شبكة الإستخبارات الإسلامية

"They plot and plan but ALLAH also plans and ALLAH is the best of Planners." Qur’an VIII – 30

‘’ويمكرون ويمكر الله والله خير الماكرين ‘’: قال الله عزَّ وجل

سورة الأنفال

رضيت بالله ربا و بالإسلام دينا و بمحمد صلى الله عليه و سلم نبيا رسولا لا إلـه إلا اللـه ... محمد رسـول اللـه

This is default featured slide 1 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 2 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 3 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 4 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 5 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

Showing posts with label Palestine. Show all posts
Showing posts with label Palestine. Show all posts

Wednesday, September 01, 2010

Israel ne veut pas la paix, les israeliens veulent l'extermination des Musulmans

Hamas : l’opération d’Al Khalil est une réaction normale aux crimes de l’occupation

Les brigades d'Al Qassam exécutent une opération héroïque,en tuant 4 extrémistes sionistes
Al Khalil- CPI
www.palestine-info.info


La branche militaire du Hamas, les brigades d’Al Qassam ont revendiqué l’opération de qualité contre les colons extrémistes sionistes, mardi soir 31 août, près de la colonie sioniste "Kyriat Arba", dans la région d’Al Khalil où 4 sionistes ont été tués sur leur voiture qui circulait dans le village de Bani Naim.

Share:

Thursday, May 20, 2010

End of Israel: Israel's fated bleak future


By John J. Mearsheimer


President Barack Obama has finally coaxed Israel and the Palestinians back to the negotiating table. He and most Americans hope that the talks will lead to the creation of a Palestinian state in Gaza and the West Bank. Regrettably, that is not going to happen. Instead, those territories are almost certain to be incorporated into a "Greater Israel," which will then be an apartheid state bearing a marked resemblance to white-ruled South Africa.

There are four possible futures regarding Israel and the occupied territories. The outcome that gets the most attention is the two-state solution, where a Palestinian state would control 95 percent or more of the West Bank and all of Gaza, and territorial swaps would compensate the Palestinians for those small pieces of the West Bank that Israel would keep. East Jerusalem would be its capital.

The alternatives to a two-state solution all involve creating a Greater Israel — an Israel that effectively controls Gaza and the West Bank. In the first scenario, it would become a democratic binational state in which Palestinians and Jews enjoy equal political rights. This solution would mean abandoning the original Zionist vision of a Jewish state, since Palestinians would eventually outnumber Jews.

Israel could also expel most of the Palestinians from Greater Israel, preserving its Jewish character through ethnic cleansing. Something similar happened in 1948, when the Zionists drove 700,000 Palestinians out of the territory that became Israel. The final alternative is some form of apartheid, whereby Israel increases its control over the occupied territories, but allows the Palestinians to exercise limited autonomy in a set of disconnected and economically crippled enclaves.

The two-state solution is the best of these alternatives, but most Israelis are opposed to making the sacrifices that would be necessary to create a viable Palestinian state. There are about 480,000 settlers in the occupied territories and an extensive infrastructure of connector and bypass roads, not to mention the settlements themselves. A Hebrew University Truman Institute poll in March of West Bank settlers found that 21 percent believe that "all means must be employed to resist the evacuation of most West Bank settlements, including the use of arms." They needn't worry, however, because Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu is committed to expanding the settlements throughout the occupied territories.

Of course, there are prominent Israelis like former Foreign Minister Tzipi Livni and former Prime Minister Ehud Olmert who do favor a two-state solution. But that does not mean that they would be willing or able to make the concessions necessary to create a legitimate Palestinian state. Olmert did not do so when he was prime minister, and it is unlikely that he or Livni could get enough of their fellow citizens to back a genuine two-state solution. The political center of gravity in Israel has shifted sharply to the right over the past decade, and there is no sizable pro-peace political party or movement they could turn to for help.

Some advocates of a two-state solution believe the Obama administration can compel Israel to accept a two-state outcome. The United States, after all, is the most powerful country in the world and should have great leverage over Israel, because it gives the Jewish state so much diplomatic and material support.

But no American president can pressure Israel to change its policies toward the Palestinians. The main reason is the Israel lobby, a powerful coalition of American Jews and Christian evangelicals that has a profound influence on U.S. Middle East policy. Alan Dershowitz was spot on when he said, "My generation of Jews … became part of what is perhaps the most effective lobbying and fundraising effort in the history of democracy."

Consider that every American president since 1967 has opposed settlement building, yet none has been able to get Israel to stop building them. There is little evidence that Obama is different from his predecessors. Shortly after taking office, he demanded that Israel stop all settlement building in the occupied territories. Netanyahu refused and Obama caved in to him. The president recently made it clear that he wants Israel to stop building in East Jerusalem. In response, Netanyahu said that Israel would never stop building there, because it is an integral part of the Jewish state. Obama, under pressure from the lobby, has remained silent and certainly has not threatened to punish Israel.

The best Obama can hope for is to push forward the so-called peace process, but most people understand that these negotiations are a charade. The two sides will engage in endless talks while Israel continues to colonize Palestinian lands. The likely result, therefore, will be a Greater Israel between the Jordan River and the Mediterranean Sea.

But who will live there and what kind of political system will it have?

It will not be a democratic binational state, at least not in the near future. The vast majority of Israel's Jews have no interest in living in a state dominated by Palestinians. Ethnic cleansing would guarantee that Greater Israel retains a Jewish majority, but that murderous strategy would do enormous damage to Israel's moral fabric, to its relationship with Jews in the Diaspora, and to its international standing. No genuine friend of Israel could support this crime against humanity.

The most likely outcome is that Greater Israel will become a full-fledged apartheid state. There are already separate laws, separate roads and separate housing in the occupied territories, and the Palestinians are essentially confined to impoverished enclaves. Indeed, two former Israeli prime ministers — Ehud Barak and Olmert — have made just this point. Olmert said that if the two-state solution collapses, Israel will face a "South African-style struggle." He went so far as to argue, "as soon as that happens, the state of Israel is finished."

Olmert is correct. A Jewish apartheid state is not sustainable over the long term. The discrimination and repression that underpin apartheid are antithetical to core Western values. How could anyone make a moral case for it in the United States, where democracy is venerated and segregation and racism are routinely condemned? It is equally hard to imagine the United States having a "special relationship" with an apartheid state. It is much easier to imagine Americans strongly opposing that racist state's political system and working hard to change it. An apartheid Israel would also be a strategic liability for the United States.

This is why, in the end, Greater Israel will become a democratic binational state, whose politics will be dominated by its Palestinian citizens. This will mean the end of the Zionist dream.

What is truly remarkable about this situation is that the lobby is effectively helping Israel destroy its own future as a Jewish state. On top of that, there is an alternative outcome that would be relatively easy to achieve and is clearly in Israel's best interests: the two-state solution. It is hard to understand why Israel and its American supporters are not working overtime to create a viable Palestinian state and why instead they are moving full-speed ahead to build an apartheid state. It makes no sense from either a moral or a strategic perspective.

John J. Mearsheimer teaches political science at the University of Chicago and is the co-author of "The Israel Lobby and U.S. Foreign Policy."

http://www.effedieffe.com/content/view/10251/183/
Share:

Wednesday, April 14, 2010

Was Israel ever legitimate?




By Jeff Gates






The history of Israel as a geopolitical fraud will fill entire libraries as those defrauded marvel at how so few deceived so many for so long. Those duped include many naive Jews who -- even now -- identify their interests with this extremist enclave.

Israeli leaders are wrong to worry about “de-legitimization.” They are right to fear that a long-deceived public is fast realizing that Israel’s founding was key to an ongoing deception.

The Invention of the Jewish People did not begin with Shlomo Sand’s 2009 bestseller by that title. There was no Exile says this Jewish scholar. Nor was there an Exodus. So how could there be a Return, the core premise of Israeli statehood?

If this patch of Palestinian land never rightly belonged to a mythical Jewish People, what then for the legitimacy of the “Jewish homeland”? And for that depiction by British Foreign Secretary Arthur Balfour in his November 1917 letter to Lord Rothschild?

Were Christians likewise seduced by Sunday school teachings reliant on the phony findings of Biblical archeologist William Albright? Shlomo Sand chronicles how in the 1920s Albright interpreted every excavation in Palestine to “reaffirm the Old Testament and thereby the New.”

In 1948, President Harry Truman, a Christian Zionist, was advised by Secretary of State George Marshall not to recognize this enclave as a state. This WWII general assured Truman that he would vote against him -- and did.

That military tradition resurfaced in January 2010 when General David Petraeus dispatched a team to brief Admiral Michael Mullen, chairman of the Joint Chiefs of Staff, on the perils that Israel still poses to U.S. national security. Mullen was reportedly shocked. See: The Petraeus Briefing.

He should not have been surprised. Such insights are hardly new. More than six decades ago the Joint Chiefs of Staff cautioned Truman about the “fanatical concepts of the Jewish leaders” and their plans for “Jewish military and economic hegemony over the entire Middle East.”

In December 1948, Albert Einstein and 27 prominent Jews urged us “not to support this latest manifestation of fascism.” They warned that a “Leader State” was the goal of the “terrorist party” that has governed Israel over all but a handful of the past 62 years.

The Joint Chiefs foresaw the “Zionist strategy will seek to involve [the U.S.] in a continuously widening and deepening series of operations intended to secure maximum Jewish objectives.”

Soon after Truman recognized Israel, his presidential campaign train was “refueled” by Zionist Jews with $400,000 in contributions ($3.6 million in 2010 dollars). Soon thereafter, Israel betrayed the U.S. by allying with the British and the French to invade Egypt.

Though London and Paris soon abandoned the operation, months more were required to dissuade Tel Aviv from pursuing their expansionist agenda then -- as now -- for Greater Israel.

Outraged by Israeli duplicity, Eisenhower sought help to rein them in. He soon found that even then (as now) the Israel lobby dominated Congress. Thus the former Supreme Allied Commander appeared on television with an appeal directly to the American people. Then -- unlike now -- a U.S. Commander in Chief threatened to reduce assistance to Israel.

To revamp Israel’s tattered image, New York public relations expert Edward Gottlieb retained novelist Leon Uris to write Exodus. Jewish Zionists have routinely proven themselves skilled storytellers and masterful mythmakers.

This 1958 bestseller was translated into dozens of languages and quickly made into a movie for the 1960 Christmas season starring Paul Newman and featuring Peter Lawford, brother-in-law of the just-elected President John F. Kennedy. See: Time for an American Intifada?

The myth of a loyal ally

Phil Tourney survived the June 8, 1967 Israeli attack on the USS Liberty that left 34 Americans dead and 175 wounded. The region-wide dynamics accompanying that provocative Six-Day land grab guaranteed the conflicts that remain so perilous to U.S. national security.

It was during this Israeli operation that Tourney gave a one-fingered salute to armed Israeli troops as they hovered in helicopters over the USS Liberty while preparing to rappel to the deck and, he surmises, kill the survivors and sink the ship.

Just then the captain aboard a nearby U.S. carrier scrambled jets to assist a vessel under attack by an “ally.” When Israeli intelligence intercepted the transmission, the helicopters fled only to have President Lyndon Johnson and Defense Secretary Robert McNamara recall our fighters.

Soon thereafter, Israeli torpedo boats pulled alongside the USS Liberty to inquire if those aboard needed assistance. Those same boats had just blown a hole in the hull, killing 25 Americans. Israeli machine-gunners had then strafed stretcher-bearers, firemen, life rafts and even the fire hoses -- all clear war crimes. Only then did this ally display the chutzpah to ask if our servicemen required assistance.

Had that notorious land grab failed to advance the narrative of Israel as the victim, what might be the condition of U.S. national security today? Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu recently conceded the duplicity that continues to typify this “special relationship.”

As he confessed: “Our policy on Jerusalem is the same policy followed by all Israeli governments for 42 years, and it has not changed. As far as we are concerned, building in Jerusalem is the same as building in Tel Aviv.”

In other words, the 1967 war was neither defensive nor preemptive but an outright taking of land that, one year later, Tel Aviv acknowledged as precisely what concerned the Pentagon 62 years ago.

In effect, Netanyahu confirmed that this relationship reflects multi-decade premeditation. The U.S. has since discredited itself by protecting this “ally” from the rule of law for its taking and brutal occupation of land that rightly belongs to others.

Even now, few know that Mathilde Krim, a former Irgun operative, was “servicing” our Commander-in-Chief in the White House the night the 1967 war began. Her husband, Arthur, then chaired the finance committee for the Democratic National Committee.

Even now, few Americans know the role in that cover-up played by Admiral John McCain, Jr. Or the role still played in this sordid history by his son, Republican Senator John McCain III. See: McCain Family Secret.

Are those who champion this “state” the same belief-makers responsible for the myth of Iraqi weapons of mass destruction? Iraqi meetings in Prague? Iraqi mobile biological weapons laboratories? High-level Iraqi contacts with Al Qaeda? Iraqi yellowcake uranium from Niger?

Was any of that intelligence legitimate? Whose interests were served by deceiving the U.S. to wage war in the Middle East? By the Suez Crisis? By the Six-Day War? By covering up the attack on the USS Liberty?

Adhering to an Enemy?

How are U.S. interests served by treating Israel as a legitimate state? When was Israeli behavior anything other than duplicitous? At what point do we concede the common source of the storylines foisted on an imperiled global public?

Who created the narrative that saw us segue seamlessly from a global Cold War to a global War on Terrorism? Remember the promise of a post-Cold War “peace dividend”? Who induced the U.S. to wage a war whose costs could total $3 trillion, including $700 billion in interest?

Why is debt always the prize? At the end of WWII, the U.S. was home to 50% of the world’s productive power. Were we induced to hollow out our economy by the same consensus-shapers that induced us to wage war in the Middle East?

Do these devastating dynamics trace to a common source?

Who benefits from the “Islamo” fascist narrative? Whose storyline -- really -- is The Clash of Civilizations? Who has long spied on the U.S. and routinely transferred to other nations our most sensitive defense technologies?

Who had the means, motive, opportunity and, importantly, the stable nation state intelligence required to perpetrate such a debilitating fraud from inside the U.S. government? And from inside other governments that joined the “coalition of the willing”?

If not Israel and its supporters -- who? In effect, are those now advocating an “unbreakable bond” with Israel giving aid and comfort to an enemy within?

Israel is right to worry. It was never legitimate. As both an enabler and a target of this fraud, the U.S. has an obligation to concede its source -- and to secure the weapons of mass destruction now under the control of this enclave.

Jeff Gates is a US attorney and author of Guilt By Association, Democracy at Risk and The Ownership Solution. See www.criminalstate.com.

Copyright © 1998-2007 Online Journal
Email Online Journal Editor


http://onlinejournal.com/artman/publish/article_5787.shtml

Share:

Sunday, March 21, 2010

Troisieme intifada : Quatre martyrs en 24 heures à Naplouse

Naplouse – CPI
www.palestine-info.info

Deux adolescents palestiniens ont été tués, aujourd'hui à midi, le dimanche 21/3, par les tirs des forces occupantes israéliennes sur un barrage militaire sioniste près du village d'Orta, au sud-est de la ville de Naplouse, au nord de la Cisjordanie occupée, élevant le nombre des martyrs dans cette ville à 4 jeunes durant les dernières 24 heures.

Un porte-parole de l'armée sioniste a prétendu que les deux Palestiniens ont tenté de poignarder un soldat sioniste sur le barrage avant que les soldats sionistes n'ouvrent le feu sur eux, en les tuant directement.

Des sources palestiniennes ont nié les affirmations sionistes affirmant que les deux martyrs Mohamed Kouarek, 19 ans, et Salah Kouarek, 19 ans, sont des fermiers et qu'ils transportaient des matières agricoles.

L'officier de secours palestinien, Ahmed Jebril, a affirmé que les soldats de l'occupation ont paralysé le déplacement de l'ambulance qui transportait les martyrs après avoir reçu leurs corps.

Des témoins oculaires ont dit que les forces occupantes ont annoncé que l'endroit de cet événement est considéré comme une région militaire fermée, au moment où les soldats sionistes se sont déployés dans la région d'Orta.
Share:

Friday, February 05, 2010

La vie de Mahmoud Abdel Raouf Mohammed Al-Mabhouh


Palestine – CPI
www.palestine-info.info



Ô Mahmoud Al-Mabhouh ! Tu as toujours été un chef courageux, habile et initiateur dans tous les domaines. Tes empreintes, on les trouve partout. Tu n’avais jamais peur de la mort, tout au contraire, tu cherchais le martyre. Nous ne pouvons écrire de ta vie qu’un minimum, toi qui a tant fait de mal aux occupants israéliens.

Naissance

C’est le 14 février 1960 que le moudjahid Mahmoud Abdel Raouf Al-Mabhouh est né. La Palestine était en rendez-vous avec l’enfant qui allait grandir et être une épine dangereuse sur le chemin des occupants israéliens.

Et c’est dans le camp de réfugiés palestiniens de Jabalia, bloc 9, que le chef Al-Mabhouh est né, dans une famille pratiquante. Elle est originaire du village de Beit Tima, occupé en 1948.

Al-Mabhouh est né dans le camp de réfugiés palestiniens de Jabalia et c’était là, dans ce camp de la révolution, du premier feu de la Première Intifada, qu’il grandit. Un enfant qui haïssait l’occupation plus que tout. Il rêvait toujours de se voir grandir pour travailler contre ceux qui commettent des massacres envers notre peuple palestinien.

Le jeune Al-Mabhouh grandit et devient un sportif de premier ordre. Une fois, il a gagné le premier prix de bodybuilding face à toute la bande de Gaza. En 1982, notre martyr a déménagé vers le camp de réfugiés palestiniens de Tal Az-Zatar.

La vie sociale

Le martyr avait treize frères et deux sœurs. Il était le cinquième enfant. En 1983, il s’est marié pour mettre au monde quatre enfants. Mona, 24 ans. Abdel Raaouf, 21 ans, un étudiant universitaire. Majd, 11 ans. Ranim 7 ans.

Le martyr était connu pour sa ferveur religieuse. Il invoquait Allah (le Tout Puissant) afin qu’Il purifie son âme, que son travail soit entièrement destiné au Créateur. Il donnait une bonne éducation islamique à ses enfants. Il les a emmenés à la Mecque.

L’éducation

Le martyr a fait ses études primaires à l’école Al-Ayyobiyya, dans le camp de réfugiés palestiniens de Jabalia. Ensuite, il a obtenu un diplôme en mécanique auto. Il a ouvert un garage dans la rue de Saladin. Sa bonne conduite a attiré beaucoup de monde.

Le Hamas et les brigades d’Al-Qassam

En 1988, les combattants des brigades Ezzeddine d’Al-Qassam, sous la direction de Mahmoud Al-Mabhouh, ont pu capturer un sous-officier sioniste pour le liquider plus tard.

Après la première réussite, les combattants enlèvent, en mai 1989, un soldat de l’occupation israélienne. Plus tard, ne pouvant le garder vivant, ils l’ont tué.

Dans le même mois, les occupants israéliens ont pris connaissance de son implication dans ces opérations. Et le 11 de ce mois-là, des forces spéciales encerclent sa maison. Les soldats cassent les portes, lancent des bombes assourdissantes et arrêtent tout le monde, mêmes les enfants. D’autres soldats habillés en ouvriers agricoles l’attendaient dans son atelier. Mais deux de ses frères sont arrivés. Son frère Fayeq a été blessé et arrêté. En 1990, un tribunal israélien a décidé de démolir la maison du martyr et de confisquer sa terre.

Quitter Gaza

Malgré la dure poursuite de la part des forces israéliennes d'occupation, le martyr Al-Mabhouh a pu, avec collègues, passer en Egypte, puis en Libye, avant d’aller en Syrie et de continuer son chemin de combattant.

La veille du martyre

Mahmoud Abdel Raouf Al-Mabhouh était de passage à Dubaï. C’est dans un hôtel de cette ville des Emirats Arabes Unis que les Sionistes l’ont assassiné, le 19 janvier 2010.

Il est parti, mais il reste une lumière permanente dans le chemin de la résistance et de la libération.

Les fils des Brigades Ezzeddine d’Al-Qassam et tous les combattants te vengeront.

Chronologie écrite par le bureau d’informations du Hamas, le 29 janvier 2010
Traduite et résumée par le Centre Palestinien d’Information (CPI)
Share:

Tuesday, September 08, 2009

L'arrestation d'une bande dirigée par un juif vendait les reins des enfans algériens


Alger – CPI
http://www.palestine-info.info/



Un responsable algérien a annoncé que la police américaine, à New York, a pu arrêter une bande qui enlevait des enfants algériens et vendait leurs organes sous la direction d'un américain juif qui a participé également à la vente des organes des martyrs palestiniens.


Le président de l'organisation algérienne nationale pour le développement de la santé, Dr. Mustafa Khiati a dit, le dimanche soir 6/9, au journal algérien, al Khabar, que l'arrestation de cette bande est venue après des enquêtes de la police internationale "interpole" qui ont montré que des enfants algériens ont été enlevés dans les villes du nord de l'Algérie puis ont été transportés au Maroc pour vendre leurs reins à l'entité sioniste et aux Etats-Unis, en échange de 20 et 100 mille dollars pour chaque rein.


Il a déclaré que cette bande enlevait des enfants algériens et procédait à l'amputation de leurs reins au Maroc, avant de les vendre aux Etats-Unis et à l'entité sioniste "Israël".


Al Khiati a ajouté que l'arrestation de cette bande n'est pas la fin du danger, où les spécialistes qui poursuivent ce dossier affirment l'existence d'autres bandes sionistes dans plusieurs pays arabes.


Les autorités américaines avaient enlevé 44 personnes dont des rabbins juifs et des chefs de municipalités, à New Jersey, en juillet dernier, à cause de leurs activités suspectes dont la vente des organes.
Share:

Wednesday, July 01, 2009

Le blocus de Gaza pousse à la création


Gaza – CPI






Les occupants israéliens renforcent de plus en plus leur blocus imposé depuis plusieurs années sur la bande de Gaza. Cependant, les habitants de Gaza ne se laissent pas être infligés. Ils ne baissent jamais les bras. Ils se débrouillent avec les moyens du bord. Ils confirment que rien ne peut briser la volonté d’un peuple.

La vie continue

Les occupants israéliens font tout pour humilier les Palestiniens, partout où ils se trouvent. Mais ils font encore plus avec leurs élus : le mouvement de la résistance islamique Hamas. En effet, depuis que le mouvement a remporté les élections législatives palestiniennes, l’Etat d’occupation a imposé un blocus qui ne cesse d'asphyxier la bande de Gaza. Les occupants israéliens n’y laissent entrer les produits les plus nécessaires pour une vie normale : médicaments, carburant, nourriture et autres.

L’interdiction de l’entrée de carburant a fait beaucoup de dégâts. Les voitures ne peuvent plus rouler. Les nuits de la Bande sont encore plus noires.

La créativité

Quand les nuits de la bande de Gaza sont devenues noires, les habitants ont allumé des bougies, voulant montrer au monde qu’ils ne cèdent pas au chantage. Et quand les voitures ne roulent plus, faute de carburant, les ingénieurs de Gaza ont cherché un remplaçant. Et les deux ingénieurs Fayez Anan et Wassim Al-Khazendar ont transformé une voiture à essence en une voiture électrique.

La naissance de l’idée

L’ingénieur Wassim informe notre Centre Palestinien d’Information (CPI) que son idée est née avec la crise de carburant. Etant spécialiste dans les batteries, il a pensé à cette idée de faire rouler la voiture avec l’électricité. Il s’est alors mis au travail, avec tous les détails que cela implique. Le problème, c’est que l’opération coûte cher. Pas moins de trois mille euros.

Non au blocus

Wassim Al-Khazendar dit : « L’occupation israélienne nous impose un blocus des plus injustes. Un blocus qui nous paralyse, qui nous ôte la vie. Toutefois, nous ne cédons pas. Nous réfléchissons. Nous créons. Nous développons ce que nous trouvons sous la main ».

Actuellement, l’idée de transformer les voitures pour qu’elles roulent à l’électricité ne pourra s’appliquer que sur des véhicules de faible cylindrée. C’est plus tard que l’idée sera implacable sur de grande cylindrée et des camions.

Cette voiture électrique aura la même force, la même vitesse qu’une voiture diesel. De plus, elle n’est pas polluante. Elle n’a aucun pot d’échappement.

L’ingénieur Wassim Al-Khazendar ajoute enfin que son collègue l’ingénieur Fayez Anan l’a beaucoup aidé dans le contrôle du système électronique.
Share:

Sunday, June 28, 2009

Mashaal à Obama : nous apprécions vos paroles, mais les actes parlent plus fort


Dans un discours décisif à Damas jeudi après-midi, le leader du Hamas Khalid Mashaal a exhorté le Président Barack Obama à transformer ses paroles positives sur les droits légitimes du peuple palestinien en actions concrètes.« Nous apprécions le nouveau langage d’Obama, nous pensons que c’est un pas dans la bonne direction. Cependant, nous attendons de l’administration américaine qu’elle mette ses paroles en actes et qu’elle cesse d’imposer des conditions au Hamas. »



Par Khaled Amayreh,



Mashaal a dit que traiter avec le Hamas doit être basé sur le respect du choix démocratique du peuple palestinien, et non sur l’imposition de conditions comme celles imposées par le Quartet, qui comprennent la reconnaissance inconditionnelle du régime israélien d’apartheid, l’abandon total de la résistance et l’acceptation sans réserve de tous les vagues accords et arrangements entre Israël et l’Autorité Palestinienne (AP).

Mashaal a souligné que des conditions comme celles-ci avaient été imposées par Israël et les USA et mises en œuvre par l’AP, mais que rien n’a changé sur le terrain puisque l’occupation israélienne reste inébranlable, l’expansion des colonies se poursuit sans répit et les horizons palestiniens se restreignent de plus en plus.

Il a argumenté que quelles que soient les exigences et conditions israéliennes auxquelles l’AP se soumet, de nouvelles exigences et conditions apparaissent.

« Ils ont demandé à l’AP de reconnaître Israël, et l’AP a reconnu Israël. Mais, vous voyez, maintenant ils veulent que les Palestiniens reconnaissent la nature juive d’Israël, qu’al-Quds al Sharif soit la capitale d’Israël, et qu’ils abandonnent le droit au retour des réfugiés. Vous voyez, les conditions et les exigences d’Israël sont sans fin. »

Mashaal a souligné que le Hamas n’était pas vraiment préoccupé par une reconnaissance des puissances étrangères.

« La priorité du Hamas n’est pas d’être reconnu par les autres, mais plutôt que les autres reconnaissent les droits légitimes du peuple palestinien. La cause nationale palestinienne est prioritaire au Hamas, et l’intérêt pour la cause nationale prend le pas sur tout autre intérêt et considération. Et aucune faction n’a le droit de faire des concessions au dépens de la cause nationale pour des dividendes politiques factionnels. »

Sur le discours de Netanyahu

Mashaal a réservé quelques-unes de ses paroles les plus fortes au Premier Ministre israélien Benyamin Netanyahu, qui, il y a deux semaines, a proposé la création d’une entité palestinienne aux contours vagues, qui serait presque totalement contrôlée par Israël et ne comprendrait pas Jérusalem.

« Netanyahu veut donner à notre peuple un Etat avec le nom, mais sans la substance. Il peut continuer à entretenir ses caprices fascistes autant qu’il veut, il ne trouvera pas un Palestinien pour l’écouter. »

Il a dit que le discours raciste de Netanyahu reflétait une tournure d’esprit intrinsèquement raciste et toute entière tournée vers le désir de maintenir l’occupation de notre mère patrie.

De plus, il a souligné que reconnaître Israël comme Etat juif signifiait, en termes clairs, tuer le droit au retour et miner l’avenir des 1,5 million de Palestiniens qui sont citoyens d’Israël.

Mashaal s’est adressé aux dirigeants arabes, leur disant qu’ils devaient se retirer du soi-disant plan de paix arabe parce qu’Israël le considère avec mépris.

« Netanyahu a renversé les rôles, il est donc futile de continuer à tendre la main à une direction israélienne insolente. C’est pourquoi, en réponse à l’arrogance et à l’insolence d’Israël, j’exhorte les dirigeants arabes à se conduire de manière digne, à proposer d’autres choix et à rassembler nos forces, qui sont disponibles s’il y a la volonté de le faire. »

Il a dit que le Hamas souhaitait et était prêt à coopérer avec tout parti pour accélérer les intérêts nationaux du peuple arabe. Il a ajouté que supplier Israël pour la paix donnerait un impression de faiblesse.

Le chef du bureau politique du Hamas a consacré une partie importante de son discours à la scission nationale avec le Fatah, disant que l’unité nationale palestinienne était primordiale, pas nécessairement pour hâter les pourparlers de paix avec Israël, mais plutôt pour renforcer le peuple palestinien et accroître sa capacité à extirper les droits palestiniens légitimes des griffes sionistes.

« L’unité nationale est essentielle parce qu’elle consolide notre front intérieur en face d’Israël. »

Il a dit que le Hamas avait décidé d’agir avec diligence pour mettre fin à ce désaccord grâce aux efforts égyptiens de médiation. Cependant, Mashaal a dit qu’il y avait trois exigences sans lesquelles la réconciliation inter-palestinienne ne se réaliserait pas.

D’abord, les Palestiniens ne doivent autoriser aucune interférence étrangère dans leurs affaires internes. En deux, les Palestiniens doivent se mettre d’accord sur les points de contentieux en un seul bloc, et trois, l’Autorité Palestinienne doit mettre fin à sa politique provocatrice d’arrestation des partisans et des sympathisants du Hamas.

« Le problème n’est pas un simple désaccord interne. Nous parlons de pratiques systématiques menées par le gouvernement Fayyadh sous supervision du général américain Keith Dayton. Il y a une coordination étroite avec l’armée d’occupation israélienne contre les éléments de la résistance pour les arrêter ou les tuer, comme ce fut le cas récemment à Qalqiliya. »

Mashaal a souligné que jusqu’à 830 hommes et femmes [affiliés au Hamas] dont des savants, des universitaires, des étudiants, des commerçants et autres professionnels languissaient dans les geôles de l’AP.

« Beaucoup ont été torturés et certains en sont morts, pendant que d’autres ont été transférés dans des hôpitaux pour être soignés, suite à la torture. C’est un processus systématique d’éradication. Rien de semblable n’est arrivé depuis 1967. Toutes les institutions ont été bouclées, les comités de la Zakat (bienfaisance) ont été confisqués, les fonds destinés aux prisonniers et aux orphelins ont été volés...”.

Mashaal a affirmé que les pratiques provocatrices et répressives de l’AP étaient le principal obstacle à l’unité nationale entre le Fatah et le Hamas.

Soulignant le rôle désastreux de Dayton qui a fomenté la division palestinienne, Mashaal a appelé le Président Obama à retirer immédiatement le Général Dayton de Cisjordanie.

« Je crois que bâtir une autorité répressive est incompatible avec les appels d’Obama à la démocratie dans cette partie du monde. Dont acte. »

Mashaal s’est moqué de l’AP pour avoir méticuleusement mis en œuvre ses « engagements » à apaiser Israël alors que celui-ci continuait de construire des colonies, de voler la terre, de judaïser Jérusalem, et d’imposer le siège sur Gaza.

Mashaal a reconnu que quelques prisonniers politiques avaient été relâchés des prisons de l’AP.

Il a cependant souligné que davantage de gens ont été arrêtés, accusant l’AP de suivre une politique de laminage.

« Je suis désolé de dire que ce que fait l’AP en Cisjordanie ne nous donne guère de raisons d’espérer. C’est la raison pour laquelle j’exhorte nos frères en Egypte à traiter cette question de toute urgence. »

Enfin, Mashall a réaffirmé l’engagement du Hamas à libérer les prisonniers palestiniens qui languissent dans les geôles, camps de détention et cachots sionistes.

Il a souligné qu’il y avait au moins 12.000 prisonniers palestiniens en détention sioniste, dont 400 enfants, le plus jeune étant Yousuf Al-Zew, qui n’a que 15 ans.

« C’est l’intransigeance israélienne qui empêche qu’un accord d’échange de prisonniers voit le jour. Nous sommes prêts à un accord sérieux qui libèrera nos prisonniers des geôles sionistes. »


Source : Palestine Info

Traduction : MR pour ISM

Share:

Monday, June 01, 2009

L’avenir de la résistance palestinienne (1)


Centre Az-Zaytouna – CPI

http://www.palestine-info.info/



Après la guerre agressive israélienne menée contre Gaza et la baisse des opérations de résistance en Cisjordanie, une grande interrogation se pose sur l’avenir de la résistance palestinienne.

Les données actuelles indiquent que la résistance passe une période difficile, que des frappes l’attendront dans un avenir proche. De la même façon qu’"Israël" souffre de crises, sur le niveau intérieur comme sur le niveau extérieur. Il faut indiquer que la résistance est désormais soutenue politiquement comme populairement. En général, la résistance est en ascension. Tout le monde devra la prendre en considération.

Préambule

La résistance vit une période exceptionnelle. Une partie du peuple palestinien est contre elle. Cette partie va jusqu’à arrêter toute personne qui porte l’arme contre l’occupant. Plusieurs pays arabes travaillent contre elle et participent au blocus imposé sur elle. Il y a également cette guerre agressive israélienne menée contre Gaza. Toutes ces données et tant d’autres font que se pose une vraie interrogation sur l’avenir de la résistance palestinienne.

La résistance à l’intérieur comme à l’extérieur

La résistance palestinienne se fait sur deux volets. A l’intérieur se trouvent les mouvements du Hamas, du Djihad Islamique, de la Résistance Populaire, des Saraya Al-Djihad et d’Abou Ali Mostapha. A l’extérieur, il y a le Front Populaire, le Fatah Intifada et d’autres qui se trouvent dans des camps du Liban.

C’est la résistance de l’intérieur qui se trouve au milieu du combat, au front face à l’ennemi sioniste.

La résistance de l’extérieur, bien qu’elle soit toujours prête, est enchaînée par des donnes arabes et internationales : les relations avec le gouvernement libanais, le conflit entre les Syriens et les Israéliens… Sans oublier que l’extérieur est le reflet de l’intérieur et vice-versa.

Pourquoi freiner la résistance ?

De plusieurs problèmes, difficultés, ennuis et soucis souffre la résistance palestinienne.

Premièrement : La résistance est toujours sur le qui-vive, étant toujours face à "Israël" qui possède une machine de guerre impressionnante, des plus grandes. La résistance fait avec, baisse et monte en puissance. Mais elle améliore toujours sa capacité, son endurance face à cette machine.

Deuxièmement : La résistance devra faire face à un grand défit intérieur. En effet, la déclaration de Yasser Arafat, président de l’OLP, de laisser tomber le terrorisme (la résistance armée), faite en 1985, constitue un point tournant contre la lutte armée, confirmé par l’accord d’Oslo, entre autres. De tels accords obligent des Palestiniens à interpeller d’autres Palestiniens, pour protéger la sécurité d’"Israël" !

Une armée de Palestiniens commence à poursuivre tout Palestinien qui pense à la résistance contre l’occupation. En plus de cela, la résistance est en face de défis : défis d’organisation, d’armement, de financement…

Troisièmement : Il y a aussi ces pays arabes qui contrarient la résistance, en préférant reconnaître "Israël" et une normalisation des relations avec elle. Ils vont jusqu’à participer au blocus mené contre la bande de Gaza. Quelques-uns d’entre eux étaient même aux côtés des occupants durant la guerre agressive israélienne menée contre Gaza (2008-2009), en participant au contrôle d’armes arrivées aux résistants.

Certains sont de mèche avec des pays occidentaux qui frappent la bande de Gaza par un blocus financier. De plus, les pays arabes qui payent 53% des salaires des fonctionnaires de l’autorité palestinienne font des pressions sur les Palestiniens pour qu’ils reconnaissent "Israël" et respectent les accords signés par l’OLP.

Quatrièmement : Au niveau international, il y a de grandes puissances telles l’Amérique et l’Europe qui font opposition à la résistance palestinienne. Elles se réunissent derrière "Israël" pour la protéger et pour étouffer la résistance palestinienne, politiquement, médiatiquement et militairement. De cette façon, on comprend bien combien les défis qu’envisage la résistance sont grands, difficiles, durs de conséquences, pour une résistance déjà vulnérable.

Cinquièmement : Une partie des intellectuels palestiniens, notamment en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, sont pris par l’ambiance de négociations avec "Israël". Ils appellent désormais à la reconnaître et à arrêter la résistance. Ils croient qu’il faut donner une chance à l'établissement de l’Etat palestinien par des moyens pacifiques. Sur la scène palestinienne, la situation est telle qu’il y a des Palestiniens qui haïssent d’autres Palestiniens – des résistants. Ils vont jusqu’à louer la coopération avec l’ennemi et l’attaque contre la résistance comme un service fait à la patrie !

Le rapport écrit par le Centre Az-Zaytouna d’études et de conseils, résumé et traduit par nos soins, est basé sur une étude écrite par Dr. Abdou As-Sattar Qassim.
Share:

Netanyahu’s new quest: The game is on


By Ramzy Baroud

Online Journal Contributing Writer

Jun 1, 2009

“We’ve accomplished quite a few things, and I think the most important one is to cement the principle that the path to peace is through negotiations and not through violence.”
These were the ‘encouraging’ words modestly uttered by Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu during a joint press conference with the US president. The president was Bill Clinton, and the date was October 2, 1996.


In the occupied Palestinian territories, the situation then seemed incredibly grim. But there was no Israeli wall. The settlements were smaller in size and in population. Gaza was besieged, but not to the point of total suffocation.


Prime Minister Netanyahu paid a highly anticipated visit to the White House on May 18, 2009, this time meeting with Barack Obama.


“I share with you very much the desire to move the peace process forward. And I want to start peace negotiations with the Palestinians. I would like to broaden the circle of peace to include others in the Arab world,” said Netanyahu.


One need not emphasize the harm inflicted upon the Palestinian people during those years. The violence, which Netanyahu seemingly decried in ’96, visited Palestinians countless times. Starting December 27, 2008, and for 22 frightening days, much of Gaza was decimated by the Israeli army, using US weapons, killing and wounding thousands. There is now a giant wall, hundreds of miles in length, snaking around the West Bank, separating Palestinians from their land, livelihoods and any possibility of a true state. There are Jewish settlements, joined by Jewish-only roads that hopelessly fragment the occupied West Bank. They all are illegal under international law, as is the so-called Separation Wall, as are the brutal attacks and siege on Gaza, as is the Israeli military occupation altogether.


We are told that Obama is serious about peace in the Middle East. He maybe is. But even such assumed seriousness might not be able to change the disturbing pattern that forced Clinton before him, according to former top Middle East advisor Aaron David Miller to utter the following words: “Who the f*** does he think he is? Who’s the f***ing superpower here?”
In recent meetings between the two leaders, Obama clearly highlighted his country’s commitment to a Palestinian state, and, surprisingly, made mention of “Gaza” during the press conference. But the words of praise of Israel’s greatness were at an all time high. “Obama talked about the ‘extraordinary relationship [with Israel], the special relationship . . . the stalwart ally . . . the historical ties, emotional ties [and] the only democracy in the Middle East . . . a source of admiration and inspiration for the American people,’” observed commentator George Hishmeh.
Following his meeting with Obama, Netanyahu made a visit to the US Congress, where he conferred with the “great friends of Israel.” On his visit to Capitol Hill, he met House Speaker Nancy Pelosi and House Minority Leader John Boehner. The Israeli leader also met members of the Senate Foreign Relations Committee and Jewish legislators. He was given the same exceptional treatment enjoyed by other Israeli leaders. Senate Foreign Relations Committee Chairman John Kerry was “encouraged by a number of things” Netanyahu had said. Following meeting with congressional leaders, Netanyahu observed, as if breaking some unexpected news: there is “an American consensus” regarding “the special relationship we have between Israel and the United States.”


The game is on. Netanyahu will once again try to overwhelm the president of the United States by rallying the Congress behind him in preparation for any possible confrontation with Obama’s administration. Obama, on the other hand, will attempt, however bashfully, to assert a new direction in US foreign policy -- through tempting Israel by embracing harsher Iran policies and pressuring the Arabs to normalize with the Jewish state in exchange for Israel’s mere promise of moving the peace process forward.


In 1996, Netanyahu spoke of the immediate danger facing Israel, in reference to Iraq. Now Iraq -- which had no weapons of mass destruction, after all -- is no longer an “existential threat” to the state of Israel.


And now the Israeli leader has set his sights on Iran. “The challenge is the potential arming of Iran with nuclear weapons capabilities. That is a great danger to all of us . . . We have to do this in tandem . . . I was very encouraged to learn that this is the American policy. We’re going to try to do it together, because if we do it together we’ll get a lot further, a lot faster.”


It might not take 13 more years before Netanyahu’s wishes come true, before getting a lot further, a lot faster, i.e. unleashing a war against Iran. But mark my words, Netanyahu, as well as those before him, as well as those after him, have no intentions of making peace with the Palestinians. He is simply waving a carrot before Obama to get what Israel wants, an attack on Iran. It’s as simple as that.


If Obama hesitates in confronting the new Israeli agenda, and if the Congress continues to treat Israel’s security obsessions as top American priorities, there is no telling what the Middle East will look like the next time Netanyahu arrives in Washington to meet the new American president.


Ramzy Baroud is an author and editor of PalestineChronicle.com. His work has been published in many newspapers and journals worldwide.

His latest book is The Second Palestinian Intifada: A Chronicle of a People’s Struggle Struggle” (Pluto Press, London), and his forthcoming book is, “My Father Was a Freedom Fighter: Gaza’s Untold Story” (Pluto Press, London).(Pluto Press, London,) and his forthcoming book is, “My Father Was a Freedom Fighter: Gaza The Untold Story” (Pluto Press, London).
Share:

Thursday, April 23, 2009

Durban II : Le nazisme israélien est une réalité éclatante


Dershowitz et Barak



Les juifs feraient bien d’en prendre conscience, au lieu de le nier

AUTEUR : Khalid AMAYREH خالد العمايرة

De la Californie à Sidney, en passant à Jérusalem sous occupation, les suprématistes sionistes sont très nerveux, ces jours-ci : ils assistent au rassemblement de milliards de personnes, qui, dans le monde entier, sont en train de se libérer, lentement mais définitivement, des chaînes de la propagande sioniste.

Plus de soixante années durant, les mensonges sionistes rebattus autour du crime contre l’humanité appelé Israël s’étaient en effet imposés dans une très large mesure. Le noir était devenu blanc et le blanc avait été repeint en noir ; l’énorme bobard avait été transformé en une soi-disant « vérité » glorifiée par les multitudes. Les victimes palestiniennes, totalement dépouillées et tourmentées à l’extrême, avaient été caricaturées en « terroristes et assassins, voire même (du temps qu’on y était) en antisémites s’efforçant de terminer le boulot entrepris par Hitler. »
Quant aux véritables nazis (dans cette histoire), j’ai nommé les juifs sionistes qui ont perpétré un des plus énormes crimes de l’histoire humaine, à savoir la destruction et la négation de la communauté palestinienne, ils étaient bien souvent présentés comme des pionniers progressistes censés avoir fait fleurir le désert, être une lumière pour les nations et l’unique démocratie au Moyen-Orient.

Aujourd’hui, il semble que la magie sioniste soit éventée, et qu’elle soit devenue totalement impuissante. Le monde découvre (enfin) qu’il a été embobiné, dupé et trompé durant toutes années. Il est temps de se réveiller, et de voir les réalités en face !

La conférence de Durban II, réunie à Genève aujourd’hui, vise à renforcer la paix, l’égalité et la justice dans le monde entier. Inutile de préciser que cela impose que les peuples et les gouvernements du monde entier doivent lutter et s’efforcer d’éradiquer l’oppression, le racisme et l’agression, pour ce faire.

C’est précisément ce qui rend furieux les leaders sionistes où qu’ils se trouvent, et cela se comprend fort bien. Nous savons tous que lutter contre le racisme et l’oppression, cela implique de défier Israël, un pays fondé sur le nettoyage ethnique, le pillage, l’oppression et le mensonge.

De fait, le simple fait, pour tout le reste de l’humanité, de faire siens les principes les plus élémentaires de l’égalité et de la justice suffit à provoquer une collision inévitable entre Israël et lui.

En résumé : impossible d’être authentiquement humain, et même impossible d’être humain tout court, sans s’opposer au sionisme. C’est ce que beaucoup d’habitants de notre planète sont en train de découvrir. C’est aussi ce qu’Israël et ses séides redoutent comme la peste, car ils savent qu’un « sionisme à visage humain » est un oxymore irréductible pour l’éternité.

C’est pourquoi les chiens de garde du sionisme, depuis Commentary, The New Republic, The New York Post, The Jerusalem Post, jusqu’à Dershowitz, Elie Wiesel, Netanyahou, Lieberman, en passant par Peres et les nombreux parangons du mépris et du racisme paniquent, aujourd’hui. Regardez leur visage : vous verrez à quel point ils sont inquiets et affolés.

C’est aussi ainsi que réagissent la plupart des criminels et des voleurs quand ils sentent que leurs crimes sont sur le point d’être découverts et qu’ils vont se faire attraper.

Mais comme tous les criminels et tous les voleurs, Israël et ses partisans souvent tribaux ne vont pas se contenter d’agiter un drapeau blanc et de se rendre à la vérité, aussi claire, aussi écrasante soit-elle.

Les sionistes prétendent souvent qu’ils bénéficient des Q.I. les plus élevés de tous les Terriens. Et alors ? Et alors ? Ne dit-on pas que beaucoup de criminels sont extrêmement intelligents ; c’est bien ça le problème, d’ailleurs, car la police est très souvent incapable de les arrêter...

Mais est-ce bien là de l’intelligence ? Sont-ce bien là des esprits réellement agiles ? De fait, si un(e) criminel(le) ou un(e) voleur/se avait été véritablement intelligent, il (ou elle) ne se serait pas abandonné(e) à un comportement délictueux, pour commencer. Une intelligence qui vous envoie à la potence ou sur la chaise électrique en fin de parcours est en réalité le summum de la stupidité.

Cette logique vaut indubitablement pour Israël, un État diabolique, qui a fait de beaucoup de juifs soit les instruments du mal, soit ses auxiliaires.

Prenons, par exemple, quelqu’un comme Elie Wiesel, un survivant de l’Holocauste, qui a rempli l’éther de toutes sortes de proclamations hypocrites et pontifiantes sur le caractère unique de la souffrance juive, comme si la souffrance de non-juifs avait été ou était moins authentique ?

C’est ce même homme qui nous bassine, depuis des décennies, assénant à qui veut l’entendre qu’Israël aurait le droit de commettre des crimes contre les Palestiniens et que le monde entier n’est pas légitime à critiquer le comportement qui n’a rien à envier aux nazis qui est celui d’Israël.

La « Nuit » de Wiesel a pris fin, et son peuple a pu se relever, mais ce peuple est hélas totalement mobilisé, fusse au prix de sa propre perte, dans l’utilisation, jusqu’à son dernier souffle, des derniers vestiges de la mémoire de l’Holocauste pour justifier, prolonger et perpétuer la « Nuit » palestinienne. Cela, à seule fin de satisfaire sa dépravation et les caprices nés de sa (soi-disant) supériorité ethnique et de son nombrilisme.

C’est le même Wiesel qui se précipite à Genève, aujourd’hui, pour défendre l’extermination, par Israël, d’enfants innocents et impuissants à Gaza, au simple motif que ces victimes abandonnées sont faibles et n’appartiennent pas à la « sainte tribu ».

Vous voyez donc de quelle manière le sionisme a métamorphosé et continue à métamorphoser les victimes de la bête nazie en menteurs sataniques, en brutes immorales et en assassins scélérats soutenant fanatiquement un État qui pense comme les nazis, se comporte comme les nazis et agit comme eux.

Mais cette dépravation semble ne pas connaître de limite. Telle est la nature d’une maladie démoniaque qui s’est emparée de tout un groupe humain qui pense que le monde doit l’autoriser à faire ce que personne d’autre n’a le droit de faire.

Ce sont des gens qui arguent du fait qu’ils seraient dans l’obligation de tuer les enfants des autres afin de s’assurer que les leurs ne se fassent pas tuer, ce sont des gens qui pensent qu’ils doivent tuer les mères des autres afin de s’assurer que leurs mères ne seront pas tuées. Des gens malades jusqu’à la moelle, qui pensent qu’ils sont contraints de perpétrer un holocauste afin d’empêcher la survenue d’un nouvel Holocauste.

Autrement dit, le monde doit leur permettre d’exterminer le peuple palestinien, le peuple libanais et probablement aussi le peuple iranien, histoire de leur donner un sentiment de sécurité...

Mais, dès lors que tout le monde critique leurs comportement meurtrier, consistant notamment à affamer la population de Gaza, à réduire en cendres des civils avec des bombes au phosphore ou à enfermer des millions de Palestiniens harcelés dans des camps de concentration, les sionistes se mettent à vociférer, de manière incontrôlable : Auschwitz ! Gestapo ! Kristallnacht ! Hamas ! Kamikazes !, ignorant totalement la laideur brutale de leur mentalité et la cruauté criminelle de leurs agissements.

C’est ce qui amène des animaux racistes tel un Avigdor Lieberman, qui allie la brutalité d’un Joseph Staline à la haine d’un Adolph Hitler, à fustiger la conférence de Durban, au motif qu’elle ne dénoncerait pas les violations des droits humains ailleurs qu’en Israël.

C’est comme une prostituée méprisable prêchant la moralité et la chasteté.

Mais l’hypocrisie pornographique n’est pas, et de loin, la spécialité de l’ancien malfrat moldave. Shimon Peres est-il en quoi que ce soit moins hypocrite, moins criminel ? Ou Netanyahou ? Ou encore Barak ? Ou même Ovadia Yosef ? Finalement, nous parlons ici de toute une génération de criminels pathologiques, dont la criminalité et les mensonges ne connaissent pas de limites.

Mon ami Gideon Levy [une des grandes plumes du quotidien israélien Ha’aretz, NdT], dont je respecte immensément le courage moral et la rectitude, a écrit qu’il n’est pas admissible de comparer le calvaire des Palestiniens avec l’Holocauste. Il n’en a pas moins reconnu qu’aujourd’hui Israël ressemble furieusement à l’Allemagne de 1933.

Doit-on en déduire que les Palestiniens devront attendre (les bras croisés) encore quelques années que Lieberman et sa cohorte de judéo-nazis mettent en actes leurs doctrines, de la même manière qu’Hitler, Eichmann et leurs cohortes aryennes nazies avaient mis en application les leurs quelques années plus tard ?

Le fait que la conférence de Durban II ait lieu (à Genève) est un signe positif. C’est en soi un pas dans la bonne direction, car la tenue de cette conférence, à l’encontre de la volonté du sionisme démoniaque, montre que le monde, ou tout au moins la plupart des peuples du monde, sont déterminés à regarder Israël droit dans les yeux et à lui dire : « Vous êtes des racistes, vous êtes des criminels, vous êtes monstrueux..., mais nous ne nous laisserons pas impressionner par la manière dont vous fomentez la haine ». C’est ce qui fait si peur aux sionistes ; c’est ce qui les désarçonne et leur fait perdre toute dignité.

Quant aux autres peuples, d’Europe et d’Amérique du Nord, dont les gouvernements continuent à languir sous la mainmise sioniste, un jour viendra où ils se réveilleront eux aussi et où ils se libéreront des chaînes des lobbies et des mensonges sionistes.

Ce jour n’est plus très lointain.




Traduit par Marcel Charbonnier, révisé par Fausto Giudice


Fausto Giudice est membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d’en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.


Sources : en anglais et en français


Share:

Wednesday, March 04, 2009

Haniyeh : Le dialogue n’est pas une tactique politique, la priorité est la réconciliation






Ismaël Haniyeh, premier ministre palestinien, a accordé à notre Centre Palestinien d’Information (CPI) une interview exclusive, la veille du jour du lancement du dialogue inter-palestinien du Caire, le jeudi 26 février 2009.

La réconciliation nationale reste la priorité du mouvement du Hamas et son cabinet, insiste-t-il à dire.

Le dialogue est le sentier vers l’attachement aux principes et aux droits palestiniens.

L’OLP doit être restaurée sur de nouvelles bases démocratiques, loin de toutes pressions et conditions imposées de l’extérieur, pour qu’il garde au peuple palestinien son droit à la résistance.

« Partenaires dans la résistance, partenaires dans la reconstruction » est un slogan donné par Ismaël Haniyeh, premier ministre palestinien. Il faut mettre les bouchées doubles pour cette reconstruction pour mettre fin aux souffrances de nos familles de la bande de Gaza, souffrances causées par l’affreuse guerre menée par l’armée israélienne pendant 23 jours consécutifs.

Pour ce qui est des bonnes relations avec l’Egypte, Haniyeh les considère comme un choix stratégique et non une relation d’intérêts.

A travers cette interview, Ismaël Haniyeh lance un appel au monde arabo-islamique et au monde entier pour garder l’élan vu pendant et après la dernière guerre israélienne.

La résistance du peuple palestinien et son attachement à ses droits mettront les rêves des occupants israéliens dans l’embarras.

Il nous donne son point de vue sur ces sujets et tant d’autres, dans l'interview ci-après, traduite de l'arabe et résumée par nos soins.

Le dialogue et la réussite

CPI : Les rencontres entre les mouvements du Hamas et du Fatah se multiplient, en préparation pour un dialogue total. Mais il y a ceux qui parlent du doute qu’on puisse arriver à quelque chose de positif. Qu’en dites vous ?

Ismaël Haniyeh : Il faut commencer par dire que la division palestinienne n’est point un phénomène normal. Il faut à tout prix en sortir et recommencer à travailler selon les règles constitutionnelles et pour réaliser les intérêts suprêmes palestiniens dont surtout l’unité entre la Cisjordanie et la bande de Gaza.

La forme du dialogue

CPI : Quelle sera la forme du dialogue et ses résultats ?

Ismaël Haniyeh : Nous sommes pour un dialogue national sérieux, honnête et approfondi, un chemin vers les principes et les droits palestiniens qui préservera pour notre peuple palestinien sa dignité et ses victimes. Il faut restaurer l’OLP sur de nouvelles bases, démocratiques. Il faut un gouvernement national, loin de toutes pressions et conditions étrangères. Il faut reconstruire les services de sécurité, loin de toute coopération avec l’occupation israélienne. Il faut assurer au peuple palestinien son droit de résistance.

Réconciliation

CPI : Quelques-uns refusaient le dialogue, catégoriquement. Ce sont eux qui maintenant l’exigent. Quelle en serait l’explication selon vous ?

Ismaël Haniyeh : Nous ne voulons pas parler des raisons des autres. Après la ténacité historique de notre peuple, de notre gouvernement et de notre mouvement dans la bande de Gaza, la priorité pour nous est actuellement de réaliser une réconciliation nationale réelle et exhaustive. Une réconciliation qui rendra aux Palestiniens l’unité afin de pouvoir faire face à l’avenir.

Un dialogue possible

CPI : Le dialogue pourra-t-il donner quelque chose ?

Ismaël Haniyeh : Nous avons beaucoup de choses qui peuvent nous aider à un dialogue attendu par notre peuple : l’accord du Caire, l’accord d’entente nationale, l’accord de la Mecque…

Et pour un climat propice, des décisions doivent être prises : fermer le dossier de l’arrestation politique, cesser les campagnes sécuritaires, rouvrir les établissements…

Joie et doute

CPI : Les derniers jours ont connu de telles décisions, sans pour autant qu’elles soient appliquées, alors qu’en est-il ?

Ismaël Haniyeh : Notre cabinet a reçu avec beaucoup de satisfaction les accords de principes conclus entre les deux mouvements… Malheureusement, les nouvelles venant du terrain ne reflètent rien de bon, même en ce qui concerne la torture.

Et Gaza ?

CPI : On dit qu’à Gaza, la situation est identique. Est-ce vrai ?

Ismaël Haniyeh : Chez nous également, il y a des erreurs. Personne n’est parfait. Cependant, nous essayons de tout revoir pour établir de nouvelles règles…

Nous savons que le chemin du dialogue est difficile. Le dialogue fait cependant partie des intérêts nationaux supérieurs. Il faut le réussir, loin de tout intérêt partisan.

Les priorités

CPI : Après la dernière guerre israélienne menée contre Gaza, que seront les priorités ?

Ismaël Haniyeh : La formidable relation établie entre la résistance et le peuple était l’une des factures de la victoire dans la bataille « Al-Forqane ». L’agression israélienne n’a pas réussi à semer la zizanie entre le peuple, le gouvernement et la résistance. Nous essayons, plus que jamais, de nous rapprocher du peuple. Nos priorités sont désormais les suivantes :

1- Secourir d’urgence les victimes de la guerre, les familles des martyrs, les blessés, les ouvriers…

2- Mettre tous les efforts pour lever le blocus et ouvrir les points de passage…

3- Reconstruire Gaza. Une commission parlementaire comportant des personnalités indépendantes doit superviser le projet de reconstruction, loin de toute politique. Il est urgent de soigner les blessures.

« Partenaires dans la résistance, partenaires dans la reconstruction » est notre slogan. Nous ne sommes pas pressés de recevoir de l’argent, mais de commencer à mettre fin aux souffrances de nos familles.

L’accalmie et l’échange de captifs

CPI : Et pour ce qui est de la trêve et de l’échange de captifs ?

Ismaël Haniyeh : Nous allons où va l’intérêt de notre peuple palestinien. L’accalmie a été accomplie dans ce dessein, à plusieurs reprises. Et après l’agression israélienne, nous allons dans la même direction, pour protéger notre peuple, ouvrir les points de passage, mettre fin au blocus. On était sur le point d’accomplir une trêve, sauf qu’au dernier moment, les Israéliens se sont retirés et ont mis le dossier du soldat Chalit avec l’affaire de l’accalmie.

Le retrait israélien

CPI : A votre avis, pourquoi l’occupation israélienne s’est retirée de l’accord d’accalmie ?

Ismaël Haniyeh : L’occupant israélien essaie d’accomplir la trêve selon ses désirs, inacceptables par notre peuple palestinien.

Notre peuple veut arriver à un échange de prisonniers, mais les Israéliens ne cessent de mettre des bâtons dans les roues.

Les relations avec l’Egypte

CPI : Certains essaient de laisser comprendre que le Hamas représente un danger pour la sécurité nationale égyptienne ?

Ismaël Haniyeh : Notre relation entre le peuple palestinien et l’Egypte est une relation stratégique…

Nous confirmons que le Hamas réagit de façon à protéger la sécurité nationale égyptienne et ne fait aucune ingérence dans l’affaire interne égyptienne. Les points de vue différents en ce qui concerne le conflit avec l’occupation israélienne ne pourront entamer nos relations basées sur le respect mutuel.

Une nouvelle émigration

CPI : On parle d’une émigration vers le Sinaï ?

Ismaël Haniyeh : Notre peuple est enraciné sur sa terre. Il ne la quitte pas, ni pour la Sinaï ni pour ailleurs. Même ceux qui étaient à l’extérieur de la Bande, pendant la guerre, sont revenus.

Le point de passage de Rafah

CPI : Et pour ce qui est de votre demande permanente d’ouvrir le point de passage de Rafah ?

Ismaël Haniyeh : Nous croyons que les frères d’Egypte sont capables de prendre des décisions afin d’ouvrir le point de passage de Rafah, non seulement pour des buts humanitaires, mais également politiques.

Et il nous faut un gouvernement d’unité nationale pour qu’il y ait un contrôle total du point de passage.

Les visites de Gaza

CPI : Comment voyez-vous les visites effectuées dans la bande de Gaza ?

Ismaël Haniyeh : Nous saluons tout un chacun qui est venu rendre visite à la bande de Gaza, pendant l’agression ou après. Nous regardons avec satisfaction les visites de parlementaires et de ceux qui y viennent pour collecter des informations concernant les crimes de guerres israéliens.

Néanmoins, la population aime beaucoup voir des résultats concrets de ces visites : reconstruction, ouverture de points de passage, jugements de criminels de guerre…

CPI : Certaines délégations n’ont pas traité avec le Hamas ?

Ismaël Haniyeh : Malgré cela, ces visites représentent en elles-mêmes un changement de leur politique, probablement qu’un nouvel équilibre politique est à l’horizon.

La bataille « Al-Forqane »

CPI : Comment était le mouvement arabo-islamique pendant la bataille « Al-Forqane » ?

Ismaël Haniyeh : C’était un élan populaire sans précédent que le monde a connu. Cet élan de solidarité avec la cause palestinienne l’a remis à sa juste place…

Nous espérons que cet élan continue, surtout que le blocus, les menaces de l’ennemi, le danger qui menace la ville d’Al-Quds sont toujours là. Nous appelons à organiser le travail populaire de manière stratégique pour qu’il puisse profiter à la victoire de Gaza.

Les élections israéliennes

CPI : La droite israélienne extrémiste a gagné, où va l’Entité sioniste ?

Ismaël Haniyeh : Les résultats des dernières élections ne faciliteront pas la chose dans l’Etat d’occupation. La décision politique connaîtra plus d’incertitude. Les élections anticipées n’ont non seulement pas résolu la crise politique, mais y ont de plus ajouté de nouvelles complications.

Et ceux qui avaient mené la guerre contre la bande de Gaza pour des raisons électorales ont connu un échec cuisant. C’est un signe que la résistance de notre peuple et son attachement à ses droits coûteront beaucoup aux chefs de l’occupation israélienne.

Plus d’un expriment leur peur de la droite israélienne, mais nous ne faisons que répéter la parabole d’Allah (le Tout Puissant) :

{C'est le Diable qui vous fait peur de ses alliés. N'ayez donc pas peur d'eux. Mais ayez peur de Moi, si vous êtes croyants} (Le Saint Coran, Sourate 3, verset 173)
Share:

Sunday, January 18, 2009

Le Hamas est sorti vainqueur de la guerre israélienne contre Gaza


Sheykh Nezzar Rayyan, aleyhi rahimatu Allah


Sheykh Saeed Siyam, aleyhi rahimatu Allah

Le nombre des victimes atteint 1310 martyrs après la découverte de plus de 100 corps, aujourd'hui, 5500 blesses, dont plus de la moitié sont des enfants et des femmes

Londres - CPI



Le célèbre journal britannique "The Observator" a considéré dans son rapport sur Gaza, que la guerre sauvage de l'occupation israélienne qui visait à frapper le Hamas et lui donner une grande leçon inoubliable, n'a pas pu l'affaiblir durant les trois semaines d'agressions, au contraire le Hamas a pu séduir les coeurs des palestiniens en Cisjordanie comme à Gaza.



"Les palestiniens en Cisjordanie comme à Gaza sont inquiets de l'engagement de l'autorité dirigée par Mahmoud Abbas qui n'a rien fait durant l'holocauste perpétré par les forces israéliennes contre les femmes et les enfants palestiniens innocents", a rapporté le journal britannique.



Le journal a montré que les déclarations du dirigeant du Fatah, Kadoura Fares qui est convaincu que la guerre de l'occupation a renforcé le pouvoir du Hamas dans la scène palestinienne et à l'extérieur.



"Au moment où le Hamas était soutenu par le monde entier, durant ces 3 semaines d'agressions de l'occupation, cette n'a rien réalisé de ses objectifs que de montrer sa force sauvage contre des civils innocents", a confirmé "The Observator", tout en évaluant que la réconciliation entre le Hamas et Fatah va se baser sur l'accord de la Mecque, signé en 2005.



De sa part, l'activiste du Fatah, Zaccaria Mohammed, a déclaré que le Fatah doit décider le soutien de la résistance ou de disparaître de la scène palestinienne, en ajoutant que si le Fatah fera participer le Hamas, il aura donc une chance de réussir.



Il a révélé que certains dirigeants du Fatah ont parié sur la défaite et la faiblesse du Hamas, en tentant d'emporter la scène à travers la victoire de l'occupation israélienne sur lui, « mais ils se sont complètement trompés », a-t-il ajouté.




Un député sioniste dans la Knesset a approuvé l'échec de son entité sioniste, en affirmant que la guerre contre Gaza n'a rien réalisé des objectifs annoncés par l'armée israélienne, après trois semaines de bombardements contre les civils, dont des centaines d'enfants et de femmes, et causant plusieurs morts parmi les soldats israéliens.



Yesraél Katz qui appartient au parti sioniste d'extrême droite "Likoud", a déclaré que l'opération militaire israélienne contre la Bande de Gaza a complètement échoué, après la décision du premier ministre, Ehud Olmert, d'annoncer un cessez-le-feu unilatéral.



Il a dit, aujourd'hui dimanche 18/1, lors d'une déclaration de presse que la guerre n'a rien réalisé, sans pouvoir finir la force des factions palestiniennes, ni de cesser l'entrée des armes clandestines à Gaza, ni même de libérer le soldat, Gilad Chalit.



"Alors que l'accord de Tzipi Livni avec son homologue Condolleeza Rice a été jeté complètement par l'Égypte", a-t-il aussi ajouté.
Share:

Friday, January 16, 2009

La guerre israélienne contre Gaza ne connaîtra que l’échec, dit la presse internationale


Washington – Londres – CPI






Des journaux et des agences de presse internationaux croient à l’échec de la guerre menée par "Israël" contre la bande de Gaza. Les occupants israéliens ne peuvent en aucun cas réaliser une victoire contre le mouvement du Hamas.

Un mouvement difficile à vaincre

« Le carrefour de Gaza » : sous ce titre, le journal américain Washington Post écrit, le 10 janvier 2009, que la guerre menée par "Israël" contre la bande de Gaza connaîtra l’échec. Encore une fois, la guerre contre le Hamas montre qu’il est impossible de l’anéantir par des moyens militaires.

Le journal américain ajoute que l’Entité sioniste fait le pari sur la possibilité d’abaisser la capacité militaire du mouvement du Hamas, sur la possibilité de l’obliger à accepter un cessez-le-feu avec des conditions au profit des Israéliens. Toutefois, le Hamas a délimité sa victoire au seul fait de rester en confrontation avec "Israël". Le Hamas a alors refusé de jouer le jeu des Israéliens.

Une question difficile

Quant à l’agence Reuters, elle croit qu’une victoire israélienne contre le Hamas est un but lointain. Dans un rapport publié le 12 janvier, l’agence écrit qu’après le cessez-le-feu dans la bande de Gaza, une question restera en suspens : qui sera le victorieux ? Cette question dépendra du volume de la destruction et de la mort. "Israël" ne pourra certainement pas répondre à une telle question. La notion d’une victoire israélienne sera lointaine, dit le rapport.

Le gouvernement de l’occupation israélienne a prétendu que son attaque entamée le 27 décembre 2008 a pour but de mettre fin aux tirs incessants des roquettes et des obus de mortier sur les localités de l’Etat hébreu, venant de Gaza. Cependant, plus de deux semaines après le début de l’attaque, ces tirs ne connaissent pas une quelconque baisse de cadence. Même si leur nombre s’est légèrement atténué.

Il est possible, dit l’agence, que le Hamas accepte l’arrêt des tirs de roquettes. Néanmoins, la chance d’imposer éternellement un tel accord, comme le voudrait "Israël", restera néant.

Mettre un terme à la contrebande d’armes entre Gaza et l’Egypte est une volonté israélienne. Les Israéliens veulent priver le Hamas de tous les moyens permettant au Hamas d’acquérir des produits utilisés dans la fabrication des roquettes. Personne ne sait comment cette affaire sera réglée, d’autant moins que le Caire refuse le déploiement de forces internationales sur les deux côtés des frontières.

Reuters résume enfin que vaincre le mouvement du Hamas reste un objectif très difficile à réaliser ; en tout cas pas avant qu’"Israël" ne cède aux pressions internationales.

Le peuple palestinien

Le journal autrichien Der Ständer est du même avis. Dans son numéro du 10 janvier, il écrit que la guerre menée par l’armée israélienne contre le Hamas – et avant lui contre le Hezbollah et le Fatah – est une simple guerre traditionnelle. "Israël" use en premier ordre la force contre des groupes avec lesquels travaillent des combattants non conventionnels. Bien qu’ils soient moins armés, ils planifient et exécutent leurs opérations au milieu du peuple palestinien. Ainsi, l’Entité sioniste ne pourra pas arriver à son objectif et faire tomber le Hamas.

Dans la guerre actuelle, les frontières entre le terrorisme et les combats de rues ont disparu, le sang d’innocents s’est affreusement répandu, dans la bande de Gaza.

Finalement, le journal voit que le seul moyen pour sortir de la crise est qu’"Israël" commence à respecter la vie du peuple palestinien.

Issue à la crise

Il est difficile de trouver une issue à la guerre. Le mouvement du Hamas et toutes les factions palestiniennes représentent un vrai danger pour l’Etat hébreu, dit le journal londonien Times.

L’expert militaire israélien Ronnen Birgman constate que le Hamas a appris comment résister devant "Israël". Il a bien entraîné ses membres. Si "Israël" pousse ses forces à l’intérieur des quartiers, elles seront face à un ennemi obstiné, dit-il au journal Times.

De son côté, l’envoyé du journal hébreu Yediot Ahronot, qui accompagne les forces israéliennes d'occupation, montre son grand étonnement face à la préparation du Hamas.

Sur la porte d’un bâtiment, il y avait une poupée à la forme d’un combattant du Hamas. Si les soldats tiraient sur la poupée, tout le bâtiment explosait sur leurs têtes, affirma le journaliste, abasourdi.

Finalement, le journal britannique résume la scène en disant que le Hamas n’a besoin, pour réaliser sa victoire, que de rester en vie et de tirer quelques roquettes sur l’Etat hébreu.

Des factions palestiniennes dont le mouvement du Hamas participeront au sommet arabe de Qatar, disent des sources du mouvement. Le sommet devra se réunir aujourd’hui, vendredi 16 janvier 2009. Environ douze pays arabes y seront présents.

Des sources informent l’envoyé de notre Centre Palestinien d’Information (CPI) que Khaled Michaal, président du bureau politique du mouvement du Hamas, Ramadan Chalah, secrétaire général du mouvement du Djihad Islamique, Ahmed Jibril, secrétaire général du Front Populaire pour la libération de Palestine, et d’autres représentants d’autres factions palestiniennes sont dors et déjà arrivés au Qatar.

Des sources du Hamas ajoutent que le mouvement salue la proposition de l’Emir du Qatar. Elles espèrent cependant que ces propositions se traduiront par des décisions concrètes. Elles espèrent également que les Arabes prennent une position unie. Une position unie pourra constituer une pression suffisante pour arrêter l’agression israélienne.

Les factions palestiniennes continuent à affirmer leur attachement à leurs conditions pour une accalmie. « Nous réaffirmons la nécessité de l’arrêt de l’agression, de la retraite des forces israéliennes d'occupation, de la levée du blocus une fois pour toute et de l’ouverture de tous les points de passage dont celui de Rafah. »


Ramadan Chalah, secrétaire général du mouvement du Djihad Islamique, a appelé à dissoudre l’autorité palestinienne et à constituer un gouvernement de résistance.

Il ne faut pas laisser la Cisjordanie aux barrages de l’occupation israélienne et aux appareils sécuritaires d’Abbas, ajoute-t-il.

Dans des déclarations données, hier jeudi 15 janvier, à la chaîne satellitaire arabe Al-Jazeera, Chalah dit que son mouvement a refusé l’initiative égyptienne. Elle ne satisfait pas les quatre conditions de la résistance palestinienne qui réalise actuellement une victoire historique par sa résistance contre les forces israéliennes d'occupation au fin fond de Gaza.

L’initiative égyptienne n’exige pas un arrêt immédiat de l’agression israélienne, un retrait des troupes, une ouverture des points de passage, explique-t-il.

Et pour ce qui est du sommet arabe organisé par le Qatar, Chalah a salué les efforts de ce pays, et tous les efforts d’ailleurs. Il a cependant condamné de manière catégorique les pays refusant d’y être présents. Le sang du peuple palestinien n’est pas à vendre.

Finalement, le secrétaire du mouvement du Djihad Islamique affirme que toutes les factions palestiniennes travaillent en coordination totale. Il affirme également que l’armée israélienne fait face à une résistance historique. Elle n’a jamais pu réaliser une avanceé notable. Les combats continuent sur deux axes principaux : à Jabalia au nord, à Tel Al-Hawa au sud, ajoute-t-il.
Share:

Thursday, January 15, 2009

Cette brutalité ne cassera jamais notre volonté d’être libres


Khalid Meshaal - The Guardian
www.palestine-info.info


Pendant 18 mois mes compatriotes de Gaza ont été assiégés, incarcérés dans la plus grande prison du monde, isolés du monde par voie de terre, d’air et de mer, mis en cage et affamés, et même privés de médicaments pour les malades. Après la politique de la mort lente est venu le bombardement.

Dans le plus densément peuplé des lieux, rien n’a été épargné par les avions militaires israéliens : immeubles gouvernementaux, maisons, mosquées, hôpitaux, écoles et marchés. Plus de 540 ont été tués et des milliers mutilés pour toujours. Dont un tiers de femmes et d’enfants. Des familles entières ont été massacrées, certaines dans leur sommeil.

Cette rivière de sang est versée sous des mensonges et des faux prétextes. Pendant six mois, nous de Hamas avons observé le cessez-le-feu. Israël l’a rompu dès le début. Il a été demandé à Israël d’ouvrir les passages vers Gaza, et d’étendre la trêve à la Cisjordanie. Il a procédé vers le durcissement de son siège de Gaza, coupant l’électricité et l’eau à répétition.

La punition collective n’a pas stoppé, mais s’est accélérée, avec les assassinats et les morts. Trente Gazaouis ont été abattus par les tirs israéliens et des centaines de malades sont morts directement du siège pendant le soi-disant cessez-le-feu. Israël jouissait d’une période de calme. Pas notre peuple.

Quand cette trêve rompue est allée vers sa fin, nous avons exprimé notre disposition à une nouvelle trêve globale en échange de la levée du blocus et de l’ouverture de tous les passages de Gaza, y compris Rafah. Autant parler à des sourds. Pourtant nous serions prêts a commencer une nouvelle trêve sur ces bases après un retrait total des forces d’invasion de Gaza.

Aucune roquette n’a jamais été tirée depuis la Cisjordanie. Mais 50 Palestiniens y ont été tués et des centaines blessés des mains israéliennes l’an passé, tandis que son expansionnisme progressait sans trêve. Nous sommes supposés nous satisfaire de bouts de territoire qui s’amenuisent, une poignée de cantons à la merci d’Israël, bouclés de toutes parts. La vérité est qu’Israël recherche un cessez-le-feu obéis par nous seuls, en échange d’un siège, de la famine, de bombardements, d’incursions et de colonies de peuplement. Israël veut un cessez-le-feu gratuit.

La logique de ceux qui veulent que nous cessions de résister est absurde. Ils absolvent l’agresseur et l’occupant - avec ses armes de mort et de destruction les plus mortelles - de toute responsabilité, tout en blâmant la victime, le prisonnier et l’occupé. Nos modestes roquettes artisanales sont notre cri de protestation au monde. Les Israéliens et leurs mécènes Américains et Européens veulent nous tuer en silence. Mais nous ne mourrons pas en silence.

Ce qui est vécu à Gaza aujourd’hui l’a été par Yasser Arafat auparavant. Quand il refusa de se plier aux diktats d’Israël, il fut emprisonné dans ses bureaux de Ramallah, entouré de tanks pendant deux ans. Quand ceci ne parvint pas à casser sa résolution, il fut empoisonné.

Gaza a commencé 2009 comme 2008 : sous le feu israélien. L’an dernier, entre janvier et février, au moins 140 Gazaouis moururent des tirs aériens. Et juste avant qu’il se lance dans son assaut militaire raté contre le Liban en juillet 2006, Israël fit pleuvoir des milliers d’obus sur Gaza, tuant 240 personnes.

De Deir Yassine en 1948 à Gaza aujourd’hui, la liste des crimes d’Israël est longue. Les justifications changent, mais la réalité est la même : occupation coloniale, oppression, et injustice interminable. Si c’est le « monde libre » dont Israël défend les « valeurs », comme le prétend la ministre des Aff. Et. Tzipi Livni, alors nous n’avons rien à voir avec ça.

Les leaders israéliens restent saisis de confusion, incapables de fixer des buts clairs pour les attaques - entre éjecter le gouvernement légitimement élu de Hamas et détruire son infrastructure, et arrêter les roquettes. Comme ils ne parviennent pas à casser la résistance de Gaza, ils ont réduit la marque. Ils parlent maintenant d’affaiblir Hamas et de limiter la résistance.

Mais ils ne parviendront a aucun des deux. Les Gazaouis sont plus unis que jamais, décidés à ne pas être terrorisés par la soumission. Nos combattants, armés de la justice de leur cause, ont déjà causé de nombreuses victimes dans l’armée d’occupation, et combattront pour défendre leur terre et leur peuple. Rien ne peut défaire notre désir de liberté.

Encore une fois, Washington et l’Europe ont opté pour aider et encourager le geôlier, l’occupant et agresseur, et pour condamner les victimes. Nous espérions que Barack Obama romprait avec l’héritage désastreux de George Bush mais son début n’est pas encourageant. Alors qu’il a dénoncé sans tarder les attaques de Bombay, il reste muet après dix jours de massacres à Gaza.

Mais nous ne sommes pas seuls. Des millions d’hommes et de femmes adeptes de la liberté sont du côté de cette lutte pour la justice et la libération - comme en témoignent chaque jour les protestations contre l’agression israélienne, non seulement dans la région arabe et islamique, mais dans le monde entier.

Certainement Israël répandra destruction, mort et souffrance à Gaza. Mais il rencontrera le même sort à Gaza qu’au Liban. Nous ne serons pas brisés par le siège et le bombardement, et nous ne nous rendrons jamais devant l’occupation
Share:

Tuesday, January 06, 2009

Azzedine Al Qassam confirme 120 soldats sionistes abattus, 97 blessés... La preuve en image


Mise a jour : Ce message s'adresse a tous les Musulmans en age de combattre, la guerre, selon plusieurs de nos sources, va s'etendre au Moyen Orient dans les 48 a 72 heures, vraisemblablement au Liban et en Syrie. La Resistance Islamique Palestienne demande a tout Musulman en age de combattre de se presenter le plus tot possible dans les differents lieux dits pour preter main forte aux familles de Gaza assiegées.

Wa Allah swt 'alam

Abu Suleyman

Gaza- CPI
http://www.palestine-info.info/



"Au moins10 soldats sionistes ont été tués, lundi soir 5/1, alors que plus de 30 autres ont été blessés de l'élite d'une force sioniste, dans une embuscade ", ont affirmé des sources aux brigades d'Al Qassam, la branche militaire du Hamas.

Les sources d'Al Qassam ont confirmé au centre palestinien d'information que leurs résistants ont piégé des dizaines de soldats sionistes, dans une maison, dans la région nord de la bande de Gaza.

"Les résistants d'Al Qassam ont encerclé les soldats sionistes dans une maison piégée, puis les ont ciblé à l'intérieur par des tirs de roquettes, d'obus et des balles de type lourde, où les hélicoptères de l'armée ont intervenu pour les évacuer sous le couvert d'un feu nourri.
Les sources ont souligné que les brigades d'Al Qassam ont tué 10 soldats en blessant plus de 30 autres, tout en indiquant qu'Al Qassam va annoncer les détails de cette opération plus tard.
Share:

Blog Archive

Support


Definition List

Just Foreign Policy Iraqi Death Estimator

Unordered List