Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Tuesday, January 30, 2007

Ni Israel, ni les USA ne disposent des codes secrets des emplacements des missiles thermonucleaires


Iran-USA : La Russie est le maître du jeu...


La Chine, la Russie et l'Iran prevoient de detruire toutes les installations petroliferes de l'Arabie Saoudite, du Koweit, du Qatar, et de l'Iraq ainsi que les bases americaines en Mediterranee et en Afrique


En juillet dernier (2004), un exercice sans précédent de toutes les forces navales des USA à travers le monde entier s’est déroulé. Selon la Navy, c’était le premier exercice de son nouveau plan de réponse (FRP) dont le but est de permettre une réponse rapidement à une crise internationale. La Navy a voulu montrer sa rapidité de réaction n’importe où et n’importe quand à travers toutes les mers du monde.


Une opération d’une envergure supérieure même à celle des forces navales engagées lors de l’opération « Desert Storm (Tempête du désert) » de 1991, chaque groupe était composé d’un porte-avion de la classe des USS Nimitz, d’une dizaine de navires de soutien et d’au moins 70 avions. La majeure partie de ces manoeuvres s’est déroulé dans le Pacifique conjointement avec la Marine de Taiwan. Jamais dans l’histoire des USA la marine tant de groupes de bataille de porteur avait été impliquée dans une opération simple.


La question que l’on se pose est de savoir pourquoi de si grandes manoeuvres ? Pour contrer quel type de crise ? Et qu’est ce qui peut bien motiver plus de puissance de feu que ce qui a été utilisé pour l’Irak ? Ces manoeuvres ont eu un don d’irriter la Chine et il semble que justement ce pays était visé par la puissance des USA après l’acquisition par la Chine auprès de la Russie de navires de la classe « sovremenny ».


Si vous pensez qu’il s’agit d’un « non sens » et que ceci est impensable, que quelques destroyers ne peuvent menacer la suprématie américaine sur les océans, il faut savoir quelques choses qui éclairent la situation.


Les USA ont négligé depuis quelque temps le qualitatif de leur Navy en se reposant sur le quantitatif et de nombreux pays, dont la Chine, de leur côté ont misé énormément sur le qualitatif et les technologies nouvelles. Les navires sont aujourd’hui capables de lancer les fameux missiles SS-N-22 contre lesquels la Navy n’a pas de parade. Et c’est pourquoi les USA ont fait étalage de leur puissance navale.


Le SS-N-22 (sunburn). On prétend que la Marine russe est faible depuis la dissolution du bloc soviétique et s’il est vrai que la vieille flotte soviétique continue à rouiller et polluer les eaux des ports russes, il ne faut pas oublier de voir que technologiquement, une autre partie de la Marine russe est elle supérieure à la US Navy.


Et cela tout particulièrement dans les domaines des missiles antinavires où les spécialistes leur accorde une avance de dix ans sur les USA. De surcroît, trop longtemps par la faute des missiles Scud lancés maladroitement par Saddam Hussein, on a eu l’illusion d’une supériorité qui n’en était pas une.


Les Soviétiques, il y a des années de cela, lorsqu’ils ont compris qu’ils ne pouvaient lutter en nombre face aux USA ont astucieusement opté pour une autre stratégie, ils ont cherché les faiblesses américaines (et de l’OTAN par la même occasion) et ont entrepris de miser sur l’exploitation de celles-ci.


Et ils ont réussi, notamment avec le SS-N-22 (sunburn) qui est aujourd’hui considéré comme le missile « le plus mortel au monde ». Si après la chute de l’URSS la situation semblait difficile, la Russie a recommencé et développé la production et la recherche, le missile a été sans cesse amélioré et son exportation représente des milliards de $ pour les caisses russes.
Et les clients se bousculent, citons entre autres, l’Inde, la Chine, Cuba, le Vietnam et aussi l’Iran. Dans un avenir si ce n’est déjà aujourd’hui, ce type de missile va représenter un sérieux problème pour la Navy. Des stratèges américains ont même émis l’hypothèse qu’il fallait rapatrier les plus gros navires dans des ports aux USA car ils seraient des cibles sans défense. Personne n’ayant encore vu le SS-N-22 en opération dans un conflit, ceci explique peut-être pourquoi peu de personnes ne réalisent le danger potentiel et effrayant.


Déjà le fameux missile de croisière français « exocet » est un danger, il a détruit de gros navires, les avions largueurs (des mirages) ont bien été repérés, mais jamais encore le missile et pourtant, il a bien détruit entre autres le Sheffield ou coupé en deux le Stark. L’attaque du Starck en 1987 est tout à fait emblématique du danger des missiles antinavires. Or il se trouve que le SS-N-22 laisse l’exocet subsonique loin derrière lui :


A... Plus grand B... plus rapide C... Plus puissant D... plus ....


Le SS-N-22 a été spécialement conçu en fonction des radars US qui servent justement à la mise à feu des missiles anti-missiles. Des Awacs (avions radars) ont bien été assignés à chaque flotte américaine dans le but de détecter ce type de missile plus rapidement, mais les tacticiens américains dans le Golfe voient les choses différemment :


Le nord du Golfe Persique est bordé de terrains plus ou moins montagneux, mais toujours assez proche de n’importe quel navire dans cette zone, le tir d’un de ces missiles depuis la république islamique d’Iran serait donc indétectable avant qu’il n’ait atteint son but, Awacs ou pas.
Et la précision du SS-N-22 a été observée par des satellites espions lors des essais de celui-ci par les chinois. Le missile a été vu frappant au coeur du X dessiné sur un navire-cible en mouvement.


À ce jour la Navy n’a jamais eu affaire à un missile aussi redoutable, mais si d’aventure les USA ou Israël devaient attaquer la république islamique pour détruire son infrastructure nucléaire, Téhéran qui aurait enfin reçu ses missiles SS-N-22 n’hésiterait pas à les tirer sur les navires des flottes occidentales.


De son côté Israël a amélioré sa flotte de nouveaux bombardiers F-15 à long rayon d’action et a pris livraison de 5000 bombes américaines dont l’usage contre l’Iran est prévu. Israël ayant déjà plus d’une fois annoncé qu’il ne laisserait pas la république islamique se doter de l’arme nucléaire et a déjà fait usage de frappes préventives par le passé notamment en Irak.
De son côté, la Russie de Poutine qui n’a pas oublié ce que les USA lui ont fait subir -quand elle était encore soviétique- en Afghanistan seraient certainement très heureux de pouvoir infligé des pertes aux USA par l’entremise d’autres pays, ce qui la dédouanerait de toute responsabilité en jouant sur la symétrie qu’il y aurait avec Israël faisant le travail pour le compte des USA. Poutine n’attendrait que cela selon des observateurs de la vie politique à Moscou.
Les services américains ont déjà annoncé avoir trouvé trace de la présence de SS-N-22 iraniens sur les bords du Golfe Persique et même de SSN-nx26, une version encore plus rapide (mach2.9). Chaque bateau américain dans le Golfe serait menacé et encas d’attaque iranienne, le piège se refermerait faisant du Golfe un lieu de massacre.


Les missiles antinavires ne sont pas nouveaux, mais ils n’ont jamais été utilisés à grande échelle, mais il faut se souvenir que durant la guerre des Malouines, l’Argentine avec seulement 5 exocets en sa possession a réussi à couler deux gros navires britanniques. Avec plus de missiles, il est presque certain que l’Argentine aurait pu anéantir l’ensemble de la flotte britannique.

The Sunburn - Iran’s Awesome Nuclear Anti-Ship Missile




No comments: