Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Sunday, July 29, 2007

La "Guerre au terrorisme" :

Une tromperie Sioniste pour contrôler l’Amérique


Par Christopher Bollyn,



La "guerre au terrorisme" est une fraude et une dangereuse menace pour la république et le peuple Américain.


Elle n’est qu’une tromperie Sioniste utilisée pour entraîner l’armée américaine dans une guerre au profit d’Israël tout en imposant la centralisation du contrôle policier aux Etats-Unis sous prétexte de "sécurité intérieure". Démocrates et Républicains au Congrès se sont querellés récemment concernant l’usage de la phrase "guerre globale à la terreur" dans le budget de 2008 budget pour les dépenses secrètes de millions de dollars en Irak, en Afghanistan, et ailleurs.


"Dis à Bush et Blair que notre test de marketing indique que 92% des Goys réagissent favorablement à l’expression Guerre à la Terreur, alors que Guerre contre Al Qaida et Défendre la Mère Patrie étaient presque inutiles"


Les démocrates disent qu'ils sont fatigués de l'utilisation de l'expression couverture de « guerre à la terreur » par l'administration de Bush pour justifier les budgets énormes pour des opérations militaires non-spécifiques.


Erin Conaton, directeur du personnel Démocrate du House Armed Services Committee, a recommandé à son personnel dans un mémo du 27 mars qu'ils « évitent d'employer des expressions familières », comme le terme « guerre globale au terrorisme ». Le personnel a été averti d'être plus spécifique en préparant le defense authorization bill de 2008.


« La guerre globale à la terreur », une expression d'abord employée par le Président George W. Bush peu de temps après les attaques terroristes du 11 septembre 2001, ne devrait pas être employée, dit le mémo.


Les membres du personnel ont été avertis d'employer des références spécifiques, comme « la guerre en Irak, » la « guerre en Afghanistan, « des opérations dans la Corne de l'Afrique, » ou « des opérations militaires continues dans le monde entier. »


« C'est une question philosophique et politique », a indiqué l'assistant du GOP au Military Times. « Les républicains croient généralement qu'en menant la guerre au terrorisme en Irak, nous empêchons des terroristes de se répandre ailleurs et les maintenons engagés de sorte qu'ils ne nous attaquent pas chez nous. »


Le Représentant Ike Skelton (D-Mo.), le Président du comité, a défendu le bannissement des termes disant dans un rapport que « les objections des Républicains à nos efforts pour clarifier le langage législatif représentent la tendance républicaine typique qui est de rapprocher les mésaventures en Irak et la guerre globale contre les terroristes.


« La guerre en Irak est séparée et distincte de la guerre contre les terroristes, qui ont leur origine en Afghanistan et qui nous ont attaqués le 9/11, et les Américains comprennent cela », a dit Skelton.


QU’EST-CE QUE LA « GUERRE À LA TERREUR »


Bien qu'il soit difficile de dire ce que « les Américains » comprennent, il est très clair que Skelton ne comprend pas qui est vraiment derrière 9/11 et la « guerre à la terreur. »


Ce que « les Américains » comprennent au sujet de la nébuleuse et frauduleuse « guerre à la terreur » est difficile à mesurer, mais d'après la désinformation fournie par les mass media, il s'avère que l'ignorance est très répandue concernant qui ou quoi est derrière la « guerre à la terreur ».


Bien que le 9/11 et les guerres subséquentes en Irak et en Afghanistan aient drastiquement changé la manière que les Américains pensent et vivent, il n'y a aucune évidence, dans les médias ou ailleurs, pour suggérer que « les Américains » comprennent ce qu'est la « guerre à la terreur », comment elle lutte et contre qui, ou qui fournit les informations auxquelles se fient les décideurs comme le Représentant Skelton.


Les scènes incroyables de destruction au World Trade Center et au Pentagone, ont été vues par des millions de téléspectateurs, ont profondément affecté le sentiment de paix et de sécurité que les Américains ont longtemps apprécié.


Créer un changement radical dans la façon dont les Américains regardent le monde était clairement l'un des buts, peut-être le but ultime, des planificateurs de niveau architectural des attaques du 9/11. « Interpréter » ce que signifie le 9/11 pour les Américains est justement où les « experts » Israéliens en terrorisme et les médias contrôlés par les Sionistes ont joué les rôles-clés.


Un mois après le 9/11, par exemple, Arlene Getz du Newsweek a interviewé Shabtai Shavit, ancien directeur du Mossad d'Israël. « Cela peut sembler dramatique, » Shavit dit, « mais la vie en Amérique ne sera plus la même qu'elle l'était avant le 11 septembre. »


Getz a demandé à Shavit quels conseils il donnerait aux Américains qui, après 9/11, ont dû faire face « au genre d'incertitude que les Israéliens ont vécu pendant des années ? » « C'est une bonne question », dit Shavit. « Cela a à voir avec la façon dont vous convainquez votre peuple et la façon dont vous les instruisez à une situation entièrement nouvelle au sein des États-Unis.


Cela peut sembler dramatique, mais la vie en Amérique ne sera plus la même qu'elle l'était avant le 11 septembre. Afin de pouvoir continuer à vivre, vous devez vous rendre compte du fait que vous allez devoir abandonner certaines de vos libertés formelles, et vous devez être prêts à abandonner certaines de vos plaisanteries et convenances. »


Shavit, qui a joint le Mossad en 1964, est le Président de l'institut anti-terrorisme au centre interdisciplinaire (IDC) de Herzliya, Israël. L'IDC est « université du Mossad » où des universités et les programmes sont baptisés du nom de riches Sionistes Américains comme Samuel Zell, Ronald Lauder, et Mark Rich qui commanditent et financent l'université attachée au renseignement israélien.



Marc Rich est né Marc David Reich.


Un politicien Israélien a aide à faire pression sur le Président Clinton pour qu’il pardonne à Marc Rich, tel qu’indiqué dans cet article du Washington Post.


Lewis "Scooter" Libby a aussi aide à le protéger, tel qu’expliqué dans cet article du Washington Post.


SAM Zell, par exemple, le nouveau propriétaire du Wrigley Field et des Chicago Cubs, du Chicago Tribune, du Los Angeles Times, et d’une foule de propriétés des mass media, commandite le Zell Entrepreneurship Program pour 20 étudiants Israéliens spécialement choisis à l'IDC.


La prévision de Shavit est effectivement devenue réalité. Avec sur le dos deux guerres coûteuses et désastreuses et un Département de la Sécurité Intérieure (Department of Homeland Security) de plus en plus intrusif, peut dire avec certitude que la plupart des Américains préféreraient un retour à la manière que les choses étaient avant plutôt que de continuer à vivre dans la crainte et l'insécurité constantes auxquelles les mass media ont soumis la nation depuis le 9/11.


Shabtai Shavit était Directeur Général du Mossad de1989 à 1996. Il est maintenant membre du New York City Fire Department Task Force for Future Preparedness Against Terrorism, parmi d’autres programmes, tel que mentionné ici.


Shavit et les officiels de la direction du Mossad et du renseignement militaire israélien étaient clairement au courant à l’avance des attaques à venir du 9/11:



METTRE FIN À LA "GUERRE AU TERRORISME"


Afin de libérer notre nation de cette onéreuse « guerre à la terreur », qui a été le centre et la préoccupation principale de l'administration de Bush, il est essentiel que nous comprenions ce qu'est vraiment cette « guerre » et qui est réellement derrière elle.


Pour se libérer de la tyrannie de la « guerre à la terreur », nous devons faire plus que l'éliminer sur papier dans le budget de la défense ; nous devons nous informer et comprendre les faussetés et la tromperie sur lesquelles cette fraude est basée.


Exposer la fraude derrière la « guerre à la terreur » est beaucoup plus qu'un exercice d'universitaire ; c'est une question d'importance vitale pour les citoyens - et le futur de la république. Le mode de vie américain et nos libertés constitutionnelles sont menacés par l'appareillage de « sécurité intérieure » qui a été établi en réponse au 9/11 et qui continue à se développer en grandeur et en puissance.


UN FAUX CONSTRUIT


La prétendue « guerre à la terreur » est une construction fausse et artificielle qui a été conçue par les Sionistes extrémistes de droite des niveaux les plus élevés du gouvernement et des militaires israéliens. Elle est basée sur une série d'attaques de terreur « fausse-bannière » (false flag) qui ont commencé à l'étranger dans les années 90, y compris le premier bombardement du World Trade Center, le bombardement du bâtiment fédéral d'Oklahoma City, et les attaques sur des cibles américaines partout dans le monde.


Une brève vidéo d’introduction aux opérations false flag (fausse-bannière) au haut de cette page: HowToHelp.html


Le concept de « guerre à la terreur » est la pierre angulaire d'un agenda qui a été activement favorisé et articulé depuis le milieu des années 80 par Benjamin Netanyahu, l'ancien premier ministre de droite d'Israël.


La « guerre à la terreur » est en fait la guerre conçue par des Israéliens pour que les États-Unis contre-attaquent à une série d’attaques de terreur « fausse-bannière » qui a culminé avec la destruction des tours jumelles du World Trade Center. Elle vise à semer la crainte et la haine contre l'Islam et à entraîner les armées des « démocraties » occidentales au Moyen-Orient pour vaincre et contrôler les ennemis d'Israël.



Aujourd'hui, les Américains sont écrasés sous le poids de cette frauduleuse « guerre à la terreur », qui a été refilée à la nation par M. Netanyahu et un réseau d'extrémistes de droite Israéliens et leurs commanditaires et défenseurs aux États-Unis.


Autant les invasions militaires américaines outre-mer que les appareillages domestiques de sécurité d'état ont été planifiés longtemps avant 9/11. Ces changements radicaux ont été « interprétés » et expliqués aux Américains par les médias contrôlés par les Sionistes.


Des officiels du gouvernement corrompus ou crédules ont vendu au public le discours et l'agenda frauduleux des Sionistes, basés sur une « interprétation » tout à fait fausse du 9/11. Les plus hauts officiels du gouvernement et de l'armée ont accepté cet agenda étranger sans même demander de voir l'évidence et sans même la soumettre à un examen critique.


Tandis qu'il y a des preuves abondantes que des agences de renseignement israéliennes ont été impliquées dans les attaques terroristes du 9/11, cette ligne de recherche est taboue dans les médias traditionnels contrôlés par les Sionistes et le prétendu « mouvement de vérité ».
Plutôt que de réclamer une investigation rigoureuse et indépendante des faits et des preuves, les plus hauts officiels du gouvernement et les médias contrôlés ont accepté et favorisé un conte de fées improuvé dans lequel les coupables sont tous les Arabes et les Musulmans.


Cinq ans après, les mêmes politiciens et officiels du renseignement israélien qui ont interprété le 9/11 pour le gouvernement et les médias des États-Unis commandent maintenant la discussion concernant la façon dont les États-Unis devraient répondre à de futures menaces de terrorisme.
Shabtai Shavit, par exemple, et des hauts dirigeants israéliens de renseignement militaire informent et guident toujours la réponse des États-Unis, la prétendue « guerre à la terreur. »
"Suivez cette voie pour la Guerre à la Terreur"

L’AGENDA DE QUI?


Le récent « rapport du groupe de travail du terrorisme du futur » (Report of the Future of Terrorism Task Force) à Michael Chertoff, le Secrétaire du Département de la Sécurité Intérieure (DHS) Israélien-Américain, illustre comment l'agenda des agences de renseignement militaire d'Israël est efficacement devenu l’agenda du gouvernement des États-Unis. Le rapport, qui a pris 5 mois à produire, a été publié le 25 janvier 2007.


Lien vers le fichier PDF: www.dhs.gov/xlibrary/assets/hsac-future-terrorism-010107.pdf
Concernant le Moyen-Orient, les agences militaires et de renseignement des États-Unis ont dépendu de l'information israélienne pendant des décennies. Le Report of the Future of Terrorism Task Force, une partie du Homeland Security Advisory Council, ne sont aucunement différents.


Le groupe de travail consulte et s'informe auprès « des experts en matière de thèmes-clés ». Les poids lourds les plus évidents parmi les « experts » sur le terrorisme sont deux généraux Israéliens, à savoir Yosef « Yossi » Kuperwasser et Yisrael Ziv de quelque chose appelé Comprehensive Security Transformation ou « CST International ».


Le CST est apparemment une troïka informelle de Kuperwasser, de Ziv, et du Brigadier General Amos Ben-Avraham, un vétéran de l'unité d'élite de l'armée Sayeret Matkal. Le CST fournit « des réponses uniques, complètes et travaillées aux menaces de terreur en évolution », selon sa page Web.



Assez curieusement, bien que plus de 3200 soldats Américains soient morts en Irak dans la prétendue « guerre à la terreur », pas un officiel militaire des États-Unis n’a participé à la production de ce rapport.


La « trouvaille » principale du rapport sur le « Futur du Terrorisme » est que « tout indique que le nombre et l'importance d'attaques contre les États-Unis, ses intérêts et ses alliés augmenteront probablement ». Tout le reste du rapport découle de cette grande présomption.


BRIG. GEN. YOSSI KUPERWASSER


Le Brigadier Général Yossi Kuperwasser est l’ancien chef de police la branche de renseignement de l’armée d’Israël (AMAN) et un ancien directeur de son département de la recherche, qui sert d'assesseur national du renseignement.


Le département de recherches militaires israéliennes travaille étroitement avec les agences de renseignement du Mossad (étranger) et de Shabak (internes). Actuellement il est un camarade de Charles Bronfman au centre de Haim Saban à l'institut de Brookings.


Kuperwasser a dirigé le département de recherches militaires israéliennes de juin 2001 à juin 2006. Il était responsable de l'intelligence stratégique et de former la manière dont Israël comprend les développements régionaux. D'une manière plus importante, Kuperwasser était responsable de la façon dont les développements étaient communiqués aux officiels des États-Unis


Un bref échantillon de son travail révèle que Kuperwasser a fourni à maintes reprises des informations fausses ou fallacieuses aux officiels des États-Unis :


En janvier 2002, Kuperwasser dirige la délégation israélienne qui a informé les États-Unis de ses découvertes concernant une supposée affaire de trafic d'armes iranien-palestinien impliquant un bateau sur la Mer Rouge. De grandes quantités d'armes iraniennes ont été supposément empaquetées pour la bande de Gaza.


En avril 2003, alors qu'aucune arme de destruction de masse n'avait été trouvée en Irak, Kuperwasser a suggéré qu'elles avaient toutes été déplacées en Syrie. Cette idée ridicule était largement diffusée dans les médias américains contrôlés.


En novembre 2006, Kuperwasser a dit à des médias canadiens que l'Iran pourrait produire une arme nucléaire d'ici mars 2007. Pour qu'on mesure bien le risque, il a comparé l'Iran à l'Allemagne nazie.


En décembre 2006, Kuperwasser a dit à Benny Avni du New York Sun que le mouvement Shi'ite libanais du Hezbollah « tolère la présence d'Al Qaida au Liban et coopère même avec lui ». Il a continué en disant que « tout le monde au Liban » sait que Hezbollah « fonctionne au nom de l'Iran. »


MAJ. GEN. YISRAEL ZIV


Le Major General Yisrael Ziv a l’expérience de terrain avec le terrorisme.


Ziv, un commandant des forces israéliennes à Gaza, a un dossier documenté pour avoir posé des bombes dans des voisinages civils et fait explosé d’appartements de logis.

En novembre 2001, le Jerusalem Post a signalé que Ziv « était derrière la décision de poser la bombe » qui a tué cinq écoliers palestiniens à Khan Yunis dans la bande de Gaza occupée. Les forces spéciales Israéliennes sous la commande de Ziv avaient posé la bombe dans un secteur civil la nuit avant.


L’article du Jerusalem Post est disparu, mais le texte non-formaté est reproduit au bas de cette page. Les autres articles à ce sujet sont toujours en ligne, comme ici à oznik.com et ici à Haaretz.com


En octobre 2002, ses forces armées ont tiré un missile dans une foule sur une route de terre à Khan Yunis, tuant au moins 13 civils. Ziv l’a appelée « une opération très importante qui révèle encore une fois qu'il n'y a aucun bastion de terreur qui est sûr contre nos troupes. »


En septembre 2003, Ziv a tenté de tuer cheik Ahmed Yassin, le chef spirituel paraplégique du Hamas, en laissant tomber une bombe de 1100 livres sur un bâtiment de trois étages à Gaza. Plutôt que d’arrêter le cheik, Ziv a décidé de bombarder le bâtiment où il vivait. Cette tentative n'a pas tué Yassin.


Le 22 Mars 2004, Israël a tiré trois missiles Hellfire sur le cheik dans sa chaise roulante, alors qu’il sortait d’une mosquée après ses prières du matin.


Les missiles ont tué Yassin, ses gardes du corps et 8 passants innocents.


ZZiv a été également impliqué dans une masse de bombardements semblables et visé des massacres extrajudiciaires dans lesquels des centaines de civils palestiniens innocents ont été tués. En matière de terrorisme, Ziv a certainement de l'expérience.


LE RAPPORT SUR LE FUTUR DU TERRORISME


Le rapport sur le « futur du terrorisme » au secrétaire Michael Chertoff, un Israélien-Américain, commence, comme l'on a pourrait prévoir, par une pleine page couleur du drapeau des États-Unis. Le rapport de 13 pages, qui a pris 5 mois à produire, a trois objectifs principaux : « évaluer les futures menaces » ; « raffiner les processus pour rencontrer ces menaces » ; et à « recommander comment mieux engager et préparer le public américain pour les défis présents et futurs ».


Le groupe de travail de 21 membres, dirigé par Lee Hamilton, inclut Elliott Broidy, le milliardaire sioniste riche de Los Angeles. James Schlesinger de MITRE Corp., vice-chaire du Homeland Security Advisory Council, est également sur le groupe de travail.
Elliot Broidy a tenu une campagne de levée de fonds pour les Républicains à sa maison de Californie en octobre 2006, et le Président Bush y est allé!


Il a aussi tenu un souper privé pour l’American Ballet Theatre chez lui.. Cliquez ici pour voir les photos des « socialités » adorables de l’Amérique.

James Schlesinger, né en 1929, est entré au gouvernement américain en 1969 durant l’administration Nixon.


Il a travaillé comme directeur de la CIA, Secrétaire à la Défense, et Secrétaire de l’Énergie.
Le Président Carter éventuellement s’en est débarrassé en 1979, et il aide maintenant des compagnies liées au Sionisme.


MITRE technology de Schlesinger est lié aux événements du 9/11 de plusieurs manières significatives.



"Fondé sur notre travail au cours des cinq mois derniers », le rapport a commencé, les « membres croient que tout indique que le nombre et l'importance des attaques contre les États-Unis, ses intérêts et ses alliés augmenteront probablement. Comme le crime ou la maladie, le terrorisme devrait être conçu comme problème chronique exigeant une stratégie soutenue et patiente, avec des tactiques en constante évolution ».


Tandis qu'« il n'était pas dans la portée du groupe de travail d'entreprendre un examen approfondi et détaillé des menaces particulières et des sources desquelles elle émane », le rapport continue en disant que « la menace de terroriste la plus significative pour la patrie provient aujourd'hui d'un mouvement global, soutenu par une idéologie de jihadiste/Salafiste », qui cherche à « subvertir les régimes considérés comme apostasiés. »


Pourquoi un mouvement local moyen-oriental cherchant à renverser des régimes d'« apostasiés » au Moyen-Orient attaquerait la « patrie » américaine à des milliers de kilomètres des régimes qu'il est supposé combattre, cela n'est pas expliqué. La plupart des Américains ne savent pas même ce que signifie une « idéologie de jihadiste/Salafiste ».


"Faites essayer aux gens du marketing les expressions Islamo-Fascistes, Muslo-Nazi, et le Jihado-Terroriste"

UNE FORCE DE POLICE CENTRALISÉE


Le rapport favorise la centralisation des départements locaux de police sous le Département de la Sécurité Intérieure (Department of Homeland Security). Afin de défendre la « patrie » le rapporte en appelle à la création d'une force de police nationale d'état qui coordonne l'état et les forces locales avec le DHS :


Bien que certains progrès aient été accompli en vue d'une coordination parfaite entre les autorités fédérales, de l'état et locales pour assurer la sécurité intérieure, il y a encore des lacunes dans cette coordination qui doit être remplies.


Le groupe de travail a été encouragé par l'initiative du Directeur du Renseignement (DI) de remplir les rangs du personnel des centres de fusion d'état avec des analystes de DHS. Ce programme s'avèrera valable non seulement pour le partage d'informations, mais en instruisant l'état et les agences locales sur ce qu'elles devraient rechercher et rapporter.


Le rapport appelle le secrétaire du DHS [Michael Chertoff] à « travailler directement avec l'état, les gens du pays, le secteur privé et les chefs de la communauté pour les instruire sur la menace de radicalisation, la nécessité de prendre des mesure préventive au niveau local, et pour faciliter le partage des meilleures pratiques des autres nations et communautés.


« En tant qu'élément de ces efforts communautaires visant la compréhension mutuelle et l'élimination des conditions qui permettent à des idéologies extrémistes de prendre racine, le Secrétaire devrait assumer le rôle du « catalyseur » afin de motiver l'état et les autorités locales à considérer pro-activement le potentiel de radicalisation avant que le terrorisme n'évolue au pays.


Spécifiquement, le secrétaire devrait activement travailler directement avec les maires, les gouverneurs, et les chefs de la communauté [police] pour les instruire sur la menace de radicalisation, et pour mieux partager l'information concernant les pratiques des communautés et d'autres nations qui ont agressivement engagé cette menace. » Israël est clairement le premier en importance parmi les « autres nations qui ont agressivement engagé cette menace ».
Le partage de l'information avec le DHS est « une priorité » dans l'état policier centralisé. Des autorités locales se verront refusées les « ressources fédérales » si elles refusent de partager l'information avec le DHS :


La capacité locales et de l'état à recueillir, traiter et partager l'information dans les régions locales et avec le gouvernement fédéral doit demeurer une priorité, et devrait être développée par une association opérationnelle avec le gouvernement fédéral, s'assurant que la formation, les capacités analytiques, et les ressources sont consistantes et satisfassent le besoin national global.
Le Secrétaire devrait continuer ses efforts avec l'état et les autorités locales pour établir des capacités opérantes régionales et des plans de prévention, de protection et de réponse en exigeant des composants du DHS de développer leurs plans et capacités de concert avec l'état et les autorités locales.


Le DHS devrait également rendre les ressources fédérales et les autorités locales dépendantes de la collaboration régionale.Les Américains seront forcés d'apprendre plus sur le terrorisme et comment s'y préparer :


Il est impératif que le public américain s'engage à comprendre et se préparer au terrorisme. Au cours des cinq prochaines années, le public apprendre sur les choix auxquels doivent faire face la nation, les communautés, les familles, et les individus. Il doit s'associer avec son gouvernement, partager le fardeau.On enseignera même aux enfants et aux élèves d'école sur comment réagir aux menaces terroristes et extrémistes contre la « patrie » :


In collaboration with the Department of Education and state and local partners, consideration should be given to implementing developmentally appropriate education at the elementary school, high school and college/university levels.En collaboration avec le Département de l'Éducation et l'état et les associés locaux, la considération devrait être donnée à mettre en application une éducation appropriée au développement à l'école primaire, au lycée et à l'université/aux niveaux d'université. Afin de mettre cet agenda en pratique à un niveau de sécurité nationale, le rapport réclame que le Secrétaire Chertoff soit nommé au Conseil de Sécurité Nationale :


Nous recommandons donc que des considérations soient apportées à l'intégration entière de la perspective de sécurité domestique dans le travail du NSC en nommant le Secrétaire de la Sécurité Intérieure (Homeland Security) au NSC.

No comments: