Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Saturday, March 03, 2007

La torture à Abou Ghraïb : le témoignage sous serment d’ Ali Shalal

La torture à Abou Ghraïb : le témoignage sous serment d’ Ali Shalal

par Ali Shalal,
Note de l'éditeurLe texte qui suit est le témoignage présenté par le Professeur Ali Shalal, qui a été torturé à la prison d’ Abou Ghraïb. Cette déclaration a été faite devant la Commission des crimes de guerre mise en place sous les auspices de l’ancien Premier ministre, et constitue une preuve dans la procédure judicaire engagée à Kuala Lumpur contre le Président US Tun George W. Bush, le Premier ministre britannique Tony Blair et le Premier mnistre australien John Howard.

Ali Shalal, connu dans le monde comme « l’homme encagoulé », est un homme d’un courage et d’une détermination extaordinaires. J’ai écouté son témoignage et j’ai eu l’occasion de parler à plusieurs reprises avec lui au cours de la conféence sur les crimes de guerre. Nous avons établi des liens d’amitié et de solidarité. Nous partageons une même détermination à faire déférer en justice les criminels de guerre revêtant de hautes charges.

Ali Shalal est professeur de théologie. Il est une grande source d’inspiration. Il est important de comprendre que ce qu’il a subi fait partie d’un processus routinier de torture, qui est appliqué systématiquement à ceux qui sont arrêtés. Beaucoup de ses compagnons d’Abou Ghraïb sont morts des suites des tortures ou ont été exécutés après leur libération de manière ce qu’ils ne révèlent pas les horreurs et atrocités commises sur ordre de l’administration Bush.

Un autre fait significatif, confirmé par son témoignage est que des « civils » israéliens ont été partie prenante dans les interrogatoires menés par des agents US en prison.

Ali Shalal a survécu et a fourni son témoignage au nom de tous ceux qui ont été torturés à mort. Ses paroles entreront dans l’histoire.

Les criminels de guerre haut placés finiront devant la justice. Nous sommes aussi déterminés à ce qu’ils bénéficient d’un procès équitable.

Déclaration légale


Le soussigné Ali Sh. Abbas (alias Ali Shalal), citoyen irakien majeur, déclare solennellement et sincèrement ce qui suit :

1. J’ai 45 ans.
2. Je vis actuellement à Amman, Jordanie.
3. J’étais chargé de cours islamiques dans la ville d’Al Alamiya en Irak.
4. Mon but en faisant cette déclaration légale et d’enregistrer mon expérience de la torture à la prison d’Abou Ghraïb.
5. Les troupes américaines m’ont arrêté le 13 octobre 2003 alors que je me rendais à la mosquée Al Amraya pour y prier. Ils m’ont attaché les mains dans le dos et m’ont mis un sac sur la tête. Ils m’ont emmené dans une petite prison dans un camp militaire US à Al Amraya.
6. Le commandant de ce camp militaire, un certain capitaine Philips m’a dit qu’il avait reçu l’ordre de son supérieur de m’arrêter et qu’il ignorait ls raisons de mon arrestation. En prison, j’ai été en détention solitaire.
7. Deux jours plus tard, on m’a transféré à la prison d’Abou Ghraïb. Ils ont commencé par me faire subir un examen physique et des abus. Avec d’autres détenus, on nous a fait asseoir par terre puis on nous a traînés dans le local d’interrogatoire, qui était en fait une toilette d’environ 2X2 mètres, inondée d’eau et d’excréments qui nous arrivaient aux chevilles. On m’a fait asseoir dans cette eau sale pendant que l’interrogateur américain se tenait devant la porte, avec l’interprète.
8. Après l’interrogatoire, j’ai été déplacé de la toilette et avant que le prochain détenu y entre à son tour, les gardiens ont uriné dans l’eau sale devant les autres détenus.
9. La première question qu’ils m’ont posée a été : "Êtes-vous sunnite ou chiite?" J’ai répondu que c’était la première fois de ma vie qu’on me posait une telle question. J’étais surpris par cette question, car en tant qu’Irakiens, nous ne faisons aucune distinction ou différence de ce genre. L’interrogateur américain a rétorqué que devais donner des réponses directes et ne pas répondre à côté des questions. Il a dit ensute qu’en Irak, il y a des sunnites, des chiites et des Kurdes.
10. Les interrogateurs étaient en civil et l’interprète, un Afro-Américain, portait un uniforme de l’armée américaine.
11. Quand j’ai répondu que j’étais un Musulman irakien, l’interrogateur a refusé d’accepter ma réponse et m’a accusé des crimes suivants :

a- J’étais antisioniste et antisémite
b- Je soutenias la Résistance
c- Je poussais les gens à s’opposer à l’occupation
d- Je savais où se trouvait Oussama Ben Laden
12. J’ai protesté en disant que les musulmans et les juifs descendent de la même famille historique. J’ai dit que je ne pouvais être dans la Résistance car je suis handicapé et j’ai une main blessée.
13. L’interrogateur m’a accusé de m’être blessé à la main en attaquant de soldats américains.
14. L’interrogateur m’a informé qu’ils savaient que j’étais une personne importante dans la communauté et que je pourrais donc les aider. Il m’a offert des soins médicaux pour ma main blessée comme récompense en cas de coopération.
15. Comme je ne coopérais pas, l’interrogateur m’a demandé si je considérais l’armée américaine comme des « libérateurs » ou des « occupants ». Quand j’ai répondu qu’ils étaient des occupants, il a perdu son sang-froid et m’a menacé. Il m’a dit que je serais envoyé à Guantanamo où même des animaux ne pourraient pas survivre.
16. Ils m’ont emmené dans une autre pièce et ont relevé mes empreintes digitales, pris une photo de mon oeil et des échantillons de salive pour des analyses ADN. Après cette procédure, ils m’ont marqué en me mettant un bracelet au poignet portant mention de mon nom, un numéro, mon appartenance religieuse et mes antécédents judiciaires.
17. Puis ils m’ont battu à plusieurs reprises et m’ont mis dans un camion pour me transférer dans une autre partie de la prison d’Abu Ghraïb.
18. Cette partie de la prison était un espace ouvert divisé en cinq secteurs entourés de murs et de barbelés et appelé « le pays de Fiji ». Chaque secteur comprenait cinq tentes et était entouré de barbelés. Quand on m’a fait descendre du camion, les soldats ont marqué en rouge sur mon front "Big Fish" (gros poisson). Tous les détenus de ce camp étaient considérés comme « gros poissons ». Je me trouvais au camp "B".
19. Les conditions du camp étaient vraiment mauvaises. Chaque tente hébergeait de 45 à 50 détenus et chacun de nous diposait d’un espace de 30X30 centimètres. Il nous fallait attendre deux ou trois heures pour aller aux toilettes. Il y avait très peu d’eau. Chaque tente ne recevait que 60 litres d’eau par jour à partager entre tous les détenus. Cette eau nous sevrait à boire, à nous laver et à nettoyer les blessures infligées pendant les sessions de torture. Ils nous oblgeaient aussi à rester debout pendant de longues heures.
20. Parfois, en guise de punition, il ne nous donnaient pas à manger. Quand ils nous en donnaient, c’était petit déjeuner à 5 heures, repas à 8 heures et dîner à 13 heures. Pendant le Ramadan, ils nous donnaient deux repas, l’un à minuit et l’autre durant la période de jeûne, afin d’obliger les détenus à rompre le devoir religieux du jeûne.
21. Pendant ma captivité, dans le camp, j’ai été interrogé et torturé deux fois. Chaque fois, j’ai été menacé d’être envoyé à la prison de Guantanamo Bay. Pndant cette période, j’ai entendu mes codétenus raconter qu’ils avaient été soumis à des brûlures de cigarettes, qu’on leur avait injecté des produits hallucinogènes et qu’on les avait sodomisés avec divers instruments, par exemple des baguettes de bois et des tuyaux. Quand ils revenaient au camp, ils saignaient abondamment. Certains avient des os brisés.
22. Dans mon camp, j’ai vu des détenus qui avaient été conduits là depuis une prison secrète, dont j’ai su plus tad qu’elle était hébergée dans le bâtiment de l’Institut arabe du pétrole, dans le nord de Bagdad. Ces détenus étaient gravment blessés.

23. Au bout d’un mois de détention, juste avant le coucher du soleil, mon numéro a été appelé ; on m’a mis un sac sur la tête et on m’attaché les mains dans le dos. On m’a aussi entravé les pieds. Puis on m’a transféré dans une cellule.
24. Une fois dans la cellule, ils m’ont demandé en arabe de me déshabiller mais comme j’ai refusé, ils m’ont arraché mes vêtements et m’ont à nouveau entravé. Puis ils m’ont entraîné dans des escaliers, tout en me battant lorsque je n’avançais pas assez vite. Une fois arrivés en haut des escaliers, ils m’ont attaché à des barres d’acier. Puis ils m’ont aspergé d’excréments et ont uriné sur moi.
25. Puis ils ont pointé un fusil sur ma tête et ont dit qu’ils allaient m’excéuter sur-le-champ. Un autre soldat me criait dessus avec un mégaphone, m’insultant et m’humiliant. Pendant ce temps, je pouvais entendre les cris d’autres détenus qu’on torturait. Cela a duré jusqu’au lendemain matin.
26. Le matin, un Israélien se tenait devant moi ; il enleva le sac de ma tête et me dit en arabe qu’il était un Israélien qui avait interrogé et torturé des détenus en Palestine. Il me dit que quand les détenus ne voulaien pas coopérer, ils étaient tués. Il me demanda à plusieurs rprises des noms de combattanst de la résistance. Je lui ai dit que je ne connaissais aucun combattant de la résistance mais il ne voulait pas me croire et continua à me frapper.
27. Cet Israélien habillé en civil m’a sodomisé d’abord avec une baguette de bois déchiquetée puis avec un canon de fusil. J’ai eu des déchirures internes et j’ai saigné abondamment. Pendant tout ce temps, chaque fois qu’un garde passait devant moi, il me frappait. Ils ne m’ont rien donné à manger pendant 36 heures.
28. Le matin suivant l’interrogateur israélien est venu dans ma cellule, m’a attaché à la grille de la cellule et s’est mis à jouer la chanson pop "By the Rivers of Babylon" par le groupe Boney M, et cela sans interruption jusqu’au matin suivant. L’effet sur moi a été que j’ai perdu l’audition et j’ai perdu l’esprit. C’était très douloureux et j’ai perdu conscience. Je ne me suis réveillé que quand le garde israélien m’a versé de l’eau sur la tête et le visage. Quand j’ai repris connaissance, il a recommencé à me frapper et m’a demandé de lui donner les noms de combattants de la résistance et de lui dire quelles activités j’avais menées contre les soldats US. Chaque fois que je lui disais que je ne connaissais aucun combattant de la résistance, il me donnait des coups.
29. J’ai été en cellule, sans vêtements, pendant deux semaines. Pendant ce temps, un garde américan appelé Graner, accompagné d’un Juif marocain appelé Idel Palm ( aussi connu sous le nom d’ Abou Hamid) est venu dans ma cellule et m’a interrogé sur ma main bandée, qui avait été blessée avant mon arrestation. Je lui ai dit que j’avais été opéré. Il a alors enlevé le bandage imbibé de sang et en faisant cela, il a arraché de la peau et de la chair de ma main. Je souffrais horriblement et lorsque je lui ai demandé des calmants, il a marché sur mes mains et il a dit en riant : Ça, c’est les calmants américains ».
30. Au quinzième jour de détention, on m’a donné une couverture. J’étais soulagé qu’on m donne un peu de réconfort. Comme je n’avais pas de vêtements, j’ai fait un trou au centre de la couverture en la frottant contre le mur et j’ai donc pu couvrir mon corps. C’était la manière dont tous les détenus s’habillaient quand on leur donnait une couverture.
31. Un jour, un détenu passant devant ma cellule me dit que les interrogateurs voulaient accélérer leur enquête et allaient utiliser des méthodes plus brutales pour avoir les réponses qu’ils attendaient des prisonniers. J’ai été conduit à la salle d’interrogatoires, après qu’ils avaient mis un sac sur ma tête. Quand je suis entré dans la salle d’enquête, ils ont enlevé le sac de ma tête pour me faire voir les fils électriques qui étaient attachés à une prise électrique au mur. Étaient présents dans la salle le Juif marocain, Idel Palm, l’interrogateur israélien, deux Américains, "Davies" et "Federick" et deux autres. Ils étaient tous en civil, sauf les Américains, qui étaient en uniformes de l’armée US. Idel Palm m’a dit en arabe que si je ne coopérais pas, je perdrais ma dernière chance de rester en vie. Je lui ai dit que je ne savais rien sur la résistance. On m’a lors remis le sac sur la tête et on m’a laissé seul pendant un long moment. Pendant ce temps, je pouvais entendre les cris et les hurlements de détenus qu’on torturait.
32. Les interrogateurs sont revenus et m’ont forcé à monter sur un carton contenant des boîtes de conserves. Puis ils ont branché les fils électriques sur mes doigts, m’ont ordonné d’étendre mes mains à l’hrizontale et ils ont branché le courant électrique. Lorsque le courant a traversé tout mon corps, j’ai eu l’impression que mes yeux sortaient de leurs orbites et que je faisais des étincelles. Mes dents claquaient et mes jambes tremblaient violemment. Tout mon corps était secoué.
33. J’ai été électrocuté en trois séances distinctes. Dans les deux premières séances, j’ai été électrocuté deux fois, chaque fois quelques minutes. Durant la troisième séance, pndant que j’étais électrocuté, je me suis mordu la langue accidentellement et je me suis mis à saigner de la bouche. Ils ont arrêté l’électrocution et ils ont appelé un médecin. J’étais allongé par terre. Le médecin a versé un peu d’eau dans ma bouche et a utilisé ses pieds pour ouvrir ma bouche de force. Puis il a dit : « Rien de grave, continuez ! » et il a quitté la pièce. Mais le garde a arrêté l’électrocution comme j’étais en train de saigner abondamment et qu’il y avait du sang partout sur mon corps et sur la couverture. Ils ont continué à me fapper. Après un certain temps, ils ont interrmpu le tabassage et m’ont ramené à ma cellule. Pendant toute la séance de torture, les interrogateurs prenaient des photos.
34. J’ai ensuite été laissé seul dans ma cellule pendant 49 jours. Pendant cette période de détention, ils ont cessé de me torturer. À la fin du 49ème jour, j’ai été raméné au camp, dans la tente C et je suis resté là pendant 45 jours. Un détenu m’a dit qu’il avait entendu des gardes dire que j’avais été arrêté par erreur et que j’allais être libéré.
35. J’ai été libéré au début de mars 2004. J’ai été mis sur un camion, dont on m’a éjecté sur une autoroute. Une voiture qui passait m’a pris en stop et m’a conduit à la maison.
36. Le résultat de cette expérience a été que j’ai décidé de fonder une association pour venir en aide à toutes victimes de tortures, avec l’aide de douze autres victimes de la torture.
37. Je suis très triste d’avoir à me remémorer et à revivre encore et encore cette horrible expérience et j’espère que le peupel malaysien répondra à notre appel à l’aide. Qu’il plaise à Dieu.
Et je fais cette déclaration sollennelle en toute conscience et connaissance de cause en vertu des dispsitions de la loi sur les déclarations légales de 1960.

Le susnommé Ali Sh. Abbas alias Ali Shalal, Kuala Lumpur, février 2007, par l’interpétation d’ABBAS Z. ABID (Passeport irakien N° S379532), lequel a déclaré avoir traduit de manière véridique, dinstincte et audible le contenu de la présente déclaration légale du requérant Ali Sh. Abbas alias Ali Shalal


Nom: ABBAS Z. ABID
(Passeport irakien N° S379532)

Comparaissant devant moi,
Saw Ah Leong
Commissaire des serments,
Kuala Lumpur, Malaysia
Note: De un je ne suis pas votre 'cher', de deux ce n'etait pas intentionel, malgre l'excellente qualite de votre blog, de trois ceci n'est pas 'un business' ou l'on compte le nombre de visiteurs... Merci pour votre comprehension.

1 comment:

Collectif guantanamo said...

Cher Abou Suleyman !
Nous vous prions de bien voulor avoir l'obligeance de publier les source soriginales des textes que vous publiez, ainsi que les noms des traducteurs. Cela répond aux ritères de base de la déontologie du Net et cela permet en otre d'augmenter le nombre de visiteurs sur tous les sites et blogs signalés.
Merci
http://chroniquedeguantanamo.blgspot.com