Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Tuesday, February 05, 2008

Yisrael sera-t-elle vaporisee ?


LA RUSSIE RÉPOND AUX PROVOCATIONS OCCIDENTALES


Le 4 février 2008 (Nouvelle Solidarité) - La Russie se réserve le droit de lancer une guerre préventive, y compris au moyen d’armes nucléaires, si sa souveraineté ou celle de ses alliés devait être directement menacée. Voilà l’essentiel des déclarations faites par le général Iouri Balouïevsky, chef d’état-major des Forces armées russes, lors d’une conférence de l’Académie militaire à Moscou, le 19 janvier. « Nous ne comptons attaquer personne, mais nous souhaitons que nos partenaires se tiennent pour dit qu’afin de défendre notre souveraineté et l’intégrité territoriale de la Russie et de ses alliés, nous utiliserons les forces armées, éventuellement de manière préventive. Ceci comprend l’usage de l’arme nucléaire, dans les cas prévus par la doctrine militaire russe. »


Ses remarques ont été motivées par différentes provocations occidentales - surtout britanniques - notamment la menace que représentent l’indépendance du Kosovo, l’expansion de l’OTAN vers l’Est, le déploiement de systèmes de défense balistique en Europe de l’Est et l’ingérence occidentale constante dans les affaires intérieures de la Russie. Par ailleurs, deux think-tanks, l’un anglais, l’autre américain, viennent de publier des rapports particulièrement hostiles à l’égard de Moscou.


Le premier, Russia & the West : a Reassessment (Shrivenham Paper #6 of the Defence Academy of the U.K.), paru début 2008, a été rédigé par James Sherr, analyste militaire et russologue actif depuis la fin de la période soviétique. Si le document est effectivement précédé d’une mention indiquant que son contenu « ne reflète pas forcément les opinions du ministère de la Défense ni du gouvernement de Sa Majesté », l’auteur n’en plaide pas moins pour une intervention occidentale en vue d’endiguer une Russie qu’il décrit comme renaissante et puissante.


Sherr reproche aux gouvernements occidentaux d’avoir « sous-estimé » la prétention des dirigeants russes, qui voudraient que leur pays pèse aussi lourd que les autres en matière de sécurité européenne. Puis il énumère les points faibles du système russe, que l’Occident pourrait exploiter pour remettre Moscou à sa place.


Le second, publié le 10 janvier sous l’égide du Center for Strategic and International Studies (CSIS) Europe et International Security Programs, en partenariat avec la Fondation Noaber, a pour titre Une grande stratégie dans un monde incertain - renouvellement du partenariat transatlantique.


Signé par des militaires respectés, tant américains qu’européens, ce rapport a été, en réalité, rédigé par deux jeunes Dr Folamour, Douglas Murray, un anglais, et Benjamin Bilski, des Pays-Bas. Selon ces deux néo-conservateurs toqués, l’OTAN devrait se préparer à lancer des attaques nucléaires « préventives » afin d’empêcher ses ennemis de recourir aux armes de destruction massive.


Une telle utilisation de l’arme nucléaire serait, disent-ils, un « instrument indispensable (...) L’escalade nucléaire est la mesure finale d’une réponse asymétrique, et aussi la meilleure façon d’introduire le doute dans l’esprit de l’adversaire. » Puis, dans un langage qui rappelle la « théorie du plus fou » de Richard Nixon, ils affirment que « l’imprévisibilité est un facteur stratégique décisif ». L’ennemi ne doit jamais pouvoir exclure que son adversaire ait recours à toutes les armes de son arsenal.


Le 23 janvier dernier, le quotidien russe Izvestia rapportait les commentaires du général Leonid Ivashov, ancien chef du département international du ministère russe de la Défense, sur le rapport du CSIS. Le militaire, dont les analyses reflètent souvent la pensée plus vaste des forces armées russes, dénonce une tentative de réintroduire la menace de première frappe nucléaire contre les Etats récalcitrants.


Il ne s’est pas non plus laissé tromper par les noms de militaires respectés, présentés comme ayant parrainé le document. « Je connais personnellement tous les signataires de ce rapport et je suis certain que l’initiative, de même que le contenu et la décision de le rendre public, ne leur appartiennent pas. Ils relèvent de la faction des faucons de l’administration étasunienne. Il est probable qu’il s’agit ici d’exploiter l’autorité de ces officiers dans le but de préparer un précédent pour le recours par les Etats-Unis à une première frappe nucléaire contre les pays qui refusent de se soumettre à leur hégémonie, l’Iran d’abord et en priorité. Puisqu’il ne sera pas possible de maintenir ces nations dans un statut d’obéissance et de soumission par des moyens ordinaires, la question est à nouveau soulevée de les soumettre par l’utilisation d’armes nucléaires tactiques. »
Vladimir Poutine, son ministre des Affaires étrangères Sergei Lavrov et les autorités russes dans leur ensemble ont travaillé d’arrache-pied pour déjouer cette stratégie de l’affrontement voulue par certains cercles britanniques et reprise par le vice-président américain Dick Cheney.
Car si les gens naïfs pensent que le problème vient des Etats-Unis, ils se trompent. Les cercles dirigeants russes ont clairement exprimé leur méfiance face aux initiatives venant de Londres. Le 24 juillet 2007, le président Poutine avait décrit la politique de Londres comme « un vestige évident de la pensée coloniale ».


No comments: