Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Friday, June 19, 2009

Scandale d'Etat : Sarkosy et le lobby israelien a nouveau lié a des operations terroristes apres l'Espagne, l'Algerie, le Pakistan.

L'agent israelien Sarkosy au cote de l'agent britannique du MI6 Zardari


Pakistan, Chirac a bien bloqué les com' des intermédiaires balladuriens

Une déclaration d’un avocat et c’est l’emballement médiatique. Amateur de dossiers explosifs (l’affaire Borrel notamment, bientôt l’affaire Boulin) Me Olivier Morice ne s’est pas privé de provoquer un léger séisme vendredi 19 juin.



L’avocat des victimes françaises de l’attentat de Karachi (Pakistan) en 2002 a tout bonnement dévoilé que la bombe qui a tué 11 ingénieurs français de la DCN ne serait qu’une résultante d’une bisbille politico-financière franco-française. « La piste cruellement la plus crédible, c’est que l’attentat a eu lieu car la France n’avait pas versé les commissions sur lesquelles elle s’était engagée, dans le cadre de la vente de sous-marins ».



Et, un peu plus précis, d’expliquer. « Ces commissions ont été arrêtées à l’arrivée de Jacques Chirac à la présidence de la République en 1995 afin que des rétrocommissions ne soient pas versées », sous-entendu aux équipes Balladur.



Bref, une guerre de gros sous chiraco-balladurienne remontant aux années 90 serait responsable de la mort de onze ingénieurs français dans un attentat ! Explosif ! Et encore à établir.
La guerre des intermédiaires



Un brin plus avérées en revanche sont les manoeuvres que Jacques Chirac, tout juste arrivé à l’Elysée, a mis en oeuvre pour récupérer les dites commissions des mains des intermédiaires balladuriens. Et cela n’a rien d’une « fable grotesque », comme l’affirme ce vendredi 19 juin Nicolas Sarkozy au sujet des liens éventuels avec les attentats de Karachi.



Notamment sur la vente de trois sous-marins d’attaque à propulsion classique Agosta 90 B, construits par la DCN (direction des chantiers navals devenue depuis DCNS) commandés par le Pakistan le 21 septembre 1994. Ce marché, d’un montant de 840 millions d’euros, a été conclu sous l’égide de François Léotard, ministre de la Défense d’Edouard Balladur. Principal destinataire des commissions, un intermédiaire fort proche des réseaux balladuriens de l’époque et bien connu des fidèles de Bakchich, Ziad Takkiedine.



L’homme d’affaires libanais est dûment mandaté par la DCNI en 1994, la filiale commerciale de la DCN, comme en attestent les documents ci-joints. Avec à la clé un joli pactole de 33 millions d’euros, soit 4 % du montant total du contrat. A charge pour lui de rémunérer les officiels pakistanais qui ont facilité l’obtention du contrat, voire à renvoyer un peu l’ascenseur à ses amis balladuriens…



Le contrat de consultant à Takieddine signé par DCNI pour les sous-marins vendus au Pakistan
Or, la Chiraquie est persuadée que ces gros contrats et leurs commissions ont servi à remplir les poches balladuriennes, et à financer leur campagne. Ce qu’aucune enquête judiciaire n’a jamais pu prouver. Qu’importe, il s’agit de bloquer le versement du magot. Histoire de se rassurer et empêcher la constitution d’un hypothétique trésor de guerre du camp Balladuro-sarkoziste.



Sitôt Chirac arrivé à l’Elysée, l’ami Ziad, l’homme d’affaires libanais mandaté par la DCNI, fera aussi l’objet d’un tout autre contrat. La DCNI, toujours elle, mandate Control Risk Management, une société de sécurité privée pour le secouer.



Il faut, en effet, l’empêcher de toucher le reste de la commission sur les sous-marins pakistanais.
Control Risk Management, alors dirigée par un certain Frédéric Bauer, facturera (voire notre document ci-dessous) 120 600 francs, soit 18 400 euros.



La facture adressée par Control Risk Management à DCNI pour avoir gentiment impressionné les intermédiaires. Objectif de la Chiraquie, faire en sorte de « rapatrier » les commissions.



L’objectif est d’exiger – gentiment, bien sûr – que Takieddine accepte de signer immédiatement un avenant, l’engageant à renoncer, à partir de la fin août 1996, à son contrat de consultant. On le vire, mais il aura finalement perçu 88% des 33 millions d’euros dus, ce qui fait quand même un joli pactole… A peu près 28 millions d’euros



Et la purge des commissions ne touche pas que le contrat Pakistanais, mais tous les contrats « mammouths », comme disent les spécialistes, signés sous l’égide du gouvernement Balladur avant la présidentielle de 1995 : un avenant au marché des frégates de Taiwan, des sous-marins au Pakistan, mais surtout d’autres frégates vendues à l’Arabie saoudite (Sawari). En tout 3,9 milliards d’euros de matériels.



Des commissions et un grand nettoyage



Une étude publiée en 2003 par le service historique de la Défense, émanation très sérieuse du ministère de la Défense, l’a même souligné : « Notons que sur l’initiative de Jacques Chirac quelques amendements sont apportés au contrat Sawari II. Le nouveau chef de l’Etat français obtient, en particulier, la diminution du montant des “commissions” versées en pareil cas aux “intermédiaires” ». Tout y est, mais la fameuse étude a depuis été retirée du site du ministère.



Le grand nettoyage commence donc. Des investigations sont menées par la DGSE sur des proches de François Léotard, dont on imagine qu’ils ont pu être informés en interne sur les intermédiaires et leurs contacts en Arabie saoudite. La Chiraquie triomphante remet en cause à la fois le patron de la Sofresa, la société rassemblant l’Etat et les industriels pour traiter avec l’Arabie saoudite, et les intermédiaires choisis par les balladuriens. De la Sofresa est viré Jacques Douffiagues, son président, grand copain de Léotard, pour laisser la place à Michel Mazens, un homme dans la ligne du nouveau pouvoir, considéré comme proche du RPR, l’un des ancêtres de l’UMP.



De même pour l’associé de Takieddine, Ali Bin Mussalam. Son contrat, déposé dans le coffre d’une banque suisse, le liant à la Sofresa pour la vente des frégates à Riad, est déchiré, « en dépit des nombreux coups de fil de pression, d’amis haut placés, pour essayer d’arranger les choses », a raconté Mazens dans un livre. Le solde de la comm que Bin Mussalam n’a pas touché va être réorienté. On parle de proches du Premier ministre Rafic Hariri, grand copain de Chirac… C’est sûrement faux, il ne faut pas voir le mal partout.



Lire ou relire le dossier que Bakchich avait consacré à la DCN et aux ventes d’armes :



La police judiciaire cite le nom de Sarkozy dans une affaire de corruption Dans un rapport de police du 5 mars 2007, remis à deux juges d’instruction, un flic insolent écrit noir sur blanc qu’une société a été créée au Luxembourg en 1994, « avec l’aval du ministre Nicolas Sarkozy » et de « Nicolas Bazire, directeur de cabinet (…) Ventes d’armes : décryptage d’un échec à 750 millions d’euros « Bakchich » clôt aujourd’hui sa saga sur les grandes et petites coulisses des derniers grands contrats d’armement, notamment ceux liés à la Direction des constructions navales. Pour finir, une note confidentielle de l’ambassade de France en Australie (…) Ventes d’armes, DCN, Thalès, caisses noires : les révélations de « Bakchich » (Ière Partie)




Durant deux ans d’enquête préliminaire, les flics ont découvert à la Direction des constructions navales (DCN) les caisses noires des grands marchés d’armement français de ces dernières années. Pour l’instant, la justice qui vient de confier le dossier à (…) Ventes d’armes de la DCN et de Thales (IIè partie), des grands contrats des années 90 aux petits arrangements entre amis « Bakchich » a pu se procurer des documents confidentiels sur le fonctionnement de la Direction des constructions navales (DCN), montrant notamment le rôle clé joué par l’intermédiaire Ziad Takiedine, à l’époque où Edouard Balladur était Premier (…) Jean-Marie Boivin, l’Alfred Sirven de l’armement (IIIè partie) Comme l’a révélé hier « Bakchich », les mises en examen commencent à tomber dans l’affaire de la Direction des constructions navales, notamment le mercredi 25 juin, contre un ancien de la Dst, qui menait de discrètes missions pour nos vaillants vendeurs (…)




Quand Chirac et Balladur se disputaient les caisses noires (IVè partie) Ventes de frégates, sous-marins, torpilleurs et autres bateaux militaires : autant de marchés juteux signés par nos hommes politiques et les industriels, et dont « Bakchich » raconte les coulisses. La bagarre qui a déchiré la droite pour la (…) Quand le gouvernement Jospin faisait des affaires avec les copains du général Pinochet Pour vendre des sous-marins au Chili en 1997, Jacques Chirac et Lionel Jospin ont laissé la Direction des constructions navales faire appel aux services d’un des conseillers les plus proches du général Pinochet. Et ce contrat juteux court encore (…)

http://www.bakchich.info/Pakistan-Chirac-a-bien-bloque-les,08081.html

No comments: