شبكة الإستخبارات الإسلامية

"They plot and plan but ALLAH also plans and ALLAH is the best of Planners." Qur’an VIII – 30

‘’ويمكرون ويمكر الله والله خير الماكرين ‘’: قال الله عزَّ وجل

سورة الأنفال

رضيت بالله ربا و بالإسلام دينا و بمحمد صلى الله عليه و سلم نبيا رسولا لا إلـه إلا اللـه ... محمد رسـول اللـه

This is default featured slide 1 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 2 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 3 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 4 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 5 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

Showing posts with label Terrorisme français. Show all posts
Showing posts with label Terrorisme français. Show all posts

Monday, September 24, 2012

La France-Israel est une dictature mafieuse juive sioniste d'essence talmudo-maconnique, preparant l'internement dans des camps de concentrations, les Musulmans, Immigres et Dissidents politiques, tout ceci au nom 'de la defense d'Israel'

Pour les camps speciaux de concentrations de type Buchenwald ou cite concentrationnaires de type Gaza pour Musulmans, Immigres, Roms (deja existants et mis en branle par Sarkozy depuis Aout 2010), et les dissidents politiques, lire ici!  

 

Un week-end en Francisraël.

- Samedi, vers 14 heures, face au Trocadéro à Paris. Des dizaines de camions de gendarmes cernent les abords de la place. Un important dispositif de sécurité est déployé pour contrer les éventuelles manifestations de musulmans en colère contre les caricatures de Muhammed (NDLR: rectification du nom et saws ajoute par moi, pour ceux qui veulent comprendre ce que le mot issu du talmud de mahomet veut dire, lire ici). Mais à l'horizon, aucun manifestant. Aucun rassemblement. Seulement des touristes et des badauds. Pourtant au milieu de la foule, des CRS procèdent à plusieurs contrôles d'identité, notamment des femmes portant le voile. Au moins une quinzaine de personnes ont été emmenées dans un panier à salade garé sur la place pour avoir refusé de présenter leurs papiers. L'une d'entre elles, particulièrement virulente, a même crié "J'emmerde la laïcité" avant d'être interpellée par des policiers en civil sous le regard des passants et des journalistes. (http://videos.leparisien.fr/video/9bbaf4bbaacs.html)

-  Une soixantaine de CRS, appuyés par un hélicoptère de la gendarmerie, se sont déployés samedi après-midi dans le centre de Marseille, face à un seul manifestant qui avait appelé à dénoncer les caricatures du prophète Muhammed parues dans Charlie Hebdo, a constaté l'AFP. (http://www.20minutes.fr/ledirect/1008445/marseille-soixantaine-crs-helicoptere-seul-manifestant)


Share:

Wednesday, April 07, 2010

Menace terroriste nucleaire sur la France : La DCRI a encore tout inventé, Bernard Squarcini sur le point de demissioner ?

NDLR : Selon une de nos sources, dans les milieux du renseignement, Bernard Squarcini, directeur de la DCRI (Direction Centrale du Renseignement Interieur, pour les intimes Direction Centralisée de la Racaille Israelienne) serait sur le point de demissioner, car plusieurs enquetes extremement genantes remontant vers Sarkozy et plusieurs membres de son gouvernement et parti politique UMP (Union pour la Majorité) seraient sur le point d'etre revelées courant 2010. Squarcini agirait donc comme le fusible de Sarkozy. Notre source parle egalement d'enquetes tres sensibles et de perquisitions tres probables au siege de la DCRI a Levallois Perret. Plusieurs flics travaillant en sous mains avec 'des contractants' pour Squarcini auraient fait l'objet d'intenses filatures en France et a l'etranger dans le cadre d'affaires liant financement de partis politiques, malversations financieres a 'grandes echelles' en vue de la campagne presidentielle de 2012, et dans certains cas, financement de groupes terroristes au travers de multinationales francaises. Notre source confirme que Squarcini aurait deja fait part de sa decision a Sarkozy a la fin du mois de Fevrier 2010. Squarcini fait l'objet d'attention toute particuliere, notamment dans le dossier du GSPC/AQMI, ou la France ne cache plus ses liens avec ses mercenaires operant en Afrique du Nord. La démission de Bernard Squarcini serait un coup dur porté a Nicolas Sarkozy dans le cadre de sa réelection de moins en moins probable en 2012, celui-ci faisant l'objet d'une vaste operation menée par les anglo-saxons depuis Londres suite a ses tergiversations dans plusieurs dossiers internationaux (Grece,architecture du nouveau systeme financier qui ne plait pas du tout a ses financiers sionistes londoniens) et son manque de prise de decision claire dans le cadre de la guerre en Afghanistan. La derniere reunion avec Obama l'eloignant de plus en plus des positions de ses cercles financiers. Suite a la debacle des regionales, Sarkozy essait de faire diversion avec des rumeurs sur sa vie conjuguale, qu'il attribue a son ancien ministre de la justice, Rachida Dati, sachant tres bien que ce sont ses cercles financiers de Londres qui avaient monté l'operation. Difficile de mordre la main qui l'a nourrie.

Abu Suleyman
islamic-intelligence


Un terroriste au CERN ? C’était du bidon...
« Accusé de « surfs gênants », Adlène H. croupit toujours à Fresnes »


http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=18526
Share:

Wednesday, February 25, 2009

Who’s behind Madoff?

By Wayne Madsen
Online Journal Contributing Writer


(WMR) -- As the Securities and Exchange Commission (SEC) announced that it had cut a deal with $50 billion Ponzi scammer Bernard Madoff whereby Madoff will neither admit nor deny fraud claims against him in a suit brought by the SEC. In return Madoff has agreed to pay civil fines and penalties levied by the SEC. The agreement has no bearing on Madoff’s criminal trial.

WMR has learned that in addition to 20 million documents stored by Madoff in a warehouse in Queens that were stored without any indexing system and merely placed in boxes and strewn around the floor are millions of additional documents that were stored by Madoff in a Brooklyn warehouse that was partially flooded. A number of the Madoff documents there were destroyed by water damage.

WMR has also learned that a key element in Madoff’s Ponzi scheme was Madoff Energy LLC, formed as a Delaware corporation in February 2007. Other Madoff firms in the energy arena were Madoff Energy Holdings LLC, Madoff Energy III LLC, and Madoff Energy IV LLC. There are links between these now-defunct Madoff energy entities and Texas oil and natural gas industry interests, some close to the Bushes and Dick Cheney.

WMR has also learned that the kid glove treatment given by federal authorities to Madoff, including allowing him to remain in his Upper East Side luxury town home, is because Madoff’s Ponzi scheme was part of a much larger operation, one involving top officials of both the George W. Bush and Barack Obama administrations, as well as the notorious Russian-Israeli Mafia.

One of the investors in Madoff’s scam was, according to the published list of Madoff “victims,” was the Bank of New York (BONY) and a contrivance called the “Alternate Investment Service.” BONY was the subject of a previous detailed WMR report on the activities of the Russian-Israeli mob:

“Forest Hills has been identified by the FBI as a major center for both the Russian-Israeli Mafia and Mossad and it is a place where the two interests often cooperate. In 2002, OPERATION SPIDERWEB, a joint FBI-EUROPOL operation, resulted in the arrest of 20 Russian-Israeli dual citizens on charges of money laundering. The laundering primarily involved the Bank of New York (BONY), the Russian bank Menatep, and an ‘Internet bank’ called the European Union Bank. More importantly, the money-laundering network also included Benex, a firm connected to Bill Clinton-pardoned Mossad figure Marc Rich, who still resides primarily in Switzerland. . . . Benex’s office was located on Queens Boulevard in Forest Hills in the same building where Grigori Loutchansky headquartered two of his companies. Loutchansky is a Latvian-born Israeli who laundered billions through his Vienna-based NORDEX firm. National Security Agency (NSA) signals intercepts have reportedly yielded intelligence on Loutchansky’s role in the smuggling of nuclear materials. Loutchansky also was closely linked to Clinton’s 1996 re-election campaign through New York real estate magnate and Democratic donor Sam Dombs. . . . Forest Hills was also the hometown of international diamond dealer Yehuda Abraham, convicted in a plot to smuggle surface-to-air missile launchers from Russia into the United States, a mere four months after 9/11, and launder the proceeds from the deal through Malaysia. The network was discovered to have links with the Viktor Bout weapons smuggling network and money laundering facilities linked to ‘Al Qaeda’ Southeast Asia affiliate Jemaah Islamiyah. Abraham, an Afghan Jew, was linked not only to Mossad but to the Saudi Royal Family.”

Obama’s attorney general, Eric Holder, was the Clinton administration’s deputy attorney general who approved the eleventh hour Clinton pardon for Rich.

Another Madoff investor was Mellon Financial Services. On July 8, 2008, WMR reported:

“A February 27, 2008, truck theft of backup data tapes from Bank of New York Mellon Corporation’s Jersey City Shareholder Services unit has the hallmarks of an organized crime heist. Shareholders of the Walt Disney Company, John Hancock Financial Services (a division of Manulife Financial Corporation), People’s United Bank of Connecticut, and the Bank of New York were informed that their stock sale transactions may have been compromised.”

Obama’s Middle East envoy, George Mitchell, is a former chairman of the Board of the Walt Disney Company.

WMR has learned from a U.S. intelligence source in the Middle East that much of the $50 billion scammed by Madoff is now in Israeli banks and other financial contrivances established to secretly launder the ill-gotten loot. The Madoff Ponzi scheme may also be linked to the revelations by former Liechtenstein LGT bank employee Heinrich Kieber of secret off-shore accounts held by tax-evading politicians and businessmen in the United States and other countries, as well as the Clearstream entity in Luxembourg that involved allegations of a slush fund used to finance the political ambitions of France’s neocon president, Nicolas Sarkozy, and other right-wing politicians.

Harry Markopolos, a former investment manager-turned-investigator, recently told the U. S. House Financial Services Subcommittee that the SEC failed to take action against Madoff when Markopolos repeatedly warned the regulatory agency of the Ponzi scheme activities of Madoff, a former chairman of NASDAQ. The hearing at which Markopolos testified was chaired by Rep. Gary Ackerman (D-NY), whose 5th congressional district adjoins the 9th congressional district of Forest Hills and Rego Park, a nexus for Russian-Israeli mob activity in the New York City area.

On February 9, the SEC announced that Linda Thomsen, the agency’s top enforcement official, was resigning to “pursue opportunities in the private sector.”

http://onlinejournal.com/artman/publish/printer_4385.shtml
Share:

Wednesday, August 20, 2008

Mourrir pour Yisrael en Afghanistan


Afghanistan : la France doit revenir à une politique gaullienne


20 août 2008 - 13:42
Par Jacques Cheminade

le 20 août 2008

Lors de la décision de déployer des troupes françaises en Afghanistan, j’ai fait connaître mon opposition à cette décision prise sans mesurer les dangers réels du terrain. C’est donc pour se faire bien voir des milieux actuellement dominants à Londres et Washington que cette décision a été prise.

A l’époque, les généraux Georgelin et Cuche avaient averti des dangers qu’il y avait à se jeter dans « ce merdier ». Nous en payons maintenant les conséquences. M. Sarkozy, qui pendant sa campagne avait dit que la présence française en Afghanistan ne représentait aucun intérêt national, devrait en revenir à ses convictions réelles et à celles de son état-major militaire.

Il en va de l’honneur et de la vie de nos soldats. Son intervention en Géorgie a été au départ un premier pas dans la direction d’une politique étrangère raisonnable. Nous devons continuer dans ce sens, en tenant compte des moyens réels dont nous disposons pour jouer un rôle actif dans le monde permettant de faire prévaloir une politique de paix par le développement mutuel.

La question géorgienne et afghane démontre que l’OTAN est incapable de défendre ses membres dans l’état actuel de l’économie internationale et des interventions en Irak et en Afghanistan. Ceci devrait nous inciter à reconsidérer notre position vis-à-vis de cette organisation qui paraît incertaine, inutile, voire dangereuse.

Echapper à la guerre, dans une situation de désintégration économique et financière internationale, suppose de sortir par le haut du dilemme en remettant l’argent au service des peuples et des nations et non d’aventures.


--------------------------------------------------------------------------------

A lire : Qui veut mourir pour les anglais en Afghanistan ?

Pour lire tous nos articles sur l’Afghanistan

http://solidariteetprogres.org/article-imprim.php3?id_article=4446
Share:

Thursday, July 10, 2008

Le silence complice de la France et ses agents des services en Algérie

Sur la photo, vous avez tous les agents de la France (Promotion Lacoste) qui gouvernent l'Algerie depuis l'ere Chadli, dont le juif sioniste Larbi Belkheir, Joseph Aboulker de son vrai nom, créateur des GIAs.

NDLR: En l'espace d'une semaine, la France a vu lui exploser à la face deux affaires l'impliquant au plus haut point, les attentats de 1995 et le massacre des moines de Tibhirines... Les versions officielles y sont totalement discréditées. L'Elysée est en mode panique depuis...





Les moines de Tibéhirine victimes d'une bavure ?



http://www.ouest-france.fr/Les-moines-de-Tibehirine-victimes-d-, 09 juillet 2008

La mort des moines avait été imputée au GIA. En décembre 2002, un ancien des forces de sécurité algérienne avait déjà impliqué l'armée en l'accusant d'avoir enlevé les religieux.

L'armée algérienne est mise en accusation dans un nouveau témoignage sur la mort des sept moines français, tués en 1996, en Algérie.

« Les sept moines français séquestrés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996, à Tibéhirine, par un groupe islamique infiltré par la sécurité militaire, furent tués depuis un hélicoptère de l'armée algérienne. » Cette révélation, c'est un haut fonctionnaire d'un gouvernement occidental qui vient de la faire au quotidien italien La Stampa, dans son édition de dimanche. Il y a un mois, il avait donné rendez-vous, à Helsinki, à Valerio Pellizzari, plume prestigieuse et réputée du journal italien. Un rendez-vous pour parler de l'affaire de Tibéhirine. Comme pour se soulager d'un secret trop longtemps tenu.

« Faux enlèvement »



Point par point, le haut fonctionnaire revient sur les zones d'ombre qui entourèrent l'enlèvement, puis l'exécution, des sept moines français. Le « faux enlèvement », dit-il, aurait été planifié par des cellules parallèles des services de sécurité, afin de montrer le danger que représentait la déferlante islamique. Dans l'opération, les ravisseurs islamistes n'étaient que des hommes de main.

Plus inédit, le haut fonctionnaire raconte la dynamique de ce qui serait une bavure de l'armée. L'enlèvement aurait dû se terminer par la libération des religieux, mais un soir de mai, un hélicoptère de l'armée repère un campement. Le chef d'escadrille tire sur le bivouac. « Les corps des moines étaient criblés de balles. C'est pour cela qu'au moment des funérailles, il n'y avait que les têtes qui furent déposées dans les cercueils. » Le détail macabre redoubla alors le sentiment d'horreur suscité par les groupes islamistes. Selon cette source, les moines auraient été décapités après leur mort pour camoufler la vérité.

Ce détail horrifiant ne fut d'ailleurs révélé par les autorités algériennes que sous l'insistance du père Armand Veilleux, procureur des Cisterciens, à son arrivée en Algérie. Le père Veilleux s'en souvient parfaitement. « Je leur ai dit que, si besoin était, j'aurais ouvert moi-même les cercueils avec un tournevis, raconte-t-il à Ouest-France. On nous avait menti », ajoute-t-il. Plus troublant encore, c'est un médecin légiste français qui pratiqua l'autopsie. « C'est un élément nouveau qu'apporte cet article très sérieux », affirme le père Veilleux. « J'espère qu'il va permettre de relancer l'enquête ». Et la mort, deux mois après, de Mgr Claverie, l'évêque d'Oran ? « Un prolongement de l'affaire », affirme le haut fonctionnaire. « Il en savait trop », assène Armand Veilleux, « la plupart des témoins ont été tués ».

Ce qui expliquerait l'anonymat demandé par le haut fonctionnaire. Quel poids accorder à son témoignage ? « C'est une personne très solide, pas quelqu'un de l'ombre », précise Valerio Pellizzari. Le Vatican, prudent, exprimait dimanche sa « stupeur ». Le cardinal Martino, patron de Justice et Paix, était, hier, moins prudent en affirmant que cette hypothèse « ne saurait être liquidée comme fantaisiste car ce ne serait pas la première fois que, sur le meurtre de religieux, les vérités d'État seraient démenties ».

Laurent MARCHAND.
Share:

Monday, June 23, 2008

LA France dirigera les opérations du GSPC/AQMI depuis l'Elysée


Bajolet promu coordinateur des renseignements à l’Elysée
El Watan, 27 mai 2008

L’actuel ambassadeur de France à Alger depuis fin 2006, Bernard Bajolet, serait partant. Il quittera Alger pour rejoindre l’Elysée en juillet, où il est promu coordonnateur des services de renseignements français.

C’est ce qu’a indiqué, hier, une source proche du dossier, citée par l’AFP, qui ajoute que ce nouveau poste est prévu dans le livre blanc sur la défense et la sécurité nationale dont la publication est prévue courant juin. La même source ne donne cependant aucune indication sur l’identité du successeur de M. Bajolet à l’ambassade de France à Alger. De son côté, une source de l’ambassade de France à Alger contactée hier n’a ni confirmé ni infirmé cette information. M. Bajolet devrait entamer en juillet sa nouvelle fonction hautement stratégique, créée dans le cadre d’une réforme destinée notamment à améliorer la lutte antiterroriste. La structure qui sera dirigée par M. Bajolet assumera les tâches dévolues actuellement au Comité interministériel du renseignement (CIR), dépendant du Premier ministre. Spécialiste du monde arabe où il a fait l’essentiel de sa carrière, il a eu à gérer, lorsqu’il était en fonction en Irak, l’épineux dossier de l’enlèvement de la journaliste française de Libération, Florence Aubenas, lors de la prise d’otages qui avait connu un dénouement heureux. M. Bajolet avait occupé auparavant le poste d’ambassadeur de France en Bosnie-Herzégovine entre 1999 et 2003. Mais c’est en Algérie que sa prise de fonction n’était pas de tout repos, car il a eu à affronter comme « un cheveu dans la soupe » la fameuse polémique née entre les deux pays à la suite de la loi du 23 février et le projet du traité d’amitié, toujours en suspens. Si son prédécesseur, en poste en Algérie, Hubert Colin de la Verdière, avait, lui, en février 2005, à Sétif, qualifié les massacres du 8 mai 1945 de « tragédie inexcusable » pour le colonialisme français, Bernard Bajolet n’hésitera pas à faire encore mieux. Le diplomate français a franchi un pas supplémentaire dans ce que des historiens contemporains ont appelé « la guerre des mémoires » en évoquant récemment dans un discours prononcé à Guelma les « épouvantables massacres » commis en Algérie par l’armée française. Il a souligné la responsabilité de la France dans ses crimes coloniaux, qualifiant de « massacres » les atrocités commises contre le peuple algérien durant les sombres journées de mai 1945. M. Bajolet avait assuré à ce propos que son pays « n’entend plus les occulter » et que « le temps de la dénégation est terminé ». A noter que c’est pour la première fois qu’un haut représentant de la France employait ces termes pour décrire l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire de la colonisation française. Des « amabilités » diplomatiques loin de la repentance demandée par l’Algérie, mais auxquelles les autorités n’ont pas été insensibles. Evoquant, en juillet 2007, les divergences entre Paris et Alger concernant la colonisation française en Algérie, Bernard Bajolet avait souligné que « le travail de mémoire doit continuer, il a commencé, mais il prendra encore du temps et c’est la raison pour laquelle il ne doit pas constituer un préalable à l’approfondissement de nos relations ». Il avait estimé en avril 2007 que la mémoire doit être partagée. « Le plus grand chemin à faire est celui des Français, mais cela ne veut pas dire que les Algériens n’ont aucun chemin à faire. On a tout de même progressé. On n’est pas au bout du chemin. Il faut regarder l’histoire en face pour être en paix avec son passé et construire le futur. C’est par toute chose concrète que ce travail de mémoire doit se faire. Il faut qu’il n’y ait aucun sujet tabou entre l’Algérie et la France », avait-il souligné. Il reste que ces prises de position lui valent beaucoup de sympathie de ce côté-ci même si de l’autre côté il y a quelques foudres assassines. Comme celles que lui avait réservées le Front national suite à ses déclarations en lui rappelant que « la première mission d’un ambassadeur de France est de défendre les intérêts français à l’étranger et non d’insulter le passé ».

R. Bel
Share:

Thursday, June 05, 2008

Pourquoi le croisé raciste de France insulte le Prophete de l'Islaam ?


En France, et c'est le seul pays au monde, on se permet d'insulter le Prophete Muhammad (saws) en l'appelant 'mahomet'. Ce terme barbare et raciste est une insulte qui a été reprise par l'église catholique lors des croisades au 10ieme siecle, car il decrit en Arabe celui 'qui n'est pas loué' le 'ma' signifiant une négation en Arabe, tout le contre de Mohammed, ou Muhammad, Ahmad (saws) qui veut dire 'celui que l'on loue'.


La France et ses élites racistes croisés se permettent d'utiliser ce terme car ils n'ont jamais cessé d'etre en guerre avec le monde Musulman, ils n'ont jamais digéré les défaites des croisés, le simple fait d'utiliser cette insulte démontre toute la haine que les élites, d'abord chrétiennes, puis maintenant juives sionistes vouent aux Musulmans, en niant l'authenticité de l'Islaam.


La France est le seul pays au monde a appeler le Prophete Muhammad saws bien-aimé de la sorte, aucun autre pays sur la planete n'utilise ce terme, cette insulte caractérisée dévoile bien des verités...






Mahomet : je ne connais pas ; Mohammed : oui c'est notre Prophète


Lettre ouverte à l'Académie Française



"Mesdames, Messieurs les membres de l'Académie Française,

Conscient du fait qu'il vous incombe de veiller sur la langue française, mission principale conférée dès l'origine par vos statuts, et que pour s'en acquitter, votre respectable institution s'évertue à fixer la langue, pour en faire un patrimoine commun à tous les Français et à tous ceux qui pratiquent la langue française de par le monde.

Sachant que la phonétique de certains noms de personnalités qui ont marqué l'histoire change selon les langues, tels que : Christophe Colomb, Moïse, Avicenne etc…

Qu'il en va différemment de la phonétique du noble prénom du prophète de l'Islam « Mohammed » qui n'a décidément pas eu très bonne fortune. En témoigne la quarantaine de formes qu'a prises le nom du prophète en français et dans les langues occidentales ; telles que Mahum, Mahoun, Machou, Macomet, Machmot, Mahommot, etc. » (Revue : Le monde musulman. Edit. E. Leroux. n° X).

Que, plus particulièrement, la phonétique française du prénom du prophète de l'Islam serait une déformation du sens originel de ce noble prénom qui donne en arabe مَا حُمَد (Mâ Houmid : celui qui pas reçu, qui n'est pas digne de louanges). Et signifiant « Celui qui n'est pas digne de louanges », « le maudit », « l'exécré ».

Qu'en définitive, cette déformation dyslexique constitue tout simplement l'inverse de la version arabe du prénom Mohammed محمد qui s'écrit avec 4 consonnes mîm, hâ' , mîm et dâl, et signifie : «le loué, le béni, ou le digne de louanges».

Qu'au VIème siècle, les membres de la tribu des Quraychites qui n'avaient pas cru en le message du prophète de l'Islam, ainsi que les juifs et chrétiens contemporains, lui ont collé ce sobriquet, par pure haine et dénigrement, du fait que "Ma" en arabe signifie la négation en arabe classique du sens originel du prénom, et par conséquent le déni de la prophétie dans son ensemble.

Conscient également que cette déformation phonétique par les adversaires du prophète de l'Islam était sans nul doute malveillante au VIe siècle et qu'elle constituait manifestement une insulte.

Que cette déformation est le fruit d'une ère révolue, et qu'elle est fortement fautive linguistiquement (inversion du o et du a , t à la place du d, absence du redoublement du m )

Qu'il est honteux de constater que cette déformation dyslexique ait traversé les siècles et qu'elle se soit profondément ancrée dans les mœurs et la culture francophones.

Qu'aujourd'hui cette déformation n'est forcément pas malintentionnée et que son usage se perpétue par ignorance de son sens originel. Mais qu'il en serait autrement si son maintien est par pur esprit de bravade ou que la persistance de cette erreur phonétique traduise une attitude de défi insolent.

Qu'une erreur reste une erreur, même si elle a été commise durant des siècles.

Qu'une erreur, même "historique", est toujours susceptible de correction.

Qu'au nom du respect que j'ai pour la personne du Prophète de l'Islam en tant que musulman, et qu'au nom de l'amour que j'ai pour la langue française en tant que seconde langue parlée dans mon pays (le Maroc).

Qu'au nom de tous les francophones musulmans qui seraient d'accord avec mes propos.

En gardant à l'esprit que la lettre arabe ح (Ha' ) est profondément étrangère à l'inventaire phonétique français et que sa prononciation est manifestement difficile, voire même impossible pour des « bouches » occidentales.

Que la retranscription scripturale du prénom « Mohammed » est résolument plus aisée que sa reproduction phonétique et que les statistiques démographiques françaises actuelles parlent d'elles-mêmes : 52 099 personnes ont été prénommées Mohammed en France depuis 1940 (Source : Insee).

Qu'en vertu de l'article XXIV des statuts de l'Académie Française stipulant que « la principale fonction de l'Académie sera de travailler avec tout le soin et toute la diligence possibles à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences ».

Qu'il serait par conséquent souhaitable que votre honorable Académie puisse « épurer » les livres d'histoire, les encyclopédies, les dictionnaires ainsi que les prochaines éditions d'ouvrages d'orientalistes ; de cette erreur phonétique historique, et qu'elle ne retienne à l'avenir que les phonétiques "Mohammed" ou "Muhammad", plus fidèles à la prononciation arabe de ce noble prénom au lieu de la phonétique corrompue et historiquement malintentionnée « Mahomet ».

A bon « entendeur ».

Signé : StrangerInTheNet, musulman francophone jaloux de son islamité et de sa francophonité.

Share:

Tuesday, April 22, 2008

Manipulation des médias par la police et les services de renseignements


La propagande garde du corps du mensonge.

La propagande est un excellent moyen pour rallier certains peuples oisifs, souvent aux prix d'amplifications, d’altérations voir aux prix de mensonges abusivement répété et mis en relief par des experts, des politiques, des médias etc…le but principal de ces mises en scènes permettent la validation des projets réfléchies depuis des années. Souvent, ces projets sont aux bénéfices de groupes d’influence, de firme, ou d’entreprise appartenant a ces mêmes experts et anciens directeurs ou responsables d’un quelconque secteur...



En exemple, la meilleure et la plus visible des propagandes est celle de C dans l’air qui attire toute sorte de spécialiste en terrorisme, en securité etc. ces derniers acceptent, ou jouent leur rôle de propagande avec un grand interet dissimulé :

ÉRIC DENÉCÉ : Directeur du Centre français de recherche sur le renseignement), 43 ans, ne rechigne pas à décliner clairement sa profession : spécialiste du renseignement. Reconverti dans le privé, cet ancien militaire travaille à découvert depuis une quinzaine d’années et a même créé, avec l’université de Bordeaux 4, un diplôme dédié au renseignement et aux services secrets.

Voici ce qu’il dit lors d’une interview :

"Pour quels genres de missions fait-on appel à vos… conseils ?"

"E.D : Il peut s’agir d’aider une entreprise à gagner un marché. Ou, à l’inverse, elle peut vouloir se prémunir face à l’agressivité d’un concurrent déloyal."

Eric denecé s’invente un parcours au Cambodge, en Asie et même un poste auprès du ministère de la défense. Tout ceci, sans les moindres preuves, datations ou confirmation . des génies de la propagandes invités souvent par les mêmes (Yves Calvi) et qui utilisent l’outil de la peur pour précipiter leur entreprise en renseignement, de sécurité , de miliciens ou autres.

Alors que nous nous focalisons sur l’aspect militariste de la propagande, il y en a une plus machiavélique ; celle qui passe sous forme de diplomatie, d’expertise ou d’analyse implicitement belliciste.

Souvent la tactique de la propagande est difficilement decelable mais suit un schema bien definit :

- utilisation d’une histoire selective pour nourrir un objectif bien precis : pour envahir l’Afghanistan il fallait parler de la bourca. Le 11 septembre préparé dans la grotte de ce pays n’aurait pas suffit.

- évoquer une histoire partielle des faits : vous pourrez par exemple parcourir les 600 pages de la commission du 911 sans JAMAIS trouver une quelconque référence au WTC 7. c’est la faiblesse essentielle de la propagande belliciste.

-renforcer les motivations et les raisons d’une intervention militariste : par exemple, les chaînes américaines (foxnews, CNN etc) invitent souvent d’anciens généraux, d’agent du renseignement pour appuyer les évolutions de la nouvelle politique. En France, nous sommes tout autant capable de faire parler les memes faux experts : Jean-Charles Brisard et Guillaume Dasquié, les pseudos-experts ont reconnu s’être trompé sur le financement des terroristes musulmans. Et pourtant ils étaient une référence en matière de terrorisme international, et démontraient pitoyablement que tout venaient des musulmans. Bref, retour en arrière, ils déclarent avoir raconté des mensonges depuis le début.
-une action de la propagande la plus répandu, mais peu perceptible est celle de la « demonisation » des « ennemis ». le meilleur moyen pour éviter a la masse de comprendre ou d’analyser la situation.
-l’autre moyen pour asseoir la propagande c’est d’utiliser des discours non discordant afin de créer un pseudo debat. Le meilleur exemple est celui, encore une, de C dans l’air. Inviter toujours les memes, les opposer (simuler une opposition) et permettre ainsi au telespectateur de croire a un vrai debat ou un vrai faux dialogue.

Parmi tous ces outils une véritable entreprise de dénigrement, de haine , de xénophobie et d’islamophobie est alimenté par toute sorte de personnalité ou de politique afin d’alimenter le rejet. Cela ne laissera aucunement place a l’analyse même pour le moins haineux ou le plus éduqué. Combiné a cela les émotions du patriotisme, de l’honneur, de la droiture, de la liberté etc… des valeurs sur lesquels toute personne, faiblement instruit serait en parfait accord.

Usuellement, sans l’appui de la politique étrangère, la propagande ne pourrait tenir interminablement et donc serait vainement qu’un simple appel a la mise en garde. En exemple, le premier a lâcher le mot guerre, fut le ministre des AE françaises contre l’Iran. Il esperait ainsi avoir l’aval des français, mais c’était sans compter qu’ils n’etaient pas aussi belliciste que les israéliens ou les américains.

Dernière chose, pour vaincre toute vérité, la propagande a des gardes du corps du mensonge pour éviter toute contradiction. En exemple, lorsque l’on veut, dans une émission alimenter un mensonge sur les musulmans, ils évitent d’inviter un spécialiste de l’islam, mais plutôt un islamologue. La différence entre ces deux cas est notable. Dénigrer l’absent est beaucoup plus facile que de se confronter a lui.
Share:

Tuesday, February 05, 2008

Reseaux terroristes de la France-yisrael contre reseaux terroristes nationalo-gaullistes de la Francafrique : guerre pour le controle de l'Afrique


Atteinte à la sûreté de l`état - Comment Jean-Paul Ney a été piégé par la gendarmerie


Depuis le 27 décembre 2007, Jean-Paul Ney croupit dans les geôles de la DST où il doit répondre de sa responsabilité dans la dernière tentative de déstabilisation du régime. Cet espion français qui manœuvre sous la casquette de Reporter photo connaît en effet un parcours très particulier. Révélations.


Les fins limiers de la gendarmerie nationale ont démontré, avec l’arrestation de l’espion français Jean-Paul Ney, qu’ils ont vraiment progressé en matière de renseignement. En effet, les services du général Edouard Kassaraté ont très tôt flairé cette autre opération de déstabilisation ourdie contre le pouvoir d’Abidjan. Par rapport aux informations dont ils disposaient, Jean-Paul Ney a été, dès son arrivée le 10 décembre 2007 à l’aéroport international, pris en filature. Ses faits et gestes étaient observés jusqu’au 27 décembre dernier au moment où il est allé se pré-positionner nuitamment en face de la RTI attendant le moment de l’assaut final. Ainsi donc, pendant deux semaines, le mercenaire français a été suivi dans tous ses déplacements, même jusque dans ses rendez-vous galants. C’est d’ailleurs, dit-on, l’une de ses compagnes d’un soir, coincée par les limiers ivoiriens qui a fini par ’’balancer’’ le Français. Il s’agissait donc pour la gendarmerie de cumuler un maximum d’informations compromettantes afin que l’arrestation du suspect ne souffre d’aucun doute. C’est ce qui a été fait d’autant plus que tout s’est passé dans la discrétion et l’annonce de son arrestation ne s’est faite qu’une semaine après celle-ci, c’est-à-dire le vendredi 4 janvier 2008. L’opération s’est donc déroulée dans la discrétion totale. Qui est en réalité Jean-Paul Ney ? C’est en 1996 que Jean-Paul Ney embrasse le métier de Reporter photo. A ce titre, il a collaboré avec l’agence SIPA presse ainsi que la chaîne de télévision Canal+. Depuis les Etats-Unis d’Amérique où il a séjourné, il était le correspondant du magazine VSD ainsi que du journal France-Soir. Cet ancien éducateur sportif de 31 ans, s’est ensuite spécialisé dans l’espionnage et le terrorisme. "Monde qui le fascine" comme l’indiquait le journal ’’Le Point’’, en 2002. C’est pourquoi, il n’hésitera pas à se métamorphoser en véritable barbouze puisque sa casquette de journaliste photographe lui permettait de briser aisément les barrières et d’agir toujours de façon insoupçonnée. Jean-Paul Ney a par le passé déjà eu maille à partir avec la justice et la police. Il avait été mis en examen pour « vol et atteinte au secret de la défense nationale ». Alors vigile, il avait dérobé une carte du réseau Rimbaud, au ministère des Affaires étrangères.


Le Réseau Rimbaud, un réseau téléphonique interministériel permettait aux personnes autorisées de l’Etat de se joindre en mode sécurisé. Jean-Paul va additionner les plaintes et les jugements. Il va d’ailleurs effectuer plusieurs jours de prison "préventive" dans une affaire de menaces de mort à l’encontre d’un autre journaliste. Il sera condamné à 1 an de prison avec sursis, environ 1,9 million de francs cfa (3.000 euros) d’amende et soins psychologiques et psychiatriques demandés par le tribunal. Il sera aussi entendu dans l’affaire AZF quand des inconnus ont menacé d’attaques les lignes SNCF. Il indiquait avoir des "infos". Il se servira aussi d’un ordinateur d’un journaliste de i-Télévision pour noyer le forum du site Kitetoa (site underground tenu par un journaliste) de messages vengeurs. Certaines rédactions occidentales ont été victimes des frasques du journaliste photographe. La rédaction de Zataz, il y a une dizaine d’année, avait eu l’occasion de goûter à ses frasques. Une erreur qui va leur coûter cher. Zataz avait effectué, avec lui, pour l’agence SIPA, des photographies. Seulement, les négatifs lui ayant été laissés, il s’en servira pour les menacer devant le tribunal. Zataz a été condamné à payer l’équivalent de la somme de 2.000.000 francs cfa. Jean-Paul Ney est également membre ou fondateur de pluisieurs associations regroupant des journalistes de questions militaires ou de terrorisme.


ROBERT KRA


Ney, comme Jean-Helène


L’histoire de l’arrestation récente de Jean-Paul Ney par les services de sécurité ivoiriens fait penser à une autre, plus tragique celle-là, survenue au début de la crise politico-militaire qui secoue la Côte d’Ivoire depuis plus de 5 ans. Il s’agit de l’affaire Jean-Helène, du nom de l’ex-correspondant de Radio France internationale (Rfi) à Abidjan. Qui a été abattu par le sergent de police Sery Dago, une nuit, devant la maison de la sûreté nationale, sise au quartier chic d’Abidjan-Plateau. Dans la foulée de l’enquête ouverte suite à ce meurtre, l’on apprendra que la profession de journaliste du français n’était qu’un paravent, un écran de fumée pour cacher sa véritable mission en Côte d’Ivoire. En effet, barbouze de son état, l’homme, sous le manteau du journaliste, oeuvrait secrètement à l’avancée et au triomphe de la rébellion. On se rappelle, que dès que le journaliste ( ?) visitait une localité, le lendemain celle-ci était attaquée et annexée par les rebelles. C’est à peine s’il ne servait pas d’éclaireur aux combattants de Guillaume Soro. Une perfidie qu’il a, en définitive, payée cash, refroidi qu’il a été par le sergent Dago. Pour ceux qui connaissent bien la petite mare de la cellule africaine de l’Elysée, ils savent que c’est une vieille tradition de la maison, de parer du manteau de journaliste les agents de l’ombre, chargés d’accomplir les basses besognes sur le théâtre ivoirien. La liberté de presse étant observée dans la plupart des pays, il est plus facile de prendre ainsi à défaut les régimes à abattre.


Et si par malheur, les choses venaient à se compliquer, à tourner au vinaigre, alors Robert Menard, le truculent président de l’association « Reporters sans frontières » (Rsf) et ses petits copains seront actionnés pour entrer en scène et réclamer bruyamment la libération du journaliste ( ?) mis aux arrêts. Il s’en suit tout un battage médiatique dans toute la presse française et même au-delà. Pour obtenir l’élargissement de l’agent coincé. La stratégie est aujourd’hui connue et ne surprend presque plus personne. C’est une manœuvre,-en ce qui concerne les pays africains-, qui a connu, dit-on, ses lettres de noblesse sous le règne des réseaux Foccart dont l’héritage semble avoir été bien entretenu par les successeurs de « Jacques l’Africain » comme ses proches aimaient désigner le vieux Foccart. En témoigne la dernière mission en terre ivoirienne de Jean Paul Ney, qui malheureusement a tourné court. Car ce que les barbouzes français ont ignoré, c’est que les petits Etats africains, ambitieux comme la Côte d’Ivoire ont, au fil des années, considérablement pris du volume en termes de capacité d’écoute. Si bien qu’il est aujourd’hui plus difficile de passer entre les mailles du filet tendu par les sécurocrates locaux

.
Le lourd silence de Janier


L’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, SEM André Janier, jusqu’à hier soir, n’avait pas encore,- du moins officiellement-, donné de la voix sur cette affaire de mercenaire français arrêté fin décembre 2007, à Abidjan par les autorités ivoiriennes. Lui d’habitude si généreux en propos, garde curieusement le silence. Le sujet manquerait-il d’intérêt aux yeux du premier citoyen français en terre ivoirienne ? Ce n’est pas certain. Car selon des sources proches de la maison de France à Abidjan, le diplomate a déjà pris langue avec les autorités ivoiriennes sur le sujet. Mais il serait resté sans voix devant les preuves irréfutables qui accablent Jean-Paul Ney. On cite notamment une copie du discours du sergent-chef Ibrahim Coulibaly dit IB,-trouvée entre les mains du journaliste-photographe-, qui devait marquer la prise de pouvoir de ce dernier, après le renversement réussi des institutions de la République, programmé fin décembre dernier. « Dans ces conditions, vous comprenez aisément qu’il ne peut que garder le profil bas dans cette affaire gênante à bien d’égards. Surtout qu’elle tombe à un moment où la Côte d’Ivoire et la France négocient une nouvelle entame de route après des relations orageuses observées ces 5 dernières années, entre les deux Etats », nous a confié un diplomate européen en poste à Abidjan, visiblement bien informé sur la question.


Ainsi donc après l’ « arche de Zoé » au Tchad, l’affaire Ney est assurément un nouveau coup dur pour les autorités hexagonales. Qui devront particulièrement manœuvrer dur à Abidjan pour chasser le sentiment,-quasiment général-, que la France, malgré ses différentes professions de foi, n’a pas encore renoncé au projet de renverser le régime du président Laurent Gbagbo. Assurément, ce ne sera pas la chose la plus facile qui soit. Surtout en ces temps où la cité est secouée par les bruits récurrents de coup de force en préparation. Le moins que l’on puisse dire est que Janier et les siens ont véritablement du pain sur la planche.


Share:

Saturday, January 12, 2008

Attentats de 1995 : Comment la France a conserve les hydrocarbures en bombant Paris et en exterminant les algeriens

Attentats de 95 : les perles oubliées du dossier


« Bakchich » a mis la main sur le dossier d’instruction des attentats commis en 1995 en France par les GIA (groupes islamiques armés) ainsi que sur les compte-rendus des auditions des acteurs de la nébuleuse terroriste algérienne de l’époque. On en apprend de drôles…


En octobre dernier, la condamnation à perpétuité à Paris de l’Algérien Rachid Ramda, principal financier des réseaux du GIA qui oeuvrait depuis Londres, clôturait le lourd dossier des attentats commis en France en 1995. Ainsi, excepté des zones d’ombre barbouzardes et diplomatiques cadenassées dans le secret des archives de la “Françalgérie”, tout aurait été dit et jugé.

Affaire classée ? Plutôt piégée. Au fil des centaines de pages qui constituent le dossier d’instruction des attentats de 1995 et les compte-rendus des auditions menées pour l’enquête, que Bakchich s’est procuré, on en apprend encore. Et la “ghanima” (le butin, comme disent les groupes armés islamistes), au bout de sa lecture intégrale, est juteuse : quelques petites bombes à retardement bien tapies y dormaient. Bakchich les révèle.

• Bombe retournée. Contrairement à la version connue, en 1994 le territoire français ne représentait pas une cible à frapper, au moment de la constitution du réseau des GIA en Europe. Au tout début, la Belgique était la base arrière centrale de ce réseau européen. Puis, « la structure française du GIA a été recrutée et structurée à partir de l’été 1994 depuis Bruxelles sous sa direction et y avait implanté une structure opérationnelle » de soutien aux combattants des GIA en Algérie. Elle servait à « l’approvisionnement des maquis en armes et matériel, ainsi qu’à l’acheminement et l’hébergement de militants de passage ».

Chronologie de l’année 1995

25 juillet : une bombe artisanale explose dans une rame du RER B à la station Saint-Michel à Paris. Elle fait 8 morts et environ 150 blessés.

17 août : une bombe placée dans une poubelle de l’avenue Friedland à Paris fait 17 blessés.
26 août : en bordure de la voie ferrée du TGV Paris-Lyon, une bombe artisanale qui n’a pas explosé au passage du train, est retrouvée. Les empreintes de Khaled Kelkal figurent sur l’engin.
3 septembre : 4 personnes sont blessées par une explosion sur le marché du boulevard Richard Lenoir, à Paris.

4 septembre : un engin explosif qui n’a pas fonctionné est retrouvé dans une sanisette, place Charles-Vallin à Paris (XVe arrondissement).

7 septembre : une voiture piégée explose à proximité d’un collège juif à Villeurbanne et fait un blessé.

28 septembre : Khaled Kelkal est abattu par les gendarmes près du lieu-dit de "Maison Blanche" (Rhône).

6 octobre : à proximité de la station de métro parisienne "Maison Blanche", une bombe explose dans une poubelle, faisant 16 blessés.

17 octobre : une bombe placée dans une rame du RER C explose à la station "Musée d’Orsay" et fait 27 blessés.

Le réseau français devait originellement se contenter, d’une part, de recruter des militants qui « acceptaient de s’engager totalement à la cause » contre le régime algérien et, d’autre part, de « constituer une réserve de personnes », hors recrues, « à qui des services pourraient être demandés ». Autrement dit, de ne représenter qu’une base arrière et/ou de repli à un combat qui se menait en Algérie… et pas en France.

Ce n’est que plus tard que la stratégie prônée par l’émir du GIA du moment, Djamel Zitouni, d’étendre le conflit sur le terrain français s’est progressivement élaborée. Comment ? Par l’intermédiaire du mystérieux Ali Touchent (cf. encadré) que la justice française considère comme le coordinateur des GIA en Europe et le cerveau des attentats de 1995.

Le mystère Ali Touchent

Figure centrale des quelques 70 “personnages” liés de près ou de loin aux attentats de 1995, figure omniprésente de l’enquête policière et des procès qui suivront à partir de 2002, Ali Touchent est considéré par la justice française comme le coordinateur des réseaux du GIA en Europe et l’organisateur des attentats en France.

Hélas, il restera définitivement le grand absent d’une affaire considérée comme classée depuis la condamnation à perpétuité de Rachid Ramda en octobre 2007. L’Algérien Ali Touchent alias Tarek, alias Samir Bouchiba, alias Cheikh Abdelnasser aura toujours miraculeusement échappé aux nombreux coups de filet opérés en France et en Europe, lancés pour démanteler les réseaux. Evaporé, disparu de la circulation !

Bien que traqué par Interpol, le fantôme est réapparu, mort, « abattu par les forces de l’ordre algériennes à Alger le 23 mai 1997 », comme le rapporte un document du dossier d’instruction des attentats de 1995. Il a été « identifié plus tard, le 18 février 1998 par une comparaison d’empreinte digitale » qui aura donc pris neuf mois, délai qu’à dû attendre la France pour être informée du décès d’Ali Touchent. De cet activiste membre du GIA, plus de douze ans après les attentats, il ne reste même pas une tombe pour sa famille, qui cherche encore son cadavre…
Le mystère de la disparition d’Ali Touchent a contribué à alimenter la thèse soutenue par les partisans du “qui-tue-qui”. Ceux-ci pensent que les services de sécurité algériens seraient les vrais instigateurs des attentats et auraient manipulé le GIA et ses émirs successifs à la vie courte, dont l’émir Djamel Zitouni, pour éradiquer l’opposition islamiste et impliquer la France dans la lutte anti-terroriste en Algérie.

R. de S.

Celui-ci a été envoyé par le prédécesseur de Djamel Zitouni, El Chérif Gousmi, qui l’a “nommé” « premier commandant du GIA en Europe, en septembre 1994 ». Il était de surcroît « un disciple de Mohammed Saïd », le dirigeant de la tendance dite “djazariste” du GIA qui voulait délimiter l’action du groupe au seul territoire algérien et qui a été assassiné en novembre 1995, près de Medea, très certainement sur ordre de Zitouni. La faute aux rivalités internes qui animaient les différents groupes du GIA…

Le démantèlement de la structure belge par les autorités du pays, le 1er mars 1995, a paradoxalement rendu possible la mise en œuvre de la ligne de Zitouni, au profit du renforcement par défaut du réseau français. Selon les propos tenus par Ali Touchent et relaté par un de ses contacts français, « il fallait remettre en œuvre ce qui avait fonctionné en Belgique ». La Hollande, où Touchent s’était replié quelques jours avant de rejoindre clandestinement la France fin avril 1995, devait en revanche rester une base arrière où « aucune activité ne s’exercerait » pour qu’elle puisse justement le rester…

• Bombe de secours. Le réseau de Lyon, mené par l’islamiste Khaled Kelkal (impliqué dans les attentats et abattu par la police en septembre 1995) n’était pas le premier choix d’Ali Touchent. Il était en fait une solution de remplacement après le désistement d’une équipe de Chasse-sur-Rhône, constituée des convertis David Vallat et Joseph Jaime. Motivés par la promesse de rejoindre les maquis algériens, ces derniers étaient en revanche hostiles à des attentats sur le sol français.

Ils avaient même rompu les contacts avec Ali Touchent à l’été 1995 en apprenant la nature des nouveaux objectifs et après l’arrivée fin juin, via la Syrie, en Turquie, de Boualem Ben Saïd, que Touchent leur avait présenté comme « un émir représentant Zitouni », à qui ils devaient apporter des faux papiers pour passer en France. Pour Jospeh Jaime, Touchent n’était du reste « pas un islamiste », mais plutôt « un type de la sécurité militaire algérienne » peut-on lire dans le compte-rendu de son audition…

• Bombe vérolée. On apprend également qu’aussi pure et radicale qu’elle devait être pour mériter de s’y engager, la “cause” n’échappait pas aux tentations pécheresses de certains membres du réseau français des GIA, qui se sont allègrement servis dans les caisses destinées à soutenir les maquisards…

• Bombe dévoyée. Pis encore : le premier relais envisagé pour la région lyonnaise, - qui, selon son prédécesseur Safé Bourada, a bavé devant le juge en charge de l’enquête- , s’est fait proprement virer pour avoir honteusement « trompé les donateurs en leur occultant le fait que le produit [de la collecte des sous] était destiné au GIA ». En effet, ses mandataires en Algérie s’étaient fendus à son attention d’une « lettre officielle d’accréditation pour faire la collecte de fonds » pour le groupe armé …

Le dévoyé, décidément sans foi ni morale, avait également abusé « plusieurs jeunes de la région lyonnaise » en les envoyant en Afghanistan « dans des conditions précaires », en profitant « de contacts noués [dans ce pays] avec la structure européenne du GIA » … Un comble ! Arrivés au Pakistan, « ce beau pays » où « ils pourraient faire beaucoup de sport », selon les dires du dévoyé avant leur départ, ces “touristes” se voyaient proposés, à défaut d’activités sportives, « une formation militaire » dans le très fun « camp de Khalden » ! Et, de retour en France, surprise : leur compte en banque avait été vidé par le même individu, à qui, fraternité dans l’islam devait obliger, ils avaient en toute sérénité confié leur carte bleue pour régler le loyer et les impôts, et pointer à leur place aux Assedic…

• Bombe à clou. Le clou, si l’on peut dire, en matière d’enfumage est l’histoire de ce “demandeur d’asile” en France, porteur d’un passeport falsifié obtenu grâce au réseau d’appui aux clandestins du GIA, qui avait justifié son arrivée dans l’Hexagone pour cause de menaces dont il faisait l’objet en Algérie par les « intégristes », du fait de son métier : celui de Ninja, le corps d’élite des services secrets algériens…
Share:

Friday, October 26, 2007

Le pillage des richesses musulmanes par la France-Yisrael


NDLR: Selon l'agent israelien Sarkosy, 'la France n'a pas besoin de l'Afrique'. Pourquoi la France organise-t-elle des attentats a Paris pour garder le controle des hydrocarbures algeriens. Pourquoi la France et son allie Idriss Deby fournissent des armes aux 'rebelles du Darfour', le GIA/GICM/GSPC, et les 'rebelles touareg' du Niger, pour garder le controle des hydrocarbures soudanais, des mines d'uranium, de silice, etc... de la region... Des guerres provoquees par la France pour le controle des matieres strategiques qui appartiennent aux Musulmans


La France ne vaut pas mieux que les USA ou la Grande Bretagne, tous les problemes de l'Afrique, le terrorisme, les guerres civiles, dictatures et tyrans, les genocides, viennent des reseaux de la France-Afrique (reseaux militaro-industriels), aujourd'hui de Sarkosy et ses reseaux mafieux sionistes, qui pillent et exterminent pour pereniser yisrael.


NIGER/FRANCE : LE BRAS DE FER SUR L’URANIUM CONTINUE


Dossier réalisé par Christine Bierre


Le 1er octobre dernier, alors que les relations entre la France et le Niger traversent une zone de grandes turbulences, le gouvernement nigérien a dépêché deux de ses ministres - M. Mohamed Ben Omar, ministre de la Communication, et M. Oumarou Hadary, ministre de la Culture - à Paris, pour donner une conférence de presse au Centre d’accueil de la presse étrangère (CAPE) du Quai d’Orsay. But de la conférence : confirmer la volonté nouvelle du Niger d’établir sa souveraineté sur ses matières premières et s’expliquer sur l’arrestation de Moussa Kaka, un journaliste de RFI soupçonné par le gouvernement nigérien de collaboration avec la rébellion touarègue, active dans le nord du pays depuis février 2007.


La conférence de presse, passionnante pour une fois car elle a permis de faire toute la lumière sur la triste réalité des relations entre la France et le Niger depuis l’accession de ce pays à « l’indépendance », est le dernier épisode du bras de fer qui oppose les deux pays pour le contrôle de l’exploitation de ses mines d’uranium. Aidé par la concurrence à laquelle se livrent les grandes puissances pour le contrôle des matières premières stratégiques, le gouvernement de Mamadou Tandja au Niger a décidé récemment de mettre fin au monopole qu’exerçait la France sur l’extraction de ce matériau stratégique depuis plus de trente ans et de s’ouvrir à d’autres compagnies, notamment chinoises, canadiennes, américaines et sud-africaines. La brouille entre Paris et Niamey va très loin : l’été dernier, le gouvernement nigérien, qui soupçonne la compagnie nucléaire française Areva de financer la rébellion bien armée et organisée dans le nord du pays, a renvoyé deux hauts responsables de la compagnie. Ce contexte de crise a cependant permis aux Nigériens de négocier avec Areva une hausse de prix importante, faisant passer le prix de la tonne d’uranium de 27 000 à 40 000 francs CFA.

Au CAPE, M. Ben Omar a confirmé d’entrée de jeu que le Niger entend poursuivre la diversification de ses partenaires et que les revenus engrangés iront à un fonds de stabilisation des matières premières qui deviendra le moteur de la croissance économique du pays. Le ministre a ensuite dénoncé les convoitises que suscite, à l’extérieur comme à l’intérieur du pays, l’augmentation des prix des matières premières, dans un contexte mondial de relance du nucléaire. Il a fait état d’une grande prolifération d’armes dans le nord, zone dans laquelle se trouvent pratiquement toutes les richesses minières du pays, ainsi que des bandes organisées de rebelles. Il a noté combien l’arrivée massive des compagnies minières et pétrolières internationales aiguisait les appétits de ces bandes. Aux journalistes ensuite de faire le lien entre ces deux phénomènes...

Au cours d’une période de questions/réponses très nourrie, où peu à peu, les raisons de la crise sont apparues aux yeux de tous, le ministre a justifié la politique de son gouvernement au nom du développement économique du Niger, l’un des pays les plus pauvres de la planète. Dans un pays deux fois et demie plus grand que la France, la population du Niger doit se contenter de 11 % du territoire, à cause de l’avancée du désert au nord et de la guerre civile. Malgré la richesse minière de son sous-sol et la qualité et l’importance de son élevage, le Niger peut à peine survivre. M. Ben Omar a souligné la volonté du gouvernement d’orienter les recettes supplémentaires vers de grands chantiers dans les transports, les télécommunications. Il a longuement évoqué les projets en cours pour arrêter l’expansion du désert et faire reverdir ces zones. Ibrahim Loutou, ancien ambassadeur et éminence grise du Niger, a longuement évoqué, au cours de cette conférence de presse, l’histoire des relations conflictuelles entre les deux pays autour de la question de l’uranium (voir notre interview ci-contre).

Face aux nombreux journalistes qui exigeaient des explications sur l’arrestation de Moussa Kaka, le ministre les a invités à se rendre à Niamey pour mener leur enquête, tout en leur interdisant cependant l’accès à la zone nord du pays. Lanciné Camara, président de l’Union internationale des journalistes africains, qui avait organisé la conférence de presse et a veillé tout au long pour que les débats aient lieu dans le calme, a répondu par l’affirmative à la proposition du ministre de la Communication.

Interview avec Monsieur Ibrahim Loutou *Ancien ambassadeur, ancien ministre, ancien conseiller du Président du Niger

Nous publions cet entretien avec M. Ibrahim Loutou, qui décrit l’exploitation des ressources naturelles d’un pays du tiers-monde parmi les plus pauvres. Nicolas Sarkozy, dans son discours prononcé à Dakar, a déclaré que « le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire (...) Jamais l’homme ne s’élance vers l’avenir. Jamais il ne lui vient l’idée de sortir de la répétition pour s’inventer un destin ». La question que l’on peut poser à M. Sarkozy est, à condition d’admettre son raisonnement, qui a empêché cet homme africain de rentrer dans l’histoire et de s’élancer vers l’avenir ? Mme Anne Lauvergeon, la directrice d’Areva à qui M. Sarkozy a proposé un ministère et qui a confié les activités américaines d’Areva à un néo-conservateur patenté, membre de la Federalist Society, a sans doute des éléments de réponse. M. Sarkozy en tirera-il des conséquences politiques ? Offrira-t-il réellement à tous les pays africains, comme il l’a dit, l’accès aux technologies du nucléaire ?

Nouvelle Solidarité : Vous étiez présent à la conférence de presse donnée à Paris, le 1er octobre dernier, par deux ministres nigériens - le ministre de la Communication, M. Mohamed Ben Omar, et celui de la Culture, M. Oumarou Hadary - qui avaient fait le déplacement pour évoquer la nouvelle conception du Niger sur l’utilisation de ses matières premières, ainsi que le cas de Moussa Kaka, le journaliste de RFI arrêté par le gouvernement et soupçonné de collaboration avec les rebelles Touaregs actifs dans le nord de votre pays. Au cours de cette conférence de presse, vous êtes intervenu pour rappeler les points forts de l’histoire de la bataille menée par le Niger pour assumer sa souveraineté sur les vastes richesses minières du pays, et notamment sur l’uranium. Cette bataille l’a opposé directement à la France qui exerce un monopole sur l’exploitation de cette ressource depuis les années 60. Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Ibrahim Loutou : Merci, je ne pense pas qu’on puisse parler de la fin de la lutte pour maîtriser nos ressources naturelles, il y a encore beaucoup à faire. Mais le récent accord entre le Président de la République du Niger et Areva a cassé une situation qui était là et marque le début du processus qui va nous amener à mieux contrôler nos matières premières. Malheureusement, à la date d’aujourd’hui, aucun pays africain n’est entièrement maître de ses matières premières. Chaque fois qu’ils ont voulu devenir maîtres de leurs ressources, des moyens ont été mis en œuvre par les puissances économiques et par les sociétés de ces Etats pour les mettre au pas, au besoin par la force. Les cas sont, malheureusement, très nombreux.

NS : Pouvez-vous évoquer pour nos lecteurs les termes et la portée de l’accord que le Niger vient de signer avec Areva ?

IL : L’accord a permis de revaloriser le prix de l’uranium qu’Areva enlève dans le quota du Niger, comme je l’expliquerai en détail plus loin. Jusqu’à présent, les accords signés entre les deux parties étaient des accords sur 3 ou 4 ans, au cours desquels le prix restait fixé à 21 000 francs CFA le kilo, c’est-à-dire une trentaine d’euro le kilo. Mais sur le marché spot le prix évolue ; il va et vient, descend et remonte, et à la date d’aujourd’hui, il est à plus de 150 euros. Donc, à la demande du Niger, il y a eu une correction qui nous a permis de doubler le prix. Au lieu de 21 000 francs CFA on en a obtenu 40 000, et ce, avec un effet rétroactif jusqu’au 1er janvier 2007, alors que l’accord a été fait en juillet 2007. Cela fait déjà une importante somme d’argent versée au Niger, qui sera très utile pour le développement d’un pays dont on connaît la situation. Partout on dit que nous sommes les derniers de la planète du point de vue du PNB. En plus, ces accords sont valables uniquement jusqu’en décembre, date à laquelle ils doivent être renouvelés. Je crois que notre pays s’assurera que les négociations seront conduites de façon à ce que chacun y trouve son compte. Une entreprise n’exploite pas ces produits pour nos beaux yeux, elle veut avoir des revenus et c’est légitime, mais il faut aussi que ceux qui sont là trouvent leur avantage. Une fois épuisée, une mine d’uranium est un trou qu’on va laisser. Comment expliquer à nos petits-enfants qu’il n’y a eu aucun développement autour. Ils vont nous dire que nous avons été bêtes, que nous avons laissé enlever l’uranium sans construire le pays avec cela. Nous attendons donc janvier 2008 pour renégocier l’accord et tout faire pour que notre pays puisse bénéficier davantage. Vous imaginez bien que si Areva a consenti à donner 40 000 francs CFA, c’est que les prix du marché sont beaucoup, beaucoup plus élevés.

NS : On a l’impression que la compétition à laquelle se livrent les puissances internationales sur les marchés des matières premières vous donne à vous, pays exportateurs, une liberté plus grande pour imposer de meilleures conditions.

IL : Oui, jusqu’à maintenant, pour l’exploitation des matières premières, il y avait des chasses gardées que les puissances respectaient entre elles, des territoires qu’on s’accordait mutuellement. Mais depuis peu, tout cela est cassé par l’avènement de la Chine sur la scène mondiale. La Chine vient chercher ses matières premières avec ses gros sabots, brisant tous les équilibres que les Occidentaux avaient créés pour se partager les richesses du monde. Et ceci nous donne un peu plus de souplesse pour trouver des partenaires. Même entre Occidentaux, le modus vivendi d’avant a été dépassé : les Américains et les Canadiens viennent eux aussi chercher les matières premières là où la France avait auparavant l’exclusivité.

NS : Pouvez-vous nous donner un sens de comment l’Afrique est divisée du point de vue des chasses gardées des uns et des autres ?

IL : Chacun agissait dans les pays qu’il avait colonisés, la France en Afrique occidentale française, dans les 8 pays de l’AOF et l’ancienne Afrique équatoriale française. Elle agit aussi un peu en Afrique du Nord, bien que là, elle ne peut pas être aussi puissante qu’elle l’est en Afrique de l’Ouest, étant donné que les Etats-Unis entendent faire le Grand Maghreb ou le Grand Moyen- Orient. Les chasses gardées des Anglais sont des pays comme le Nigeria, ceux de l’Afrique de l’Est, l’Ouganda et le Kenya. Les Américains ont, quant à eux, une autre méthode. Ils choisissent des intérêts précis et s’y mettent lourdement, quelle que soit l’ancienne appartenance de ce pays. Quand à la Chine, elle est partout.

NS : La Chine offre-t-elle de meilleures conditions aux pays africains que les anciennes puissances coloniales ?

IL : Il n’est pas question de meilleures conditions, un capitalisme est un capitalisme. Mais c’est nouveau, ça nous change, ça nous donne la possibilité de choisir.

NS : Ils sont peut-être plus orientés vers les projets physiques ?

IL : Ils ont toujours construit des projets. A Abuja, ils ont construit un stade, au Niger, un Palais des congrès. Mais maintenant, ils s’impliquent dans l’industrie et le commerce, et plus généralement, les secteurs économiques. On ne cherche plus seulement à se faire reconnaître par rapport à Taiwan, pour repousser les nationalistes.

NS : La Chine vous donne donc une plus grande liberté de manœuvre...

IL : Plus de choix surtout. Au début de l’exploitation d’uranium au Niger, dans les années 60, on avait un accord presque d’exclusivité avec la France, l’Espagne et le Japon, mais surtout la France. On nous avait expliqué que l’uranium est un produit stratégique et que la quantité exploitée doit rester secrète. Avec la compagnie qui s’appelait SOMAIR, la France enlevait l’uranium confidentiellement. Nous ne connaissions pas la quantité qui était exploitée, ni le prix, et à la fin de l’année, on nous donnait une somme forfaitaire d’un milliard de francs CFA, qui allait dans le Fonds national d’investissement. En 1974, le président Driori Hamani a tenté de changer cela, mais cela ne lui a pas porté bonheur. Il a été renversé avant d’avoir réussi. Un officier du nouveau gouvernement, qui était ministre des Mines et vice-président du Conseil militaire suprême, a tenté lui aussi de faire valoir que l’uranium était pour nous un produit marchand comme un autre. Il n’est pas radioactif quand nous le vendons. Ce sont des cailloux que nous vendons. C’est après, quand les Européens le traitent, qu’il devient dangereux. &ccdil;a ne lui a pas porté bonheur non plus. Celui qui a repris le flambeau de cette bataille a disparu très vite de la circulation et a même été assassiné. Après, il y a quand même eu une évolution. On n’enlevait plus sans nous dire combien et à quel prix. Une nouvelle politique a été mise au point avec un consortium, pour les actionnaires de la nouvelle société, la COMINAK. Plutôt que de faire comme une compagnie commerciale habituelle, où les dividendes sont partagés entre actionnaires à la fin de l’année, en fonction des bénéfices, le système consistait à enlever l’uranium. A la fin de l’année, chaque actionnaire enlevait une quantité spécifique correspondant au montant de sa participation. Mais le Niger n’avait pas le droit de vendre sa partie. Vous savez que même Bush nous a taxé d’Etat voyou, nous accusant d’avoir vendu du « yellow cake » à Saddam Hussein, ce qui était faux. Nous n’avions pas le droit de vendre notre uranium et c’était la France qui enlevait et commercialisait la part d’uranium correspondant à notre capital. C’est cette quantité - la part du Niger que la France enlève - dont le prix vient d’être revalorisé. Mieux, le Niger a demandé et obtenu de pouvoir vendre une partie de son uranium. Que la France enlève sa part, c’est normal, mais nous devons pouvoir vendre notre part au plus offrant et ça, nous l’avons obtenu et nous pensons que les choses iront mieux.

NS : En 1974, le président Driori Hamani avait essayé de connaître la quantité d’uranium enlevé et à quel prix, et vous avez rapporté que Paris avait immédiatement envoyé au Niger une délégation pour s’occuper de cela...

IL : On avait, en effet, commencé des négociations avec une délégation française conduite par M. Yves Guéna, mais celles-ci n’ont pas abouti. Yves Guéna était reparti en France disant qu’il reviendrait le 16 avril, et le 15 avril, dans la nuit, le président Driori Hamani était renversé par un coup d’Etat. Je ne fais pas de rapprochement, ce sont les faits, c’est l’histoire.

NS : Après, vous avez parlé d’une nouvelle tentative par le vice-président du Conseil militaire suprême.

IL : Cette fois c’est lui qui est venu négocier en France pour que le Niger puisse connaître la quantité qui était enlevée et son prix de vente, et pour savoir si une partie supplémentaire de la vente de l’uranium à son prix réel devait revenir au Niger, au-delà de ce qui avait été accordé au Fonds national d’investissement. On n’a pas été compris, malheureusement. A cette époque, la France avait proposé de doubler la somme d’argent donnée : 2 milliards au lieu d’un. Le commandant n’a pas voulu accepter et la délégation est repartie au Niger. Mais par la suite, il a eu des problèmes politiques. Il a été mis à l’écart, emprisonné et assassiné. C’était en 1975.

NS : Après, vous avez tenté d’obtenir une minorité de blocage de 33 %.

IL : Au moment de la création de la COMINAK, en effet, nous avons demandé à avoir une participation d’au moins 30 % de cette compagnie, et la COGEMA de l’époque nous avait fait savoir quel montant cette quantité d’actions faisait en francs CFA. Nous n’avions pas, évidemment, une telle quantité d’argent, mais nous avions demandé à obtenir cette participation en tant qu’apporteurs de la matière première. En concession nous avons reçu les 16 % que nous contrôlons actuellement à la COMINAK, mais sans obtenir le droit de vendre notre part.

NS : Pouvez-vous nous parler maintenant du journaliste de RFI qui a été arrêté, soupçonné de faire parti de la rébellion touarègue.

IL : Cette affaire est actuellement devant la justice, ce sont les juges qui décideront qui a raison et qui a tort. Le gouvernement dit qu’ils ont capté deux ou trois conversations de Moussa Kaka avec les rebelles, qui établissent qu’il n’est pas seulement correspondant de RFI mais qu’il est agent payé de la rébellion pour faire valoir leur cause. Dans l’une de ces communications il aurait réclamé de l’argent : « Ca fait longtemps que je travaille pour vous et vous n’avez encore rien payé ». Ils lui auraient répondu : « Ne t’inquiète pas, va chez un tel. Ton argent est déjà là-bas ». Dès ce moment, le Niger a considéré qu’il n’était plus un journaliste mais un employé, un ami de la rébellion. Tout cela reste à vérifier avec la justice. J’espère qu’il aura de bons avocats, mais personne ne peut empêcher un pays d’arrêter des gens dans une période de troubles comme celle-ci. Surtout que la région de la guerre s’est déplacée.

NS : Il paraît que cette rébellion s’étend sur toute la zone où il y a des régions minières et pétrolières.

IL : La rébellion sévit au Mali, dans le sud algérien, au Niger, au Tchad, au Soudan. Comme par hasard, ce sont ces régions où les pays occidentaux savent depuis longtemps qu’il y a beaucoup de pétrole et de richesse minières. Avant notre indépendance, la France avait déjà essayé de créer dans cette zone un Etat - l’Organisation commune des régions sahariennes (OCRS). Elle voulait découper le nord du Niger, le nord du Mali et le sud de l’Algérie pour faire un Etat englobant toutes ces richesses. A l’époque, la France faisait ses essais nucléaires à Reggane, en Algérie. Les gisements de Hassi Messaoud avaient été détectés, et ils avaient aussi les gisements d’uranium au Niger. Je ne dis pas qu’il y a un rapprochement entre tout cela et la rébellion aujourd’hui, mais c’est curieux que cela se recoupe pour d’autres raisons. Les Touaregs ne sont pas marginalisés. Les vrais Touaregs sont sédentarisés, instituteurs, ministres. Mais il y a une certaine campagne en Occident pour promouvoir les hommes bleus, les hommes nobles, qui ne sont pas aussi nobles qu’on veut le prétendre. Aujourd’hui la région touarègue est beaucoup plus scolarisée, par exemple, que la région de Maradi. Mais depuis Machiavel, tout cela est de bonne guerre.

NS : Vous aviez mentionné les revendications, un peu étonnantes, du MNJ.

IL : Le discours politique est le même pour tous les partis d’opposition, qui attaquent les insuffisances réelles du gouvernement en matière de scolarisation, de points d’eau, de routes... Puis vous avez toutes sortes de demandes du type « il faut nous donner des généraux de brigades, des colonels dans l’armée, des sous-officiers, des commandants de douanes, des officiers des eaux et forêts - en plein désert ! Mais s’ils n’ont pas été à l’école pour cela, à l’école de guerre ou à l’école militaire, il est impossible d’exercer ces positions. Vous ne pouvez pas venir du jour au lendemain en disant je suis chef de guerre dans le maquis, donc il faut qu’on me donne telle ou telle position.

NS : Avez-vous une idée de qui soutient les Touaregs ?

IL : Non.

NS : Le ministre parlait d’un journal qui soutient systématiquement les Touaregs mais il nous a laissés sur notre faim, sur son identité...

IL : Moi aussi, je vais vous laisser sur votre faim. Ce qui est clair, c’est que personne au Niger, Touarègue ou pas, ne peut soutenir seul une armée dans le désert, avec des armes sophistiquées, des véhicules 4/4. Puis nourrir les hommes, les loger, les payer.

NS : Et vos voisins du Nord ?

IL : C’est trop facile de voir la Libye ou l’Algérie derrière. Ce n’est pas non plus une question de mercenaires en tant que tels. Par exemple, Areva a commandé une douzaine de 4/4 tous neufs, qu’ils ont garés à Arlit. Comme par hasard, les rebelles les ont tous volés. Areva avait aussi donné une avance de plusieurs millions de francs CFA à ses gardes... Les rebelles sont partis avec les véhicules et avec cette avance. Ce n’est peut-être pas voulu, mais là, il y a un petit problème !

NS : Hugo Chavez, le Président du Venezuela, est allé en Algérie où la Russie et la Chine jouent désormais aussi un rôle très important. En Amérique latine aussi, Chavez, Kirchner, Correa, Morales, tous ces chefs d’Etat sont en train de faire comme vous : rétablir leur souveraineté sur leur matières premières, y a-t-il un lien ?

IL : Non, c’est une étape politique. A une époque, nous étions une colonie. On nous faisait faire ce qu’on voulait, on nous envoyait des administrateurs, des commandants qui géraient tout. A un moment donné, on a dit : c’est fini ! Et le droit de chaque peuple à l’autodétermination a été reconnu. Mais après, les économies ont continué à être soumises aux grandes puissances. Souvent, on vient avec des menaces, ou avec la corruption. De grandes compagnies comme Texaco, Exxon, Total, Elf, viennent exploiter les minerais parce que nous ne sommes pas capables de le faire. Jusqu’à aujourd’hui, nous ne savons pas où se trouve l’uranium ! Nous sommes arrivés à un stade où on se dit : ça suffit ! D’accord, vous êtes exploitant de la matière première, mais vous êtes un prestataire, vous n’avez pas la propriété de la matière. C’est une autre étape politique, aujourd’hui on va conquérir l’indépendance économique. L’Amérique latine a été dans le même cas que nous et on se suit. Il faut que l’Occident s’apprête à connaître des jours très difficiles pour ce qui concerne l’enrichissement facile.

NS : Une évolution que nous regardons avec intérêt est le retrait de la plupart des pays sud-américains du Fonds monétaire international et leur tentative de créer une banque, la Banque du Sud, qui utilisera les revenus des matières premières pour lancer de grands projets d’infrastructures utiles à toute la région.

IL : Le FMI, malheureusement, a donné des directives à nos pays pour des politiques qui ont été un échec, une catastrophe. Aujourd’hui on doit lui faire un procès, car c’est catastrophique. Il nous a mis dans des impasses, et si nos pays se trouvent là où ils sont, la responsabilité du Fonds monétaire international est grande. Il faut mettre fin à cette politique du FMI, selon laquelle le paiement des dettes est plus important que les projets, et où les dettes s’étirent à l’infini, nous faisant payer 400 dollars pour un pont qui en a coûté 10...

* Dans l’impossibilité de joindre M. Loutou pour obtenir son accord final avant la publication de cette interview, nous avons décidé de la publier quand même, car elle reproduit fidèlement les propos que M. Loutou a tenus au cours de la conférence de presse du 1er octobre, où il a fait une longue intervention à partir de la salle.

Deux grands projets impliquant le Niger

Que le Niger figure parmi les pays les plus pauvres du monde, alors que ses richesses minières et agricoles devraient le classer parmi les plus riches, voilà une situation qui, à elle seule, justifie une condamnation sans appel de toute la politique de la France envers ces pays depuis la prétendue fin de la colonisation.

A d’autres époques, la France a pu faire mieux cependant. Il y a eu notamment les pastoriens - les élèves de Pasteur - qui se sont battus pour améliorer les conditions de salubrité et de santé publique à travers tout le continent ; il y a eu les amis de Brazza. En passe de devenir aussi haïe des pays africains que ses adversaires anglo-américains, la France doit vite mettre fin aux méthodes coloniales et travailler à assurer la pleine intégration de ces pays dans un monde industriel et moderne.

Deux projets qui concernent le Niger, mais aussi d’autres pays du Sahel, doivent faire l’objet de toute l’attention de la France : 1) la revitalisation du lac Tchad et 2) la création d’une ceinture verte pour arrêter la progression du Sahara et faire régresser le désert.

1) Sauver le lac Tchad

Considéré comme l’un des plus grands lacs de l’antiquité - 350 000 km² il y a près de 21 000 ans - le lac Tchad avait encore 25 000 km² vers 1960. Aujourd’hui, à la suite de plusieurs sécheresses et de la progression de la désertification, il ne fait plus que 2000 km² d’étendue !
Projet de revitalisation du Lac Tchad (extrait du dossier "Le rôle de l’Europe pour assurer une Renaissance africaine", Institut Schiller 1990)

Grand « poumon à eau » pour toute l’Afrique, sa dégradation a des répercussions terribles sur l’environnement, le mode et le niveau de vie des riverains. Il faut donc le revitaliser, tout comme l’a été la mer d’Aral. C’est l’objectif de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT), créée en 1964 par quatre pays (Niger, Nigeria, Tchad et Cameroun), rejoints ensuite par la République Centrafricaine en 1994 et la Libye en 2007. Cette commission peine cependant à rassembler les moyens pour financer ce projet, considéré souvent comme « pharaonique ».

Il faut, en effet, remettre le lac à son niveau de 284 m. Le projet le plus prometteur propose de transférer des eaux du bassin du Congo, de l’Oubangui et du Chari-Logone, qui aujourd’hui se perdent dans l’océan ou par évaporation, vers le bassin du lac Tchad. Des canalisations peuvent être envisagées ainsi que des canaux en plein air, avec construction de barrages de retenue en amont de la ville de Bangui et un aménagement des berges du Chari-Logone. L’extension du lac permettra de rétablir des pêcheries et de poldériser les anciennes terres laissées par le recul historique du lac. Les agriculteurs (environ 40 000) qui se sont installés depuis sur les rives du lac asséché devront être indemnisés. Combiné avec des projets de reforestation, ce micro-climat humide contribuera à faire reculer le désert.

Depuis quelques années, les pays membres de la CBLT tentent de relancer ce projet. Le communiqué final de la 53ème session du conseil des ministres de la CBLT, tenue en août 2006 à Maroua, rapporte que les commissaires ont instruit le secrétaire exécutif de lancer sans délai l’appel d’offres pour l’étude et la faisabilité du projet dit de Transfert d’eau interbassin, du bassin de l’Oubangui vers le lac Tchad. Selon le communiqué, le Nigeria a déjà versé 3 milliards de francs CFA sur les 3,6 milliards nécessaires pour financer l’étude de faisabilité. L’appel d’offre a été lancé en... 2007. La RDC et le Congo Brazzaville ont été associés dernièrement au projet, les deux cours d’eau (Oubangui et Chari) faisant partie du Bassin du Congo, ces pays doivent eux aussi donner leur avis.

2) Créer une ceinture verte pour arrêter la progression du Sahara

Ce grand projet concerne le Niger, le Burkina Fasso, le Mali et la Guinée. Outre le fait de pouvoir gagner du terrain pour l’agriculture et l’élevage, il permettra de lutter contre les migrations des éleveurs nomades du nord, qui fuient le désert, provoquant de nombreux conflits avec les agriculteurs sédentaires du sud.

Dans ces deux projets, des experts français mobilisant la main d’œuvre locale suffiront à faire le travail. Dans le cas du projet du lac Tchad, quelques ingénieurs français, avec des équipements de travaux publics adéquats pourront suffire, des travailleurs locaux devant être formés sur le tas.

Dans le second, la main d’œuvre locale fournira le gros du travail, encadrée par des experts français maîtrisant toutes les compétences pour assurer une reforestation durable : irrigation, lutte contre les insectes et milieu de vie intégré. Des fours solaires, fournis aux habitants à raison de 1 à 2 par famille, suffiront à empêcher les coupes de bois qui déciment les forêts.

Nous devons considérer qu’il est de notre responsabilité, de la responsabilité de la France, de contribuer à ce que ces deux grands projets élémentaires obtiennent les financements nécessaires pour être rapidement réalisés. Nous le devons aux Africains, et nous le devons aussi à tous ceux qui, à travers notre longue histoire, ont contribué utilement à l’amélioration des conditions de vie des êtres humains et au respect de leur dignité.


Share:

Tuesday, September 25, 2007

La France-Yisrael et son pantin terroriste Sarkosy declenche la conflagration nucleaire du Moyen Orient


The reason that Bush did not come out directly with a verbal attack on Iran is that Sarkozy did it for him. Looks like Bush has found his new "poodle", now that Tony Blair is off "creating genocide of Palestinians in the Middle East"...


Allowing Iran to acquire nuclear weapons could destabilize the world and lead to war, French President Nicolas Sarkozy told the United Nations on Tuesday.
(Advertisement)



In his maiden speech to the U.N. General Assembly, Sarkozy said: "There will be no peace in the world if the international community falters in the face of nuclear arms proliferation."


Iran was entitled to nuclear power for civilian purposes, he said, "but if we allow Iran to acquire nuclear weapons, we would incur an unacceptable risk to stability in the region and in the world".


In a broader warning against the dangers of appeasement, the new French leader said: "Weakness and renunciation do not lead to peace. They lead to war."


Iran insists its nuclear program is for peaceful purposes, but the West suspects the Islamic Republic of enriching uranium to develop a nuclear weapons capability.


Underlining French support for tougher sanctions against Tehran, sought by the United States but opposed by Russia and China, Sarkozy said: "We can only resolve this crisis by combining firmness with dialogue."


In an interview with the New York Times published on Monday, Sarkozy said that if the U.N. Security Council was unable to agree on further financial sanctions, the European Union should take its own measures to raise pressure on Iran.


French Foreign Minister Bernard Kouchner caused an outcry last week by saying if diplomacy failed to stop Iran's nuclear program, the world should prepare for the worst -- war.


But Sarkozy appeared to deliver the same message in a coded form, without mentioning the possibility of military action to prevent Iran achieving a nuclear capability.
Share:

Blog Archive

Support


Definition List

Just Foreign Policy Iraqi Death Estimator

Unordered List