont la colonne vertébrale de ce projet. Ce projet c’est une guerre civile qui annonce des bains de sang palestino-palestinien qui impliqueraient les mouvements de la résistance palestinienne. Toutes les rumeurs sur les discussions pour la constitution d’un gouvernement d’unité nationale et la conclusion d’un accord entre les deux têtes de l’Autorité ne sont que diversions pour gagner du temps et terminer les préparatifs pour une bataille sanglante qui aura lieu sous peu.

Le Dr Saïb Arikkat, conseiller politique du Président Abbas, a déclaré à la presse pour justifier ce pas que l’argent américain financera des équipements et du matériel pour la surveillance des passages. Si l’administration américaine est vraiment concernée par ces passages pourquoi elle ne commence pas d’abord par les ouvrir et surtout celui de Rafah qui est fermé depuis six mois et ne s’ouvre que dans des cas rares enfermant ainsi un million et demi de Palestiniens dans cette grande cage dénommée Gaza. Que viennent faire les équipements avec le passage de malades, de pèlerins et de vieillards ?

Le peuple palestinien souffre de la famine, les épidémies s’étendent, les hôpitaux sont vides des médicaments de première nécessité du fait de l’embargo financier américain, des milliers de fonctionnaires dont une majorité sont du parti du Président ne trouvent pas un bout de pain pour leurs enfants. Et voilà que l’administration américaine exclut de son embargo les forces présidentielles et leur envoie des dizaines de millions de dollars sous forme d’armes et de munitions pour les utiliser dans les mois à venir pour liquider les mouvements palestiniens qui tiennent aux fondamentaux pour la réalisation desquels s’est déclarée la révolution palestinienne sous la direction de Fatah.

Il est encore difficile de savoir si le Président Mahmoud Abbas a consulté le Comité Central ou les jeunes cadres nationaux de son mouvement et ceux des Martyrs d’Al Aqsa avant de donner son accord d’intégrer ce projet américain si dangereux. Sans risque de se tromper on peut dire qu’il ne l’a pas du tout fait et qu’il n’a consulté aucune personnalité palestinienne à l’intérieur de son organisation ou en dehors d’elle. Les cadres de Fatah comme on les connaît sont des vrais patriotes, fermes sur les fondamentaux, ils n’accepteraient pas de s’engager dans un projet de liquidation de gens qui brandissent le drapeau de la résistance et qui aspirent au martyr. Il est sûr et certain que Mr Abbas est prisonnier de certaines personnalités de son entourage qui l’accompagnent comme son ombre ces jours ci et lui vante les mérites d’adhérer aux décisions et projets américains.

On s’achemine soit vers une dissolution des Forces Palestiniennes de Sécurité ou leur écrémage, résultat des contacts entrepris par les Américains avec des chefs d’appareils sécuritaires palestiniens. L’écrémage signifie la neutralisation de tous les éléments qui réclament le droit au retour, l’établissement d’un Etat palestinien avec AL QUD’S comme capitale et qui sympathisent avec la Résistance. Nous nous trouvons en face d’une décision de même type que celle qui a abouti à la dissolution de l’armée irakienne et nous ne serons pas surpris si les résultats sont identiques.

Le peuple palestinien se trouve maintenant devant deux massacres ; le premier serait humain, conséquence des liquidations qu’exécuteront certainement les nouveaux Contras, et le deuxième serait politique et la conséquence directe du premier massacre. Et ce deuxième massacre consisterait dans l’imposition d’une solution amputée et humiliante au peuple palestinien selon les critères américains et israéliens.

L’administration américaine voudrait nettoyer la région arabe de deux mouvements fondamentaux que sont HAMAS et HIZBOLLAH avant de de se lancer dans sa grande guerre contre l’Iran sous couverture arabe des "pays modérés" et avec une totale participation israélienne. Ce n’est pas un hasard si Mm Condoleeza Rice parle d’un Etat palestinien provisoire avant sa deuxième rencontre avec les ministres des pays arabes modérés au Koweit. Ce qui est provisoire deviendrait durable mais resterait hypothéqué par les diktats américano-israeliens.
Le Président Abbas est sur le point de faire un coup de poker plus dangereux que celui des Accords d’Oslo dont le prix serait exorbitant pour le peuple palestinien. Il nous semble qu’il est déterminé à faire partie du pacte des modérés, le nouveau Pacte de Bagdad.

Il aurait été plus honorable à Mr Abbas de se faire taxer de président falot que d’entrer dans l’Histoire comme le président qui a allumé la mèche de la guerre civile palestinienne et qui a mis toutes ses cartes dans le panier américain contre des solutions partielles et dérisoires, et encore s’il obtient une récompense."

Al Qod’s, 1 er février 2007.

No comments: