Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Wednesday, April 30, 2008

WARNING : ISRAEL FACES ANNIHILATION THIS WEEK END


Is War With Iran Imminent?


April 28, 2008

This time, it's more than a rumor…

by Justin Raimondo,


The shooting has already started in the Persian Gulf – and chances are we'll be at war with Iran before President Bush's term is up. An American ship under contract with the U.S. Navy – the Western Venture – claims it was in international waters when Iranian speedboats approached and failed to answer radio calls. Shots were fired on the American side. Iran denies the whole thing. Yet you'll recall that in the last incident, involving the capture of British sailors, the story about being in international waters was the same – except, it turns out, they weren't in international waters, but in disputed waters, just as we speculated in this space. There's no reason to expect anything different this time. Clearly, the U.S. and Britain are trying to trigger a new conflict with the most brazen provocations, and they don't really care how it happens – only that it does.

The indications of an imminent attack – the latest incident, the steady stream of accusations coming from the U.S. regarding Iranian influence in Iraq, the nuclear charade, etc. – have suddenly taken a more ominous turn with the recent statement of America's top military officer that the U.S. is weighing military action against Iran. The Washington Post reports:

"The nation's top military officer said yesterday that the Pentagon is planning for 'potential military courses of action' as one of several options against Iran, criticizing what he called the Tehran government's 'increasingly lethal and malign influence' in Iraq. Admiral Michael Mullen, chairman of the Joint Chiefs of Staff, said a conflict with Iran would be 'extremely stressing' but not impossible for U.S. forces, pointing to reserve capabilities in the Navy and Air Force."

Speaking of malign influences: since when does an American military officer make foreign policy pronouncements, as if he were the president? It's an indication of the advances militarism has made in what used to be a republic that no one has so much as blinked at the brazenness of such blatant Caesarism.

The reasons for the uptick in the rhetorical and physical assault on Iran by the Americans are entirely due to domestic politics, not anything occurring on the ground in the region.

Hillary Clinton's demagogic threat to "obliterate" Iran, uttered on national television just before the Pennsylvania primary, was meant to buttress her newfound image as a shot-swilling macho up against the effete, Adlai Stevenson-esque Barack "Arugula" Obama. It's the Old Politics, trying to revive the red state-blue state dichotomy, and it's driving us down the road to war with Tehran. McCain, too, is helped by the ratcheting up of tensions in the Persian Gulf: think what the outbreak of war with Iran would do for his underdog candidacy.

Standing behind this developing pro-war Popular Front, the central factor in turning the U.S. toward a policy of confrontation rather than constructive engagement with Iran has been the Israel lobby. Since 1993, the Lobby has been demanding that the U.S. take a more aggressive approach to the mullahs of Tehran, and, with few exceptions, has been largely successful.

The policy of "dual containment," conceived by the Clinton administration during the early 1990s, meant that the U.S. was committed to hostile relations with both Iraq and Iran. The policy, as John J. Mearsheimer and Stephen Walt point out, "was essentially a copy of an Israeli proposal." It meant stationing troops in Saudi Arabia and Kuwait to offset an alleged threat to American interests. Yet there was no reason to assume Tehran had hostile intentions toward the U.S. At the time, Iranian President Akbar Hashemi Rafsanjani was eager to establish friendly relations with the U.S. As pressure built to abandon "dual containment" and initiate a more workable policy that would give the U.S. more flexibility, the Lobby went on the offensive with a relentless campaign to impose economic sanctions on Iran.

The Iranians, determined to signal their willingness to be reasonable, chose an American oil company, Conoco, to develop the Sirri oil fields. As Trita Parsi points out in Treacherous Alliance: The Secret Dealings of Israel, Iran, and the United States:

"For AIPAC, the Conoco deal 'was a coincidence and a convenient target.' The organization went into high gear to use the Iranian offer not only to scuttle the Conoco deal, but also to put an end to all U.S.-Iran trade. In a report that it released on April 2, 1995, titled 'Comprehensive U.S. Sanctions Against Iran: A Plan for Action,' AIPAC argued that Iran must be punished for its actions against Israel. 'Iran's leaders reject the existence of Israel. Moreover, Iran views the peace process as an American attempt to legalize Israel's occupation of Palestinian, Muslim lands,' it said. Pressured by Congress, AIPAC, and the Israelis, President Clinton swiftly scrapped the deal by issuing two executive orders that effectively prohibited all trade with Iran. The decision was announced on April 30 by Clinton in a speech before the World Jewish Congress."

This wasn't enough for the Lobby, which brought pressure on Sen. Alphonse D'Amato to introduce a bill that imposed sanctions on any countries doing business with either Libya or Iran. The Iran-Libya Sanctions Act passed the House with not a single dissenting vote, and the same scenario went down in the Senate. The Lobby made sure the Iranian peace offering was rudely rebuffed – and the president reminded of just who was in charge of U.S. foreign policy in the Middle East. The White House meekly went along with the Lobby's wishes: after all, the presidential election was but three months away.

The Conoco affair should dispel any myths about the supposedly supreme power of the "oil lobby" as the decisive factor in shaping U.S. policy in the region: the Israel lobby beat them hands down. As James Schlesinger put it, "It is scarcely possible to overstate the influence of Israel's supporters on our politics in the Middle East." The harder the Iranians tried to approach the Americans, the more rudely they were repulsed.

The election of the even more pro-American Mohammad Khatami as Iran's president in 1997 did not break the back of "dual containment" – dubbed "a nutty idea" by Brent Scowcroft, albeit one with plenty of domestic political traction. The U.S. had every reason to pursue a policy of engagement, while that was possible, giving Iranian moderates the political breathing space they needed to ensure the growth of pro-American forces in the country. The benefits of opening up Iran to American investment are similarly obvious, yet our leaders chose to do otherwise due solely to the power of the Lobby. As Ephraim Sneh, a prominent figure on the Israeli Right, acknowledged: "We were against it … because the interest of the U.S. did not coincide with ours."

In short: Washington policymakers weighed the interests of both the U.S. and Israel, and made their decision accordingly…

From dual containment to regional transformation and "regime change" was not a long road to travel. After 9/11, Washington embarked on a campaign to topple the governments of both Iraq and Iran, as well as Syria, and rid Lebanon of Hezbollah while they were at it. As soon as "mission accomplished" was declared in Iraq, the Israelis and their American amen corner began demanding action against Iran.

In an interview with the Times of London, Ariel Sharon declared that Washington had better start threatening to march on Tehran "the day after" Baghdad was secured. By late April 2003, the Israeli ambassador to Washington was complaining that the demise of Saddam's regime was "not enough." Those indolent Americans must be made to "follow through" by taking action against "great threats of that magnitude coming from Syria, coming from Iran."

Shimon Peres rallied the faithful with an op-ed in the War Street Journal titled "We Must Unite to Prevent an Ayatollah Nuke." The neoconservatives convened a special all-day conference devoted to inciting war hysteria aimed at Tehran, with all the usual suspects – Michael Ledeen, Bernard Lewis, Reuel Marc Gerecht – in attendance. The cry went up: "Regime change!" The only question was which exile faction we were going to support: the royalists, or the cult-like neo-Marxist Mujahideen-e-Khalq (MEK) and its numerous well-connected front groups in the U.S. and Europe.

The leaders of the latter have energetically vied for the role of the Iranian Chalabi, coming up with reams of "intelligence" detailing Iran's alleged nuclear weapons program. Their "revelations," however, have been definitively debunked by the latest national intelligence estimate, which says Tehran abandoned its nuclear program some time ago. All those diagrams and documents coming from MEK by the truckload were evidence of a nuclear program that no longer existed.

If any of this sounds familiar, then it should.

The efforts of the Lobby aren't limited to war propaganda. The AIPAC spy trial – in which two top officials of the powerful pro-Israel lobbying organization have been indicted for passing top-secret classified information to Israeli embassy officials – is all about Israel's attempt to penetrate U.S. governmental discussions about what stance to take regarding Iran, with the goal of exerting maximum influence on American policymaking circles.


Pre-Order this Book

Israel considers a nuclear-armed Iran an "existential threat" to the Jewish state, a contention that amounts to little more than absolute nonsense. Their argument goes something like this: Iran is not a normal state, it is run by ideologues who are profoundly invested in apocalyptic religious visions that can only end in war. Deterrence means nothing to them. They want to be incinerated in a nuclear exchange involving Israel, themselves, and quite possibly the U.S., because it fulfills the ancient prophecies and means the return of the Mahdi, or something along those lines.

This makes no more sense than the inverse version of the religion-determines-all theory, which would have the "born again" George W. Bush intent on provoking a nuclear war in the Middle East in order to bring about the Second Coming and the Kingdom of God on Earth – as the Christian dispensationalists who make up so much of the GOP's base fervently believe is entirely possible and certainly desirable.

These latter, of course, are the foot-soldiers of the Israel Lobby in America, a group that GOP presidential candidate John McCain has actively courted in the person of the Rev. John Hagee. Rev. Hagee is a vicious Catholic-hater and all-around nut-job who looks forward to a nuclear war in the Middle East as the fulfillment of Biblical prophecy. Hagee has lately taken up with AIPAC, appearing at their last national confab in a starring role.

This administration, which has been in thrall to the Israel lobby more than any other, has been increasing the volume in its war of words with Tehran since January of this year, and, as Bush's reign comes to an inglorious end, there apparently remains one last act of perfidy the neocons will leave as their legacy. Bush's going away gift to the American people looks more than likely to be another war – one that truly does make the Iraq war seem like a "cakewalk" in comparison. It took a few years for the impact of the war in Iraq to be felt by the American people, and its full impact has yet to hit. Not so with the next war. The firing of a few shots at those speedboats sent the price of oil up three bucks. Think of what a full-scale all-out war would do to the price of nearly everything. And for what?

Iran, a signatory to the Nonproliferation Treaty, says it is not seeking to build nuclear weapons, and that the production of nuclear energy for peaceful uses is the one and only goal of its activities on this front. This is more than Israel can say, far more. Everyone knows the Israelis have nukes – the technology for which they probably stole from us – and they are one of the few civilized countries who haven't signed the NPT and refuse to even discuss doing so.

If ever there was a nuclear rogue nation, then surely it is Israel. As Henry Kissinger said of them in a 1969 memo to Richard Nixon: "The Israelis, who are one of the few peoples whose survival is genuinely threatened, are probably more likely than almost any other country to actually use their nuclear weapons." Although the Iranians claim their nuclear program is geared exclusively toward peaceful purposes, that they have the option to act otherwise, should the need arise, is a challenge to Israel's nuclear hegemony. The Iranians, by American and Israeli lights, have no right to a deterrent.

In a world where "benevolent global hegemony" is the goal of U.S. foreign policy, there is no right to self-defense; that, along with national sovereignty, has been abolished. Defiance is met with an implacable campaign for regime-change in the offending nation. By all indications, Iran is the next victim to be made an example of, sometime in mid-summer, or so the rumor goes.

We know where the presidential candidates stand on this issue. Hillary looks forward to the "obliteration" of Iran and takes up Charles Krauthammer's demand that we extend our nuclear shield over Tel Aviv just as we would do the same for, say, Toledo. Indeed, there are not a few who would argue that we would be fully justified in sacrificing the latter in order to save the former, and not all of them are to be found among Rev. Hagee's deluded flock. In any case, we know what the McCain-Hagee position is without even having to ask.

We also know where Obama stands on all or most of this: he advocates a policy of engagement with the Iranians, just as he has endorsed talking with South American caudillo Hugo Chavez, and for the same very sound reasons: because it's talk or fight. He clearly realizes waging perpetual war is hardly in our interests, even if we had the financial and military capacity to carry out such a crazed policy. Yet, if he's speaking out about this, at this crucial moment – when the chairman of the Joint Chiefs is practically declaring war on the Iranians – then I just can't hear him: he must not be speaking very loudly, or perhaps this gets lost amid all the soaring rhetoric about Change and Hope and A Better Tomorrow.

Hillary voted for the Kyl-Lieberman resolution, which designated the Iranian Revolutionary Guards – an official part of the Iranian armed forces – as a "terrorist organization," and now Gen. Petraeus is telling us Tehran is funding, arming, and succoring those who are killing American soldiers and bombing the Green Zone. The main threat against us in Iraq is no longer the Sunni "dead-enders," as Don Rumsfeld liked to call them, it's the Mahdi Army – Iraqi Shi'ites – and the Iranians, who have very close ties to the government our troops are dying to defend. If Bush seeks to obliterate Iranian hopes for regional preeminence by launching an attack before he leaves office, one can hardly see how the Clintons could possibly object: perhaps they'll declare that, this time, we have to send enough troops to "do the job." This, you'll recall, was Hillary's McCain-like critique of the Iraq invasion long before being antiwar was required of all Democratic presidential aspirants. No doubt she'll revert to that when the time comes, but what about Obama?

He could skewer Hillary the hawk with one well-placed arrow, aimed straight at her vulnerability on the Iran issue. With the first shots of a new war already fired, apparently, and rumors of an imminent American strike at Iran flying thick and fast, Obama could denounce her as a warmonger, a McCain in drag, whose short-term political opportunism is helping to embroil us in a quagmire far worse than the one in Iraq, where she played a similar role in 2003. Yet I hear nothing like this coming from Obama's camp. Maureen Dowd nails it, with her typically acerbic take:

"Despite all his incandescent gifts, Obama has missed several opportunities to smash the ball over the net and end the game. Again and again, he has seemed stuck at deuce. He complains about the politics of scoring points, but to win, you've got to score points."

The American people oppose war with Iran, perhaps more than they want out of Iraq: the economic consequences alone will infuriate them far more than any other foreign policy decision of this administration. What the War Party is hoping is that their fury will be directed overseas, at our alleged "enemies" in Tehran, and not at home, in the direction of Washington, where proper blame belongs.

Americans await the advent of a real leader, the sort who could and would focus that anger on the right target. Whether Obama has the gumption – and the strategic sense – to make this fight about policy, not personalities, race, and gender, remains to be seen. He's promised us a new politics, but that doesn't have to mean blandness and an inability to fight. It can and must mean sharp attacks on wrong ideas – and one looks in vain for an idea as wrongheaded as war with Iran.

http://www.antiwar.com/justin/?articleid=12755

Tuesday, April 29, 2008

Genocide of Ghaza : 1.5 millions Palestinians starved by israeli nazis


Deepening crisis: Famine in Palestine


by Khaled Amayreh





Economic conditions in the West Bank as well as Gaza are deteriorating, leaving many incensed at the masquerade of peace talks, writes Khaled Amayreh in Ramallah

As 1.5 million Gazans are crying out to the world to pressure Israel to lift its scandalously callous blockade of the coastal territory, another 2.5 million Palestinians in the West Bank are struggling to cope with an unprecedented economic crisis that is further impoverishing and exhausting them.

The crisis, the harshest in recent memory, stems from a host of local and global factors, including soaring food and energy prices, sagging currency value, rampant joblessness and draconian Israeli restrictions on the movement of people, goods and services.

Further exacerbating these conditions is a devastating drought, unseen for decades, and which has nearly destroyed this year's grain crops upon which many Palestinian families depend for their livelihood. And the drought is not just affecting farmers. Coupled with a phenomenal rise in temperatures, it is also expected to cause a serious water shortage crisis in most localities, especially in the summer months.

Some Palestinians are already at loss as to how they will be able to cope with the steep rise in basic commodities.

Take flour, for example -- a staple for most Palestinian families. Last year, a sack of wheat flour weighing 50 kilogrammes cost 70 Israeli Shekels, or $20. Today, the same amount costs 210 Israeli Shekels or $65. Prices of other basic consumer products, such as rice, sugar, cooking oil, meat, including poultry, vegetables and fruits have likewise skyrocketed, making them nearly unaffordable for many Palestinian families. This week, a kilo of medium-quality tomatoes was sold in the Hebron region for 10 Israeli Shekels or $3.

Further, the price of electricity and cooking gas have become a real burden for the poorer segments of society, with many families unable to pay their accumulating utility bills, some resorting to burning wood for cooking. Added to that is the freefall in the value of the Jordanian Dinar, the main currency of Palestinian savings. The Dinar has lost a fourth of its value against the Israeli Shekel.

The Palestinian Authority (PA), which depends to a large extent on handouts from the West and oil-rich Arab countries, has failed to deal with the evolving crisis.

Last week, the Federation of Palestinian Labour Unions, launched a "warning strike" to protest against the high cost of living as well as the government's refusal to pay the accumulating salaries of thousands of school teachers and other civil servants appointed in 2006 following Hamas's electoral victory.

Initially, the government of Salam Fayyad rattled sabres in the face of the striking civil servants, vowing to prosecute and punish strikers. The government eventually backed down, however, promising to resolve "all issues" in a friendly manner and through dialogue.

With PA-Israeli peace talks going nowhere, and with Israel continuing to expand Jewish settlements in the West Bank, effectively annulling any remaining prospect for a viable Palestinian state, the next few months are predicted to be crucial in terms of how the Palestinians will elect to manage their national ordeal.

Al-Ahram Weekly asked Palestinian economist Hazem Kawasmi how he thought the Palestinian masses would cope with the present economic crunch. Kawasmi said he foresaw an "unprecedented" and "historic deterioration" in the Palestinian economy that would shake the political and economic system in Palestine and the region.

As to the situation in the Gaza Strip, where there is economic meltdown resulting from the hermetic Israeli blockade, Kawasmi predicts an "explosion" in the coming few weeks or months. This explosion, he argued, would again be directed towards the Egyptian border, for the sake of getting food, medicine and all kinds of goods that don't exist today in the Gaza Strip.

"One cannot expect people to live in hunger and in high rates of poverty and unemployment for a long time. There is no convincing justification why the Palestinian- Egyptian border at Rafah has not opened yet, even on temporary basis, leaving Gazan children, women and elderly people to die slowly and suffer on a daily basis," he said.

The Palestinian people in Gaza, Kawasmi said, shouldn't continue to suffer until all political problems in the region are solved, adding that unless there is an immediate economic arrangement on Rafah that will facilitate the movement of goods and people across the border, the Gazan economy will soon collapse entirely.

As to the West Bank, Kawasmi points out that Israel is taking steps to disengage itself economically from the West Bank. As soon as the so-called apartheid wall is completed, Kawasmi argues, "the basis for the new economic relationship will be, from an Israeli view point: 'We are here, and you are there, and we don't care.'"

In this context, Palestinians are growing disillusioned with peace talks with Israel. According to a poll conducted in mid-April by the Jerusalem Centre for Information and Communication, the proportion of Palestinians supporting the two-state solution fell from 53 per cent in October 2007 to 47 per cent now. Similarly, those who voiced optimism about the possibility of reaching a peaceful solution to the Israeli-Palestinian conflict fell substantially from 44.9 per cent last year to 36 per cent now.

According to the poll, Palestinians are voicing a variety of views as to the alternatives available to the current political deadlock, with more than 27 per cent advocating a third Intifada or uprising, and 37 per cent calling for dismantling and dissolving the PA. Nearly 13 per cent favoured a unilateral declaration of independence.

To be sure, Palestinian frustration with the peace process is more than justified since that process has so far yielded no substantive outcome despite numerous talk sessions, highlighted meetings -- involving American, Israeli and Palestinian leaders -- as well as a number of peace conferences in the US and Europe.

This week, Henry Siegman, director of the US/Middle East Project in New York, underscored the bankruptcy and disingenuousness of the peace process. "What is required of statesmen is not more peace conferences or clever adjustments to previous peace formulations but the moral and political courage to end their collaboration with the massive hoax the peace process has been turned into," he said.

"Of course," he added, "Palestinian violence must be condemned and stopped, particularly when it targets civilians. But is it not utterly disingenuous to pretend that Israel's occupation -- maintained by Israel's army- manned checkpoint and barricades, helicopter gun-ships, jet fighters, targeted assassinations, and military incursions, not to speak of the massive theft of Palestinian lands -- is not an exercise in continuous and unrelenting violence against more than three million civilians? If Israel were to renounce violence, could the occupation last even one day?"

ZIONIST FIASCO : C'MON ! JOIN THE US ARMY, DIE FOR YISRAEL IN MIDDLE EAST !!!!


Armées américaines : « Engagez-vous qu’ils disaient... »




29 avril 2008 (LPAC) — Avant même le lancement de la guerre d’Irak, en 2003, Lyndon LaRouche n’a cessé d’avertir que cette guerre aurait surtout pour effet de saper le militaire américain, puis les Etats-Unis eux-mêmes. Derrière la rhétorique sur « la détermination à finir le boulot » et « la victoire en Irak », une autre réalité transparaît, non seulement en Irak, mais aussi chez les soldats américains démobilisés.

Le 14 novembre 2007, CBS News diffusa un reportage estimant à plus de 6000 le nombre d’anciens combattants qui se sont suicidés en 2005. Un mois plus tard, de hauts responsables de l’agence des Affaires des anciens combattants (VA) ont reconnu entre eux (mais non publiquement) l’exactitude de ce rapport. Côté cour, dans un courriel au Dr Michael J. Kussman, un responsable de la santé de VA, le Dr Ira Katz, directeur de la « Santé mentale » de l’agence, écrivait que « l’on compte à peu près 18 suicides par jour » parmi la population totale d’anciens combattants, dont quatre ou cinq parmi les anciens combattants suivis par VA, ce qui met effectivement le nombre total au-dessus de la barre des 6500. Pourtant, côté rue, l’agence a déclaré à CBS qu’il n’y avait eu que 790 tentatives de suicide au cours de toute l’année 2007.

Ce courriel, entre autres, a été versé au dossier d’une plainte portée contre VA par deux organisations d’anciens combattants, dont le procès s’est ouvert le 21 avril. Le principal avocat de ces organisations, Gordon Erspamer, a déclaré à la cour : « Notre objectif ultime est d’obtenir des soins médicaux, en temps opportun, et des décisions sur les indemnités d’invalidité en temps opportun », mais « le système de VA [pour traiter les demandes] bloque les indemnités, les retards sont inadmissibles ». Dans une décision prise avant l’ouverture du procès, le juge Samuel Conti, qui préside le procès à San Francisco, avait déclaré que si les plaignants pouvaient prouver leurs accusations, cela montrerait que « des milliers d’anciens combattants, sinon plus, souffrent de blessures graves en raison de leur incapacité à se procurer les soins médicaux dont ils ont désespérément besoin et qu’ils méritent incontestablement. »

Entre-temps, l’effort pour augmenter le nombre de forces terrestres disponibles a amené l’armée et les Marines à accorder davantage de dérogations à des individus condamnés par la justice qui souhaitent s’enrôler. Selon les données du Pentagone rendues publiques par le député Henry Waxman la semaine dernière, durant l’année fiscale 2007, l’armée a accordé 511 dérogations à des recrues condamnées pour crime, contre 249 en 2006, et les Marines en ont accordé 350 contre 208 en 2006. Pour ce qui est des infractions, le chiffre a également augmenté, toutefois un peu moins. Dans une lettre au sous-secrétaire de la Défense chargé du Personnel, Waxman reconnaissait qu’il puisse y avoir des raisons valables de procéder à des dérogations, tout en se demandant si « l’augmentation significative du recrutement de personnes reconnues coupables de crime n’était pas le résultat de la pression que la guerre d’Irak exerce sur les forces armées ».


Monday, April 28, 2008

Palestine: Sept martyrs dont une mère et ses quatre enfants lors d'un bombardement sioniste à Beit Hanoun


Hamas: on ne peut pas s'engager à une trêve sous l'ombre des crimes sionistes continuels


Le mouvement du Hamas a affirmé qu'on ne peut pas parler de trêve avec l'occupation israélienne sous l'ombre de ses crimes continuels contre le peuple palestinien dont le dernier massacre qui a ciblé toute une famille à Beit Hanoun, au nord de la bande de Gaza.

Le porte-parole du Hamas, Aymen Taha a dit, aujourd'hui lundi 28/4, dans une déclaration spéciale au centre palestinien d'information en commentaire au nouveau génocide, que ces massacres viennent dans le cadre d'une série de crimes de l'ennemi sioniste qui vise à faire échouer les efforts de la trêve.

Il a ajouté : "nous voyons que ces crimes sionistes sont très dangereux sous l'ombre d'un silence arabe, et que l'Égypte doit travailler pour cesser les crimes sionistes".

Le porte-parole du Hamas a souligné que ce massacre montre que l'ennemi sioniste ne veut pas de trêve et qu'il vise de l'a faire échouer parce qu'elle se prépare à lancer une vaste opération militaire contre Gaza.

Taha a affirmé que les factions de la résistance ont le droit à répondre aux crimes de l'occupation et que le monde doit comprendre que le problème principal est l'occupation.


Sept martyrs dont une mère et ses quatre enfants lors d'un bombardement sioniste à Beit Hanoun


Les forces de l'occupation israéliennes ont perpétré, ce matin lundi 28/4, un nouveau massacre lorsqu'elles ont lancé plusieurs obus sur une maison d'un citoyen palestinien dans la ville de Beit Hanoun, au nord de la bande de Gaza, en tuant sept palestiniens dont une mère et ses quatre enfants alors que plusieurs autres ont été blessés.

Des témoins oculaires ont dit au correspondant du centre palestinien d'information que l'artillerie de l'armée de l'occupation sioniste a bombardé la maison de la famille d'Abou Moutiq, située près des tours d'Al-Awda dans la ville de Beit Hanoun, en la détruisant complètement sur les têtes de ses habitants.

Les sources médicales ont dit que les corps des six martyrs sont arrivés aux hôpitaux dont quatre enfants frères qui ont moins de six ans.

Les citoyens palestiniens ont fait appel aux propriétaires des véhicules et voitures à se diriger vers le lieu du crime sioniste pour transporter les martyrs et les blessés aux hôpitaux après l'arrêt des ambulance à cause du manque de carburant qui a paralysé la vie dans la bande de Gaza.

Ce massacre sioniste vient au moment où les factions palestiniennes se dirigent au Caire pour discuter de la trêve coordonnée par l'Égypte entre les factions de la résistance palestinienne et l'occupation israélienne.


Le massacre sioniste vise à obliger le peuple palestinien à accepter les conditions de l'occupation


Le leader du mouvement du Djihad islamique, Khaled Al-Batch a dit que les massacres sionistes dont le dernier crime qui en assassinant une famille palestinienne complète, ce matin lundi 28/4, ainsi que les incursions continuelles des forces occupantes sont liés à la politique sioniste connue qui vise à obliger le peuple palestinien à se soumettre et d'accepter ses conditions.

Dans une déclaration spéciale au Centre Palestinien d'Information, Al-Batch a dit en commentaire au massacre sioniste que l'occupation refuse la trêve à travers ses crimes et incursions continuels contre notre peuple et que tous côtés concernés doivent porter leurs responsabilités envers ces massacres sionistes, notamment les pays arabes et le conseil international de la sécurité qui garde encore son silence ferme, depuis plusieurs années.

Le leader du Djihad islamique a déclaré que ces massacres visent à faire échouer les efforts égyptiens qui visent à réaliser la trêve en confirmant leur responsabilité.

Il a ajouté que l'ennemi sioniste vise à frapper le rôle égyptien à travers des crimes quotidiens contre les palestiniens dans la bande de Gaza.


Hamas : nous sommes dans une étape de résistance et nous n'accepterons pas de concessions

Le mouvement de la résistance du Hamas a affirmé que les palestiniens refusent totalement tout abandon aux droits légitimes du peuple palestinien, notamment le droit au retour des réfugiés, et la ville d'Al Qods dont n'importe quel responsable arabe ou palestinien ne pourrait y renoncer.

Le porte parole du Hamas, Dr. Sami Abou Zouhri, a dit lors de sa déclaration de presse, du dimanche 27/4, que les décisions américaines qui considèrent la Palestine occupée comme "un état juif", ne vaut pas l'ancre avec lequel ces expressions ont été écrites.

Il a souligné que ces décisions américaines sont refusées totalement et que le peuple palestinien ne leurs donne aucune valeur.

Abou Zouhri a affirmé que les palestiniens ne renonceraient jamais à leurs principes et droits légaux, tout en soulignant que cette étape est une période de développement de la résistance pour face à l'occupation et défendre les intérêts palestiniens légitimes.

Il a montré également que l'attachement du peuple palestinien et du Hamas à leurs droits et principes vont pousser le monde à reconnaître le mouvement du Hamas et les droits des palestiniens, tout en appelant à l'importance d'insister sur le maintien fort au choix de la résistance et le refus total à toute concession en faveur de l'occupation.


Ô Allah, ce n'est qu'auprès de Toi que nous cherchons refuge !
Ô Allah, ce n'est qu'auprès de Toi que nous cherchons refuge !

Sahib Al-Kahlout

Une idée nouvelle a fait, ce dernier temps, couler beaucoup d'encre. Sont nombreux les discours, les déclarations, les articles qui disent, explicitement ou par insinuation, que le programme du Hamas se rapproche de plus en plus de celui du Fatah. Il ne reste qu'un fil pour qu'il se fonde dans le fameux « accord national palestinien » ! Un leader du Fatah, membre du parlement du Conseil Palestinien – effectivement suspendu par les partisans de l'OLP et par l'occupant – vient de dire que la dernière déclaration du Hamas concernant un Etat palestinien sur les frontières de 67 est une avancée positive. Même si, selon lui, le Hamas n'a pas le droit de parler de négociations. C'est seulement le président Abbas qui en a le droit. Il ajoute encore que puisque le Hamas se rapproche de la position nationale, il devra alors en tirer des conséquences et modifier sa politique. En premier lieu, il devra livrer Gaza à Mahmoud Abbas, le seul représentant du peuple, dit-il !!

La dernière position politique du Hamas n'est pas nouvelle. Tout le monde le sait. Cependant, il y a des questions qui se posent d'elles-mêmes.

Par exemple, que signifie « l'accord national » ? Quand cet accord a-t-il été réalisé ? Quels sont les points communs entre le Hamas et l'OLP ? Si un accord existe, sera-t-il politique, stratégique ou même tactique ?

Pour le groupe d'Oslo-Annapolis, l'affaire sera simple. L'accord national, c'est la légitimité palestinienne. Et la légitimité, pour ce groupe, c'est le comité exécutif de l'OLP. Il oublie cependant que cette organisation est déjà un corps inerte depuis pas mal de temps. La majorité de ses membres sont des vieillards, des morts. Ajoutons à cela le fait que le Conseil National n'existe plus, ni constitutionnellement, ni historiquement, ni moralement, ni logiquement... Ajoutons encore le fait que Mahmoud Abbas n'avait eu que 27% des voix, à l'intérieur seulement !

Alors, de quel accord national parlent-ils ? Est-ce une marque exclusive monopolisée par l'entreprise OLP ? Ces principes sont-ils descendus du ciel, la nuit du destin ? Et quel crédit donnerait-on aux élections qui avaient mis en avant un nouveau parti, un nouveau programme, des idées nouvelles ? Et lorsqu'ils parlent de négociations, parlent-ils de ces compromis secrets entamé par l'OLP depuis les années soixante du siècle dernier ? Ou parlent-ils de ce document annulant le droit au retour des réfugiés ? Ou de celui qui remplace le document d'entente nationale par une reconnaissance d'Israël ? Félicitation pour cette position nationale ! La vérité, c'est que ces gens-là avaient lancé un gros ballon de mensonge. Et ce sont eux les premiers qui y ont cru, et pas seulement. Ils laissent âme et corps pour la défendre, après l'avoir transformer en une position nationale !

Les allégations qui veulent insinuer que le mouvement du Hamas se rapproche de l'OLP ne sont que des illusions pour se rassurer. Et personne ne croit à leur fantasme. Tout le monde sait que les deux programmes et idées, ainsi que les moyens mis en place pour les appliquer, sont radicalement contradictoires. L'Organisation de la Libération de la Palestine (OLP) ne vise plus la libération, mais la négociation. Ce ne serait pas le moment de changer son nom pour l'organisation de négociations. Laisser tomber le sang des martyrs et toutes les souffrances du peuple palestinien, peut-on toujours appeler cela libération ?

A savoir que le Hamas n'avait pas participé à ces pourparlers secrets avec l'ennemi, à Oslo. Ce n'est pas lui qui avait imposé au peuple palestinien des décisions qui s'avéraient plus tard mortellement dangereuses, économiquement comme politiquement. A savoir aussi que l'OLP avait signé des accords catastrophiques, à l'image de celui qui consiste à combattre la résistance et à donner main libre à l'occupant pour ronger la terre palestinienne, par un jeu nommé "la paix".

Quant au Hamas, il ne travaille que pour une libération. La dernière annonce de Michaal n'est qu'une confirmation de celle faite en 1988 par le cheikh Yassine. Et sur le terrain, la résistance ne fait qu'augmenter en force, sans être combattue par le Hamas, comme le fait l'OLP. Non seulement il soutien avec force le droit au retour, mais il utilise de plus les armes pour le confirmer. Il ne se réfère pas aux négociations pour le rendre absurde, comme font les autres !

L'ennemi sioniste sait avant tout le monde que l'ancienne déclaration du Hamas est renouvelée, par diplomatie, pas plus. Il sait aussi que le Hamas n'est guère en accord avec l'OLP. Il est en contradiction avec elle aussi bien stratégiquement que tactiquement. En fait, le Hamas est une organisation islamique qui résiste pour libérer la patrie, toute la patrie de la mer jusqu'au fleuve. Il travaille phase par phase, avec un stratégie solide. Pour sa part, l'OLP n'est qu'une organisation vieillie. Elle ne peut rien faire, que négocier, qu'accepter l'Etat d'occupation, que s'incliner à ses exigences. Si l'idée du Hamas, que son nom signifie ferveur, se rapproche de celle d'OLP, le Hamas ne signifiera plus ferveur, mais plutôt absurdité.

Ô Allah, le Tout Puissant, ce n'est qu'auprès de Toi que nous cherchons refuge.

Article rédigé par Sahib Al-Kahlout, écrivain de la bande de Gaza, résumé et traduit par le CPI


Le Hamas refuse la décision du congrès américain qui considère la Palestine comme un Etat juif
Le Hamas refuse la décision du congrès américain qui considère la Palestine comme un Etat juif


Le mouvement du Hamas a affirmé son refus des décisions du congrès américain qui a considéré la Palestine comme un Etat pour les Juifs, tout en considérant que cette décision représente le racisme de l'occupation israélienne.

Le porte-parole du mouvement du Hamas Fawzi Barhoum a dit aujourd'hui dimanche 27/4, dans des déclarations de presse, que son mouvement affirme son refus de ces décisions racistes de l'occupation sioniste, et qu'il les considère de très dangereuses.

Le mouvement du Hamas a affirmé qu'il va poursuivre la résistance par tous les moyens contre ces projets qui visent à annuler le droit au retour des réfugiés palestiniens et à liquider la question palestinienne.

Il a ajouté que cette décision raciste représente une reconnaissance d'un nouvel exil des Palestiniens qui habitent dans les territoires palestiniens occupés en 1948.

Barhoum a poursuivi que la position du président américain George Bush, lors de sa dernière rencontre avec le président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas, affirme la position américaine qui vise à gagner du temps pour servir les intérêts de l'occupation.

Le porte-parole du Hamas a ajouté que cette décision du congrès américain dévoile les plans du lobby sioniste qui vise à liquider la question palestinienne et affirme son contrôle total sur les milieux politiques américains.

Barhoum a déclaré que ces positions américaines affirment également l'échec des milieux américains à soutenir le peuple palestinien sous l'ombre du contrôle du lobby sioniste. En conséquence, les pays arabes et le président Abbas doivent prendre une position commune et forte refusant les positions américaines qui soutiennent le terrorisme sioniste.

Il a appelé à la formation d'un axe arabe et islamique pour soutenir le peuple palestinien, ainsi que ses droits et ses territoires.

Barhoum a appelé le président Abbas à arrêter de se soumettre à la direction américaine et à se libérer de son contrôle pour faire face à cette décision raciste.


Lundi 28 Avril 2008


http://www.palestine-info.cc

Sunday, April 27, 2008

« I’d obliterate Iran », says the European-American Hillary Clinton





Identifying with Israeli terror and killing Muslims has become a very popular thing to do. History repeats itself, but in different forms.



Hillary Clinton preaches obliteration

The Zionist-controlled US administration has been campaigning to launch an attack against Iran since its President Ahmadinejad called for the relocation of Israel because Palestinians cannot be held responsible for what happened to Jewish Europeans during World War II.

Both Israel and the US have jointly planned such attack which has been put off because of their failure in the occupation of Iraq and Afghanistan where they are committing the most atrocious crimes. Such atrocities are not foreign to the Europeans. The genocide against Black slaves, the Vietnamese, the Native Americans, Australians and Palestinians bear witness to that. The approach was and is obliteration through terror.

The Iranian President has always maintained that his nuclear research is for peaceful use, while both the US and Israel possess nuclear weapons which clearly threaten the world, needless to say that the US actually used those weapons on Hiroshima and Nagasaki. But Zionist propaganda wants people to believe that there is a possibility that the Iranian nuclear programme might give them the ability to build nuclear weapons which they might use against Israel, hence the conspiracy to attack Iran instead of finding a solution against the European occupiers of Palestine and restore the Palestinian legitimate State. Europeans have always invented excuses to attack and invade other countries in order to maintain political, economic and military supremacy. They even ‘justified’ slavery by likening Black Africans to animals. The racist Jewish Philadelphia physician Samuel Morton said that : « the brains of Germans and Anglo-Saxons were the largest of all, those of American Indians considerably smaller, and those of blacks smaller still... », for which he was praised.

Jewish Europeans have found an ally in Hillary Clinton who is presently seeking Democrat presidential nomination against half-breed Barack Obama in the US primaries because they consider Clinton’s distant ‘Jewish ancestry’ as « almost one of their own ». Hillary’s grandmother, née Della Murray of Aurora in Illinois, married a Russian Jew, Max Rosenberg. But this was Della’s second marriage, after the birth of Hillary’s mother, Dorothy Emma Howell in 1919. Although Della never converted to Judaism, the affinity of Hillary Clinton for the Jewish-European occupiers of Palestine is not in doubt. Jewish analysts, such as Hank Sheinkopf, in the US and Israel argue that this makes it easier for Jewish-Europeans to « connect with her ».

Blessed with the Jewish support, Hillary Clinton feels on top of the world and vows to « obliterate Iran » if Iran attacks Israel while she was President. She made this threat on 22nd April 2008 as Pennsylvanians voted in a crucial primary [Metro, April 23, 2008], since identifying with Israeli terror and killing Muslims has become a very popular thing to do. History repeats itself, but in different forms.

M Rafic Soormally
26 April 2008

Friday, April 25, 2008

Pourquoi l'unité palestinienne n'est pas une option pour Abbas


Par Ramzy Baroud



Quelques heures seulement après l'affrontement Hamas-Fatah à Gaza en juin dernier, c'est un président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas semblant ferme et posé qui serrait les mains des membres de son nouveau gouvernement d'urgence. Pour s'assurer que sa démarche apparaisse aussi légitime que possible, il a émis des décrets qui mettaient hors la loi les milices armées du Hamas, et également suspendu des clauses importantes de la Loi fondamentale palestinienne, qui avait jusque là servi de constitution.

La Loi fondamentale stipule que pour qu'il soit constitutionnel, tout gouvernement doit être approuvé par le Parlement palestinien. Abbas a simplement décrété l'invalidité de cette clause, dérobant ainsi aux Palestiniens une de leurs plus grandes réussites collectives – la démocratie.

Ce système, lorsqu'il est véritablement représentatif, est bien sûr précieux et significatif. Si l'on considère les circonstances impossibles dans lesquelles la démocratie palestinienne en particulier a été engendrée et nourrie – occupation militaire, pression internationale, extrême pauvreté – c'était également profondément historique. Contrairement aux idées reçues qui ont suivi l'occupation US de l'Irak, les Arabes se montraient capables, en fin de compte, de conduire un processus démocratique.

Malheureusement, la réalisation de la démocratie ne garantit pas sa conservation.

Presque immédiatement après la victoire du Hamas aux élections de janvier 2006, tant les forces locales qu'internationales se sont ruées pour étouffer et renverser le résultat de ce vote. Des intellectuels prétentieux ont écrit sur l'incompatibilité entre Islam et démocratie, des hommes politiques ont dénigré la victoire du Hamas comme étant le signe de l'envahissement du militarisme et de l'extrémisme, et des dirigeants mondiaux se sont rapprochés du "légitime" Abbas, comme opposition à "l'illégitime" Hamas. C'était bien sûr ridicule.

Pour Israël, l'affrontement entre le Fatah d'Abbas et le Hamas islamique fut une chance en or, comparable aux bénéfices glanés lors d'un autre moment opportun, les attaques terroristes du 11 septembre, que le leader du Likud israélien, Benjamin Netanyahu, a qualifiées récemment, et ce n'est pas la première fois, de "bonnes" pour Israël (Haaretz, 16 avril).

Le combat palestinienne fut aussi une bonne chose pour Israël ; ç'en était fini de cette énervante démocratie palestinienne faisant de la concurrence à l'auto proclamée "seule démocratie du Moyen Orient" d'Israël. De plus, les Palestiniens ont été une fois de plus dépeints comme la populace incontrôlée, incapable de produire des artisans pour la paix responsables ni de créer un environnement de "sécurité", que l'Etat d'Israël clame si souvent convoiter.

De même pour Abbas et ses ministres, ils savaient fort bien que l'affection américano-israélienne de fraîche date à leur égard était conditionnelle. Après tout, ils sont les mêmes personnes, occupant les mêmes postes et jouant les mêmes rôles qu'ils ont toujours joués. Ils sont les ministres, les conseillers, les amis et les responsables de l'Autorité palestinienne de feu le Président Yasser Arafat, qu'ils évitaient soigneusement, comme leur Président. Ils ont aussi très bien compris leur nouvel intérêt à représenter l'antithèse au Hamas. Au lieu de refuser le rôle de larbins, les ministres du gouvernement Abbas sont entrés dans le jeu.

Soudain, le conflit, qui apparaissait jusque là comme étant entre Israël et les Palestiniens s'est transformé comme conflit entre Abbas et ses soutiens (Israël et les USA) d'un côté, et le Hamas tout seul de l'autre. Le problème, comme rapporté dans les principaux médias, a cessé d'être les colonies, l'occupation et les violations des lois internationales, mais les "forces de l'ombre" antidémocrates à Gaza opposées aux forces de paix et de civilisation à Ramallah et à Tel Aviv.

Pour donner du poids à ces images hautement trompeuses par une "action", Abbas et le premier ministre israélien Ehud Olmert ont amorcé leur recherche d'une paix illusoire. Cela a commencé à Annapolis et fut suivi de séries de discussions aussi régulières que vaines. Bien peu sont ceux qui espéraient que ces rencontres déboucheraient sur des résultats significatifs ; leur seul objectif était d'isoler davantage le Hamas et de souligner l'alliance Abbas-Israël.

Pour que le spectacle puisse continuer, le Hamas et le Fatah n'ont pas été autorisés à se réconcilier, du moins jusqu'à ce que Israël et les USA décident de changer de tactique. Ceci ne signifie pas bien sûr qu'il n'y a aucune base pour une réconciliation. Les dissensions palestiniennes sont à la mesure de la capitulation devant un ennemi dur et enhardi. Récemment, nous avons vu l'Accord du Caire 2005, l'Accord de la Mecque 2007 et l'Accord du Yémen de mars 2008.

Mais pour obtenir l'approbation d'Israël en Cisjordanie – et pour éviter le sort tragique de Gaza – Abbas n'est pas intéressé par les points d'accord, mais plutôt par les points de discorde. Al Jazeera a rapporté que Azzam Al-Ahmad, le membre du Fatah qui a signé le document Hamas-Fatah en mars, a été clairement réprimandé pour avoir laisser Abbas "dans le noir" sur la nature de l'accord. Al-Ahmad a dit avec insistance que Abbas savait exactement ce que stipulait l'accord. Il semble qu'un document qui mettait simplement en relief une série d'actions pour une pleine réconciliation entre les deux partis était un trop gros morceau à avaler pour Israël.

Même le sang des plus de 120 Palestiniens à Gaza, qui ont été tués en l'espace de six jours au début mars, n'a pas semblé être une raison assez forte pour passer outre les menaces d'Israël sur l'unité palestinienne en signifiant la fin de l'inutile "processus de paix".

Et puis, bien sûr, il y a la piste de l'argent. Quelques jours avant le fiasco du Yémen, les USA ont accepté de transférer 150 millions de $ de soutien à l'Autorité palestinienne, comme "partie des promesses passées pour renforcer le gouvernement du Président Mahmoud Abbas." Le renforcer contre qui ? Certainement pas contre Israël.

Alors que les efforts louables de John Dugard, des Nations Unies, de l'ancien président US Jimmy Carter et de l'archevêque Desmond Tutu ont attiré une attention hautement nécessaire sur le sort des Palestiniens, et ceux de Gaza en particulier, les responsables de l'Autorité palestinienne s'activent à participer aux conférences des donateurs et à publier des communiqués vides que personne ne lit. Ils agissent comme s'ils étaient un parti neutre pris entre des fanatiques religieux et Israël. Leur combat ne semble plus, même de loin, relié à la Palestine ou à son peuple. Ce n'est certainement pas la qualité d'un mouvement ou d'une direction de libération où que ce soit, dans quelque période de l'histoire que ce soit, récente ou ancienne. Abbas et Fayyad semblent faire exception.


Source : Arab News
Traduction : MR pour ISM

After the riots organised by Sarkosy and israelis in November 2006, what the heck is the US embassy and the CIA are doing in the french suburbs ?


Mais que fait l’ambassade américaine dans nos banlieues ?


22 avril 2008



Paris, le 22 avril (Nouvelle Solidarité) —Le Parisien du 21 avril révèle une énorme opération d’infiltration de l’ambassade des Etats-Unis dans les banlieues françaises. Selon le quotidien, ces opérations qui ont vu le jour au lendemain du 11 septembre 2001, ont été renforcées après l’invasion d’Irak par l’armée américaine et surtout, après les émeutes de 2005, présentées à tort par les médias internationaux comme étant le produit d’un Islam radical. Justin Vaisse, un expert des Etats-Unis et de l’Islam explique que, traumatisés par ces expressions d’anti-américanisme, les Etats-Unis souhaiteraient comprendre ce phénomène pour mieux le contrer. Selon un universitaire cité par Le Parisien qui avait été contacté par deux « américains » dans ce contexte, le but était, plus prosaïquement, de « mettre la main sur le réseau associatif, et comprendre en passant du temps dans les banlieues européennes comment on pouvait basculer dans un commando terroriste ». Méfiant, il avait à cette époque, refusé de les amener dans les banlieues.

L’ingérence de l’ambassade des Etats-Unis prend la forme de prises de contact tous azimuts avec les dirigeants ou dirigeants potentiels de ces banlieues, les invitant à l’ambassade, les amenant dans des voyages de « formation » aux Etats-Unis, et finançant abondamment leurs associations en France. Le Parisien révèle en particulier, comment trois élus des banlieues les plus chaudes des émeutes de 2005, ont été invités à un déjeuner de travail dans un appartement chic du XVIème arrondissement avec l’attaché culturel de l’ambassade des Etats-Unis. Le cœur de la discussion portait sur la mise en œuvre dans les banlieues françaises, des mêmes programmes sociaux que ceux appliqués dans les ghettos de Philadelphie où des artistes de renom, travaillant avec la population, ont repeint les murs de la ville. En avril, une dizaine de lycéens du 9-3 ont été reçus par l’ambassadeur des Etats-Unis et sa femme, dans leur résidence parisienne. Ce projet est considéré comme une telle priorité, que lorsque Dan Fried, le secrétaire d’Etat américain aux affaires européennes est venu en France l’hiver dernier, c’est ce milieu associatif qu’il rencontra en premier !

L’article explique également que nombre d’associations et parfois même des mouvements politiques, apparus ces derniers temps, tels des OVNI volant dans le ciel français, ont été nourris, voir même engendrés par ce nouveau prosélytisme de l’ambassade des Etats-Unis. Certains noms sont cités comme ayant plus ou moins subi l’influence de cette stratégie, tels celui d’Amirouche Laïdi du Club Averroès, de Stéphane Pocrane, candidat aux élections présidentielles de 2007, de Mohamed Hamidi du Bondy Blog, de Karim Zeribi, président du Parlement des banlieues et de Patrick Lozès, président du CRAN (Conseil représentatif des Associations Noires). Lozès qui milite pour la création d’un lobby noir a même admis avoir reçu des « sommes conséquentes » d’une Fondation états-unienne, et le Parisien prétend que « sans les 3000 euros de l’ambassade », Adji Ahoudian de l’association « Braves garçons d’Afrique » aurait eu du mal à boucler le budget du festival Afro 2005. Enfin, un autre article évoque les voyages, tous frais payés par l’administration Bush, d’Ali, de Karim ou de Fayçal, aux Etats-Unis.

Tuesday, April 22, 2008

Les opérations de qualité de la résistance mettent l'armée d'occupation dans une mauvaise posture


Al-Quds – CPI





Les brigades d'Al-Qassam ont effectué, mercredi dernier, le 16 avril, une opération héroïque et de qualité, c’est le moins qu’on puisse dire. Trois soldats d'élites de l'armée d'occupation israélienne y ont trouvé la mort.

Cette opération a fait couler beaucoup d'encre. En effet, elle est porteuse d'innombrables indications. La branche militaire du Hamas se montre aussi développée que l'armée israélienne moins efficace. De plus, elle vient quelques jours seulement après la réussite de la résistance à s’infiltrer dans la position militaire de Nahel Oz. Une position tant fortifiée.

Quant aux pertes, cette opération a augmenté le nombre de morts israéliens à huit soldats, pendant les trois mois et demi de cette année 2008, ressent le journal hébreu Maariv.

Montée en puissance

Si le cours des choses va à ce rythme, il y aura 25 soldats israéliens tués jusqu'à la fin de l'année 2008, contre 3 seulement pour l'année passée, compare Omayr Ribabort, analyste du même journal. Cela ne montre-t-il pas, se demande-t-il, la montée en puissance de la résistance palestinienne, aussi bien sur le plan des armes que sur celui de la tactique militaire ?

La capacité de la résistance palestinienne se rapproche, de plus en plus, de celle du Hezbollah libanais. A Gaza, la résistance étudie la manière de travailler de l'armée israélienne pour en tirer des leçons et pour mieux l'affronter, résume Cohen Anayte, un autre analyste du même journal.

Par ailleurs, la presse israélienne remarque la variation des opérations pratiquées par la résistance palestinienne sur toute la longueur du mur de démarcation, tellement fortifiée. Il y a, entre autres, les obus, les mines, les pièges, les snipers, les confrontations en face à face...

La récente bataille passée à l'est d'Al-Baridj (le champ de la mort) était trop difficile pour les soldats israéliens. Ils avouent que les combattants du Hamas sont durs, très durs. La mort de plusieurs soldats avait provoqué un grand choc terrible dans les rangs de cette armée. Elle s'en est alors prise aux civils. En quelques heures seulement, elle a tué 18 Palestiniens dont un photographe de l'agence de presse Reuters, ainsi que plusieurs enfants.

L'attaque

Tactiquement, les résistants n'attendent pas toujours les incursions des soldats sionistes pour les affronter. Désormais, ils les attaquent. L'attaque a ceci d'atout qu'elle permet aux résistants de décider du lieu et du moment de la confrontation. L'ennemi perd la surprise. Il aura cependant le choc qu'il mérite.

Dans la plupart de ses guerres, l'armée israélienne profite de l'effet de surprise. Et elle essaie toujours de mener ses combats sur les terrains de l'adversaire. C'est pourquoi son choc était incomparable, lorsque les missiles de la résistance libanaise tombaient dans la profondeur de son entité, durant la guerre qu'elle avait conduite contre le Liban en 2006. La situation actuelle est semblable. Ses casernes, ses responsables, ses soldats, ses villes, ses colonies, tous sont visés. Très récemment, son ministre de la sécurité intérieure aurait été pris dans une embuscade.

Stratégie

Cette montée en puissance de la branche militaire du Hamas aura des conséquences politiques et stratégiques, croit l'analyste Roben Ben Yeshay, dans le journal hébreu Yadiot Ahronot.

Tout d'abord, les décideurs du gouvernement d'occupation pourraient se trouver obligés d'accepter les conditions du Hamas pour une trêve.

Puis, le Hamas croit que la guerre qu'il mène sur ses frontières mettra ces décideurs dans une hésitation totale quant à une invasion de grande envergure à Gaza. Ils ont désormais peur d'en subir des pertes considérables. Leur armée subit déjà de grandes pertes dans des terrains découverts. Comment seraient alors les choses, si la guerre se déroule dans des rues densément peuplées ? Comment serait le moral de leurs soldats ?

En troisième lieu, ces opérations n'entament pas la réputation du Hamas, sur le plan international. En fait, elles n'ont pas les mêmes effets que les opérations martyres ou les missiles qui frappent dans la profondeur de l'entité. Ces derniers frappent les civils, si on croit les Israéliens.

Du reste, ces opérations donnent à la résistance palestinienne tout le soutien moral, toute la confiance, toute l'audace dont elle a besoin pour casser l'arrogance de l'armée d'occupation. Briser le mythe de l'armée invincible.

L'initiative

Les branches de la résistance palestinienne maintiennent toujours l'initiative dans leur guerre. Par contre, l'armée sioniste la perd, en dépit de toutes les opérations qu'elle mène, à l'image de celle de « L'hiver chaud », qui était un véritable holocauste contre les civils.

Dans le fond et dans l'état actuel des choses, la résistance palestinienne a mis le gouvernement israélien dans une mauvaise posture. Il hésite à s'engager dans une vaste opération terrestre. Il craint les pertes humaines, constatant les opérations de qualité de la résistance. Il lui reste alors la conclusion d'une trêve avec le Hamas. Mais la situation actuelle ne la lui permet pas. Toute trêve serait considérée comme une victoire pour le Hamas. Et le gouvernement israélien ne veut pas lui donner cette joie !

9/11 Was Good for Us! -- The Case against Israel



By Captain Eric H. May - Intelligence Correspondent

"We are benefiting from one thing, and that is the attack on the Twin Towers and Pentagon. ... (These events) swung American public opinion in our favor." -- Ha'aretz, Apr. 16, 2008, "Report: Netanyahu says 9/11 terror attacks good for Israel" --

More than six years after 9/11, the Israel angle becomes more and more acute -- and it becomes harder and harder to be obtuse about it. The circumstantial case for Israeli involvement in the terror attacks grows stronger with each new revelation, old evasion or repeated charge of "anti-Semitism" leveled against those who dare to ask questions.

Netanyahu's Wednesday remarks suggest that Israel had a motive in the terrorist events, but they are hardly new material. Indeed, on September 11, 2001, shortly after the collapse of the Twin Towers, the same Netanyahu was asked by reporters how the then-fresh cataclysm would affect US/Israel relations:

"It's very good," he said, then added "Well, not very good, but it will generate immediate sympathy (for Israel)."

He wasn't the only one who had reason to celebrate the terror attacks. American neocons, closely aligned to Netanyahu's right-wing Likud party, had already published their desire to see a "new Pearl Harbor" to catalyze American public opinion for an imperial "new American Century." The document that contains the "new Pearl Harbor" line, Restructuring America's Defenses, was accepted by an incoming Bush administration in 2000. In large part it was a repetition of ideas accepted by Israeli right-wingers in the 1996 document, A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm.

Protocols of Zion

"The New York Times reported Thursday that a group of five men had set up video cameras aimed at the Twin Towers before the attack on Tuesday, and were congratulating one another afterwards." -- Fox News, Sept. 14, 2001, "One Arrested, Others Detained at NY Airports"

Shortly after 9/11, Jewish film director Mark Levin found that more and more New Yorkers believed that Israel was behind the terror attacks. Accordingly he examined the various unexplained facts and unsubstantiated rumors that were fueling local public opinion in his boldly-named Protocols of Zion.

The documentary took its title from the controversial underground political classic, The Protocols of the Learned Elders of Zion, which alleged that a worldwide Jewish conspiracy is the unseen force in shaping international events.

In Protocols of Zion Levin addressed the notorious "dancing Israelis," believed to be Mossad agents, who were filming and celebrating the ongoing attack on the World Trade Center when they were arrested by local police. In a popular YouTube clip excerpted from the documentary, three of the arrested Israelis offer a dubious explanation of their 9/11 activities on an Israeli television program in November 2001.

Friendly Fox


Shortly after 9/11, Fox News investigated the forbidden topic of Israeli involvement in the attacks. While Fox News still posts a link to the transcript, it abruptly took the video down shortly after airing it, reportedly due to pressure from the Israel lobby. The official government investigations that Carl Cameron's report prompted were quietly dropped.

A few extracts from the first installment of the four-part series gives a hint as to how devastating real journalism can be:

"Since Sept. 11, more than 60 Israelis have been arrested or detained, either under the new patriot anti-terrorism law, or for immigration violations. A handful of active Israeli military were among those detained, according to investigators, who say some of the detainees also failed polygraph questions when asked about alleged surveillance activities against and in the United States.

"There is no indication that the Israelis were involved in the 9/11 attacks, but investigators suspect that the Israelis may have gathered intelligence about the attacks in advance, and not shared it. A highly placed investigator said there are "tie-ins." But when asked for details, he flatly refused to describe them, saying, "Evidence linking these Israelis to 9/11 is classified. I cannot tell you about evidence that has been gathered. It's classified information."

"Fox News has learned that one group of Israelis, spotted in North Carolina recently, is suspected of keeping an apartment in California to spy on a group of Arabs who the United States is also investigating for links to terrorism. Numerous classified documents obtained by Fox News indicate that even prior to Sept. 11, as many as 140 other Israelis had been detained or arrested in a secretive and sprawling investigation into suspected espionage by Israelis in the United States." -- Fox News, "Israeli Spy Ring" (by Carl Cameron)

Muslim Murmers

Every extract or quote in my essay has come from a pro-Israel mainstream media source, and it's difficult to see how anyone could accuse Ha'aretz, Mark Levin, the Israeli 9/11 suspects or Fox News of anti-Semitism. Nevertheless, for committing the thought crime of putting it all together, I shall certainly be accused of anti-Semitism.

In this topsy-turvy post-9/11 new world order, the label "anti-Semite" is the price one pays for asserting that two plus two equals four. George Orwell, that most relevant of modern writers, predicted things would be like this. On the other hand, it is acceptable -- in fact, encouraged -- to assert that "Islamo-fascists" are capable of saying and doing all kinds of evil.

A few days after the attacks, Osama bin Laden denied any role in them:

"The US government has consistently blamed me for being behind every occasion its enemies attack it. I would like to assure the world that I did not plan the recent attacks, which seem to have been planned by people for personal reasons." -- CNN, Sept. 17, 2001, "Bin Laden says he wasn't behind attacks".

Soon afterward, the Bush administration "discovered" a videotaped confession, so we wouldn't have to worry whom Bin Laden was accusing of being the perpetrators. Never mind that Arabic experts pronounced the videotaped to be a phony.

To this very day Muslims have tried to muddy the waters when it comes to 9/11. Take Iranian President Mahmoud Ahmadinejad, for example, who just Wednesday insinuated that the official US story was, at best, in error:

"Four or five years ago, a suspicious event occurred in New York. A building collapsed and they said that 3000 people had been killed, but never published their names. ... Under this pretext, they attacked Afghanistan and Iraq and since then, a million people have been killed only in Iraq." -- Ha'aretz, Apr. 16, 2008, "Report: Netanyahu says 9/11 terror attacks good for Israel".

Without a doubt, Ahmadinejad is stretching things a bit. First, the names of all 2,749 World Trade Center victims were unreported only for five years -- but were read on the fifth anniversary of 9/11. Further, the Bush administration has not killed a million Iraqis. As of the latest report by the British Lancet, we have killed a mere two thirds of a million.

After Netanyahu finished his remarks about how good 9/11 has been for Israel, he launched into a tirade about the evil of Iran and Ahmadinejad. Thank God we have Netanyahu to let us know who our real enemies are.



Captain Eric H. May is a former Army military intelligence and public affairs officer, as well as a former NBC editorial writer. His essays have appeared in The Wall Street Journal, The Houston Chronicle and Military Intelligence Magazine. For his biography, archives and upcoming interviews, refer to his home site.

See the complete Price of Liberty Archive for Captain May here.

http://www.thepriceofliberty.org/08/04/21/may.htm

Manipulation des médias par la police et les services de renseignements


La propagande garde du corps du mensonge.

La propagande est un excellent moyen pour rallier certains peuples oisifs, souvent aux prix d'amplifications, d’altérations voir aux prix de mensonges abusivement répété et mis en relief par des experts, des politiques, des médias etc…le but principal de ces mises en scènes permettent la validation des projets réfléchies depuis des années. Souvent, ces projets sont aux bénéfices de groupes d’influence, de firme, ou d’entreprise appartenant a ces mêmes experts et anciens directeurs ou responsables d’un quelconque secteur...



En exemple, la meilleure et la plus visible des propagandes est celle de C dans l’air qui attire toute sorte de spécialiste en terrorisme, en securité etc. ces derniers acceptent, ou jouent leur rôle de propagande avec un grand interet dissimulé :

ÉRIC DENÉCÉ : Directeur du Centre français de recherche sur le renseignement), 43 ans, ne rechigne pas à décliner clairement sa profession : spécialiste du renseignement. Reconverti dans le privé, cet ancien militaire travaille à découvert depuis une quinzaine d’années et a même créé, avec l’université de Bordeaux 4, un diplôme dédié au renseignement et aux services secrets.

Voici ce qu’il dit lors d’une interview :

"Pour quels genres de missions fait-on appel à vos… conseils ?"

"E.D : Il peut s’agir d’aider une entreprise à gagner un marché. Ou, à l’inverse, elle peut vouloir se prémunir face à l’agressivité d’un concurrent déloyal."

Eric denecé s’invente un parcours au Cambodge, en Asie et même un poste auprès du ministère de la défense. Tout ceci, sans les moindres preuves, datations ou confirmation . des génies de la propagandes invités souvent par les mêmes (Yves Calvi) et qui utilisent l’outil de la peur pour précipiter leur entreprise en renseignement, de sécurité , de miliciens ou autres.

Alors que nous nous focalisons sur l’aspect militariste de la propagande, il y en a une plus machiavélique ; celle qui passe sous forme de diplomatie, d’expertise ou d’analyse implicitement belliciste.

Souvent la tactique de la propagande est difficilement decelable mais suit un schema bien definit :

- utilisation d’une histoire selective pour nourrir un objectif bien precis : pour envahir l’Afghanistan il fallait parler de la bourca. Le 11 septembre préparé dans la grotte de ce pays n’aurait pas suffit.

- évoquer une histoire partielle des faits : vous pourrez par exemple parcourir les 600 pages de la commission du 911 sans JAMAIS trouver une quelconque référence au WTC 7. c’est la faiblesse essentielle de la propagande belliciste.

-renforcer les motivations et les raisons d’une intervention militariste : par exemple, les chaînes américaines (foxnews, CNN etc) invitent souvent d’anciens généraux, d’agent du renseignement pour appuyer les évolutions de la nouvelle politique. En France, nous sommes tout autant capable de faire parler les memes faux experts : Jean-Charles Brisard et Guillaume Dasquié, les pseudos-experts ont reconnu s’être trompé sur le financement des terroristes musulmans. Et pourtant ils étaient une référence en matière de terrorisme international, et démontraient pitoyablement que tout venaient des musulmans. Bref, retour en arrière, ils déclarent avoir raconté des mensonges depuis le début.
-une action de la propagande la plus répandu, mais peu perceptible est celle de la « demonisation » des « ennemis ». le meilleur moyen pour éviter a la masse de comprendre ou d’analyser la situation.
-l’autre moyen pour asseoir la propagande c’est d’utiliser des discours non discordant afin de créer un pseudo debat. Le meilleur exemple est celui, encore une, de C dans l’air. Inviter toujours les memes, les opposer (simuler une opposition) et permettre ainsi au telespectateur de croire a un vrai debat ou un vrai faux dialogue.

Parmi tous ces outils une véritable entreprise de dénigrement, de haine , de xénophobie et d’islamophobie est alimenté par toute sorte de personnalité ou de politique afin d’alimenter le rejet. Cela ne laissera aucunement place a l’analyse même pour le moins haineux ou le plus éduqué. Combiné a cela les émotions du patriotisme, de l’honneur, de la droiture, de la liberté etc… des valeurs sur lesquels toute personne, faiblement instruit serait en parfait accord.

Usuellement, sans l’appui de la politique étrangère, la propagande ne pourrait tenir interminablement et donc serait vainement qu’un simple appel a la mise en garde. En exemple, le premier a lâcher le mot guerre, fut le ministre des AE françaises contre l’Iran. Il esperait ainsi avoir l’aval des français, mais c’était sans compter qu’ils n’etaient pas aussi belliciste que les israéliens ou les américains.

Dernière chose, pour vaincre toute vérité, la propagande a des gardes du corps du mensonge pour éviter toute contradiction. En exemple, lorsque l’on veut, dans une émission alimenter un mensonge sur les musulmans, ils évitent d’inviter un spécialiste de l’islam, mais plutôt un islamologue. La différence entre ces deux cas est notable. Dénigrer l’absent est beaucoup plus facile que de se confronter a lui.

Fausse filiere 'djihadistes' de la DST en Tchétchenie : La France accusée de Terrorisme par la Russie

Tchétchénie: le renseignement occidental soutenait les séparatistes (TV)



Les services secrets occidentaux ont mis au point dans les années 1990 un plan visant à rendre effective l'indépendance de la Tchétchénie vis-à-vis de la Russie, affirme un documentaire intitulé "Plan Caucase" qui sera diffusé mardi soir sur la chaîne publique russe Pervi Kanal.

Selon un communiqué publié par la chaîne, la France imprimait des passeports d'Itchkérie (le nom donné à la république par les séparatistes), et des armements étaient acheminés vers la république à travers la Géorgie dans le cadre de cette opération.

Le citoyen turc d'origine tchétchène Aboubakar, connu depuis 40 ans sous le pseudonyme de Berkan Iachar, à la suite d'un contrat signé avec la CIA, raconte l'organisation dans les années 1990 d'une plateforme politique visant à obtenir la sécession de la république russe.

Selon lui, ce projet était financé par plusieurs Etats. Les passeports destinés à la République d'Itchkérie étaient imprimés par la France, la monnaie était fondue en Allemagne.

"Dans les années 1990, Aboubakar devient en quelque sorte l'éminence grise à travers laquelle on réalise les transactions financières plus ou moins juteuses destinées aux combattants du Caucase du Nord", affirment les réalisateurs du documentaire.

Selon eux, une des affaires les plus secrètes remonte au temps du leader séparatiste Djokhar Doudaïev dans les années 1990. M. Iachar participe alors à la mise au point d'un plan visant à acheminer illégalement des pierres précieuses à l'aéroport de Grozny.

"Le bénéfice dégagé servait à acheter des armes. Il ne s'agissait pas de sommes très importantes, entre 10 et 20 millions de dollars à chaque convoi", a confié Aboubakar, selon lequel cette filière n'a été découverte que plusieurs années plus tard.

"Ce ne sont que quelques exemples du soutien fourni par les services secrets étrangers à la sécession de la Tchétchénie", affirme le documentaire.


Mardi 22 Avril 2008


http://fr.rian.ru

Monday, April 21, 2008

Les tribulations sionistes en Afrique


13-04-2008

Le 25 février 2008, le Mouvement de Libération du Soudan a annoncé l’ouverture de ses bureaux à Tel Aviv. Le mouvement rebelle du Darfour dirigé par Abdel Wahid Al Nour a déclaré à cette occasion qu’étant donné que le gouvernement israélien avait protégé des jeunes Soudanais du Darfour d’un génocide certain, il était temps qu’une représentation pour les réfugiés soudanais soit présente en Israël.

En espérant acquérir de la respectabilité et de la notoriété à l’échelle internationale, Abdel Wahid Al Nur révèle ses accointances. La faction séparatiste est depuis toujours soutenue par le Lobby étasunien et l’installation d’une officine à demeure dans l’entité sioniste est le pas qui met le SLM (Mouvement de Libération du Soudan) en rapport direct avec ses financiers.

Al Nur se place sous autorité israélienne pour revendiquer une vision libérale et sécularisée de l’État du Soudan.

Pendant les années de guerre civile quand le Sud menait sa guérilla pour la sécession, le Darfour fournissait abondamment des soldats pour l’infanterie du gouvernement central religieux de Khartoum, loin de toute idée de laïcité revendiquée alors par les séparatistes de l’époque.

Dans ces années, Israël soutenait les séparatistes du Sud, logistiquement et financièrement, et c’est en raison d’accords secrets entre le Président de l’époque Jâafr Al Numeiri et l’équipe dirigeante de l’entité sioniste que les architectes de la rébellion du Sud furent contraints de s’asseoir à la table de négociation.

La Coalition Save Darfour basée aux US(a) et composée quasi-exclusivement de groupes confessionnels juifs, le reste étant représenté par quelques évangélistes sionistes, s’est promis de mettre à profit le passage de la flamme olympique pour dénoncer la complicité de la Chine dans le « génocide » du Darfour. Quelques activistes de Save Darfour ont rejoint les défenseurs du Tibet le 9 avril à San Francisco. Parmi eux, Ruth Messinger la présidente de « American Jewish Service » branche de New York. Le rabbin Lee Bycel, président de AJS pour la région ouest faisait partie de la manifestation. Ce chef religieux est allé de nombreuses fois au Tchad dans des camps de réfugiés.

Les implications de la très démocratique et occidentale entité sioniste en Afrique excèdent la coopération tristement célèbre entre Israël et l’État de l’apartheid d’Afrique du Sud, les Israéliens faisaient leur profit en contournant le boycott international opposé au régime banni du Cap.

Des universitaires proches du candidat d’opposition Simba Makoni au Zimbabwe avaient dénoncé en mars avant même la tenue des élections l’arrivée d’équipes israéliennes (et pakistanaises) à Harare pour aider à installer un climat de terreur parmi la population et truquer les élections. Mugabe a payé 2,5 millions de dollars une firme Cogniview en lien avec le Mossad pour assurer la maîtrise de toute rébellion populaire après l’annonce des résultats en coopération avec les forces de sécurité locales. Elle s’est assurée de la maîtrise du déroulement des élections et a trafiqué les listes électorales et fourni des bulletins surnuméraires à placer dans les urnes.

La politique d’intervention africaine d’Israël depuis l’Angola, à la République Démocratique du Congo, au Rwanda, à la Sierra Leone en passant par la République de Centre Afrique et la Côte d’Ivoire, sert les intérêts stratégiques des deux alliés US(a)-Israël et l’économie israélienne n’est pas en reste.

La Gesrtler’s International Diamond Industry qui détient le monopole du diamant congolais a fourni une assistance militaire à la République Démocratique du Congo au travers de personnel conseil comme le Général en retraite Yosi Ben Hanan, Avigdor Lieberman député du parti d’extrême droite Yisrael Beytenu et Yossi Kamisa ancien officier de la police anti-terroriste. Le grand-père des frères Gertler, de ce même groupe Dan Gertler Israel (DGI) Moshe Schnitzer est connu en Israël sous le nom de M. Diamant. Dans sa jeunesse, Schnitzer faisait partie du groupe terroriste Irgoun qui a assassiné entre autres victimes l’envoyé de la Croix Rouge en Palestine, le comte Bernadotte. Il a fondé la bourse d’échange du diamant en Israël qui procure 13 milliards de dollars au PIB israélien par an et représente la deuxième plus importante industrie exportatrice de l’entité sioniste.

D’après un rapport publié par l’American Jewish Committee, les diplomates israéliens ont été remplacés après les années 80 par un petit groupe d’hommes d’affaires, d’agents du Mossad et d’émissaires militaires qui sont devenus les seuls interlocuteurs des leaders africains. Des anciens officiers de l’armée israélienne, comme Yair Klein recherché par le FBI pour avoir entraîné les milices du cartel de Medelin en Colombie, sont devenus des trafiquants d’armes à l’échelle de tout le continent africain, répandant le sang qui tâche les matières premières, coltran, diamant, uranium et pétrole.

Pourquoi retrouve-t-on toujours l’artefact du côté des fauteurs de troubles, de guerre et de crime ?

Convergence des Causes
13 avril 2008
http://www.convergencedescauses.com/content/view/1261/47/

Sunday, April 20, 2008

Carter : le blocus de Gaza représente un crime, un acte barbare et la popularité du Hamas progresse


En considérant que les efforts de Washington pour renverser le Hamas ont provoqué l'inverse




Palestine: L'occupation tue 29 Palestiniens dont dix enfants en une semaine seulement




Un rapport juridique a dit que les forces de l'occupation israéliennes ont tué, au cours de la semaine dernière, 29 citoyens palestiniens innocents dont dix enfants et un journaliste dans la bande de Gaza, alors que 81 autres dont 41 enfants ainsi qu'un journaliste et trois femmes ont été blessés.

Le centre palestinien des droits de l'homme a souligné dans son rapport hebdomadaire que 13 citoyens palestiniens dont 8 enfants et un journaliste ont été tués, alors que 32 autres ont été blessés dans la région de Jouhr Al-Dick, au milieu de la bande de Gaza, en plus de sept martyrs et de 27 blessés lors d'une incursion sioniste dans le camp d'Al-Boureij, au milieu de la Bande? Il y a aussi eu deux martyrs lors d'opérations d'assassinat, au nord de Gaza.

Le 11 avril 2008, les forces occupantes ont tué neuf citoyens palestiniens dont deux résistants des brigades d'Al-Qassam et deux enfants, alors que 27 autres ont été blessés dont trois dans un état grave par les tirs des forces occupantes qui ont envahi la région, rasé les terres agricoles et détruit plusieurs maisons.

Les 14 et 15 avril, les forces occupantes ont effectué deux opérations d'assassinat, tuant six résistants palestiniens, au nord de la Bande.



Les ambulances vont s'arrêter ce samedi à Gaza après la fin du carburant

La direction générale des urgences dans la bande de Gaza a affirmé que toutes les ambulances vont complètement s'arrêter, ce samedi 19/4 à 6h00 du soir.

Le directeur des urgences au ministère de la santé, Dr. Mouawia Hassanine, a dit dans une déclaration de presse dont le Centre Palestinien d'Information a reçu une copie, que tous les propriétaires des stations ont affirmé qu'ils ne possèdent plus de de carburant. En conséquence, les ambulances vont s'arrêter ce samedi à 18h00.

Il a averti de la difficulté de la situation durant ces jours et il a dit que les agressions et les bombardements sionistes sont continuels et que des dizaines de blessés attendent de pouvoir se soigner à l'extérieur de la Bande.

Le ministère de la santé a également annoncé, il y a deux jours, l'arrêt des opérations chirurgicales et la fermeture des chambres d'opérations dans tous les hôpitaux de la bande de Gaza, à cause du blocus sioniste.

Le ministère a appelé l'organisation internationale de la santé et les autres organisations de la santé et des droits de l'homme, ainsi que toutes les institutions de la communauté internationale, à intervenir immédiatement pour arrêter cette catastrophe humanitaire qui menace la vie des malades.


Carter : le blocus de Gaza représente un crime, un acte barbare et la popularité du Hamas progresse
Carter : le blocus de Gaza représente un crime, un acte barbare et la popularité du Hamas progresse


L'ancien président Américain, Jimmy Carter, a condamné les pratiques de l'entité sioniste et de la direction américaine, en considérant que le blocus de Gaza représente un crime et un acte barbare, en soulignant que les tentatives américaines pour renverser le pouvoir du Hamas ont conduit à des résultats inverses.

Lors de sa conférence au Caire avec la délégation du Hamas, présidée par Mahmoud Zahhar, Carter a souligné, jeudi 17/4, que les palestiniens de Gaza meurent de faim et ne possèdent même pas la nourriture du plus pauvre pays en Afrique.

Lors d'un article publié par l'agence" Reuters", Carter a dit que cela représente acte et un crime sauvage, en qualifiant sa continuation d'acte méprisable et inacceptable.

L'ancien président américain a insisté sur l'importance d'adhérer le Hamas dans tous les arrangements pour contribuer à une vraie paix, en indiquant que certains dirigeants sionistes sont prêts à discuter avec le Hamas, tout en espérant que les entretiens soient réalisés bientôt, selon ses déclarations.

Après son arrivée au Caire, Dr. Zahhar a salué l'initiative de l'ancien président américain, Jimmy Carter, en rencontrant les leaders du Hamas, en déclarant aux journalistes que Carter a pu briser tous les obstacles israéliens qui ont tenté de l'empêcher à rencontrer les dirigeants du Hamas.

« Carter a affirmé "la légitimité du Hamas", en montrant qu'il représente un mouvement patriotique pour la libération de la Palestine", malgré que Carter n'a pas dit cela », a ajouté Zahhar.


Mechaal rencontre Jimmy Carter à Damas pour discuter de la situation au Moyen-Orient

L'ancien président américain, Jimmy Carter est arrivé à Damas, vendredi 18/4 à 22h15, dans le cadre d'une tournée régionale, et s'est entretenu longuement avec le chef du bureau politique du mouvement du Hamas, Khaled Mechaal, une rencontre qui a été critiquée par les Etats-Unis et l'Etat de l'occupation.

L'entrevue qui a débuté l'après-midi dans le bureau du mouvement du Hamas à Damas a duré plus de quatre heures, selon un journaliste de l'AFP, mais rien n'a filtré sur le contenu de ces discussions.

Le responsable du Hamas Mohammed Nazzal a néanmoins précisé qu'une autre rencontre est prévue, cette soirée, entre les conseillers de M. Carter et des membres du bureau politique du Hamas pour examiner les détails, notamment le prix de la libération du soldat israélien capturé (Gilad Shalit), et l'arrêt des tirs de roquettes contre des buts de l'occupation.

Avant le début des entretiens, le dirigeant du Hamas Moussa Abou Marzouk, qui a été joint par téléphone, avait affirmé que le dialogue entre les deux hommes va aborder le sort du soldat capturé, ainsi qu'une éventuelle trêve et la levée du blocus imposé contre la bande de Gaza.

Au Caire, un haut responsable du Hamas, Mahmoud Zahhar, a réaffirmé, vendredi 18/4, les conditions posées par le mouvement du Hamas pour la libération du soldat israélien Gilad Shalit, qui a été capturé lors d'une opération exécutée par des résistants palestiniens contre un poste militaire israélien, sur la frontière avec Gaza, en juin 2006.

Les dirigeants du Hamas ont jugé qu'une offre de libération de Shalit en échange de 600 prisonniers palestiniens était "raisonnable" étant donné que le nombre de Palestiniens enlevés a atteint 11.000 détenus palestiniens dans les prisons de l'occupation.

Avant de discuter avec Khaled Mechaal, Jimmy Carter s'était entretenu avec le président syrien Bachar Al-Assad.

Selon l'agence officielle Sana, il a été jugé important de mobiliser tous les efforts pour alléger les souffrances des Palestiniens et lever le blocus contre Gaza.

Carter a dit : "Il est très important de rencontrer les dirigeants du Hamas pour savoir leurs points de vue".

De son côté, le porte-parole du Hamas Sami Abou Zouhri avait déclaré que la rencontre avec Mechaal allait être une occasion pour préciser les positions du Hamas et permettre de briser la politique d'isolement imposée par les Etats-Unis, l'occupation et d'autres parties.

L'ancien président américain a également insisté sur le dialogue avec la Syrie, en jugeant difficile l'arrivée à une paix dans la région sans elle.

Après la Syrie, Carter doit se rendre en Jordanie et en Arabie Saoudite.


Nazzal : Les rencontres de Carter avec Mechaal représentent un coup pour les USA et l'occupation

Le membre du bureau politique du mouvement du Hamas Mohammed Nazzal a affirmé que les deux rencontres qui ont regroupé l'ancien président américain Jimmy Carter et Khaled Mechaal étaient positives, en déclarant que son mouvement a montré sa position envers toutes les questions.

Lors de ses déclarations à la chaîne d'Al-Aqsa, Nazzal a dit que ces rencontres représentent un grand coup aux Etats-Unis, à l'occupation israélienne et à certaines parties palestiniennes et régionales qui ont tenté d'isoler le mouvement du Hamas.
Il a ajouté que son mouvement sait que Carter ne possède aucune autorité politique, mais qu'il détient un pouvoir moral, tout en ajoutant que personne ne peut négliger sa qualité politique, car l'ancien président des Etats-Unis est un homme respecté par tout le monde.

Le membre du bureau politique du Hamas a salué les positions de l'ancien président américain Jimmy Carter contre le racisme de l'entité sioniste, ainsi que son refus du blocus injuste imposé contre les Palestiniens, tout en soulignant que le mouvement du Hamas n'oubliera pas que Mr. Carter était le responsable des équipes qui ont surveillé les élections législatives palestiniennes, qui a témoigné qu'elles étaient libres et transparentes.

www.palestine-info.info

Saturday, April 19, 2008

Rita Katz's Jewish Media Group, SITE, release the latest "al-Qaeda" recording


Don't let the fact that Rita has been paid huge sums of money by the federal government and the FBI as a consultant blur the story line about the boogeyman known as "al-Qaeda."

The Jewish owned media group, S.I.T.E. Intelligence, led by Rita Katz, is back in action, releasing yet another tape--only audio--purported to be by al-Qaeda's #2, al-Zawahiri.

Instead of running with an actual news story, the whole damned thing stinks of a psyop press release, with the same story repeated numerous times in the world press, as shown in this release. Search the story on the 'Net and see how alike each and every article is.

Zawahiri urges Muslims to make Iraq 'fortress of Islam'

Again, Ms. Katz is the first one to get ahold of this tape, just like numerous other video and audio recordings alleged to be made by AQ.

Katz and her "handlers" are using their usual modus operandi by releasing this story to the overseas press, so that today, it can be picked up and run as a "legit" story by the American MSM.

Again, the question needs to be asked, as it was asked here on WUFYS last Fall, about Katz:

How is it that a Jewish owned group like S.I.T.E. can outperform the world's best and brightest in the intelligence field and be the first to know that a group like al-Qaeda is getting ready to release another tape?

How is it possible that Rita Katz and S.I.T.E. can work this magic? Maybe looking at Katz's background will help:

Rita Katz is Director and co-founder of the SITE Institue. Born in Iraq, her father was tried and executed as an Israeli spy, whereupon her family moved to Israel the move has been described as both an escape and an emmigration in different sources. She received a degree from the Middle Eastern Studies program at Tel Aviv University, and is fluent in Hebrew and Arabic. She emigrated to the US in 1997.

Immigrated to the U.S. in 1997, yet Rita, at this link, claims to have participated or obsreved alleged AQ operations in the U.S. going back to 1986.

Maybe Rita is a clairvoyant, to have participated and observed events in the U.S. before she was even in this country.

Rita's been busy, unearthing and making unique finds that no one else was able to spot, not even the world's intelligence agencies, as this article shows Rita "discovering" a book in the 1990's called "The Arab Volunteers in Afghanistan."

Katz tells the world stage that the obscure book is a regular "Who's Who of al-Qaeda."

My, my, my. What a lucky find for Ms. Katz, especially considering that book was so obscure.

She has been making these "unique" discoveries about AQ and other allegedly sinister plots all over the place and usually is the first and only one to unearth this data.

Katz has even bragged that she knows more about al-Qaeda than the FBI does.

Don't let the fact that Rita has been paid huge sums of money by the federal government and the FBI as a consultant blur the story line about the boogeyman known as "al-Qaeda."

Question: If al-Qaeda is such a dangerous and far-reaching organization, as claimed by Katz and since Katz claims to have an intelligence line to the heart of this operation, then why doesn't AQ do something to eliminate this irritant who consistently exposes AQ ops?

Katz, whose book, Terrorist Hunter, published by a Harper Collins, which is owned by Zionist Rupert Murdoch, seems more like the Austin Powers character portrayed by Mike Myers in the movie, "Austin Powers: International Man of Mystery."

Except there's no mystery here to Ms. Katz. Katz is an obvious MOSSAD agent and is part and parcel of that agency's ongoing project to conflate the racist and Apartheid state of Israel's ethnic cleansing campaign of the indigenous Palestinians with the White House manufactured "War on Terror."

A war that is in need of a gargantuan funding increase by June of this year.

http://www.wakeupfromyourslumber.com/node/6467

Aimé Cesaire : Un homme comme on en fait plus...


NICOLAS SARKOZY NE DOIT PAS PROFANER LA MEMOIRE D’AIME CESAIRE !

"Je n’accepte pas de recevoir le ministre de l’Intérieur pour deux raisons. Première raison : des raisons personnelles. Deuxième raison : parce que, auteur du Discours sur le colonialisme, "je reste fidèle à ma doctrine et anticolonialiste résolu", déclarait Aimé Césaire pour expliquer son refus de recevoir Nicolas Sarkozy, ancien ministre de l’intérieur, lors d’un voyage prévu par ce dernier, puis annulé, aux Antilles en 2005, en signe de protestation contre la loi de février 2005 dont un article reconnaissait "le rôle positif de la colonisation".

Le père de la NEGRITUDE avait finalement reçu en mars 2006 celui qui était alors ministre de l’Intérieur, lui offrant son "Discours sur le colonialisme", tout en soutenant activement Ségolène Royal, candidate socialiste à la présidentielle, y compris en l’accompagnant lors d’un meeting malgré son grand âge.En guise d’hommage national rendu "au poète de l’universel", terme entendu en boucle dans les médias et les bouches des hommes politiques, la France officielle,celle des élites, se prépare à une parade carnavalesque à la Martinique. Et signe que le mauvais goût n’a plus de limites, l’on entend même parler d’une entrée au Panthéon du NEGRE MAJUSCULE.

N’ayons par peur des mots, il y a quelque chose de PORNOGRAPHIQUE, c’est le mot qui convient le mieux, dans toutes les gesticulations politiciennes visant à faire main basse sur la mémoire du rebelle éternel de la Basse pointe,commune natal,du chantre de la NEGRITUDE.S’il est permis de faire une entorse aux coutumes qui veulent que l’on fasse silence pour donner de la solennité à la Mort, et témoigner du respect à la famille, proches, amis et connaissances, c’est parce qu’il y aura un Nicolas Sarkozy en meneur de revue du bal des hypocrites.Quel foutage de gueule ! "Papa Césaire" appréciera, espiègle et malicieux qu’il est, que l’on dise haut et fort que tout Président de la République qu’il est, le chef de file de l’UMP n’est pas le bienvenue à la Martinique. Quel cynisme dans la récupération politique des obsèques d’un Homme qui s’est battu toute sa vie contre la férocité occidentale, lui assenant des vérités qui dérangeaient au point qu’en 1992, un François Bayrou décida de retirer ses écrits de l’enseignement scolaire. Etait-ce pour excès... d’anticolonialisme ? De qui se moque t-on ?

Aujourd’hui, n’en déplaise à tous ceux qui veulent oublier, histoire de communier autour de la mémoire de "Papa Césaire", nous le disons clairement : Nicolas Sarkozy n’a pas sa place aux obsèques à la Martinique, la présence d’un François Fillon aurait été plus acceptable. Voir le locataire de l’Elysée faire son cirque, le mot n’est pas fort, en se mettant en scène est révoltant. Cela pour quelques raisons évidentes.

Premièrement, Nicolas Sarkozy et son parti ( UMP) ont théorisé de l’aspect positif de la colonisation française. C’est dire s’ils recommenceraient au cas où l’occasion le permettrait.Nous ne sommes pas ni dupes ni naïfs, le corpus idéologique ayant conduit à loi est avant tout raciste et racialiste. Cela explique en partie pourquoi le locataire de l’Elysée partage avec les néoconservateurs le projet de "civiliser" et de "répandre la démocratie" dans le monde, d’où l’alignement sur la politique de George W Bush.

Deuxièmement, la présence du premier personnage de l’Etat français à la Martinique est particulièrement obscène puisqu’elle heurte la sensibilité légendaire d’Aimé Césaire face aux injustices et au racisme. Comment oublier la politique réactionnaire et négrophobe du gouvernement actuel ? Qui peut oublier que des Hommes, Femmes, Enfants sont traqués au quotidien au nom de la politique de "l’immigration choisie" ? enquetesQui peut oublier que la police nationale pousse à la mort des individus en raison de la couleur de leur peau ou de leurs origines ?

Troisièmement, on ne peut pas oublier que Nicolas Sarkozy est l’initiateur du ministère de "l’immigration et de l’identité nationale", comprenez par là un concept visant à "purifier" la France de ses ennemis......les Noirs et Arabes. N’a t-on pas entendu parler de "Racailles", "Karcher" et autres noms d’oiseaux utilisés en direction des "banlieues" ? Qui peut oublier que l’ancien ministre de l’intérieur s’est approprié le programme de l’extrême droite dans sa conquête du pouvoir ? N’est-ce pas en surfant sur les émeutes de Clichy/Bois et sur les morts des incendies dans les hôtels et habitations insalubres que Nicolas Sarkozy a conquis un électorat frileux et raciste, qui fantasmait sur une "invasion étrangère " de la France ?

Quatrièmement, il n’a échappé à personne que le locataire de l’Elysée s’est manifesté par ses prises de position en faveur de personnalités controversées qui n’ont eu cesse d’inciter à la haine "Anti-Noirs". N’est-ce pas Nicolas Sarkozy qui soutenait les propos de Bernard Accoyer, actuel Président de l’Assemblée Nationale, de Gérard Larcher et d’Hélène Carrère d’Encausse, qui affirmaient que les émeutes dans les "banlieues" étaient la conséquence de "l’immigration" africaine et de la polygamie ?

Cinquièmement, la présence d’un Nicolas Sarkozy aux obsèques d’Aimé Césaire est définitivement une provocation insupportable parce que l’on n’a pas oublié qu’il a ouvertement pris la défense du philosophe Alain Finkielkraut, qui s’était illustré par des propos incendiaires :

Extraits de l’interview dans le journal HAARETZ datant du 18 Novembre 2005 " (...) on nous dit que l’équipe de France est adorée par tous parce qu’elle est " black, blanc, beur ", en fait aujourd’hui elle est " black, black, black ", ce qui fait ricaner toute l’Europe. Si on fait une telle remarque en France on va en prison (...) (...) On n’y enseigne aujourd’hui que l’histoire coloniale comme une histoire uniquement négative. On n’enseigne plus que le projet colonial voulait aussi éduquer, apporter la civilisation aux sauvages.

( ...) si l’on met la shoah et l’esclavage sur le même plan alors on est obligé de mentir, car ce n’était pas une shoah. Et ce n’était pas un crime contre l’humanité parce que ce n’était pas seulement un crime. C’était quelque chose d’ambivalent. (...) mon père a été déporté de France, ses parents ont été déportés et assassinés à Auschwitz, mon père est rentré d’Auschwitz en France. Ce pays mérite notre haine. Ce qu’il a fait à mes parents était beaucoup plus brutal que ce qu’il a fait aux africains. Qu’a-t-il fait aux africains ? Il n’a fait que du bien. ( ...) Aujourd’hui la haine des noirs est encore plus forte que celles des arabes. ( ...) s’ils ont une carte d’identité française, ils sont français et, s’ils n’en ont pas, ils ont le droit de s’en aller.

Qui ne se rappelle pas que l’ancien ministre de l’intérieur trouvait que ce même philosophe était "digne de représenter l’intelligence française", alors que ce dernier en rajoutait dans la surenchère raciste, déclarant à propos des Martiniquais :

Extrait de l’émission " Qui Vive " diffusée, le 6 mars 2005, sur RCJ (Radio Communauté Juive) " (...) Et en plus, Dieudonné évidemment, en a profité en Martinique mais peut-être n’aurait-il pas eu besoin de cela pour jouer deux soirs de suite à guichets fermés devant une foule surexcitée. Les victimes antillaises de l’esclavage qui vivent aujourd’hui de l’assistance de la Métropole, mais passons... "(...)

Enfin, tout plaide pour que Nicolas Sarkozy soit le plus mal accueilli à la Martinique, d’autant plus que l’on n’oubliera pas de signaler qu’il a osé, certainement sous les conseils amicaux d’intellectuels communautaires, reprendre à son compte la théorie d’une "concurrence des mémoires", d’où sa dernière lubie de faire parrainer la mémoire des juifs déportés par les élèves de CM2. Et dans cette même logique, l’éducation nationale prévoyait de retirer l’enseignement de l’esclavage du programme en primaire. En clair, comme Nicolas Sarkozy s’oppose à la " concurrence des mémoires", il espère réduire au silence les revendications mémorielles et légitimes autour de la Traite Négrière Transatlantique. Ne disait-il pas pendant la dernière campagne présidentielle qu’il était opposé à la repentance permanente, sous entendu qu’il fallait vanter les aspects positifs de la colonisation dont "la France n’a pas à rougir". Comment peut-on laisser participer aux obsèques du père la NEGRITUDE un homme profondément cynique et négrophobe, qui justifie les crimes commis au nom d’une civilisation qui ont conduit à l’extermination de peuples, à l’extinction de cultures et au pillage de nombreux pays ? Sarkozy déwo ! ( Sarkozy dehors en créole)

http://www.alert2neg.com/article-18...