شبكة الإستخبارات الإسلامية

"They plot and plan but ALLAH also plans and ALLAH is the best of Planners." Qur’an VIII – 30

‘’ويمكرون ويمكر الله والله خير الماكرين ‘’: قال الله عزَّ وجل

سورة الأنفال

رضيت بالله ربا و بالإسلام دينا و بمحمد صلى الله عليه و سلم نبيا رسولا لا إلـه إلا اللـه ... محمد رسـول اللـه

This is default featured slide 1 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 2 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 3 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 4 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 5 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

Showing posts with label Terrorisme Francais en Algerie. Show all posts
Showing posts with label Terrorisme Francais en Algerie. Show all posts

Thursday, May 09, 2013

LE GAZ EST L'OR DU FUTUR

LE GRAND ECHIQUIER DES FLUX ENERGETIQUES AU MAGHREB-SAHEL: LA VICTOIRE MUSULMANE EST MAINTENANT TOUTE PROCHE ET LA FIN DE LA FRANCE-ISRAEL, UNE QUESTION DE JOURS. L'ENTREE EN JEU DE LA CHINE EN ALGERIE A BOULEVERSE LA DONNE, LA CHINE AYANT BLOQUEE LES FONDS AUX BANQUES FRANCAISES DEPUIS L'AFFAIRE LIBYENNE. LA FRANCE 'D'EN BAS' DOIT SE PREPARER A L'EFFONDREMENT RAPIDE DU TISSU ECONOMIQUE EN FRANCE, CAR ISRAEL SE SERT DE LA FRANCE MAIS N'A AUCUN ARGENT POUR FINANCER L'ECONOMIE FRANCAISE QUI A PERDU L'ALGERIE, PUIS LE MAROC ET LE RESTE SUIVRA AVANT LA FIN DE L'ANNEE... L'ALLIANCE GAZPROM-SINOPEC-SONATRACH EST L'AVENIR. LE QATAR A POUR MISSION DE CONTRER CETTE ALLIANCE




Les projets du Trans-Sahelian pipeline ou la France a ete ejectee, et la Chine a pris position de meme que les gazoducs menant a l'Espagne et l'Italie sonnent le glas de la France-israel-afrique au Maghreb-Sahel. Les americains s'opposent a la presence chinoise en Mediterannee et redoutent encore plus la flotte russe. Ils ont conclu des accords avec Pekin en 2011 pour ne pas se marcher dessus en Afrique, la France (TOTAL, GDF-SUEZ, AREVA) et l'Angleterre (BP, BRITISH GAS), sous controle israelien sont les grands perdants, comme au Moyen Orient. Les espagnols (REPSOL) et les Italiens (ENI-ENOC, SAIPEM) eux se maintiennent en desobeissant aux ordres de Berlin et Bruxelles. Washington souhaite controler tous les flux energetiques 'Africains' vers l'Europe, pour maintenir le bloc transatlantique cote Washington et non pas Moscou, sans passer par Paris, comme ce fut le cas sous De Gaulle. Tel Aviv utilise ses reseaux a Washington, Bruxelles, dans le cadre de son GMO ou 'grand israel'.  Les chinois ont un avantage certain, ils n'ont jamais colonise la region, mais apres l'affaire de Benghazi, les americains ont clairement change de strategie vis a vis de la France et veulent maintenant se debarasser de Paris partout ou ils pourront le faire en Afrique, Angola, Ouganda, RDC, Gabon, Cote d'Ivoire, Maghreb-Sahel, Senegal. L'Algerie et le Tchad  sont les dernieres etapes de leurs strategies, qui voient les eradicateurs franco-israeliens a Alger descendus, et la faillite economique de l'etat profond francais, qui a fait de la guerre contre l'Islaam sa croisade au nom de Tel Aviv... Washington en faillite a cause des guerres messianiques israeliennes menees sous Bush, apres le coup d'etat israelien du 11 septembre 2001, a averti Paris et le juif haineux d'Algerie Hollande; dans ce grand echiquier, il n'y pas de place pour les faibles et 'les mules qui suivent sans reflechir'... 

Valls est un petit Hitler de Tel Aviv en puissance, c'est un marane espagnol, implique dans divers trafics de drogue avec sa famille, il represente une menace terroriste israelite pour les Musulmans de France et d'Europe, si Hollande veut garder sa chaise il doit le virer, sinon attendez vous a de la destabilisation continue ...  jusqu'a la demolition totale du CRIF et sa guestapo.






-MISE A JOUR VENDREDI 31 MAI 2013, 18H04 GMT:
Share:

Tuesday, June 14, 2011

Explication sur la censure de la nouvelle chaine algerienne 'Al Asr' par l'engeance talmudique arrierée de la France-Israel a l'Elysée et a Alger.

Video : Explication du Dr Mourad Dhina sur la censure de la nouvelle chaine Algerienne par les sefarades sionistes algeriens des deux bords de la Mediterannée. (Sefarades racistes talmudo-sionistes et autres pieds noirs corses au controle du DRS et de la DCRI, fondateurs du GIA et d'AQMI).

Voir liens :
http://rachad.org/
http://www.alasr.tv/






Share:

Sunday, June 12, 2011

Les terroristes de la France-Israel censurent la nouvelle chaine de television algerienne 'Al Asr', craignant un soulevement des populations issues d'Afrique du Nord en France et la confirmation de la perte du Maghreb condamnant l'economie francaise a la faillite totale

La racaille juive sioniste Sarkozy ordonne la coupure de la nouvelle chaine algerienne 'Al Asr' car il n'a pas reussi a reunir les fonds pour 2012 et a tenté de faire signer des contrats en envoyant le preneur d'otage Raffarin, contrats destines a financer la campagne de 2012 de Sarkozy mais aussi du juif haineux sioniste algerien  Chevenement  par exemple (qui roule pour Sarkozy), ancien emir notoire des GIAs. Ceux qui en Algerie souhaitent financer un israelien le paieront et serviront d'exemple pour les autres. 

Les terroristes sionistes Claude Guéant et Guaino mettent la touche finale a des nouvelles provocations dans les banlieues. Cette fois le 'trafic de drogue' pourtant totalement aux mains des services francais en France, doit servir la cause sarkozyste pour 2012. Attaquer les 'islamistes' provoque trop de degats et affaibli le gouvernement qui voit des fonctionnaires lucides affirmer haut et fort que Sarkozy envoit la police a la guerre civile et la boucherie. Sarkozy n'a ni l'armée, ni la police, ni meme la justice derriere lui, pourquoi est-il encore a l'Elysée ? Le Pen serait-il un visionnaire ou de la partie ?  Le Pen  disait : "Vous avez vu les foules en Egypte, en Tunisie, en Syrie ? Le jour où vous avez une foule comme ça qui descendra les Champs-Elysées ! Ce n'est rien, pour eux, à la limite, d'avoir 300.000 personnes. Qui les arrêtera ? Et s'ils descendent les Champs-Elysées, ce ne sera pas pour faire joujou."  "Par exemple, ils veulent sodomiser le Président. Ils se donnent ça comme objectif : arriver jusqu'à la grille du Coq, l'enfoncer, et ensuite 'le' sabrer ? Je répète : qui les arrêtera " ... Qui sait ce qui peut arriver dans ces temps troubles de chaos organisés... 


Il va sans dire, que Sarkozy sera ejecté de l'Elysée et que les Musulmans ont les moyens de le faire avant Mai 2012, pourquoi pas le 14 Juillet 2011 ? C'est faisable, les services francais sont sur les dents nous fait-on savoir, du cinema nous vous repondons. Toutes les societes francaises qui financent Sarkozy sous la table et qui ne ne se soumettent pas aux regles minimum des droits humains et ne respectent pas les peuples Musulmans en creant et soutenant le terrorisme sous fausse banniere des GIA/GICM/AQMI comme RENAULT, TOTAL, LAFARGE, AVENTIS, AREVA, TECHNIP, AXA etc... pas ne pourront jamais operer dans des pays Musulmans. Sarkozy n'est qu'un pantin, il ne faudrait pas qu'il soit la cause de vos mises en faillites. Choisissez, le respect des peuples et des droits ou la soumission a Israel.... Sans argent Sarkozy n'aura d'autres choix que de faire sauter ses bombes sales, des centrales nucleaires ou tenter de declencher des emeutes dans les banlieues ou jouant sur 'la guerre des gangs' ou la drogue venant d'Afghanistan et du Maghreb ecoulée par l'OTAN et les armées occidentales corrompues ainsi que les reseaux juifs sionistes francais de la DST-DCRI en Afrique, Maghreb, Corse vers les banlieues européenes servira d'excuse, a defaut de 'l'islamisme'. Sarkozy, c'est fini et ce sont les Musulmans qui le disent et le font !!! Si ca pose un probleme, nous attendons avec impatience votre guerre civile, Guaino, Gueant, Squarcini.... Mais vos CV demontrent que vous n'etes que des pleutres et des petits collabos israeliens.... Lancez vos milices dans les rues si vous etes des hommes ! Sinon restez cachés derriere vos bureaux et fermez la une bonne fois pour toute !


AS

Message de censure du gouvernement d'occupation israelien de France sur le site de la chaine 'Al Asr' http://www.alasr.tv/

نخبر مشاهدي قناتنا أن الشركة الفرنسية "اتلسات" قطعت البث التجريبي لقناتنا والراجح أن هذا القرار اتخذ نتيجة لضغط من دولة أو دول عربية. وستلجأ قناة العصر إلى كل الوسائل القانونية لاسترجاع حقها في الإعلام الحر ووضع حد لهذا الانتهاك الخطير لحرية التعبير.


We inform our respected viewers that the French company Eutelsat has  stopped the broadcast of our channel on the Atlantic Bird satellite. This decision seems to have been taken following pressures exerted upon Eutelsat by one or more Arab governments. ALASR will use all legal means to recover its right to inform and put an end to this breach of the right to freedom of expression. 


Nous informons nos téléspectateurs et téléspectatrices que la société française Eutelsat a arrête la diffusion de notre chaîne. Cette décision ferait suite à des pressions éxercées par un ou plusieurs gouvernements arabes sur Eutelsat. ALASR entend user de toutes les voix légales pour recouvrer son droit à informer et mettre fin à cette grave atteinte à la liberté d'expression.


Share:

Wednesday, June 01, 2011

France-Israel en Algerie : Je publie le billet de l'israelien Raffarin sur ce blog, gardez ce billet au chaud, vous allez bien rire dans les semaines a venir

Message a l'israelien Raffarin et son pitre de service de Tel Aviv Lellouche. Tu te souviens de Chenot et Malbrunot en Iraq ? Tu l'as encore au travers de la gorge ? Alors mets toi bien dans la tete que la France-Israel n'aura rien au Maghreb tant que nos exigeances ne seront pas satisfaites et que Sarkozy se soumette integralement devant toute la planete, l'arrestation et le jugement de tous les criminels de guerre francais en commencant par lui.  Et ce n'est ni l'agent de la DST-DCRI Ouyahia ni 'la voix de la France' Bouteflika qui te seront d'aucune aide. Sarkozy n'a pas d'argent pour 2012 et ca restera comme ca, qu'il se soumette en bonne et due forme. 'Declenchez donc vos bombes et campagnes terroristes', comme Lellouche l'a si bien rappelé il y a quelques jours, et nous verrons en combien de temps nous vous demonterons dans les rues de Paris.


Algérie : mission accomplie

 



Je rentre d’Alger en ayant le sentiment du travail accompli. En effet, l’été dernier, le Président Nicolas Sarkozy m’avait confié la mission de débloquer une douzaine de dossiers économiques majeurs, identifiés par les deux gouvernements. L’objectif était, au-delà de ces dossiers, de participer à l’émergence d’un nouveau climat partenarial entre nos deux Pays.
Share:

Saturday, May 08, 2010

Genocide francais en Algerie : Sarkozy entend perpetuer la colonisation du maghreb quitte a renouveller d'autres genocides

8 Mai 1945 : Massacre de Sétif !

Publié samedi 8 mai 2010

Le jour même où la France est libérée, elle réaffirme dans le sang sa domination coloniale en Algérie : 45.000 morts à Sétif, Guelma, Kherrata et dans tout le Constantinois…

Cet évènement tragique nous touche particulièrement à Lyon, car il y a un grand nombre de personnes originaires de Sétif parmi les habitants de Lyon.

Jour de liesse ? Fête de la libération ? Pas pour tout le monde…

Le 8 mai 1945 signifie la fin du nazisme. Il correspond aussi à l’un des moments les plus sanglants de l’histoire nationale. La répression colonialiste venait d’y faire ses premiers accrocs face à une population farouchement déterminée à se promouvoir aux nobles idéaux de paix et d’indépendance.

Faim, famine, chômage et misère semblaient résumer la condition sociale de la population musulmane algérienne colonisée par la France, population surtout agricole souvent déplacée car les colons s’étaient saisis des meilleures terres, et de plus dans une période de guerre, de sécheresse et de récoltes décimées par les acarides. « Des hommes souffrent de la faim et demandent la justice… Leur faim est injuste. » écrivait Albert Camus début 1945 dans Combat.

Le 8 mai 1945 fut un mardi pas comme les autres en Algérie. Les gens massacrés ne l’étaient pas pour diversité d’avis, mais à cause d’un idéal. La liberté. Ailleurs, il fut célébré dans les interstices de la capitulation de l’état-major allemand. La fin de la Seconde Guerre mondiale, où pourtant 150.000 Algériens s’étaient engagés dans l’armée aux côtés de de Gaulle. Ce fut la fin d’une guerre. Cela pour les Européens. Mais pour d’autres, en Algérie, à Sétif, Guelma, Kherrata, Constantine et un peu partout, ce fut la fête dans l’atrocité d’une colonisation et d’un impérialisme qui ne venait en ce 8 mai qu’annoncer le plan de redressement des volontés farouches et éprises de ce saut libertaire.

JPEG - 81.1 ko
Sétif
Fontaine Ain El Fouara

Sétif, mardi 8 mai 1945

Dès 8 heures du matin, une foule estimée aux environs de 10.000 personnes était rassemblée devant la mosquée de la gare. Puis elle entamait son élan rue des Etats-Unis pour se diriger vers le centre-ville, rue Georges Clémenceau… Pacifiques, dépités et désarmés, les paisibles manifestants scandaient des slogans de paix et de liberté. « Indépendance », « Libérez Messali Hadj », « L’Algérie est à nous ». Ils s’étaient donnés pour consigne de faire sortir pour la première fois le drapeau algérien. La riposte fut sanglante.

Pourtant, profitant du jour du marché hebdomadaire, ce 8 mai 1945, les organisateurs avaient rappelé aux paysans venus des villages de déposer tout ce qui pouvait être une arme (couteau, hâche, faux…). Derrière les drapeaux des alliés, c’étaient les écoliers et les jeunes scouts qui étaient au premier rang suivis des porteurs de la gerbe de fleurs, et les militants suivaient juste derrière pour éviter tout débordement de la masse paysanne.

A la vue d’un drapeau algérien vert et blanc, qui avait été déployé en cours de route, les policiers avaient jailli du barrage et avaient attaqué la foule pour s’emparer du drapeau. Un militant avait expliqué que le drapeau étant sacré, il est impossible de le remiser une fois sorti. Le maire socialiste de la ville supplie de ne pas tirer. Mais c’est à ce moment que tout dérape quand un inspecteur tire, tue celui qui portait ce drapeau à ce moment-là et deux coups de feu en soutien de la part d’Européens partent du café de France. Dans la panique provoquée par les premiers coups de feu, à d’autres fenêtres des Européens tirent à leur tour sur la foule.

« On a tiré sur un jeune scout » ! Ce jeune « scout » fut le premier martyr de ces incidents : Saâl Bouzid, 22 ans, venait par son souffle d’indiquer sur la voie du sacrifice la voie de la liberté. K. Z., âgé alors de 16 ans, affirme non sans amertume à ce propos : « Il gisait mourant par-devant le terrain qui sert actuellement d’assiette foncière au siège de la wilaya. Nous l’avons transporté jusqu’au docteur Mostefaï… et puis… » L’ émotion l’étouffe et l’empêche de continuer…

Bien que la panique ait gagné l’ensemble des manifestants, un militant avait sonné le clairon pour que la gerbe de fleurs soit déposée. Cela se passait à 10 heures du matin. Le car de la gendarmerie ayant eu du retard était arrivé en fonçant en direction des manifestants fauchant les présents.

Surgit alors la préparation du massacre des Algériens. Une milice d’Européens est formée à qui on donne des armes ; l’armée, la police et la gendarmerie sont déployées… C’est une véritable chasse à toutes personnes musulmanes.

Le 9 mai, à Sétif, ce sont 35 Algériens qui ont été abattus parce qu’ils ne savaient pas qu’un couvre feu avait été établi. Le rapport du commissaire divisionnaire, M. Bergé, expliquait que chaque mouvement jugé suspect provoquait le tir : « les musulmans ne peuvent circuler sauf s’ils portent un brassard blanc délivré par les autorités et justifications d’un emploi dans un service public. »

Guelma, mardi 8 mai 1945

A Guelma, à 16 heures, un rassemblement s’était organisé hors de la ville. Les militants des Amis du Manifeste et de la Liberté (AML) attendaient, en fait, les instructions venant de Annaba. A 17 heures le cortège s’était ébranlé avec les pancartes célébrant la victoire des alliés ainsi que leurs drapeaux entourant un drapeau algérien. Arrivé à l’actuelle rue du 8 mai, le cortège avait été arrêté par le sous préfet Achiary. Il ne restait plus que 500 mètres pour atteindre le monument aux morts.

Le sous préfet, Achiary - futur chef de l’OAS créé à Madrid en 1961 -, hors de lui avait intimé l’ordre de jeter les pancartes, drapeaux et banderoles. Un socialiste nommé Fauqueux avait râlé auprès du sous préfet : « Monsieur le sous préfet est ce qu’il y a ici la France ou pas ? ». C’est alors, comme un coup de fouet, Achiary saisit le revolver dont il s’est armé, entre dans la foule droit sur le porte drapeau et tire. Son escorte ouvre le feu sur le cortège qui s’enfuit, découvrant dans son reflux le corps du jeune Boumaza. A Guelma ce jour-là il y a déjà 4 Algériens tués, mais aucun Européen.

Le 9 mai, à Guelma, la milice dirigée par Achiary avait tenu sa première séance au cours de laquelle l’adjoint Garrivet proposait : « Nous allons étudier la liste des personnes à juger. Commençons par nos anciens élèves ». Une perquisition au local des AML a permis de saisir les listes nominatives des responsables et militants, tous considérés comme suspects, qui seront incarcérés, souvent torturés, et exécutés par fournées entières.

JPEG - 64 ko
Arrestations de civils menés vers leur propre exécution avant de finir brûlés dans des fours à chaux de Guelma

Kherrata, mardi 8 mai 1945

C’est aussi mardi jour de marché, et il n’y a pas de défilé prévu pour la fin de la deuxième guerre mondiale, ce 8 mai, dans ce gros village tranquille, situé au pied d’une chaîne montagneuse, à quelques dizaines de kilomètres de la Méditerranée. En fin de matinée on y apprend les tueries policières de Sétif. Les nouvelles se répandent vite parmi la population de Kherrata. Les Européens prennent peur, l’administrateur colonial leur distribue des armes et ils se planquent dans une forteresse. Tandis qu’on donne l’ordre au crieur public d’annoncer le couvre-feu, celui-ci au contraire parcourt tous les villages à l’entour en appelant la population musulmane à se rassembler à Kherrata.

Ce sont 10.000 personnes qui vont arriver durant la nuit à Kherrata. Dès l’aube du 9 mai, une grande agitation règne au centre de Kherrata grouillant de monde. Les Musulmans sachant que les Européens étaient armés, et prêts à les tuer, se sont rassemblés pour envisager comment se défendre. Certains ont coupé les lignes téléphoniques, et d’autres ont cherché des armes au tribunal et dans trois maisons, qui furent incendiées. L’administrateur colonial et le juge de paix furent tués. Les 500 Européens qui étaient dans la forteresse tirèrent alors sur la foule déchaînée qui traversait le village avec des drapeaux algériens, tandis qu’on entendait les "you-you" des femmes.

Même s’ils avaient une grande conscience révolutionnaire, beaucoup parmi les insurgés algériens ne savaient pas quoi faire. Pour savoir comment réagir, ils se sont alors rassemblés dans la montagne à Bouhoukal, mais l’armée française était déjà en marche. Le peu de monde qui avait des fusils se mit en groupes dans les gorges et à l’entrée de Kherrata pour retarder l’arrivée des gendarmes et des troupes. Mais dans cette révolte, qui allait vite être étouffée par l’armée, il n’y eu en tout et pour tout sur ce secteur que 10 morts et 4 blessés parmi les militaires et les Européens.

Vers midi, les automitrailleuses de l’armée française se mettent à tirer de loin sur les populations de Kherrata et des villages avoisinants, suivi de près par les tirs impressionnants du bateau-croiseur Duguay-Trouin sur les crêtes des monts de Babor, et l’après-midi c’est l’aviation qui bombardait les environs. Bombardements, tirs nourris et fusillades firent que plusieurs milliers d’Algériens furent massacrés. Vers 10 heures du soir, la légion étrangère franchissait les gorges et arrivait au village complètement vidé de ses habitants musulmans.

JPEG - 61.7 ko
Propagande coloniale - (à la mode Tartarin de Tarascon) : on distribue des armes sans munitions aux civils pour un besoin de propagande : "les insurgés déposent les armes". Ils feront TOUS partie des victimes assassinées, jetées vivantes du haut de la falaise de Kherrata (voir les gorges de Kherrata au fond de la photo) et enfin ramassées et brulées dans des fours à chaux.

Un des plus atroces massacres coloniaux de la part de la France

Suite aux assassinats d’Algériens à Sétif et à Guelma, des groupes d’indigènes avaient, dans leur repli, riposté en tuant des Européens. S’en suit une répression extrêmement violente dans les rues et les quartiers de ces deux villes importantes, alors que la presse française parle abusivement de terrorisme algérien. Pendant une semaine, l’armée française, renforcée par des avions et des chars, se déchaîne sur les populations de la région et tue sans distinction. À la colère légitime des Algériens, la réponse du gouvernement français, dans lequel se trouve, mais oui, le PS et le PC, aux côtés de de Gaulle, ne s’est, en tout cas, pas fait attendre en mobilisant toutes les forces de police, de gendarmerie, de l’armée, en envoyant des renforts de CRS et de parchuttistes, et même en recrutant des miliciens, qui ne se gênent pas de fusiller des Algériens de tous âges et sans défense.

De Sétif, la répression sanglante s’est généralisée. Elle allait toucher tout le pays durant tout le mois de mai. L’Algérie s’embrasait sous les feux brûlants du printemps 1945. Le général Weiss, chef de la cinquième région aérienne, avait ordonné le 13 mai le bombardement de tous rassemblements des indigènes sur les routes et à proximité des villages.

Kateb Yacine, écrivain algérien, alors lycéen à Sétif, écrit : « C’est en 1945 que mon humanitarisme fut confronté pour la première fois au plus atroce des spectacles. J’avais vingt ans. Le choc que je ressentis devant l’impitoyable boucherie qui provoqua la mort de plusieurs milliers de musulmans, je ne l’ai jamais oublié. Là se cimente mon nationalisme. »
« Je témoigne que la manifestation du 8 mai était pacifique. En organisant une manifestation qui se voulait pacifique, on a été pris par surprise. Les dirigeants n’avaient pas prévu de réactions. Cela s’est terminé par des dizaines de milliers de victimes. À Guelma, ma mère a perdu la mémoire… On voyait des cadavres partout, dans toutes les rues. La répression était aveugle ; c’était un grand massacre. »

Dans les localités environnantes à Sétif, Ras El Ma, Beni Azziz, El Eulma, des douars entiers furent décimés, des villages incendiés, des dechras et des familles furent brûlées vives. On raconte le martyre de la famille Kacem. Korrichi, son fils Mohamed et son frère Nouari furent torturés et tués à bout portant… Les légionnaires prenaient les nourrissons par les pieds, les faisaient tournoyer et les jetaient contre les parois de pierre où leurs chairs s’éparpillaient sur les rochers…

L’armée française avait planifié l’extermination de milliers d’Algériens. Pour mettre à exécution leur dessein les soldats français avaient procédé au regroupement de toutes les populations avoisinant les côtes-est de Béjaïa à Bordj Mira en passant par Darguina, Souk El-Tenine et Aokas. Toutes les populations de ces régions étaient forcées de se regrouper sur les plages de Melbou. L’occupant n’avait en tête que la liquidation physique de tout ce beau monde. Des soldats armés faisaient le porte-à-porte à travers la ville de Sétif et certaines régions environnantes, et obligeaient hommes, femmes et enfants à sortir pour monter dans des camions.

Dès lors, des camions de type GMC continuaient à charger toute personne qui se trouvait sur leur passage. Le convoi prenait la direction de Kherrata. Les habitants de cette autre ville historique n’allaient pas échapper à l’embarquement qui les menait avec leurs autres concitoyens de Sétif, vers le camion de la mort. Les milliers d’Algériens furent déchargés depuis les bennes des camions au fond des gorges de Kherrata. L’horreur n’était pas terminée pour ces pauvres « bougnouls » comme aimaient les surnommer les colons français. Des hélicoptères dénommés « Bananes » survolaient les lieux du massacre pour achever les blessés. Une véritable boucherie humaine allait permettre, plus tard, aux oiseaux charognards d’investir les lieux.

Avec la venue de l’été, la chaleur monte… et l’odeur de la mort. Vers Guelma, faute de les avoir tous enterrés assez profond ou brûlés, trop de cadavres ont été jetés dans un fossé, à peine recouverts d’une pelletée de terre. Les débris humains sont transportés par camion. Le transport est effectué avec l’aide de la gendarmerie de Guelma pendant la nuit. C’est ainsi que les restes des 500 musulmans ont été amenés au lieu dit "fontaine chaude" et brûlés dans un four à chaux avec des branches d’oliviers.

Alors que l’on sait que ce sont en tout 102 Européens ou militaires qui ont été tués, et 110 blessés, à ce moment-là, en riposte aux tueries des autorités françaises, malgré un minutieux travail de recherches, il est aujourd’hui absolument impossible de savoir le nombre exact d’assassinats perpétrés par la France parmi les Algériens. Tout a été fait pour que cet énorme massacre soit le plus possible dissimulé à l’opinion publique. On peut estimer cependant qu’il y a eu à ce moment-là plusieurs dizaines de milliers de blessés algériens, pas loin de cent mille. Selon l’armée américaine cet énorme massacre de la France de de Gaulle, par l’armée française, la police et les miliciens, aurait fait 45.000 morts. C’est le chiffre, qui peut sembler peut-être vraisemblable, retenu officiellement désormais par les Algériens.

Dans la matinée du fatidique 8 mai, en guise de riposte à cette manifestation pacifique, la police ouvrit le feu… Plusieurs d’entre acteurs et témoins encore en vie sont ainsi soumis à la souffrance du souvenir et le devoir de dire ce qu’ils ont vécu, vu, entendu dire et se dire. Ils craignent pour la postérité, l’amnésie.

Parler à Sétif du 8 mai 1945 rend obligatoire la citation de noms-phares : Abdelkader Yalla, Lakhdar Taârabit, Laouamen dit Baâyou, Bouguessa Askouri, Gharzouli, Rabah Harbouche, Saâd Saâdna, Miloud Begag, Saâdi Bouras, Benattia, le Dr Hanous, le Dr Saâdane, Bachir Ibrahimi, et beaucoup d’autres que seul un travail sérieux institutionnel pourrait les lister et en faire un fronton mémorial.

Le 8 mai 1945, un des plus atroces massacres coloniaux est perpétré par cette France fraîchement libérée. Et, à Sétif en Algérie, où est organisée une manifestation pacifique indépendantiste par les militants du PPA (Parti Populaire Algérien), le gouvernement français envoie l’armée, sous le commandement du général Duval. Dans une répression violente contre la population civile, des navires de guerre tirent et l’aviation bombarde la population de Sétif. 10.000 soldats sont engagés dans une véritable opération militaire. Ils sont issus de la Légion étrangère, des tabors marocains, des tirailleurs sénégalais et algériens. En outre, des milices se forment sous l’œil bienveillant des autorités, et se livrent à une véritable chasse aux émeutiers. Le général Duval déclare que "Les troupes ont pu tuer 500 à 600 indigènes." Le nombre de victimes est aujourd’hui estimé à au moins 30.000 morts.

Le drame est passé inaperçu dans l’opinion métropolitaine. Le quotidien communiste L’Humanité assure alors que les émeutiers étaient des sympathisants nazis ! Il faudra attendre le 27 février 2005 pour que, lors d’une visite à Sétif, M. Hubert Colin de Verdière, Ambassadeur de France à Alger, qualifie les " massacres du 8 mai 1945 de tragédie inexcusable. " Cet évènement constitue la première reconnaissance officielle de sa responsabilité par la République française.

Pourtant, en ce jour de commémoration de la liberté, de la fin du joug nazi, pas un mot ne sera dit sur ce massacre de la France coloniale. Rappellons qu’il en est d’autres (Madagascar 1947, Paris le 17 octobre 1961, Alger le 26 mars 1962…). Cette France qui fait teinter ses médailles aujourd’hui, à coup de célébrations idéologiques, continue de pratiquer le déni historique sur ses propres crimes.

Aujourd’hui seront rapellés la barbarie nazie et les crimes de Vichy.
Aujourd’hui seront oubliés les crimes coloniaux, ou encore le fait que les derniers camps de concentration en France pour Tziganes n’ont fermé qu’en 1946, que Papon n’a jamais été inquiété pour les crimes qu’il a commis en tant que préfet de la Ve République, la nôtre.

Les crimes commis par la France sont structurels. Non Nicolas, cette France-là nous ne l’aimons pas.

Plus d’informations sur cette Douce France, ici .

D i s s i d e n c e .fr


http://rebellyon.info/8-Mai-1945-Massacre-de-Setif.html

Share:

Friday, April 16, 2010

Dahlan est impliqué dans l’entrée des agents du Mossad en Algérie



Alger - CPI
www.palestine-info.info

Des sources algériennes bien informées ont révélé que les autorités algériennes ont exprimé officiellement leurs colères contre le membre du comité central du Fatah, Mohamed Dahlan, en l’accusant d'être responsable de l’entrée de plusieurs membres de la sécurité préventive palestinienne en Algérie, sans avoir révélé leur identité réelle aux autorités officielles, en prétendant qu’ils sont des étudiants seulement.

Le journal jordanien d’Al Majd a rapporté dans son édition de mercredi 12/4, selon les sources algériennes que les cadres alliés à Dahlan résident en Egypte depuis le contrôle du Hamas sur la Bande de Gaza, en 2007, et que les autorités égyptiennes ont demandé de les faire sortir vers d’autres pays arabes à cause de leurs relations avec les services de renseignements sionistes.

En profitant des facilités fournies aux Palestiniens, notamment les résistants, Dahlan a choisi l’Algérie.

Les sources ont indiqué que les cadres que Dahlan a fait entrer en Algérie sont considérés comme les plus dangereux éléments des services préventifs, dont «l’unité de la mort».

Share:

Sunday, February 28, 2010

Liquidation de racaille harkie Ali Tounsi : Réaction du Sheykh Ali Belhadj


Dans la foulée du projet de loi du parlement algérien
qui tend à criminaliser le colonialisme français

Le cheikh Ali Benhadj appelle à la criminalisation
des actes des généraux janviéristes

Dans un communiqué daté du 13 février, le cheikh Ali Benhadj, vice-président du Front Islamique du Salut a exprimé son espoir de voir le parlement (la chambre d’enregistrement) adopter les 20 articles du projet de loi portant sur la criminalisation du colonialisme, malgré ses insuffisances. En faisant remarquer qu’il s’agit d’un devoir légitime, patriotique, humanitaire et historique qui incitera la France à reconnaître ses crimes et à dédommager ses victimes.

Le cheikh a saisi cette occasion pour appeler les parlementaires à faire preuve de courage en adoptant une loi similaire qui criminalisera les auteurs du coup d’Etat de janvier 1992 pour les traduire devant les tribunaux algériens pour répondre de leurs crimes et de ce qu’ils ont engendré comme drame pour le peuple algérien. Il a appelé les parlementaires algériens à prendre exemple sur leurs homologues chiliens, argentins, sud-africains et espagnols et à méditer sur l’initiative prise par le parlement du Nigeria qui a ouvert une enquête sur les exécutions sommaires:

بسم الله الرحمن الرحيم


يوم السبت 28 صفر 1431

الموافق لـ 13 فيفري 2010

بيان: وقفة الأحرار في وجوب تجريم من سلك في إجرامه مسالك الإستعمار

* الحمد لله القائل في كتابه الكريم "إن الذين فتنوا المؤمنين والمؤمنات ثم لم يتوبوا فلهم عذاب جهنم ولهم عذاب الحريق"البروج10، والصلاة والسلام على أشرف المرسلين القائل في الحديث الصحيح "إن الله يعذّب يوم القيامة الذين يعذّبون الناس في الدنيا"وعلى آله وصحبه أجمعين.

* تقدم زهاء 125 نائبا في المجلس الوطني الشعبي بمشروع قانون تجريم الاستعمار وإقامة محاكم خاصة داخلية ودولية لمحاكمة المسؤولين الفرنسيين على مختلف جرائم الاستعمار وضرورة اعتراف فرنسا بجرائمها والاعتذار للشعب الجزائري، والتعويض المادي والمعنوي على أثار الاستعمار الوخيمة، والتي ما زالت تحصد الأرواح إلى يومنا هذا عن طريق الألغام التي زرعت بالمناطق المجاورة لخط موريس وشال، فضلا عن الآثار الناتجة عن التجارب النووية بالجنوب الجزائري، وجاء في المادة 18 من المشروع "سيظل مستقبل العلاقات بين البلدين مرهونا بمدى رضوخ فرنسا واستجابتها لمطالب الشعب الجزائري المتمثلة في الاعتراف والاعتذار والتعويض عن الأضرار المادية والمعنوية التي لحقت خلال مرحلة الاستعمار" واستند واضعو مشروع القانون على المواثيق الدولية والأممية التي تجرم الاستعمار والجرائم الإنسانية والإبادة الجماعية وجرائم الحرب وكل ذلك ينطبق على ما فعلته فرنسا منذ 1830 إلى 1962، لاسيما وأن تلك الجرائم لا تزول بالتقادم لأنها تدخل أيضا فيما يسمى بجرائم الدولة، ومما لا شك فيه أن هذا المشروع يفرح ويثلج قلب كل جزائري غيور على دينه ووطنه وأمجاد الشهداء والمجاهدين وذويهم مهما كان توجهه الفكري أو السياسي من حيث المبدأ بغض النظر عن الدوافع الحقيقية وراء صدور مثل هذا المشروع المقترح الذي لم تتم المصادقة عليه بعد، وهذا ما ستكشفه الأيام والشهور المقبلة، أهو مشروع يرمي إلى تحقيق أهداف وطنية حقيقية كبرى؟ أم هو مجرد متاجرة رخيصة بالذاكرة الجماعية؟ أو مناورة سياسية تافهة؟ تهدف إلى تبادل الابتزاز السياسي الظرفي من أجل تحقيق صفقات سياسية من أجل الوصول إلى تسوية ما في قضايا سياسية واقتصادية وثقافية وأمنية واستخباراتية، لاسيما وصداقة بعض قادة الأجهزة الإستخباراتية مع أجهزة الإستخبارات الفرنسية أشهر من أن تذكر، ثم بعدها يُقبر المشروع كما قُبر مشروع مماثل سنة 1963 لتجريم الاستعمار، ولقد تعودنا من النظام السياسي منذ 1962 أنه كلما كان هناك توتر في العلاقات بين الجزائر وفرنسا يلجأ النظام إلى فتح هذا الملف، ويوعز إلى وسائل الإعلام المختلفة بتحمية البندير، ثم سرعان ما تعود الأمور إلى نصابها وكأنّ شيئا لم يكن، والأمثلة على ذلك كثيرة سواء أثناء عهد الاشتراكية أو "الأحادية التعددية"، ورغم ذلك يأمل الشعب هذه المرة أن تكون الإرادة جادة وحقيقية لاسيما بعد تصريح وزير الخارجية كوشنير الذي قال أن الأمر للحكومة وليس للبرلمان وأنه مجرد مشروع، وكأنه متأكد من طبيعة النظام الجزائري الذي يناور ولا يعزم على اتخاذ قرار جاد !!!

* أما نحن الذين خبرنا هذا النظام الحرباوي نقول أن الأمر في رأينا، لا يعدو أن يكون زوبعة في فنجان كما يقال، ورغم ذلك نأمل أن تظهر الشهور القليلة القادمة خطأ ما نذهب إليه، أما الأسباب التي تدفعنا إلى مثل هذا القول، فيمكن إجمالها فيما يلي:

أولا: نظام فاقد الشرعية.

*إن النظام الجزائري فاقد للشرعية والمشروعية لأن السلطة الفعلية ما زالت بيد بعض جنرالات المؤسسة العسكرية ممّن انقلبوا على الإرادة الشعبية 1992 فكل الرؤساء الذين حكموا البلاد منذ الانقلاب على الإرادة الشعبية إنما جاء بهم إلى سدة الحكم بعض جنرالات المؤسسة العسكرية من أصحاب النفوذ والسطوة وهم الذين نظموا لهم الانتخابات المزورة والأدلّة على أن بعض الجنرالات هم صناع الرؤساء ورؤساء الحكومة أكثر من أن تحصر وأشهر من أن تذكر، ومن اطلع على مذكّرات نزّار وبلعيد عبد السلام يجد فيها خير دليل موثّق أن الجنرالات هم الذين أقالوا الشاذلي بن جديد ولذلك نقول، إن النظام منذ 1992 إلى يومنا هذا لا شرعية له لأن سائر المواعيد الانتخابية أشرف عليها الإنقلابيون أنفسهم، وها هو رئيس الحكومة بن بيتور يصرح مؤخرا أن الجزائر ليس فيها أي مؤسسة حكومية قوية سوى المخابرات ومعنى هذا أن المخابرات هي الحاكم الحقيقي والفعلي للجزائر والبقية عبارة عن "خضرة فوق عشاء" كما قال بلعيد عبد السلام في أوت 2007، وقال نزار "أنا صاحب فكرة تنحية عبد السلام" وقال سعيداني رئيس البرلمان السابق في 06 جوان 2006 أنه يأمل في تعديل الدستور لوضع حد للسلطة الخفية، فوضعوا له حدا ونظام فاقد للشرعية لا يقوى على سن قانون تجريم الاستعمار كما هو منصوص في مشروع القانون وخاصة في المادة 18 منه.

ثانيا: برلمان يمثل السلطة ولا يمثل الشعب.

* إن المجلس الوطني الشعبي هو الآخر فاقد للشرعية التمثيلية والسياسية وأغلب نوابه يمثلون السلطة التي أوصلتهم إلى كراسي البرلمان ولا يمثلون الشعب بل رضوا لأنفسهم أن يجلسوا على كراسي إخوانهم النواب الذين اختارهم الشعب في 1992، والذين تعرضوا بعد الانقلاب المشؤوم للسجن والنفي والإغتيال والإختطاف والتعذيب الرهيب والإقصاء من الحياة السياسية والمدنية والإجتماعية، فنواب المجلس الوطني الشعبي جالسون على كراسي الخزي والعار والدماء والأشلاء، ونتائج 17 ماي 2007 تظهر بكل جلاء أنه برلمان غير تمثيلي فقد حصل الائتلاف الثلاثي المساند للسلطة والذي لا مشروع له إلا برنامج رئيس الجمهورية حصل على 2459100 ناخيا من أصل 18760400، وتعتبر هذه النتيجة أدنى النتائج منذ الاستقلال 1962، فهو أضعف برلمان في تاريخ البلاد لأن السيادة الشعبية لا تمارس بالتزوير والشعب الجزائري يعرف جيدا أن البرلمان لا يقدم ولا يؤخر وكما يقول المثال العامي "لا يحك ولا يصك" وهو لا يتبنى القضايا المصيرية للأمة، لأن القضايا المصيرية تطبخ في مكاتب وفيلات بعض الجنرالات أصحاب النفوذ أو تصدر بأوامر رئاسية بين الدورتين، فهو غرفة تسجيل لا أكثر ولا أقل، ولا يتحرك إلا بمهماز خارجي.

ثالثا: لابد من مشروع لتجريم الانقلابيين.

* نحن مع مواد مشروع قانون تجريم الاستعمار ولدينا مزيد لو كنا تحت قبة البرلمان، ولكن السؤال المطروح لماذا لا يتقدم المجلس الشعبي بمشروع قانون آخر لتجريم من قام بالانقلاب على الإرادة الشعبية 1992 من أجل محاكمة الانقلابين في محاكم داخلية والاعتراف بالجرائم التي ارتكبها الإنقلابيون بحق شرائح واسعة من أبناء الجزائر وعلى رأسهم مجاهدين وأبناء شهداء يوم كان هؤلاء الإنقلابيون في صفوف جيش الإستعمار رافعين السلاح في وجه جيش التحرير الوطني، وتعويض سائر ضحايا المأساة تعويضا عادلا وشاملا دون انتقاء أو إقصاء أو محاباة، ولئن كانت فرنسا فعلت ما فعلت عبر تاريخها الإستعماري الإجرامي المقيت، فقد مارست كل ذلك وهي دولة مستعمرة ظالمة وقد أخرجها رجال الجزائر الأبطال مهزومة مدحورة ونالوا فضل الشهادة في سبيل الله وتحرير دار الإسلام من الكفار، فعوّضهم الله تعالى أفضل العوض في الدنيا بالذكر الحسن وفي الآخرة بالمنازل الرفيعة حيث قال عليه الصلاة والسلام "إن للشهيد عند الله تعالى سبع خصال أن يغفر له في أول دفعة من دمه ويرى مقعده من الجنة ويحلى حلّة الإيمان ويجار من عذاب القبر ويأمن من الفزع الأكبر ويوضع على رأسه تاج الوقار، الياقوتة منه خير من الدنيا وما فيها ويزوج من اثنين وسبعين زوجة من الحور العين، ويشفع في سبعين إنسانا من أقاربه" ولسنا الآن بصدد ذكر فضل المُرابط في سبيل الله وفضل المشاركة في الثورة بالمال والنفس والدعم، وفضل من جُرح أو فقد عضوا من أعضائه في سبيل الله تعالى، فهذا مبحث يطول، فالشهداء والمجاهدون فضلهم عند الله تعالى عظيم وذكرهم عند الناس جميل لمن أخلص النية وكان جهاده في سبيل الله تعالى لقوله عليه الصلاة والسلام "إن الله لا يقبل من العمل إلاّ ما كان خالصا وابتغي به وجهه" ورغم أن الله تعالى عوضهم في الدنيا بمحبة الشعب لهم وتمجيدهم وتخليد ذكرهم فإن الشعب الجزائري ما زال مصرّا على تجريم فرنسا الإستعمارية منذ 1962 ولكن لم يجدوا نظاما سياسيا يمثلهم حق التمثيل يجعل هذه الأمنية الغالية واقعا ملموسا، ولا شك لأنه سوف يأتي ذلك اليوم الذي تعتذر فيه فرنسا عن جرائمها وتعوض للشعب الجزائري وتعتذر له، كما فعلت إيطاليا مع الشعب الليبي، والحاصل أن المطالبة بتجريم الإستعمار لن يثنينا عن المطالبة بتجريم دفعة جنرالات لاكوست الذين اغتصبوا بقوة الحديد والنار اختيار الشعب 1992 لأن ظلم ذوي القربى أنكر وأفظع كما قال الشاعر:

وظلم ذوي القربى أشد مضاضة * على المرء من وقع الحسام المهند

* بعض أبناء الشعب الجزائري ممّن عايشوا وذاقوا أهوال جرائم فرنسا أثناء الثورة وفي شهرها الأول يقولون، إن ما فعلته الأجهزة الأمنية الجزائرية المختلفة من تعذيب وقهر وإذلال وقتل خارج إطار القانون، فاق ما فعلته فرنسا المستعمرة، بل إن بعضهم يقول بكل مرارة إن جرائم جنرالات الإنقلاب فاق ما فعله لاكوست وبيجار وسوستال، إن الذين انقلبوا على الإرادة الشعبية لا يقلّون جرما عن جنرالات الاستعمار، بل سلكوا مسالك الاستعمار، ويمكن الإشارة إلى بعض جرائمهم التي لا تزول بالتقادم على عجل:

1- ألغوا الانتخابات كما ألغت فرنسا الاستعمارية انتخابات 1919 و1937 و1938 و 1939 و 1948.

2- إن النظام السياسي المتعفن منذ سنوات قليلة يركز على جريمة التجارب النووية الفرنسية التي أجريت في الصحراء قبل الإستقلال وبعد الإستقلال ويصرح هنا وهناك أن ما فعلته فرنسا جريمة ضد الإنسانية يجب أن تُعاقب عليها، ولكنه يتجاهل أنه قد ساق إلى نفس هذه الأماكن ذات الإشعاع النووي الخطير على صحة الإنسان خيرة شباب الجزائر ممّن انتخبهم الشعب بالصندوق الشفاف ومن مختلف الشرائح ووضعهم في قلب الإشعاع النووي، عن ترصد وسبق إصرار، بحكم أنه يعرف خطورة تلك المنطقة، وبلغ عدد الذين سيقوا إلى الصحراء من 17 إلى 24 ألف ضمن 07 مراكز اعتقال وتوفي منهم حوالي 43 جزائري متأثرا بالإشعاعات النووية وهناك حوالي 200 منهم يعاني من الأمراض والأعراض وهذه جريمة كبرى، فهل يعقل محاسبة فرنسا على تجارب الصحراء وغض الطرف عن من وضع شباب الجزائر في نفس الأماكن وهو يعرف خطورتها.

3- اختطاف وقتل حوالي 20 ألف قضوا تحت التعذيب الوحشي في مراكز الدرك والشرطة وخاصة مراكز المخابرات العسكرية هنا وهناك خاصة العاصمة، حيث تتواجد أمهات مراكز الظلم المخابراتي الرهيب، ووصل عدد القتلى 200 ألف وزهاء مليون سجين والقائمة طويلة وهذا مجرد إشارة وما زالت آثار الانقلاب ماثلة إلى اليوم على أكثر من صعيد.

* لقد ارتكب الإنقلابيون جرائم عظيمة تندرج تحت جرائم حرب وجرائم ضد الإنسانية والانقلاب في حد ذاته جريمة تطالها المواد 112، 113 و 114 من قانون العقوبات ورغم تلك الجرائم الفظيعة وتخريب البلاد يصرح رئيس الجمهورية في 21 أوت 2005 قائلا "سأمنح الحصانة للجيش والأمن" وهذا يدل على أنهم ارتكبوا جرائم لأن الحصانة تدل دلالة قاطعة على أنهم ارتكبوا جرائم ولو كانوا أبرياء لما منحهم الحصانة، والأدهى من ذلك أن ميثاق السلم والمصالحة الوطنية نص على معاقبة كل من يصرح أو يكتب بشأن جذور المأساة الوطنية والمتسببين فيها كما تنص المادة 46 منه ومعناه هلكوست جزائري، حتى لا يعرف الشعب الحقيقة من جميع الأطراف، أما المادة 45 منه فتمنع الأفراد من متابعة المجرمين وعدم قبول أي إبلاغ أو شكوى، أي منع المواطنين من حق التظلم والتقاضي، فهل يعقل أن نطالب الاستعمار بالاعتذار والتعويض ونصب المحاكم الداخلية والدولية للمجرمين من عُتاة رؤوس الإستعمار ونعطي الحصانة للمجرمين الطغاة في الداخل ونقوم بترقيتهم ورفع مراتبهم وتزكية أعمالهم "مالكم كيف تحكمون؟!!!"

* وأخيرا، نأمل أن يصادق المجلس الوطني الشعبي (غرفة التسجيل) على مشروع قانون تجريم الإستعمار بمواده العشرين رغم ما فيه من نقائص، لأن تجريم الاستعمار ودفع فرنسا إلى الاعتراف بجرائمها وتقديم الإعتذار للشعب الجزائري ومنح التعويضات لمن يستحقها إنما هو واجب شرعي ووطني وسياسي وتاريخي وإنساني، مع تأييدنا لمشروع تجريم الإستعمار نصرّ وبنفس الإلحاح على مطالبة نواب المجلس الوطني الشعبي على علاّتهم، أن يسارعوا إلى إعداد مشروع آخر مماثل يجرم قادة الإنقلاب المشؤوم لسنة 1992 وتقديمهم إلى محاكم وطنية وإجبارهم على الاعتراف بجرائهم والاعتذار للشعب وتعويض كل من مسّته المأساة الوطنية التي تسببوا في إشعال فتيلها، وللنواب أسوة بما أقدمت عليه برلمانات تمثيلية جادة في العالم كبرلمان جنوب إفريقيا والشيلي والأرجنتين واسبانيا عقب انتهاء الحرب الأهلية، وما أقدم عليه مؤخرا برلمان نيجيريا من فتح تحقيق بشأن القتل خارج القانون وفي الساحات العامة لجماعة ما يسمى بوكو حرام، والحاصل أنه يجب وضع حد للظلم بجميع أشكاله بين أبناء الوطن الواحد، وفي الحديث القدسي يقول الله تعالى "يا عبادي إني حرمت الظلم على نفسي وجعلته بينكم محرما فلا تظالموا..." والله من وراء القصد وهو يهدي السبيل.

نائب رئيس الجبهة الإسلامية للإنقاذ

بن حاج علي



http://www.assawt-alhor.com/


Share:

Friday, February 26, 2010

Un pilier du terrorisme de la France-Israel en Algerie abattu dans son bureau

Le harki de la France-Israel Ali Tounsi

La mort (du Harki) Ali Tounsi

Ali Tounsi, le chef de la DGSN (Sûreté nationale) vient d'être assassiné alors qu'il était en réunion avec ses proches collaborateurs. C'est précisément un de ces derniers qui aurait tiré sur M. Tounsi car il était révolté à l'idée d'être limogé pour corruption.

En soi, un limogeage pour cause de corruption n'a rien de scandaleux. Sauf quand celui qui s'apprête à prendre une décision de ce genre est tout sauf un modèle de vertu. Car M. Tounsi n'est pas spécialement exemplaire en matière de probité, c'est le moins que l'on puisse dire.

Pas plus que le corps de la Sûreté nationale dont il était le chef et qui, paradoxalement, est un important pourvoyeur de cadres dans les représentations consulaires de l'Etat algérien à l'étranger. Cherchez l'erreur.

Alors, si on peut toujours déplorer la mort violente d'un homme, est-il pour autant imaginable d'évoquer, comme le fait M. Zerhouni, ministre Algérien de l'Intérieur, "le patriotisme de feu Colonel Ali Tounsi, compagnon d'armes et cadre valeureux".?
Compagnon d'armes peut-être, mais avec qui et quand?

Quoi qu'il en soit, le dénouement de cette réunion en dit long sur l'état de décomposition de l'institution policière. S'il se confirmait que l'auteur du meurtre pourrait être le propre gendre du chef de la DGSN, ce ne serait qu'une illustration supplémentaire de cette déliquescence d'un instrument essentiel de l'Etat. Si les autres institutions fonctionnent de la même manière, les dirigeants n'ont plus qu'à espérer que les prix du pétrole restent à un niveau suffisamment élevé, faute de quoi l'Algérie explosera encore.

http://mounadil.blogspot.com/

Share:

Wednesday, February 17, 2010

Monsieur le Président, refusez que le sang des algériens soit de nouveau versé !

Prise à témoin de l’opinion publique nationale et internationale pour atteinte grave à la liberté d’expression
—————-

Par le citoyen algérien
Abdelkader DEHBI,
Domicilié à Alger.
www.abdelkader.dehbi@live.fr

Depuis hier soir mardi 16 Février 2010, ma boîte e-mail inscrite chez « mail.live.com/ » est hors service et je n’arrive plus, ni à consulter mon courrier, ni à en expédier. J’ai la certitude absolue qu’il s’agit-là d’une attaque effectuée sur ordre, par l’un de vos services techniques.
Je prends à témoins de cette atteinte à ma liberté, toutes les personnes qui liront ce message que je vais diffuser sur mes deux blogs et par tous autres moyens en ma possibilité
http://abdelkader.blogs.nouvelobs.com/
http://abdelkader.blog.lemonde.fr/
http://info@hoggar.org
http://lequotidienalgerie.org

En effet, cette attaque vient de se produire à peine 3 jours après la publication de ma Lettre Ouverte adressée au Chef de l’Etat, dans la quelle j’ai dénoncé l’ensemble des barons – civils et militaires – du régime politique illégitime, qui préside aux destinées de mon pays, sans épargner personne, y compris le destinataire lui-même. (cf: liens ci-dessus qui ont publié cette lettre). Et moins de 3 heures après que je sois passé dans une émission radio-télévisée sur la chaine de « Rachad » – mardi 16 Février 2010, entre 19h.45 et 20h.45

Je tiens à faire savoir à tous ceux qui prétendent museler la liberté d’expression dans ce pays, qu’en dehors du fait que leurs procédés sont déshonorants, ils ne parviendront jamais à étouffer nos voix. Celles d’une majorité de citoyennes et de citoyens honnêtes et patriotes, épris de justice et de liberté, qui ne cessent pas depuis des années, de dénoncer les crimes de masse imprescriptibles, l’arbitraire et la corruption d’un pouvoir illégitime qui ne recule devant aucune violation des Droits de l’Homme et de la morale, pour continuer de régenter les hommes et à disposer d’une manière régalienne, du patrimoine, des richesses et des ressources de la Nation algérienne.

Merci à toutes les personnes qui liront cette protestation, de la diffuser aussi largement que possible en demandant à leurs contacts d’en faire autant et ainsi de suite, pour montrer à ce régime à l’agonie, que la SOLIDARITE CITOYENNE DES ALGERIENS N’EST PAS UN VAIN MOT.
Vive l’Algérie libérée des tyrans et des corrompus – civils et militaires – qui prétendent dominer plus de 30 Millions d’algériens !


Monsieur le Président, refusez que le sang des algériens soit de nouveau versé !

Par Abdelkader DEHBI

———

« » Qu’a-t-il à craindre de la colère des Hommes, celui qui ne craint que la colère de Dieu ? « » (auteur anonyme)

En conclusion de la lettre ouverte que je vous adressais en date du 14 Septembre 2007 (1) et dans laquelle je vous conjurais de réagir à l’état de déliquescence qui rongeait déjà si profondément notre pays, Institutions et Société, je vous écrivais en particulier :

»"Mon souhait immédiat est que vous fassiez tout ce qui est en votre pouvoir, pour éviter à ce pays meurtri, de s’empêtrer davantage sous les fourches caudines d’une oligarchie aux aguets de toutes les opportunités. Une oligarchie sans âme et sans état d’âme, qui n’a plus aujourd’hui pour Dieu qu’elle-même, l’argent et le pouvoir pour le pouvoir. Quant à mon vœu ultime, c’est celui d’être entendu, ce qui m’exonérera d’avoir à exciper de cette lettre, lorsque nous comparaîtrons tous deux demain, devant Le Juge Suprême. »"

0

0 0

Aujourd’hui en ce mois de Février 2010, la terrible régression de notre pays au plan sociopolitique comme aux plans moral et civique, n’est plus un secret pour personne, à l’intérieur comme à l’extérieur. A commencer par les officines et autres Chancelleries accréditées à Alger, dont certaines sont devenues – en l’absence d’un Etat en décomposition avancée – de véritables bourses au renseignement, à la débauche et à l’affairisme mafieux de toutes sortes, où l’on connaît par le menu, les échos sur les derniers scandales, sur les derniers gros contrats, ou sur les derniers bijoux de telle rombière sulfureuse. L’Etat algérien, ses Institutions, ses dirigeants, y sont, dédaignés, brocardés, méprisés.

Comment s’étonner dans ces conditions, de ces nombreux cas de traitements racistes et vexatoires des autorités de tel ou tel pays, à l’égard de nos concitoyens émigrés ou en déplacement à l’étranger sans que cela n’entraine la moindre réaction officielle algérienne ? Comme si ce pouvoir à l’agonie, conscient de sa propre illégitimité, de sa propre corruption, de son propre discrédit moral, n’avait plus d’autre choix que de pratiquer la politique de l’autruche Avec cette différence il est vrai, que le geste de cet animal cherchant à cacher sa tête, procède probablement chez lui, d’une sorte de sens atavique de la pudeur, que beaucoup de nos dirigeants pourraient lui envier.

Comment donc s’étonner aujourd’hui, de tous ces témoignages en cascade dont se font l’écho depuis quelques jours, les médias nationaux et internationaux – tous supports confondus – à propos d’enquêtes sur ces pillages sans nom et ces détournements hors normes se chiffrant par milliards de dollars, qui saignent l’économie nationale depuis des années ? En mettant en cause qui plus est, les plus hauts responsables de l’Etat, y compris des membres de votre entourage immédiat M. le Président, ainsi que dans les rangs de votre gouvernement. Sans parler de contre-enquêtes faisant état de la réouverture de certains dossiers liés à des crimes de sang qu’on s’obstine depuis tant d’années à feindre d’ignorer – comme l’assassinat du Président Boudiaf – et de tant d’autres victimes civiles, connues ou moins connues, tombées durant les évènements de la décennie noire. Sans oublier les crimes de masse perpétrés à Raïs, Bentalha ou Relizane, entre autres, et dont les milliers de victimes attendent justice dans leurs fosses communes.

C’est cette subite aggravation de la crise nationale qui m’amène aujourd’hui, M. le Président, à réitérer ma démarche d’hier – Septembre 2007 – celle d’un simple citoyen ordinaire qui vous conjure une fois de plus, d’user de votre position de Chef de l’Exécutif. Non pas au service de votre ego, ni au service d’une oligarchie civile et militaire discréditée, mais au service des intérêts supérieurs de la Nation, ainsi que le requiert la morale d’abord, et subsidiairement une Constitution pour le respect de laquelle vous avez prêté serment par trois fois déjà, lors de vos investitures successives.

Car, les graves dissensions qui s’étalent aujourd’hui au sommet de l’Etat, ne sont après tout qu’un nouvel épisode de ces « guerres de clans » qui ont malheureusement émaillé l’histoire récente de notre pays. Des guerres de clans qui ont souvent entraîné dans leur sillage tragique – selon leur intensité – des dizaines ou des milliers de morts, en majorité des innocents, quand ce ne sont pas des centaines de milliers de morts comme durant la décennie noire qui a suivi le Coup d’Etat de Janvier 1992 perpétré par des généraux putschistes félons, qui ont délibérément violé la Constitution et foulé à leurs pieds – j’allais dire à leurs bottes – la volonté souveraine d’un Peuple.

Une chose est sûre, M. le Président, hormis les solidarités clientélistes calculées qui gravitent autour de votre personne ou les solidarités corporatistes en usage chez ceux qu’on appelle « les décideurs de l’ombre » – en parlant de l’oligarchie de l’armée – il ne se trouvera pas grand monde au sein du bon peuple algérien, pour entrer dans le jeu des uns ou des autres. Parce que ce bon peuple algérien vous a depuis longtemps définitivement rejetés et condamnés, les uns comme les autres, pour des forfaitures aussi accablantes les unes que les autres, dont ce n’est pas le lieu ici, d’en dresser la longue et terrible énumération, qui va des pillages organisés du patrimoine de la Nation, jusqu’aux aux crimes de masse imprescriptibles et des plus abjects, contre des populations civiles.

Or – est-ce utile de le rappeler ? – ces « guerres de clans » récurrentes ne sont elles-mêmes que la conséquence logique de l’arbitraire, de l’incompétence, de la corruption et du caractère mafieux et criminel d’un régime politique frappé par la malédiction de son illégitimité originelle. Un régime mafieux et criminel qui refuse obstinément depuis tant d’années de se réformer dans la transparence et l’honnêteté, en engageant loyalement le pays et la société dans la voie d’une démocratisation authentique des Institutions et partant, en restituant au peuple, le plein exercice de sa souveraineté dont il a été spolié. Une souveraineté populaire confisquée dès l’Indépendance, tantôt par l’usage de la force brutale, de la répression ou du fait accompli, tantôt au moyen de la manipulation des faits et des discours trompeurs. Tantôt enfin, en abusant l’opinion publique intérieure ou extérieure par l’envoi de signaux mensongers de prétendue démocratisation, en dotant le pays de prétendues Constitutions aussitôt violées et en organisant des élections régulièrement falsifiées. Des élections préfabriquées, mettant tout aussi régulièrement en selle, une clientèle politique faite de bric et de broc, ne représentant qu’elle-même, en grande partie composée d’un ramassis d’opportunistes voire de vrais délinquants, dont certains ont même durablement occupé les plus hauts postes de souveraineté, donnant ainsi raison à cet anonyme algérien qui, déjà dans les années 80, parlait de « pays de Mikey ».

Monsieur le Président,

Dans quel autre pays que le nôtre en effet, des crimes de masse imprescriptibles, perpétrés contre des populations innocentes, peuvent-ils rester impunis, à l’ombre d’un Etat d’Urgence qui perdure et sous le couvert d’une loi scélérate d’autoamnistie, en violation totale de la Morale, de la Justice et du Droit international ?

Dans quel autre pays que le nôtre, a-t-on vu des barons de la hiérarchie militaire s’octroyer des droits régaliens sur le patrimoine national voire, aller se servir directement à la Banque d’Algérie, comme par exemple, lors des multiples déplacements à l’étranger de certains d’entre eux ? Comme si l’argent public était leur propriété. Pourquoi le Gouverneur de la Banque d’Algérie garde-t-il le silence sur de tels abus, alors qu’il est le gardien des fonds publics et de la monnaie ?

Dans quel autre pays que le nôtre, des pourparlers secrets en dehors de la consultation du peuple algérien – comme s’il n’existait pas – continuent d’avoir lieu, autour de la présence ou non de forces étrangères sur notre sol, sous le fallacieux prétexte de « lutte internationale contre le terrorisme » dont on voit les résultats aujourd’hui en Irak et en Afghanistan ?

Dans quel autre pays que le nôtre aura-t-on vu un délinquant à demi analphabète, devenir en quelques mois, le 3ème personnage de l’Etat et profiter de sa position pour obtenir des marchés publics portant sur des milliards de dinars, avec la complaisance de son ami et complice, alors ministre de l’agriculture ?

Dans quel autre pays que le nôtre, des ministres notoirement corrompus, continuent depuis des années et au mépris de l’opinion publique, de faire partie du gouvernement alors que l’un d’eux a même été publiquement stigmatisé et dénoncé par vous-même, M. le Président, sur une Chaîne télévisée internationale ?

Dans quel autre pays que le nôtre, des sommes colossales se montant à plusieurs dizaines de milliards de dollars sont placées à l’étranger dans l’opacité la plus totale, comme si le peuple algérien n’était en aucune manière concerné ?

Dans quel autre pays que le nôtre, des Institutions comme la Sonatrach, qui génère plus de 95% de nos revenus en devises, ou la Banque d’Algérie qui est le miroir de notre économie ne publient-elles jamais de bilans périodiques destinés à l’information des citoyens ?

Dans quel autre pays que le nôtre, tel leader syndicaliste véreux et plein de morgue, s’enorgueillit en pleine audience publique d’un Tribunal Correctionnel, quant à sa responsabilité, d’avoir placé plus 40 milliards de dinars de cotisations sociales des travailleurs, définitivement perdus dans la faillite de Khalifa Bank ?

Dans quel autre pays que le nôtre, a-t-on vu un ministre de l’Education nationale aussi incompétent que plein de suffisance, rester si longtemps à la tête de son département –16 ans ! – malgré sa responsabilité directe, lui et son équipe d’aventuriers pédagogiques dans la catastrophe qui frappe l’Ecole algérienne aujourd’hui sinistrée – tous cycles confondus – une catastrophe dont les effets se ressentiront pendant longtemps encore sur l’avenir de nos générations futures ?

Monsieur le Président,

De gros nuages noirs chargés de menaces, s’amoncellent aujourd’hui au-dessus d’une population algérienne minée, démoralisée, au bord de l’explosion, avec pour cadre, une scène politique délétère et corrompue, propice à toutes les conspirations, à toutes les compromissions, à toutes les trahisons contre la paix sociale et l’unité nationale. Aucune manipulation psychologique des foules, à l’image de cette grossière initiative de votre Premier Ministre M. Ouyahia – lui-même suspect de prévarications – et prétendant sans rire, combattre la corruption (!) ; aucuns discours creux ou promesses mensongères, ne pourront avoir de prise désormais, sur un mouvement de ras-le-bol collectif qui frise l’explosion et dont personne ne pourra prédire, ni le moment critique, ni les développements ni l’aboutissement.

Votre devoir de Chef d’Etat, Monsieur le Président est de réagir, promptement, énergiquement, patriotiquement, en vous détournant avec détermination, aussi bien des « BRQ » maquillés que des avis des « conseilleurs » et autres laudateurs professionnels qui sévissent dans les allées du pouvoir. Encore que certains semblent avoir déjà quitté le bateau qui coule.

L’Algérie va mal ! Le Peuple va mal ! Le régime, tout comme la quasi-totalité des dirigeants qui le composent – les civils comme les militaires – sont aujourd’hui définitivement usés, finis, discrédités ! L’Etat a besoin de se renouveler au plan des Hommes, au plan des Institutions, comme au plan des principes moraux qui doivent guider la bonne gouvernance et la bonne gestion des affaires du pays. Nul n’est indispensable pour l’Algérie, pas plus le général Médiène dit « Toufik » et ses séides que votre propre personne. Il vous suffit de visiter les cimetières !

0

0 0

Monsieur le Président,

En l’espace de moins de deux années – si Dieu vous prête vie – vous pouvez, si vous le voulez, grâce à vos pouvoirs constitutionnels, épargner à notre patrie, de nouveaux déchirements, de nouveaux désordres, de nouvelles tragédies, avec leur cortège de sang, de larmes et de misère tant morale que matérielle, qui mettraient sérieusement en péril cette fois-ci, l’unité-même de la Nation algérienne.

Le temps des « Conférences des Cadres » est révolu, M. le Président. Aujourd’hui, la sagesse vous commande d’annoncer solennellement au peuple algérien et au monde, la tenue, sous un délai maximum de deux ans, d’élections au suffrage universel, pour la mise en place d’une Assemblée Nationale Constituante. Une Assemblée authentiquement représentative de toutes les sensibilités politiques et de toutes les régions du pays, chargée de doter le pays d’une nouvelle Constitution d’inspiration authentiquement démocratique, garantissant l’ensemble des libertés publiques et des Droits de l’Homme, en particulier le respect de la dignité et de l’intégrité physique, psychique et morale de l’être humain. Une Constitution qui proclame solennellement l’indépendance du pouvoir Judiciaire et du pouvoir Législatif, vis-à-vis du pouvoir Exécutif.

Dans cet intervalle, vous vous saisirez pleinement de votre faculté constitutionnelle de légiférer par Ordonnances pour proclamer simultanément :

- la levée de l’Etat d’Urgence ;

- la dissolution de l’Assemblée Populaire Nationale

- la dissolution du Sénat ;

- la dissolution du Conseil Constitutionnel ;

- la destitution de tous les responsables civils et militaires sur qui, pèsent de graves présomptions de crimes imprescriptibles ;

- la nomination d’un Gouvernement d’Union Nationale pour la transition.

Ce Gouvernement sera en particulier chargé :

1 – de la gestion courante des affaires du pays ; des affaires civiles comme des affaires militaires ;

2 – de prendre toutes les mesures conservatoires, administratives, judiciaires ou financières nécessaires à la sauvegarde des intérêts supérieurs de la nation ;

3 – d’organiser dans toute la transparence requise, les élections d’une Assemblée Constituante.

La composition humaine d’un tel Gouvernement, devra refléter aussi fidèlement que possible, les sensibilités politiques, culturelles et régionales du pays dans ses diversités sociologiques, mais aussi les compétences scientifiques, techniques et managériales nécessaires à l’exercice de la fonction, que ces compétences se trouvent à l’intérieur du pays ou parmi nos compatriotes expatriés. Aucun ministre du gouvernement actuel ne devrait en faire partie. Question d’éthique !

Ce Gouvernement devra avoir toutes les prérogatives généralement dévolues à tout gouvernement de redressement national. En particulier le pouvoir de Réglementation par Décrets. Il sera habilité en particulier à requérir, en tant que de besoin, l’audition en Conseil de Gouvernement, de toute personnalité qu’il juge utile – civile ou militaire, quels que soit son rang ou son grade, à l’exception de la personne du Chef de l’Etat – ayant exercé ou exerçant encore, des responsabilités de gestion au sein de la haute Administration ou de commandement au sein de l’Armée, afin de s’assurer des meilleures conditions de fonctionnement de la période transitoire.

Dès la validation des mandats des membres de l’Assemblée Constituante et l’élection du Bureau et du Président de ladite Assemblée, cette Institution sera solennellement proclamée comme étant officiellement dépositaire de la Souveraineté nationale, conjointement avec vous-même, en tant que Président de la République, pour une nouvelle période transitoire d’une année qui sera consacrée à l’élaboration de la nouvelle Constitution. Dans les 6 mois qui suivront l’adoption et la publication de cette nouvelle Constitution, il sera procédé à l’élection simultanée, d’un nouveau Président de la République, et d’une nouvelle Assemblée Nationale. Cette simultanéité ayant pour objectif pédagogique de marquer psychologiquement dans l’esprit du citoyen-électeur, la distinction entre les deux pouvoirs : l’Exécutif et le Législatif. .

Telles sont je crois, Monsieur le Président, en mon âme et conscience de citoyen, les démarches urgentes qui me paraissent propres à casser l’élan de cette course vers le chaos et l’abîme, dans laquelle semble actuellement s’engager une fois de plus, notre pauvre pays.

Refusez que le sang des algériens soit de nouveau versé, Monsieur le Président ! Et saisissez la chance providentielle de vous retirer élégamment de la scène politique, par la grande porte de l’Histoire.

(1) http://www.hoggar.org/index.php?option=com_content&task=view&id=335&Itemid=64

Share:

Tuesday, February 09, 2010

Le peuple algérien doit réagir ! . الـشـعـب الـجـزائـري مـطـالَـب بـاتـخـاذ مـوقـفـه



تـشـهـد بلادنـا مـنـذ أيـام أحـدثـا غـامـضـة، ذات صـلـة بـالمـعـارك الـجـوفـيـة الـتـي نـشـبـت مـا بـيـن الـعُـصـب الـتـي تـتـقـاسـم الـحـكـم. وبـصـرف الـنـظـر عـن مـضـمـونـهـا، لـقـد كـشـفـت لـنـا هـذه الأحـداث، الـوجـه الًـحـقـيـقـي للـصوص الـذيـن اسـتـولـوا عـلـى الـسـلـطـة والـمـوارد الـحـيـويـة لـوطـنـنـا.

إنٌ تـفـشـي هـذه الـحـالـة مـن الـفـسـاد والـنـهـب لـثـروات الـبـلاد تـسـتـدعـي مـنٌـا جـمـيـعـا، ردٌ فـعـل قـويٌ وطـارئ، إذ أنٌ الـجـزائـر، هـيٌ لـكـل الـجـزائـريٌـات والـجـزائـريٌيـن.، ونـرفـض بـتـاتـاً أن تـصـبـح مُـلـكـا خـاصـاً لـعُـصـب عـمـيـلـة أوْ غـنـيـمـة بـيـد الـسٌـفـاحـيـن.

وضـمـن هـذا الـمـفـهـوم، أودٌ طـرح مـبـادرتـي هـذه، لـنـقـاش هـادئ مـن طـرف كـل الـمـواطـنـيـن الـمـعـنـيٌـيـن:

يـتـعـلـق الأمـر بـإنـشـاء تـنـسـيـقـيـات مـن أعـضـاء جـالـيـاتـنـا الـنـزهـاء، الأحـرار – بأوروبـا، وكـنـدا، والولايـات الـمـتـحـدة، وفي كـل مـواطـن الـهـجـرة – بـهـدف الـبـحـث عـن الأرصـدة الـمـالـيـة الـمـودعـة هـنـاك مـن طـرف بـارونـات الـنـظـام حـتـى نـلاحـقـهـم قـضـائـيـا لـذي الـسـلـطـات الـقـضـائـيـة لـتـلـكـم الـبـلـدان، تـحـت تـهـم الاخـتـلاس والـتبـديـد لأمـوال عـمـومـيـة تـعـود للـشـعـب الـجـزائـري.

سـوف تـتـسـع رقـعـة هـذه الـمـبـادرة وتـأخـذ مـنـحـا إيـجـابـي سـيـؤدي – بـحـول الله – إلـى اسـتـرجـاع أمـوال الـشـعـب الـمـخـتـلـسـة. وهـكـذا، سـيـرى الـمـلأ عـبـر الـعـالـم، أنٌ الـجـزائـر لـيـسـت بـتـلـكـم اللـقـمـة الـسـائـغـة فـي أفـواه الـغـيـلان الـنـابـعـيـن مـن بـطـون الـفـسـاد و اللاشـرعـيـة الـذيـن طـالـمـا نـالـوا مـن خـيـراتـهـا وسـمـعـتـهـا.

كـمـا ألـتـمـس مـن مـجـمـوعـة « نـداء 19 مـارس 2009″ وممـن انـضـمـوا إلـيـهـا عـلـى سـواء، وكـذا مـن كـل حـركـات الـمـعـارضة الـحـقـيـقـيـة، أن تـتـبـنٌـى مـبـادرتـنـا هـذه لـنـقـف جـمـيـعـا إلـى جـانـب مـواطـنـيـنـا، إذ يـنـبـغـي لـهـذه الانـتـفـاضـة أن تـكـون انـتـفـاضـة شـعـب بـكـامـلـه.

وأنـاشـد فـي هـذا الـمـضمـار، مـواطـنـيـنـا مـن رجـال الـقـانـون، لـيـسـاهـمـوا بـخـبـرتـهـم عـلـى قـولـبـة هـذه الـمـبـادرة فـي الـصٌـيـغـة الـمـوافـقـة للـقـانـون الـجـزائي الـدولـي مـن أجـل مـتـابـعـة الـمـتـهـمـيـن ومـحـاكـمـتـهـم واسـتـرجـاع الـخـزيـنـة الـجـزائـريـة كـل الأمـوال الـمـخـتـلـسـة مـن طـرف الـمـجـرمـيـن الـذيـن تـسـبـبـوا فـي إهـدار الـمـلـيـارات مـن الـنـقـود وألـحـقـوا خـسـائـر لا تـحـصـى ولا تُـعـد، بـالـبـلاد والـعـبـاد.

وأخـيـراً نـتـرك للـتـاريـخ وحـده، أن يـحـكـم عـلـى مـن يـقف إلـى جـانـب اللـصـوص والـمـجـرمـيـن الـعـمـلاء ومـن يـقـف إلـى جـانـب الـشـعـب والـوطـن.

د. صلاح الدين سيدهم

ناشط في مجال حقوق الانسان

الجزائر 09 فبراير2010

================================================

Des évènements troubles se déroulent depuis quelque temps dans notre pays, en relation avec les luttes souterraines des clans qui se partagent le pouvoir. Nonobstant leur contenu, ces événements nous permettent d’observer sous leur vrai jour les grands prédateurs qui ont fait main basse sur le pouvoir et sur les ressources vitales de notre pays. Cette grave situation de corruption généralisée et de dilapidation des richesses de notre pays requiert de nous tous, une réaction énergique et immédiate. L’Algérie est la patrie de toutes les Algériennes et de tous les Algériens. Nous refusons qu’elle se transforme en propriété privée d’une caste félonne, ou en butin de guerre d’une minorité de criminels.

Dans cet esprit, je soumets cette initiative en demandant à tous les patriotes d’en débattre sereinement :

Il s’agit de la mise en place – en Europe, au Canada, aux USA, voire partout où se trouvent des algériens – de coordinations composées de patriotes libres et intègres, qui enquêteraient sur les avoirs des barons du régime à l’étranger et qui porteraient systématiquement les faits à la connaissance de nos concitoyens, afin de faire poursuivre en justice dans ces pays-mêmes, les criminels auteurs de détournements de fonds publics, appartenant au peuple algérien.

Progressivement, cette initiative s’étofferait et cette action de salubrité publique deviendrait – avec l’aide de Dieu – de plus en plus positive, ayant pour finalité, le recouvrement par le Trésor Public Algérien, des fonds détournés. Ainsi, nous démontrerons au monde entier que l’Algérie n’est pas une manne en déshérence ni une proie facile et que le Peuple algérien est décidé à se défendre contre les ogres insatiables, secrétés par un pouvoir illégitime et corrompu qui a rongé le pays et terni sa réputation.

Je demande à nos ami(e)s de l’Appel du 19 mars – signataires et autres adhérents à notre démarche – ainsi qu’à tous les mouvements de l’opposition réelle, de s’impliquer dans cette initiative, aux côtés de nos compatriotes. Parce que ce sursaut doit être celui de tout le peuple algérien.

J’invite aussi tous nos compatriotes juristes de formation, qui se sentent concernés par cet appel à réagir en se penchant sur les voies et moyens que le Droit International a prévus, pour la saisine des Instances Pénales Internationales contre les criminels auteurs de ces détournements massifs, perpétrés au préjudice du Peuple algérien.

Il appartiendra à l’Histoire seule, de juger entre ceux qui se positionnent aux cotés des prédateurs, des criminels et des félons et ceux qui prennent position aux cotés de leur peuple et de leur patrie.

Docteur Salah Eddine Sidhoum

Militant des Droits de l’Homme.

Alger le 09 février 2010


http://www.lequotidienalgerie.org


Share:

Blog Archive

Support


Definition List

Just Foreign Policy Iraqi Death Estimator

Unordered List