شبكة الإستخبارات الإسلامية

"They plot and plan but ALLAH also plans and ALLAH is the best of Planners." Qur’an VIII – 30

‘’ويمكرون ويمكر الله والله خير الماكرين ‘’: قال الله عزَّ وجل

سورة الأنفال

رضيت بالله ربا و بالإسلام دينا و بمحمد صلى الله عليه و سلم نبيا رسولا لا إلـه إلا اللـه ... محمد رسـول اللـه

This is default featured slide 1 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 2 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 3 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 4 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 5 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

Showing posts with label Quatrieme guerre mondiale. Show all posts
Showing posts with label Quatrieme guerre mondiale. Show all posts

Monday, October 22, 2007

La Turquie debute ses operations au nord de l'Iraq : Israel et Barzani sont les cibles !


World War III : Turkey targets Israel in Iraq :


According to our sources, Turkey began to target Israel in Iraq (Kurdistan) earlier this morning. Jewish Turcs in the military army are loosing influence

and power against Erdogan and his government. Will Iran and Turkey expel Israel from the north of Iraq...



Following is a report prepared by The Institute for Advanced Strategic and Political Studies’ "Study Group on a New Israeli Strategy Toward 2000."


The main substantive ideas in this paper emerge from a discussion in which prominent opinion makers, including Richard Perle, James Colbert, Charles Fairbanks, Jr., Douglas Feith, Robert Loewenberg, David Wurmser, and Meyrav Wurmser participated. The report, entitled "A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm," is the framework for a series of follow-up reports on strategy. Israel has a large problem. Labor Zionism, which for 70 years has dominated the Zionist movement, has generated a stalled and shackled economy. Efforts to salvage Israel’s socialist institutions—which include pursuing supranational over national sovereignty and pursuing a peace process that embraces the slogan, "New Middle East"—undermine the legitimacy of the nation and lead Israel into strategic paralysis and the previous government’s "peace process." That peace process obscured the evidence of eroding national critical mass— including a palpable sense of national exhaustion—and forfeited strategic initiative.


The loss of national critical mass was illustrated best by Israel’s efforts to draw in the United States to sell unpopular policies domestically, to agree to negotiate sovereignty over its capital, and to respond with resignation to a spate of terror so intense and tragic that it deterred Israelis from engaging in normal daily functions, such as commuting to work in buses. Benjamin Netanyahu’s government comes in with a new set of ideas.


While there are those who will counsel continuity, Israel has the opportunity to make a clean break; it can forge a peace process and strategy based on an entirely new intellectual foundation, one that restores strategic initiative and provides the nation the room to engage every possible energy on rebuilding Zionism, the starting point of which must be economic reform. To secure the nation’s streets and borders in the immediate future, Israel can: Work closely with Turkey and Jordan to contain, destabilize, and roll-back some of its most dangerous threats. This implies clean break from the slogan, "comprehensive peace" to a traditional concept of strategy based on balance of power.


Change the nature of its relations with the Palestinians, including upholding the right of hot pursuit for self defense into all Palestinian areas and nurturing alternatives to Arafat’s exclusive grip on Palestinian society. Forge a new basis for relations with the United States—stressing self-reliance, maturity, strategic cooperation on areas of mutual concern, and furthering values inherent to the West. This can only be done if Israel takes serious steps to terminate aid, which prevents economic reform. This report is written with key passages of a possible speech marked TEXT, that highlight the clean break which the new government has an opportunity to make.


The body of the report is the commentary explaining the purpose and laying out the strategic context of the passages. A New Approach to Peace Early adoption of a bold, new perspective on peace and security is imperative for the new prime minister. While the previous government, and many abroad, may emphasize "land for peace"— which placed Israel in the position of cultural, economic, political, diplomatic, and military retreat — the new government can promote Western values and traditions. Such an approach, which will be well received in the United States, includes "peace for peace," "peace through strength" and self reliance: the balance of power. A new strategy to seize the initiative can be introduced:


TEXT: Securing the Northern Border Syria challenges Israel on Lebanese soil. An effective approach, and one with which American can sympathize, would be if Israel seized the strategic initiative along its northern borders by engaging Hizballah, Syria, and Iran, as the principal agents of aggression in Lebanon, including by: striking Syria’s drug-money and counterfeiting infrastructure in Lebanon, all of which focuses on Razi Qanan. paralleling Syria’s behavior by establishing the precedent that Syrian territory is not immune to attacks emanating from Lebanon by Israeli proxy forces. striking Syrian military targets in Lebanon, and should that prove insufficient, striking at select targets in Syria proper. Israel also can take this opportunity to remind the world of the nature of the Syrian regime. Syria repeatedly breaks its word. It violated numerous agreements with the Turks, and has betrayed the United States by continuing to occupy Lebanon in violation of the Taef agreement in 1989. Instead, Syria staged a sham election, installed a quisling regime, and forced Lebanon to sign a


"Brotherhood Agreement" in 1991, that terminated Lebanese sovereignty. And Syria has begun colonizing Lebanon with hundreds of thousands of Syrians, while killing tens of thousands of its own citizens at a time, as it did in only three days in 1983 in Hama. Under Syrian tutelage, the Lebanese drug trade, for which local Syrian military officers receive protection payments, flourishes. Syria’s regime supports the terrorist groups operationally and financially in Lebanon and on its soil. Indeed, the Syrian-controlled Bekaa Valley in Lebanon has become for terror what the Silicon Valley has become for computers. The Bekaa Valley has become one of the main distribution sources, if not production points, of the "supernote" — counterfeit US currency so well done that it is impossible to detect. Text: Negotiations with repressive regimes like Syria’s require cautious realism. One cannot sensibly assume the other side’s good faith. It is dangerous for Israel to deal naively with a regime murderous of its own people, openly aggressive toward its neighbors, criminally involved with international drug traffickers and counterfeiters, and supportive of the most deadly terrorist organizations. Given the nature of the regime in Damascus, it is both natural and moral that Israel abandon the slogan "comprehensive peace" and move to contain Syria, drawing attention to its weapons of mass destruction program, and rejecting "land for peace" deals on the Golan Heights. Moving to a Traditional Balance of Power Strategy TEXT: We must distinguish soberly and clearly friend from foe. We must make sure that our friends across the Middle East never doubt the solidity or value of our friendship.


Israel can shape its strategic environment, in cooperation with Turkey and Jordan, by weakening, containing, and even rolling back Syria. This effort can focus on removing Saddam Hussein from power in Iraq — an important Israeli strategic objective in its own right — as a means of foiling Syria’s regional ambitions. Jordan has challenged Syria's regional ambitions recently by suggesting the restoration of the Hashemites in Iraq. This has triggered a Jordanian-Syrian rivalry to which Asad has responded by stepping up efforts to destabilize the Hashemite Kingdom, including using infiltrations. Syria recently signaled that it and Iran might prefer a weak, but barely surviving Saddam, if only to undermine and humiliate Jordan in its efforts to remove Saddam. But Syria enters this conflict with potential weaknesses: Damascus is too preoccupied with dealing with the threatened new regional equation to permit distractions of the Lebanese flank. And Damascus fears that the 'natural axis' with Israel on one side, central Iraq and Turkey on the other, and Jordan, in the center would squeeze and detach Syria from the Saudi Peninsula.


For Syria, this could be the prelude to a redrawing of the map of the Middle East which would threaten Syria's territorial integrity. Since Iraq's future could affect the strategic balance in the Middle East profoundly, it would be understandable that Israel has an interest in supporting the Hashemites in their efforts to redefine Iraq, including such measures as: visiting Jordan as the first official state visit, even before a visit to the United States, of the new Netanyahu government; supporting King Hussein by providing him with some tangible security measures to protect his regime against Syrian subversion; encouraging — through influence in the U.S. business community — investment in Jordan to structurally shift Jordan’s economy away from dependence on Iraq; and diverting Syria’s attention by using Lebanese opposition elements to destabilize Syrian control of Lebanon.


Most important, it is understandable that Israel has an interest supporting diplomatically, militarily and operationally Turkey’s and Jordan’s actions against Syria, such as securing tribal alliances with Arab tribes that cross into Syrian territory and are hostile to the Syrian ruling elite. King Hussein may have ideas for Israel in bringing its Lebanon problem under control. The predominantly Shia population of southern Lebanon has been tied for centuries to the Shia leadership in Najf, Iraq rather than Iran. Were the Hashemites to control Iraq, they could use their influence over Najf to help Israel wean the south Lebanese Shia away from Hizballah, Iran, and Syria.


Shia retain strong ties to the Hashemites: the Shia venerate foremost the Prophet’s family, the direct descendants of which — and in whose veins the blood of the Prophet flows — is King Hussein. Changing the Nature of Relations with the Palestinians Israel has a chance to forge a new relationship between itself and the Palestinians. First and foremost, Israel’s efforts to secure its streets may require hot pursuit into Palestinian-controlled areas, a justifiable practice with which Americans can sympathize. A key element of peace is compliance with agreements already signed.


Therefore, Israel has the right to insist on compliance, including closing Orient House and disbanding Jibril Rujoub’s operatives in Jerusalem. Moreover, Israel and the United States can establish a Joint Compliance Monitoring Committee to study periodically whether the PLO meets minimum standards of compliance, authority and responsibility, human rights, and judicial and fiduciary accountability.


TEXT: We believe that the Palestinian Authority must be held to the same minimal standards of accountability as other recipients of U.S. foreign aid. A firm peace cannot tolerate repression and injustice. A regime that cannot fulfill the most rudimentary obligations to its own people cannot be counted upon to fulfill its obligations to its neighbors. Israel has no obligations under the Oslo agreements if the PLO does not fulfill its obligations.


If the PLO cannot comply with these minimal standards, then it can be neither a hope for the future nor a proper interlocutor for present. To prepare for this, Israel may want to cultivate alternatives to Arafat’s base of power. Jordan has ideas on this. To emphasize the point that Israel regards the actions of the PLO problematic, but not the Arab people, Israel might want to consider making a special effort to reward friends and advance human rights among Arabs. Many Arabs are willing to work with Israel; identifying and helping them are important.


Israel may also find that many of her neighbors, such as Jordan, have problems with Arafat and may want to cooperate. Israel may also want to better integrate its own Arabs. Forging A New U.S.-Israeli Relationship In recent years, Israel invited active U.S. intervention in Israel’s domestic and foreign policy for two reasons: to overcome domestic opposition to "land for peace" concessions the Israeli public could not digest, and to lure Arabs — through money, forgiveness of past sins, and access to U.S. weapons — to negotiate. This strategy, which required funneling American money to repressive and aggressive regimes, was risky, expensive, and very costly for both the U.S. and Israel, and placed the United States in roles is should neither have nor want. Israel can make a clean break from the past and establish a new vision for the U.S.-Israeli partnership based on self-reliance, maturity and mutuality — not one focused narrowly on territorial disputes.


Israel’s new strategy — based on a shared philosophy of peace through strength — reflects continuity with Western values by stressing that Israel is self-reliant, does not need U.S. troops in any capacity to defend it, including on the Golan Heights, and can manage its own affairs. Such self-reliance will grant Israel greater freedom of action and remove a significant lever of pressure used against it in the past.


To reinforce this point, the Prime Minister can use his forthcoming visit to announce that Israel is now mature enough to cut itself free immediately from at least U.S. economic aid and loan guarantees at least, which prevent economic reform. Military aid is separated for the moment until adequate arrangements can be made to ensure that Israel will not encounter supply problems in the means to defend itself. As outlined in another Institute report, Israel can become self-reliant only by, in a bold stroke rather than in increments, liberalizing its economy, cutting taxes, relegislating a free-processing zone, and selling-off public lands and enterprises — moves which will electrify and find support from a broad bipartisan spectrum of key pro-Israeli Congressional leaders, including Speaker of the House, Newt Gingrich.


Israel can under these conditions better cooperate with the U.S. to counter real threats to the region and the West’s security. Mr. Netanyahu can highlight his desire to cooperate more closely with the United States on anti-missile defense in order to remove the threat of blackmail which even a weak and distant army can pose to either state. Not only would such cooperation on missile defense counter a tangible physical threat to Israel’s survival, but it would broaden Israel’s base of support among many in the United States Congress who may know little about Israel, but care very much about missile defense. Such broad support could be helpful in the effort to move the U.S. embassy in Israel to Jerusalem.


To anticipate U.S. reactions and plan ways to manage and constrain those reactions, Prime Minister Netanyahu can formulate the policies and stress themes he favors in language familiar to the Americans by tapping into themes of American administrations during the Cold War which apply well to Israel. If Israel wants to test certain propositions that require a benign American reaction, then the best time to do so is before November, 1996.


Conclusions: Transcending the Arab-Israeli Conflict TEXT:


Israel will not only contain its foes; it will transcend them. Notable Arab intellectuals have written extensively on their perception of Israel’s floundering and loss of national identity. This perception has invited attack, blocked Israel from achieving true peace, and offered hope for those who would destroy Israel. The previous strategy, therefore, was leading the Middle East toward another Arab-Israeli war. Israel’s new agenda can signal a clean break by abandoning a policy which assumed exhaustion and allowed strategic retreat by reestablishing the principle of preemption, rather than retaliation alone and by ceasing to absorb blows to the nation without response. Israel’s new strategic agenda can shape the regional environment in ways that grant Israel the room to refocus its energies back to where they are most needed: to rejuvenate its national idea, which can only come through replacing Israel’s socialist foundations with a more sound footing; and to overcome its "exhaustion," which threatens the survival of the nation. Ultimately, Israel can do more than simply manage the Arab-Israeli conflict though war.


No amount of weapons or victories will grant Israel the peace its seeks. When Israel is on a sound economic footing, and is free, powerful, and healthy internally, it will no longer simply manage the Arab-Israeli conflict; it will transcend it.


As a senior Iraqi opposition leader said recently: "Israel must rejuvenate and revitalize its moral and intellectual leadership. It is an important — if not the most important--element in the history of the Middle East." Israel — proud, wealthy, solid, and strong — would be the basis of a truly new and peaceful Middle East.


Participants in the Study Group on "A New Israeli Strategy Toward 2000:"


Richard Perle, American Enterprise Institute, Study Group Leader James Colbert, Jewish Institute for National Security Affairs Charles Fairbanks, Jr., Johns Hopkins University/SAIS Douglas Feith, Feith and Zell Associates Robert Loewenberg, President, Institute for Advanced Strategic and Political Studies Jonathan Torop, The Washington Institute for Near East Policy David Wurmser, Institute for Advanced Strategic and Political Studies Meyrav Wurmser, Johns Hopkins University


Share:

Wednesday, April 25, 2007

Appels de la Resistance Palestienne au combat


Le Hamas appelle à un nouvel affrontement avec l'injuste occupant


Le mouvement de la résistance islamique Hamas


Communiqué de presse


Au nom d'Allah, le Clément, le Tout Miséricordieux,


Fawzi Barhoum, porte-parole du mouvement de la résistance islamique Hamas, a déclaré ce qui suit :


L'occupation sioniste continue son arrogance, ses assassinats et son terrorisme contre le peuple palestinien et contre nos civils innocents.


Encore une fois, les forces de l’occupation israélienne ont commis un crime affreux. Dans un jour douloureux et sanglant, plusieurs Palestiniens sont partis en martyre. Et sans une minute de répit, l'administration américaine ne cesse de soutenir le gouvernement sioniste, politiquement comme militairement. Les derniers en date étaient des bombes d'une valeur de 65 millions de dollars destinés à liquider le peuple palestinien, à commettre des génocides sauvages contre lui, à le déporter de sa terre, à judaïser sa ville d'Al-Quds et sa mosquée d'Al-Aqsa.


L'ennemi sioniste continue à envahir nos villes et nos villages palestiniens, à agresser nos citoyens civils sans arme, à investir les maisons, à interpeller les femmes, les enfants et les personnes âgées. Il continue à viser les chefs des factions palestiniennes, à achever les blessés, après leur arrestation, en violant toutes les lois et les conventions internationales, ainsi que tous les droits de l'homme. En effet, ces actes ne représentent qu'une réplique immédiate au silence arabe et international, à tous ces appels à normaliser les relations avec l'ennemi sioniste, à toutes ces rencontres sécuritaires de coordinations avec l'ennemi sioniste.


L'occupant, en se basant sur le soutien américain, essaie de dominer le peuple palestinien pour qu'il renonce à ses principes, à ses droits nationaux dans la Palestine historique, à sa ville d'Al-Quds et à sa sainte mosquée d’Al-Aqsa, au droit au retour de ses réfugiés au pays de leurs pères et grands-pères.


Nous, dans le mouvement de la résistance islamique Hamas, suite à ce crime perpétré contre notre peuple sans arme, nous confirmons ce qui suit :


Premièrement : Nous saluons avec dignité et honneur les âmes de nos martyrs ; et nous implorons le Maître Tout Puissant d'armer leurs familles par la patience et l'endurance.


Deuxièmement : Nous appelons toutes les tranches de notre peuple palestinien à être uni, à renoncer à la divergence, à s'éloigner de ce qui fait la divergence, à renforcer le front intérieur afin de faire face à l'attaque sioniste programmée qui vise toutes les tranches du peuple palestinien, à être prêt pour un nouvel affrontement avec l'occupant injuste. Que l'étendard du droit soit hissé partout en Palestine.


Troisièmement : Le sang de notre peuple n'est pas si bon marché que cela. Nous appelons alors les brigades du martyr Ezzidin Al-Qassam et toutes les factions de la résistance palestinienne à s'unir et à être prêtes dans la tranchée de la résistance, à utiliser tous les moyens de la résistance pour répliquer aux massacres de l'occupation d'une façon donnant l'espoir aux familles des martyrs, des captifs et des résistants.


Quatrièmement : Nous appelons le président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas (Abou Mazen) à mettre fin à toutes les rencontres avec l'ennemi sioniste et à prendre position avec le choix du peuple palestinien et sa résistance.


Cinquièmement : Nous appelons le gouvernement d'union nationale, le conseil législatif et toutes les institutions palestiniennes à renforcer le peuple palestinien, son front intérieur et sa résistance par tous les moyens possibles.


Sixièmement : Nous appelons le monde arabe, au niveau officiel comme au niveau populaire, à offrir tous les soutiens politiques, matériels et moraux au peuple palestinien, à le soutenir pour qu'il puisse reprendre sa terre et défendre sa dignité et sa ville d'Al-Quds, à ne pas être attiré par les complots de la normalisation avec l'occupation sioniste qui ne connaît que la langue de la force et de la résistance.


Le porte-parole du mouvement de la résistance islamique Hamas


Fawzi Barhoum


Le dimanche rabi’ al-thani 1428


Le 22 avril 2007
Share:

Monday, April 09, 2007

Mobilisation generale sur toute la terre d'Islaam avant la destruction d'Yisrael


Sheikh Raed Salah appelle à une mobilisation générale


Par le Centre Palestinien de l'Information,


Le cheikh Raed Salah, président du mouvement islamique dans les terres palestiniennes occupées en 1948, a appelé les Arabes et les Musulmans à déclarer la mobilisation générale pur éviter la catastrophe qui est en train de frapper la ville d'Al-Quds, qui est menacée de judaïsation et la mosquée d'Al-Aqsa, qui est menacée de destruction.

Cheikh Raed Salah, sur lequel pèse depuis plusieurs semaines des menaces très lourdes, de la part de l'institution israélienne et des groupes extrémistes, a dénoncé les mesures israéliennes visant la destruction de la mosquée, et a lancé un appel aux responsables religieux arabes et musulmans, les poussant à ne pas se taire et a réclamé des médias une mobilisation permanente tant que la ville d'Al-Quds est occupée.

Dans un rassemblement populaire à Kfar Kanna, en Galilée, à l'occasion de la commémoration de la naissance du prophèt (mawlid), il a déclaré que les Palestiniens poursuivront leur mobilisation pour la défense d'al-Quds et d'al-Aqsa, quelle que soit la puissance des autorités de l'occupation.

Il a déclaré que les Palestiniens de 48 (ceux qui vivent dans les terres occupées en 48 = Israël) subissent actuellement une très forte pression et des menaces menées par la Shabak qui ont spécialement dirigé leurs attaques contre le mouvement islamique et le Rassemblement National démocratique, dirigé par Dr. Azmi Bishara.

Il a ajouté : "Si les autorités de l'occupation veulent nous expulser, elles doivent préparer un million de cercueils, car nous mourrons, si Dieu le veut, mais nous ne partirons pas de notre terre, et nous resterons dans notre pays tant que demeureront le thym et l'olive".

Les menaces contre le Rassemblement National démocratique se précisent
Après la déclaration du responsable de la Shabak, selon laquelle les Palestiniens de l'intérieur (de la ligne verte) représentent un danger stratégique pour Israël, les autorités israéliennes lancent des messages de plus en plus clairs aux responsables politiques des Palestiniens de l'intérieur, et notamment aux dirigeants du Rassemblement National démocratique, Dr Azmi Bishara en premier lieu.

Le degré de combativité et de conscience des Palestiniens de l'intérieur vis-à-vis de la question nationale et la défense de leur présence dans le pays suscite une crainte dans l'institution sioniste qui prépare, semble-t-il, plusieurs coups contre les dirigeants des mouvements politiques et associatifs.

Traduction Centre d'Information sur la Résistance en Palestine


Share:

Tuesday, January 30, 2007

Ni Israel, ni les USA ne disposent des codes secrets des emplacements des missiles thermonucleaires


Iran-USA : La Russie est le maître du jeu...


La Chine, la Russie et l'Iran prevoient de detruire toutes les installations petroliferes de l'Arabie Saoudite, du Koweit, du Qatar, et de l'Iraq ainsi que les bases americaines en Mediterranee et en Afrique


En juillet dernier (2004), un exercice sans précédent de toutes les forces navales des USA à travers le monde entier s’est déroulé. Selon la Navy, c’était le premier exercice de son nouveau plan de réponse (FRP) dont le but est de permettre une réponse rapidement à une crise internationale. La Navy a voulu montrer sa rapidité de réaction n’importe où et n’importe quand à travers toutes les mers du monde.


Une opération d’une envergure supérieure même à celle des forces navales engagées lors de l’opération « Desert Storm (Tempête du désert) » de 1991, chaque groupe était composé d’un porte-avion de la classe des USS Nimitz, d’une dizaine de navires de soutien et d’au moins 70 avions. La majeure partie de ces manoeuvres s’est déroulé dans le Pacifique conjointement avec la Marine de Taiwan. Jamais dans l’histoire des USA la marine tant de groupes de bataille de porteur avait été impliquée dans une opération simple.


La question que l’on se pose est de savoir pourquoi de si grandes manoeuvres ? Pour contrer quel type de crise ? Et qu’est ce qui peut bien motiver plus de puissance de feu que ce qui a été utilisé pour l’Irak ? Ces manoeuvres ont eu un don d’irriter la Chine et il semble que justement ce pays était visé par la puissance des USA après l’acquisition par la Chine auprès de la Russie de navires de la classe « sovremenny ».


Si vous pensez qu’il s’agit d’un « non sens » et que ceci est impensable, que quelques destroyers ne peuvent menacer la suprématie américaine sur les océans, il faut savoir quelques choses qui éclairent la situation.


Les USA ont négligé depuis quelque temps le qualitatif de leur Navy en se reposant sur le quantitatif et de nombreux pays, dont la Chine, de leur côté ont misé énormément sur le qualitatif et les technologies nouvelles. Les navires sont aujourd’hui capables de lancer les fameux missiles SS-N-22 contre lesquels la Navy n’a pas de parade. Et c’est pourquoi les USA ont fait étalage de leur puissance navale.


Le SS-N-22 (sunburn). On prétend que la Marine russe est faible depuis la dissolution du bloc soviétique et s’il est vrai que la vieille flotte soviétique continue à rouiller et polluer les eaux des ports russes, il ne faut pas oublier de voir que technologiquement, une autre partie de la Marine russe est elle supérieure à la US Navy.


Et cela tout particulièrement dans les domaines des missiles antinavires où les spécialistes leur accorde une avance de dix ans sur les USA. De surcroît, trop longtemps par la faute des missiles Scud lancés maladroitement par Saddam Hussein, on a eu l’illusion d’une supériorité qui n’en était pas une.


Les Soviétiques, il y a des années de cela, lorsqu’ils ont compris qu’ils ne pouvaient lutter en nombre face aux USA ont astucieusement opté pour une autre stratégie, ils ont cherché les faiblesses américaines (et de l’OTAN par la même occasion) et ont entrepris de miser sur l’exploitation de celles-ci.


Et ils ont réussi, notamment avec le SS-N-22 (sunburn) qui est aujourd’hui considéré comme le missile « le plus mortel au monde ». Si après la chute de l’URSS la situation semblait difficile, la Russie a recommencé et développé la production et la recherche, le missile a été sans cesse amélioré et son exportation représente des milliards de $ pour les caisses russes.
Et les clients se bousculent, citons entre autres, l’Inde, la Chine, Cuba, le Vietnam et aussi l’Iran. Dans un avenir si ce n’est déjà aujourd’hui, ce type de missile va représenter un sérieux problème pour la Navy. Des stratèges américains ont même émis l’hypothèse qu’il fallait rapatrier les plus gros navires dans des ports aux USA car ils seraient des cibles sans défense. Personne n’ayant encore vu le SS-N-22 en opération dans un conflit, ceci explique peut-être pourquoi peu de personnes ne réalisent le danger potentiel et effrayant.


Déjà le fameux missile de croisière français « exocet » est un danger, il a détruit de gros navires, les avions largueurs (des mirages) ont bien été repérés, mais jamais encore le missile et pourtant, il a bien détruit entre autres le Sheffield ou coupé en deux le Stark. L’attaque du Starck en 1987 est tout à fait emblématique du danger des missiles antinavires. Or il se trouve que le SS-N-22 laisse l’exocet subsonique loin derrière lui :


A... Plus grand B... plus rapide C... Plus puissant D... plus ....


Le SS-N-22 a été spécialement conçu en fonction des radars US qui servent justement à la mise à feu des missiles anti-missiles. Des Awacs (avions radars) ont bien été assignés à chaque flotte américaine dans le but de détecter ce type de missile plus rapidement, mais les tacticiens américains dans le Golfe voient les choses différemment :


Le nord du Golfe Persique est bordé de terrains plus ou moins montagneux, mais toujours assez proche de n’importe quel navire dans cette zone, le tir d’un de ces missiles depuis la république islamique d’Iran serait donc indétectable avant qu’il n’ait atteint son but, Awacs ou pas.
Et la précision du SS-N-22 a été observée par des satellites espions lors des essais de celui-ci par les chinois. Le missile a été vu frappant au coeur du X dessiné sur un navire-cible en mouvement.


À ce jour la Navy n’a jamais eu affaire à un missile aussi redoutable, mais si d’aventure les USA ou Israël devaient attaquer la république islamique pour détruire son infrastructure nucléaire, Téhéran qui aurait enfin reçu ses missiles SS-N-22 n’hésiterait pas à les tirer sur les navires des flottes occidentales.


De son côté Israël a amélioré sa flotte de nouveaux bombardiers F-15 à long rayon d’action et a pris livraison de 5000 bombes américaines dont l’usage contre l’Iran est prévu. Israël ayant déjà plus d’une fois annoncé qu’il ne laisserait pas la république islamique se doter de l’arme nucléaire et a déjà fait usage de frappes préventives par le passé notamment en Irak.
De son côté, la Russie de Poutine qui n’a pas oublié ce que les USA lui ont fait subir -quand elle était encore soviétique- en Afghanistan seraient certainement très heureux de pouvoir infligé des pertes aux USA par l’entremise d’autres pays, ce qui la dédouanerait de toute responsabilité en jouant sur la symétrie qu’il y aurait avec Israël faisant le travail pour le compte des USA. Poutine n’attendrait que cela selon des observateurs de la vie politique à Moscou.
Les services américains ont déjà annoncé avoir trouvé trace de la présence de SS-N-22 iraniens sur les bords du Golfe Persique et même de SSN-nx26, une version encore plus rapide (mach2.9). Chaque bateau américain dans le Golfe serait menacé et encas d’attaque iranienne, le piège se refermerait faisant du Golfe un lieu de massacre.


Les missiles antinavires ne sont pas nouveaux, mais ils n’ont jamais été utilisés à grande échelle, mais il faut se souvenir que durant la guerre des Malouines, l’Argentine avec seulement 5 exocets en sa possession a réussi à couler deux gros navires britanniques. Avec plus de missiles, il est presque certain que l’Argentine aurait pu anéantir l’ensemble de la flotte britannique.

The Sunburn - Iran’s Awesome Nuclear Anti-Ship Missile




Share:

Monday, January 29, 2007

Nous marchons en dormant à travers la Quatrième Guerre Mondiale


Nous marchons en dormant à travers la Quatrième Guerre Mondiale et ne le savons même pas


Souvenez-vous de ce meme Ephraim Halevy, le jour du 07 Juillet 2005, ou il affirmait qu'Israel avait des plans pour embourber les britanniques et les americains au Moyen Orient pour 100 ans...


Devise des services terroristes sionistes : KEE BETACH'BULOT TA'ASE LECHA MIL'CHAMA... Avec le terrorisme, nous declencherons des guerres.


Selon Efraim Halevy, l'ancien patron du Mossad, nous sommes à cheval sur la Troisième Guerre Mondiale, ou comme l'appellent les néo-conservateurs, la Quatrième Guerre Mondiale, et nous ne sommes pas au courant.


« Le monde ne comprend pas. Quelqu'un marchant dans les rues de Tel Aviv, de Barcelone ou de Buenos Aires, n'a pas le sentiment d'une guerre en cours, » a déclaré Halevy à Yedioth Internet.


Naturellement, c'est parce que la guerre mondiale présumée, telle qu'elle est matraquée par les néo-conservateurs et les Likudniks israéliens, est avant tout une grossière invention propagandiste, pas une véritable guerre -- sauf pour les irakiens, les palestiniens, les libanais, et très bientôt les iraniens.


« Pendant la Première et la Deuxième Guerre Mondiale, le monde entier sentait qu'il y avait la guerre. Aujourd'hui personne n'en est conscient. Il y a de temps en temps une attaque terroriste, à Madrid, à Londres ou à New York, et puis tout redevient pareil, » continue Halevy.
Évidemment, cet état des choses, cette capacité d'ignorer les guerres dans les pays lointains, est inacceptable, car d'habitude la paix chez soi rend furieux les bellicistes et les psychopathes. Afin de jeter violemment les gens hors de leur sommeil, les « militants islamiques » devront perpétrer une « frappe nucléaire » dans l'une des villes mentionnées ci-dessus. Ça ne fait rien que lesdits extrémistes ne possèdent pas d'armes nucléaires et, si l'expérience de l'Iran est de quelque indication, ils ne la produiront pas avant de nombreuses années.

Bien sûr, afin d'écarter cet obstacle factuel et remettre l'argument sur la voie, Efraim Halevy nous dit qu'une attaque nucléaire islamique « n'a pas à être quelque chose de très sophistiquée, elle n'a pas à être de la technologie nucléaire récente, elle peut être un truc simple comme une bombe sale qui, au lieu de massacrer par millions, tue juste par dizaines de milliers. » [1]
En fait, le genre de « bombe sale » envisagée par M. Halevy ne tuera pas par « dizaines de milliers », bien que les « résidants d'un quartier d'environ cinq pâtés de maisons ... aient une [mal]chance sur mille de chopper un cancer. Une largeur traitée d'environ un mile de long couvrant un quartier de quarante pâtés de maisons dépassera les tolérances de contamination de l'EPA (agence de protection environnementale), avec les autres résidants [non pris en compte par l'EPA, NDT] ayant une possibilité sur dix mille de contracter un cancer, » selon la Fédération des Scientifiques Américains.



Et c'est le scénario du pire des cas. « L'élément radioactif le plus vraisemblable dans une bombe sale est le cesium-137, selon Phil Anderson, membre supérieur du Centre des Études Stratégiques et Internationales, » a rapporté Wired News en 2002. « Heureusement, le corps est habitué à traiter ce genre de produit chimique. Il excrète la moitié du césium qu'il absorbe dans les 100 jours.... Mais le césium absorbé ' causera néanmoins une dose de rayonnement augmentant potentiellement le risque de cancer,' » a dit au magazine Fritz Steinhausler, qui a dirigé l'estimation sur l'environnement du désastre de Chernobyl pour l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique.


À la place, les rapports sur l'explosion « d'une bombe sale », selon le Professeur William Martel du Collège Naval de Guerre, » produiraient des doses énormes de terreur, de ravage, et de panique, « précisément le genre de réaction que Halevy, le Likudniks, et les néo-conservateurs convoitent, ce qu'il faut pour maintenir l'ardeur de leur fausse « guerre contre le terrorisme, » c'est-à-dire, comme promis, faire marcher pendant encore 25 années ou plus la guerre contre les musulmans et les arabes.

Se souvenir, en 2003 l'hystérie était à un niveau si aberrant à propos des » bombes sales », grâce à l'incessant battage médiatique, Bob Elder, le président du comité central des agents de police de Grande-Bretagne, ayant dit aux médias que la police « pourrait être forcée de tirer sur le public pour maintenir l'ordre en cas de 'bombe sale' ou d'attaque biologique terroriste.... pour arrêter la propagation de la contamination par les victimes se sauvant. » Ne pas s'inquiéter il n'y aura aucune contamination pareille.


Même le néo-conservateur Rocco DiPippo, l'un des larbins de David Horowitz, laisse entendre que la « bombe sale est une arme rêvée pour terroriste -- qui a la capacité de causer un maximum de terreur psychologique pour un petit investissement de temps et de matériel. Elle est aussi en accord avec ce qui, jusqu'ici, a été en affinité avec le pari islamiste d'utiliser des objets et des dispositifs de basse technologie [2] pour un maximum de terreur psychologique.... Il est raisonnable de supposer qu'une partie de ce matériel a fini dans les mains islamistes, qui ont une longue tradition de tentatives pour se le procurer. »

Raisonnable ou pas, DiPippo n'explique pas pourquoi, alors que nous nous bouclons le sixième anniversaire du 11 septembre 2001, cette arme de « terreur psychologique » n'a pas encore été utilisée. Est-il possible que les terroristes travaillent lentement et que c'est pourquoi cela prendra une génération ou plus, comme Halevy, Cheney, et les néo-conservateurs le promettent en tous lieux, pour que le sommet du fléau « islamiste » soient décapité ? En attendant, naturellement, aucune parmi le petit nombre de nations « islamistes » ne sera envahie, soumise à la version étasunienne des bombes sales, à savoir l'uranium appauvri, qui produit déjà des défauts de naissance, le cancer, et la maladie, non seulement chez les irakiens, les afghans, les serbes, et très bientôt les iraniens, mais aussi chez nos propres soldats.


Naturellement, il est difficile de prendre au sérieux des types comme DiPippo, car ils sont accros à de ridicules néologismes, comme les mots « islamiste, » « islamisme, » et personnellement mon préféré, « islamofascisme. »

Mais de toute façon, l'observation curieuse d'Efraim Halevy, que nous marchons par-ci par-là inconscients dans la Quatrième Guerre Mondiale, est encore un autre indice que les tambours de guerre sionistes battent plus furieusement pendant que les réticules de visée se profilent sur l'Iran, bien que la plupart d'entre nous ne puissions les entendre. Une propagande aussi moche, conçue pour effrayer les vieilles dames et les enfants maladifs, augmentera en férocité, surtout maintenant que l'Iran va coopérer avec l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique, un virage qui a jeté un froid sur le rabattage pour attaquer l'Iran.


S'attendre à davantage d'extravagances et d'hystérie droit devant.



Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info

Notes du traducteur


1- Ça fait penser aux géniaux psychopathes des états-majors à l'époque de Kissinger, dans les années 60, qui avaient inventé l'unité « megamort » (un million de morts) pour ne pas attraper une crampe au poignet en couvrant de zéros leurs estimations.

2- C'est-à-dire des cutters, des limes à ongles et des cure-dents.
Share:

Sunday, January 28, 2007

Israel vient de se rayer de la carte du monde



Bush est sur le point d'attaquer l'Iran, Pourquoi les étasuniens ne peuvent-ils pas le voir ?





Par Paul Craig Roberts , le 27 janvier 2007





Le public et le Congrès étasuniens ont obtenu leur soutient au sujet de la détermination du régime Bush à aggraver la guerre en Irak. Une immense manifestation de protestation a lieu aujourd'hui à Washington, et le Congrès exprime son désaccord de la décision de Bush d’intensifier la guerre en Irak.


C'est autant de gagné. Toutefois, il manque la vraie question -- l'attaque imminente du régime Bush contre l'Iran.


Plutôt qu’arrêter progressivement la guerre, Bush en commence une autre. Le monde entier le sait et discute de l'attaque de Bush prévue contre l'Iran dans de nombreux forums. Seuls les étasuniens n’ont pas pigé. Quelques sénateurs ont déclaré que Bush ne devait pas attaquer l'Iran sans l’approbation du Congrès, et les postages sur Internet démontrent la conscience mondiale sur le fait que l'Iran est dans le réticule de visée du régime Bush. Mais le Congrès et les médias -- et la manifestation à Washington -- sont concentrés sur l'Irak.

Que peut-on faire pour élever la conscience étasunienne au niveau [de celle] du reste du monde ?

À Davos en Suisse, la rencontre du Forum Économique Mondial, une conférence où les questions économiques du mondialisme sont discutées, s’est ouverte le 24 janvier avec un débat sur l'attaque de l'Iran prévue par Bush. Le Sécrétaire Général de la Ligue des États Arabes et les banquiers et les hommes d'affaires d’alliés des USA comme le Bahreïn et les Emirats Arabes Unis, ont tous mis en garde contre la prochaine attaque et ses conséquences catastrophiques pour le Moyen-Orient et le monde.

Écrivant pour Global Research, le Général Leonid Ivashov, vice-président de l'Académie des Affaires Géopolitiques et ancien chef d’état-major des Armées Russes, a prévu une attaque nucléaire US contre l'Iran vers fin avril 2007. Le Général Ivashov a présenté le raisonnement néo-conservateur servant de base à l'attaque et a conclu que les protestations mondiales ne pourront parer l'attaque de l'Iran.

Ce sera le choc et l’indignation, conclut le Général Ivashov, mais les USA se tireront de cela. Il écrit :

« Dans les semaines à suivre, nous verrons la machine de propagande guerrière commencer à travailler. L'opinion publique est déjà sous pression. Il y aura une hystérie militariste anti-iranienne grandissante, de nouvelles fuites d'informations, de la désinformation, etc.…. La probabilité d'une agression US contre l'Iran est extrêmement forte. Cependant, il demeure incertain que le Congrès US autorise la guerre. Cela peut exiger une provocation afin d’éliminer cet obstacle (une attaque contre Israël ou des objectifs US comme les bases militaires). L’ampleur de la provocation peut être comparable à l'attaque du 911 à New York. Alors le Congrès dira certainement " oui " au président US. »

Le régime Bush a fait comprendre qu'il est convaincu que Bush a déjà le mandat pour attaquer l'Iran. Le régime soutient que cette autorité fait partie des pouvoirs de Bush en tant que commandant en chef. Le Congrès a autorisé la guerre en Irak, et les récentes déclarations publiques de Bush ont fait glisser la responsabilité de l'insurrection irakienne d'Al-Qaeda vers l’Iran. Bush a déclaré que l’Iran massacre les troupes US en Irak. Ainsi, [l’attaque de] l'Iran est couverte par l'autorisation de la guerre en Irak.

Lors de déclarations publiques, Bush et Cheney ont fait comprendre qu'ils ignoreront toute opposition du Congrès à leurs plans guerriers. Par exemple, CBS News a rapporté (le 25 janvier) que Cheney a dit qu'une résolution du Congrès contre l’escalade guerrière en Irak « ne nous arrêtera pas. » Selon Associated Press, par sa déclaration, « Je suis le décideur », Bush ne ferait aucun cas de la désapprobation du Congrès

Tout est en place pour une attaque contre l'Iran. Deux porte-avions des forces d'attaque sont déployées dans le Golfe Persique, les avions de combat US ont été déplacés en Turquie et en d'autres pays sur les frontières iranienne, des systèmes de défense antimissile Patriot ont été transférés au Moyen-Orient pour protéger les équipements pétroliers et les bases US contre la riposte des missiles iraniens, et des quantités croissantes de désinformation prétendant la responsabilité de l'Iran dans l'insurrection en Irak alimentent les crédules médias US.

Le Général Ivashof et tout le monde au Moyen-Orient et en Europe à la conférence de Davos sur la mondialisation comprend l'ordre du jour du régime Bush.

Pourquoi les étasuniens ne peuvent-ils pas comprendre ?

Pourquoi le Congrès n’a-t-il pas dit à Bush et à Cheney qu'ils seront tous les deux révoqués sur le champ s’ils entreprennent un élargissement de la guerre ?


Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info
Share:

Tuesday, January 23, 2007

Guerre civile en France : Chirac assassinera-t-il Sarkosy et Israel ?


CHIRAC FERA OBSTRUCTION À UNE NOUVELLE GUERRE ÉTATS-UNIENNE CONTRE L’IRAN



Alors que la tension monte entre Washington et Téhéran, le quotidien Le Monde du 16 janvier a révélé que Jacques Chirac comptait envoyer un émissaire diplomatique de haut niveau en Iran. Son but serait de faire baisser la tension entre l’Iran et les Etats-Unis et d’obtenir que l’Iran joue un rôle positif dans la solution à la crise libanaise. A l’origine, c’est le ministre des Affaires étrangères Douste-Blazy qui avait été pressenti pour cette mission, mais au grand soulagement général, on lui a préféré Jean-Claude Cousseran, chef de la DGSE entre 2000 et 2002.

En effet, contrairement au ministre attitré, dont l’incompétence en matière d’affaires étrangères est un objet de risée, Cousseran est particulièrement apprécié des experts, dont certains le décrivent comme le « Primakov » de la diplomatie française au Moyen-Orient. Ce fin connaisseur de la région a été successivement en poste à Beyrouth (1973-1974), à Bagdad (1974-1977) et à Téhéran (1977-1980). Après des passages aux cabinets de Charles Hernu, de Claude Cheysson, de Roland Dumas et en tant que conseiller du Premier ministre Pierre Bérégovoy, il a été ambassadeur de France à Damas (1993-1996), directeur du département Afrique du Nord et Moyen-Orient au ministère des Affaires étrangères, ambassadeur extraordinaire à Ankara (1999-2000), avant d’être nommé ambassadeur en Egypte depuis le 1er novembre 2002.


Selon un article paru dans le Neue Zuericher Zeitung, du 17 janvier, l’envoi de cet émissaire a été soigneusement préparé. En juillet 2006, Jacques Chirac a envoyé Jean-Claude Cousseran à Téhéran. En septembre, le Président français recevait à Paris Hashemi Samareh, un émissaire personnel du président Ahmadinejad, et, en octobre, Maurice Gourdault-Montagne, conseiller diplomatique de Jacques Chirac, rencontrait M. Samareh à Genève. Au mois de décembre, M. Gourdault-Montagne a profité d’une conférence au Bahrein pour rencontrer le ministre des Affaires étrangères iranien, Mottaki. A l’origine, il était prévu que M. Douste-Blazy aille à Téhéran en janvier, mais de multiples oppositions, y compris celle de l’intéressé lui-même, auraient fait capoter ce projet.


Selon Le Monde, l’idée d’envoyer un émissaire à Téhéran aurait fortement déplu aux responsables américains (dont Stephen Hadley), furieux de pas avoir été consultés. La diplomatie de Jacques Chirac reflète sa conception du rôle qu’il attribue à l’Iran. Dans une interview au Monde de juillet 2006, il soulignait la vocation de ce « grand pays dont la préoccupation de compter dans la région est légitime ». Le 5 janvier, lors d’un discours prononcé à l’Elysée, Jacques Chirac évoquait à nouveau les aspirations de l’Iran à « jouer au Moyen-Orient tout le rôle que sa civilisation millénaire lui destine ».


En promouvant cette initiative majeure de paix, Jacques Chirac a plusieurs objectifs en vue. Il espère que Téhéran puisse tempérer la politique du Hezbollah au Liban, notamment au moment où il organise à Paris, le 25 janvier prochain, une grande conférence internationale sur le Liban dont l’un des objectifs est de renforcer la position du Premier ministre libanais Fouad Siniora, fortement contesté par l’alliance du Hezbollah et du CPL du général Aoun. Des observateurs informés font savoir cependant que le Hezbollah est une force nationale souveraine et que l’Iran ne joue pas au Liban le rôle de parrain que beaucoup veulent lui attribuer. Mais le président français veut avant tout empêcher une guerre. Il craint qu’après l’expiration de la période de 60 jours fixée par la résolution 1737 de l’ONU, en février, l’application de sanctions n’amène à la réalisation du scénario de Dick Cheney et de George Bush, c’est-à-dire une escalade rapide aboutissant au lancement d’une action militaire contre l’Iran.


En même temps, Jacques Chirac, qui teste ces temps-ci la possibilité de solliciter un troisième mandat des électeurs, sait que seule une crise mondiale gravissime, comme celle qui secouerait le monde si l’administration Bush venait à lancer des frappes nucléaires contre l’Iran, dans laquelle la France s’opposerait une fois de plus à la stratégie américaine, lui permettrait de retrouver le taux de popularité nécessaire à une troisième candidature.


Share:

Blog Archive

Support


Definition List

Just Foreign Policy Iraqi Death Estimator

Unordered List