Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Monday, August 31, 2009

Dheerujlall Seetulsingh’s flawed and prejudicial Human Rights


Dheerujlall B Seetulsingh
Chairperson of the Mauritian National Human Rights Commission (NHRC)




Article 1 of the United Nations Universal Declaration of Human Rights states : « All human beings are born free and equal in dignity and rights. They are endowed with reason and conscience and should act towards one another in a spirit of brotherhood ». Such rights refer to basic rights and freedoms irrespective of race, sex, colour, religion or other status. They include civil and political rights, the right to life and liberty, freedom of expression, equality before the law, economic, social and cultural rights, and the right to food, work and education. Having, as Solicitor General in 1998, denied an adopted orphan the right to officially bear the name of her adoptive Father, Dheerujlall Seetulsingh was appointed Chairperson of the National Human Rights Commission of Mauritius in April 2001.






Human Rights Report 2008 (Mauritius)
The Mauritius National Human Rights Commission (NHRC) was set up under the « The Protection of Human Rights Act 1998 ». The functions of the Commission are to enquire into written complaints made (i) by any person who feels that any of the human rights enshrined in Chapter II of the Constitution has been violated or is likely to be violated by the act or omission of a public officer or employee of a public body; (ii) by any person against an act or omission of a member of the police. Public body is defined as (a) a Ministry or Government department; (b) a Local Authority; (c) a Parastatal Body; (d) a Company where Government by holding shares or otherwise is able to influence that company's policy or decisions. Hence, the Mauritian NHRC cannot enquire into any human rights complaints made against a non-government body. It is also clearly stated as a limitation: « The NHRC does not deal with complaints relating to economic, social and cultural rights »? Another limitation is that the NHRC is not empowered to « enquire into any private dispute between individuals or any complaint against private employers or professionals, e.g lawyers, doctors, etc. ».

However, in his Human Rights Report 2008, Me Dheerujlall Seetulsingh, former Solicitor General, former Judge and Chairperson of the National Human Rights Commission of Mauritius since April 2001, went outside what he is authorised to do (ultra vires) by proposing constitutional amendments to include proportional representation (which is not a right), the protection of economic and social rights (which is excluded from his functions), the Creation of a Court of Appeal (which has to do with the reform of the judiciary rather than human rights). The Chairperson also advocated positive discrimination (affirmative action), which is not a right, in order to increase the number of women lawmakers because of « gender imbalance », and he criticised the Legislative Assembly for not having addressed the issue at the adoption of the Equal Opportunities Act in December 2008. All this sounds more like a political agenda.

‘Awareness’ of Human Rights
Even in areas which fall within the functions of the NHRC, Dheerujlall Seetulsingh’s Human Rights Report 2008 is littered with flaws. In his interview published in Mauritius Times of 17 July 2009, speaking about Mauritius, Dheerujlall Seetulsingh says « There are no important human rights violations which are considered worth reporting in Amnesty International’s Annual Report » and that « Mauritius was reviewed favourably this year by the Human Rights Council in Geneva », upon which he concludes that Mauritians « have good reasons to be proud » of their Human Rights records. Mauritians are bound to wonder why so much taxpayers’ money should be spent on the Human Rights institution if all Dheerujlall Seetulsingh can do is rely on what other Human Rights organisations are saying or not saying. He speaks of « awareness amongst the Mauritian public of basic human rights » rather than protection of their Human Rights. He also speaks of alleged police brutality as « having stabilized » as if this is an acceptable yardstick in the measurement of respect for Human Rights.

In fact, in its 2002 Annual Report for Mauritius, Amnesty International reported : « At least four detainees were reported to have died in police custody as a result of torture or other cruel, inhuman and degrading treatment. Others alleged torture and ill-treatment by police at the time of arrest. The government established a National Human Rights Commission in April which opened investigations into allegations of police torture, but international standards for such inquiries appeared not to have been met. »

DNA database and Police States
In the matter of objections to the holding of DNA profile of innocent people (including children), Dheerujlall Seetulsingh argues that « requiring a person to give his/her DNA sample does not really infringe upon his/her right to privacy » and that « there is no such thing as the right to privacy in our Constitution » [Mauritius Times, 17 July 2009]. But, even if the constitution does not specifically mention the right to privacy, the law does recognise such right, with certain limitations. He appears to be all for a DNA national database. He clearly does not believe that this is a civil, hence, a human right that should be protected while all other Human Rights organisations across the world are fighting tooth and nail to protect such civil liberties and to prevent the establishment of Police States. The European Courts of Human Rights even ruled that this violated people’s fundamental rights to privacy. It is striking that Dheerujlall Seetulsingh proposes no amendment to the Constitution in order to protect citizens’ civil rights, especially given that DNA analysis is not a precise science and subject to interpretations, and that DNA mismatch and the risk of contamination are not uncommon. Israeli scientists recently claimed that DNA could be falsified. Professor Allan Jamieson, director of Edinburgh's Forensic Institute, said « I fear innocent people will be mistakenly identified as suspects as a consequence of being on this database ». When innocent people are on such a database, this means that they are permanent suspects, which Dheerujlall Seetulsingh wrongly believes is not an infringement of those citizens’ rights. His stance is prejudicial to the protection of Human Rights, and regarded by many as anti-Human Rights.

Religious discrimination
By letter dated 6th January 1998, Dheerujlall Seetulsingh, then Solicitor General, rejected, without giving any reason, Ms Sen Seetulsingh’s (my wife’s) application for official change of name as the adopted daughter of the late Ramduthlall Seetulsingh of Curepipe and as having been brought up as a member of the Seetulsingh family for nearly 25 years. An appeal by way of judicial review was lodged and the matter was settled in her favour and the annotation « Sen Seetulsingh » finally entered in her birth certificate. However, in the article « Prêt à tout pour porter le nom ‘Seetulsingh’ », l’Express 16 April 2009, Sen’s ‘niece’, Sharmila Seetulsingh-Goorah, under the delusion that people are prepared to do anything to bear the ‘Seetulsingh’ name which she believes is of superior Hindu caste or status, stated that the reason for rejection was because Sen (an orphan of Mother) was born of Muslim parents (who were effectively regarded as ‘low caste’ because they were Muslims). To date, Dheerujlall Seetulsingh, a relative of Ramduthlall Seetulsingh’s family, has not disputed S S Goorah’s allegation that the administrative decision to deny Sen Seetulsingh’s human right to bear the surname of her adoptive Father was based on religious discrimination, which is regarded as a form of racism. It is well known in the Seetulsingh family that Dheerujlall Seetulsingh has always been dead against Sen Seetulsingh officially bearing the Seetulsingh name for the same discriminatory reasons stated by Sharmila Seetulsingh-Goorah.

Denial of right to bail
Dheerujlall Seetulsingh brushed aside the internationally reported human rights violations of Muhammad Cehl Fakeemeeah (also called Cehl Meeah), the leader of the now defunct Mauritian Hizbullah Islamic party, who was arrested in December 2000 upon the uncorroborated allegations of one or more self-confessed criminals and kept in police custody for nearly three years without bail (during which time he was tortured). Amnesty International commented on this case in its 2002 Report. The UK based Islamic Human Rights Commission also commented in great length on the plight of Cehl Meeah against whom all charges were dropped in 2003. However, Dheerujlall Seetulsingh is not only silent on the matter, but he proposed no amendment to the constitution to prevent such violation either. Nor does he propose the repeal of the post US 9/11 « Prevention of Terrorism Act 2002 » (PoTA), a piece of legislation in breach of human rights and designed primarily to target Muslims in Mauritius in the aftermath of 9/11 and which law former President Cassam Uteem rightly refused to give assent to and resigned.

Conclusion
In his 2008 Human Rights Report, Dheerujlall Seetulsingh makes no recommendation for the protection of the rights and interests of adopted children, but chose to make ultra vires recommendations on social and economic rights, on positive discrimination in favour of women politicians, and so on. How does he propose to force women to do politics, force political parties to select women candidates and force voters to vote for them ? Is it proper for the Chairperson of the National Human Rights Commission to advocate any form of prejudice or discrimination?

Pro-DNA database and pro-discrimination Dheerujlall Seetulsingh appears to obtain his inspiration from human rights violators from countries like Egypt, a brutal dictatorship under Mubarak, South Africa, a country still grappling with the fallout of apartheid, France, an intrinsically racist country violating Human Rights, especially of Muslims, every single day, as he specifically mentioned those countries as examples to follow in matters of ‘human rights’. His refusal letter against the right of an adopted orphan to officially bear the surname of her adoptive Father because of a racist caste system and religious discrimination needs no further explanation. In view of such bias and prejudice, can Dheerujlall Seetulsingh be regarded as defending the Human rights of every citizen? Furthermore, his 2008 Report contains too many obvious flaws and ulra vires comments and recommendations that he should, in the public interest, resign as Chairperson of the Human Rights Commission of Mauritius.

M Rafic Soormally
London
31 August 2009

The Massacre of Muslim Civilians is always: 'Self-Defence' but never Terrorism

British war criminals happy to slaughter more and more innocent to keep 'their broken dream of empire' alive


The Anglo-US-Israeli axis continues to market the murdering of Muslims civilians as the result of self-defence, through its media outlets. Any impartial observer seeing the carnage in Iraq, Lebanon and now in Gaza would conclude differently, because it is obvious who is being terrorised and slaughtered. Naturally, the gruesome images from Gaza have caused the ordinary masses in all parts of the world to take to the streets and protest; this is unprecedented in our recent history.

It is disgusting to see the pro-Israeli commentators having the 'chutzpah' to claim that Israel has the higher moral grounds, whilst committing mass murder in the concentration camp of Gaza. The sheer barbarism shown by Israel has full endorsement from the US and British governments. Most Israelis do not feel remorse for the killing of gentiles. In the US, you see the pro-Israeli Jews [1] are celebrating the bloodletting. I will elaborate later on the Israeli barbarism. There is also tacit approval of this carnage from the Arab regimes, deduced from their silence and inaction.

As a mark of true democracy, Israel and the US are ignoring the mass protests, and the resolution 1860 issued by the UN General Assembly that reflects the opinion of the vast majority of the world's population. The vote was unanimous, 142 in favour, 4 against and 8 abstentions. This is why the democracies have setup the Security Council, so that UN can reflect the interests of the tiny minority!

The assembly president, Nicaragua 's Miguel d'Escoto Brockmann said [2]

"The violations of international law inherent in the Gaza assault have been well documented: collective punishment; disproportionate military force; attacks on civilian targets, including homes, mosques, universities, schools."


He also pointed out the ungrateful nature of the Jewish State and said:

"It seems to me ironic that Israel, a state that more than any other owes its very existence to a (1948) General Assembly resolution, should be so disdainful of United Nations resolutions,"

There was also consensus that Israel had committed war crimes in Gaza and there were calls for further investigation. Had a fraction of this being done by a Muslim country, the US troops, not the UN troops with blue helmet would have already been sent on bombing missions.

Israel knows the world is becoming desensitised to shedding of Muslim blood, because it is easy to justify killing on a mass scale once you have demonised the population. Sounds familiar, yes the tactics used by the Nazis. The victims have learnt well from their Holocaust experience it seems! The business of marketing and exploiting holocaust continues to this day.

There is no oil in Palestine except the olive oil, which explains why the US-run organisation, the UN is paralysed. Now remember, the so-called world community of US-led coalition moved to save the 'poor' Kuwaitis from Saddam Hussein, back in 1991, as if there was moral crusade to restore justice, international law and nothing to do with oil.

The Zionists have excelled not just in killing defenceless women and children but the propaganda campaign that goes with it. They have abundant money, influence and resource at their disposal, with the added advantage of knowing the Arabs will use their oil money only to build more shopping malls to make way for Zionist companies like Starbucks and Marks and Spencer. Frequently repeating a point, regardless of is merit is effective when the quality of the audience is so poor, like the docile and illiterate masses in the US . Therefore, the Zionists are constantly propagating the following points, which the media amplifies:

a) They repeat constantly, Hamas is a terrorist organisation and not the democratically elected body. This terrorist label is given irrespective of who is actually being terrorised and slaughtered. The underlying 'logic' is Hamas made weapons delivers terror but the US-Israeli weapons do not! However, in reality it is Hamas and the Palestinians who are being terrorised and slaughtered since 1948. Hamas are considered to be terrorists defending their homes, but the Jews imported and 'settled' on stolen lands are innocent victims, what an irony.

b) In contrast, Israel is not a state terrorist or terrorist of any sort no matter how much terror and carnage it delivers. No matter how many women and children they kill. Rather, Israel is often glorified in the West as the only democracy in the Middle East despite having clear characteristics of an apartheid state. Concurrently it implies the Arabs are too uncivilised to be democratic.

c) Hamas is portrayed as the belligerent aggressor, because they launched thousands of 'deadly' missiles. Israelis have suffered negligible casualty from those homemade missiles in comparison to what is happening in Gaza. Therefore, it is far easier to repeat that thousand of missiles launched from Gaza, as it is too embarrassing to justify the killing of 1000 Palestinians for a handful of Jews. Especially from a nation, that upholds the ethos of - an eye for an eye and a tooth for a tooth.

d) As usual, the 'weak' and 'vulnerable' Israel is defending itself, as the US defended itself against the mighty Saddam Hussein armed with WMD! There is no mention of the continuation of the siege imposed over Gaza and breaking of the cease-fire back in November by Israel. History conveniently begins where Israel can be made to look like the innocent victim acting in self-defence. Commonsense dictates that the act of self-defence is repelling an advancing enemy, meaning the threat is real and active. The homemade Hamas rockets came in retaliation to the continuation of the subjugation of the Palestinians.

e) The most recent fantastic claim is Hamas is out there to kill every Jew. Here comes the business of marketing holocaust again. Israeli Jews once again faces total annihilation. Even if the Hamas statements are true, but can you blame them for saying that. Is this not the result of Israeli barbarism? Israelis should remember that the victims of Gaza would one day seek vengeance and dispense collective punishment.

The Zionist entity has shown barbarism before like in Sabra and ShatiIa, Qana and Jenin. In Gaza , they went a step further, and it is not just the killing of innocent civilians. In the Channel 4 interview [3], Mark Regev, the Israeli Prime Ministers spokesperson was asked why the Israeli Defence Force was preventing the Red Cross from reaching the dead and wounded civilians for three days. He was specifically asked why the starving children waiting for food by the corpses of their mothers were denied aid from Red Cross - which is not in the business of propaganda. Red Cross were eventually made to walk for one mile to get to the victims. Such behaviour is disgusting from a people who constantly wave the holocaust flag and howl of being victimised - if they have really suffered so much, they ought to behave at least like human beings and not beasts.

Yamin Zakaria (yamin@radicalviews.org)
London, UK

www.radicalviews.org

Sunday, August 30, 2009

Le mois du Ramadan à Gaza : jeûner est une vieille habitude


« Je sais maintenant pourquoi les gens ont conservé une seule habitude ou unique devoir durant le mois du Ramadan qui est d’aller à la mosquée et de prier », écrit Omar Ghraieb





Le premier jour du Ramadan dans les territoires palestiniens occupés était le 22 août 2009. On remarque qu’à la différence d’autres années, il y a cette fois-ci peu de préparatifs : les marchés ne sont pas plein de monde et ce mois ressemble à n’importe quel autre alors que l’ensemble du monde arabe et islamique se prépare pour le Ramadan et en fréquentant les marchés dans une grande animation.

Le premier jour était tout à fait commun, avec l’étrange sensation d’un silence auquel nous ne sommes pas habitués ici à Gaza : les enfants ne sont pas dans les rues, ni avant ni après le moment de l’Iftar, on ne les entend pas jouer, poussant des cris ou riant ou courant dans tous les sens, les gens ne se regroupent pas pour s’asseoir en cercle, que ce soit à l’arrière de leur maison ou sur leur pas de porte. Tout parait étrange.

J’ai commencé par interroger mes voisins sur ce phénomène, ou vais-je plutôt dire sur la disparition de ces phénomènes habituels et j’ai obtenu une réponse toujours identique. J’ai alors interrogé d’autres personnes que je connaissais et la même réponse m’a été donnée : « Nous ne nous sommes pas encore remis de la guerre pour le moment, il nous faut plus de temps pour guérir et oublier ». Je sais maintenant pourquoi les gens ont conservé une seule habitude ou unique devoir durant le mois du Ramadan qui est d’aller à la mosquée et de prier.

Ce qui s’est ensuite passé est vraiment la chose la plus étonnante. J’étais allé rendre visite à mon ami qui habite près du célèbre marché populaire de Gaza et vers 6 heures et demi du soir j’ai décidé de rentrer chez moi avant l’heure de l’Iftar. Alors que je cherchais un taxi, j’ai vu une vieille femme portant deux sacs très lourds et marchant avec peine. Je suis donc allé lui offrir mon aide.

Je me suis approché de cette femme qui s’est réjouie de ma proposition et j’ai saisi l’occasion de lui parler de mes observations du Ramadan en ce moment. Ce qu’elle m’a répondu m’a marqué.

Je lui ai demandé si ce que j’avais constaté était le fruit de mon imagination ousi vraiment le Ramadan était différent, et si les gens étaient toujours en état de choc. Elle a répondu avec une lourde inspiration : « Fils qu’attends-tu ? C’était une guerre qui a duré près d’un mois en volant la vie de nos familles, nos amis, nos voisins, nos parents et beaucoup de gens que nous connaissions, avec en plus la démolition de nos maisons et de nos terres. N’est-ce pas assez pour que nous soyons blessés et choqués à jamais ? »

J’ai répondu en disant : « Bien entendu, grand-mère, mais dites-moi pourquoi êtes-vous ici faisant vos achats d’épicerie ? Où sont votre fils ou votre mari ? Il fait très chaud et c’est fatigant pour une vieille dame d’être là à cette heure-ci. »

Elle m’a regardé et ses yeux étaient remplis de tristesse et d’angoisse. Elle a froncé les sourcils et m’a dit : « Mon mari est décédé il y a 5 ans. Alors qu’il pêchait sur cette dangereuse et maudite mer devant Gaza, les forces navales israéliennes ont visé son bateau et l’ont tué ainsi que son meilleur ami et son frère. J’ai quatre fils dont deux sont tombés en martyrs au cours de la terrible guerre qu’Israël a lancé contre nous pour commettre le pire génocide. Je vis maintenant dans une tente avec ma grande famille où je cuisine dans la chaleur de ce soleil et dors sur le sable brûlant. Israël m’a tout pris et je ne sais ce qu’il me reste si ce n’est mon âme ! »

J’ai senti mon coeur se serrer et je ne savais quoi lui dire, alors je lui ai demandé : « Grand-mère c’est trop de souffrances pour le mois du Ramadan et le jeûne, comment arrivez-vous à supporter tout cela ? »

Avec un surprenant grand sourire, elle m’a répondu : « Fils, le jeûne est une vieille habitude pour nous et la chaleur est tout simplement quelque chose à laquelle nous sommes très habitués, et ne me parlez pas de la façon dont nous sommes aussi familiarisés avec la pluie et la boue ! Il faut s’adapter à la vie et nous sommes le peuple au monde qui est le meilleur pour cela. Nous devons rester forts et résister, peu importe ce qui arrive. Pensez-vous que lorsque nous avons déménagés pour aller vivre dans une tente après la guerre, nous avons eu de quoi manger tous les jours ? Que nous dormions tous les jours ? Que nous nous sommes sentis en sécurité lorsque les chiens errants voulaient attaquer nos tentes ? Oh fils, il suffit de se livrer à Dieu et il prendra soin de nous et nous aidera à être plus forts. »

Je suis resté bouche bée, sentant une énorme douleur tandis que tous les souvenirs de la guerre me revenaient à l’esprit, et rien de ce que pouvais dire ne pourrait la consoler. Je gardai donc le silence en attendant de trouver un taxi. Elle m’a salué avec un sourire et caressé l’épaule en me promettant de me citer dans ses prières et elle m’a laissé en me disant : « Je dois dois rentrer à la maison, ou devrais-je aller à la tente » et elle riait, me laissant abasourdi qu’après tous ses malheurs, elle possède encore le sens de l’humour.

J’ai décidé de rentrer à pied et j’ai donc eu plus de temps pour penser, et après beaucoup de réflexion j’ai retenu trois faits :

Le jeûne est en effet une vieille habitude pour de nombreuses familles ici à Gaza.
Le génocide commis récemment contre nous a changé nos vies certaines choses ne reviendront plus jamais à la normale.

Nous avons besoin de beaucoup plus de temps pour guérir et nous remettre, bien plus que ce je pensais et nous aurons toujours la cicatrice de ce massacre dans nos cœurs.

Depuis Gaza vers le vaste monde, nous vous souhaitons à tous un Ramadan normal, avec la bénédiction de Dieu !

28 août 2009 - The Palestine Telegraph - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.paltelegraph.com/palesti...

Traduction : Claude Zurbach

Lien de l'article: http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7191

Friday, August 28, 2009

9/11 : Israel's Super-Thermite Lab


Israel's Nuclear Research Center - Negev near Dimona develops super-thermite films like that found in the rubble of the World Trade Center.


Israel's secret and super-secure nuclear lab is where the extremely powerful super-thermite of 9-11 was designed. The chief scientists involved in the manufacturing of the nano-composite used to pulverize the World Trade Center on 9-11 will be named in a forthcoming article in this space.

By Christopher Bollyn,
www.bollyn.com
www.bollyn.info (hijacked)

The thesis of my book, Solving 9-11: The Deception that Changed the World, is that a small gang of high-level Zionist extremists carried out 9-11. This group centers around the senior Israeli terrorist, Shimon Peres, who is currently president of Israel. This group includes other Israeli leaders, such as the former Israeli prime minister, Ehud Olmert, and the current prime minister, Benjamin Netanyahu. It also includes the Israeli minister of defense, Ehud Barak, and other less well known members of Israel's military intelligence establishment. Former Mossad officers, especially people like Arnon Milchan, who have been involved in building Israel's nuclear weapons arsenal with Shimon Peres, are also included.

Israel is run by a network of Zionist criminals like Ehud Olmert (seen here), Shimon Peres, and others. Olmert made a secret visit to New York City on September 10, 2001. All the security men in the world will be unable to protect Olmert and Peres when the evidence proves that 9-11 was a Zionist false-flag attack against the United States of America.

The crime of 9-11 is still very much at the center of the political stage. It is the real reason why the Zionist-controlled Barack Obama is president of the United States and why the 86-year-old Shimon Peres is president of Israel. The lie has to be defended to protect the real criminals. Shimon Peres, the father of Israel's nuclear arsenal, and the Zionist criminals who helped him build nuclear weapons in the Negev Desert are at the very center of the false-flag terrorism and deception of 9-11. Peres' friends and Mossad agents like Arnon Milchan, Rafi Eitan, Zvi Malkin, and Avraham Ben-Dor played crucial roles in both 9-11 and the creation of Israel's nukes. This is not merely coincidence.

These Zionist criminals are ruthless but they are not stupid. The most obvious questions are: Why did they do it? How did they think they could get away with it?

The main reason for 9-11 was to change the military equation in the Middle East and bring the United States and NATO into the region on a permanent basis to wage war against the foes of Israel. But how could they possibly think they would get away with such an audacious and heinous crime of false-flag terrorism?

Ariel Sharon, then prime minister, expressed the Israeli thinking when he told Shimon Peres, "We control America." The Israelis would not attempt such an outrageous crime without knowing that every aspect of the cover-up was under their control. As my book describes, the Zionists controlled every nodal point of the 9-11 cover-up. Michael Chertoff, an Israeli and the son of a Mossad agent, controlled the non-investigation and oversaw the destruction of the crucial evidence. The Zionist-owned media, particularly the New York media, Fox News, CNN/Time Warner, and the BBC have all participated in the cover-up and false interpretation of the events of 9-11. A devoted supporter of Israel, Alvin K. Hellerstein, has controlled all of the litigation that concerns the victims of 9-11. Lastly, Zionist agents control the White House and U.S. Congress. The Israelis figured that they had all the bases covered. Having staged many similar terror attacks in Israel, they figured they could get away with the big job in New York City on 9-11. They knew that most Americans would never suspect Israel of being behind such an outrageous crime.

What they didn't expect is that a few Americans would dig into the evidence and uncover every stone to find the real culprits. They certainly didn't expect that a careful and independent scientific analysis of the dust would reveal that a nano-composite form of super-thermite was used to pulverize the World Trade Center. We know that Osama Bin Laden did not have super-thermite, so who put tens of tons of the powerful nano-tech explosive in the Twin Towers? That is the crucial question that will reveal the true culprits of 9-11. The discovery of super-thermite in the dust of the pulverized Twin Towers exposes the hoax of 9-11. Whoever made this advanced nano-tech explosive film had access to the most advanced nano-technology in the world. It certainly was not a gang of Moslem terrorists.


This is the extremely powerful nano-composite used to pulverize the World Trade Center on 9-11. This is a form of super-thermite that was applied as a highly energetic film to the interior surfaces of the Twin Towers.

The pyroclastic dust clouds of 9-11 looked very much like a nuclear blast. The super-thermite that pulverized the Twin Towers was designed at Israel's super-secret complex that manufactures nuclear weapons.

To support my research click on the Donation button or send a PayPal donation (as a "Gift") to bollyn@bollynbooks.com

Monday, August 24, 2009

Arctic Sea : Confirmation of the involvement of Mossad in the kidnapping of Russian cargo ship


Warning : High probability of false flag operation in Netherlands, Great Britain and France


Confirm the involvement of Mossad in the kidnapping of Russian cargo ship


WASHINGTON: According to sources, the Nezavisimaya Gazeta newspaper that the persons who are suspected pirates who boarded the cargo ship "Arctic Sea" In fact, members of the Israeli intelligence (Mossad) were trying to prevent the ship from the transfer of weapons to Iran.


وكانت السفينة قد اختفت قبل أكثر من ثلاثة أسابيع من رصدها قبالة الساحل الغربي لأفريقيا وتمكنت القوات الروسية من تحرير طاقم السفينة المكون من 15 بحارا روسيا الاثنين الماضي قرب جزر كيب فيردي. The ship had disappeared more than three weeks of monitoring off the west coast of Africa and the Russian forces to free the crew of 15 sailors Russia on Monday, near the Cape Verde.


وذكرت وسائل إعلام روسية أنه ربما كانت السفينة "أركتيك سي" تحمل صواريخ طراز كروز إكس ـ 55 مخبأة بطريقة غير مشروعة بين شحنة من نشارة الخشب. The media reported that Russia may have been the ship "Arctic Sea" cruise missile X-55 illegally hidden among a load of sawdust.


وأشارت صحيفة "نوفايا جازيتا" إلى أن رجالا يعملون بالنيابة عن الموساد الإسرائيلي خطفوا السفينة, مضيفة أن الزيارة المفاجئة للرئيس الإسرائيلي شيمعون بيريز إلى موسكو في 18 من الشهر الجاري عقب يوم من تحديد موقع "أركتيك سي" كان لاحتواء الموقف. The newspaper "Novaya Gazeta" that the men acting on behalf of the Israeli Mossad seized the ship, adding that the sudden visit to Israeli President Shimon Peres traveled to Moscow in 18 of the month following the day to locate the "Arctic" He's been to contain the situation.


وطالب بيريز, كما تقول الصحيفة, خلال الزيارة موسكو بعدم تزويد إيران بالأسلحة أو أنظمة الدفاع الصاروخية. He said Assad, according to the newspaper, during the visit Moscow for not supplying arms to Iran or missile defense systems.


السلطات الروسية تنفي أن السفينة كانت تهرب أسلحة Russian authorities deny that the ship was smuggling weapons
وكانت السلطات الروسية نفت في وقت سابق تكهنات بأن سفينة الشحن أركتيك سي التي فقدت منذ حوالي ثلاثة أسابيع كانت تهرب أسلحة.


The Russian authorities had earlier denied speculation that the cargo ship Arctic Sea, which lost about three weeks ago was smuggling weapons.


وقال السفير الروسي لدى حلف شمال الأطلسي (الناتو) ديميتري روجوزين إن مزاعم بعض الخبراء العسكريين بأنه كانت هناك صواريخ كروز متجهة إلى إيران مخبأة أسفل شحنة السفينة من نشارة الخشب هي مزاعم "وهمية" و"سخيفة". He said Russian Ambassador to the North Atlantic Treaty Organization (NATO), Dmitry Rogozin, the claims by some military experts that there were cruise missiles bound for Iran, hidden beneath a cargo ship from sawdust are allegations of "fake" and "ridiculous."


وأضاف روجوزين أن نشر أسطول روسي في البحر الأسود بتكلفة كبيرة لتحرير السفينة المخطوفة كان من أجل البحارة الروس وليست شحنة الأسلحة المفترضة. Rogozin added that the deployment of Russia's fleet in the Black Sea at great cost to free the hijacked ship was for the Russian sailors, not the arms shipment assumed.
اتهام رسمي Formally charged
وفي التطورات، وجهت السلطات الروسية الجمعة الاتهامات رسميا لثمانية أشخاص بتهمة اختطاف سفينة الشحن "أركتيك سي". In the developments, and on Friday, Russian authorities have been formally charged eight people on charges of kidnapping the cargo ship "Arctic Sea".


وذكرت وكالة إنترفاكس الروسية للأنباء أن المحققين الروس اتهموا الرجال الثمانية باختطاف البحارة الروس الذين كانوا على متن السفينة بالإضافة إلى القرصنة. According to the Russian Interfax news agency reported that Russian investigators charged eight men kidnapped the Russian sailors who were on board the ship in addition to piracy.


وقال التقرير إن قائمة المتهمين تضم ليتواني وروسي وثلاثة أشخاص بدون هوية، وعلى النقيض من كل التقارير السابقة ضمت القائمة أسبانيا، فيما يتم حاليا التحري عن جنسية شخصين آخرين تدور شبهات حول جنسيتيهما. The report said that the list of defendants includes Lithuanians, Russians and three people without identity, and contrary to previous reports from each list included Spain, is currently being investigated on the nationality of two other suspicions revolve around nationality.


AFFAIRE LOCKERBIE :Erreur judiciaire, haine, contrats et 40 ans de dictature


«Ne vous inquiétez pas, M.Obama», répond Megrahi dans son interview. «Je n’ai que trois mois (à vivre).» Abdelbasset Al Megrahi


C'est par ces mots - testament - que monsieur Megrahi s’adresse à l’Occident en demandant la permission de mourir dans son pays.


En l’absence de toute humanité, la libération fut un tollé général en Occident. «Mon message aux communautés britannique et écossaise est que je montrerai des éléments (pour me disculper) et leur demanderai d’être mon jury», «S’il y a une justice en Grande-Bretagne, je serai acquitté ou le verdict sera annulé parce qu’il n’est pas solide. C’est une erreur judiciaire», dit-il au Times. Déjà peu enthousiasmées par sa libération, les capitales occidentales ont vu dans l’accueil triomphal à Tripoli un nouveau motif d’irritation. «Voir quelqu’un qui a commis un meurtre de masse, être accueilli en héros à Tripoli est profondément troublant, profondément affligeant», a estimé le ministre des Affaires étrangères britannique, David Miliband.

La Maison- Blanche a, quant à elle, évoqué un spectacle «scandaleux et dégoûtant», pendant que Paris regrettait une démonstration de joie susceptible de «heurter» les familles des victimes. La presse britannique a estimé samedi que ni Londres, ni Edimbourgh, ni Tripoli n’étaient sortis grandis de la libération d’Abdelbasset Al Megrahi, libéré jeudi par l’Ecosse, et qu’il serait désormais difficile de connaître la vérité sur l’attentat de Lockerbie pour lequel il avait été condamné. Le quotidien Financial Times juge que Londres a trouvé, avec cette libération, un «excellent moyen de se tirer d’affaire» en faisant tout reposer sur l’Ecosse. «Les familles des 270 victimes de l’attentat de Lockerbie ont été abandonnées. Il faut encore enquêter pour savoir tout ce qui s’est passé», défend le FT. De son côté, le Daily Mail estime que la Grande-Bretagne a été humiliée par la Libye tandis que le tabloïd The Sun qualifie l’accueil triomphal reçu par Al-Megrahi à Tripoli de «spectacle écoeurant (...) scandaleux mais inévitable».(1)

«Les parents des victimes britanniques se disent convaincus que Megrahi est innocent contrairement aux parents des victimes américaines qui sont contre la libération de Megrahi. Il semble d’ailleurs que "le deal"
est qu’il renonce à faire appel. Retour en arrière sur le jugement de l’affaire Lokerbie: Pour Michaël Carmichael, l’affaire Lokerbie est un Labyrinthe kafkaïen, il écrit: "Avec ses 270 victimes, Lockerbie fut l’acte terroriste le plus grave sur le sol britannique et le plus odieux perpétré jusque-là contre les Étas-uniens. (..)" Au moment de la tragédie, un groupe extrémiste palestinien soutenu par l’Iran fut choisi comme principal suspect, mais, deux ans plus tard, quand Saddam Hussein sauta sur le Koweït, le feu des projecteurs de la suspicion se déplaça sur la Libye. (...) Sous le poids écrasant des sanctions draconiennes, la Libye eut finalement la sagesse de donner des membres de son propre appareil de renseignement, ce qui pourrait l’aider à organiser la levée des restrictions commerciales paralysantes. Le temps passant, deux malheureux Libyens, Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi et Al Amin Khalifa Fhimah, furent extradés et envoyés dans une obscure base militaire états-unienne appelée Camp Zeist. Le 31 janvier 2001, un jury composé de trois juges écossais déclara Megrahi coupable et acquitta Fhimah.
Megrahi écopa d’une peine d’emprisonnement à vie, destinée à l’obliger à purger au moins 27 ans de prison». «(...) Pendant les huit ans qui s’écoulèrent entre-temps, les avocats représentant Megrahi ont plaidé en faveur d’un nouveau procès. En 2007, la Scottish Criminal Cases Review Commission (Sccrc) soumit l’affaire Megrahi devant la Justiciary, la Cour d’appel écossaise, une évolution qui aurait pu conduire à son acquittement.
La raison de la décision de la Commission était explicite: des éléments de preuve à décharge ont été écartés lors du premier procès. Dans son annonce officielle, la Commission déclara: Le requérant (Megrahi) a pu être victime d’un déni de justice.»(2)

«Pour aggraver les choses, au fil des ans, les fonctionnaires du renseignement et de la police révélèrent qu’ils étaient en possession de preuves démontrant l’innocence de Megrahi et selon lesquelles d’autres acteurs connus de la communauté internationale se sont rendus coupables des atrocités. Pour ne raconter qu’un seul incident bizarre, Susan Lindauer, une assistante du Congrès états-unien, témoigna que le Dr Richard Fuisz, qui fut employé par la CIA, avait informé qu’il savait comme un fait que Megrahi n’était pas impliqué dans l’attentat de Lockerbie, et qu’il pouvait identifier les auteurs, "si le gouvernement me le permet". Après avoir fait ses preuves connues, Lindauer fut chargée avec un agent irakien et un tribunal fédéral de bâillonner rapidement le loquace Dr Fuisz. (...) Lockerbie reste une tragédie captivante et énigmatique. Les victimes méritent une enquête impartiale, mais, avec tout ce temps passé, la probabilité de connaître un jour les auteurs de Lockerbie diminue. La posture judiciaire actuelle dans cette affaire est insoutenable.(...)». On voit donc que cette «affaire» n’est pas limpide et on peut s’interroger sur le refus des autorités occidentales (tous les pays occidentaux ont intervenu).

Mieux encore, Pierre Pean dans un ouvrage met en cause la responsabilité du juge français Bruguières et d’un enquêteur américain avec lequel il travaillait aussi sur l’autre affaire: celle de l’attentat de l’avion de l’UTA. Résumons ses investigations: «Le 21 décembre 1988, un Boeing de la PanAm s’était désintégré au-dessus de Lockerbie. Bilan: 259 morts. Le procès de deux Libyens inculpés dans cette seconde affaire vient de s’achever à La Haye sur un verdict contesté: (...) pourtant, au début de l’enquête, les pistes menaient à des groupuscules palestiniens, mais aussi à Damas et à Téhéran.. L’été 1990, avec l’éclatement de la crise du Golfe et l’enrôlement de la Syrie et de l’Iran dans la coalition anti-irakienne, les Etats-Unis, suivis par le juge français Jean-Louis Bruguière, décident d’abandonner ces indices et de se concentrer sur les responsabilités libyennes. Les enquêteurs se replient alors, pour incriminer la Libye, sur le témoignage extrêmement fragile, recueilli à Brazzaville, d’un Congolais, Bernard Yanga, lié aux services de son pays.» «Un homme va voler au secours du juge Bruguière, "Tom" Thurman, agent spécial du FBI, qui fait partie de la prestigieuse unité Explosifs, chargée de trouver la signature des bombes et explosifs utilisés dans les actions terroristes. (...) Thurman n’a absolument pas une attitude scientifique. Il se forge une opinion ou "on" lui en souffle une, et il tente ensuite de la "prouver"
scientifiquement. (...)»(3)

«Un an et demi après le début de l’enquête sur l’explosion de l’avion de la PanAm, Tom Thurman "découvrit" un fragment de circuit imprimé, grand comme un bout d’ongle, qui aurait été à l’origine de l’explosion de la valise piégée. Une commission rogatoire présenta une photo de ce fragment à Edwin Bollier, patron de la société suisse Mebo AG, pour identification à la mi-juin 1990. Il reconnut une pièce pouvant provenir d’un lot qu’il avait vendu aux services secrets libyens, mais il eut ensuite beaucoup de mal à examiner la pièce elle-même. Il ne vit deux fragments du fameux timer qu’en septembre 1999, en Ecosse, au procès de Lockerbie. Après examen au microscope, lui et son conseiller conclurent qu’il ne provenait pas d’un timer vendu aux Libyens, que ce bout de timer n’avait pas été connecté électriquement, c’est-à-dire qu’il n’avait pas servi, et surtout que ce n’était pas le même que celui figurant sur la photo qu’on avait montré à Edwin Bollier en 1990! En mai 2000, la justice écossaise lui demande d’examiner un bout du même timer: cette fois-ci, la pièce a été carbonisée! Le fabricant suisse n’hésite pas à clamer sur tous les toits, ou plus exactement sur son site Internet, que les fragments qui lui ont été montrés par le juge écossais ont été modifiés et qu’il s’agit là d’une manipulation: "C’est un faux créé par le FBI pour accréditer la thèse de la culpabilité libyenne. Ce que j’ai vu ne peut pas venir de
Mebo."»(3)

«Jusqu’au début de l’été 1990, le juge Bruguière travaillait donc sur la piste du FPLP-CG et des milieux chiites, piste qui devait conduire ses pas vers Damas et Téhéran, lorsqu’arriva le rapport congolais qui désignait la Libye. Le revirement se produisit à la même date que dans l’affaire de Lockerbie et, dès le début, on y voit la main américaine. Mais les Américains, comme le juge Bruguière, avaient conscience de la fragilité du seul témoignage de Bernard Yanga»..(...) Avant même de prévenir le juge Bruguière, la machine américaine se met en marche pour associer Londres et Paris dans une mécanique répressive à l’égard de Kadhafi, laquelle aboutira à la mise sous embargo de la Libye. (..) L’accusation du juge Bruguière reprend intégralement les conclusions du FBI, sans faire état des contestations de ces conclusions par les spécialistes français. Les affirmations de Tom Thurman ont pourtant déclenché une double
contre-enquête: l’une menée par la 6e Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj) et la direction de la surveillance du territoire (DST), l’autre par le laboratoire scientifique de la préfecture de police. Les conclusions des policiers sont formelles: «On ne peut pas démontrer que notre bout de minuteur provient du premier lot acheté par l’usine de Fribourg ou du deuxième lot modifié par le Libyen.» Le juge Bruguière ne mentionne pas davantage la contre-enquête faite au printemps 1993, après celle du FBI, par le laboratoire scientifique de la préfecture de police sous la direction du commissaire Claude Calisti. (...) Malgré les contestations conjointes de la 6e Dcpj, de la DST et du laboratoire de la PP, le juge Bruguière a préféré croire Tom Thurman, le spécialiste de la fabrication de preuves...(...) Une partie de cet acharnement s’explique par la personnalité du juge Bruguière
(...) Ses méthodes, souvent perçues comme expéditives, en font un juge
particulier (...).(3)

Mieux encore; il y a deux ans, un coup de théâtre: selon le Figaro, la déposition d’un ingénieur en électronique suisse pourrait remettre en cause la responsabilité de la Libye dans l’attentat: «J’ai menti dans mon témoignage sur l’attentat de Lockerbie.» L’homme qui a fait cette déposition officielle devant la police de Zurich est l’un des principaux témoins à charge contre la Libye Cette rétractation solennelle, effectuée le 18 juillet 2007 par l’ingénieur en électronique suisse Ulrich Lumpert, pourrait avoir un effet décisif sur le sort du Libyen Abdelbasset Al Megrahi, haut responsable des services secrets de Tripoli, qui purge une peine de prison à vie près de Glasgow. L’ingénieur, avait alors reconnu une pièce à conviction essentielle: un fragment de «retardateur», élément électronique destiné à déclencher une explosion à une heure déterminée, fabriqué par son employeur, la société zurichoise Mebo. Ulrich Lumpert revient aujourd’hui sur ses déclarations et ajoute un élément capital: il assure avoir «volé» ce retardateur dans le laboratoire de Mebo et l’avoir remis à un policier écossais lié à l’enquête, dont il cite le nom. Cette affirmation accrédite une thèse entretenue par de nombreuses personnes, journalistes, magistrats et même parents de victimes: il y aurait eu «manipulation» dans l’enquête, pour incriminer la Libye, alors que les premières pistes menaient à un groupuscule palestinien prosyrien. (...) La justice écossaise a autorisé fin juin le condamné libyen à faire appel, sur la base d’éléments accréditant la possibilité d’une erreur judiciaire.
Mais le fameux retardateur n’en faisait pas partie. Les aveux d’Ulrich Lumpert pourraient ajouter un élément à décharge. Et aider à résoudre un problème qui alourdit toujours les relations entre Londres et Tripoli, qui a toujours clamé l’innocence du prisonnier de Glasgow.(4)

Encore une fois, nous assistons à une justice à deux vitesses. Si la mort dans des conditions atroces des passagers de la Panam est inexcusable, on reste dubitatif sur les faits que les parents des victimes acceptent un dédommagement de 10 millions de dollars par personne et que de plus ils s’acharnent sur un mourant. Personne ne parle plus de «l’accident», admirons au passage l’euphémisme de la doxa occidentale pour qualifier l’attaque d’un avion iranien en 1988 par un missile américain. Le 3 juillet, 1988, le vol 655 de Iran Air volait sur le golfe Persique allant de Dubaï à Bandar Abbas. Selon la version américaine des événements, le croiseur naval américain «USS Vincennes» a pris l’avion de ligne pour un avion de chasse iranien et l’a abattu avec un missile tuant les 16 membres de l’équipage et les 274 passagers. L’Iran considère toujours cet accident comme un «acte de barbarie contre la nation» malgré le fait que les États-Unis se sont excusés et ont promis de dédommager financièrement les proches des victimes. Les parents attendent toujours. il n’y aura vraisemblablement pas de suite et pour cause, c’était un accident. Quand à El-Gueddafi qui étrenne les 40 ans de goulag de son peuple, la richesse insolente du sous-sol libyen lui permet toutes les extravagances personnelles mais celles aussi de ses enfants dont le dernier s’est particulièrement illustré en Suisse par un comportement exécrable. La Suisse qui l’avait arrêté à juste titre, a dû, devant les pressions éhontées, faire machine arrière et présenter des excuses D’aucuns présentent cela comme une victoire de la diplomatie libyenne, c’est une tragique erreur! Un potentat qui est là depuis la nuit des temps prend en otage les espoirs de tout un peuple sous le regard méprisant d’un Occident bien obligé de composer: pétrole oblige. On prête à Hannibal le fils par qui les scandales arrivent, l’intention de remplacer son père. L’impasse libyenne paraît durer mille ans.

1.Al-Megrahi libéré: «Une décision guidée par des intérêts politiques» Le Monde avec AFP 22.08.09

2.Michael Carmichael: Lockerbie et le labyrinthe kafkaïen Global Research,,
21 août 2009

3.Pierre Pean: Les preuves trafiquées du terrorisme libyen Le Monde Diplomatique Mars 2001

4.Lockerbie: un témoin capital affirme avoir menti http://www.lefigaro.fr/international/20070827.FIG000000327_lockerbie_un_temoin_capital_affirme_avoir_menti.html



Pr Chems Eddine CHITOUR

Ecole Polytechnique Alger enp-edu.dz

Sunday, August 23, 2009

Inutile élection croisade pétrolière vs Jihad : le peuple afghan pris au piège


« La guerre en Afghanistan ne réduit pas le risque terroriste et, loin d’améliorer la vie des Afghans, sème la mort et la désolation dans tout le pays. La Grande-Bretagne n’a rien à faire dans ce pays. » Joe Glenton, un jeune déserteur britannique







Ce jeudi l’Afghanistan nous dit-on, avait rendez-vous avec l’histoire. Il va élire « démocratiquement » à la magistrature suprême le candidat désigné par les Etats-Unis, en l’occurrence l’inamovible Karzaï. Hamid Karzaï, né le 24 décembre 1957 à Kandahar. Depuis décembre 2001, il est président de la République islamique d’Afghanistan. Il fait ses études en Inde. Il fait partie d’un petit mouvement de résistance afghan pro-royaliste, et est nommé vice-ministre des Affaires étrangères lorsque les moudjahidin prennent Kaboul en 1992. Il collabore ensuite avec les taliban mais, après la prise de Kaboul en 1996, il refuse le poste de représentant des taliban à l’ONU proposé par le mollah Omar. Hamid Karzaï est repéré dans les années 1990 par Zalmay Khalilzad, un afghan naturalisé aux Etats-Unis, à l’époque ambassadeur des États-Unis en Afghanistan. Le département d’État décide de le promouvoir comme futur président. Le 13 juin 2002, il est élu président pour deux ans par la Loya Jirga (assemblée coutumière des chefs de clan). Le 9 octobre 2004, soutenu par les États-Unis, il remporte le scrutin. Son autorité se limite à la capitale Kaboul.




« Malgré le foisonnement de candidatures, écrit Zafar Hilaly, à la présidentielle (41), la compétition devrait vraisemblablement se résumer à un duel entre le président sortant et l’ancien ministre des Affaires étrangères Abdullah. (...) Voilà pourquoi le Pachtoune Hamid Karzaï, issu de la plus importante communauté ethnique afghane (40% de la population), les poches garnies de billets qu’il peut distribuer à loisir et flanqué d’une administration locale à ses ordres, est le favori incontestable.(...) Pour les Pakistanais, Hamid Karzaï est une vieille connaissance. Son parti pris contre le Pakistan, d’abord contenu, s’est épanoui sous l’influence des Tadjiks de l’Alliance du Nord, qui vouent au voisin la même haine que les extrémistes hindous. Son rapprochement avec l’Inde en témoigne.(...) L’actuel chef de l’Etat afghan a forgé une alliance militaire avec l’Inde qui, selon certains, représente une menace non négligeable pour la sécurité du Pakistan. Intelligent, habile, corrompu et capable de tirer profit de toutes les situations, Hamid Karzaï n’en est pas moins un dirigeant faible, un homme flexible comme un roseau, doté, pour reprendre les mots d’un président américain [Theodore Roosevelt], de ´´la colonne vertébrale d’un éclair au chocolat´´ -ce qui explique probablement pourquoi Washington l’a choisi pour en faire son représentant en Afghanistan. Le Pakistan et l’Afghanistan sont pourtant condamnés à coopérer. Le président pakistanais Asif Ali Zardari a eu, semble-t-il, raison de traiter Hamid Karzaï en ami »(1)




« Tout le monde s’accorde à penser que les Américains ne tiendront en Afghanistan guère plus de deux ou trois ans. Et, à moins qu’il ne parte avec eux, comme le président Thieu du Vietnam [en 1975], c’est l’homme que les Afghans se choisiront comme chef de l’Etat, le 20 août, qui présidera aux destinées du pays après leur départ. (...) A Washington non plus, personne ne retient son souffle : l’identité du vainqueur importe peu, car ce sont les Etats-Unis qui mèneront la barque afghane dans le futur proche. »(1)




Que devient le peuple afghan dans cette tragédie qui dure depuis plus de trente ans avec l’invasion de l’Urss ? On sait que les taliban avaient jusqu’ici appelé au boycott de ces élections, invitant les Afghans à prendre les armes contre les « envahisseurs » étrangers, les troupes internationales qui ont renversé le régime taliban fin 2001. Aujourd’hui, fortes de 100.000 hommes, les troupes de la coalition de l’Otan sont chargées avec les forces afghanes de veiller à la sécurité des élections. Les Afghans oseront-ils défier ces menaces directes pour aller soutenir des politiciens souvent discrédités ou corrompus ? Risqueront-ils leur vie pour voter pour le président Hamid Karzaï, dont la réélection semble déjà garantie de toute façon mais dont l’autorité s’affaiblit ? Un chiffre : en mars 2008, après plus de six ans de combat, selon les données de l´Afghanistan Conflict Monitor se référant au total de ceux qui ont péri dans cette guerre, il dépasse les 8000 personnes en 2007.Nous aurions un total estimé entre 20.000 et 25.000 personnes mortes entre octobre 2001 et juin 2008. (2)




Ajoutons à cela les bavures appelées pudiquement « dommages collatéraux » par drones interposés. D’ailleurs, obnubilé par la doctrine « zéro américain mort », on apprend que dans un article paru dans le Washington Post, que le Pentagone avait publié une proposition pour embaucher des « agents de sécurité », c’est-à-dire des mercenaires, pour accomplir certaines tâches pour lesquelles l’armée américaine ne dispose pas de personnel suffisant. Comme si cela ne suffisait pas. L’armée américaine réfléchit en plus des drones qui font des ravages, au développement de robots sophistiqués pour être déployés sur les terres de conflits à la place des hommes. Pour les questions éthiques on verra plus tard....« A la prison de Bagram, écrit Mireille Delamarre, sont enfermés de nombreux détenus afghans, souvent pendant des mois voire des années, sans qu’ils puissent bénéficier de l’aide d’un avocat ou sans même savoir le motif de leur incarcération. Bagram est l’équivalent de Guantanamo en Afghanistan. »(3)




Dans la première année de guerre en Afghanistan, le coût financier de la guerre s´élèverait à 1 milliard de dollars par mois. Les États-Unis ont déjà envoyé 6000 missiles et bombes sur le sol afghan. Le coût de certains missiles s´élève à 1 million de dollars pièce. L’argent coule à flots et le peuple n’en voit pas la couleur. Une nouvelle faune détourne les ressources provenant principalement des Etats-Unis. Cette nouvelle élite est, en fait, constituée des personnels d’agences d’aide étrangères gouvernementales ou non gouvernementales. « Cela pose une nouvelle fois, écrit Patrick Cockburn, la question de la complicité active à une guerre coloniale de ces agences et de leur personnel, dans un pays touché par une pauvreté extrême et ravagé par des années de conflits armés. Le mode de vie style "cage dorée" dévoile la vérité dans toute sa laideur concernant l’aide étrangère en Afghanistan. De vastes sommes d’argent sont gaspillées par des agences d’aide occidentales pour leur propre personnel en Afghanistan alors que l’extrême pauvreté pousse de jeunes Afghans à combattre pour les talibans. Actuellement, les taliban paient 4 dollars pour une attaque contre un barrage de police dans l’ouest du pays, mais les consultants étrangers à Kaboul, dont les salaires sont payés avec les budgets des aides pour l’étranger, peuvent bénéficier de salaires compris entre 250.000$ et 500.000$ par an ». « Les dépenses élevées pour payer, protéger et loger dans des conditions luxueuses les responsables occidentaux gérant les aides permet de comprendre pourquoi l’Afghanistan occupe la 174e place sur 178 sur une liste de l’ONU classant les pays selon leur richesse. En 2006, Jean Mazurelle, le directeur de la Banque mondiale de l’époque, a calculé qu’entre 35 et 40% des aides ont été mal dépensées. Il y a eu de nombreuses attaques contre des étrangers à Kaboul et des attentats-suicide ont été selon les taliban efficaces pour concentrer la plupart des expatriés dans des quartiers sécurisés où les conditions de vie peuvent être luxurieuses mais où on mène une vie aussi confinée que dans une prison. ´´J’étais dans la province du Badhakshan dans le nord de l’Afghanistan où vivent 830.000 Afghans la plupart dépendant pour leur subsistance de l’agriculture,´´ a dit Matt Waldman, directeur politique et conseil d’Oxfam à Kaboul. "La totalité du budget du bureau local de l’agriculture, irrigation et bétail, qui est extrêmement important pour les paysans au Badakhstan, est juste de 40.000$ C’est le salaire d’un consultant expatrié à Kaboul pendant quelques mois." (...) » « Le programme d’aide international est plus important en Afghanistan car le gouvernement a peu de sources de revenus. Les dons des gouvernements étrangers constituent 90% des dépenses publiques. L’aide est bien plus importante qu’en Irak, où le gouvernement a des revenus pétroliers. En Afghanistan le salaire mensuel d’un policier est seulement de 70 dollars ce qui n’est pas suffisant pour vivre sans toucher des pots-de-vin. »(4)




Alors qu’un attentat-suicide a frappé samedi 15 août le centre de Kaboul, les rebelles islamistes harcèlent les forces de sécurité afghanes et les troupes de l’Otan pour terroriser la population et empêcher les élections de jeudi. Le spectaculaire attentat-suicide commis à Kaboul samedi 15 août révèle en tout cas de sérieuses brèches dans la sécurité de la capitale afghane. L’Otan et les Américains se rendent compte que la partie ne sera pas facile. Les taliban se battent bien et occasionnent des pertes sérieuses Dans une interview au quotidien de Wall Street, le 11 aout 2009,le général Stanley McChrystal, commandant des forces américaines en Afghanistan, estime que les taliban ont pris le dessus sur les troupes de la coalition.




Dans un entretien à CNN dimanche 9 aout, Susan Rice, l’ambassadrice états-unienne à l’ONU, a confirmé pleinement cette perspective : « Je m’attends à dix années supplémentaires d’engagement des Etats-Unis, et je prévois que le coût de [cet engagement] sera bien plus grand que celui de la guerre d’Irak. Nous voulons investir ce qui sera nécessaire pour atteindre cet objectif. » D’ailleurs, le président Obama a encore répété que la guerre ne sera ni facile ni rapide. Il a annoncé vouloir « gagner les coeurs et les esprits » des Afghans afin de retourner la population contre les insurgés. En clair, réduire les frappes aériennes, notamment dans les zones peuplées. Une stratégie qui n’a pas échappé aux taliban. Ils ont remis en circulation leur petit guide de conduite du combattant islamiste, datant du mois de mai, dans lequel il est recommandé de préserver les civils pour gagner leur coeur Depuis Bruxelles, « le 28 juillet » David Miliband, le ministre des Affaires étrangères britannique, a envoyé au président afghan un message ´´sans équivoque´´, narre le quotidien anglais Times. Alors que des élections générales doivent avoir lieu le 20 août en Afghanistan, il a appelé Hamid Karzaï pour lancer le dialogue avec les taliban modérés. Réponse du berger à la bergère : « Nous ne parlerons jamais au gouvernement de marionnettes de Karzaï », a déclaré le porte-parole des taliban, Yousuf Ahmadi, cité par l’AFP.




Quel serait en définitive la raison de cette guerre ? Ecoutons ce plaidoyer : « Motif principal de la guerre en Afghanistan en 2001, la guerre au terrorisme en Afghanistan est devenue un objectif secondaire mais préalable à la réalisation des enjeux militaro-pétroliers de la région. Il en est de même pour la démocratisation, la sécurisation et la stabilisation du pays. Ces objectifs secondaires auxquels s’ajoutent la reconstruction et l’aide humanitaire forment la base de la propagande de justification de l’intervention militaire occidentale en Afghanistan. (...) La majorité des gens normaux dans le monde sont sincèrement préoccupés par le sort fait aux femmes en Afghanistan mais il serait naïf de penser que l’Administration Bush et les généraux de l’Otan en ait fait un enjeu stratégique. C’est le dernier de leurs soucis sauf que c’est un motif vertueux très commode pour manipuler l’opinion publique. Donc la démocratie et la libération des femmes afghanes sont des motifs très secondaires, mais des arguments vertueux utiles pour la propagande de guerre. »(5)




Que dire en conclusion ? L´Otan, dit-on, est désarmée face à l´emprise talibane. L’analyse suivante nous paraît pertinente : « (...) La vraie question est : quelle histoire l’Afghanistan est-elle en train d’écrire ? Il suffit de parcourir les rues de Kaboul, la capitale, et d’interroger les habitants sur la signification que le mot démocratie a pour eux. Les plus âgés disent qu’ils n’en savent rien, que ce mot n’évoque rien pour eux. D’autres, plus jeunes, observent que cette démocratie correspond à une augmentation de l’insécurité, et à une licence des moeurs qui, s’ils ne la réprouvent pas ouvertement, les gêne, car elle ne colle pas avec leurs traditions, même celles qui sont antérieures à l’époque talibane. En réalité, le problème le plus important de l’Afghanistan réside dans la méthode. On a voulu plaquer sur ce pays aux traditions, spécificités et fonctionnement très particuliers, des recettes types, éprouvées mais adaptées à nos sociétés occidentales. Un fait tout simple : l’organisation de l’Afghanistan repose sur un système tribal et de pouvoirs locaux, villageois même. Il ne s’agit pas là des fameux chefs de guerre, mais de chefs de village, de tribu... Pas forcément taliban, ou fondamentalistes. Comment, alors, un président élu, même démocratiquement, pourrait-il avoir une légitimité ? Mixer le respect de ces traditions avec une dose de démocratie peut permettre aux Afghans d’écrire leur propre histoire, tout en donnant un rôle d’acteur aux Occidentaux. »(6)




Les Afghans forment une vieille civilisation. Ils sont harassés et fatigués de mourir tous les jours pour un pouvoir aussi pourri que les précédents. A Florence Aubenas qui les a côtoyés, ils avouent : « On ne touche que la poussière des 4x4, pas les milliards. » Sept ans après la chute des taliban, ni la communauté internationale ni le gouvernement afghan n´ont été à la hauteur des espoirs qu´ils avaient suscités. Et les Afghans souffrent toujours autant des rivalités claniques, de l´incompétence de leurs dirigeants, et surtout de la corruption. « Ils regrettent le temps des taliban. C´est tout dire. »(7)




A n’en point douter, ces élections ne changeront rien à la donne. On aurait cru que la grandeur des Etats-Unis sous l’ère Obama aurait permis l’avènement de la paix. Il ne faut pas oublier que les taliban, quand ils étaient en odeur de sainteté, avaient un bureau de recrutement à New York pour drainer l´internationale islamique contre « el kouffar » les Soviétiques et disposaient des fameux lance-roquettes Stinger qui avaient fait des ravages dans les chars russes.

1.Zafar Hilaly : Hamid Karzaï prêt pour un second mandat. The News18.08.2009
2.C.E.Chitour : Afghanistan, la mort d´enfants au nom des valeurs de l´Occident. 1.09.2008
3.Mireille Delamarre : Les US ont de plus en plus recours aux sociétés sous-traitantes http://www.planetenonviolence.org 18 Septembre 2008
4.Patrick Cockburn Profiteurs : De Guerre A Kaboul. The Independent 01/05/09
5.http://objection_votre_honneur.monblogue.branchez-vous.com 16.09.2007
6.Storytelling : Quelle histoire pour l’Afghanistan ? http://storytelling.over-blog.fr/
7.Florence Aubenas. Voyage dans un pays en miettes. Le Nouvel Observateur N° 31.07.2008
Pr Chems Eddine CHITOUR
Ecole Polytechnique Alger enp-edu.dz

Thursday, August 20, 2009

Arctic Sea : MOSSAD plans to detonate a nuke in the USA


A MOSSAD 'gift' to America




LONDON – Claims that the Arctic Sea – the Russian ship apparently hijacked and missing for two weeks – was carrying a nuclear weapon bound for Osama bin Laden are being investigate by agents for the British intelligence service MI6, according to a report from Joseph Farah's G2 Bulletin.

The possibility that the ship was carrying a lot more than the lumber that it was reported to hold coincided with bin Laden's most recent public claim that he will "soon have a nuclear weapon in my hands."

Anyone can run a sensational sounding story if you don't name names or provide links to back up your wild ass claims, like this piece of disinfo from World Net Daily.

WND is the same quack outfit that was behind Israeli agent Orly Taitz uproar about having a Obama Kenyan birth certificate. Now they're pushing lies from a dead man--Bin Laden--that he will soon have a 'nuke.'

If anything goes BOOM here in the States, it will be another Israeli designed 'false-flag' to get Americans fighting mad to attack Iran and nuke Pakistan.

Israel is pissed that some are suggesting the Zionist entity give back what it stole during it's 1967 War of Aggression. West Bank Hasidics are absolutely livid over this thought and would stop at nothing to keep what they stole.

If that means nuking an American city to get their way, so be it.



UK's biggest jewel heist linked to Israel


Top Israeli officials have been linked to Britain's biggest ever jewelry heist, in which gems worth up to $65 million (£40m) were stolen.

According to an Israeli report, three former senior officials in the Israeli army were the main share holders of the company responsible for guarding the Graff Diamond jewelers in central London, where the robbery took place.

The Universe Security Group (USG) has been in charge of the security of the store, after a group of Balkan robbers -- dubbed the Pink Panther gang -- carried out an armed raid on the same store in May 2005, taking off with 1 million pounds worth of diamonds.

Nahum Admoni, former Mossad chief and Maj. Gen. Uri Sagie, former chief of intelligence in the Israeli army, reportedly resigned from the leadership of the London-based group, just two months before the heist.

Another primary share holder of the security company is Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu's special adviser, Isaac Molho.

The police have meanwhile arrested a 50-year-old man in connection with the robbery, but only described him as a 'minor player' in the act.

The August 6 raid, which had all the makings of a blockbuster movie, was carried out by two smartly dressed men, who had disguised themselves professionally with make-up layered on latex masks, Metropolitan Police footage showed.

In just minutes, the leading men drew handguns, grabbed a female member of staff and headed for the exit with 43 pieces of jewelry including rings, bracelets, necklaces and watches.

They fired warning shots, jumped into a waiting blue BMW and abandoned their hostage, speeding through Mayfair. No one was injured in the incident.

An international man hunt has been in progress ever since, with insurers offering a 1 million-pound reward for information leading to the capture of the thieves and the recovery of the jewels.

Graff on New Bond Street was previously attacked by the notorious Pink Panther gang in 2003 in what until now was reportedly Britain's previous most expensive jewelry robbery, worth 23 million pounds.

http://www.presstv.ir/detail.aspx?id=103938§ionid=351020601

Monday, August 17, 2009

Arctic Sea : une operation terroriste franco-israelienne avortée ?


Il semblerait que les Russes recherchent encore du materiel nucleaire en France pouvant servir lors d'attentats a la bombe sale.... L'Arctic Sea a emis plusieurs messages cryptés lorsqu'il passait par la Manche, ces messages ont été retranscrits et decodés et prouvent encore une fois que le piratage du bateau, transportant du materiel nucleaire, est bien le fait de la mafia juive sioniste... En accusant Sarkosy et Netayahu, les russes n'ont fait que retarder l'operation sioniste, il semblerait que le materiel ait ete debarque, une partie en France, d'ou l'exces de communication du gouvernement francais... Sarkosy affirme qu'il a intercepte avec l'aide des britanniques et des suedois une livraison de tetes nucleaires vers l'Algerie, apparement ces tetes nucleaires serviront lors de prochaines operations franco-israeliennes, et ca les russes l'ont bien fait savoir autour d'eux ....
Les israeliens qui dirigent l'OTAN depuis Washington auraient eut la preuve que les russes et les chinois livrent des tetes nucleaires ou reorganisent leurs defenses en faisant livrer des armes de types NBC dans l'eventualité de frappes, en représailles d'un conflit qui pourrait debuter en Iran dans les jours qui viennent, dans le cadre de leur collaboration avec plusieurs pays africains, asiatiques ou sud americains ... Le fait que les britanniques et les francais menacent les interets chinois en Algerie au travers de fantomatiques groupes islamiques est le signe que les debats ont pris une tournure planetaire et que l'extension du conflit au Moyen Orient, en Afghanistan/Pakistan et en Asie Centrale ne plait pas du tout aux chinois , russes, et meme aux indiens qui ont evité l'engrenage des faux attentats de Mumbai, orchestrée par la branche israelienne de la CIA...
Ce qui pensaient que la guerre serait limitée aux regions du Moyen Orient et aux alentours et que l'occient ne serait pas touché devrait repenser leurs plans. Il ne fait plus aucun doute maintenant que les iraniens, ou les syriens sont dotés de capacites de frappes de type NBC... mais Netanayhu et ses pantins europeens, dont le psychopate Sarkosy, se voient sortir vainqueur de leur prochaine bataille pour la survie d'Israel ...
Abu Suleyman


Disparition de l'«Arctic Sea»: Entre espions, pirates, mafia et silence d'Etat



par M. S., Le Quotidien d'Oran, 17 août 2009


Le bon port de Béjaïa a-t-il échappé à une cargaison radioactive de l'Arctic Sea ? Non, jure l'Autorité finlandaise de la sécurité nucléaire. Mais le manque de communication sur cette ténébreuse affaire alimente toutes les spéculations.



Tous les ingrédients d'un grand feuilleton d'espionnage sont réunis dans l'affaire de l'Arctic Sea parti de Finlande mais qui a raté, de gré ou de force, sa destination béjaouie pour les eaux lointaines du Cap-Vert: un «casting international», de «l'action» avec une ou deux attaques menées par des hommes armés et, last but not least, une demande de rançon. Celle-ci serait de 1,5 million de dollars. Trop peu, pensent les observateurs, pour des «pirates» qui se sont donné tant de mal pour s'emparer d'un navire au large de la Suède ou du Portugal pour l'emmener si loin de sa destination prévue. Cela ne rend que plus mystérieuse cette affaire où les pirates présumés peuvent tout aussi être des membres de services spéciaux. Ce qui accroît l'atmosphère de roman d'espionnage est qu'aucune des informations distillées n'est certaine. Pas même la localisation de l'Arctic Sea au large des eaux du Cap-Vert. Le feuilleton mystérieux s'est corsé avec une rumeur «radioactive» que l'Autorité finlandaise de sécurité nucléaire (Stuk) a dû démentir avec une vigueur remarquable mais qui pourrait ne pas convaincre des imaginatifs. Ceux-ci peuvent avancer l'argument «rationnel» que les péripéties troubles qui entourent l'Arctic Sea deviennent plus plausibles s'il avait une cargaison d'armes ou des produits radioactifs au lieu de la banale cargaison de bois. En tout cas, un pompier soupçonneux, qualifié «d'imbécile» par le directeur général de la Stuk, Jukka Laaksonen, a bien effectué une mesure de radioactivité, qui s'est avérée négative, sur l'Arctic Sea avant son appareillage depuis le port finlandais de Pietarsaari (ouest).

«Affaire ultrasensible»

«Un pompier, pour une raison inconnue, a pensé qu'il pourrait y avoir de la matière radioactive dans le chargement et c'était une idée absolument stupide. Il n'y avait aucune raison de penser ça. Ils ont commencé à mesurer avec un simple compteur et ils n'ont rien trouvé». La véhémence avec laquelle le patron de la Stuk s'attaque au pompier «imbécile», dont l'action a permis en théorie d'éliminer l'hypothèse de produits radioactifs, est en tout cas fort curieuse et n'est pas de nature à faire «oublier cette idée idiote». En tout cas, la marine russe est aux trousses de l'Arctic Sea. Et dans cette «affaire ultrasensible», pour reprendre les termes d'une agence de presse, une coordination des efforts et des échanges d'informations a été établie entre la Russie et l'Otan. Cette coordination a été confirmée par l'ambassadeur russe auprès de l'Otan, Dmitri Rogozine. La Commission européenne qui avait révélé l'existence d'une deuxième attaque contre l'Arctic Sea au «large du Portugal» aura apporté sa contribution aux mystères qui entourent l'affaire en indiquant que l'attaque n'aurait «rien à voir avec des actes de piraterie traditionnelle ou une attaque armée en pleine mer». Le Bureau national d'enquêtes de la police finlandaise, qui a révélé la demande de rançon transmise à l'armateur de l'Arctic Sea, la société finlandaise Sol Chart, est peu loquace.



Les prochains ingrédients au prochain épisode ?

Le chef du Bureau national d'enquêtes de la police finlandaise, Jan Nyholm, a évoqué un «détournement présumé» mais s'est refusé à donner le moindre détail sur la position du bateau, le sort de l'équipage russe et des raisons qui expliquent cette disparition. Pour lui, l'enquête a pris une dimension internationale et implique une vingtaine de pays et il est nécessaire de ne pas «la mettre en péril». Les Russes dont la marine est partie à la chasse à l'Arctic Sea ne sont pas également communicatifs. Ni sur la position du cargo ou sur leurs intentions au cas où ils le retrouvent. La marine russe organisera un autre abordage musclé - le troisième depuis le début du feuilleton - pour libérer des marins russes, présumés en otage ? Sont-ils d'ailleurs des otages ? Il n'y a que des questions dans cette affaire, très peu traditionnelles. Que contenait ce navire, une simple cargaison de bois qui n'est jamais arrivée à Béjaïa ou quelque chose de plus «sensible»... Il faudra attendre le prochain épisode qui pourrait ne pas apporter de clarifications, mais de nouveaux ingrédients pour un feuilleton estival planétaire...

Thursday, August 13, 2009

'Operation November 1950' : French -Israelis Dirty bomb terrorist attacks targeting european ports


Are Sarkosy and Netanyahu setting up the next 9/11 : 'Secret cargo' fear over missing ship between Finland and Algeria




A secret cargo and not just timber may be on board a missing ship whose last known radio contact was with British Coastguards, it was suggested today.

Russia’s navy fleet and two nuclear submarines have been scrambled as efforts intensified to locate the Maltese-flagged Arctic Sea and its 15-strong Russian crew.

Experts and marine authorities continued to be baffled today that the 4,000-tonne vessel “disappeared” after its last official recorded positioning off northern France on July 30.

Mikhail Voitenko, editor of Russia’s Sovfracht maritime bulletin, said the ship, carrying sawn timber from Finland to Algeria, might have been targeted because it was also loaded with an unknown cargo.

He told the Russia Today news channel: “The only sensible answer is that the vessel was loaded secretly with something we don’t know anything about.

“We have to remember that before loading in Finland the vessel stayed for two weeks in a shipyard in Kaliningrad.

“I’m sure it cannot be drugs or illegal criminal cargo. I think it is something much more expensive and dangerous.

“It seems some third party didn’t want this transit to be fulfilled so they made this situation highly sophisticated and very complicated.”

The Arctic Sea made routine radio contact with Dover Coastguard as it was about to enter the Strait of Dover from the North Sea at 1.52pm on July 28.

Days later Interpol informed the British Coastguard that the ship had been hijacked days before in the Baltic Sea.

According to reports, it was boarded by up to 10 armed men purporting to be anti-drugs police on July 24.

Some 12 hours later, the intruders apparently left the ship on a high-speed inflatable boat and allowed the vessel to continue on its passage but with its communications equipment damaged.

By the time Interpol alerted Dover Coastguard about the apparent hijacking, the Arctic Sea had already passed through the English Channel, UK Coastguards said.

The ship failed to reach its destination at Bejaia in northern Algeria on August 4, as a supposed crew member on board the vessel told Dover Coastguard when radio contact was made.

It was last recorded on the AISLive ship tracking system off the coast of Brest, northern France, just before 1.30am on July 30, but its whereabouts now remains a mystery.

Russian president Dmitry Medvedev has ordered all Russian navy ships in the Atlantic to search for the missing vessel, the country’s Itar-Tass news agency reported.

Mark Clark, of the UK’s Maritime and Coastguard Agency (MCA), said Dover Coastguard was unsuspecting of anything untoward as a supposed crew member radioed before the ship journeyed through the Channel.

He said: “It’s bizarre. There is no coastguard I know who can remember anything like this happening. Who would think that a hijacked ship could pass through one of the most policed and concentrated waters in the world?”

The MCA said it was informed a Portuguese coastal patrol aircraft spotted the vessel later but its current whereabouts remain unknown.

Mark Dickinson, general secretary of seafarers’ union Nautilus International, raised concerns about the authorities’ “relaxed approach” which he claimed had “led to the shipping industry being the Achilles heel of global security”.



Read more: http://www.examiner.ie/breakingnews/world/secret-cargo-fear-over-missing-ship-422394.html#ixzz0O6MZ1RRv

Myths And Facts About al-Qaeda


The media myth of a global Islamic conspiracy never got much traction in America before 2001 because the minority Muslim American population simply did not seem like much of a threat, because Saudi Arabia and other Gulf States are loyal US allies, and because Americans generally have a positive attitude toward wealthy investors. After 9/11 pro-Israel propagandists exploited public ignorance and created a nightmarish fantasy of al-Qaeda in order to put the US and allies into conflict with the entire Islamic world. What is al-Qaeda? What do they believe? What do they actually do?

Osama bin Laden first used the term "al-Qaeda" in an interview in 1998, probably in reference to a 1988 article written by Palestinian activist Abdullah Azzam entitled "al-Qa`ida al-Sulba" (the Solid Foundation). In it, Azzam elaborates upon the ideas of the Egyptian scholar Sayed Qutb to explain modern jihadi principles. Qutb, author of Social Justice in Islam, is viewed as the founder of modern Arab-Islamic political religious thought. Qutb is comparable to John Locke in Western political development. Both Azzam and Qutb were serious men of exceptional integrity and honor.

While Qutb was visiting the USA in 1949, he and several friends were turned away from a movie theater because the owner thought they were black. 'But we're Egyptians,' one of the group explained. The owner apologized and offered to let them in, but Qutb refused, galled by the fact that black Egyptians could be admitted but black Americans could not," recounts Lawrence Wright in The Looming Tower. Qutb predicted that the struggle between Islam and materialism would define the modern world. He embraced martyrdom in 1966 in rejection of Arab socialist politics.

Azzam similarly rejected secular Palestinian nationalist politics as an impediment to moral virtue. He opposed terrorist attacks on civilians and had strong reservations about ideas like offensive jihad, or preventive war. He also hesitated to designate any Muslim leader as an apostate and preferred to allow God to make such judgments. Inspired by the courage and piety of Afghan Muslims struggling against the Soviets, Azzam reinterpreted Qutb's concept of individual and collective obligation of Muslims in his fatwa entitled "Defense of the Muslim Lands, the First Obligation after Iman (Faith)." Qutb would have prioritized the struggle of Egyptian Muslims to transform Egypt into a virtuous Islamic state while Azzam argued that every individual Muslim had an obligation to come to the aid of oppressed Muslims everywhere, whether they are Afghan, Kosovar, Bosnian, Thai, Filipino, or Chechen.

John Calvert of Creighton University writes, "This ideology would soon energize the most significant jihad movement of modern times."

At Azzam's call, Arabs from many countries joined America's fight against Communism in Afghanistan. No Arab jihadi attack was considered terrorism when Azzam led the group, or later when bin Laden ran the group. Because the global Islamic movement overlapped with the goals of the US government, Arab jihadis worked and traveled frictionlessly throughout the world between Asia, Arabia and America. Azzam was assassinated in Pakistan in 1989, but legends of the courageous sacrifices of the noble Arab Afghans energized the whole Islamic world.

After the Soviets left Afghanistan, bin Laden relocated to Sudan in 1992. At the time he was probably undisputed commander of nothing more than a small group, which became even smaller after he lost practically all his money on Sudan investments. He returned to Afghanistan in 1996, where the younger Afghans, the Taliban welcomed him on account of his reputation as a veteran war hero.

There is no real evidence that bin Laden or al-Qaeda had any connection to the Ugandan and Tanzanian embassy attacks or any of the numerous attacks for which they have been blamed. Pro-Israel propagandists like Daniel Pipes or Matthew Levitt needed an enemy for their war against Muslim influence on American culture more than random explosions in various places needed a central commander. By the time the World Trade Center was destroyed, the Arab fighters surrounding Osama bin Laden were just a dwindling remnant living on past glories of Afghanistan's struggle against Communism. Al-Qaeda has never been and certainly is not today an immensely powerful terror organization controlling Islamic banks and charities throughout the world.

Al-Qaeda maintained training camps in Afghanistan like Camp Faruq, where Muslims could receive basic training just as American Jews go to Israel for military training with the IDF. There they learned to disassemble, clean and reassemble weapons, and got to associate with old warriors, who engaged in great heroism against the Soviets but did not do much since. Many al-Qaeda trainees went on to serve US interests in Central Asia (e.g. Xinjiang) in the 1990s but from recent descriptions the camps seem to currently provide a form of adventure tourism with no future enlistment obligations.

Although western media treats al-Qaeda as synonymous with Absolute Evil, much of the world reveres the Arab Afghans as martyr saints. Hundreds of pilgrims visit Kandahar's Arab cemetery daily, believing that the graves of those massacred in the 2001 US bombing of Afghanistan possess miraculous healing powers.

Karin Friedemann is a Boston-based writer on Middle East affairs and US politics. She is Director of the Division on Muslim Civil Rights and Liberties for the National Association of Muslim American Women. Joachim Martillo contributed to this article.


Wednesday, August 12, 2009

Indonesia bombings 17th July 2009 : US/Israeli Connection To Bali Bombing


U.S. and Israeli intelligence involvement alleged in 2002 Bali bombing.


Confirmation of the use of micro nuke type SADM


Our Indonesian and American sources report that there was a significant U.S. and Israeli military-intelligence connection to the October 12, 2002 bombings of the Sari Club in Bali, Indonesia. A DeHavilland Dash-7 aircraft registered in Queensland, Australia, landed at Denpasar Airport in Bali only hours before a massive explosion ripped through the Sari Club, killing over 200 people, many of them vaporized.

Our sources claim that an Israeli military team arrived at Denpasar Hospital a after the explosion and claimed four bodies of white men in uniform and flew them out of Bali on the Dash 7. The plane took off an hour after the explosion. Our sources have revealed the plane was permitted to pass through Singapore for an unknown destination.

After the bombing and the plane's departure, the tower logs were altered at Denpasar Airport to indicate the Dash 7 had not landed there. However, in a major oversight, the apron logs were not tampered with. Our sources have revealed the Dash 8 was Israeli-owned.



Our Indonesian and American sources report that there was a significant U.S. and Israeli military-intelligence connection to the October 12, 2002 bombings of the Sari Club in Bali, Indonesia. A DeHavilland Dash-7 aircraft registered in Queensland, Australia, landed at Denpasar Airport in Bali only hours before a massive explosion ripped through the Sari Club, killing over 200 people, many of them vaporized.

Our sources claim that an Israeli military team arrived at Denpasar Hospital a after the explosion and claimed four bodies of white men in uniform and flew them out of Bali on the Dash 7. The plane took off an hour after the explosion. Our sources have revealed the plane was permitted to pass through Singapore for an unknown destination.

After the bombing and the plane's departure, the tower logs were altered at Denpasar Airport to indicate the Dash 7 had not landed there. However, in a major oversight, the apron logs were not tampered with. Our sources have revealed the Dash 8 was Israeli-owned.


U.S. and Israeli intelligence involvement alleged in 2002 Bali bombing.

Several victims of the Sari Club bombing at Kuta Beach had flash burns on their bodies -- something common with people exposed to a nuclear blast. Our sources also have revealed that a CIA contract agent -- an Indonesian national -- was at Kuta Beach the day before the terrorist bombing. He is also known to have been involved in other terrorist attacks on behalf of the CIA since 1998.

Our sources also indicate that the then-U.S. ambassador to Indonesia, Ralph Boyce, who is now posted as ambassador to Thailand, was fully aware of U.S. intelligence pre-knowledge of the terrorist bombing in Bali. Boyce told the American managing editor of the Jakarta Post that it would be unhelpful if the paper pursued the U.S. angle in the Bali bombing.

http://waynemadsenreport.com/

Monday, August 10, 2009

Iran in posession of hypersonic missiles loaded with NBC bombs ?

Warning : Sources in Middle East believes that Israel will launch a false flag surprise attack on US carriers in the Golf in the coming weeks to start a new major conflict and begin the final solution ethnic cleansing 'transfer' of all the remaining Palestinian population in Jordan and Egypt and Lebanon.

Iran retaliation will target main cities in Israel, US and NATO bases in the Middle East and Central Asia as well as oil, gas production capacity of Tajikistan, Turkmenistan, Uzbekistan, Saudi Arabia, UAE and Kuwait. Major ground invasion may be planned as well in the program in Afghanistan...

Wa Allah swt 'alam

IRGC test fires hypersonic unstoppable sun-burn anti ship missiles in Persian Gulf

Iran's Revolutionary Guards test-fired missiles on Thursday that a commander said could sink "big warships" in the Gulf, the Sea of Oman and the northern Indian Ocean, the state broadcaster said.

Friday, August 07, 2009

La 'Casher Nostra', une bande de racaille juifiste vivant en France censure le site LBS d'Ahmed Moualek


Pourquoi l’hébergeur OVH de la banlieuesexprime.org, ferme t-il le site LBS en demandant au responsable de supprimer une vidéo sur You Tube pour pouvoir retrouver l’ouverture du site ?


Bonjour,


Actuellement, vous avez confié l’hébergement de votre domaine labanlieuesexprime.org à notre société OVH sur une offre 240.


Nous vous informons que l’état opérationel de votre hébergement est passé en état "HACKE". Ceci veut dire qu’il n’est plus opérationel du tout.


La raison de ce changement d’état est le suivant : Nous avons été alertés par les autorités judiciaires d’un contenu manifestement illicite accessible la page http://labanlieuesexprime.org/artic...


Votre service d’hbergement ne pourra être remis en service qu’après suppression par vos soins de la vidéo présente sur cette page dont l’adresse est :



Pour remettre votre hébergement en etat "OK", vous devez corriger le problème. Une fois que votre probleme sera réglé, vous pouvez contacter le support client.


Nous vous remercions de votre rapide intervention.


Cordialement,


Support Client OVH