شبكة الإستخبارات الإسلامية

"They plot and plan but ALLAH also plans and ALLAH is the best of Planners." Qur’an VIII – 30

‘’ويمكرون ويمكر الله والله خير الماكرين ‘’: قال الله عزَّ وجل

سورة الأنفال

رضيت بالله ربا و بالإسلام دينا و بمحمد صلى الله عليه و سلم نبيا رسولا لا إلـه إلا اللـه ... محمد رسـول اللـه

This is default featured slide 1 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 2 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 3 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 4 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 5 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

Showing posts with label Palestine Occupee. Show all posts
Showing posts with label Palestine Occupee. Show all posts

Thursday, June 17, 2010

« Al-Aqsa TV » après « Al Manar » pour occulter la solution.

Par Omar Mazri

Les Palestiniens de Gaza, vivant la tragédie de l’occupation, au quotidien, connaissent le sens, le prix et les démarches machiavéliques des Occidentaux et des Arabes pour maintenir le blocus. Nous assistons donc, contrairement à la gesticulation des uns et des autres, depuis l’acte de piraterie israélien contre la flottille de la liberté, au renforcement du blocus. Cette réalité amère mais prévisible dans la logique impérialiste et sioniste appelle quelques remarques que nous avons déjà traités auparavant mais le rappel est utile puisse t-il devenir bénéfique aux croyants.

1 – La flottille de la liberté, au-delà des jeux de mots, a rappelé au monde des hommes épris de justice et de dignité que la liberté passe par un processus qui s’appelle la libération. La résistance est l’acte le plus conséquent et le plus efficace en termes de libération. Les martyrs turcs ce sont certes des humanitaires sans armes assassinés par l'armée israélienne et qui se sont dirigés vers Gaza dans un but humanitaire. La vérité doit être dite pour leur gloire et celle du destin qui s'annonce : ils sont morts en résistant à l'assaut israélien. Ils ont donné une leçon de courage tout en montrant la lacheté de Tsahal incompétende faire face à quelques vielliards, femmes et jeunes hommes qui refusent de se laisser conduire comme des moutons ou des boeufs emasculés. La seconde flotille en provenance d'Irlande ayant à son bord un prix noble de la paix a failli sur ce plan là car en acceptant de se rendre elle a donné légitimité et écho au discours eradicateur et fabulateur d'Israël et bonne conscience à la majorité des médias occidentaux qui considèrent que ne pas se soumettre à Israël est un acte terroriste. Tout mussulman qui refuse de se soumettre à autre que Dieu est par définition terroriste.

La bataille humanitaire n'est pas d'embarquer dans un bateau humanitaire et emporter des vivres et des médicaments mais d'exprimer symboliquement son soutien à l'agressé et à l'opprimé et refuser de se conformer à l'image de l'humanitaire "sac de riz".

2 – Israël, son parrain, ses tuteurs et ses vassaux, ne feront aucune concession de fond sur le blocus car la levée ou l’allégement de ce blocus signifie la reconnaissance de l’expérience victorieuse triple du HAMAS : triomphe démocratique, victoire contre l’agression militaire et mise à l’échec de la coalition internationale contre tout projet de libération nationale ou d’expérience démocratique dans le monde musulman.

3 – Israël sous la couverture de ses alliés gagne du temps et rejette les échéances et les problèmes au plus loin possible : La question coloniale devient une question humanitaire, l’humanitaire devient colonie d’implantation, les colonies deviennent Gaza, Gaza devient aide humanitaire, l’aide humanitaire devient problème de piraterie dans les eaux internationales, le meurtre dans les eaux territoriales contre les civils devient une lutte sur la légitimité et la légalité de la nature et de la composition d’une commission de vérification des informations, la commission d’enquête devient la chaine de télévision Al Aqsa. Dans ce dédale de complications accessoires et cette fragmentation de la question palestinienne Israël, fort de son impunité, ne perd pas le cap. Le cap est la judaïsation de Jérusalem, le cap est l’expulsion des Palestiniens. La facilité à ne pas perdre le cap ne réside pas dans leur intelligence ni dans leur nationalisme de droit divin mais dans notre hyper compétence à l’atomicité des efforts, des clans, des partis, des gouvernants, des élites, des idées, des visions, des caps. Nul vent n’est favorable pour définir un cap pour celui ne sait où aller sauf de convulser dans les moments de crise comme l’écume au dessus des vagues charriant les débris et les ordures que le Hadith par politesse du langage a nommé le Ghuta assayl qui produit le Wahn.

4 – Le Blocus non seulement se maintient mais s’élargit à la voix palestinienne car la flottille de la liberté à donné de la voix aux Gazaouïs les faisant sortir de l’isolement. Le secrétaire général de la Ligue des bédouins arabes a sans doute signifié au HAMAS l’obligation de se soumettre au plan de paix israélo égyptien et à la réconciliation avec l’Autorité palestinienne. Cette soumission signifie redonner raison aux partisans arabes et musulmans de l’inbitah (la capitulation) contre un morceau de pain. Le monde arabe et ses parrains savent que si le HAMAS sort vivant de cet embargo comme il est sorti vivant de la guerre il signifie la mort lente par métastases sociales ou brutale par collapsus politique de leurs régimes. Sous la supervision du général américain Dayton et de l’ancien premier ministre Tony Blair la Commission européenne et la France ne peuvent que renforcer Mahmoud Abbas et son équipe de Vichy. La réconciliation entre le FATAH et le HAMAS et le retour à une gestion démocratique de la question palestinienne et des problèmes du peuple palestinien sans exclusive ni exclusion que souhaitent les gens normaux sont instrumentalisés pour donner légitimité à une Autorité palestinienne mortifère et lui confier la manne de la reconstruction de Gaza pour la partager entre sérail israélo palestinien et créer du clientélisme au sein de la population de Gaza et de la traitrise : un toit, de l’eau potable ou du travail contre la dénonciation d’un résistant ou d’un projet de résistance. La France ne tire pas leçon de ses expériences désastreuses en Indochine et en Algérie à moins que les collabo français du nazisme soient le modèle du progrès social et de la liberté proposé aux Arabes?

5 – L’équation est simple : vivre ou mourir. Vivre dans une immense prison sous la conduite des capitulards et des rentiers en Cisjordanie sous contrôle sécuritaire du général américain Dayton, sous la manne financière des USA et de l’Europe et sous la collaboration israélo-palestinienne dont les apparats mondains ont des répercussions médiatiques, politiques et idéologiques : la collaboration apporte la prospérité pour les palestiniens et la paix pour Israël. Mourir affamés, assoiffés et asphyxiés sous la direction de la résistance à Gaza en attendant de mourir sous les bombes de dernière génération livrées par les USA à Israël et qu’elle utilisera dès que le mur d’acier égyptien sera achevé et destiné à mettre à l’abri le territoire égyptien des dommages collatéraux des bombardements prévus pour détruire les fortifications et les tunnels sous terrains de la résistance palestinienne.

Le blocus est inhumain sur le plan moral pour des humains qui ont le sens du moral et de l’humain. Ceux qui le maintiennent ont déjà depuis longtemps perdu leur humanité. Ils peuvent envoyer des émissaires corporels ou des messages immatériels mais décryptables : aucune garanties sur les conditions fondamentales de l’existence qui sont la liberté de se déplacer, de travailler, d’étudier, de se soigner, de se nourrir, de disposer de la sécurité s’il n’y a pas reconnaissance de la légitimité de l’occupation de la Palestine par les sionistes soutenus par l’impérialisme anglo-saxon et français. Pour les musulmans il n’y a ni démocratie ni droits de l’homme ni progrès social mais uniquement la faim, la peur, la mort et l’isolement dans une prison à ciel ouvert entouré d’un monde indifférent et insouciant. C’est dans cette illusion d’alternative proposée par Israël, les USA, l’Europe et les Arabes que Gaza est confrontée. La flotte de la liberté est intervenue comme annonce du destin apportant la contradiction dialectique : le blocus est inhumain, la résistance est un droit légitime.

6 – Israël, le sionisme et le colonialisme ne peuvent aller contre la volonté d’un peuple qui a décidé de vivre et de résister : ils sont acculés à l’essoufflement et à la défaite dès que des hommes libres reprennent à leur compte l’initiative historique de participer à la résistance en apportant le soutien à la vérité et en dénonçant le monopole du mensonge international. J’avais écris, auparavant, que c’est dans ce moment de reconquête de l’initiative que la vigilance est de rigueur car l’air du temps est au changement. Il y a un tournant en perspective et chacun oppresseur ou opprimé sent le vent du changement et il serait dommage de perdre son souffle alors que la véritable bataille ne fait que commencer. Le système des lâches qui invente des avions sans pilote pour bombarder des femmes et des enfants car il a perdu le courage de l’humain profite de ce moment de la coupe du monde pour reprendre l’initiative qu’il a perdue. La dynamique est déjà mise en marche les ténèbres ne peuvent que gagner du répit, des victoires tactiques. La bataille stratégique et symbolique ils l’ont perdu en dévoilant la fin du mythe de l’invincibilité.

7 - La bataille du Forqane et la résistance héroïque des humanitaires libérés de l’humanitaire sous contrôle sioniste et militaro américain ont montré le fossé qui existe entre les peuples épris de liberté et de justice et leurs gouvernants souteneurs de la corruption mondiale. Le soutien à Gaza apporté par toutes les religions, toutes les confessions, toutes les nationalités, toutes les générations et tous les sexes est le signe du changement en vue. Le destin veut que le changement mondial soit lié à la résistance palestinienne en terre sainte cette terre foulée par les Prophètes et les saints. Le scénariste Borges a raison de dire : «Les dictatures fomentent l’oppression, la servilité et la cruauté ; mais le plus abominable est qu’elles fomentent l’idiotie».

L’homme en quête de libération se doit de créer des tribunes hors des systèmes totalitaires pour que sa voix puisse s’exprimer à destination de l’humanité et ne reste pas étouffée. L’homme épris de liberté se doit de donner des tribunes pour que l’opprimé puisse raconter sa souffrance, parler de sa résistance et chercher des réseaux de solidarité pour que sa voix sorte de l’isolement ou du silence et devienne une espérance qui ressemble à un moment de prière, de communion avec l’univers, de rupture avec le chaos imposé par la colonisation et de l’entropie générée par l’oppression.

8 – Toute lutte idéologique, psychologique, médiatique ou militaire n’a qu’un seul objectif : mettre au silence l’adversaire. Il ne s’agit pas de le tuer ou de lui enlever les moyens de sa résistance mais de le placer en situation de mutisme totale. La seule voix autorisée et relayée au monde est celle de sa capitulation. Après cette capitulation il ne doit plus avoir possibilité de s’exprimer sauf à vanter les bienfaits et les valeurs du vainqueur, du dominant. Pour ce but tous les moyens sont bons pour le faire taire et donner la parole à ses contradicteurs et à ses détracteurs à moins qu’il ne devienne le fossoyeur de son passé et de son avenir en donnant légitimité à ses bourreaux, en reconnaissant leur rôle civilisateur et en s’engager de ne plus jamais se révolter ni résister. Le HAMAS a eu l’intelligence et la lucidité de nommer Forqane sa bataille contre l’agression israélienne de 2009. Malek Bennabi disait que souvent la parole est divine. Balzac disait de certains comportements, de certains regards et de certains mots qui annonçaient de grands bouleversements « plus que de la prémonition et moins que de la vision ». Nous assistons au Forqane c'est-à-dire au dévoilement de tout ce qui peut permettre de discerner sans erreur et sans faute la vérité du mensonge, la justice de l’injustice, la liberté de l’oppression, l’égalité de l’inégalité, la fraternité de la haine…

Ce que cachent les cœurs et les esprits doit être encore dramatiquement plus grand mais il est appelé à être dévoilé pour que chacun soit témoin implacable sur lui-même et sur autrui en toute équité morale et impartialité historique. Les jours sont inscrits dans l’alternance, aucune chose ne demeure en l’état, après la nuit la plus sombre c’est l’aube la plus radieuse… Le Vatican devra répondre à Jésus du non respect des Béatitudes : « Bienheureux les épris de justice ils seront rassasiés… »

9 – La France qui continue de bafouer tous les principes de la République et du Gaullisme devrait peut-être revenir à sa fierté nationale et mettre la préférence nationale là où seront ses intérêts de demain et renouer avec sa tradition philosophique et humaniste avant de sombrer dans le déluge qui s’annonce sans arche ni colombe. Blaise Pascal dans les Pensées à laissé aux français et aux amoureux de la langue française et de sa culture cette sentence magistrale : « Le silence est la plus grande persécution ; jamais les saints ne se sont tus ». Le dissident Yevgeny Yevtushenko prononcé un principe de la lutte idéologique contre le régime stalinien « Lorsque la vérité est remplacée par le silence, le silence devient un mensonge ». Le français Alexis Philonenko dans « Essais sur la philosophie de la guerre » décrit ce qui ressemble à l’attitude de la France hostile aux Palestiniens de Gaza : « Le secret de la guerre c’est le silence de l’adversaire. Il ne s’agit pas seulement de silence physique, mais aussi et surtout du silence moral et psychologique. Tant que l’adversaire ne se tait pas, il n’est pas vaincu. C’est donc aussi bien l’élimination physique de l’adversaire que son élimination sur le plan du discours qui est recherché dans la guerre ; peut-être l’élimination sur le plan du discours est-elle plus recherchée encore que l’élimination physique… Celui qui parle ou écrit n’est pas encore vaincu. »

10 - Le jugement de Dieu est implacable, il a initié le monde par la puissance du verbe et c’est par la puissance du verbe que sera rompu le silence de la tombe dans laquelle chacun a, pour un temps, enfouie sa conscience, muselé sa parole, fuit ses responsabilités ou caché sa complicité : « Et il leur sera dit : «Pourquoi ne vous portez-vous pas mutuellement secours?». Ce Jour là n’auront le privilège de la parole que «Les véridiques qui bénéficieront de leur véracité »

Lien de l'article: http://liberation-opprimes.net/index.php?option=com_content&view=article&id=785:omar-mazri-l-al-aqsa-tv-r-apres-l-al-manar-r-pour-occulter-la-solution
Share:

Sunday, May 23, 2010

Ridwane : l’espoir d'un retour proche; la force de l’occupant recule

Publié le 23 mai 2010 sur le site du CPI
www.palestine-info.info


Gaza – CPI

Dr. Ismaël Ridwane, un des leaders du mouvement de la résistance islamique Hamas, a accordé une interview à notre Centre Palestinien d’Information (CPI), le lundi 17 mai 2010.

Il confirme : « Nous sommes plus certains que nous nous rapprochons du moment où ce rêve du retour se réalisera, car nous avons maintenant une jeune génération qui croit en son Seigneur, qui travaille pour sa patrie, qui ne fait aucune concession sur nos principes. Nous possédons un patrimoine historique arabe et islamique. L’occupation est en recul face à notre résistance, surtout après avoir été chassée de la bande de Gaza dans le combat Al-Forqane. »

Une diffamation

CPI : Pour commencer, quelle est la nature de votre relation avec toutes les factions palestiniennes, surtout avec la gauche qui incite les gens contre la politique du gouvernement (de Gaza) ?

Dr. Ismaël Ridwane : Le Hamas est désireux de voir des relations bonnes et équilibrées continuer avec toutes les factions palestiniennes, dans l’intérêt supérieur (palestinien). Le mouvement travaille de façon positive avec toutes les factions palestiniennes dont celles de gauche. Le problème, c’est que ces dernières prennent des positions souvent confuses et qui vont à l’encontre de l’intérêt palestinien. Nous les blâmons pour cela, au moment où en Cisjordanie, on essaie de déraciner la résistance et où la coopération sécuritaire (avec les occupants israéliens) continue. Le Hamas donne une large marge de liberté à tout le monde. Le respect est nécessaire, et non la diffamation. Nous sommes avec la critique constructive, tout en étant contre toute affaire qui dérange le calme de la bande de Gaza.

L’union des factions palestiniennes

CPI : Les derniers jours ont connu plusieurs réunions entre les factions palestiniennes. Quels en sont les objectifs ? Pourront-elles donner des résultats probants ? Travaillent-elles pour un front refusant les négociations, la coopération sécuritaire et d’autres affaires ?

Dr. Ismaël Ridwane : L’objet de ces réunions est de renforcer le travail commun, l’union. On travaille pour effacer toutes raisons de se diviser. Durant les réunions, toutes les factions palestiniennes sont d’accord sur les principes et sur le danger de la politique suivie par Abbas et par Fayyad. Nous tentons de conserver l’unité de ces factions autour des principes. Cependant, les factions de l’OLP, surtout celles recevant d’elle leurs budgets, ne peuvent pas trop s’éloigner des positions d’Abbas. Cela dit, les factions peuvent être de deux sortes.

Des factions qui veulent résister (contre l’occupation israélienne)… Et des factions avec lesquelles on peut être d’accord dans le cadre populaire, mais il est extrêmement difficile d’être d’accord avec elles sur le sujet de la résistance et sur le refus de la politique d’Oslo.

Capturer des soldats

CPI : Vous avez appelé la résistance à kidnapper des soldats israéliens. Le Hamas, lui-même, est-il capable d’en capturer pour les échanger contre des captifs palestiniens, surtout dans cet état actuel de calme ?

Dr. Ismaël Ridwane : Sans aucun doute, la résistance pourra tout faire. Elle a pu mettre Shalit en captivité alors que le blocus et la conspiration nous frappaient de plein fouet. La résistance a pu le garder à Gaza, en dépit de tous les moyens technologiques modernes que l’ennemi possède. Elle est donc capable de trouver des moyens de qualité pour mettre la main sur plus de soldats, malgré toutes les difficultés.

Agression israélienne

CPI : Au cas où le Hamas mettrait des soldats sionistes en captivité, vous attendriez-vous à ce que les occupants israéliens mènent une nouvelle agression contre la bande de Gaza pour se venger ?

Dr. Ismaël Ridwane : Avec les sionistes, tout est possible, ils attaqueront Gaza, qu’il y ait un enlèvement de soldats ou pas. Les guerre contre Gaza s’est poursuivi avant comme après l’enlèvement de Shalit. Mais toutes leurs guerres ne font fléchir ni le Hamas ni le peuple palestinien. Ils n’ont qu’à fléchir, eux.

Avant et après la guerre

CPI : La résistance est-elle affaiblie par la guerre et le blocus renforcé ?

Dr. Ismaël Ridwane : La résistance palestinienne est beaucoup plus forte qu’avant la guerre agressive israélienne menée contre Gaza. Les résistants ont plus d’expérience. Ils sont prêts à répliquer à toute agression.

La réconciliation

CPI : Où sont arrivés les efforts pour une réconciliation interne, sachant qu’Az-Zahhar a déclaré qu’il y a des contacts avec le Fatah et l’Egypte destinés à trouver de nouveaux moyens pour mettre fin à la division ? Y a-t-il vraiment des efforts arabes dans ce cas de figure ?

Dr. Ismaël Ridwane : Les efforts palestiniens et arabes de réconciliation intérieure sont nombreux. Az-Zahar parle d’un groupe de remarques présentées par le Hamas. Si le Fatah les accepte, la réconciliation se réalisera. Malheureusement, l’entente nationale est actuellement dans l’attente. Bien que le Hamas montre toujours sa volonté de réaliser cette réconciliation et de l’encourager.

Les négociations avec les occupants israéliens

CPI : Le représentant de l’autorité a reporté le vote sur l’UNESCO. Que veut dire ce report ? Et affectera-t-il la réconciliation ?

Dr. Ismaël Ridwane : Le Hamas condamne la position de l’ambassadeur de l’autorité qui a reporté le vote. Cela représente un encouragement en direction de l’occupant dans son effort à judaïser la ville d'Al-Quds. Cela dit, les négociations incitent à plus de coopération sécuritaire et plus de concessions au profit de l’ennemi. L’autorité de Ramallah se montre prête à faire des concessions au profit de l’occupant, mais non au profit des leurs frères palestiniens et au profit de l’intérêt palestinien. Cela a été le cas ave le rapport Goldstone. Cela affectera la réconciliation et aggravera la division.

Le piratage israélien

CPI : Des bateaux viendront pour briser le blocus. L’occupant menace de les frapper. Qu’en dites-vous ?

Dr. Ismaël Ridwane : Ces menaces sionistes contre ces bateaux représentent une sorte de piratage et des crimes de guerre, une preuve claire de l’irrespect de toutes les lois internationales. Nous sommes cependant sûrs que les bateaux viendront et nous implorons Allah (le Tout Puissant) de les protéger.

La rencontre Mechaal Medvedev

CPI : Quel regard portez-vous sur la rencontre Mechaal-Medvedev ? Et comment allez-vous exploiter cette rencontre dans votre ouverture sur l’Occident ? Cette rencontre représente-t-elle un intérêt politique ?

Dr. Ismaël Ridwane : Bien évidemment, la rencontre représente un profit politique. C’est un pas vers l’ouverture du Hamas sur la scène internationale. C’est une reconnaissance indiquant que le mouvement du Hamas ne pourra être marginalisé et isolé.

C’est une réponse à tous ceux qui veulent mettre à genoux le Hamas. Cela dit, quiconque voudra s’occuper de la cause palestinienne devra traiter avec le Hamas ; le Hamas est une force électorale, politique et combattante sur la terre de Gaza.

Le droit au retour

CPI : 62 ans après la Nakba (la catastrophe de 1948), y a t-il un espoir pour le retour ? Si oui, comment ce rêve peut-il se réaliser ?

Dr. Ismaël Ridwane : Tout d’abord, le retour est un droit sacré, individuel comme collectif, un droit qui ne tombe jamais sous le coup d'une prescription. Néanmoins, 62 ans après la Nakba (la catastrophe de 1948) dont notre peuple a été la victime, nous sommes plus sûrs que nous nous rapprochons du moment où ce rêve du retour va se réaliser, car nous avons maintenant une jeune génération qui croit en son Seigneur, qui travaille pour sa patrie, qui ne fait aucune concession sur nos principes. Nous possédons un patrimoine historique arabe et islamique. L’occupation est en recul face à notre résistance, surtout après avoir été chassée de la bande de Gaza dans le combat Al-Forqane.
Share:

Monday, May 17, 2010

Une marche massive à Al Qods pour commémorer la 62 année de la Nakba

Al Qods occupée - CPI
www.palestine-info.info


Une marche massive a été organisée, le samedi 15/5, dans la ville occupée d’Al Qods, pour commémorer la 62 année de la Nakba, avec la participation de célèbres personnalités nationales et religieuses, sous des restrictions sécuritaires sionistes renforcées.


Les manifestants ont porté les drapeaux palestiniens, en répétant des slogans qui affirment l’aspect arabo-islamique de la ville d’Al Qods occupée, tout en dénonçant la politique raciste, d’apartheid, de nettoyage ethnique, d’expulsion et d’extermination pratiquée par les autorités sionistes contre les habitants des territoires palestiniens occupés en 1948.

La marche a démarré du boulevard de Naplouse vers le quartier de Cheikh Jarrah, où les manifestants ont prononcé des discours, dont la parole d'Awad Abdel Fattah, le député Jamal Zahalka, Hatem Abdel Kader, Cheikh Abbas Zakour, la député Hanine Zoubi qui ont tous souligné que ce qui se passe aujourd'hui, à Jérusalem «Al Qods occupée», est une deuxième Nakba, et que la ville sainte est le titre de la souveraineté des Palestiniens, et que sans cette ville, il n’y aura pas de souveraineté", tout en insistant sur le droit au retour des réfugiés palestiniens à leurs maisons confisquées par l’occupation.
Share:

Thursday, April 22, 2010

Obama pour une epuration ethnique totale de la Palestine de ses habitants originels

Oh Obama !! : La Palestine est pour les Palestiniens et non aux juifs.

Beyrouth - CPI
www.palestine-info.info


L’organisation du droit de retour des réfugiés palestiniens «Thabet» a refusé les déclarations injustes du président américain, Barak Obama, parues dans le message de félicitation envoyé au gouvernement de l’occupation israélienne à l'occasion de la 62ème Nakba des Palestiniens (le jour de la création de l’entité sioniste).

Obama a commis une grande bêtise inacceptable en considérant que la Palestine est une terre historique au peuple juif.

Lors d’un communiqué envoyé au centre palestinien d’information, l’organisation a qualifié les déclarations d’Obama de tromperie historique, similaires aux déclarations de son adjoint Joseph Biden qui a rendu visite à la région, le 11/3/2010, en qualifiant "Israël" d'une expérience merveilleuse dans une région déserte et morte.

En qualifiant les déclarations d’Obama d'un soutien gratuit et aveugle aux crimes et violations de l’occupation israélienne, Thabet a confirmé que la Palestine va rester toujours pour les Palestiniens autochtones et non aux étrangers sionistes qui ont occupé volé et usurpé ses territoires à l'aide du soutien des pays puissants complices qui ont participé à la tragédie du peuple palestinien qui dure depuis 62 ans.

L’organisation qui s'occupe des réfugiés palestiniens a fait rappeler Obama que «La Palestine n'était jamais pour le peuple juif, et elle restera la terre du lait et du miel, qui avait durant l'histoire combattu les envahisseurs comme les Romains, les croisés et les sionistes, en soulignant que la Palestine fait partie de la civilisation arabe et musulmane qui a enseigné l'occident sur le commerce, les mathématiques, l'architecture, l'électricité, les arts, les cultes et l'artisanat et que les palestiniens ont œuvré pour les développer durant des siècles, notamment après le transfert de ces sciences en Europe qui s'est enveloppée dans l'obscurité de l'ignorance et l'intolérance pendant des décennies".

L'organisation a appelé dans son communiqué toutes les organisations et institutions palestiniennes locales, régionales, mondiales à commémorer le 62ème anniversaire de l'occupation de la Palestine (la Nakba), à travers des festivals, des sit-in, des séminaires, des conférences, et diverses activités dans les camps et les communautés des réfugiés palestiniens au monde, ainsi que la célébration des bannières condamnant l'occupation et exigeant le retour des réfugiés à leurs foyers, terres et maisons d'où ils ont été expulsés en 1948, en s'attachant à ce droit légitime approuvé par les conventions et les lois internationales, en soulignant qu'il est un droit inaliénable qui ne tombe pas par ancienneté, tout en appelant à ne pas faire attention aux déclarations du président des États-Unis qui renoncent aux droits palestiniens, notamment le droit de retour".

Share:

Wednesday, April 14, 2010

Indications confirmant le déclin de l’Entité sioniste

Indications confirmant le déclin de l’Entité sioniste


Palestine-info.info

www.palestine-info.info


De l’extérieur, il n’est pas facile de voir les conflits de l’intérieur d’"Israël", dans sa vraie profondeur, ni les défis auxquels font face son gouvernement et son peuple.

En effet, il y a plusieurs défis et sur plusieurs axes, laissant leurs empreintes sur tous les domaines de la vie. On pourra en énumérer trois principaux.

Le premier s’agit de ce déchirement psychologique entre le programme sioniste et les données du terrain sur le niveau local comme sur le niveau mondial. Pour cette raison, des différences essentielles déchirent la gauche et la droite israéliennes. Elles déchirent également la droite et les mouvements et sectes religieux à l’intérieur d’"Israël". Il y a aussi le défi posé par les Arabes de 1948.

Depuis toujours, la gauche israélienne tire la sonnette d’alarme contre la mainmise de la droite sur le pays. Et cela constitue la raison principale de l’ordre donné par David Ben Gourion pour bombarder et faire couler le navire Altalina, dès son arrivée devant la plage de Tel-Aviv, le 22 juin 1948.

En réalité, à bord de ce navire, quelques 930 jeunes juifs venaient d’Europe. Ils faisaient partie de l’organisation Itsel présidée par Menahem Begin. Et des combattants de l’organisation de Haganah, de la gauche sioniste, guidés par le général Yeghal Yadin, bombardèrent le bateau et le firent couler avec tous ceux qui se trouvaient à bord, leurs armes y comprises. Ben Gourion déclara plus tard : « Si ce groupe avait pu entrer dans le pays, l’équilibre des forces aurait été perturbé et nous aurions perdu le pouvoir ».

En "Israël", il y a encore ceux qui croient que Ben Gourion avait raison. Le dernier conflit entre Benyamin Netanyahu (actuel premier ministre israélien) et le président américain Barack Obama vient pour appuyer cette vision. C’est pour cette raison que ces idées font jour, trente-sept ans après sa mort.

Le deuxième grand problème, à l’intérieur de la société israélienne, c’est la position des colons et les religieux extrémistes. Suite à l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir, ils ont pris des couleurs. Le conflit entre ceux-ci et les laïcs va jusqu’à des affrontements violents qui laissent des victimes.

Puis les partis religieux commencent à demander de changer les programmes scolaires afin qu’ils reflètent leurs points de vue. Cette demande soulève une grande colère chez tous les Juifs d’"Israël".

Et ce n’est pas tout. Ces partis commencent même à défier le gouvernement, en inaugurant une radio propre à eux, sous le nom "Jali Israël" (selon le journal hébreu Haaretz, le 23 février 2010). Il y a aussi ces journaux et d’autres médias publiés par leurs colonies, publications qui ne font qu’inciter contre le gouvernement et tous les mouvements de paix aussi bien en "Israël" que dans le monde entier.

Et les chefs de l’armée israélienne commencent à exprimer leur inquiétude de voir certains soldats religieux refusant l’application des ordres donnés en ce qui concerne leurs colonies. Ces chefs appellent alors à déraciner les herbes sauvages répandues partout dans l’armée (Maariv, 17 novembre 2009).

Ils vont encore plus loin. Leur gourou, le rabbin Zalman Miland, les appelle à manifester contre les ordres de leurs chefs.

Les chefs religieux appellent les soldats à massacrer les Palestiniens, et les chefs militaires ne peuvent rien faire, selon un long article publié par le journal Yediot Aharonot, le 2 juin 2009.

Selon le journal, au cours de la dernière guerre israélienne menée contre Gaza, il fut révélé que les chefs fidèles incitaient à traiter l’ennemi (les Palestiniens) avec sauvagerie, sans merci, en leur disant que les Palestiniens n’ont pas le droit de vivre sur cette terre, et qu’il ne fallait par conséquent pas leur donner un Etat.

Les sondages d’opinion montrent qu’une grande partie des habitants des colonies juives ne reconnaissent pas le droit du gouvernement (israélien) à évacuer les colonies, une image parlant de ces désarrois qui inquiètent beaucoup d’Israéliens et de chefs de l’armée, et même quelques chefs de la droite au pouvoir.

En troisième lieu, il y a les Arabes de 48, surtout cette génération qui naquit et grandit en "Israël", un grand défi.

Mochet Arnes, ancien ministre israélien, dit que ces gouvernements successifs sont le premier responsable de la radicalisation des Arabes d’"Israël". Il fait illusion au « jour de la terre » où les jeunes arabes du village de Sakhnin hissèrent la photo de Saïd Nasrallah, premier secrétaire du Hezbollah, et la photo du martyr Imad Moghnia (Haaretz, 6 avril 2010).

Mais le journal ne mentionne pas que son Etat sioniste. Beaucoup d’intellectuels juifs voient dans ces Arabes le plus grand défi qui ne cesse de grandir au fil des années.

Il y a beaucoup d’autres défis, mais ces trois-là sont ceux qui peuvent le plus jouer un rôle essentiel dans la vie de l’Israélien moyen, dans son avenir et dans l’avenir de sa famille.

Article écrit par Dr. Fawzi Al-Asmer du Centre d’études stratégiques Al-Charq
le 10 avril 2010, traduit et résumé par le CPI



Share:

Tuesday, April 06, 2010

Le lobby pro-israélien contre l’Amérique : à propos des mensonges de Netanyahu

Ramzy Baroud

En écoutant le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou parler à une foule animée de supporters le 22 mars, je me suis senti physiquement malade. Cet homme a déjà manifesté à plusieurs reprises une absence totale de sens moral ou d’éthique dans ses paroles comme dans ses actes, écrit Ramzy Baroud.

(JPG)
Les Américains doivent comprendre qu’il n’est plus question que de la Palestine et d’Israël...

Une fois de plus il déformait l’histoire, manipulait les faits, et fabriquait un récit partial et hautement douteux au service de son intérêt personnel.

Netanyahu, un colon venu d’un pays lointain a aussi eu l’aplomb de persuader quelques personnes en plus de lui-même qu’il avait des droits légaux, moraux et historiques sur ma terre. Moi je suis issu d’une famille palestinienne enracinée en Palestine depuis des temps immémoriaux alors que lui, Netanyahu est le fils d’un immigrant lituanien. Et pendant que lui vole avec insouciance toujours plus de terre à Jérusalem, moi je vis en exil.

Netanyahu parlait à la conférence annuelle du Comité Américain des Affaires Publiques d’Israël (AIPAC). Ce "puissant " lobby regroupe une grande quantité de politiciens et lobbyistes sionistes de droite et est considéré par beaucoup comme la structure la plus efficace pour influencer - et même contrôler- la politique étrangère américaine pour la Palestine, Israël et tout le Moyen-Orient.

L’AIPAC est dangereux pour plusieurs raisons. D’abord ce n’est pas un lobby au sens habituel du terme, soit un groupe de lobbyistes généreusement rémunérés pour faire le siège téléphonique des membres du Congrès dans l’espoir qu’ils favorisent les intérêts de ceux qui les paient (en l’occurrence l’état d’Israël) ; le lobby pro-israélien, lui, s’est développé en une puissante organisation politique dont les ramifications s’étendent dans tous les secteurs du gouvernement des USA, ainsi que dans les médias, les universités et partout. Ce n’est un secret pour personne que les cliques de politiciens néo-conservateurs qui ont initié, conduit et continuent d’influencer la politique militaire des USA sont en fait des membres de ce lobby.

Tandis que les communautés juives des Etats-Unis n’offrent pas un soutien uniforme aux groupes de lobbying sionistes de la droite dure, les deux partis politiques américains et toutes les branches du gouvernement soutiennent Israêl sans réserves. Ils considèrent leur participation à la conférence annuelle de l’AIPAC impérative et même pour certains d’entre eux, hélas, le discours de Natanyahu devant l’AIPAC revêt une importance égale sinon supérieure au discours sur l’Etat de l’Union. Suite au discours d’Obama en 2010, beaucoup de politiciens américains ont critiqué ouvertement les positions d’Obama dans plusieurs domaines. Mais très peu ont l’audace de remettre en cause les contre-vérités empoisonnées que Netanyahu a distillées le 22 mars.

Les Américains doivent se rendre compte que l’enjeu n’est plus seulement la Palestine et Israël. L’enjeu est maintenant leur propre pays, leur propre souveraineté et l’avenir de leurs enfants. Ils doivent se poser les questions difficiles et refuser de se contenter de réponses sentimentales. Comment l’Amérique peut-elle mener des débats contradictoires sur tant de sujets et parler d’une seule voix quand il s’agit d’Israël ? Où un politicien faible comme Netanyahu trouve-t-il le courage de défier le président du pays qui prodigue au sien, Israël, des milliard de dollars de ses contribuables ? Et nous savons bien sur qu’une grande partie de ces fonds ont été utilisés pendant toutes ces années pour occuper la Palestine, persécuter les Palestiniens et leur faire la guerre. C’est cette horrible réalité que les Américains doivent bien comprendre. Les crimes de guerre israéliens ont été rendus possibles par les fonds américains, leurs armes et leur soutien politique. L’Amérique n’est pas extérieure au conflit. Elle est largement responsable de la tragédie que vivent les Palestiniens.

Même si on se laisse convaincre par la récente position exceptionnellement ferme de l’Administration d’Obama à propos de la politique de colonisation d’Israël à Jérusalem Est, la question des moyens de la faire respecter reste posée. Quand le Président des Etats-Unis exprime une position apparemment finale qui rejette la construction de davantage de colonies illégales qui entraverait le processus de paix et qu’en même temps il ne fait rien pour affaiblir la détermination d’Israël, on peut se poser les questions suivantes : Les USA vont-ils faire pression sur Israël pour les forcer à respecter le droit international ? Vont-ils au moins différer l’envoi des milliards de dollars qu’ils continuent de déverser sur Israël -au moment même où les USA connaissent une crise financière sans précédent qui engendre une pauvreté grandissante et jette les gens à la rue ?

On peut peut-être trouver la réponse à cette question dans le rapport de l’UPI du 26 mars, qui cite le quotidien israélien Haaretz :

"En dépit du désaccord le plus profond enregistré depuis des dizaines d’années entre Israël et les USA, le Pentagone a donné son feu vert pour vendre à Israël l’avion de transport C-130J au prix de 250 millions de dollars... L’accord... comprend trois avions ’Super Hercule’ fabriqués spécialement pour les besoins de l’Armée de l’Air israélienne. (Le rapport) précise que, même si les généraux en chef de l’armée des USA croient que ’l’échec d’Israël à parvenir à un accord de paix avec les Palestiniens nuit à l’influence et au statut des USA dans le monde musulman et met en danger ses forces’, le Pentagone a l’intention de maintenir la souveraineté militaire d’Israël au Moyen-Orient."

Le moment choisi et la nature de cette "vente" signifie ceci : Premièrement, si les USA étaient prêts à tirer les conséquences de leur soit-disant désaccord avec Israël, ils auraient renoncé à cette vente injustifiable. Deuxièmement, si l’on considère que cette vente a été décidée par le Pentagone, l’organisme même qui a été utilisé pour exprimer des inquiétudes et appeler à, au moins, une révision de la politique des USA dans la région, la vente constitue à la fois un désaveu des militaires USA et des excuses voilées à Israël. Troisièmement, si la politique américaine dans la région n’est toujours pas réexaminée, il ne subsistera aucun doute que la politique étrangère des USA dans la région est l’otage des priorités israéliennes - aussi aberrantes soient-elles parfois, et non des priorités américaines.

Les personnes appartenant au gouvernement, à l’armée et aux médias américains qui ont le courage d’affronter Israël et ont la possibilité de se faire entendre, doivent le faire. Elles ne doivent pas avoir peur, ni se laisser intimider, ni se laisser convaincre par les mensonges de Netanyahu. Il est clair que Netanyahu continuera à mentir ; c’est ce qu’il fait le mieux. Les vrais responsables sont ces politiciens qui récompensent ce menteur professionnel d’une « standing ovation » [se levant pour l’applaudir] à chaque déclaration qu’il fait. Ce sont eux, en réalité qui donnent du pouvoir à ce "puissant" lobby.

(JPG)

* Ramzy Baroud (http://www.ramzybaroud.net) est écrivain et publie pour PalestineChronicle. Ses écrits sont publiés par de nombreux journaux, quotidiens et anthologies à travers le monde. Son avant-dernier dernier livre : La Seconde Intifada : une chronique du combat du peuple (Pluto Press, Londres) et le dernier tout récemment publié : Mon Père était un combattant de la liberté : l’histoire non dite de Gaza (Pluto Press, London).

29 mars 2010 - Communiqué par l’auteur
Traduction : DM


http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7MZB6nuG29xLNoPA55a0taK4Xgp90Gde8qY87VKGxUawUwOT8ywlAKh2EM6oK2zvGnqCECUEKuSdqraIJYnFL5D2vJnct%2bAk3jGXmnKHVzfY%3d

Share:

Saturday, April 03, 2010

Netanyahu prepare une invasion de Gaza et du Sinai, et la prise de controle de tout le sud Liban jusqu'au Litani avec l'aide d'Obama

Israël pilonne Gaza avec des missiles


Trois enfants ont été blessées dans l’est de la ville de Gaza, après que l’aviation israélienne ait lancé une série d’attaques par missiles sur le territoire assiégé.



Al Jazeera.net - Ma’an
Vendredi 2 Avril 2010

Israël pilonne Gaza avec des missiles

Des responsables hospitaliers palestiniens ont dit que les enfants avaient été blessés par des éclats, après les raids aériens qui se sont produits dans les premières heures de ce vendredi.

Casey Kauffman d’Al Jazeera,rapportant de Gaza, nous a dit que les attaques s’étaient produites sur au moins six endroits.

Il a ajouté que l’activité dans les tunnels, généralement utilisés pour faire entrer des marchandises dans le territoire sous blocus, avait été interrompue de peur des frappes aériennes, et le gouvernement du Hamas a également ordonné l’évacuation des postes de police dans la bande de Gaza.

Des témoins eainsi que des responsables du Hamas ont déclaré que les missiles israéliens avaient touché deux caravanes près de la ville de Khan Younis et une fromagerie, tandis que des hélicoptères ont attaqué une fonderie dans le camp de réfugiés de Nusseirat.

L’armée israélienne a prétendue avoir ciblé des installations servant à la fabrication des armes et à leur stockage dans le centre de la bande de Gaza, dans la ville de Gaza, au nord et au sud de la bande de Gaza, en réponse à des tirs de roquettes sur le territoire [israélien].

[...] Il n’y avait eu aucune revendication pour les roquettes tirées ce jeudi, lesquelles n’ont fait aucune victime, mais l’armée israélienne avait antérieurement déclaré qu’elle tiendrait le Hamas, l’organisation palestinienne qui gouverne la bande de Gaza, « comme seul responsable du maintien de la paix et la tranquillité dans et autour du territoire ».

Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas, a déclaré à Al Jazeera que le Hamas tenait le gouvernement israélien, dirigé par Benyamin Netanyahou, comme responsable de l’escalade, mais selon lui « les raids aériens avaient été anticipés suite aux menaces proférées par Ehud Barak, le ministre de la défense, et par d’autres ministres ».

Il a également accusé « la communauté internationale et les états arabes » de ne « rien entreprendre au sujet de la situation à Gaza ».

« L’absence de la communauté internationale et des états arabes a permis aux Israéliens de faire monter la tension », dit-il.


Raids aériens israéliens sur Gaza

Ma’an News Agency

L’aviation israélienne a lancé une série de raids aériens sur plusieurs cibles à Rafah, Khan Younis, les camps de Maghazi et Bureij ainsi que sur le quartier de Sabra.

(JPG)

Selon des témoins dans Khan Younis, l’aviation israélienne a mené trois raids sur des cibles dans les zones libérées du gouvernorat de Khan Younis, dont le complexe « Asdaa » d’où est diffusée la chaîne de télévision Al-Aqsa, appartenant au Hamas et située à Khan Younis.

Dans la ville de Gaza, les raids ont totalement détruit la fromagerie et laiterie « Dalloul » dans le quartier Al-Sabra , tout en endommageant plusieurs maisons alentour.

Les avions ont également tiré deux missiles sur un poste de police à l’entrée du camp de réfugiés de Nusseirat et sur un atelier appartenant à la famille Alnarouti dans le quartier de Zawaida, près de la société de télécommunications située sur la route Salah El-Din dans le gouvernorat central, apparemment sans faire de blessés.

Le Dr. Muawiya Hassanein, directeur des services d’ambulances et d’urgence de la zone a confirmé qu’il n’y avait pas de morts, pour l’instant, parmi les citoyens palestiniens, mais il a ajouté que 3 enfants ont été blessés aux visages par des débris et que le préjudice matériel était énorme.

Il a également assuré qu’un plan de secours d’urgence était mis en place dans la perspective d’une nouvelle guerre, et qu’un déploiement des ambulances dans tout le secteur avait été fait en prévision de toute nouvelle aggravation.

Tous les gouvernorats de la bande de Gaza soumis au blocus avaient assisté à une présence massive de toutes sortes d’engins de guerre de l’armée de l’air israélienne, ce qui préfigure de nouvelles attaques israéliennes contre Gaza. Israël a prétendu qu’une roquette tirée depuis la bande de Gaza vers le Néguev avait atterri dans la zone d’Ashkelon, sans faire de blessés ou de quelconques dommages.

Les avions israéliens ont largué hier soir des tracts de menaces sur différentes zones de la frontière entre la bande de Gaza et Israël.

Des témoins nous ont dit que ces tracts ont été largués dans la région centrale de la bande de Gaza et à l’est du camp de Bureij, ainsi qu’à l’est de Khan Yunis, en réponse à l’opération de la résistance qui a entraîné la mort et des blessures pour un certain nombre de soldats israéliens des troupes d’occupation vendredi dernier.





2 avril 2010 - Al Jazeera - Vous pouvez consulter cet article à :
http://english.aljazeera.net/news/m...
Traduction :Info-Palestine.net
Share:

Tuesday, March 16, 2010

APPEL AU SOUTIEN ET A LA PROTECTION DE LA MOSQUEE D'AL AQSA (Jerusalem)


Sabri : al-Aqsa est en danger et les arabes demeurent dans leur somnolence profonde
Al-Qods occupée – CPI www.palestine-info.info


Le président de la haute ligue islamique et l'orateur de la mosquée sainte d'al-Aqsa, Cheikh Ekrima Sabri, a dit que l'occupation israélienne porte la responsabilité totale des derniers événements qui ont éclaté dans la ville occupée d'al-Qods, en soulignant que les pratiques inhumaines de l'occupation israélienne, ainsi que les dangers qui menacent la mosquée sainte et les mesures, sans précédent, contre les croyants en les empêchant de faire leurs prières dans la mosquée d'al Aqsa, provoquent les Palestiniens.

Dans ses déclarations de presse avec la chaîne d'al-Jazeera, Sabri a déclaré, ce matin mardi 16/3, que les autorités de l'occupation laissent les colons sionistes pratiquer toutes les pratiques et violations inhumaines dans la vieille ville, tout en condamnant la position faible des arabes et musulmans envers les dangers qui menacent al-Qods et al-Aqsa, et soulignant que les arabes dorment dans un profond sommeil.

Il a appelé le sommet arabe prévu, à Tripoli, en fin mars, à prendre une position forte envers les agressions sionistes contre al-Qods et al-Aqsa, tout en demandant les Palestiniens à se diriger vers la mosquée sainte pour la défendre et protéger.

Une grève générale a régné, le lundi 15/3, dans la ville occupée d'al-Qods pour protester contre les tentatives des colons extrémistes pour ouvrir ladite synagogue de "Hourva", à proximité de la mosquée sainte d'al-Aqsa, avec le soutien du gouvernement d'extrême droite.

Le député arabe à la Knesset sioniste, Abdallah Sersour, chef de la liste arabe pour le changement, a exprimé, dans une déclaration de presse sa condamnation à l'escalade sioniste, sans précédent, contre al-Qods et al-Aqsa, en avertissant que cela va faire exploser la région et le monde entier.

Il a considéré que ces agressions représentent une tentative sioniste pour imposer le fait accompli sur le terrain et garantir une majorité juive qui empêchera la possibilité de créer la capitale palestinienne dans la partie Est de la ville sacrée.

Il a appelé les organisations concernées dont l'association d'al-Aqsa pour les legs pieux et les patrimoines à effectuer des plans urgents pour obtenir le soutien nécessaire d'al-Qods et d'al-Aqsa.


Le mouvement de la résistance islamique Hamas

L’occupation (israélienne) a déclaré l’inauguration de la synagogue d’Al-Kharab (la destruction), aujourd’hui, à côté des murs de la sainte mosquée d’Al-Aqsa. Cette inauguration représente une préparation et un prologue pour poser la pierre de la fondation du prétendu troisième temple, demain mardi 16 mars. Cette déclaration est un vol du patrimoine islamique, une agression et un crime envers la ville d'Al-Quds et la sainte mosquée d’Al-Aqsa.

Nous, dans le mouvement du Hamas, nous insistons à dire que les allégations historiques sionistes voulant constituer une histoire hébraïque par des mythes créés de toute pièce par des rabbins sionistes ne sont que des paroles mensongères. Elles ont été mises en place dans l’objectif de voler les lieux saints islamiques, de changer les aspects de la ville d'Al-Quds pour la judaïser.

La construction de la synagogue Al-Kharab et les tentatives entamées pour bâtir le prétendu temple sur les ruines de la sainte mosquée d’Al-Aqsa ne passeront pas en paix. Le peuple palestinien et les peuples de la nation arabo-islamique feront barrage face à l’arrogance sioniste et les plans de judaïsation.

Nous, dans le mouvement du Hamas, face à ce nouveau crime, nous confirmons les points suivants :

Premièrement : Nous déclarons le 16 mars journée de colère et de mobilisation générale. Nous appelons notre peuple palestinien partout où il se trouve, notre peuple de la ville occupée d’Al-Quds, les peuples arabo-islamiques à réagir efficacement et sérieusement pour soutenir la ville d'Al-Quds et la sainte mosquée d’Al-Aqsa.

Deuxièmement : Nous appelons les gouvernements arabes et islamiques à assumer leur devoir de protection d’Al-Quds et de la mosquée d’Al-Aqsa. Nous appelons également l’Organisation de la Conférence Islamique et la Ligue Arabe à prendre l’initiative nécessaire pour faire face à l’occupation qui profite des négociations comme une couverture pour ses projets coloniaux et ceux destinés à la judaïsation. Nous appelons aussi à l’arrêt de la coordination sécuritaire avec l’ennemi et à l’arrêt de la poursuite menée contre les résistants qui ne font que défendre Al-Quds et la sainte mosquée d’Al-Aqsa.

Troisièmement : Nous, dans le mouvement du Hamas, nous appelons Mahmoud Abbas et l’autorité de l’équipe d’Oslo à stopper la série de ces inutiles négociations, à rejoindre le rang palestinien pour faire face à l’occupation qui prend les négociations comme couverture pour ses projets coloniaux. Nous appelons à l’arrêt de la coordination sécuritaire avec l’ennemi et à l’arrêt de la poursuite et du jugement des résistants défendant la ville d'Al-Quds et la sainte mosquée d’Al-Aqsa.

Quatrièmement : Nous appelons encore une fois tous les pays et les organisations du monde à assumer leurs responsabilités et à arrêter les projets de l’occupation israélienne visant à démolir la sainte mosquée d’Al-Aqsa et à judaïser la ville d'Al-Quds. La continuation de cette politique ne fait que susciter de grandes vagues de colère, une colère de masse, partout.

C'est le djihad, jusqu’à la victoire ou au martyre

Le mouvement de la résistance islamique Hamas-Palestine
Bureau d’informations
Le 29 rabi’ al-awal 1431
Le 15 mars 2010



Share:

Tuesday, March 02, 2010

Apres Dubai, Netanyahu souhaite que Liebermann, Barak ou Peres soient liquidés pour rester au pouvoir indefenitivement

Criminels de guerre juifs sionistes Netanyahu et Peres

Ceux qui ont compris la strategie israelienne savent que l'assassinat du frere Al Mabhouh (Allah ra'mu, qu'Allah swt l'agrée) vise a declencher une guerre contre l'Iran, et les autorités dubaiotes sont complices, car obeissant aux plans de la racaille sioniste londonienne. Comme je l'ecris regulierement sur ce blog, Netanyahu ne fait pas l'unanimité dans les milieux juifs sionistes occidentaux, Netanyahu, tout comme Rabin ou Sharon, sera abattu par les clans sionistes qui voient ces provocations comme une reelle menace a leur plan de gouvernance mondialisée, alors que ni le dollar ne s'est encore reellement effondré (puisque les banksters sionistes souhaitent preparer les occidentaux a un nouvel axe-atlanto-europeo-israelien avec une monnaie unique en destabilisant la Grece, l'Espagne, l'Italie, le Portugal, l'Irlande pour mieux prendre le controle de l'union au travers de leurs pions allemands, qui se battent avec leurs ennemis de toujours a Londres), ni le projet de transferer l'onu ou gouvernement mondial n'est encore acquis vers Jerusalem, encore moins la construction du temple en remplacement de la mosquée d'Al Aqsa. Tous ces evenements sont tres bien expliqués dans la section 'liens: Jerusalem in the Quran', ecrit par le sheykh Imran Hosein. Netanyahu veut mobiliser tous ces reseaux en Europe et en occident pour se proteger car il est la pour durer, il n'hesitera pas a declencher des intifadas en Palestine occupée, Liban, Egypte, frapper l'Iran ou provoquer la liquidation d'elements de son cabinet qui peuvent nuire a son pouvoir: Peres (qui prefere Lipni) pour calmer le jeu un moment et consolider la strategie mise en place, et repousser la frappe sur l'Iran fin 2011, Barak, qui attend la chute et sa defaite pour reprendre le flambeau et Liebermann qui empeche une relation plus fluide entre Tel Aviv et ses alliés et qui est responsable du fiasco turc, en voulant griller toutes les etapes avant l'arrivée de leur faux messie ou Dajjal. Il semble que Larouche est tres bien saisi la manoeuvre, les pays du golf sont sous controle de la juiverie sioniste anglo-americaine, mais Dubai reste un protectorat juif sioniste britannique !

Le criminel de guerre Netanyahu dirige une coalition qu'il a lui meme construite, elle est son premier souci, toute externalisation de la crise interne a Tel Aviv, lui serait d'un grand benefice. Maintenant reste a savoir qui va mourrir, Peres, Barak, Netanyahu ou Liebermann... car leurs maitres en occident eux aussi ont leurs propres plans, entre mega-attentats a la bombe sale en preparation en France, Allemagne et Pays Bas en Europe et l'extension de la prise de controle du Moyen Orient et de l'Asie du Sud-Est en semant le chaos, la construction des routes strategiques energetiques. L'Iran sera bien evidemment le coupable designé, mais l'Iran reserve bien des surprises, le monde musulman sera lui aussi surpris de la capacité et de la facilité des iraniens a se defendre et a detruire leurs ennemis !

Israel perdra au minima 30 % de ses effectifs militaires, sans parler de la destruction (70%) des plus grandes de ces villes.

Wa Allah swt 'alam
Abu Suleyman

Derrière l’assassinat d’al-Mabhouh : « provoquer des évènements bien plus graves »
1er mars 2010 - 18:37

1er mars 2010 (Nouvelle Solidarité) – Un assassinat perpétré par des services « secrets », filmé et diffusé dans le monde entier ? Il y a de quoi s’interroger. L’économiste américain Lyndon LaRouche a déclaré hier que l’assassinat de Mahmoud al-Mabhouh (un chef militaire du Hamas) à Dubaï fin janvier est destiné à provoquer des représailles qui serviraient de prétexte à une attaque israélienne sur l’Iran. « Autrement, pourquoi y aurait-il eu des dizaines de personnes déployées directement sur cette opération et qui, de surcroît, ont été prises en flagrant délit par les systèmes de vidéosurveillance ? Une opération bien menée n’aurait nécessité que deux personnes et n’aurait pas engendré une telle campagne internationale contre Israël. Il y avait un but derrière cette mise en scène : provoquer un évènement bien plus grave », a-t-il dit.

Jusqu’à présent, pas moins de 27 personnes ont été identifiées comme faisant partie du commando. Toute l’opération de filature depuis l’aéroport jusqu’à la chambre d’hôtel d’al-Mabhouh a été enregistrée par les dispositifs de vidéosurveillance dont les enregistrements ont ensuite été divulgués à la presse internationale. Les autorités dubaïotes ont rapidement accusées le Mossad (services secrets israéliens) d’être derrière l’assassinat. Ajoutant au scandale, le commando a utilisé de faux passeports aux noms de véritables citoyens israéliens, français, allemands et irlandais. Tout comme les autorités financières de Dubaï sont contrôlées par des vétérans de la City de Londres, les services de sécurité des Emirats Arabes Unis, dont Dubaï, sont sous la coupe d’anciens du MI6 et MI5, les services secrets britanniques. D’après LaRouche, les britanniques ont poussé ce scandale « pour s’assurer que le Hamas riposte par des représailles visant haut ».

Selon certains analystes, ce scénario serait semblable aux évènements déclenchés par l’assassinat du secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) en août 2001. Deux mois après, un commando du FPLP assassinait en représailles Rehavam Zeevi, le ministre israélien du tourisme. C’est alors que, dans sa traque des tueurs, l’armée israélienne a envahi et réoccupé un partie de la bande de Gaza.

« Oui, les circonstances sont similaires à l’assassinat de Zeevi, mais elles sont aussi très différentes, » a expliqué LaRouche. « La situation actuelle est bien plus désespérée qu’alors. Au sommet de la pyramide, la City de Londres réalise que son système financier est condamné et est prête à déchaîner l’enfer sur terre. N’oublions pas qu’aujourd’hui, tout comme après le Première Guerre mondiale, l’ensemble de l’Asie du Sud-Ouest est sous l’influence étroite d’une dynamique à la Sykes-Picot. L’assassinat à Dubaï d’un chef militaire du Hamas, tel qu’il a été perpétré, visait à déclencher des représailles servant ensuite de prétexte à une frappe israélienne contre l’Iran, probablement sur ses installations nucléaires de Natanz ou une cible de même calibre. Cela ne manquerait de déclencher un conflit régional total qui se répandrait comme une traînée de poudre. Nous pourrions être à quelques semaines d’un plongeon dans un âge de ténèbres. »

Puis il a souligné avec force : « ne cherchez pas du côté israélien pour savoir qui a déclenché cette opération. Examinez plutôt les jeux de pouvoir très vénitiens qui se jouent à Londres. Ils ont profilé tous les protagonistes et ils savent très bien comment déclencher une confrontation en chaîne. Pourquoi ont-ils choisi Dubaï comme lieu du crime ? Parce que l’appareil de sécurité y est sous contrôle britannique direct. »

Certains analystes craignent que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, puisse être la cible du Hamas. De telles représailles ne manqueraient pas de déclencher une guerre permanente qui dépasserait les frontières de la région. L’assassinat d’al-Mabhouh et ses conséquences montrent à quel point les intérêts financiers londoniens sont désespérés et jusqu’où ils sont prêts à aller, a conclut LaRouche.


http://www.solidariteetprogres.org/article6394.html

Share:

Sunday, February 28, 2010

L'occupation envahit les esplanades d'al-Aqsa et encercle les croyants


Al-Qods occupée – CPI www.palestine-info.info

Les forces de l'occupation ont envahi les esplanades de la mosquée sainte d'al-Aqsa et ont encerclé des dizaines de fidèles palestiniens qui se trouvaient à l'intérieur, depuis hier soir, en refusant de la quitter de crainte d'une nouvelle attaque des groupes de colons extrémistes sionistes.

Des témoins oculaires ont dit que plus de 200 policiers sionistes ont encerclé la mosquée d'al-Aqsa depuis les premières heures de l'aube de vendredi 28/2, en demandant aux croyants palestiniens de la quitter.

Les témoins ont ajouté que 12 citoyens palestiniens ont été asphyxiés par les bombes de gaz lacrymogène lancées par les forces occupantes sur les citoyens qui tentaient d'arriver à la mosquée sainte, à travers la porte d'al Majlis, l'une des portes principales de la mosquée.

Plusieurs quartiers dans la vieille ville d'al-Qods ont témoigné des affrontements des jeunes palestiniens avec les soldats sionistes, alors que les forces sionistes ont annoncé la détention d'un manifestant qui a lancé des pierres sur les colons sionistes qui se regroupaient devant la porte des Maghrébins pour envahir les esplanades d'al-Aqsa.

La police sioniste a permis à 4 extrémistes sionistes d'entrer dans les esplanades d'al-Aqsa.

Share:

Wednesday, February 24, 2010

La Première Intifada, 22 ans plus tard : confirmation de l’unité de la terre de la Palestine


Gaza – CPI
www.palestine-info.info


L’Intifada n’était pas une affaire anodine. Les Palestiniens vécurent cette première Intifada comme une révolution populaire. Avec leur simple pierre, ils purent perturber les autorités de l’occupation israélienne.

Vingt-deux années se sont écoulées, et les Palestiniens restent attachés à leurs principes. Ils confirment, jour après jour, que l’Occident et les occupants israéliens ne peuvent en aucun cas réduire la terre de la Palestine. Cette terre, allant du fleuve à la mer, de Naqoura à Om Ar-Rachach, restera une unité indivisible.

L’Intifada, le début

La Première Intifada, l’Intifada des mosquées, l’Intifada de la pierre, débuta le 9 décembre 1987. En 1993, elle commença à se calmer, pour s’arrêter complètement en 1993, suite à l’accord d’Oslo, signé par les autorités de l’occupation israélienne et l’Organisation de la Libération de la Palestine (OLP).

Le terme Intifada fut utilisé pour la première fois pour qualifier la révolution populaire palestinienne par le mouvement de la résistance islamique Hamas. Le mouvement l’utilisa dans son communiqué publié le 11 décembre 1987. L’Intifada qualifiait ces immenses manifestations éclatées pour protester contre les occupants israéliens et leurs pressions pratiquées sur ces quelques Palestiniens qui croyaient aux semblants efforts de paix. Et c’était à cette époque que le terme « Intifada » entra dans les médias arabes et internationaux.

Pourquoi l’Intifada ?

Le 8 décembre 1987, un camion conduit par un Israélien de la colonie d’Achdoud heurta volontairement une voiture stationnée dans une station service. Quatre de ses passagers palestiniens trouvèrent la mort, les autres furent blessés.

La radio israélienne mentionna le crime comme un accident de route ordinaire, parmi ceux qui arrivent tous les jours, à tout moment.

Mais le lendemain, le cortège funèbre de quatre martyrs se transforma en manifestations de protestation. Les manifestants commencèrent à jeter des pierres sur un site de l’armée israélienne, dans le village de Jabalia.

Tout de suite, les soldats de l’occupation israélienne ouvrirent le feu sur les civils qui ne désarmaient pas. Les soldats demandèrent des renforts. Les renforts arrivèrent, pour ne rien faire ; ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase.

En effet, cet incident ne fit que lever le voile sur une frustration profonde chez les Palestiniens sous occupation. Le peuple palestinien n’acceptait pas ce qui lui était arrivé après la guerre de 1948 : déportation et déplacement forcé, agressions, humiliations, pressions…

Effervescence populaire

La Première Intifada représentait un échec total pour la direction sioniste. Cette dernière ne s’était pas rendue compte de l’effervescence de la société palestinienne. Les chefs militaires israéliens furent attaqués, signe d’une grande frustration. La direction militaire refusa cependant d’envoyer de renfort. Elle croyait que la vie reprendrait son cours normal tranquillement le lendemain. Mais le lendemain, la population refusa de regagner son lieu de travail. Les étudiants de l’Université Islamique de Gaza se mirent à parcourir les rues en appelant à la révolution.

Le troisième jour, Isaac Rabin, premier ministre israélien de l’époque, partit vers Etats-Unis sans prendre de mesures faisant face à l’Intifada. Dès son retour, il déclara, à la Knesset, qu’ils iraient imposer la loi dans les territoires occupés, qu’ils iraient « casser leurs mains et leurs pieds, s’il le faut ».

Dans le mois de février, l’Intifada arriva à son summum. Des photos montrant des soldats israéliens frappant des civils palestiniens furent montrées dans les télévisions du monde entier. Le monde commença à avoir un grand sentiment de solidarité avec les Palestiniens. L’armée de l’occupation israélienne ne pouvant faire face à l’Intifada, elle demanda l’aide aux gardes-frontières et commença à semer la zizanie parmi les factions palestiniennes, sans succès.

Les médias

Les gens, les hommes de le Première Intifada et les résistants palestiniens se contactaient par les moyens du bord. Ils s’échangeaient des tracts. Des enfants dont l’âge ne dépassait les sept ans les distribuaient à la sortie des mosquées. Parfois, ils les mettaient sur des voitures. Des slogans étaient écrits sur les murs, un autre moyen pour communiquer. Des moyens, il n’y en avait pas beaucoup. Les journalistes étaient muselés. Les occupants israéliens agressaient, frappaient, interpellaient, emprisonnaient sans jugement pour un oui ou pour un non. Les universités étaient fermées. Des sanctions économiques collectives étaient imposées. Les colonies poussaient comme des champignons.

Des principes palestiniens

A travers l’Intifada, la guerre des pierres, les Palestiniens voulaient exprimer leur colère et leur attachement à leurs principes dont le droit d’un Etat palestinien indépendant, avec la ville occupée d’Al-Quds (Jérusalem) comme capitale. Les peuples ont le droit à disposer d'eux-mêmes. Le peuple palestinien en fait partie. Les Palestiniens veulent que les colonies sionistes soient démantelées, que leur économie soit libérée de celle de l’occupation israélienne, que les réfugiés palestiniens retournent à leur patrie…

La naissance du Hamas

Le projet sioniste abusait trop du peuple palestinien et de ses droits. Un mouvement honnête qui pourrait y faire face devait voir le jour. C’est ainsi qu’à la fin de l’an 1987, le mouvement de la résistance islamique Hamas vit le jour.

Tout de suite, les Sionistes exprimèrent leur inquiétude vis-à-vis de la naissance de ce mouvement. Ils voyaient leurs rêves menacés. Tous leurs services d’espionnage se mirent à travailler à plein régime.

Et petit à petit, les autorités de l’occupation israélienne remarquèrent que les Palestiniens répondaient présents et en masses aux activités du mouvement du Hamas, et elles commencèrent à viser ses cadres. Elles ne s’arrêtèrent pas là ; elles allèrent même jusqu'à assassiner plusieurs grands chef dont le cheikh Yassine, Al-Rantissi, entre autres.

Mais plus les occupants israéliens tuent et sèment la désolation, plus les Palestiniens restent attachés à leur terre, à leur amour, à leur Palestine.

Share:

Tuesday, February 23, 2010

D. Duweïk : la violation sioniste contre la mosquée d'al-Ibrahimi exige une révolte internationale

Netanyahu cherche a declencher la guerre pour le pourim, le 28 Fevrier 2010. Apres Dubai, Israel se permet de prendre le controle des lieux saint musulmans, Netanyahu cherchant deliberement a provoquer les Musulmans.


Al-Khalil - CPI
www.palestine-info.info


"La mosquée d'al-Ibrahimi dans la ville d'al-Khalil et celle de Bilal Ibn Rabah à Bethléem, sont des lieux saints islamiques sacrés, et leur célèbre histoire est profondément engendrée dans le cadre du patrimoine de l'histoire musulmane", a déclaré le chef du conseil législatif palestinien, Dr. Aziz Duweïk, en contestant contre la décision sioniste pour annexer ces mosquées aux prétendus patrimoines juifs.

Les affirmations du leader palestinien sont venues, le lundi 22/2, lors d'une conférence de presse, en présence de plusieurs députés palestiniens dans le siège de "Bal Médias", dans la ville d'al-Khalil.

Duweïk a souligné dans un communiqué prononcé devant les médias que la mosquée sacrée d'al-Ibrahimi était un objectif stratégique sioniste depuis son occupation, et que ce but est devenu réel après le massacre sioniste perpétré par le criminel sioniste, "Baruch Goldstein", en 1994.

En mettant en garde contre les violations et crimes sauvages des autorités occupantes israéliennes, le chef du conseil législatif palestinien a appelé l'assemblée générale de l'ONU à se réunir immédiatement pour débattre la situation très critique dans les territoires palestiniens occupés, après l'annonce du gouvernement de l'entité sioniste d'annexer illégitimement les lieux saints palestiniens et islamiques à ses prétendus patrimoines juifs.

Duweïk a appelé les dirigeants arabes qui vont se réunir, bientôt, dans la capitale Libyenne, Tripoli, à mettre les violations sionistes en tête des priorités dans leurs agendas pour sauver les lieux saints, tout en demandant la communauté internationale d'assumer ses responsabilités envers les droits légaux et lieux saints palestiniens face aux crimes sauvages de l'occupation israélienne qui viole solennellement les lois internationales.

Share:

Tuesday, January 05, 2010

CONVOY VIVA PALESTINA UNDER ATTACK : SEVERAL MEMBERS MISSING !

(Mubarak never believe that you'll escape it, we have a major surprise for you and your Tel Aviv's masters. We are patients and far too well organised for you bi idni Allah awj. Abu Suleyman)

LATEST ON ATTACK OF CONVOY PEOPLE HURT AND MISSING


Ok I’m trying to calm down and gather as much information as possible. Here is the story from people at the scene. People we dont even know, who answered phones that belong to our boys who are missing right now! I need to preface this by saying that NONE of our boys can be located at this time!! One of their phones was answered by an Arabic man who found it on the ground and said the convoy members were currently under attack. Then later we tried to ring the other boys and got no answer either. Then we tried again later and ALL the phones were turned OFF they did not even ring! Later still, we tried Derek’s phone and a British lady answered named Pat. We do not know “Pat” she found Derek’s phone on the ground and answered it. She said that the whole thing happened when convoy members were still locked inside this gated compound, then suddenly a very large group of plain clothes “people” arrived at the compound with sticks and stones, they were then allowed into the compound by the Egyptians and began attacking the convoy members trapped inside with no where to go. The Egyptians then joined in the attack when the plain clothes vigil antes arrived and went inside to attack. “Pat” said people are hurt and on the ground.“Pat” said she is unable to find any of our boys. She said there are injured people and she has been going round to help them but so far have not seen out boys, she will keep looking. We continue to try their phones but no contact. I can tell you that our people would be the type to keep their heads down and not get involved in attacking people. But when you are cornered into a fenced compound with no where to go everyone is a sitting duck target, even if you are minding your own business. We are all so very worried here in Ireland and we continue to try to contact our people. We will update more as soon as we can.




Viva Palestina faced with 2,000 riot police in the port of Al-Arish!


To all friends of Palestine,Our situation is now at a crisis point! Riot has broken out in the port of Al- Arish. This late afternoon we were negotiating with a senior official from Cairo who left negotiations some two hours ago and did not return. Our negotiations with the official was regarding taking our aid vehicles into Gaza. He left two hours ago and did not come back. Egyptian authorities called over 2,000 riot police who then moved towards our camp at the port. We have now blocked the entrance to the port and we are now faced with riot police and water cannons and are determined to defend our vehicles and aid. The Egyptian authorities have by their stubbornness and hostility towards the convoy, brought us to a crisis point. We are now calling upon all friends of palestine to mount protests in person where possible, but by any means available to Egyptian representatives, consulates and Embassy's and demand that the convoy are allowed a safe passage into Gaza tomorrow!


Kevin Ovenden

Viva Palestina Convoy Leader


Contact details including email addresses and phone numbers of Egyptian Embassies and consulates can be found here Click here to read an example of one email sent this evening - feel free to use/amend, etc.


Share:

Thursday, November 26, 2009

Les familles des captifs palestiniens, la joie de l’Aïd volée pour les bourreaux israéliens


Gaza – CPI
www.palestine-info.info


Les musulmans du monde entier sont joyeux. Ils vivent la fête du pèlerinage, la fête du mouton, la grande fête, l’Aïd Al-Kabir. Les gens visitent leurs familles, leurs parents, même les plus éloignés.

Cependant, les milliers de Palestiniens enfermés dans les prisons israéliennes ne peuvent contacter leurs familles. Les occupants israéliens qui ne respectent rien ne sont pas prêts aujourd’hui à respecter les fêtes importantes des captifs palestiniens.

Tawfik Abu Naïm est chef du mouvement des captifs et un de leurs doyens, enfermé dans la prison israélienne de Hadarim. Il se confie au Centre d’étude des captifs. Des violations condamnables et inacceptables sont pratiquées envers les captifs palestiniens par l’administration israélienne des prisons. Elle n’a aucun respect pour les fêtes islamiques. Elle ne permet pas aux familles palestiniennes de contacter leurs proches enfermés dans les prisons israéliennes, même pendant les jours de fêtes, même pas par téléphone.

Tout au contraire, les captifs sont transférés d’une prison à l’autre. Et pendant les jours de fêtes, les mouvements des captifs sont limités.

Des fêtes sans goût

Des familles des captifs informent le Centre que l’Aïd n’a aucun goût, voyant leurs membres enfermés dans les prisons israéliennes, sans visites, sans lettres. Elles sont toujours inquiètes pour leur vie. Les jours des fêtes encore plus. Les jours de fêtes sont des jours de larmes, versées pour l’éloignement de leurs enfants.

L’eau ne parvient à couler dans la gorge, tant je suis triste, voyant mon fils loin de moi, derrière les barreaux israéliens, dit une mère.

Une autre mère se trouve dans la prison israélienne de Talmoud. Sa fillette parle de ses souffrances et de celles de ses frères, surtout en voyant les autres enfants embrasser leur mère, dans les de fêtes, leur mère qui leur offre des cadeaux et des gâteaux.

Les captifs palestiniens appellent à ce qu’on s’intéresse à leur cause, appellent les responsables palestiniens à l’union, à sortir de cet état de division, à s’intéresser au destin de la ville d'Al-Quds et à la question des réfugiés.

Et derrière les barreaux, des femmes palestiniennes sont enfermées. Elles voient leurs souffrances augmentées pendant les jours des fêtes. Il n’est pas difficile d’imaginer combien souffre une mère qui ne peut embrasser son enfant, le jour de fête.

Rafat Hamdouna, directeur du Centre, à appeler à être aux côtés des captifs, à pratiquer toutes les pressions possibles sur les occupants israéliens pour améliorer le sort des captifs palestiniens, surtout les jours de culte et les jours de fêtes.

Share:

Blog Archive

Support


Definition List

Just Foreign Policy Iraqi Death Estimator

Unordered List