Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Saturday, August 25, 2007

Le gouvernement de criminels sionistes derriere le terrorisme international


ARIEL SHARON - Le Cerveau Terroriste Derrière le 9-11


Les Médias Contrôlés Blanchissent la Carrière Terroriste d’Ariel Sharon, et l’Évidence de la Participation du Mossad dans le 9-11


Les médias commandés blanchissent la longue histoire d'Ariel Sharon comme maître du terroriste Sioniste de la même manière qu'ils censurent toute discussion de l'évidence de la participation du renseignement militaire israélien dans les attaques de terreur du 9-11. Il reste néanmoins une question : Sharon est-il le cerveau terroriste derrière le 9-11 ?


Pendant que le premier ministre israélien Ariel Sharon était hospitalisé après une grave crise du cœur le 4 janvier, les journalistes des médias contrôlés ont tenu une vigile en dehors de l'hôpital Hadassah de Jérusalem où le chef d'Israël âgé de 77 ans reposait dans un coma induit par les médicaments.


Les médias ont mis l'emphase sur le coma du commandant militaire vétéran, en évitant toutefois de mentionner la longue carrière de Sharon de maître terroriste et les nombreux massacres et crimes de guerre dans lesquels il a été impliqué.


Le New York Times et CNN, qui décrivent Sharon comme « faucon-devenu-homme d'État, » ont permis à Benjamin Netanyahu, un politicien Israélien du même mouvement Sioniste d'extrême droite que Sharon, de décrire le premier ministre comme une figure héroïque sans soulever la moindre petite question au sujet des milliers des vies Palestiniennes innocentes qui ont été fauchées depuis qu'il est entré au pouvoir en 2001.


Le focus des médias des États-Unis concentré sur le chef Sioniste mal en point ignore l'évidence documentée de l'histoire des 58 ans de Sharon comme maître du terrorisme qui a impitoyablement employé la terreur comme arme et outil pour réaliser ses buts stratégiques et politiques. Le but stratégique primordial de Sharon a toujours été d'établir un ghetto-État juif fortifié en Palestine.


Fils d'immigrés Sionistes Russes de 19 ans, Sharon a combattu dans l'offensive de Latrun pendant la guerre 1948 dans laquelle les forces israéliennes ont saisi un morceau triangulaire stratégique de terre palestinienne menant à Jérusalem.


« Le mythe de l'«héritage de Sharon» commençait déjà à se former » pendant qu'il reposait à l'hôpital, écrivait l'activiste et auteur pacifiste Israélien Uri Avnery dans son article, « le Napoléon Israélien. »


La gauche, indique Avnery, « qui encore hier avait maudit Sharon en tant que le meurtrier de Kibieh [Kibya], le boucher de Sabra et de Shatila, et responsable du pillage et du massacre dans les territoires palestiniens occupés, a commencé à l'admirer comme un « Homme de Paix ».
« Les colons, qui l'avaient condamné comme traître, se sont souvenus que c'était lui qui avait créé les colonies et avait continué à les agrandir jusqu'à aujourd'hui.


« Encore hier il était l'une des personnes les plus détestées en Israël et dans le monde, » écrit Avnery. « Aujourd'hui, après l'évacuation de Gush Katif [dans Gaza], il est devenu chéri du public, presque mur à mur. Les chefs des nations l'ont couronné en tant que « grand guerrier qui s'est transformé en héros de paix ».


« Toutes ces analyses ont seulement un point en commun, » Avnery dit, « elles n'ont rien à faire avec vrai Ariel Sharon. Elles sont basées sur l'ignorance, l'illusion et l'aveuglement.
« Il n'a pas changé du tout », dit Avnery, qui a « une connaissance personnelle » de Sharon. « Il est resté fidèle à son approche fondamentale, adaptant seulement ses slogans aux périodes et aux circonstances changeantes. Son plan d'ensemble est demeuré identique à ce qu'il était au début.


« Sous-jacent à sa vue du monde se trouve un nationalisme simpliste et un nationalisme typique du XIXe siècle, disant : notre peuple est au-dessus des autres, les autres peuples sont inférieurs. Les droits de notre nation sont sacrés ; les autres nations n'ont aucun droit du tout. Les règles de la moralité s'appliquent seulement aux relations au sein de la nation, pas aux relations entre les nations », écrit Avnery.


« Sur cette base morale le but a émergé : établir un état Juif, aussi grand que possible, exempt des non-Juifs. Cela pourrait mener à la conclusion que le nettoyage ethnique, commencé par Ben-Gurion en 1948, privant la moitié des Palestiniens de leurs maisons et terre, doit être complété », écrit Avnery.


« La carrière de Sharon a commencé peu de temps après, quand il a été nommé pour mener l'unité de commando 101, dont les actions meurtrières au-delà des frontières ont été conçues principalement pour empêcher les réfugiés d'infiltrer de nouveau à leurs villages ».


SHARON LE TERRORISTE


Un fait saillant de l'histoire israélienne, généralement ignoré par la presse contrôlée par les Sionistes, est que plusieurs premiers ministres Israéliens étaient des terroristes qui ont bombardé et assassiné leur chemin vers le sommet. Menachem Begin, Itzchak Shamir, et Ariel Sharon étaient tout des terroristes bien connus qui sont devenus plus tard premier ministre.
Il y a 52 ans, par exemple, Sharon a commandé un massacre de terroriste dans Kibya, un village de la Cisjordanie (West Bank), qui était alors Jordanien. Ce raid a eu un impact particulièrement profond sur des relations américano-israéliennes.


Au milieu de la nuit du 14 octobre 1953, Sharon a mené son unité 101 à travers la frontière et dans le village endormi et sans défense. Utilisant des armes automatiques et des grenades, Sharon et ses hommes ont forcé les résidents à fuir leurs maisons et ont employé la dynamite pour faire sauter 41 maisons et une école - avec les gens à l'intérieur. 69 civils ont été abattus. Le massacre et la démolition ont duré sept heures.


Des jours plus tard le US State Department a publié un rapport qualifiant le massacre de Kibya de « choquant » et confirma que l'aide financière à Israël était suspendue. C'était la première et la dernière fois qu'un président américain coupait toute aide à Israël.


Tandis qu'un journaliste israélien sympathique à Sharon le décrivait à CNN comme un « héro biblique », il faut rappeler que le prétendu « faucon-devenu-homme d'État » a été personnellement responsable d'une grande partie du terrorisme, de la violence, et de l'instabilité qui a infesté la Palestine, Israël, et le Moyen-Orient pendant les six dernières décennies.
Sharon, par exemple, en tant que ministre de la défense d'Israël, a commandé l'invasion illégale du Liban en 1982 et plus tard a été évincé de cette position lorsqu'une commission d'enquête israélienne a constaté qu'il avait « la responsabilité personnelle » des massacres qui se sont produits dans les camps palestiniens de réfugié de Sabra et de Shatila en septembre 1982.
On estime que le total des morts du massacre de trois jours, qui s'est produit dans les camps sous contrôle israélien et avec l'appui et l'aide des forces israéliennes, est de plus de 3000, pour la plupart des femmes et enfants.


Sharon était « le plus grand menteur de ce côté de la Méditerranée » et un homme dont la « parole ne vaut rien », disait alors Philip Habib, le délégué spécial des États-Unis au Liban.
Dix-huit ans après, Sharon a provoqué d'une seule main le soulèvement palestinien connu sous le nom d'Intifada d'Al Aqsa en envahissant, avec une masse de troupes israéliennes lourdement armées, l'emplacement musulman le plus sacré à Jérusalem le 28 septembre 2000. La réplique militaire israélienne a eu comme conséquence que 25 civils Palestiniens étaient tués pour chacune des morts Israéliennes.


Censé apaiser la violence, qu'il avait personnellement provoquée, Sharon a alors autorisé le bâtiment d'une affreuse barrière murale fortifié, non point différent de cela qui a séparé l'Allemagne de l'Est de celle de l'Ouest, s'appropriant illégalement beaucoup de terre palestinienne par la même occasion. Dans les semaines et les mois après le 9-11, Sharon était un visiteur fréquent à la Maison Blanche, où il a tenu des discussions secrètes avec le Président George W. Bush. Comme les États-Unis envahissaient et occupaient l'Afghanistan, les militaires Israéliens ont entamé une invasion et une réoccupation brutale des territoires palestiniens de la Cisjordanie et de la bande de Gaza.


En avril 2002, l'armée israélienne a assiégé et attaqué le camp de réfugiés Palestiniens de Jenin, à l'aide de bulldozers pour détruire les maisons avec les habitants toujours à l'intérieur. L'utilisation fréquente du bulldozer par Sharon afin de détruire les maisons et abris Palestiniens lui a valu le surnom « Le Bulldozer ».


Sharon a ensuite refuse que les inspecteurs des Nations Unies accident au camp dévasté, dans lequel des crimes contre l'humanité ont clairement été commis.


SHARON ET LE 9-11


Comme l'American Free Press le rapporte depuis septembre 2001, il y a une grande quantité de preuves que l'intelligence militaire d'Israël a été impliquée dans les attaques de terreur du 9-11, ce qui soulève la question évidente du rôle personnel de Sharon dans les événements qui ont déclenché la guerre à la terreur.


Logiquement, l'évidence n'offre que deux options : ou bien Sharon comme premier ministre avait une connaissance antérieure du 9-11 et est l'un des architectes en chef des attaques de terreur, ou bien le Mossad, l'agence de renseignement militaire d'Israël, est sous le contrôle d'une autorité extérieure, et a été impliquée dans une opération secrète massive aux États-Unis sans que le premier ministre le sache.


Pour les raisons suivantes, la deuxième option semble fort peu probable:


Les hordes d'agents israéliens d'intelligence, y compris environ 200 faux déménageurs et faux étudiants en Arts ont été attrapées par la police aux États-Unis en liaison avec les attaques de terreur du 9-11, étaient-elles simplement une partie d'une opération illégale, dont Sharon, le maître du terrorisme commandité par l'État israélien, aurait été complètement ignorant ?
Le Mossad a-t-il établi de fausses compagnies de déménagement dans la région de la ville de New York et avait-il des douzaines d'agents ayant la connaissance antérieure, comme ceux arrêtés dans le New Jersey le 11 septembre, au large dans le pays dans des fourgons mobiles que le premier ministre le sache ?


Est-ce que les avertissements par messagerie-texte instantanée d'Odigo, qui démontrent une connaissance antérieure des attaques et qui ont été reçus par les employés Israéliens de la compagnie du Mossad quelques heures avant le premier crash d'avion, étaient envoyés entre les agents d'un réseau de terreur dont Sharon n'avait aucune connaissance et sur lequel il n'avait aucun contrôle ?


Puisque l'évidence indique clairement la participation de l'État d'Israël, la presse contrôlée des États-Unis a censuré toute discussion de la participation du Mossad dans les attaques de terreur du 9-11. Par conséquent, on ne pose jamais la question évidente au sujet de Sharon : Est-il le cerveau terroriste derrière le 9-11 ?


Tandis que les médias contrôlés cherchent à blanchir la carrière de maître terroriste de Sharon, l'évidence indique qu'il a été impliqué dans le 9-11 et que les médias contrôlés par les Sionistes sont complices dans une conspiration de cover-up de l'évidence. C'est donc dire que Sharon est en fait l'un des architectes en chef des attaques de terreur du 9-11.


Les agents sionistes dans les positions clé du gouvernement des États-Unis, comme Michael Chertoff au Département de la Justice, le fils d'un des premiers agents du Mossad d'Israël, ont facilité le cover-up du 9-11 en libérant une masse d'agents du renseignement israélien arrêtés et en assignant le blâme aux Musulmans afin de déclencher la guerre au terrorisme.


Ignorer le dossier criminel et de Sharon a mis les intérêts américains en péril, a écrit cet auteur en février 2001. Après que la U.S. House of Representatives ait passé une résolution le 13 février 2001 félicitant le premier ministre Israélien nouvellement élu, j'ai averti que d'ignorer la longue histoire de Sharon en matière de crimes de guerre et de terroristes commandités par l'État met en danger les Américains au nom desquels le congrès avait accordé leurs « meilleurs voeux. »


« Ignorer la personnalité machiavélique et le casier judiciaire de Sharon peut très bien mettre les intérêts et les vies Américaine en péril », écrivai-je. « Sharon a une histoire de duplicité et a trahi les États-Unis par le passé ».


« Dans un monde minimalement juste, Sharon serait derrière les barreaux », écrivait l'auteur Américain Edouard S. Herman en juin 2002. « Sharon est traité en Occident comme un homme d'État respectable, il a même été appelé « un homme de paix » par George W. Bush à la suite des nouveaux crimes de guerre de Sharon à Jenin, Nablus, Bethlehem, et autres villes de Cisjordanie. Ce traitement de Sharon a un grand mérite », écrit Herman, « il rend clair comme le cristal que la "guerre à la terreur" est une "guerre de la terreur"»

No comments: