Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Thursday, May 03, 2007

Le lobby israelien de Grande Bretagne prepare une operation 'spectaculaire'


NDLR : Je viens de recevoir de la part des services britanniques MI5, des menaces d'une gravite extreme, un vent de panique regne sur Westminster et les agents israeliens du gouvernement britannique paniquent a la vue de certains documents, apres avoir ete avertis par leurs collegues de la section israelienne de la DST en France...


En fait, nous avons comme pour les differents attentats effectues par les israeliens identifie et decode leur prochaine operation en Europe. Il semble que les services britanniques aient compris, trop tard, que leur operation terroriste est voue a l'echec, toutes les preuves contre eux etant reunis pour declencher une crise politique majeure...


Des elements des services britanniques font savament circuler les preuves de l'implication directe du gouvernement dans les operations israeliennes du 7 juillet 2005... Il semble que la section israelienne du MI5 soit completement depassee et qu'elle en vienne aux menaces... Alors les gars, il vous plait plus le jeu ? Qui seme le vent recolte la tempete...


Il y a terrorisme et terrorisme : Operation november 1950, le reseau Gladio des pays Musulmans...



Juan Gelman, 1er mars 2007 Traduit par Gérard Jugant et révisé par Fausto Giudice

Pourquoi l'islamique Al Qaïda est-elle une chose et la chrétienne – ou démocrate-chrétienne- Opération Gladio qui fut menée en Italie dans les décennies 70 et 80, en est-elle une autre ? Le mot « gladio » vient du latin « Gladius », nom de l'épée des gladiateurs, mais les membres de l'opération utilisaient plutôt des bombes qui causèrent la mort de nombre de civils à Milan, Brescia et autres lieux de la botte. C'était – c'était ? - un réseau clandestin de paramilitaires dirigé par le général Gerardo Serravalle qui avait à son actif des attentats systématiquement attribués aux gauches du pays en général, et au Parti Communiste italien en particulier. Les investigations des juges Felice Casson et Carlo Mastelloni obligèrent l'éternel Premier ministre démocrate-chrétien Giulio Andreotti à révéler, le 27 octobre 1990, l'existence de cette armée clandestine et parallèle. Il synthétisa son origine avec une brillante précision.

Emblème deGladio : "Je ervirai la liberté en silence"


« Après la Seconde Guerre Mondiale -déclara Andreotti-, la crainte de l'expansionnisme soviétique et l'infériorité des forces de l'OTAN (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord) par rapport aux forces du Kominform conduisirent les nations d'Europe Occidentale à aborder de nouvelles formes de défense non conventionnelles, créant sur leurs territoires un réseau occulte de résistance destiné à agir dans le cas d'une occupation ennemie, moyennant la collecte d'informations, le sabotage, la propagande et la guérilla ». Le Premier ministre italien d'alors – dont on a dit qu'il avait la conscience propre parce qu'il ne l’vait jamais utilisée – rapporta nombre de détails : par exemple que l'ambassade des USA finançait régulièrement des groupes terroristes d'extrême-droite. La Maison Blanche voulait à tout prix empêcher que le Parti Communiste -le plus puissant d'Occident- prenne les rênes du gouvernement.


Certaines de ces structures clandestines de l'OTAN n'attendirent pas une invasion soviétique pour opérer. Dans divers pays d'Europe -pas dans tous- ils organisèrent des attentats dont furent accusées les gauches respectives, pour les discréditer. Daniele Ganser, chercheur et professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Bâle, arrive dans son livre Nato's Secret Armies : Terrorism in Western Europe (Frank Cass, éd. 2005) à la conclusion suivante : au cours du dernier demi-siècle, la CIA a équipé, financé et entraîné ces paramilitaires européens- en coordination avec le service secret britannique M16 – et insiste aujourd’hui sur la stratégie de la tension pour répandre la crainte de l'islamisme et justifier les guerres pour le pétrole. Il s'agit, en somme, d'influencer les sociétés et gouvernements de pays européens et cela entraîne la mort de civils. Mais qui se soucie de ces « dommages collatéraux » supplémentaires ? Le Comité Clandestin de l'Union Occidentale (CCWU pour son sigle en anglais), établi en 1948, fut le premier organisme coordinateur de Gladio. A la création de l'OTAN en 1949, le CCWU s'intégra au Comité Clandestin de Planification (CPC, sigle en anglais) qui s'installa en 1951 sous la supervision du commandement suprême allié en Europe. Mais les activités du type Gladio ne se limitèrent pas au Vieux Continent durant la Guerre Froide, aujourd'hui dans sa seconde étape. Il est prouvé que les attentats terroristes de 1953 en Iran furent orchestrés par des agents provocateurs au service de la CIA et du MI6. Les communistes iraniens furent accusés du crime. Les agents du Mossad israélien commirent les attentats à la bombe de 1954 en Égypte. On les attribua à des groupes musulmans. Comme on le sait, le bon exemple se propage et dans ce contexte les déclarations de Zbigniew Brzezinski devant le Comité des Relations Extérieures du Sénat des USA sont inquiétantes. L'ex- conseiller à la sécurité nationale de Carter et de Bush père a anticipé la possibilité d'un auto-attentat terroriste sur le territoire US, « lequel serait attribué à l'Iran et justifierait une action militaire nord-américaine 'défensive ' contre l'Iran » (voir Pagina/12 du 11.2.07).


Les fins déclarées de l'OTAN étaient la défense des alliés des USA en territoire européen. Cette doctrine a changé. L'OTAN a étendu ses opérations à l'Afghanistan et l'admission des ex-Républiques soviétiques dans l'organisation- La Pologne, la Roumanie, la Hongrie et d'autres - n'est pas innocente : elle permet l'installation de plus de bases, de systèmes de défense et de missiles qui encerclent la Russie et approchent les possibles objectifs militaires dans les pays pétroliers du Moyen Orient et de l'Asie Centrale. À qui doute que la « guerre anti-terroriste » dissimule la lutte pour le contrôle US de l'or noir, nous renvoyons à la lecture de la doctrine sur les scénarios de guerre que le commandement central des forces militaires des USA (USCENTCOM, sigle en anglais) a formulé en 1995 sous la présidence de Clinton. Elle se propose d'envahir l'IRAK puis l'Iran avec une intention très claire : « Protéger les intérêts vitaux des USA dans la région, un accès sûr et sans interruptions des USA et alliés au pétrole du Golfe » (www.milnet.com/milnet/pentagon/centcom/chap1). Il y a douze ans que l'Iran est dans la mire. Il ne manque qu'un prétexte pour l'attaquer. Serait-ce l'hypothèse de l'auto-attentat de Zbigniew Brzezinski ?


Source : juangelman.com Traduit de l’espagnol par Gérard Jugant et révisé par Fausto Giudice, membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft pour tout usage non-commercial : elle est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner sources et auteurs.URL de cet article : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=2557&lg=fr

No comments: