Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Thursday, July 31, 2008

La France grille un de ses agent-journalistes : Claude Monniquet, Président de l’ESISC


Claude Monniquet, Président de l’ESISC, un terroriste israelien en activité à Bruxelles, grillé par la DGSE sur le site Bakchich.info




Ces vrais-faux espions de la sécurité privée


VOYAGE EN BARBOUZERIE (V) jeudi, 31 juillet 2008 par Pierre Siramy


Pour ceux que les James Bond ont toujours intrigué, voire fasciné, « Bakchich » raconte la saga des services secrets français, la DGSE. Coups tordus, discrets succès, infiltrations et manipulations, plongez chaque jeudi avec « Bakchich » dans les eaux troubles de « La Piscine », comme on appelle le siège des services, situé à deux pas du bassin Georges-Vallerey, à Paris. Cette semaine, « Bakchich » poursuit l’enquête sur ces officines privées de sécurité « infiltrées » par les services secrets.


Le renseignement, il y a différentes manières de le dénicher. Certes, on ne peut pas se contenter d’intercepter les communications internationales, il est parfois impératif d’obtenir du renseignement d’origine humaine. Les services secrets doivent bien trouver quelque part celles et ceux qui seront les sources adéquates, notamment pour mieux interpréter les messages que l’on a réussi à récupérer grâce aux miracles de la technologie, et à décrypter.

Cela passe par exemple par le suivi, voire parfois par le contrôle, des petites officines privées spécialisées dans la sécurité. Ainsi nombreux sont les barbouzes de la DGSE, les services secrets français, qui n’hésitent pas à franchir le pas pour rejoindre ces sociétés. Des fonctionnaires de l’État qui rejoignent le privé. Après tout, la direction technique fait bien fabriquer ses appareils par des entreprises. Alors pourquoi ne pas en faire autant ? L’idée n’est pas mauvaise, mais il faut respecter un certain nombre de critères.

L’agent de la DGSE est avant tout incorruptible© Morvandiau


Il y a manière et manière. Déjà, on ne peut pas infiltrer un espiocrate dans une structure existante. Ce sont des coups à se faire prendre la main dans le sac. Le directeur général de la DGSE n’aimerait pas ça du tout, il a d’ailleurs une peur bleue des activités opérationnelles et clandestines, qui sont rarement sans risques. Et alors ? N’est-ce pas de la responsabilité d’un chef d’assumer l’ensemble des actes de son équipe ?

Dénicher une officine que la DGSE maîtrise


De toute façon, le service entretient déjà des liens discrets avec la plupart de ces sociétés dont le nom fleurit parfois dans la presse au détour d’une « affaire » plus ou moins tortueuse. Non, l’idéal est de dénicher une officine qu’on maîtrise. Pas question d’en fabriquer une de toutes pièces, c’est cher et ça attirerait l’attention. Comme la discrétion n’est pas toujours le point fort des services secrets, c’est risqué. Or on connaît la doctrine. Pas de vagues. Alors, où trouver la perle rare ?

Les perles rares existent, heureusement pour les services. À Bruxelles, par exemple. « J’ai une idée, dit l’un des participants à une petite réunion de brainstorming qui s’est tenue un jour dans un bureau de la direction du renseignement de la DGSE. Nous avons ce journaliste franco-belge que nous payons depuis des années, vingt ou vingt-cinq ans. Le temps passe si vite. Il a monté, un peu grâce à nous, un centre d’études sur la sécurité et l’anti-terrorisme en Belgique ».

Le petit groupe est ravi, l’idée est excellente. On trouve l’agent secret qui va accompagner les travaux de notre journaliste franco-belge. Ils se connaissent déjà, donc pas de problème. On va le faire « démissionner » de la DGSE, histoire de rendre crédible sa mutation dans le privé. Quelques informations gentiment glissées à la lettre confidentielle Intelligence OnLine annoncent qu’un « ex » des services rejoint le centre belge. La DGSE lui laissera quand même son salaire. Un montage classique, preuve que les services n’ont pas encore perdu la main. Par ailleurs, suggère-t-on à la DGSE, le fameux centre d’études sur la sécurité et l’anti-terrorisme pourrait ouvrir une antenne à Paris. Le projet bien ficelé reçoit l’aval du directeur général. Une antenne sera en effet créée en France.

Le fameux journaliste a travaillé pour les services secrets polonais


Seule ombre au tableau. Aurait-on négligé de lire le dossier de notre journaliste-directeur ? Un dossier pourtant bigrement intéressant. On y apprend, par exemple, que l’intéressé a travaillé pour les services secrets polonais avant la chute du communisme, qu’il entretient d’excellents contacts avec les Américains et les Israéliens. Il se vante, d’ailleurs, d’être une barbouze, ce qui, au fond, n’est pas totalement faux. La seule question qu’on peut se poser, c’est bien celle-là : une barbouze, oui, mais au profit de qui ?

Après tout, on peut se tromper. Notre ancien agent de la DGSE a peut-être vraiment quitté les services secrets et utilisé à des fins personnelles les contacts noués quand il était en activité. Pas très digne… On peut imaginer aussi que nos barbouzes administratives ont bel et bien pris connaissance de la vie mouvementée de notre journaliste franco-belge et qu’elles ont écarté les risques d’un geste. La direction du renseignement a bien supprimé son service de contre-espionnage, ce qui prouve combien elle porte attention à la protection de ses agents et de la DGSE…

http://www.bakchich.info/article4572.html#forum50124

No comments: