Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Wednesday, October 17, 2007

Sarkosy Ben Mossad !


NDLR: Comme dans l'affaire Clearstream, certaines personnes veulent degonfler un scandale d'etat en victimisant Sarkosy. Pour ceux qui sont au fait des activites terroristes sionistes en France, ce n'est plus un secret pour personne.



Sur le site de la DGSE pro-israelienne, le Figaro, Sarkosy, la victime perpetuelle de l'holocauste mediatique Villepin, est accusee dans un email, probablement fabrique par lui-meme et Squarcini selon le protocole Imad Lahoud, d'etre un agent du mossad.



En plein proces des attentats de 1995 ou le papa de Sarkosy et Squarcini, Charles GIA Pasqua et Yves GIA Bonnet ne sont nullement inquietes, alors qu'ils sont les suspects principaux. A la question de savoir si Sarkosy travaille pour le mossad, il n'y a pas photos depuis les attentats de mars 2004 a Madrid !

Maintenant, Sarkosy doit l'assumer ou accepter la contre-partie: Celle de reconnaitre qu'il est un pantin tout nu aux mains de ses ennemis ! Au fait pourquoi ne porte-t-il pas plainte pour diffamation le bougre ? De quoi a-t-il peur ? D'une juridiction internationale ?


L’INFILTRATION DU MOSSAD ISRAELIEN DANS L’UMP

NICOLAS SARKOZY : LE QUATRIEME HOMME


En 1978 le Gouvernement Herut /Likoud de Menahem Beguin veut briser l’isolement relatif de l’Etat hébreu. La France est un partenaire important pour Israël. Israël ne veut plus être ébranlé par un revirement diplomatique français, identique à celui qui a suivi la décision du Général de Gaulle en 1967, de ne plus lui livrer d’armes. Rafael Eytan est alors chef d’Etat major des Forces de Défense Israéliennes. Il demande au Mossad de préparer une opération qui consiste à infiltrer le parti gaulliste pour tenter de rendre ce parti politique français favorable à Israël. Le chef de la centrale de renseignement Israélienne Yitzhak Hoffi va accepter l’idée d’une telle opération. De jeunes militants et sympathisants de la droite parlementaire française à fort potentiel d’influence sont ciblés. Trois citoyens français prédisposés à collaborer sont recrutés et formées par les services Israéliens, pour mener en France une mission politique. En 1980 le premier groupe d’agents du Mossad commence son travail. Il est composé de Patrick Balkany, Patrick Devedjian, et Pierre Lellouche. Charles Pasqua met en place à cette époque, une nouvelle génération de responsables gaullistes, sous l’étiquette du RPR. Les agents Israéliens vont se faire une place en politique par le bais de l’installation des Pasqua boys. En 1983, quelques mois avant les élections municipales, Patrick Balkany qui est en réalité responsable du réseau, recrute Nicolas Sarkozy. C’est Balkany qui est chargé par la centrale israélienne de traiter le jeune et prometteur Sarkozy, le quatrième homme au service du Mossad. Le dispositif Israélien dans le parti gaulliste est renforcé au début des années quatre vingt dix par Manuel Aeschlimann. Manuel Aeschlimann est chargé de soutenir la montée en puissance de Sarkozy. Il est aussi chargé d’établir des contacts avec des responsables Iraniens en France. Manuel Aeschlimann est en train de devenir un homme clef pour le renseignement israélien, depuis que l’Iran adopte une attitude ferme sur la question de son programme nucléaire militaire. Dans la tradition du Mossad, les agents se surveillent et s’évaluent entre eux. Nous pensons que Manuel Aeschlimann est chargé par Tel-Aviv d’évaluer le dispositif existant en France depuis 1980. Nous pensons que l’Etat d’Israël est un partenaire de la France dans de nombreux domaines. Nous estimons néanmoins que le contrôle total d’une formation politique Française de gouvernement, par un service de renseignement étranger, peut nuire aux intérêts nationaux et européens.



Les étranges accusations d'un cybercorbeau

JEAN-MARC LECLERC. Publié le 12 octobre 2007

Actualisé le 12 octobre 2007 : 07h19



PJ enquête sur un courriel envoyé durant la présidentielle à cent hauts responsables de la police. Il affirmait que Sarkozy, comme Balkany, Lellouche, Devedjian et Aeschlimann, étaient liés au Mossad. UNE OFFICINE a-t-elle voulu déstabiliser Nicolas Sarkozy durant la campagne présidentielle ? Une enquête confiée à la Direction centrale de la police judiciaire doit l'établir. Fin mars 2007, dans la dernière droite de l'élection, tous les directeurs départementaux de la sécurité publique, soit une centaine de hauts fonctionnaires, ont été destinataires d'un étrange courriel. Le futur président y était taxé, ni plus ni moins, d'avoir été recruté dans les années 1980 par le Mossad, le service secret israélien. Le texte envoyé se présente sous la forme d'une « note de synthèse » de deux pages. Son titre : « L'infiltration du Mossad israélien dans l'UMP. Nicolas Sarkozy : le quatrième homme. » Au-dessus, un pseudo-logo de la « DGSE ». « Tout cela respire la manip à plein nez, avec des relents d'extrême droite », prévient un cadre dirigeant au ministère de l'Intérieur. Selon l'auteur du message, en 1978, le gouvernement de Menahem Begin aurait commandité l'infiltration du parti gaulliste pour en faire une sorte de partenaire d'Israël. L'opération aurait été montée par Rafael Eytan, maître-espion israélien. « Trois citoyens français prédisposés à collaborer » auraient donc été ciblés : Patrick Balkany, Patrick Devedjian et Pierre Lellouche. Balkany est présenté comme le chef du « réseau ». En 1983, Patrick Balkany aurait recruté le « jeune et prometteur » Sarkozy, le « quatrième homme du Mossad ». Une cinquième recrue serait venue compléter le dispositif dans les années 1990 : Manuel Aeschlimann, député-maire d'Asnières (Hauts-de-Seine). Le cybercorbeau affirme que ce proche de Sarkozy est « chargé d'établir des contacts avec des responsables iraniens en France ». Une assertion d'autant plus perfide que sa ville d'Asnières accueille effectivement une forte communauté iranienne. Aucune empreinte Embarrassé, l'état-major policier d'alors a dû rapporter en haut lieu le contenu de ce courriel farfelu et la qualité de ses destinataires. Aussitôt, une enquête a été diligentée, confiée à la PJ. Les policiers ont découvert que le message est parti d'un cybercafé du Val-d'Oise. Mais le corbeau a bien choisi le lieu de ses persiflages : dans ce commerce où l'anonymat est la règle, puisque la loi n'impose pas de présenter ses papiers pour accéder aux ordinateurs, il n'y avait pas de vidéosurveillance. Aucune empreinte, aucune trace d'ADN n'a pu être exploitée. L'expertise des machines n'a rien donné. Pas plus que l'analyse sémantique du texte. Et l'enquête se poursuit à la demande du parquet. Au risque de donner à cette affaire une importance qu'elle ne méritait pas.



1 comment:

charlemagne said...

Nous somme en parfait accord avec vos idées
SARKOZY MALLAH NAGY BOSCA askhénase d'origine Khazar tribue perdue d'Israel

charlemagne
carolus.magnus1331@gmail.com