شبكة الإستخبارات الإسلامية

"They plot and plan but ALLAH also plans and ALLAH is the best of Planners." Qur’an VIII – 30

‘’ويمكرون ويمكر الله والله خير الماكرين ‘’: قال الله عزَّ وجل

سورة الأنفال

رضيت بالله ربا و بالإسلام دينا و بمحمد صلى الله عليه و سلم نبيا رسولا لا إلـه إلا اللـه ... محمد رسـول اللـه

This is default featured slide 1 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 2 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 3 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 4 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 5 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

Showing posts with label Terrorisme Francais. Show all posts
Showing posts with label Terrorisme Francais. Show all posts

Saturday, March 16, 2013

Affaire Merah: la mère d’une victime accuse Valls de « cacher des choses »

MISE A JOUR  DIMANCHE 24 MARS 2013, 21H02 GMT:

SELON LE TALMUD OBAMA SERAIT L'ANTECHRIST ET LE MACHIAH LE MESSI... L'INVERSION SIONISTE PAR EXCELLENCE. LE RAV BIDULE EXPLIQUE BIEN QU'APRES AVOIR LIQUIDE OBAMA, ET LES USA (LE DOLLARS), ISRAEL TOURNE LA PAGE DE L'EXILE ET SE LIBERE TOTALEMENT. CA VEUT DIRE ISRAEL PREND LE POUVOIR ET LE LEADERSHIP MONDIAL


L'election de Barack Obama d'apres les secrets de la Torah...

- Le mini age de glace est arrive, l'hivers est plus long et rude, l'ete plus chaud, sec, le niveau des mers, lacs et rivieres descend rapidement, lire ici

Share:

Saturday, March 09, 2013

Operation Merah: Les reseaux juifs sionistes extremistes de la maison mossad-pasqua, auteure derriere les derniers documentaires sur l'affaire, se revelent au grand jour et le role qu'ils ont joue se confirme a l'insu de leur plein gre!

Crevez de votre rage talmudique, chiens de Sion!

MISE A JOUR VENDREDI 15 MARS 2013, 20H38 GMT:

Selon des agents du renseignement militaire US au Moyen Orient, le film prime aux oscars ARGO est une operation israelienne visant a preparer un assault preparatoire sur l'Iran des ce printemps avant de lancer une invasion terrestre par le Nord et l'Azerbaidjan. Ces fonctionnaires americains parlent egalement de projets de destabilisation du Pakistan via la Coree du Nord et de la destruction de toute l'Afrique et la bande du Sahel et l'atomisation des pays du Maghreb, lire ici, et ici

- L'etat profond francais, c'est-a-dire Israel, finance les guerres civiles libyennes, syriennes et tunisiennes. Tout comme l'etat francais a ordonne le coup d 'etat a Alger en 1992 suite a la victoire du FIS et les services franco-israeliens ont finance, arme la guerre civile en Algerie. Les cas syriens et libyens ont ete longuement detailles et seuls les faibles d'esprits croient encore aux fables et mythes sionistes des agents de l'etat francais comme un certain Burgat qui nous ressort l'antienne de 'la guerre confessionnelle' ou le 'massacre des minorites non-Musulmanes' soit par le larbin d'Al Assad dont la France a installe le pere au pouvoir a Damas, soit par des groupes de mercenaires entraines, armes par les services occidentaux et finances par des israelites, deguises en Musulmans, a Ryadh ou Doha, Abu Dhabi ou Koweit. 
Share:

Wednesday, September 19, 2012

Operation Merah: Le peuple francais a decouvert que l'etat francais et ses administrations (interieur, defense, justice, affaires etrangeres) etaient totalement corrompus, qui pour rester au pouvoir, n'hesitaient pas a monter des operations barbouzes entrainant la France dans une guerre civile au nom de la 'defense d'Israel'

MISE A JOUR URGENT, MERCREDI 19 SEPTEMBRE 2012:  LES CARICATURES DES EXTREMISTES JUIFS SIONISTES DE CHARLIE HEBDO NE SONT PAS ANODINES. ISRAEL VIENT DE LANCER DES EXERCICES MILITAIRES SANS PRECEDENTS, CONFIRMANT NOS DOUTES SUR UNE POSSIBLE ATTAQUE SUR LE LIBAN ET LE GOLAN SYRIEN POUR FAIRE RE-ELIRE NETANYAHU LORS DES PROCHAINES ELECTIONS ISRAELIENNES, VOIR MON ARTICLE AU BAS DE LA PAGE PUBLIE IL Y A UNE DIZAINE DE JOURS, VOIR LE SINAI EGYPTIEN, LIRE ICI. APRES L'ELIMINATION DE L'AMBASSADEUR US A BENGHAZI, ET LE FILM PROVOCATEUR ANTI-MUSULMAN, NETANYAHU CHERCHE A FORCER LA MAIN ET RESTER AU POUVOIR COMME SARKOZY L'A FAIT EN FRANCE AVEC 'L'OPERATION MERAH'. NOUS DEMANDONS DONC AUX MUSULMANS ET LEURS ALLIES ET AMIS DE SORTIR MANIFESTER CE WEEK END ET D'IGNORER LES ACTES IRRESPONSABLES DE AYRAULT, AVEC SERVICES D'ORDRES DISUASIFS, CAR ISRAEL LANCERA L'OFFENSIVE POUR LE 25 SEPTEMBRE QUI EST YOM KIPOUR. NOUS TENONS RESPONSABLES L'ETAT FRANCAIS POUR TOUS LES DEBORDEMENTS ET TOUS LES MORTS ET LE PREMIER MINISTRE AYRAULT QUI SAIT EXACTEMENT QUE CHARLIE HEBDO EST UNE OFFICINE RACISTE ISRAELIENNE ACTIVANT EN FRANCE POUR PROVOQUER UNE GUERRE CIVILE AU NOM DE LA DEFENSE DES INTERETS ISRAELIENS. EN EMPECHANT LES MUSULMANS D'EXPRIMER SAINEMENT LEURS INDIGNATIONS ET LEURS SOLIDARITES A DES PAYS MUSULMANS, SOUVERAINS, MENACES D'INVASION PAR ISRAEL, IL EST TOTALEMENT COMPLICE DES ACTIONS DE NETANYAHU. ABU-SULEYMAN

 

VIDEO: Affaire Merah : la faillite des médias 

 Par Hicham Hamza,

http://hichamhamza.wordpress.com/

Le site d’”Arrêt sur images” a consacré cet été une longue émission au sujet de l’affaire Merah. Objectif du débat : repérer, pour mieux les dénoncer, les traces de “complotisme” sur Internet à propos de la version officielle. Ironie du sort, cette volonté consistant à caricaturer tout sceptique en conspirationniste s’est retournée au fur et à mesure que les principaux débatteurs s’embourbaient dans des explications oiseuses pour dissiper certaines questions cruciales.

Share:

Thursday, June 23, 2011

Trois mois apres le debut de la guerre civile en Libye, la Chine entreprend de detruire le systeme bancaire francais au travers de la dette grecque et britannique au travers des dettes espagnole et portuguaise. La flambée organisée des prix du petrole et du gaz pour soutenir le dollar mourrant mettront le gouvernement francais en faillite totale d'ici a Decembre 2011. En Septembre, suite a la faillite de l'economie japonaise, la banque israelienne Goldman sucks frappera les epargnants francais, europeens volant tout ce qui est possible de voler

MESSAGE URGENT A L'ADRESSE DES MUSULMANS VIVANT AU MAGHREB, SAHEL, AFRIQUE, EUROPE. PREPAREZ-VOUS AU COMBAT  ET A LA GUERRE CIVILE ORGANISEE PAR LE GOUVERNEMENT FRANCAIS!


Nous conseillons de maniere urgente a tous les Musulmans de France, Angleterre, Allemagne, Italie, Espagne, Maghreb, Afrique dont le systeme bancaire est sous tutelle du syteme colonial bancaire francais, de retirer immediatement toutes leurs economies et de trouver soit des lieux surs, soit de convertir son argent en achetant de l'or (bijoux, etc) soit de l'argent metal, soit des biens immobiliers. Si vous laissez vos economies en banque le gouvernement francais vous le prendra par la force pour payer la dette des banques francaises en Grece, Espagne et Europe de l'Est. Lisez l'article ci-dessous. Peparez-vous a un manque de liquidité pour le mois de Ramadhan partout en Afrique et en France, du fait des reseaux bancaires afro-maghrebins sous tutelle coloniale de Paris. Les chinois ont prevu de laisser s'effondrer les principales banques francaises en represaille a l'attaque sur la Libye pour affaiblir la France-Israel au Maghreb-Sahel et reprendre la main sur les mines d'uranium d'Imarouene au Niger par exemple, ou la captation des champ de gaz algeriens et libyens.  

Share:

Monday, December 06, 2010

'L'anti-terrorisme' francais fonctionne exactement sur le model de la repression coloniale israelienne. Il est basé sur le mensonge, la falsification de documents officiels et l'utilisation massive de la torture. Le role de 'l'anti-terrorisme' francais est de couvrir le terrorisme de l'etat francais et de ses faux groupes islamiques (comme le GIA/AQMI) dans ses colonies en Afrique pour perpetuer le vols des richesses et faire la chasse aux veritables opposants politiques afro-maghrebins. La legislation sert a couvrir et maintenir les criminels de guerre francais et leur pantins afro-maghrebins hors d'atteintes des juridictions internationales en faisant condamner les opposants politiques pour terrorisme!

'L'anti-terrorisme francais' ou l'art de legiferer contre l'ennemi geo-stratégique Musulman pour maintenir les colonies afro-maghrebines dans le pre-carré francais a l'aide du terrorisme d'Etats.



Selon les telex de Wikileaks, le model francais 'anti-terroriste' serait loué par les officiels américains, qui en matiere de violations des droits sont a la tete du peloton avec Israel et la France. Pourquoi ? Quel est le but de la manipulation en filigrane ?


Share:

Wednesday, September 22, 2010

Guerre civile en France : Confirmation que les 7 otages au Niger sont aux mains des services franco-israeliens


MISE A JOUR IMPORTANTE 23 SEPTEMBRE 2010, 16H21 (TEMPS UNIVERSEL): INTERCEPTION DES COMMUNICATIONS DES SERVICES FRANCAIS VERS PARIS. LES SERVICES FRANCAIS VIENNENT D'ENVOYER UNE CASSETTE VIDEO DES  7 OTAGES A AL JAZEERA IL Y A QUELQUES MINUTES, LA FRANCE-ISRAEL A APPOSE LE LOGO AQMI, LE DRS-DST LES VOIX DES MERCENAIRES...

Le Niger, comme la Mauritanie, le Mali, tout le Maghreb étant sous le control total et direct de la France-Israel et de son gouvernement de racistes et de poseurs de bombes (sur la photo, la racaille de l'extreme droite juive sioniste Sarkozy et son nouveau pantin Tandji installé depuis peu par les services francais).


Des sources touaregues dans la region nous confirment que les ravisseurs ont travaillé pour la sécurité d'Areva et sont liés aux trafics de drogue dans la region, au Maghreb et dans le sud de l'Europe (Espagne, Corse, Sardaigne, sud de l'Italie). Toujours selon des sources touaregues locales, plusieurs groupes armés utilisent des telephones satellites de fabrications francaises et sont en contact direct avec des élements francais travaillant comme 'conseillers-instructeurs' dans les armées nigeriennes, maliennes ou mauritaniennes et que ce sont ces éléments francais qui ont enlevé indirectement les otages d'Areva avec l'aides de leurs reseaux de trafiquants de drogue locaux qui sont etrangement puissament armés. 

Share:

Wednesday, July 21, 2010

Recolonisation de l'Afrique par la France-Israel


France : Le défilé du 14 juillet, Le post-colonialisme en action

Share:

Sunday, March 28, 2010

La ‘Séparation de l’Église/Synagogue de l’État’ n’est qu’un mythe !



L’État est comme une Église qui ne peut se séparer de ses adeptes. L’État ne peut séparer le religieux comme le non-religieux de l’État vivant. Les humains font de l’État un organisme vivant qui respire alors que sans eux, l’État ne fonctionne pas; il existe toujours, mais il est mort.


Alors qu’un peuple peut facilement identifier une Église, un Temple, une Mosquée (des bâtisses ou institutions) et leurs adeptes dans toutes leurs diversités, le même exercice n’est pas tout à fait évident dans l’identification de l’État. Qu’est-ce un État? Est-il un être humain, une structure (physique ou abstraite), ou tous en même temps ? Pourquoi séparer l’Église de l’État ? Dans le contexte de la dite séparation de l’Église obscurantiste de l’État éclairé, concept qui émane de la laïcité française, on procèdera à apporter une définition du terme tout en analysant si l’Église peut être réellement séparée de l’État ou si elle forme toujours parti intégrante de cet État.

« L’État c’est moi », Louis XIV

État est dérivé du latin, status, qui veut dire « être debout ». En nom propre, « l'Etat désigne la personne morale de droit public qui, sur le plan juridique, représente une collectivité, un peuple ou une nation, à l'intérieur ou à l'extérieur d'un territoire déterminé sur lequel elle exerce le pouvoir suprême, la souveraineté. » Par extension « l'État désigne l'ensemble des institutions et des services qui permettent de gouverner et d'administrer un pays : ministères, directions, préfectures, délégations, administrations déconcentrées ou décentralisées ». État est aussi synonyme de « pays ». [Source : Dictionnaire politique].

Quand Louis XIV exaltait « l’État c’est moi », il voulait dire qu’un tel pouvoir suprême aussi bien que les structures pour appliquer ce pouvoir étaient investis en sa personne. L’État, tel qu’on le connaît, est incarné par le gouvernement qui est mis en place par les humains et fonctionne également par les humains pour les humains, les animaux, l’environnement, etc. Les personnes qui font fonctionner l’État incluent les représentants du peuple, les leaders, les fonctionnaires, les juges, les soldats, ainsi de suite. Et ces personnes peuvent être des athées ou des adeptes de diverses religions. Ils sont tous les employés de l’État. Mais qui emploie l’État ? C’est le peuple, y compris les employés de l’État eux-mêmes. Les gouvernants ne sont pas réellement séparés des gouvernés (non-gouvernants), mais ces derniers doivent se plier aux dictats des gouvernants.

« L’État, c’est nous »

Mais la philosophie de l’État est une abstraction qui peut bien exister sans un peuple pour gouverner. Robinson Crusoé peut bien concevoir un tel État. Si on comprend l’État uniquement comme un concept structuré, on peut dire que l’État n’a pas de religion. Il n’a pas de cœur, pas de cervelle; il ne pense pas; il est un imbécile; il est muet ; il est sourd ; il ne mange pas et ne boit pas.

Mais les humains font de l’État un organisme vivant qui respire alors que sans eux, l’État ne fonctionne pas; il existe toujours, mais il est mort. Pour abriter les êtres humains qui font fonctionner l’État, il nous faut des structures physiques qui ne sont que des symboles de l’État et non l’État en lui-même. L’État est alors infesté par des êtres humains qui gouvernent. Mais le peuple non-gouvernant n’est pas la propriété de l’État. Le peuple est représenté par et forme parti de l’État. « L’État, c’est nous ».

‘Séparation de l’Église de l’État’

Il va de soi que l’État reconnaisse, représente et adopte les diversités légitimes du peuple. En dépit de la propagande, l’État ne peut jamais être laïque, car il ne peut séparer le religieux comme le non-religieux et leurs institutions respectives de l’État vivant. La séparation de l’Église de l’État n’existe pas, même dans les pays européens qui revendiquent cette philosophie, par exemple, la France qui inventa la politique de la laïcité, terme emprunté à l’Église catholique [v. la philosophie des années lumières européennes]. Malgré qu’elle se professe laïque, la France est dirigée et contrôlée par les synagogues et les églises, et elle a non seulement aidé à créer avec force l’État juif en Palestine, mais elle soutient, finance et s’identifie même avec cet État religieux et d’apartheid.

« La séparation de l’Église de l’État » est une doctrine qui s’applique à l’Église catholique dans la France post-révolutionnaire en raison des circonstances propres à cette dernière. Cependant, on ne dira pas la séparation de la Mosquée ou du Temple hindouiste de l’État. Mais, la doctrine a été élargie pour inclure toutes les institutions religieuses, et imposées même au-delà de la France à travers le colonialisme (ou le néo-colonialisme).

Un religieux qui veut le bien-être de ses semblables a parfaitement le droit de revendiquer leurs droits politiques et économiques. Il a tout le droit d’audience avec le Chef d’État, et vice versa. Dans un sens, l’État est comme une Église qui ne peut se séparer de ses adeptes.

L’État n’est pas une invention grecque

Le principe de l’État prédate la civilisation grecque. C’est fort connu que l’Europe n’aime toujours s’identifier qu’avec la civilisation grecque parce que les Grecs sont considérés ‘blancs’ et chrétiens. En réalité l’État grec n’était que très rudimentaire. Ce n’est que subséquemment que les Européens ont incorporé et adopté bien des éléments non grecs dans ce concept tout en les faisant passer pour des concepts purement occidentaux, par exemple, les droits humains, l’émancipation de la femme, l’État de Droit, l’équité en justice, le système égalitaire, la sécurité sociale, le respect d’autres religions et cultures, et davantage.

Le Khilâfah (Califate) est un example de l’État basé sur les principes islamiques [VIIeme s.]. L’Islam n’est pas uniquement une religion, mais un État, et un mode de vie (diin) complet. Selon Bertrand Russel, l’Islam fut une religion politique dès son origine. [Ref. Dictionary of Mind, Matter & Morals]. Cependant, l’État islamique est un État civil et non un état religieux comme le Vatican parce qu’il doit obligatoirement reconnaître et respecter toutes les religions. Genghis Khan [1162–1227], né Témujin, qui originalement combattait les Musulmans avant de se convertir à l’Islam, gouvernait par les codes civils et militaires, appelés Yassa. Il incorpora bien de principes islamiques dans son État. Il ne s’attachait pas à l’appartenance ethnique et à la race mais à la méritocratie. L’Islam ne reconnaît qu’une race, seule la race humaine. L’Empire mongol était ethniquement et culturellement l’un des plus divers de l’histoire. Il pratiquait la tolérance religieuse parce que la tradition mongole a toujours soutenu que la religion est un concept personnel qui ne devrait pas être sujet à la loi ou à l’ingérence. Précédant sa mort, Genghis Khan voulait créer un État civil sous le Grand Yassa en faveur de l’égalité pour tous, y compris les femmes. L’État grec, par contre, n’avait pas ces qualités. À rappeler que la civilisation grecque est redevable à la civilisation égyptienne et aryenne, et non vice versa, et que la Civilisation de la Vallée de l’Indus, n’ont pas non plus appris les principes de l’État chez les Grecs. [Réf. « Stolen Legacy: Greek Philosophy is Stolen Egyptian Philosophy » de George G.M. James.]

Conclusion

Grâce à une férocité inégalable dans l’histoire, le colonialisme et l’impérialisme occidentaux ne reculèrent devant aucun génocide et culturocide, et démantelèrent tous les autres systèmes étatiques bien supérieurs aux leurs. Des centaines de pays subirent le sort de l’Hindoustan, réputé pour ses richesses, et son État moderne et pluriculturel, en voyant leurs richesses spoliées, leurs cultures détruites, et leurs systèmes de gouvernance imposés aux vaincus, sans oublier l’institutionnalisation du racisme à l’occidental, et en glorifiant tout ce qui était (ou qu’ils disaient être) de Grèce. C’est à travers des guerres d’agression d’une violence extrême et une politique très britannique de « diviser pour régner » qu’ils réussirent à démolir les empires mongol et ottoman qui ont civilisé plus de la moitié du monde. Par exemple, l’empereur Jalaluddin Muhammad Akbar est mentionné dans l’Encyclopédie britannique comme le plus grand empereur de l’histoire, et l’Hindoustan unifié par les Mongols comme un État moderne.

Les Européens sont militairement supérieurs. Ils ont inventé les bombes nucléaires, hydrogène et à neutron qu’ils ne veulent pas que les autres possèdent. Ils ont inventé le capitalisme sauvage à travers lequel ils asservissent et exploitent les peuples du monde entier. Ils manipulent les principes de l’État à leurs bénéfices. Ils passent de lois fascistes et oppressives et créent des camps de concentration et de torture. Alors qu’ils sont toujours dirigés par leurs Églises, Synagogues et Loges franc-maçonniques, ils nous aveuglent en imposant le mythe de la Séparation de l’Église de l’État chez eux comme dans les pays qu’ils exploitent par un capitalisme sauvage d’État ou qu’ils occupent militairement, et contrôlent politiquement et économiquement. Dans un monde ‘démocratiquement’ capitaliste ou une petite minorité possède et contrôle la grande majorité des ressources et richesses, tout État est aussi sujette aux dictats d’un Super État capitaliste et suprématiste dont les symboles sont la Banque Mondiale et les Nations Unis contrôlés par les Sionistes, la CIA et bien d’autres.

M Rafic Soormally

Londres / 27 mars 2010

Share:

Monday, August 17, 2009

Arctic Sea : une operation terroriste franco-israelienne avortée ?


Il semblerait que les Russes recherchent encore du materiel nucleaire en France pouvant servir lors d'attentats a la bombe sale.... L'Arctic Sea a emis plusieurs messages cryptés lorsqu'il passait par la Manche, ces messages ont été retranscrits et decodés et prouvent encore une fois que le piratage du bateau, transportant du materiel nucleaire, est bien le fait de la mafia juive sioniste... En accusant Sarkosy et Netayahu, les russes n'ont fait que retarder l'operation sioniste, il semblerait que le materiel ait ete debarque, une partie en France, d'ou l'exces de communication du gouvernement francais... Sarkosy affirme qu'il a intercepte avec l'aide des britanniques et des suedois une livraison de tetes nucleaires vers l'Algerie, apparement ces tetes nucleaires serviront lors de prochaines operations franco-israeliennes, et ca les russes l'ont bien fait savoir autour d'eux ....
Les israeliens qui dirigent l'OTAN depuis Washington auraient eut la preuve que les russes et les chinois livrent des tetes nucleaires ou reorganisent leurs defenses en faisant livrer des armes de types NBC dans l'eventualité de frappes, en représailles d'un conflit qui pourrait debuter en Iran dans les jours qui viennent, dans le cadre de leur collaboration avec plusieurs pays africains, asiatiques ou sud americains ... Le fait que les britanniques et les francais menacent les interets chinois en Algerie au travers de fantomatiques groupes islamiques est le signe que les debats ont pris une tournure planetaire et que l'extension du conflit au Moyen Orient, en Afghanistan/Pakistan et en Asie Centrale ne plait pas du tout aux chinois , russes, et meme aux indiens qui ont evité l'engrenage des faux attentats de Mumbai, orchestrée par la branche israelienne de la CIA...
Ce qui pensaient que la guerre serait limitée aux regions du Moyen Orient et aux alentours et que l'occient ne serait pas touché devrait repenser leurs plans. Il ne fait plus aucun doute maintenant que les iraniens, ou les syriens sont dotés de capacites de frappes de type NBC... mais Netanayhu et ses pantins europeens, dont le psychopate Sarkosy, se voient sortir vainqueur de leur prochaine bataille pour la survie d'Israel ...
Abu Suleyman


Disparition de l'«Arctic Sea»: Entre espions, pirates, mafia et silence d'Etat



par M. S., Le Quotidien d'Oran, 17 août 2009


Le bon port de Béjaïa a-t-il échappé à une cargaison radioactive de l'Arctic Sea ? Non, jure l'Autorité finlandaise de la sécurité nucléaire. Mais le manque de communication sur cette ténébreuse affaire alimente toutes les spéculations.



Tous les ingrédients d'un grand feuilleton d'espionnage sont réunis dans l'affaire de l'Arctic Sea parti de Finlande mais qui a raté, de gré ou de force, sa destination béjaouie pour les eaux lointaines du Cap-Vert: un «casting international», de «l'action» avec une ou deux attaques menées par des hommes armés et, last but not least, une demande de rançon. Celle-ci serait de 1,5 million de dollars. Trop peu, pensent les observateurs, pour des «pirates» qui se sont donné tant de mal pour s'emparer d'un navire au large de la Suède ou du Portugal pour l'emmener si loin de sa destination prévue. Cela ne rend que plus mystérieuse cette affaire où les pirates présumés peuvent tout aussi être des membres de services spéciaux. Ce qui accroît l'atmosphère de roman d'espionnage est qu'aucune des informations distillées n'est certaine. Pas même la localisation de l'Arctic Sea au large des eaux du Cap-Vert. Le feuilleton mystérieux s'est corsé avec une rumeur «radioactive» que l'Autorité finlandaise de sécurité nucléaire (Stuk) a dû démentir avec une vigueur remarquable mais qui pourrait ne pas convaincre des imaginatifs. Ceux-ci peuvent avancer l'argument «rationnel» que les péripéties troubles qui entourent l'Arctic Sea deviennent plus plausibles s'il avait une cargaison d'armes ou des produits radioactifs au lieu de la banale cargaison de bois. En tout cas, un pompier soupçonneux, qualifié «d'imbécile» par le directeur général de la Stuk, Jukka Laaksonen, a bien effectué une mesure de radioactivité, qui s'est avérée négative, sur l'Arctic Sea avant son appareillage depuis le port finlandais de Pietarsaari (ouest).

«Affaire ultrasensible»

«Un pompier, pour une raison inconnue, a pensé qu'il pourrait y avoir de la matière radioactive dans le chargement et c'était une idée absolument stupide. Il n'y avait aucune raison de penser ça. Ils ont commencé à mesurer avec un simple compteur et ils n'ont rien trouvé». La véhémence avec laquelle le patron de la Stuk s'attaque au pompier «imbécile», dont l'action a permis en théorie d'éliminer l'hypothèse de produits radioactifs, est en tout cas fort curieuse et n'est pas de nature à faire «oublier cette idée idiote». En tout cas, la marine russe est aux trousses de l'Arctic Sea. Et dans cette «affaire ultrasensible», pour reprendre les termes d'une agence de presse, une coordination des efforts et des échanges d'informations a été établie entre la Russie et l'Otan. Cette coordination a été confirmée par l'ambassadeur russe auprès de l'Otan, Dmitri Rogozine. La Commission européenne qui avait révélé l'existence d'une deuxième attaque contre l'Arctic Sea au «large du Portugal» aura apporté sa contribution aux mystères qui entourent l'affaire en indiquant que l'attaque n'aurait «rien à voir avec des actes de piraterie traditionnelle ou une attaque armée en pleine mer». Le Bureau national d'enquêtes de la police finlandaise, qui a révélé la demande de rançon transmise à l'armateur de l'Arctic Sea, la société finlandaise Sol Chart, est peu loquace.



Les prochains ingrédients au prochain épisode ?

Le chef du Bureau national d'enquêtes de la police finlandaise, Jan Nyholm, a évoqué un «détournement présumé» mais s'est refusé à donner le moindre détail sur la position du bateau, le sort de l'équipage russe et des raisons qui expliquent cette disparition. Pour lui, l'enquête a pris une dimension internationale et implique une vingtaine de pays et il est nécessaire de ne pas «la mettre en péril». Les Russes dont la marine est partie à la chasse à l'Arctic Sea ne sont pas également communicatifs. Ni sur la position du cargo ou sur leurs intentions au cas où ils le retrouvent. La marine russe organisera un autre abordage musclé - le troisième depuis le début du feuilleton - pour libérer des marins russes, présumés en otage ? Sont-ils d'ailleurs des otages ? Il n'y a que des questions dans cette affaire, très peu traditionnelles. Que contenait ce navire, une simple cargaison de bois qui n'est jamais arrivée à Béjaïa ou quelque chose de plus «sensible»... Il faudra attendre le prochain épisode qui pourrait ne pas apporter de clarifications, mais de nouveaux ingrédients pour un feuilleton estival planétaire...
Share:

Thursday, March 12, 2009

A peine mis en ligne, le site du Sheykh Ali Benhadj piraté

Qui est derrière « Assawt-Alhor » (La voix du Libre), http://www.assawt-alhor.com/index.html le site internet du cheikh Ali Benhadj ? Pourquoi ces tentatives de piraterie dont il fait l’objet et qui veut faire taire cette voix libre qui dérange les ennemis de la liberté d’expression ? Réponses en toute clarté

Par Hichem ABOUD

Interdit d’action et de parole, le cheikh Ali Benhadj, ne pouvait rester les bras croisés et laisser faire ses adversaires qui se recrutent parmi les ennemis de l’Algérie. Pour braver ces interdictions il a créé, comme beaucoup de gens dans le monde, un site internet. Quoi de plus normal !

A peine quelques jours se sont écoulés sur son lancement que le nouveau né de la blogosphère a fait l’objet d’attaques directes et indirectes. Certains n’ont pas hésité à franchir le pas pour attribuer la paternité de cet espace de liberté à l’organisation d’« Al-Qaeda au Maghreb Islamique ». D’autres ont été se précipiter sur le « who is » pour obtenir les coordonnées des responsables administratifs et techniques du site ainsi que leurs coordonnées.

Si cela ne s’arrêtait qu’à ces curiosités et autres colportages de rumeurs et de fausses propagandes, on n’aurait jamais pris la peine de perdre notre temps à leur répondre. Malheureusement, les choses sont autres.

Deux jours après avoir mis en ligne le site, je reçois un émail signé par le « service commande » de l’hébergeur, ayant pour objet « demande de documents ». Le contenu de l’émail est étonnant à plus d’un titre surtout que je ne suis pas un nouveau client de « Domaine achat ». Entretemps le site ne s'affiche plus. Voici le contenu de cet émail :

« Cher(e) Client(e),Afin de finaliser votre inscription et profiter pleinement de nos services, pourriez-vous nous faire parvenir s'il vous plait une copie de votre pièce d'identité (carte d'identité, passeport ou permis de conduire) ainsi que de votre carte de crédit (Recto/Verso), sur lesquels je vous demanderai de bien vouloir indiquer votre site web. Je vous demanderai de plus de bien vouloir masquer une partie des chiffres de votre carte de crédit et de ne laisser apparaitre que les 6 premiers et les 4 derniers.Vous pourrez nous faire parvenir ces documents par email l'adresses suivantes : commande@domaine-achat.frAttention : dans l'absence de réception de ces documents après un délai de 72h, nous serions malheureusement obligé d'annuler votre inscription.Nous vous remercions pour votre confiance et restons votre entière disposition.A très bientôt sur http://www.domaine-achat.frCordialement,Service Commandehttp://www.domaine-achat.fr »

Contactée, la direction de « domaine achat » ni avoir envoyé cet émail dont le contenu ne fait pas partie de leur stratégie commerciale. Le site avait été remis en ligne et je croyais qu’on a fini avec ces pratiques malveillantes. Malheureusement, non. Le lendemain, en me connectant au site « assawt-alhor », la page d’accueil ne s’affiche pas. J’ouvre le serveur et je constate la destruction de tout le fichier. L’auteur de cette lâche besogne manque certainement d’intelligence. Il suffit de quelques clics de souris et le serveur est de nouveau alimenté en fichiers. Pourquoi se donner tant de mal à détruire les fichiers d’un site ou à le pirater ?
A ces énergumènes qui sont à court d’arguments pour contredire « assawt-alhor », je conseille vivement de réfléchir à d’autres moyens pour faire taire les hommes libres. Car, quelles que soient les manœuvres pour parasiter le site, « assawt-alhor » continuera de s’élever dans le monde des nouvelles technologies.

Quant à ces mauvaises langues qui tentent de discréditer le cheikh Ali Benhadj en attribuant la paternité de son site à des cercles hostiles à l’Algérie ou à des organisations étrangères, j’ai toujours privilégié la transparence qui dérange les lâches qui s’agitent sous la burka de l’anonymat : Comme je l’ai souligné dès le premier jour dans « Racines d’Outre-Med’ », je suis le concepteur, le réalisateur et le financier du site « assawt-alhor » du cheikh Ali Benhadj.
Je ne suis pas militant du FIS et je n’ai jamais milité dans ce parti ni dans un autre mais je suis un militant de la liberté d’expression sans exclusive et c’est pour cette raison que j’ai apporté ma contribution à faire entendre la voix du cheikh Ali Benhadj dans les quatre coins du monde à travers la toile du net. Mon amour et mon attachement à l’Algérie ne sont pas à démontrer à de lâches anonymes qui ont pour soucis premier de trouver un pays de rechange en se faisant naturaliser à la première occasion qui s’offre à eux.

Je suis démocrate mais de ceux qui confondent les révoltés contre un régime honni avec les décideurs criminels de ce même régime en cherchant à diaboliser un homme fidèle à ses principes et qui n’a absolument rien à voir avec la violence commise par un régime qui a mis à feu et à sang notre pays.

« Assawt- Alhor » continuera de déranger les ennemis de la liberté d’expression et tant pis pour eux !

H.A
Le 12 mars 2009
Share:

Thursday, February 19, 2009

Terrorisme d'Etats : Alterinfo victime du terrorisme d'etat sioniste en France


Audience Tribunal Correctionnel de Mulhouse le 19 février 2009 (UEJF-J’ACCUSE / Alter Info)





Sans grande surprise, Monsieur le procureur de Mulhouse a donné suite aux plaintes déposées par les deux associations UEJF/J’ACCUSE. L’audience en correctionnelle aura lieu le Jeudi 19 février 2009 à 8h30 salle 207.

Par Zeynel Cekici
http://www.alterinfo.net/




Chers ami(e)s, lecteurs d’Alter Info,

Depuis le début de nos déboires judiciaires, vous avez été très nombreux à nous soutenir et à témoigner de votre solidarité. Grâce à vous, nous avons pu faire face à l’adversité dans la dignité et l’honneur. Il est donc naturel que je vous informe des suites judiciaires et des dessous politiques de cette affaire afin que chacun puisse prendre la mesure des menaces et du danger qui pèsent non seulement sur ce site, mais plus généralement sur la liberté d‘expression et particulièrement sur nos libertés individuelles.



En plus des deux plaintes de l’UEJF/J’ACCUSE, j’ai une nouvelle fois été convoqué par la PJ. Une autre plainte à été déposée contre moi. Cette-fois il s’agit des agresseurs de Ginette Hess Skandrani. Une dame âgée, une militante sincère que nous ne connaissons que par ses écrits, mais son combat étant honorable, méritait d‘être soutenu et sa lutte relayée par notre site. Bien que cette dernière plainte ait peu de chances de déboucher sur des poursuites judiciaires, ce qui n’est pas le cas avec nos détracteurs de l’UEJF/J’Accuse. Ces derniers semblent avoir un pouvoir qui va au-delà des prérogatives qu’octroi la loi 1901 à de telles associations. Ainsi il semblerait que Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » Puisque mes différentes plaintes pour diffamation, menaces de mort ayant moins émus que les plaintes de l’UEJF/J’ACCUSE il semble qu’il est moins important de se faire menacer de mort, d’être diffamé que d’être accusé d’«incitation à la haine » et d’un supposé « déni de crime contre l’humanité ». Il est inéquitable que dans un pays de droit, la raison du plus fort soit toujours la meilleure or la puissance ne consiste pas à frapper fort ou souvent, mais à frapper juste.




Résumé de l’affaire



Fin décembre 2007, nous recevions un courrier de Me Lilti, avocat des associations UEJF/J’ACCUSE, nous mettant en demeure de supprimer une traduction de l’auteur Henry Makow intitulé « Impérialisme du capital… » publié en septembre 2007. Dans cette lettre, Me Lilti souligne bien le fait que même si nous retirions le texte, il portait de toute façon plainte contre moi pour incitation à la haine… et habituels poncifs et autres accusations rituelles d’antisémitisme. Ce qui me déconcerte un peu, c’est que Monsieur le Procureur ait pu ajouter le délit de crime contre l’humanité en plus des autres insanités dont m’accusent mes détracteurs.



Après le premier référé, un second a été annulé grâce à la clairvoyance du Président du TGI de Paris.

Dans une lettre adressée au Président du Tribunal de Paris j’ai tenté de démontrer ma bonne foi en supprimant le texte avant le second Référé. Je lui avais expliqué la volonté néfaste de nos détracteurs et les raisons fallacieuses invoquées dans le seul but de nous nuire financièrement et nous faire taire. Monsieur le Procureur de Mulhouse je ne sais trop pour quelles raisons obscures, se sert de passages tirés du texte pour le second référé pour m’accuser de déni de crime contre l’humanité. Malgré la décision lucide de Monsieur le Président du Tribunal de Paris, ces associations pensent utiliser la méthode du référé comme une nouvelle méthode de censure et de pression. Ayant échoué lamentablement dans leur tentative avec le référé, ils ont réussi avec leurs plaintes à abuser M.le Procureur de Mulhouse.



Nous avons été condamnés en référé à supprimer l’article et à verser des dommages et intérêts aux deux associations. Je n’ai donc pas voulu céder à leur infâme chantage, d’autant plus, qu’avant de publier cette traduction nous avions pris les précautions d’usage. Dans le préambule nous mettions en garde les lecteurs contre certains propos tendancieux de l’auteur. Pensant naïvement que la Cour d’Appel, comme il est d’usage, étudierait le fond de l’affaire et non la forme, comme c’est le cas lors d’un référé, j’avais décidé d’interjeter appel. A notre grande surprise et malgré la mise en évidence de la mauvaise foi de mes détracteurs, faisant des parallèles et des comparaisons entre notre affaire et l’affaire des caricatures de Muhammad, dont la jurisprudence aurait dû jouer en notre faveur.



Il en est des passions nobles comme des vices : plus elles se satisfont, plus elles s'accroissent. Ainsi selon notre avocate, en date du 17 mai 2008, les juges d’appel ont confirmé le juge des référés. De surcroît, ils ont doublé les dommages et intérêts. Bien qu’à l’heure actuelle nous n’ayons toujours pas reçu par voie légale le jugement en appel, les avocats et avoués des parties adverses nous pressent de payer leurs honoraires et les dépens auxquels nous avons également été condamnés. Néanmoins, dans la mesure où nous ne recevons pas par voie légale le jugement de la Cour d’Appel, la possibilité du pourvoi en cassation reste possible et même pendant 30 jours après sa réception. Depuis décembre 2007, nos détracteurs nous ont occasionné des charges financières équivalentes à plus de cinq ans du budget de roulement de notre association, c’est à dire plus de vingt mille euros.



Les deux associations UEJF/J’ACCUSE, prétendument antiracistes, sont que les sous-officines du Crif. Cette institution autoproclamée, s’arrogeant le droit de parler et agir au nom de tous les Français israélites ou de confessions juives. Les dirigeants de cette organisation lors des médiatiques dîners annuels, n’hésitent pas à sermonner nos élites politiques et médiatiques, leur ‘’suggérant’’ des directives, allant parfois jusqu’à la vexation de certains. On ne sait au nom de quel droit moral ou légal, de quelle valeur, une organisation peut avoir une influence politique aussi important, s’accaparer la voix de tous les Français israélites, alors que moins de 4 % environ de cette communauté y adhère.



Les agissements des associations qui fonctionnent avec des méthodes identiques à celles du Crif n’ont rien de démocratique et sont même contraires à tous principes républicains. Certes, le lobbying est une pratique courante et légale dans les sociétés anglo-saxonnes, et même si les institutions de l’Union Européenne tentent d’adopter le lobbying dans leur mode de gouvernance, la Constitution française n’autorise pas le lobbying. Pourtant, certains lobbies ont une influence politique au-supérieure de toutes les autres formes d’influence et souvent à l’origine de nombreuses tensions sociales.



Si le Crif et toutes ses sous-officines se contentaient uniquement de faire du lobbying pour les intérêts de ses adhérents, comme c’est normalement leur objectif et les raisons d’être des groupes de pression, ce serait à la limite concevable, même si c’est moralement condamnable. Le Crif est plus enclin à se battre pour les intérêts d’Israël que de s’occuper des problèmes de ses membres ou de la communauté dont il est supposé défendre les intérêts. Alors que le Crif tente de prendre en otage tous les Français juifs, voyez ci-dessous dans une lettre ouverte ce que certaines associations antisionistes comme l’UJFP pensent du Crif :


Lettre de l'UJFP au Crif

Dimanche 8 Février 2009

Union Juive Française pour la Paix (UJFP)




Lettre ouverte à Mesdames et Messieurs les dirigeants du CRIF



Les masques sont tombés et maintenant, ça suffit !

Vous n’avez absolument aucun droit de parler, ni en notre nom ni au nom de tous les nôtres qui ont

été parqués dans les ghettos, assassinés dans les pogroms, anéantis dans les camps de la mort, mais qui aussi ont été de toutes les luttes, de celles de l’ Internationale pour un monde meilleur à celles de la Résistance à l’envahisseur nazi, contre le colonialisme et pour la liberté, la justice, la dignité et l’égalité des droits.

Vous avez applaudi, encouragé les crimes de l’armée israélienne écrasant sous les bombes la population dans ce que vous appelez « entité hostile », réduisant en tas de gravats ses maisons, dévastant ses cultures, prenant pour cible les écoles, les mosquées, les hôpitaux les ambulances et même un cimetière….Dès lors vous vous êtes placés dans le camp des tenants de l’apartheid, des oppresseurs et des nouveaux barbares , et le sang de leurs victimes rejaillit sur vous.

Ce faisant, vous avez perdu tout sentiment humain, toute compassion devant cette détresse, vous nous avez outragés et salis en assimilant tous les Juifs à des supporters d’une bande de criminels de guerre comme vous avez déshonoré la mémoire de Rachi, d’Edmond Fleg, d’Emmanuel Lévinas et de tant d’autres, enfin de tout ce que le judaïsme français comportait de richesse humaine, d’intelligence et de lumières.

Vous avez voulu faire d’un conflit colonial et géopolitique un conflit communautaire et en prétendant que « 95 % des Juifs français approuvent l’intervention israélienne », vous attisez l’antisémitisme dont vous prétendez vous inquiéter de la résurgence, en pompiers pyromanes.

Non Mesdames et Messieurs les dirigeants du Conseil soi-disant « Représentatif » des Institutions juives de France, vous ne représentez rien pour nous, sinon les zélateurs d’une abjecte boucherie.



Le Bureau National de l’UJFP le 07-02-2009 Union Juive Française pour la Paix (UJFP) - 21 ter rue Voltaire, 75011 PARIS Téléphone : 06 61 33 48 22 e-mail : contact@ujfp.org Site : www.ujfp.org



Le Crif, surtout après les agressions de l’entité sioniste contre le Liban en 2006 et plus récemment contre le peuple martyrisé de Gaza, ne peut plus occulter ses motivations réelles. D’ailleurs, l’UEJF une des associations à l’origine de nos déboires judiciaires, allait au devant des manifestations en soutien à l’armée d’Israël pendant que celle-ci, commettait des crimes innommables contre des enfants, des femmes et des vieillards démunis, déjà usés par la faim et la misère.



Soutenir explicitement et cyniquement une force étrangère - et surtout aux dépens des intérêts nationaux, ce n’est plus simplement condamnable moralement, c‘est de la haute trahison pour tout homme politique qui cède aux directives du Crif.

Israël en plus d’être un État moralement illégitime, est le fruit d’un abject colonialisme déguisé en une épopée héroïque et romantique, blanchie par le mythe du peuple errant et opprimé depuis plus de deux mille ans. Opprimé oui, errant non !



De plus, leurs oppresseurs ont toujours été les Européens ; jamais en terre d’Islam les juifs n’ont subi de pogroms ou de crimes de masses, au contraire, à chaque fois que les communautés juives étaient opprimées, elles ont toujours trouvé refuge en terre d’Islam.



Pourtant la propagande sioniste, insidieusement participe et alimente le racisme antimusulman. Le Crif a plusieurs masques, un public, qui permet à cette organisation de donner l’illusion qu’elle participe au dialogue interreligieux et intercommunautaire, et l’autre plus hideux, insidieux, aux desseins funestes alimentant la haine et la peur entre les communautés et cherchant à museler toutes critiques envers le sionisme et Israël.



L’histoire du ‘’Peuple errant’’ n’est qu’un mythe historique au service d’une idéologie, une altération biblique, une mythologie pour traduire dans les faits un supposé droit divin, allant jusqu’à supplanter le droit international. On ne peut réparer une injustice en créant une autre encore plus grande. c’est ce à quoi pourtant se limitent les fonctions de certaines organisations autoproclamées qui monopolisent de nobles causes comme la lutte contre le racisme, tout en les détournant de leurs objectifs au profit de l’idéologie sioniste.



Ces précisions concernant le Crif ont leur importance pour comprendre les procédés abjects qu’use cette organisation aux multiples visages, mais un seul objectif, celui de défendre les politiques d’Israël et peu lui importent les méthodes employées. Elle utilise ses sous-officines comme l’UEJF afin de préserver son prestige d’organisation respectable. D’ailleurs le président Marc Knobel de l’association j’Accuse (co-plaignante), en est un membre actif.



[1] Honoré de Balzac



Alter Info a besoin de vous

Votre soutien intellectuel nous est nécessaire pour continuer notre lutte. Toutefois, votre soutient financier l’est tout autant. Nos détracteurs ont compris la limite de nos capacités financières, qui est d’ailleurs notre grande faiblesse.

Si nous avions une certaine indépendance financière, nous n’en serions pas une nouvelle fois à vouloir vous mettre à contribution et donner de la sorte satisfaction à nos détracteurs.




Comment nous soutenir ?

Dans l’urgence nous avons besoin de plus de dix milles € pour faire face aux nouvelles contraintes judiciaires : 3600 € pour notre nouvel avocat le reste pour payer les dommages et intérêts et les dépends auxquels nous avons été condamné lors du référé et de l’Appel. De plus, demain nous serons sans doute à nouveau condamné et ainsi subir d’autres charges financières.



Nous avons préconisé différents moyens pour nous aider :

En plus de contribuer activement à notre site en devenant correspondant, rédacteurs, modérateurs… vous avez la possibilité de faire des dons récurent (10 euros par mois en vous abonnant) ou occasionnels, le montant étant libre. Bien que le site fasse entre vingt et trente milles visites par jour, nous avons moins d’une dizaine d’abonnements (10 euros par mois).



Si je m’étais engagé dans cette lutte pour ma gloire personnelle ou pour un quelconque avantage, en mon âme et conscience, je peux vous le certifier que j’aurai abandonné depuis très longtemps. Aucun statuts social, ni aucun privilège ne vaut la peine de pendre tant de risque et s’investir au ce point, si ce n’est que par altruisme et par conviction. Je n’ai reculé devant aucune difficulté pour que ce site puisse continuer à exister et être le symbole d’une lutte que je crois être juste. J’ai abandonné une situation socioprofessionnelle relativement confortable afin d’éviter toutes sortes de pressions. Après quatre ans d’activité et avoir donné tout ce que j’ai pu – dans la limite des capacités humaines, sans un soutien massif de la part de ce qui se reconnaissent dans ma lutte, je craints de ne pourvoir garantir la suite avec autant de constance et de détermination.



Vous pouvez envoyer vos dons par chèque ou mandat à :


Alter Info apa



23, rue d’Illzach



68100 MULHOUSE / France



Tél : (depuis la France) 03 89 60 34 50



(Depuis l’étranger) 00 33 3 89 60 34 50



Vous pouvez aussi faire virement bancaire :



RIB Destinataire :



Association Alter Info apa



23, rue d’illzach / 68100 Mulhouse



Banque : Société Générale



Domiciliation : Mulhouse Europe (02442)



Banque : 30003



Guichet : 02442



N° de compte : 00050113821



Clé RIB : 83



Identification internationale (IBAN) : FR76 30003 02442 00050113821 83



Identification internationale de la banque (BIC) : SOGEFRPP
Share:

Wednesday, December 17, 2008

Le Mossadnik Sarkosy fait dans son pantalon


La racaille juive sioniste Sarkosy compte ses jours a l'Elysée apres les révélations d''Operation November 1950'...






Tiens, mes prévisions ne font que se confirmer. On croit entendre "Paris sous les bombes" du groupe de Rap, NTM. Le Front révolutionnaire afghan est né à 10h30. Ce n’est pas très tôt, non ? Qui peut croire à ça ? Vous ? Ils sont vraiment gentils ces terroristes qui placent des pains sans dispositif explosif, ou de mise à feu et qui indiquent le lieu du dépôt de leurs engins inoffensifs. Quel beau symbole enfin, celui du Printemps Haussmann, haut lieu parisien du luxe.





A propos des 3000 soldats français engagés pour défendre nos libertés soi-disant, les Afghans, ou du moins, le Front révolutionnaire afghan, revendique par la même, un Afghanistan libre. Ceci est, sans doute, une façon claire de dire à tous de partir de son territoire. Il me souvient que les Talibans l’avaient déjà fait, non ? D’où sortent-ils ces nouveaux ?




Ce qui est en revanche drôle, c’est que cet avertissement ne soit adressé qu’à la France. Pourtant, sur place, il y a plus de 22 nationalités différentes. Pourquoi la France, donc ? Mystère. Dans un article intitulé, Afghanistan : le cimetière de l’homme blanc ! , je remettais en doute, le prétexte fallacieux des femmes en burqa, la liberté confisquée et le terrorisme pour chercher à reconquérir le pouvoir après les Talibans…Pourquoi demander à 3000 hommes de rentrer dans leur pays, alors que sur le terrain, ils ne sont même pas décisifs ? Quand on sait que les Français, aux antipodes des américains, ne vont pas faire des incursions au Pakistan, ne bombardent pas avec leurs missiles des villages « par erreur », ne troublent pas vraiment la recrudescence de la force des Talibans qui n’est plus à démontrer sur son sol, il y a de quoi perdre son latin.Ne sommes-nous pas en face d’une tentative de demande exprès des pleins pouvoirs ? Je le pense de plus en plus. La mise sur pied probablement, comme lors du 11 septembre, d’un patriot act à la française ?




C’est probable. N’étant pas expert, je sais qu’ils défileront bientôt dans les médias, nous distiller leur science sans conscience. je suppose qu’ils diront ceci, entre autre : geste fort, pas un avertissement sans frais, revendication importante, prise au sérieux de cet acte, ne pas céder au chantage. Désolé, j’ai plus peur d’eux que de ce Front-là. Ils vont nous gaver.Qui donc a posé ces pains d’explosifs me demanderez-vous ? Je ne sais pas. Mais, le mode opératoire d’un genre nouveau est amusant. Par simple courrier. Quid de l’Internet, habituellement utilisé, et ne laissant vraiment pas de traces indélébiles.




J’attends évidemment les suites de l’enquête. Les nouveaux désinformateurs doivent se frotter les mains. Ils seront à la UNE des journaux télévisés, pour leurs sempiternelles menteries.Ouf, après les Etats-Unis hier, l’Inde aujourd’hui, la France est-elle passée à côté de son 11 septembre 2001 ? L’ultimatum du Front révolutionnaire afghan va jusqu’en février de l’année prochaine, sinon, les méchants terroristes entreront en action. Rassurez-vous néanmoins, je n’accuse personne, alors, ne m’accusez pas en retour d’être conspirationniste, nouvelle mode sur laquelle surfe certains bloggueurs dont l’inconstance et la faiblesse notoire fait d’eux, des caniches suiveurs.(crédits photo/AFP)
Share:

Wednesday, December 03, 2008

'Ultra-gauche' : Squarcini, Alliot Marie, au centre de toutes les investigations : Sarkozy cherche a declarer l'etat d'urgence en France


DERNIERE MINUTE :

Nous venons d’apprendre que des neuf personnes mises en examen dans ce dossier, seuls Julien Coupat et sa compagne ont été maintenus en détention par la chambre de l’instruction de la cour d’appel.

On doit s’interroger sur l’incohérence révélée par ce traitement inégal. On voit mal pourquoi Julien Coupat et sa compagne n’ont pas eux aussi bénéficié d’une mesure de libération.


--------------------------------------------------------------------------------

Par Karel Vereycken

31 novembre 2008 (Nouvelle Solidarité) — A l’aube du 11 novembre, quelque 150 policiers, opérant sur l’ensemble du territoire français, procèdent à l’arrestation de neuf personnes soupçonnées d’être à l’origine du sabotage des lignes TGV, en particulier lors du week-end du 8-9 novembre 2008, provoquant le retard d’une bonne centaine de trains.

La « cellule invisible » avait installé son quartier général dans une ferme à Tarnac (Corrèze), servant de lieu de vie, de passage et de réunion. On affirme que « le cerveau » bicéphale du groupe était le « philosophe » illuminé Julien Coupat (34 ans) et son ami Benjamin Rosoux (30 ans), ancien président de la Fédération des jeunes écolos européens (FJEE).

S’agit-il réellement de « jeunes élèves brillants, dégoûtés par notre société de surconsommation et cherchant à fonder une société nouvelle », de simples militants égarés de la mouvance « anarcho autonome ultra gauche » ayant pété un câble, ou d’un véritable « groupuscule à vocation terroriste » visant à renverser l’Etat ?

Personne ne le sait actuellement. L’anarchisme violent et le terrorisme ont toujours été des instruments de la guerre sournoise menée par l’oligarchie financière internationale contre les Républiques et les Etats-nations. Il est établi aujourd’hui que le terrorisme des années 1970 faisait partie de la « stratégie de la tension » manipulée par certains réseaux de l’OTAN (Gladio) pour imposer des régimes fascistes en Europe. S’agit-il alors des derniers rejetons de ceux qui cherchent à provoquer le retour des « années de plomb » ? Rien ne serait plus dangereux dans cette période de crise globale du système.

Né en 1974, Julien Coupat est le fils unique d’un médecin, dont l’épouse occupe un poste élevé dans un grand groupe pharmaceutique français. Si la presse l’a idéalisé comme un jeune élève brillant, d’abord d’une école huppée de commerce, puis d’une école de sciences sociales non moins prestigieuse, Coupat mène plusieurs vies.

Selon Le Figaro du 21 novembre, « J.C. » est à la tête d’une SARL, domiciliée chez son père, qui s’occupe de la « location de terrains et autres biens immobiliers », une activité qui « lui a rapporté plus de 60000 euros en 2007 ». Son « bras droit », Benjamin Rosoux, en est le gérant. De quoi faire tourner, par ailleurs, même à perte, la ferme-épicerie de Tarnac qui leur a permis de se rendre populaires auprès des élus locaux convaincus d’accueillir des jeunes sympathiques, désireux d’apporter un peu d’animation dans la vie locale. Si papa annonce aujourd’hui au Figaro qu’il « aimerait comprendre ce qu’il y a dans la tête de cette génération », c’est, d’après Le Monde, ce même papa « qui a découvert Tarnac il y a un an, a acheté la maison jouxtant l’épicerie. Il a également acquis pour son fils, dans le 20e arrondissement de Paris, un ancien atelier d’artisan de 50m2 qui devait héberger un futur projet de journal militant ».

D’autres soutiens bien plus troublants apparaissent dans cette histoire. Car avant de s’installer à Tarnac, Julien Coupat fréquente les milieux intellectuels parisiens, ceux qu’Erasme appelait de son temps, avec raison, les « folie-sophes ». A Paris, Coupat tisse de « vrais liens avec le philosophe italien Giorgio Agamben, rencontré lors d’un séminaire. Ils jouent de temps à autre au football, le philosophe l’a aidé au moment du lancement de la revue Tiqqun en lui trouvant un imprimeur [la prestigieuse maison Einaudi de Turin] en Italie. » Coupat sera le principal rédacteur de cette revue d’inspiration post-situationniste dont le premier numéro sort en 1999 à Venise, où Agamben enseigne. Tiqqun se définit comme « l’organe conscient du parti imaginaire » et Coupat y écrit que « la période historique dans laquelle nous entrons doit être un temps d’une extrême violence et des grands désordres ».

Qui est Giorgio Agamben ?

Mentor et véritable maître à penser de Julien, Giorgio Agamben est un « philosophe-mutin » italien de 66 ans, réputé grand expert d’Aristote, de Marx, de Walter Benjamin (un proche d’Adorno, de l’Ecole de Francfort) et du philosophe Martin Heidegger, un ancien membre du parti nazi, dont il a suivi, en 1968, les séminaires sur Héraclite et Hégel. En 1974, il est un « fellow » de l’Institut Warburg de Londres, sur invitation de Mme Francis Yates, une spécialiste de l’occultisme néo-platonicien et membre de l’ordre de l’Empire britannique. Agamben enseigne dans plusieurs grandes universités américaines, allemandes, suisses et au Collège international de Philosophie de Paris.

D’après Wikipedia, il noue alors des relations avec des « figures importantes » de son époque, parmi lesquelles Pier Paolo Pasolini en Italie, mais aussi Guy Debord, Jean-Luc Nancy, Jacques Derrida, Jean-François Lyotard et l’idéologue proche des Brigades Rouges, Antonio Negri, enseignant en France.

Il serait prétentieux et malhonnête de résumer ici sa pensée en quelques lignes, surtout vu l’emprise qu’elle a pu prendre sur l’esprit et la vitalité de ceux qui, sous le charme « magique » de ce maître, se sont agglomérés dans la mouvance de la « cellule invisible ». Il est cependant permis d’en décrire les traits saillants qui ont inspiré les révoltés.

Contre le « bio-pouvoir » de l’Etat-nation

Agamben se sert des dangers bien réels qu’un contexte de crise systémique financière, économique et politique fait courir à la démocratie, pour attirer des jeunes ahuris par l’état de la société. Dans ce contexte, dit-il, certains Etats seront tentés de faire appel à l’état d’exception décrit par le juriste nazi Carl Schmitt. Agamben dénonce aussi, à juste titre, la politique de guerre permanente de Dick Cheney conduisant à la « suspension » de l’Etat de droit, comme on le voit avec le traitement scandaleux administré aux prisonniers à Guantanamo.

Cependant, différentes acrobaties nominalistes permettent à Agamben de conclure qu’en pratique, très peu de différence existe entre la gouvernance dite « démocratique » de nos Etats et les dictatures ouvertement fascistes. La souveraineté n’est alors pour lui rien d’autre que le droit du souverain à déclarer l’Etat d’exception. L’Etat-nation, « état d’exception devenu la règle », apparaît alors comme l’ennemi de tout être humain.

Le flicage croissant de notre société, ahurissant il est vrai, devient prétexte à la lutte violente. Dans la lignée de Michel Foucault, Agamben dénonce la « biopolitique » pratiquée par le « biopouvoir » des Etats, qui réduit l’homme à ce que les Grecs appelaient la « vie nue » (zôè), une existence réduite au simple « fait de vivre ». La souveraineté, selon Agamben, devient ainsi l’instrument non pas pour défendre la vie du citoyen bavard et bardé de droits, mais pour imposer la vie nue et réduite au silence des réfugiés, des déportés ou des bannis. Agamben dénonce le flicage croissant de nos sociétés « modernes », incapables de vraies relations entre hommes, mais suréquipées de caméras de surveillance, de passeports biométriques, de téléphones cellulaires géolocalisables et de fichiers d’ADN.

Cependant, au lieu de prôner l’avènement de véritables républiques et d’engager l’action non violente permettant de les fonder politiquement, il se prononce en faveur d’une « autre politique » qui doit s’abstraire de toute souveraineté, et plutôt l’affronter ou la subvertir. D’où l’attrait qu’il exerce sur les autonomistes de tout poil. Pour résister, les victimes du biopouvoir doivent pratiquer un « biopouvoir mineur » en contrepoint à celui de l’adversaire. Cela peut être la grève de la faim, mais aussi le refus de la biométrie. Agamben a refusé, par exemple, de retourner aux Etats-Unis depuis que le passeport biométrique conditionne l’entrée sur ce territoire. En revendiquant de quoi vivre, des traitements anti-rétroviraux, un revenu minimum garanti, des drogues légales et sûres, etc., les victimes doivent affronter le pouvoir là où il s’exerce : au guichet des administrations, dans les bureaucraties sanitaires, dans les tribunaux ordinaires, etc. Mais son message appelle plus à la révolte qu’à la révolution. Pour lui il ne faut plus affronter l’Etat car « il va se détruire lui-même. Il suffit donc de se soustraire ».

Lors de sa garde à vue, confirmant sa fidélité à Agamben, Coupat refuse tout élément permettant de dresser son profil génétique (le biopouvoir), notamment les prélèvements de sang. Il lave par exemple ses sous-vêtements avant saisie et mange sans porter à sa bouche les couverts afin d’éviter tout dépôt de trace biologique sur ceux-ci, qu’il jetait d’ailleurs dans les toilettes de sa cellule…

Intéressons-nous maintenant un instant à son « bras droit », Benjamin Rosoux, dont le cas est probablement plus révélateur.

Rosoux arrive à Rennes vers 2001 après avoir étudié la sociologie du développement et la responsabilité environnementale à l’université d’Edimbourg, en Angleterre. Comme nous l’avons dit, il sera pour une brève période président des Jeunes Verts européens, ce qui lui permet de se constituer un carnet d’adresses international. Après 2005, il deviendra le gérant de la Société civile immobilière de Coupat, qui est propriétaire de la ferme-épicerie de Tarnac où vivait le noyau dur du groupe.

D’après Ouest-France, Rosoux est connu pour avoir participé à la création de deux squats rennais. Deux expériences initiées par des étudiants de l’Institut d’études politiques (IEP), école dont il est diplômé. « Le premier, La Marmite, était un squat artistique », raconte un ancien résident. Après l’expulsion, il fonde un autre squat, plus politique, l’Ekluserie. « Ils vivaient du RMI et de la récupération de nourriture à la sortie des supermarchés ou des fins de marchés », dit un ancien. Jusqu’au sommet du G8 à Gênes, « temps fort qui a marqué toute une génération ». Plusieurs membres de L’Ekluserie font alors le voyage en Italie, où ils assistent aux affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. « Ils en sont revenus choqués, persuadés d’avoir été confrontés au fascisme moderne. L’action des Black Blocks, adeptes de la confrontation violente avec la police, les a fascinés. »

Le phénomène du « bloc noir » est apparu dans les années 1980 avec le mouvement autonome allemand Swarzer Block, notamment à travers la lutte contre la centrale nucléaire de Brokdorf, la défense des Freiräume (lieux autogérés) et les manifestations de solidarité avec la Bande à Baader (RAF).

Les blocs noirs se forment généralement en marge de manifestations normales dont ils se servent comme bouclier. A un moment donné, les Black Block, vêtus de noir et masqués, entrent en action. D’après Wikipedia, « ils procèdent de la doctrine d’action directe : destructions de banques, de bâtiments d’institutions officielles ou de sociétés multinationales, magasins, caméras de vidéo-surveillance, etc. Ces actions ne visent pas à s’attaquer aux personnes mais aux biens du capital. Le but est de faire perdre un maximum d’argent aux entreprises visées. Les activistes n’hésitent pas à affronter directement les forces de l’ordre qu’ils considèrent comme le bras armé du capitalisme ». Après une longue absence, les Black Blocks réapparaissent surtout lors de la guerre d’Irak en 1991. S’ils n’étaient que 200 à protester contre l’OMC à Seattle en 1999, où ils avaient créé une « zone autonome temporaire », leur mouvance s’élevait à 5000 lors du G8 à Heiligendamm, début juin 2007.

Un ami de Rosoux confesse : « Non-violent, altermondialiste, je l’ai vu s’éloigner progressivement vers l’écologie libertaire et l’action radicale. Vers la fin, je me souviens même de militants allemands venus au squat pour expliquer comment ils bloquaient les trains de transport de déchets nucléaires... »

La piste allemande trouve toute sa cohérence lorsque l’on constate que la date du 8 novembre, date des actions contre les lignes TGV en France, correspond à la date d’un convoi « Castor » transportant des déchets nucléaires de Cherbourg au centre nucléaire de Gorleben en Allemagne. Il fallut à ce convoi 80 heures pour parvenir à destination, où un bon millier de manifestations bloquaient l’accès au site.

Le 10 novembre, une revendication parvenait au quotidien allemand Berliner Zeitung, précisant que les actions visant à perturber le trafic ferroviaire en France et en Allemagne visaient l’ordre capitaliste et qu’ils « ont agi cette nuit au moyen de crochets métalliques ». La revendication était signée « en souvenir de Sébastien », en référence à Sébastien Briat, activiste mort lors du passage d’un train Castor en 2004. La police allemande a fait savoir que l’emploi de crochets métalliques identiques à ceux trouvés en France est pratique courante parmi certains verts ultras et que le dernier incident de ce type avait eu lieu le 12 octobre 2008 à Bischoffsheim. Une amie allemande de Julien Coupat apparaît d’ailleurs dans une procédure judiciaire pour des faits similaires commis en 1996.

On peut donc penser que la conjonction entre l’agembeniste Coupat et l’écolo radical Rosoux a pu fournir la matière intellectuelle d’un cocktail explosif, la matrice situationniste initiale tendant, avec l’aggravation de la crise financière mondiale, à muter en « violence régénératrice » et « déshumanisante » à la Georges Sorel.

Les provocations, de Gênes à Vichy

C’est lors du sommet du G8 en juillet 2001 à Gênes que Coupat et Rosoux, les deux meneurs de la « cellule invisible » soupçonnés d’avoir commis les actes de sabotage contre les lignes TGV lors du week-end du 8 novembre 2008, feront l’expérience directe des techniques du Black Block.

Dans l’Appel, un pamphlet des autonomes qui circule dans les squats et vante les qualités de cette « action directe » par rapport au militantisme ou au bougisme impuissant, on peut lire l’anecdote suivante : « Nous nous souvenons de cette scène, à Gênes : une cinquantaine de militants de la LCR brandissent leurs drapeaux rouges labellisés « 100% à gauche ». Ils sont immobiles, intemporels. Ils vocifèrent leurs slogans calibrés, entourés d’un service d’ordre. Pendant ce temps, à quelques mètres de là, certains d’entre nous affrontent les lignes de carabiniers, renvoyant les lacrymos, défonçant le dallage des trottoirs pour en faire des projectiles, préparant des cocktails Molotov à partir de bouteilles trouvées dans les poubelles et d’essence tirée des Vespa renversées. A ce propos, les militants parlent d’aventurisme, d’inconscience. Ils prétextent que les conditions ne sont pas réunies. Nous disons que rien ne manquait, que tout était là, sauf eux. »

À partir de là, l’Ekluzerie, le squat rennais animé par Rosoux lorsqu’il étudiait à Science-Po, serait devenu « le rendez-vous de toutes les radicalités ». Ceux qui le fréquentent y rejettent « les citoyennistes », terme désignant « tous ceux qui acceptent la démocratie, José Bové ou LCR compris ». L’expérience a pris fin le 24février 2005, avec la démolition des bâtiments qui l’abritaient. Ses fondateurs se seraient dispersés, quittant Rennes « pour aller fonder d’autres squats, urbains ou ruraux », comme celui de Tarnac.

En France, ce sont les manifestations contre le CPE de 2006 qui furent le laboratoire pour expérimenter les nouvelles techniques de guérilla urbaine. Dans L’insurrection qui vient, le livre écrit par Coupat et Rosoux, on peut lire : « Le mouvement contre le CPE n’a pas hésité à bloquer gares, périphériques, usines, autoroutes, supermarchés et même aéroports. Il ne fallait pas plus de trois cents personnes, à Rennes, pour immobiliser la rocade pendant des heures et provoquer quarante kilomètres de bouchons. Tout bloquer, voilà désormais le premier réflexe de tout ce qui se dresse contre l’ordre présent. Dans une économie délocalisée, où les entreprises fonctionnent à flux tendu, où la valeur dérive de la connexion au réseau, où les autoroutes sont des maillons de la chaîne de production dématérialisée qui va de sous-traitant en sous-traitant et de là, à l’usine de montage, bloquer la production, c’est aussi bien bloquer la circulation. »

Plus récemment, du 2 au 4 novembre, lors du sommet de l’UE sur l’immigration à Vichy, Coupat et son groupe se déploient pour transformer en émeute violente le contre-sommet pacifique, contestation juste et légitime de la politique anti-immigration. Rosoux y était et on y voyait Coupat, à la tête d’une cinquantaine d’individus masqués, ordonnant à ses troupes l’assaut d’une barrière de CRS. Une jeune adepte de Coupat à Vichy a reconnu son activisme au sein des Black Blocks en Allemagne et sa participation aux blocages des gares SNCF lors des manifestations contre le CPE en France.

Dans l’Appel, on lit également : « Nous ne contestons rien, nous ne revendiquons rien. Nous nous constituons en force matérielle autonome au sein de la guerre civile mondiale. L’urgence de la situation nous libère de toute considération de légalité ou de légitimité. La perspective de former des gangs n’est pas pour nous effrayer ; celle de passer pour une mafia nous amuse plutôt. D’un côté, nous voulons vivre le communisme, de l’autre, nous voulons répandre l’anarchie. »

Néanmoins, si le document appelle à l’action, il précise que ses partisans ne veulent tuer ni blesser personne. Non pour des raisons morales, mais pour une question de stratégie : « Il paraîtra judicieux de s’attaquer plutôt aux dispositifs matériels qu’aux hommes qui leur donnent un visage. C’est vers les formes d’opérations propres à toutes les guérillas qu’il nous faut nous tourner : sabotages anonymes, actions non revendiquées. »

Qui soutient Coupat ?

A peine quelques jours après leur arrestation, dans la rubrique Rebonds de Libération, Agamben monte au créneau pour défendre ses adeptes : « Il s’agit de Julien Coupat, un jeune philosophe qui a animé naguère, avec quelques-uns de ses amis, Tiqqun, une revue responsable d’analyses politiques sans doute discutables, mais qui compte aujourd’hui encore parmi les plus intelligentes de cette période. J’ai connu Julien Coupat à cette époque et je lui garde, d’un point de vue intellectuel, une estime durable. Passons donc à l’examen du seul fait concret de toute cette histoire. L’activité des interpellés serait à mettre en liaison avec les actes de malveillance contre la SNCF qui ont causé le 8 novembre le retard de certains TGV sur la ligne Paris-Lille. Ces dispositifs, si l’on en croit les déclarations de la police et des agents de la SNCF eux-mêmes, ne peuvent en aucun cas provoquer des dommages aux personnes : ils peuvent tout au plus, en entravant l’alimentation des pantographes des trains, causer le retard de ces derniers. En Italie, les trains sont souvent en retard, mais personne n’a encore songé à accuser de terrorisme la société nationale des chemins de fer. Il s’agit de délits mineurs même si personne n’entend les cautionner… »

Interrogé par Le Monde, il a également déclaré : « On ne va pas les traiter comme les Brigades rouges, ça n’a rien à voir ! On cherche le terrorisme et on finit par le construire, tout ça pour répandre la peur chez les jeunes gens ».

Autre appui étonnant en faveur de Julien Coupat, celui de Guillaume Dasquié, proche de certains services de renseignements et sévissant actuellement Libération. Dans un article publié le 24 novembre dans ce journal, il dénonce un vaste complot contre l’ultra-gauche animé par la ministre de l’Intérieur, Michelle Alliot-Marie.

La DST, « allumée » par l’ultra sécuritaire Alain Bauer, se serait fortement intéressée, dès sa parution, au livre L’insurrection qui vient, écrit par Julien Coupat et Benjamin Rosoux et publié aux Editions La Fabrique par Eric Hazan, lui-même auteur de Changement de propriétaire, la guerre civile continue.

Or les auteurs du livre signent non pas en leur nom mais au nom d’un « Comité invisible » et s’expriment dans un langage politico-poético-dépressif inspiré de Guy Debord. Ils y décrivent avec délectation leurs tentations de se livrer à des actes de sabotage contre des lignes du TGV et d’autres « flux » capables d’accélérer la fin d’une « civilisation en état de mort clinique ».

Ancien rédacteur en chef d’Intelligence Online, lettre professionnelle consacrée à l’actualité du risque politique et de l’intelligence économique, Dasquié est le co-auteur de L’effoyable mensonge (La Découverte, 2002, avec Jean Guisnel), un livre qui prétend que les interrogations de Thierry Meyssan sur le 11 septembre sont inspirées par les « élucubrations » de Lyndon LaRouche et de Jacques Cheminade. Son imagination paraît donc tout aussi délirante qu’opportunément orientée. Bien accueilli par le New York Times et le Financial Times de Londres, ses écrits sont fortement appréciés par les néo-conservateurs américains outre-Atlantique, toujours prêts à traiter de conspirationnistes ceux qui ne se soumettent pas à leur pouvoir.

Que conclure de cette affaire ? Quelles que soient les responsabilités et les intentions des uns et des autres, elle manifeste un climat de révolte impuissante dégénérant en provocation à la violence. Ceux qui créent le climat intellectuel pour qu’elle se produise visent à déstabiliser l’Etat-nation et servent ainsi, volontairement ou pas, les desseins de cette « nouvelle gouvernance mondiale » que souhaitent les banquiers de la City et le directeur général du FMI. Les « autonomistes » qui portent atteinte aux équipements publics ne sont sans doute qu’un maillon inconscient dans la chaîne, victimes, plus que responsables, des actes qu’on leur impute, en vue de desseins qui leur échappent. Il est, en tout cas, aujourd’hui reconnu, si l’on se penche sur un passé récent, que les Brigades Rouges étaient manipulées par un « Ordre noir » cherchant à provoquer un coup d’état fasciste en Italie.

Pour creuser le sujet : Manipulation par la terreur : non à la mise en place de régimes d’exception (mars 2004)





Mercredi 03 Décembre 2008


http://www.solidariteetprogres.org/

Share:

Sunday, November 16, 2008

La France sous tres haute surveillance satellitaire suite aux dernieres revelations d''Operation November 1950'


Nous informons nos lecteurs qu'a la suite des revelations sur les preparatifs d'operations 'bombes sales' sous fausse banniere en Europe, plusieurs pays ont mis la France et l'Allemagne sous tres haute surveillance satellitaire. Selon plusieurs sources, des clans francais au sein de la gendarmerie nationale et l'armée auraient mis en place une structure ultra secrete chargée d'enqueter, identifier et de neutraliser les éléments, a l'interieur de la police, des services interieurs de renseignements, de la diplomatie, impliqués dans ces operations de tres grandes envergures.


Les russes auraient demandé un appui total et une collaboration sans faille des services sous controle sarkosystes dans les recherches sur la base d'informations corroborées. Sarkosy, pris de panique, aurait nié etre impliqué dans des operations, son second Squarcini ordonna la libération des otages autrichiens aux mains de la DST de peur que les russes ne mettent leurs menaces a execution. Les services allemands ont été également sollicités et le responsable des services allemands a éte obligé d'apporter un dementi officiel. Sarkosy et son equipe de pantins sionistes seraient directement menacés par la cellule spéciale...


Plusieurs pays auraient menacé les gouvernements francais, allemands et britanniques de severes represailles en cas d'attentats. Dans le meme temps Squarcini, responsable de la DCRI (Direction Centrale de la Racaille Israelienne) tente de mettre au pas toute opposition sur le territoire, apres les echecs des 'emeutes islamistes' prévues dans les banlieues, et celle de 'l'Operation Hassani' suites aux révélations d''Operation November 1950'.


Squaricini ayant monté de toute piece le sabotage des TGV afin de neutraliser et réduire tout mouvement politique contestataire, consequement a la plus grave crise economique que l'occident connait depuis pres d'un demi siecle. Une crise qui provoquera des emeutes et le chaos dans toute l'Europe tant les peuples du continent ont éte abusé par leurs élites sionisées a l'extreme, qui pensaient qu'en lancant de nouvelles croisades au Moyen Orient, leurs problemes economiques systémiques disparaitraient.


Des informations seront diffusées dans les prochaines semaines détaillant l'implication de Sarkosy et son gouvernement dans le cadre d'operations terroristes destinées a soutenir la politique d'Israel.
Sarkosy tu vois qu'encore une fois ni toi ni personne n'etes capables de nous arreter... Tu es un 'pantin aux mains des islamistes' et tu sais que tous ceux en France, en Europe, qui ont du sang sur les mains paieront, c'est la promesse que nous avons faite a nos familles...


A bon entendeur Salaam,


Abu Suleyman


DCRI : UNE NOUVELLE POLICE SECRÈTE SE MET EN PLACE DCRI :


Ce n’est pas être paranoiaque que de prédire que cette nouvelle police secrète va devenir une officine au service des machinations du pouvoir en place… il suffit de se pencher sur l’histoire de France pour voir que, ces 150 dernières années, il n’y a jamais eu de police “secrète” en France qui n’ait été avant tout un outil pour éliminer les menaces “politiques” au pouvoir en place. Le terrorisme n’est qu’un épouvantail… ce qui est visé derrière lui, c’est la démocratie, la libre expression, l’état de Droit


Et comme par hasard, ce développement est pensé et initié par des gens comme Bauer, Raufer ou Knobel, dont le parcours politique et intellectuel montre qu’ils n’ont jamais été des partisans de la liberté d’expression.


Quand on est un autocrate donneur de leçon, sûr de son bon droit, ancien élève de l’école des cadres trotskiste passé au néo-conservatisme, on n’aime pas avoir à se soumettre à une opinion démocratique.


La naissance d’une police «secret défense», dans l’indifférence[ Erich Inciyan -Mediapart.fr - 07/11/2008]


Il y a peu, les «carnets noirs» d’Yves Bertrand et le fichier Edvige ravivaient le spectre de la police secrète. Dans le même temps, un service policier totalement couvert par le «secret défense» était créé, fin juin, au ministère de l’intérieur. Cette Direction centrale du renseignement intérieur concentre les dossiers jusqu’alors divisés entre les RG et la DST. Elle s’intéresse notamment aux «phénomènes de société susceptibles, par leur caractère radical, leur inspiration ou leurs modes d’action, de porter atteinte à la sécurité nationale». Mais ses premiers pas n’ont suscité aucun débat.


Pareille absence de curiosité tient sans doute à l’extrême opacité dans laquelle évolue cette DCRI voulue par Nicolas Sarkozy. Tout y est couvert par le «secret de la défense nationale»: ses activités, ses moyens d’action interdits au commun des administrations, son mystérieux fichier Cristina, ses personnels et son organigramme, etc. Faut-il préciser que cette police de l’ombre travaille ainsi, très largement, à l’abri des investigations parlementaires, judiciaires et journalistiques?



D’un décret, d’un seul, le champ de la police secrète à la française a été considérablement élargi. Physiquement, pour commencer. La DCRI a accueilli le gros des effectifs des Renseignements généraux et de la Direction de la surveillance du territoire (tous deux disparus dans l’opération). Combien sont les agents du nouveau service? 3.300 fonctionnaires, comme l’affirme une source interne, ou 4.000, selon un communiqué du ministère de l’intérieur?



La question n’a rien d’anodin. Jusqu’alors, seul le «vrai» service secret de la police française (la DST et ses 1.700 agents) fonctionnait en effet sous le sceau du «secret défense», au nom de ses missions de contre-espionnage. Les fonctionnaires des RG n’étaient soumis, eux, qu’au devoir de réserve ordinairement imposé aux policiers. Au bas mot, les troupes de la police de l’ombre ont donc doublé. On se souvient alors des mots du fondateur de la DST, Roger Wybot, qui avait imposé le «secret défense» afin de mettre ses agents «à l’abri de toutes les indiscrétions et inquisitions administratives, parlementaires et autres».



Autre nouveauté, et de taille, de la présente réforme: la DCRI centralise l’intégralité des dossiers du renseignement policier. Du jamais vu en France! Les concepteurs de la réforme ont braqué les projecteurs sur la nécessité de supprimer les «doublons» et les missions qui, entre RG et DST, se chevauchaient. Mais la «modernisation» va beaucoup plus loin! La simple lecture du décret fondateur de la DCRI en donne une première idée: le nouveau service est chargé de «lutter, sur le territoire de la République, contre toutes les activités susceptibles de constituer une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation».



Dans sa corbeille, la nouvelle police a reçu quatre types de missions d’une ampleur et d’une variété assez phénoménales. Primo, le contre-espionnage (surveiller les espions venus des pays étrangers). Secundo, la lutte contre le terrorisme et la protection du patrimoine économique. Tertio, le contrôle des communications pouvant porter atteinte «à la sûreté de l’Etat» et la surveillance de la cybercriminalité. Grosso modo, la DST assurait déjà ces trois missions. Mais le quarto constitue l’avancée la plus marquante: la DCRI surveille «les individus, groupes, organisations [ainsi que les] phénomènes de société, susceptibles, par leur caractère radical, leur inspiration ou leurs modes d’action, de porter atteinte à la sécurité nationale».



La violence en ligne rouge, que les «phénomènes de société» soient légitimes ou pas



Du côté de la DCRI, on se montre évidemment rassurant. La lutte antiterroriste constitue «le cœur de cible» du nouveau service, avec la «menace radicale islamiste» (sunnite, chiite, ou par zones géographiques) en priorité des priorités. «Il ne s’agit pas de s’intéresser aux cinq millions de musulmans qui vivent en France, mais au petit noyau qui va se radicaliser et porter préjudice à l’immense majorité de la communauté», ajoute-t-on de même source. Seront prioritairement ciblés les islamistes radicaux partant faire le Jihad armé à l’étranger (Afghanistan ou Irak) puis revenant en France. D’autres mouvements étrangers potentiellement violents, comme les Tigres tamouls sri-lankais, sont maintenus sous surveillance, tout comme ceux relevant de risques terroristes «internes» ou «séparatistes». A savoir les Basques (français ou espagnols), ou les Corses, qui seront visés dans la mesure où ils en viennent à utiliser la violence pour se faire entendre.


Dans sa ligne de mire, le nouveau service a aussi une nébuleuse plus problématique: les individus, mouvements et «phénomènes de société» pouvant recourir à la violence pour soutenir leurs revendications. Mais encore? Quels types de mouvements seront visés ? A partir de quel degré de menace éventuelle ? Il peut s’agir d’«anarcho-autonomes», qui se muent en «casseurs», ou de militants «anti-vivisection» prévoyant le saccage de laboratoires, répond-on de même source. (Lire la suite…)


Dimanche 16 Novembre 2008



Share:

Blog Archive

Support


Definition List

Just Foreign Policy Iraqi Death Estimator

Unordered List