Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Wednesday, March 19, 2008

Terrorisme Français: Qui manipule Al-Qaïda au Maghreb Islamique ?

La farce pourrait être drôle si la vie des deux Autrichiens, Andrea Kloiber, 44 ans, et Wolfgang Ebner, 51 ans, n’était pas réellement en danger.

Rappelons les faits : le 22 février dernier, Qaïdat Al Jihad Fil Maghreb Al Islam (QJMI) enlevait les deux touristes en Tunisie. Dans un communiqué placé jeudi sur le forum Al-Ekhlass l’organisation islamiste lançait un ultimatum, également adressé à la représentation diplomatique autrichienne à Alger, en demandant libération de cinq islamistes algériens, dont El Para, contre celle de leurs otages.

Amar Saïfi, dit El Para, ancien militaire et l’un des principaux « émir » du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC devenu QJMI en septembre 2006), avait été l’instigateur de l’enlèvement en 2003 dans le Sahara algérien d’un groupe de 32 touristes européens.

Dix-sept de ces 32 touristes suisses, allemands et néerlandais avaient été libérés au nord de Tamanrasset (extrême-sud algérien) par l’armée algérienne et quatorze avaient été libérés le 18 août suivant à Kidal (Mali) après le versement par Berlin d’une rançon de près de 5 millions d’euros, selon des informations jamais confirmées officiellement. Une otage allemande avait trouvé la mort dans le désert fin juin des suites d’une insolation.

Arrêté au Tchad et remis à l’Algérie, « El Para» est depuis en détention dans l’attente d’un procès reporté à plusieurs reprises. C’est que le prisonnier est encombrant et risquerait de confirmer ce que des anciens membres des services secrets algériens disent depuis longtemps : le GSPC est tellement infiltré par le DRS (ex sécurité militaire algérienne) qu’il en est quasiment une succursale.

Il n’y a qu’à un public occidental que l’on peut faire croire que des hordes de terroristes se cachent entre les dunes du Sahara. En réalité, QJMI évolue sans inquiétude, surtout dans la Mitidja Est, à Mizrana, à Khemis Khechena et à Boumerdes. Longtemps, la plupart des réunions des membres influents de QJMI ont été organisées à Sid Ali Bounab, un lieu bien connu du DRS, mais rien n’a été fait pour décapiter ce groupe armé, bien au contraire.

Dès lors, les questions qui se posent aujourd’hui sont :

1. Qui a le plus intérêt à la libération d’El Para, de sorte à éviter son procès ?

2. Qui à besoin de faire croire à la présence significative d’Al-Qaeda dans les pays du Maghreb ?

Mecanopolis :

No comments: