Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Saturday, June 30, 2007

Evidences linking war criminals, Blair, Straw and Brown to London attacks had been released !

War criminals Blair, Brown, Reed, Straw, 911 and Yisrael

A new documentary film has been released that's a direct response to the BBC's "Conspiracy Files" program that aired on 18th February 2007.

Following the BBC's pathetic attempt at debunking the 911 truth movement, this powerful film utterly debunks the program's methods and "impartiality" -- the bedrock upon which the BBC was supposedly founded.

Co-produced and narrated by ex-MI5 agent and whistleblower David Shayler, this is a brilliant piece of filmmaking. It methodically dissects the BBC's bogus Conspiracy Files program using the latest 9/11 truth evidence and arguments. It is tight, cogent, hard-hitting and to the point all the way through, and literally hammers the BBC to the ground.

It is the best counter-debunking film yet, and is a superb companion to Prof. David Ray Griffin's newest book, Debunking 911 Debunking, which mercilessly destroys the hit-piece produced by Popular Mechanics Magazine's Benjamin Chertoff (cousin of Homeland Security czar Michael Chertoff).


Friday, June 29, 2007

Blair, Brown and Straw are directly linked to international terrorism. Brown remind me where were you the 07th July 2005 ?


VOICE OF TEL AVIV : IF YOU PULL OUT FROM IRAQ, WE'LL TEACH YOU, BLOODY PUPPET. YOU'LL FOLLOW YISRAEL POLICIES LIKE YOUR FRIEND BLAIR. WE DECIDE NEW PRIORITIES : DIE FOR YISRAEL IS YOUR PRIORITY!!!


What an amazing coincidence. One day into office he now has the excuse to get his draconian laws passed through Parliament


British MI5 Had Hand In Previous Car Bombings


'Security services' played role in similar previous attacks, massive car bomb discovered in London


Intelligence sources are refusing to rule out an Irish connection to a massive car bomb that was discovered in the heart of London this morning. Though at this early stage the facts are sketchy, any link to the IRA or its offshoots would re-open a can of worms concerning the MI5's role in past terror attacks, and specifically car bombings, over the last few decades in Britain and Northern Ireland.


The timing of the attempted attack coincides with new Prime Minister Gordon Brown taking over from Tony Blair just yesterday.


"The threat of terror returned to London today after a large car bomb was found in the heart of the capital," reports the Daily Mail.


"Bomb squad officers defused the 'massive' device after police investigated reports of a suspicious vehicle in the early hours."


"According to an eyewitness the door staff at the nightclub Tiger, Tiger alerted police after the car, believed to be a silver Mercedes, was driven into bins last night and the driver ran off."
"The witness said the car was being driven 'erratically' before the minor crash. The driver was not stopped."


In any criminal investigation and in particular terrorism inquiry, it is paramount to look at who has the motive and history to carry out such an attack.


It is important to stress that not every terror attack is necessarily part of some elaborate scheme or conspiracy - indeed it is usually small scale incidents such as this that are the work of lone extremists or Islamic fundamentalists who hate the west, of which Britain is inundated with.


But as the facts emerge we would be foolish to overlook the fact that the British security services were intimately involved in numerous terror attacks in Britain over the past few decades, namely car bombings, that were blamed on the IRA or its offshoots. This is particularly relevant considering that officials have refused to rule out an Irish connection in this case.


Every major IRA bombing in England and Northern Ireland has had the fingerprints of the British government and the FRU all over it.


Starting from at least the 1980's, SAS and British military intelligence agents were routinely ordered to embed themselves within violent branches of the IRA and aid terrorists in carrying out attacks. How do we know this happened? Because one of the individuals who was ordered to do so, Kevin Fulton, blew the whistle on the fact that he was told he had the Prime Minister's blessing to aid terrorists in bomb making and political assassinations.


In addition, mirroring the backdrop of the infiltration of the alleged liquid bomb plot, the August 15th 1998 Omagh bombing was allowed to proceed despite the fact that MI5 had fully infiltrated the Real IRA terror cell, knew the date of the bombing, and had tracked the terrorists' vehicle as it was driven to the bomb site. Again, in this case MI5 had one of their own agents within the bomb squad itself. In this instance, the car bombing went forward and 29 people, including two babies and nine children, were ripped apart as they shopped in a quiet market street.


Documents, lodged as part of a court action being taken against the British government by a disgruntled military intelligence agent, also revealed that an FRU (Force Research Unit) major was the officer who was the handler of the British army's most infamous agent inside the IRA -- a man code named Stakeknife.


Stakeknife is one of Belfast's leading Provisionals. His military handlers allowed him to carry out large numbers of terrorist murders in order to protect his cover within the IRA.
The London Observer further revealed some of the methods employed by the FRU in Northern Ireland, including the “human bomb” technique, which involved “forcing civilians to drive vehicles laden with explosives into army checkpoints”.


Former MI5 counter-terrorism officer David Shayler also saw documents indicating that the Israeli's bombed their own embassy in London in 1994 after a car bomb exploded outside the building in Kensington.


He also presented evidence that MI5 had foreknowledge of the 1993 Bishopsgate car bombing that was blamed on the IRA, and could have apprehended the bomb squad but let the attack go ahead.


To forget the proven history of the security service's involvement in car bombings and other terror attacks in Britain and Northern Ireland in light of this latest incident would be very naive, and as more information about the culprits behind this morning's attempted attack is released, that history is likely to become more prescient.

Thursday, June 28, 2007

Offensive toute azimut contre la France-yisrael et ses agents au Maghreb


Offensvie sans precedant contre la france-yisrael au Maghreb et en Europe: Comment Sarkosy financera-t-il sa vague d'attentats !!!

La publication par plusieurs organismes financiers d’une liste des pays où prospèrent les banquiers blanchisseurs et des paradis fiscaux a suscité en Algérie le souvenir amer de l’argent algérien qui a émigré sous d’autres cieux. Des observateurs algériens parfaitement renseignés ont donné des indications précises sur les fortunes mises à l’abri par les généraux. Selon ces informations qui citent des écoutes téléphoniques enregistrées en Algérie par les services spéciaux :




“Le général major Larbi Belkheir possèderait plusieurs comptes bancaires dans une banque à Genève en Suisse qui est le Crédit Lyonnais. Parmi ces comptes, les deux premiers ont été ouverts par Belkheir en personne durant l’année 1988 à la dite banque située à la place Bel Air, Genève 1204 ; l'un nominatif Larbi Belkheir dont le numéro est:104088 C, dans lequel il a fait un premier versement à l’ouverture, d’un montant de 1.220.000 dollars. Son deuxième compte bancaire est un compte numéroté: 5039500321288 qui renferme plusieurs dizaines de millions de dollars issus de diverses transactions avec des firmes étrangères et de commissions de marché. Il aurait un autre compte au Luxembourg qui est aussi en gestion privée. Le général major Smain Lamari : Il possèderait deux comptes numérotés au Crédit Suisse en Private Banking. L’un d’eux est sous le numéro : 72796365197821 SP. Il renfermerait plus de 45 millions de dollars”.

Les noms de presque tous les généraux qui dirigent ou ont dirigé l’Algérie sont cités.

Wednesday, June 27, 2007

Afghanistan, Iraq : Le genocide silencieux de l'uranium appauvri

Video de l'un des meilleur specialistes des armes nucleaires et uranium appauvri : (Iraq, Afghanistan) : Dr Mohammed Miraki





Abbas est entierement co-responsable du genocide des Palestiniens


LA SOLUTION FINALE : GAZA, UN GENOCIDE A CIEL OUVERT.
Onze martyrs lors d'un raid et bombardement de l'occupation sioniste à Khan Younès


Gaza – Centre Palestinien de l'Information :



Les forces de l’occupation ont tué, ce matin mercredi 27/6, onze citoyens palestiniens dont un enfant lors de plusieurs bombardements et raids aériens contre les hommes de la résistance dans la ville de Gaza et de Khan Younès.


Des sources médicales palestiniennes ont annoncé que onze martyrs sont tombés lors des bombardements israéliens contre la bande de Gaza. Trois sont tombés après les bombardements des chars israéliens qui ont envahi la région située à l’est du quartier de Chouja'ia où plusieurs obus sont tombés sur un groupe de résistants palestiniens qui se trouvaient sur la ligne est de la ville de Gaza, alors que le quatrième martyr est tombé lors des incursions des forces occupantes dans la région de Khouza'a, à l’est de khan Younès.


Dans le même contexte, les avions militaires israéliens ont effectué un raid contre une voiture civile près du centre de police de Chouja'ia à l’est de la ville de Gaza en tuant Raed Fanouna, l'un des cadres des brigades des Saraya d’Al-Qods, la branche militaire du mouvement du Djihad islamique.


Des sources médicales ont dit au correspondant du Centre palestinien d’Information que les forces occupantes qui ont envahi le village de Khouza'a dans la ville de khan Younès ont blessé quatre autres palestiniens.


D’autre part, les brigades d’Al-Qassam ont annoncé qu'elles ont pu cibler un soldat israélien sur un char et détruit un bulldozer après avoir lancer plus de 15 obus sur les forces occupantes.
Des témoins oculaires ont dit que 25 chars et bulldozers israéliens ont envahi le village de khouza'a et la région d’Abou Touaïma à l’est de la ville de khan Younès dans la bande de Gaza en ouvrant le feu vers les maisons résidentielles.


Les hommes des brigades d’Al-Qassam et des Saraya d’Al-Qods ont fait face aux forces occupantes qui ont envahi le village de Khouza'a et ont lancé plusieurs obus sur les blindés des forces occupantes.


Les brigades d’Al-Qassam ont dit dans un communiqué militaire dont le Centre palestinien d’Information a reçu une copie que leurs hommes ont lancé plusieurs obus sur les forces occupantes et ont ciblé un soldat israélien.


De son côté, les brigades des Saraya d’Al-Qods ont dit que leurs hommes se sont accrochés avec les forces occupantes dans le village de Khouza'a en affirmant qu’un résistant est tombé en martyr.


Le président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a annoncé une guerre ouverte contre les branches militaires des factions de la résistance palestinienne qui font face aux agressions continuelles des forces de l’occupation israélienne contre le peuple palestinien.


Un seul jour après les réunions de Charm El-Cheikh, le président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a publié, hier, le mardi 26/6, un nouveau décret présidentiel qui interdit tous les groupes de miliciens armés, les branches militaires et paramilitaires qui appartiennent à un mouvement ou à une faction palestinien.


Selon le décret présidentiel, le président Abbas a décidé, selon les articles du chapitre septième de la loi fondamentale modifiée en 2003 et selon le décret présidentiel de l'annonce de l’état d’urgence le 14 de ce mois en cours et de la formation du gouvernement d’urgence sous la direction de Salam Fayyad comme premier ministre, a interdit tous les miliciens armés, les branches militaires ou paramilitaires qui n’appartiennent pas à l’autorité palestinienne.
Il a ajouté que ces groupes et branches ont une interdiction d’effectuer des activités secrètes ou annoncées en menaçant de juger et d'enquêter chaque personne qui aidera ou servira ces branches et groupes militaires.


Le décret a demandé au gouvernement de Salam Fayyad de mettre fin aux phénomènes des groupes armés en disant que le gouvernement doit exécuter les points des lois qui interdisent les armes et confisquer tous types d'armes et toute chose qui représente un danger contre le régime général.


Il a également renouvelé la menace à quelle personne que ce soit qui s’opposerait à ce décret en le considérant comme criminel qui perpétre un crime qui menace le régime.


War criminal Blair is under international investigation for his direct involvement in London attacks


NDLR : 'We, the zionist elite, control Blair, Cheney and Bush. And them people knows that. They are our puppets, they work for the sake of Eretz Yisrael. They failed in them mission ! We are giving them to them enemies. They won't never say any word against us. We are them Masters. Obey to Yisrael or die hard...'


LaRouche et le Washington Post ouvrent la boîte de pandore : Cheney, le système BAE et l'héritage actuel du 11 septembre

Le dirigeant démocrate Lyndon LaRouche a estimé que le titre de première page du Washington Post du dimanche 24 juin était « un écho notoire » à ses propres déclarations lors de sa conférence internationale sur Internet jeudi 21 juin. Le Washington Post publie une enquête en quatre parties sur le vice-président « le plus influent qu’ait jamais connu ce poste ». L’enquête porte principalement sur « le rôle caché et incompris de Cheney dans l’édification des politiques pour la guerre contre le terrorisme ».


Pour comprendre la signification de cette enquête publiée dans ce grand journal américain pourtant réputé pour son conservatisme, et ce qu’il y a eu en amont, Lyndon LaRouche nous invite avant tout à lire les avertissements répétés qu’il avait faits en 2001.


« Vous devez lire attentivement l’avertissement explicite que j’ai donné en Janvier 2001, contre un évènement attendu et similaire à ce que nous avons connu le 11 septembre de la même année. Ensuite, il faut comparer ma description des développements autour de Cheney le soir du 11 septembre 2001, avec ma propre lecture de leur signification, telle que je l’ai donnée dans les heures qui ont suivi l’attaque, montrant les similarités avec l’incendie criminel du Reichstag mené par Hermann Goering et ayant donné les pleins pouvoirs à Hitler dans la foulée.
« Comme je l’ai dit et comme le compte-rendu du Washington Post le suggère, il y a un lien crucial entre l’histoire de la BAE et l’héritage actuel du 11 septembre, un héritage qui nous éclaire plus que jamais depuis les semaines et les mois qui ont suivi le 11 septembre.


Voici les déclarations de M. LaRouche le 21 juin dernier incluant la référence à son avertissement de Janvier 2001 sur le 11 septembre :


« Le monde a vécu sous un système, c’est le système du 11 septembre, qui comme j’avais prévenu début 2001 existait déjà avant que George Bush soit investi pour la première fois en Janvier 2001. J’y ai dit que « le système mondial est arrivé à un point tel, qu’il est en cours d’effondrement. Nous ne pouvons déterminer avec certitude quand ou comment cela va arriver, mais nous savons deux choses :


Premièrement, nous savons que ce président et cette présidence ne peuvent pas régler cette crise. Dés lors, nous devons nous attendre à ce que le monde entier soit soumis au type d’évènements que nous avions vécu en février 1933, lorsque Hermann Goering, l’homme derrière le trône, le Dick Cheney de l’administration Hitler, orchestra l’incendie du Reichstag comme un attentat terroriste. Et cet attentat terroriste fut utilisé cette nuit là, ou le jour d’après, pour conférer à Hitler les pleins pouvoirs qu’il ne perdit qu’à sa mort. » Ensuite j’ai dit que le danger était qu’un évènement de ce genre se produise dans les conditions actuelles des Etats-Unis, et c’est arrivé : on l’a nommé 11 septembre.


Sans aller dans les détails de ce que nous savons ou que nous ne savons pas sur l’orchestration du 11 septembre, nous savons que le seul moyen par lequel ce genre de chose est mis en place se trouve en un seul endroit : un complexe financier centré sur l’identité de BAE. Voilà le mystère du 11 septembre. Ses mécaniques internes n’ont pas d’importance. On les déterminera plus tard. Toutes les personnes dans le gouvernement et autour, qui comprennent ces choses le savent ! Et c’est là que l’affaire est brûlante. »


Plus tard dans la même conférence, Lyndon LaRouche a pointé les efforts de Cheney pendant le 11 septembre pour faire passer des lois établissant un pouvoir dictatorial aux Etats-Unis.
« Je pense que les pirates des îles britanniques touchés par cette affaire vont certainement faire quelque chose d’horrible à Dick Cheney, non pas qu’ils n’apprécient pas ce qu’il a voulu faire, mais parce qu’il a échoué dans sa tâche. La vraie question a son importance. Il est désormais établi que lors de ses fonctions, l’ambassadeur d’Arabie Saoudite aux Etats-Unis, parmi d’autres choses, s’est fait graisser la patte à hauteur de 2 milliards de dollars. Et que sous couvert d’autres activités, il était aussi un agent britannique. Comment est-ce que le secret a pu être gardé ? C’est qu’il n’y avait pas de secret ! Tout ça était connu.


« Sans en dire trop, permettez moi d’être direct. Comme je l’ai déjà dit aujourd’hui, cette question trotte dans ma tête et dans celle de beaucoup d’autres depuis le 11 septembre. Comme je l’ai dit aujourd’hui, c’est la question que j’avais en tête lorsque j’ai fait ma déclaration publique diffusée depuis Washington avant même l’investiture de George Bush en 2001 ; qu’avec la situation économique et les fondements de cette situation nous devions nous attendre à ce que, dans un futur proche, quelqu’un essaye de perpétrer contre les Etats-Unis ce qu’Hermann Goering avait fait en Allemagne pour faire de Hitler un dictateur. Et c’est ce que j’ai vu arriver le 11 septembre 2001. Je l’ai vu. Et ce n’est pas seulement le fruit de ma pensée, mais de beaucoup d’autres. « Comment cela nous a été fait ? » Par exemple il était reconnu comme significatif que la plupart des cadavres retrouvés après le 11 septembre étaient d’origine saoudienne ou assimilée. Quelqu’un a mis sur pied cette opération ! Al-Qaida ? Est-ce que ça nous avance ? Non. Al-Qaida était une création. Ousama Ben Laden est un saoudien. Il était un outil de George H.W. Bush et des britanniques dans leurs opérations en Afghanistan dans les années 80 pour y lancer la guerre. Ousama Ben Laden est un personnage clé, recruté par ces gens dans les rangs saoudiens afin de mener cette opération. Al-Qaida est un produit de cette opération ! C’est une opération parrainée par les anglo-américains et aussi les saoudiens. Les corps exhibés comme preuve après les attentats du 11 septembre, venaient de là. Et la question est depuis ce temps-là dans la tête de tous ceux qui savent comment toutes ces choses fonctionnent. « Waouh ! Quelles sont les preuves ? » Et bien avec 10 prisonniers morts, il est plutôt difficile de les faire parler.
« Voilà l’enjeu. Pensez-vous qu’il n’y ait pas eu de gros efforts pour qu’une si grosse affaire soit étouffée dans la presse américaine ? Pensez-vous que cette histoire était inconnue et que ses conséquences n’étaient pas visibles, au moins en partie, pour la presse écrite et télévisuelle des Etats-Unis ? Pourquoi n’en ont t-ils pas parlé ? Cela a pourtant eut lieu ! Et est-ce que ça a pu se passer sans argent ? Est-ce que tout le monde ne sait pas qu’il faut des milliards de dollars pour mener à terme de tels attentats ?


Qu’il faut aussi la complicité d’un ou deux gouvernements ?


« Que c’est une tentative de coup d’état, de la même manière qu’Hermann Goering a mis le feu au Reichstag pour faire d’Hitler un dictateur ? N’y a-t-il pas eut au soir du 11 septembre un effort pour passer des lois et des ordres établissant une dictature aux Etats-Unis, ayant presque réussi mais pas tout à fait ? Et n’avons-nous pas été depuis dirigés et dominés par cet appareil de pouvoir qui s’est mis en place avec le prétexte du 11 septembre ? Ne pensez-vous pas que toute personne pensante dans les institutions, n’a pas eut constamment ces questions dans la tête ? Ne pensez-vous pas que tous ceux qui sont à des positions leur permettant de comprendre comment ces choses fonctionnent et qui ont vu ces preuves telles qu’elles sortent aujourd’hui, n’ont pas eut ces pensées ? Ne pensez-vous pas qu’ils aient été quasi-mortellement terrifiés à l’idée de participer à la révélation de cette histoire ? »


Voici maintenant en comparaison, la première partie du dossier sur Cheney dans le Washington Post.


Les journalistes du Washington Post Barton Gellman et Jo Becker révèlent dans les détails la tentative de coup d’état de Cheney et d’une coterie de co-conspirateurs, alors même que les tours du World Trade Center s’effondraient. Leur description de l’état émotionnel de Cheney le 11 septembre alors que la tour sud s’effondre est particulièrement révélatrice puisqu’elle contraste sombrement avec les réactions des autres personnes présentes ce matin-là dans le Presidential Emergency Operations Center. Voici ce que dit un témoin « Il y avait un grincement dans la salle que je n’oublierai jamais. Comme un grincement unique venant de tous » ;; parmi eux Condi Rice et son adjoint Stephen Hadley, le conseiller économique Lawrence B. Lindsey, le conseiller Matalin, le chef de cabinet de Cheney Lewis Libby et la femme du vice-président. Cheney, lui, ne faisait aucun bruit. « Je me souviens avoir tourné mon regard vers le vice président et son expression faciale n’a jamais changé. »


Les auteurs de l’article rapportent ensuite que “face aux images, Cheney a fermé les yeux pendant un long battement de paupière. Trois des personnes présentes et qui ne sont pas toutes des admiratrices de Cheney, ont dit qu’ils n’ont pas vu tôt ou tard de signe du changement psychologique profond si souvent accordé à Cheney. Ce qu’ils ont vu, disent-ils, est une maîtrise de soi extraordinaire et un revirement d’attention soudain vers les mécanismes du pouvoir. Alors que les autres évaluaient les dégâts et les premiers secours, Cheney commença à planifier un conflit nécessitant autant d’avocats que de soldats et d’espions (...) Avec une petite coterie d’alliés, Cheney a fournit le muscle politique et rationnel pour mener des changements législatifs extensifs dans la Maison-Blanche, le Département de la Justice et le Pentagone. »


Le 11 septembre dans leur bunker, Cheney et Addington ont comploté pour étendre les pouvoirs présidentiels. Avant la fin de la journée, Addington a « joint ses forces au conseiller adjoint à la Maison Blanche, Timothy E. Flanigan, via une liaison vidéo sécurisée depuis la Situation Room. Flanigan a ensuite connecté John C. Yoo du centre de commande du 4e étage du Departement de la Justice. Le conseiller de la Maison Blanche Alberto R. Gonzales les a rejoint plus tard.
Le 25 septembre, Yoo a terminé son mémo justifiant les écoutes sans mandat. Ils l’ont gardé au secret des autres officiels qui s’y seraient vraisemblablement opposés, et notamment John B. Bellinger III, le conseiller juridique de la Maison Blanche pour la Sécurité Nationale.


Le 25 octobre, les hauts responsables républicains et démocrates des comités sur le Renseignement de la Chambre et du Sénat, ont été convoqués à la Maison Blanche pour être informé sur le programme d’écoutes sans mandat. Plutôt que de rencontrer le président, ils ont été reçus dans le bureau du vice-président par Cheney. Selon l’ancien sénateur Bob Graham, Bush lui a dit que c’est Cheney qui « a le portefeuille des activités de renseignement. »


Le 6 novembre, Yoo a écrit une note disant que Bush n’avait pas besoin de l’accord du Congrès ou des cours fédérales pour juger des détenus devant des commissions militaires. Quand le secrétaire à la Justice John Ashcroft s’est rendu à la maison Blanche pour s’y opposer, une fois encore, ce n’est pas le président qui l’a reçu, mais Cheney. Bush a signé l’ordre le 13 novembre.
Ensuite, Cheney a fait en sorte que les détenus ne soient pas couverts par les Conventions de Genève comme des prisonniers de guerre. Lorsque Bellinger a envoyé un avertissement juridique confidentiel à Condi Rice, s’opposant à cette mesure, son message a été divulgué à Cheney. Powell a demandé un rendez-vous avec Bush, mais quelques heures après qu’il ait fait sa demande, un mémo signé par Gonzales mais écrit par Addington a été envoyé à Bush pour obstruer la demande de Powell. C’est ainsi que Cheney et ses co-conspirateurs, dans la tradition du juriste en chef des nazis Carl Schmitt et de ses lois de mars 1933 ayant permis la dictature de Hitler, ont utilisé le 11 septembre comme les nazis l’avait fait avec l’incendie du Reichstag, pour tenter un coup d’état contre la constitution américaine.


Comme LaRouche l’a dit dans sa conférence Internet, « cela signifie que Cheney est dans une merde noire ! D’abord parce que l’une de ses fonctions était d’être un agent de contrôle des Etats-Unis pour le compte de Londres, sous la direction de sa femme ! Sa femme est en fait un agent impérial britannique. Lui aussi. Désormais son rôle n’a plus de valeur. Il a échoué à étouffer cette affaire. Toute l’histoire est connue. Cheney est dans une merde noire et ceux qui ne veulent pas destituer Cheney sont eux aussi dans une merde noir. »

Mercredi 27 Juin 2007
Solidarité et Progrès

Dans un discours décisif, Haniya dénonce "la faction traître" à l’intérieur du Fatah


Par Khaled Amayreh


"Ne vous bercez pas d’illusion, et ne courez pas après un mirage. L’Amérique et Israël ne vous donneront rien. Ne courez pas après le mirage, croyant que c’est de l’eau. Les Américains ne vous donneront rien, les Israéliens ne vous donneront rien. Nous ne récupérerons notre patrie usurpée que par la fermeté et la résistance."


Ismail Haniya, Premier Ministre du gouvernement palestinien élu démocratiquement, a déclaré qu’une faction traître à l’intérieur du Fatah, claire allusion au groupe de Mohammad Dahlan, avait tramé un complot et amassé des armes pour faire échec à l’Accord de La Mecque et renverser le gouvernement d’unité nationale.


Dans un discours d’ensemble qui a duré près de deux heures, Haniya a dit avoir prévenu le Président de l’Autorité Palestinienne (AP) Mahmoud Abbas qu’un coup d’Etat soutenu et armé par les USA était préparé par "une faction traîtresse".


Il a précisé que la réelle dichotomie n’était pas entre le Fatah et le Hamas, mais plutôt entre le peuple palestinien d’un côté, et l’occupation israélienne de la Palestine, l’oppression et la persécution continue du peuple palestinien de l’autre.


Ci-dessous quelques extraits de son discours :


"Je veux dire ceci aux fils et aux filles de notre grand peuple : nous ne laisserons pas les problèmes internes et les différences éclipser le problème central, qui est l’occupation sioniste de notre terre.


"Le régime israélien essaie maintenant de manipuler les derniers événements pour accomplir certains buts. Les israéliens versent de l’argent au régime Abbas et rendent les revenus des taxes de douane.

POIGNÉE DE MAIN ALARMANTE


Ils essaient de soudoyer le peuple palestinien pour qu’il se soumette. En même temps, ils resserrent le blocus de Gaza et organisent des conférences au sommet, et, par-dessus tout, ils continuent d’emprisonner notre peuple, comme Sheikh Saleh al Aruri, qui a déjà passé 15 ans dans les prisons israéliennes (Saleh Arura a été kidnappé par l’armée israélienne samedi dernier 23 juin, chez lui, près de Ramallah, ndt.).


"Il n’est pas besoin de dire que tout ce ceci n’est fait que pour permettre à Israël d’être l’ultime acteur des événements, le maître de la situation.


"Toutefois, je veux souligner que je ne suis pas contre la remise de l’argent gelé, c’est un droit naturel, et cela ne me gêne pas. Mais je souhaite que ce transfert d’argent ne soit pas l’objet d’un chantage politique et qu’il soit versé à tous les Palestiniens sans discrimination."


L’Amérique et Israël ne vous donneront rien


Haniya s’est adressé aux dirigeants arabes, y compris Mahmoud Abbas, Président de l’AP, qui vont se réunir avec le Premier Ministre israélien Ehud Olmert à Sharm al Sheikh aujourd’hui lundi.


"Ne vous bercez pas d’illusion, et ne courez pas après un mirage. L’Amérique et Israël ne vous donneront rien. Ne courez pas après le mirage, croyant que c’est de l’eau. Les Américains ne vous donneront rien, les Israéliens ne vous donneront rien. Nous ne récupèrerons notre patrie usurpée que par la fermeté et la résistance."


"Ils ont conspiré contre nous depuis le premier jour"


Haniya a fait un compte rendu détaillé de la conspiration américano-israélienne contre le gouvernement palestinien immédiatement après que l’Hamas ait gagné les élections législatives de janvier 2006.

COMPLICITÉ INQUIÉTANTE...


Il a cité plusieurs éléments du plan soutenu par les USA pour renverser le Hamas et faire échec aux résultats des élections, dont :


1. étranglement économique imposé par les USA, l’Europe et renforcé par Israël et quelques Etats arabes.


2. paralyser le Conseil Législatif Palestinien nouvellement élu en enlevant et emprisonnant 45 députés, dont 40 du Hamas. Les mesures israéliennes, a dit Haniya, ont coïncidé avec les efforts "de l’intérieur" pour paralyser le Conseil.


3. La rébellion interne s’est exprimée de plusieurs façons, en particulier en privant de pouvoir le gouvernement et en le dépouillant de ses principales prérogatives, en lui mettant "des bâtons dans les roues" et en générant l’anarchie, l’insécurité et les troubles. Ce fut une rébellion systématique et bien planifiée.


4. En fournissant à la faction traître du Fatah des armes et de l’argent par l’intermédiaire du Général Keith Dayton. Nous savons que ces armes ont été envoyées à Gaza, quelquefois ouvertement, quelquefois secrètement. Ces armes nous ont fait comprendre que quelque chose se tramait contre le peuple palestinien.


Haniya a révélé qu’un fonctionnaire proche affilié au Fatah lui avait laissé entendre que les Américains ne voulaient pas que le Hamas reste au pouvoir. "Ils voulaient nous virer, par tout moyen nécessaire."


"Nous avons résisté"


Haniya a déclaré que le gouvernement avait résisté parce que "nous ne sommes pas en charge d’un siège, ou d’une autorité, ou d’un conseil législatif. Nous sommes chargés de la cause palestinienne. C’est pourquoi nous avons résisté et que nous avons soutenu toutes les pressions, nous n’avons pas bougé, parce que nous sommes les serviteurs du peuple palestinien."
Haniya a dit qu’il y avait, à l’intérieur du Fatah, une faction qui voyait l’Accord de La Mecque comme un épisode passager, et non comme un agrément durable qui devait être respecté et appliqué.


"Les Américains et les Britanniques n’ont pas accepté l’Accord de La Mecque, et dès le tout début, ils ont cherché à le contrecarrer en armant et finançant la faction traître".
"Dès que nous sommes revenus de La Mecque, les problèmes ont réapparu. Les armes sont entrées dans Gaza, les incitations contre nous venaient de partout, et toutes sortes de provocations ont été faites contre nous. Des frictions ici et là, des rues bloquées et des checkpoints dans les rues. Alors nous avons demandé : est-ce que c’est sur ça que nous nous sommes mis d’accord à La Mecque ?"


"On sentait venir le point d’explosion."


"J’ai envoyé une lettre confidentielle au Président Abbas, lui détaillant ce qui était en train de se passer. Je l’ai informé que des choses très sérieuses étaient en train d’être préparées et que cela aurait des graves conséquences sur l’unité nationale palestinienne et sur les intérêts de notre peuple.


"Ensuite tout est devenu chaotique. Des grèves générales ont réapparu. Qui était derrière ces grèves ? Ceux qui voulaient renverser le gouvernement.


"Les grèves ont continué et aucun dialogue sur une réforme et une restructuration de l’OLP n’a pu avoir lieu. Dans les faits, l’Accord de La Mecque a été désactivé par les mains de la faction traître... et ensuite ils ont attaqué ma maison à la grenade anti-char."


Le Plan Dayton


Haniya a ensuite expliqué le plan Dayton, disant que 80 millions de dollars ont été alloués pour renverser d’abord le gouvernement dirigé par le Hamas, et ensuite le gouvernement d’unité nationale.


Il a déclaré que le plan Dayton avait pour but de ruiner nos efforts de réforme des services de sécurité.


"Lorsque nous avons essayé de réformer les services de sécurité, la situation nous a explosé à la figure. En bref, ils voulaient exclure et supprimer le Hamas, à n’importe quel prix, mais à celui d’une guerre civile sanglante."


"Le problème n’est pas avec le Fatah"


Haniya a répété que le problème n’était pas entre le Hamas et le Fatah.
"Le problème est avec une certaine faction au sein du Fatah, qui est arrivée à contrôler le Fatah et l’Autorité Palestinienne, une faction qui se sert de l’argent, des armes et du soutien américains pour intimider et détruire le gouvernement palestinien légitime pour servir les intérêts israéliens.


"Nous avons découvert de nombreuses preuves révélant l’ampleur des dégâts que ces gens auraient provoqué à la cause palestinienne et au peuple palestinien.
"Je suis sûr que lorsque nous montrerons ces documents, nombreux sont ceux qui seront choqués par l’audace de ces éléments."


Le Conseil Central de l’OLP


Haniya a critiqué les conseils central et national de l’Organisation de Libération de la Palestine, accusant la direction de l’Autorité Palestinienne de s’en servir pour entériner, sans discussion, une politique et des décisions qui vont au détriment des intérêts du peuple palestinien.
"Je ne comprends pas pourquoi ils invoquent le Conseil Central quand ils en ont besoin, et l’oublient quand cela les arrange.


"Le Conseil Central est-il sollicité seulement lorsque l’Autorité Palestinienne veut faire des concessions à Israël au dépens de notre peuple ?


"Pourquoi le Conseil n’intervient-il pas lorsque notre peuple assiégé souffre ?


"Pourquoi ne s’est-il pas réuni pour discuter de l’enlèvement par Israël de nos députés et ministres ?


"Pourquoi n’est-il pas intervenu lorsque Yasser Arafat a été assassiné ?


"Pourquoi n’est-il pas intervenu pour discuter de la tragédie de notre peuple dans le camp de réfugiés de Nahr al Bared ?


"Pourquoi n’est-il pas intervenu lorsque Sheikh Yasin et al-Rantissi ont été assassiné par Israël ?


"Pourquoi se réunit-il seulement pour révoquer la Charte Nationale Palestinienne et dissoudre le gouvernement légitime démocratiquement élu ?"


Haniya s’est moqué de ceux qui accusent le Hamas d’avoir fait un coup d’Etat contre la légitimité.


"Comment pouvons-vous nous faire un coup contre nous-mêmes ? Nous faisons partie de la légitimité palestinienne. Nous avons gagné la confiance de notre peuple par les urnes. Comment peut-on se retourner contre soi-même ?"


Haniya a souligné que le "gouvernement d’urgence" basé à Ramallah et dirigé par Salam Fayyad était illégal et abusif et que le gouvernement basé à Gaza était le gouvernement légitime. Il a dit la Législation Fondamentale Palestinienne ne prévoyait rien qui ressemble à un "gouvernement d’urgence."


Haniya a démenti les déclarations de désinformation d’Israël et du Fatah selon lesquelles le Hamas voulait établir un émirat islamique, ou un Etat de style taliban, à Gaza.


"Gaza est partie intégrante de la Palestine, et les Gazans sont une partie intégrante du peuple palestinien."


Il a accusé Abbas et ses factieux de prendre des décisions et d’émettre des ordres exécutoires qui consolideront la "séparation de Gaza".


Enfin, Haniya s’en est violemment pris à l’Autorité Palestinienne pour avoir permis "cette indécente rupture de la loi et de l’ordre en Cisjordanie."


Il faisait référence aux déchaînements sanglant et violents des gangsters du Fatah contre les militants du Hamas, leurs maisons et leurs commerces.



Source : Palestine Info Traduction : MR pour ISM
http://www.ism-france.org/news/article.php ?id=7009&type=analyse

Monday, June 25, 2007

Vague d'attentats en Europe : Sarkosy frappera-t-il avec des armes bacteriologiques sa 'propre' population ?


Vague d'attentats en Europe, Sarkosy met en place ses reseaux sionistes terroristes dans le sud de la France.


Banlieues, agents provocateurs, Sarkozy...



Qui se souvient des incendies de bus d’octobre 2006 ? Survenus dans un contexte étrangement calme, certains incendies ont laissé une impression “d’organisation” : les incendiaires étaient cagoulés et armés et s’évanouissaient aussitôt leur forfait commis. Inversement, d’autres incendies avaient une allure “amateur” et étaient commis par des jeunes gens qui voulaient imiter les premiers et qui, malheureusement, ont parfois failli tuer des passagers, comme à Marseille.



À l’époque, un communiqué du Parti Communiste Français (PCF) décrit certains incendies comme des actions « manifestement très organisées » (1), tandis que le site d’information alternatif bellaciao évoque une « opération de barbouzage » (2), autrement dit menée par les services secrets. Barbouzage : le mot est lâché. Or, Wayne Madsen, l’un des meilleurs journalistes d’investigation étasuniens (il fut sélectionné pour interroger la Commission d’enquête sur le 11 septembre), révèle sur son site Wayne Madsen Report (WMR) que certains incendies de bus dans les banlieues françaises étaient le fait d’agents provocateurs, financés par une caisse noire alimentée par des saisies dans les affaires de drogue, le tout... sous la houlette de Nicolas Sarkozy (3). À en croire Madsen, le reproche fait à Sarkozy par de nombreux cadres de la gauche d’avoir mis le feu aux banlieues pourrait bien se révéler être à prendre au pied de la lettre ! Madsen tient son information d’une source appartenant aux services secrets français et qui qualifie par ailleurs Nicolas Sarkozy de « petit Hitler français » - chacun appréciera la formule.


Une enquête allemande confirme en partie

En matière de services secrets, la prudence reste de mise : une manipulation est toujours envisageable et on a rarement de certitudes à chaud. Toutefois, un journaliste allemand, Udi Ulfkotte, confirme la présence des agents provocateurs dans les banlieues françaises et Madsen lui-même est fin connaisseur des services secrets et de politique internationale. Par ailleurs, observons le fait suivant : une manipulation ne fonctionne que si elle se propage dans l’opinion. C’est pourquoi les manipulateurs préfèrent s’adresser à la presse nationale plutôt qu’à un journaliste étranger sans relais médiatique national - fut-il bon. Un exemple ? La “petite” affaire Clearstream (l’affaire française) s’est essentiellement propagée grâce à la presse et notamment au journal Le Monde. Si elle s’est propagée si fortement, c’est parce qu’elle émanait d’un grand journal. L’information du Wayne Madsen Report établissant une connexion entre Nicolas Sarkozy et un réseau de barbouzes opérant dans les banlieues n’a pas suivi ce circuit et qui plus est, a été confirmée en partie par une deuxième enquête, celle d’Udi Ulfkotte. Par conséquent, l’évidence est de dire que nous n’avons pas ici la signature d’une manipulation - au contraire.

L’autre examen de l’information du Wayne Madsen Report consiste à se demander si elle s’inscrit logiquement dans ce que nous savons. Selon Madsen, c’est le cas puisque Sarkozy et la politique qu’il s’apprête à mener sont qualifiés de néo-conservateurs. Or, nous savons que la doctrine néo-conservatrice comporte notamment l’idée que la défense de la démocratie s’opère mieux en présence d’un ennemi extérieur et qu’en l’absence d’un tel ennemi, il convient de le fabriquer. La doctrine néo-conservatrice recycle la “stratégie de la tension”, technique bien connue de nos amis des services secrets, ici à peine enrobée pour séduire des gouvernants de plus en plus décomplexés. “Fabriquons la violence pour pousser la population à rechercher l’autorité et la sécurité en échange d’une diminution de leurs libertés”, telle pourrait être la devise des néo-conservateurs qui, outre-Atlantique, excellent en travaux pratiques.

Les émeutes urbaines nourrissent la peur, qui nourrit le vote Sarkozy : tout se tient

Malgré la cohérence de l’information apportée par le Wayne Madsen Report, gardons par prudence l’idée que cette information est vraie avec une chance sur deux. À quoi sert une telle information ? Eh bien, outre sa gravité potentielle, à nous rendre vigilants. Dans l’absolu, une dérive est toujours possible et c’est notre négligence qui la rend possible. Tous les citoyens, qu’ils aient voté ou non pour Nicolas Sarkozy, devraient garder cette information dans un coin de leur tête et se montrer particulièrement attentifs dans les mois et les années à venir. Chaque mois, chaque année qui passera sans débordements de violence « manifestement très organisé(s) » montrera non pas que l’information du Wayne Madsen Report est erronée mais que l’action des barbouzes a été limitée dans le temps. Inversement, si des émeutes se produisent, les citoyens devront s’attacher au moindre détail : le mode opératoire dénote-t-il une grande organisation ? La violence est-elle montée progressivement ou a-t-elle été précédée de “pics” ? (les pétards dans la poudrière...) A-t-on interpellé les fauteurs de trouble et sont-ils crédibles vis-à-vis des faits reprochés ? Le gouvernement présente-t-il à chaud un texte de loi dont la sophistication suggère qu’il était préparé ? Cette vigilance est le devoir sacré de tout citoyen, quel que soit le président de la République élu, et ce devoir ne se résume pas bien entendu aux seules violences urbaines. Tout pouvoir a besoin d’un contre-pouvoir.

Menaces à venir


Poursuivons notre réflexion et supposons vraie l’information du Wayne Madsen Report établissant une connivence entre Nicolas Sarkozy et les barbouzes qui incendiaient les bus en octobre, et tentons d’envisager comment Nicolas Sarkozy se servira demain de son “arme secrète”. Trois scénarios se dégagent : 1. Il ne s’en sert plus (ça y est, il a le pouvoir, il est content). 2. Il continue à s’en servir (pour asseoir son pouvoir). 3. Il passe à l’échelle supérieure : il encourage le plus violent des groupes infiltrés à commettre un attentat majeur sur le territoire français.

Un premier indice en faveur du scénario 3 nous est fourni par les menaces brandies récemment par Al-Qaïda à l’encontre de la France, menaces parvenues par le même canal que les revendications des attentats de Madrid et Londres, deux opérations aux forts relents barbouzards. Le recours à ce canal nous met donc la puce à l’oreille. Dans le même temps, n’exagérons rien car les menaces sans suite sont légion.


Un deuxième indice en faveur du scénario 3 nous est suggéré par le Wayne Madsen Report, lequel rapporte que Nicolas Sarkozy, sitôt élu, a entamé une purge des services secrets français, qualifiée par Madsen de « purge stalinienne » (4) - et notez bien : alors que nous sortons d’un gouvernement de droite. D’après Madsen, les services secrets - notez toujours, ceux laissés par Jacques Chirac, pas par la gauche - sont jugés trop pro-arabes et trop proches de la gauche. Cette purge pourrait annoncer un tournant dans la politique internationale de la France et déboucher sur une politique plus à droite, plus Atlantiste et plus pro-israélienne que ne l’était celle de Jacques Chirac, qui en la matière fut fidèle aux traditions française et gaullienne. Comment le président nouvellement élu fera-t-il accepter ce tournant par les français, alors que la politique internationale a été l’une des grandes absentes de la campagne ? Nicolas Sarkozy passera-t-il outre l’avis des français, comme le fit Tony Blair en Grande-Bretagne en défiant un cortège d’un million de manifestants anti-guerre ? Ou, et l’on revient à la nécessité de services secrets “décomplexés”, exploitera-t-il un “événement” intérieur capable de refaçonner l’opinion ?

S’agissant de politique intérieure, il n’aura échappé à personne que Nicolas Sarkozy veut aller vite en réformes. Dans un pays que l’on dit ingouvernable, une diversion, comme un attentat majeur par exemple, tomberait à pic : le temps que l’on se remette de nos émotions et hop, on découvre que les grandes réformes sont passées !


Le scénario 2 comporte une variante astucieuse : les réformes promises pourraient provoquer à la rentrée 2007 un important mouvement social. Les jeunes issus des banlieues défavorisées, particulièrement attaqués tant par le candidat Sarkozy que par le ministre de l’Intérieur Sarkozy, et qui ont voté massivement pour Ségolène Royal, pourraient s’y joindre. Dans un tel cas, la mission confiée aux barbouzes consistant à créer des désordres dans les manifestations afin de rendre le mouvement impopulaire sera odieusement facilitée : il sera facile d’imputer les débordements à ces jeunes, dont l’image est déjà abîmée dans l’opinion.

Enfin, scénario 1 : Sarkozy choisit de compter sur sa seule force politique et sur ses talents de communiquant et entend gagner à la loyale. Compte tenu de l’ego du personnage, ce n’est pas impossible.


Combinaison explosive

Aucun des trois scénarios n’a ma “préférence” et nul ne sait à quoi ressemblera le quinquennat Sarkozy. Mais la présence d’agents provocateurs dans les banlieues en octobre dernier, le soupçon d’une connivence entre ces agents et le nouveau président, la purge des services secrets entamée au lendemain de sa victoire, les besoins d’un calendrier politique à la fois ambitieux et risqué, l’allégeance de Nicolas Sarkozy aux néo-conservateurs étasuniens et à Israël (5) et ses élans de camaraderie envers Tony Blair, qui a fabriqué les faux permettant de déclencher la guerre préventive étasunienne en Irak, forment une combinaison explosive qui éveille ma méfiance à un degré inimaginable sous Jacques Chirac.


Saturday, June 23, 2007

Le fatah est sous controle israelien : Dahlan, Abbas


Hamas dévoile des documents dangereux sur l'immoralité de certains leaders sécuritaires


Gaza – Centre Palestinien de l'Information:


Le mouvement du Hamas a dévoilé des documents secrets très dangereux au sujet de certaines vérités et pratiques des services de la sécurité en confirmant qui prouvent l’implication de certains chefs des services de la sécurité ainsi que le courant agent au mouvement du Fatah dans plusieurs affaires honteuses, financières, morales, des rapports directs avec l’occupation israélienne ainsi que la formation des équipes de la mort pour créer l’anarchie sécuritaire.



Dr. Khalil Al-Haya, l’un des leader du mouvement Hamas a dit, hier soir vendredi 22/6, lors d’une conférence de presse que le mouvement du Hamas dévoile ces documents après les accusations du président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et sa fermeture à toute occasion de dialogue en déclarant que le mouvement va dévoiler les raisons qui l’ont poussées de nettoyer la bande de Gaza des services de la sécurité préventive qui est accusé de jouer le rôle d’agent en faveur de l’occupation israélienne.


Dr. Khalil Al-Haya a montré un document écrit par la main de Mohammed Dahlan qui a conduit les groupes rebelles, lors d’une réunion d’Abbas avec le premier ministre israélien, Ehud Olmert, où il ont donné aux groupes de Dahlan en Cisjordanie plus de 2500 fusils et deux millions de balles pour faire face au mouvement islamique.


Le leader du Hamas a déclaré que le peuple palestinien a été victime d’une étape de complots à travers la provocation internationale et locale contre le Hamas, le gouvernement palestinien, les manifestations armées des éléments des services de la sécurité et la démolition des sièges du gouvernement et du conseil législatif palestinien à Ramallah.


Dr. Khalil Al-Haya a souligné que les parties qui travaillent pour l’intérêt de l’occupation ont commencé à exécuter un coup d’état par force contre le gouvernement après avoir échoué à frapper le mouvement du Hamas et le gouvernement élu démocratiquement.


Al-Haya a dévoilé que le mouvement du Hamas possède des documents dangereux qui affirment l’implication des services de la sécurité préventive à beaucoup d’opérations d’écoute contre l’ancien président de l’autorité palestinienne, Yasser Arafat, et contre l’actuel président, Mahmoud Abbas ainsi que d’autres personnalités pour pratiquer des chantages en montrant que les services de la sécurité préventive ont fait tomber plusieurs anciens ministres et responsables palestiniens dans le vice.


Il a ajouté que les services de la sécurité préventive et des renseignements généraux possèdent des informations sur des payas arabes et musulmans qui ont aidé à imposer des sièges contre certains pays arabes.


Il a montré également que les services de la sécurité ont pratiqué le commerce de drogue et d’argents falsifiés.


Dans le même contexte, Al-Haya a annoncé que le mouvement du Hamas a confisqué dans les sièges des services de la sécurité des rapports qui comportent des informations sur les leaders du mouvement du Hamas et des brigades d’Al-Qassam qui ont été présentées aux services de l’occupation israélienne avant de cibler assassiner plusieurs d’entre eux dont le dernier raid était le massacre sauvage contre la maison de sa famille ou plusieurs membres de sa famille sont tombés entre martyrs et blessés.


Il a exposé également des plans de certaines parties appartenant au Fatah pour former des groupes de surveillance et d’espionnage contre toute les actions et activités du Hamas ainsi que ses leaders, éléments et sites ainsi que d’autres factions palestiniennes.


Il a dit : « les services de renseignements israéliens ont dit que le mouvement du Hamas a mis la main sur un trésor de renseignements dans la bande de Gaza, en soulignant que le Hamas possède des milliers de documents qui impliquent les services de renseignements d’opérations d’écoute contre les citoyens et autres et que ce qui a été dit par les israéliens au sujets des renseignements aux mains du Hamas ne représente qu’1% de ce que possède le mouvement.
Le leader a dévoilé aussi qu’un officier des services de la sécurité de la présidence a avoué dans un enregistrement que les services de la sécurité du président Abbas ont reçu des ordres d’ouvrir le feu pour assassiner le premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh au passage de Rafah, tout en soulignant que le mouvement va garder ces documents et vérités dans le but de les présenter à la commission arabe pour l’enquête sur les événements à Gaza.


Al-Haya a montré des dossiers qui condamnent les services de renseignements et de la sécurité préventive qui ont installé des appareils d’écoute dans la maison de l’ancien président de l’autorité palestinienne, Yasser Arafat et de l’actuel président Mahmoud Abbas.


Al-Haya a confirmé lors de la conférence l’implication des chefs de services de la sécurité dans l’enregistrement de certaines informations qui menacent la sécurité nationale arabe et des informations autour des pays arabes, islamique, de certains lieux, de personnalités religieuses et politiques qui entrent dans le département des relations internationales tout en soulignant qu’il a dévoilé ces informations car elles constituent un danger au niveau stratégique et international.


Au sujet du prétendu complot d’assassinat du président Abbas par les brigades d’Al-Qassam, il a dit que le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal a affirmé au président Abbas que les brigades d’Al-Qassam n’ont jamais réfléchi à de telles actions.


D’un autre côté, al-Haya a souligné que le mouvement du Hamas n’a pas l’intention de créer un état islamique dans la bande de Gaza comme le prétend Abbas, mais il affirme l’union de tous les territoires palestiniens occupés en 1967.


Au sujet de la position du Hamas envers les décisions du conseil central de l’OLP qui a accusé le Hamas d’avoir effectué un coup d’état contre l’autorité palestinienne, il a déclaré que le mouvement du Hamas a pris sa légitimité à travers les urnes et qu’il n’attend pas la permission du conseil central de l’OLP.


Enfin, Dr. Khalil Al-Haya a appelé tous les hommes libres dans les territoires palestiniens à s’unir pour reconstruire la bande de Gaza.


Friday, June 22, 2007

La Resistance Islamique de Palestine confirme avoir saisi des documents ultra-secrets a Gaza


NDLR: Selon des sources bien informees, les documents prouvent qu'il y a plus qu'une collaboration entre yisrael et des pays comme l'Egypte, la Jordanie, le Maroc, L'Arabie Saoudite, le Koweit, le Liban, la Lybie, la Syrie. Les dirigeants de ces pays sont directement responsables du genocide des Palestiniens. Des documments explosifs sont en cours de publication... Ils ont permis de demontre que la CIA prevoit de tuer Abbas et d'accuser le Hamas, comme nous vous l'avons decrit la semaine passee. Depuis 1968, le Fatah est sous controle israelien ! L'Arabie Saoudite fournit du petrole gratuitement a yisrael depuis 1967 !!!



Une montagne de renseignements tombe aux mains de la Résistance Palestinienne


Gaza – Al-Nassira – Centre Palestinien de l'Information


Le financement était sans limite, les facilitations douteuses étaient sionistes, les noms et les couleurs de parties impliquées étaient variés ; mais cet appareil sécuritaire est tombé aux mains de la résistance palestinienne, pourtant il avait été mis en place contre elle.


Il s'agit des appareils sécuritaires pour lesquels l'administration américaine et l'Entité sioniste, en coopération avec d'autres partis, avaient beaucoup investi afin qu'ils soient une guillotine visant la résistance palestinienne et un fardeau compromettant toute chance au projet de la libération palestinienne de réussir.


Des bureaux aux services de l'ennemi


En fait, sur plusieurs années, des bureaux ont de plus en plus été protégés et renforcés. Heureusement, du jour au lendemain, ils sont tombés aux mains de la résistance. Au fond, les brigades du martyr Ezzidin Al-Qassam, branche militaire du mouvement de la résistance islamique Hamas, a mené sa rapide campagne contre ces sièges autant pour corriger les situations incorrectes et intenables que pour cerner leurs membres qui devenaient de simples pions servant les agendas américains et sionistes.


La tombée de ces tours a beaucoup de significations quant au projet américain sur la scène palestinienne. L'affaire est plus importante qu'une simple mainmise de la résistance sur des armes, des munitions, des blindés… Tout est bon pour une guerre civile comme celles que l’on voit partout dans le monde notamment en Amérique du Sud.


Une perte considérable


La perte américano-sioniste ne s'arrête pas aux niveaux de systèmes de renseignements et de communications. Elle s'étend vers une mer d'informations et de documents de très haut degré d'importance.


Actuellement, des bureaux de renseignements sionistes s'occupent à étudier les effets de cette mainmise ; pour eux, c'est une catastrophe réelle, la plus grave depuis la deuxième guerre mondiale, après la chute du nazisme, après la chute de l'Union Soviétique dans les années quatre-vingt-dix, selon le site sioniste de Dabka.


Les plaques d'immatriculation sionistes trouvées dans ces sièges et exposées par les brigades d'Al-Qassam indiquent clairement combien ces appareils n'étaient palestiniens que par leurs noms ; ils ne servaient aucunement l'intérêt palestinien.


Les documents compromettent des personnes qui travaillaient avec l'ennemi sioniste, pour ses intérêts. Les informations sont d'autant importantes que l'aviation israélienne voulait bombarder lesdits bureaux après leur tombée aux mains de la résistance palestinienne, les brigades du martyr Ezzidin Al-Qassam, branche militaire du mouvement de la résistance islamique Hamas, en particulier. Tout compte fait, les Israéliens ont changé d'avis pour ne pas compromettre encore plus leurs bras, leurs traîtres.


Investir les documents


Dans la mesure où les brigades d'Al-Qassam sont des brigades très bien organisées qui possèdent déjà un système efficace de sécurité, que l'opération de la capture du soldat israélien Gilad l'a bien confirmé, la mainmise sur ces informations et documents prendront encore plus d'importance. En effet, elles peuvent efficacement investir ces documents.


Finalement, les brigades ont inscrit un point important dans sa guerre avec l'occupation israélienne et surtout avec ces bras qui sont maintenant très courts après le développement important de la bande de Gaza.


La Resistance Islamiquw

Thursday, June 21, 2007

La Resistance Islamique humilie yisrael

Des infos secrètes concernant Israël tombent aux mains du Hamas





par Yeni Safak (journal turc)
[Le Hamas s'est emparé de la bande de Gaza. Il s'avère que d'importants documents ultrasecrets, saisis dans le bâtiment des services de renseignement du Fatah, révèlent des relations occultes entre Israël et cette organisation.]

A la suite de la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas, la semaine dernière, nous sommes en train de vivre des développements très intéressants. Un site internet proche des services de renseignement égyptiens a révélé que, ces derniers jours, un trafic téléphonique sans précédent a été relevé entre Israël et l’Egypte. Ce site affirme également qu’au cours des discussions en cours depuis deux jours entre ces deux pays, Israël a exigé des responsables des services de sécurité égyptiens qu’ils lui remettent des milliers de documents secrets dont le Hamas s’est emparé, à Gaza. On apprend que le Hamas, en s’emparant du Centre des Renseignements du Fatah, à Gaza, est tombé sur un gigantesque archivage de données de renseignement. Les sources du renseignement israélien ayant donné cette information aux services homologues égyptiens a fait savoir qu’au cas où le Hamas révélerait et diffuserait ces informations, cela représenterait la « plus grande catastrophe du siècle ».

Toutes ces infos vont-elles se retrouver aux mains des Iraniens ?

Le site en question a affirmé que, d’après les sources du renseignement israélien, on n’avait pas vécu des événements d’une telle gravité depuis la chute du régime nazi, à la fin de la Seconde guerre mondiale, ou encore depuis la fin du régime communiste d’Allemagne de l’Est, dans les années 1990. Il fait savoir que les informations saisies [par le Hamas] dans le centre du renseignement palestinien [de Gaza], créé par les Etats-Unis et l’Angleterre, se comptent par millions. Il a été affirmé qu’Israël à demandé au régime égyptien de l’aider à s’emparer immédiatement de ces informations, de peur qu’elles ne tombent aux mains de l’Iran, du Hizbullah et de la Syrie.

Que contiennent lesdites informations ?

Ces documents comportent notamment, a-t-il été indiqué, des informations concernant des opérations conjointes entre services israéliens et étrangers du renseignement, les noms de Palestiniens ayant servi d’intermédiaires avec Israël, les noms de kollabos palestiniens ainsi que des informations relatives aux transferts d’armes et d’argent sale [entre Israël et l’Autorité palestinienne, ndt]

Article original en turc.

Traduit du turc par Marcel Charbonnier.
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=SAF20070620&articleId=6036
http://www.alterinfo.net/

Attentats d'Alger : L'ambassadeur d'Yisrael en France Nicolas Sarkosy en premiere ligne avec l'Alliance Base (CIA+DGSE=mossad)


La CIA à des centres CTICs dirigés conjointement avec les services secrets de plus d'une vingtaine de pays hôtes dont la France



Dans le cadre de sa lutte "contre le terrorisme" la CIA a installé dans plus d'une vingtaine de pays des centres d'opération conjoints où des agents de la CIA ainsi que des officiers des renseignements des pays hôtes travaillent en étroite collaboration. Ces centres de services secrets conjoints sont financés principalement par la CIA et utilisent des méthodes d'espionnage hyper sophistiqués, notamment des systèmes de communication directement liées aux bases de données centrales de la CIA, et donnant aussi accès à des informations classées top secret, que la CIA ne partageait autrefois qu'avec ces plus proches alliés.

Ces centres appelés CTICs ( Counter Intelligence Centers) qui fonctionnent donc sous direction conjointe, prennent des décisions quotidiennes sur comment et quand arrêter des suspects, et s'ils doivent être "convoyés" vers d'autres pays pour y être interrogés et détenus.

Depuis le 11 septembre, la plupart des arrestations et assassinats de présumés terroristes d'al Qaeda (environ 3000) ont été menés avec l'étroite collaboration de ces CTICs. L'agence de renseignements américaine n'a plus besoin de recruter toute une armada d'agents secrets, de diplomates, de faux journalistes, d'attachés militaires, pour s'emparer des secrets des autres pays. La CIA, sous la direction de Georges J. Tenet, a réorganisé ces centres de "contre terrorisme" à l'étranger en demandant la collaboration des services de renseignements des pays hôtes.

Ainsi, en 2003, alors que le gouvernement français prenait position contre la guerre en Irak, dans les coulisses, les services secrets français et la CIA créaient une de ces agences CTICs à Paris. Ces CTICs de la CIA sont installés en Europe, en Asie, au Moyen Orient. Le centre de Paris, quant à lui, seul centre multinational de ce type, nom de code "Alliance Base", comprend des représentants de la Grande Bretagne, de la France, de l'Allemagne, du Canada et de l'Australie et bien sûr des Etats-Unis. Des opérations à l'étranger ont été ordonnées à partir de ce centre ce qui risque de mettre en danger la population française si certains "présumés terroristes" et leurs réseaux visés décident de se venger.

La gestion de ces centres est néanmoins complètement séparée des "goulags" ou "trous noirs" américains ou en "sous traitance" à l'étranger, centres de détention et de torture où sont envoyés des "présumés terroristes" et dont il a été amplement question tout récemment dans les médias, tous illégaux au regard des législations des pays, du droit européen et du droit international. Ce qui ne veut pas dire que ces CTICs ne soient pas au courant de ce qui s'y passe, puisque certains d'entre eux décident vers quelle destinations "convoyer" les suspects arrêtés.

Dans un interview à la BBC du 17 décembre 2005 (Sir David Frost pour the BBC World TV channel retransmis le 18) Colin Powell, l'ancien Secretaire d'Etat américain a fustigé les gouvernements européens pour s'être "offusqués" de ces "extraditions illégales" et l'utilisation de bases européennes pour les " taxis aériens pour la torture". D'apres lui, ces gouvernements sont au courant puisque cela fait déjà plusieurs années que de telles pratiques de collaboration ont cours. " Ce qui est appelé rendition n'est pas nouveau ou inconnu pour mes amis européens" a - t-il déclaré. Raison de plus, pour que les citoyens demandent des comptes aux amis européens de Mr Powell.

Ces CTICs sont présentés comme une extension de la coopération internationale en matière de "contre terrorisme", mais sont-ils légaux ? N'y a-t-il pas là violation de la souveraineté nationale ? Les élus en ont-ils connaissance, ou bien ceci se fait-il dans l'opacité la plus totale

Ces centres ont été crées sur le modèle des centre de lutte anti drogues de la CIA en Amérique Latine et en Asie. Dans les années 80, l'agence américaine avait persuadé les gouvernements en place dans cette région de la laisser payer des individus pour mener la lutte contre les narco trafiquants. Ces agents agissaient de façon tout à fait indépendante des institutions des pays hôtes, avec les débordements que l'on connaît (massacres d'opposants aux régimes en place, de militants des droits de l'homme et de populations civiles).

Les officiers des pays hôtes employés dans ces CTICs sont directement recrutés par la CIA qui leur fait passer des tests de son cru, sont sous direction des chefs de bureaux des services secrets américains et travaillent aussi sous la tutelle d'officiers du centre de contre terrorisme de Langley USA envoyés en mission spéciale dans ces centres. Ceci afin que les équipes soient vraiment sous la coupe du "Big Boss".

Les premiers CTICs ont été crées dans les années 90, pour surveiller et capturer des militants islamistes voyageant d'Arabie Saoudite, du Yémen, d'Egypte, et de Tchétchenie pour aller combattre en Bosnie et dans d'autres parties de l'ancienne Yougoslavie.

Apres les attaques du 11 septembre, G. Tenet, l'ex directeur de la CIA, a proposé un plan d'attaque de l'Afghanistan à G.W. Bush pour détruire les principales bases d'al Qaeda, ainsi qu'une "Matrice Mondiale" pour attaquer des supposés terroristes dans 80 pays, avec en priorité les pays où les responsables d'al Qaeda pourraient trouver refuge lors de cette attaque (Yémen, Arabie Saoudite, Pakistan, Indonésie).

Le 17 septembre 2001 Bush a signé un document présidentiel secret autorisant la CIA à mener de vastes opérations secrètes d'assassinats, mais aussi de transferts de vastes sommes d'argent à des services secrets étrangers coopérant avec cette agence. L'agence a aussi envoyé plusieurs de ces officiers de ces divisions " anti drogues" en Europe, Asie, Afrique et au Moyen Orient, mais aussi des petites unités para militaires de sa "Division Activités Spéciales", et a recruté également auprès des forces spéciales de l'armée américaine pour renforcer les équipes ainsi envoyées. Ceci a été jugé insuffisant, et la CIA s'est alors adressée aux services de renseignements des pays "hôtes" pour demander leur coopération, ce que certains n'étaient pas toujours enclin à faire.

Pour convaincre certains, notamment des pays ou les services de renseignements manquent de tout, la CIA a utilisé les moyens habituels. Apres le 11 septembre les budgets alloués à l'agence ont été multipliés par 2,5 ce qui lui a permis d'offrir à "ses amis" des équipements pour voir la nuit, des armes automatiques, des talkies walkies et autres gadgets high tech pour espionner. La CIA a envoyé des instructeurs pour former sur place à la surveillance, l'analyse de données récupérées, et l'initiation à des méthodes employées par les "forces spéciales d'intervention" pour le sauvetage, la protection rapprochée des dirigeants politiques, et la prise d' assaut dans le cadre d'opérations de "contre terrorisme". Les services secrets de certains pays ont envoyé des officiers dans le centre de formation de la CIA pour des semaines d'entraînement en "contre terrorisme" et analyse de données.

L'Agence de Sécurité Nationale américaine qui dirige analyse et distribue les conversations téléphoniques interceptées est devenue la partenaire privilégiée de ces CTICs et a établi une directive pour les relations étrangères qui fixe les règles du partage de l'information avec 40 pays.

Pour persuader les présidents des pays étrangers ainsi que leurs services de renseignements de gérer ces CTICs conjointement, il a parfois fallu l'intervention de G.W Bush du vice président Dick Cheney et du Secrétaire d'Etat en poste. Mais c'est G. Tenet en son temps qui a mené les pourparlers notamment dans les pays arabes où on lui faisait confiance pour avoir mener certaines négociations entre israéliens et palestiniens et avoir entraîner les forces de sécurité palestiniennes. En relation directe avec les directeurs des services secrets étrangers, il a utilisé ces liens pour s'assurer de leur coopération. Son successeur, J. Goss est moins "amical", mais suit le même plan. Les CTICs se sont incrustés dans les pays "hôtes".

Il est grand temps que les citoyens français soient informés de la présence de cet "hôte indésirable" qui parasite, et est une atteinte à la souveraineté nationale de l'état.

Il est temps de demander des comptes aux élus sur cette agence conjointe "Alliance Base" notamment pour les risques qu'elle fait courir à la population française car qui dit CIA dit éventuellement actes de vengeance des amis de ceux que cette agence sans scrupule aura attaqués et massacrés.


Note
Le Patriot Act, ensemble de lois liberticides pour les citoyens américains a été renouvelé. Sachez que vos conversations téléphoniques et emails en direction des USA peuvent être interceptés. Ceci vaut aussi sur le territoire français avec la nouvelle loi anti terroriste liberticide votée récemment par le parlement croupion français.

Source : un article du Washington Post du 18 novembre 2005 publié sur le site de MSNBC et pour lequel le Washington post a interviewé de nombreux diplomates et anciens officiers des services secrets.

Enfin la fin d'yisrael


Mensonges accumulés et décrets non-respectés !


En un temps où les mensonges accumulés deviennent le critère, et les décrets non-respectés le mode de vie, un arrêt s'impose pour passer en revue les traits composants la situation actuelle en Palestine, à l'occasion du 40e anniversaire de la guerre des six jours, juin 1967.


Avant d'aborder l'attitude des colonisateurs sionistes, à la lumière des fouilles archéologiques récentes, signalons d'abord le rôle des deux principaux pivots sur lesquels et grâce auxquels ces sionistes ont pu s'emparer d'une terre à laquelle ils n'ont aucun droit de tous les point de vues !


Ces principaux pivots sont : la politique américaine et la politique vaticane. Je ne traiterait point ici le troisième principal pivot, à savoir : l'attitude des responsables arabes et musulmans, qui, n'étaient-ce leur concessions répétées, quel que soit le motif imposé par les politiciens occidentaux, et par là, leur traîtrise, il n'aurait jamais été possible à cette catastrophe inhumaine d'avoir lieu, ni à ce génocide d'être réalisé.


Puisse les nouvelles découvertes dues aux fouilles archéologiques menées en Palestine et au Sinaï, lors de son occupation, qui changent catégoriquement la donne des événements, aider ceux qui auront le courage de reconsidérer la situation, dans son ensemble, à la lumière de ces nouvelles données... Il n'est pas lieu d'aborder, ici, tous les mensonges sur lesquels s'élève la politique américaine, ni tous les décrets non-respectés, le long de sa courte existence sur terre, mais il suffit de signaler que tout son édifice et toute sa civilisation reposent sur une suite de génocides, de déracinement des habitants, de boucheries, de ruines, de colonisations, de manipulations médiatiques ainsi que de promesses jamais respectées... C'est la même politique qui se perpétue jusqu'à nos jours, à ne citer que les tout derniers : le massacre de Srebrenica, et l'occupation insolente de l'Afghanistan et de l'Iraq.


Occupation basée sur ce fameux mensonge du 9/11/2001, fomenté par leur propre main, pour se doter d'une légitimité internationale, afin de combattre l'Islam et les musulmans classés sous l'étiquette "axe du mal" ! Il suffit de passer en revue tous les ouvrages qui ont paru depuis, surtout à l'occasion du cinquième anniversaire de ce coup de théâtre… De même, il n'est pas lieu d'étaler ici tous les mensonges sur lesquels s'élève l'institution vaticane, et tout ce qu'elle a commis de massacres, de génocides, de bûchers le long d'une vingtaine de siècles, pour imposer une religion basée sur des mensonges et des textes manipulés … Il suffit de citer la fameuse réhabilitation des Juifs du meurtre déicide, au Concile Vatican II, en 1965, malgré une centaine d'accusations claires et nettes, qui se trouvent encore dans les quatre évangiles. Cette fausse réhabilitation a permis la reconnaissance d'un Etat bâtard, et l'imposition de cette reconnaissance à tous les pays qui refusaient d'admettre cette flagrante occupation.


L'usurpation de la terre de Palestine, basée sur l'idée d' "une terre sans peuple pour un peuple sans terre", n'aurait jamais pu voir le jour. C'est ce que les colonisateurs sionistes sont en train de parachever, grâce à ce génocide qui se mène, au vu et au su de tout le monde, ou plutôt grâce au mutisme de tout le monde, habitué depuis quelques temps à laisser faire laisser passer, selon les poids et les mesures ! Ce n'est pas sans raison d'ailleurs que Libération du 15 mai qualifia le pape Benoît XVI de "menteurs professionnel", vu le nombre d'injustices perpétués par l'établissement qu'il préside, et le tas de mensonges qu'il couvre ou qu'il perpétue ! Il ne parait donc pas étrange que cet Etat bâtard dépasse, en arrogance, les deux bastions qui aidèrent à sa formation.


Cependant, les fouilles archéologiques récentes, menées surtout le long de ces dernières décades, changent catégoriquement la réalité de la situation. Le 23/5/07 l'AFP signale que des soldats et des colons israéliens ont commis des "homicides illégaux" en toute impunité dans les territoires palestiniens, d'après Amnesty International, dans son rapport pour 2006 publié mercredi.


"Les barrages installés par l'armée et les restrictions croissantes imposées par Israël à la liberté des Palestiniens, ainsi que la confiscation par Israël des droits de douane collectés au nom de l'autorité palestinienne, ont provoqué une détérioration importante des conditions de vie des Palestiniens des territoires occupés (…) la pauvreté, la dépendance à l'égard de l'aide alimentaire, les problèmes de santé et de chômage ont atteint un niveau critique". A la suite de cet accablant rapport, suit un commentaire proposant : " le retour dans les frontières de 1967, que le peuple élu ne doit pas à son impuissant dieu, mais à l'ONU " ! Ce qui veut dire : le prétendu prétexte disant que leur dieu leur accorda cette Terre est un leurre, un mensonge que tout le monde connaît, car en fait, ceux qui leur accordèrent vraiment cette terre usurpée c'est l'ONU, grâce à des mensonges accumulés !


Et lorsque cette organisation n'est pas arrivée à imposer son décret de la reconnaissance des colonisateurs de la terre de Palestine à tous les pays, la politique américaine eut recours à son grand partenaire : le Vatican, qui ne tarda pas à créer cette infamie de réhabilitation du meurtre déicide, nonobstant toutes les malédictions proférées chaque messe du dimanche dans toutes les églises du monde ! Quant à ce qui ressort de tous les travaux de recherches, des livres ou des articles spécialisés, basés sur les fouilles archéologiques, il suffit de signaler un de ces principaux ouvrages :"La Bible dévoilée" (2002), d'Israël Finkelstein, directeur de l'Institut d'archéologie de l'Université de Tel-Aviv, et Neil Silberman, directeur historique à l' "Ename Center for Archeology" de Belgique, qui co-signèrent la plus tonique et la plus audacieuse des synthèses sur la Bible et l'archéologie depuis cinquante ans.


Ils puisèrent leurs arguments dans les découvertes les plus récentes, et aboutirent à une vision tout à fait différente sur l'histoire du peuple Juif. Une des premières rectifications, que plusieurs savants partagent dorénavant, c'est la mise en cause de la véracité de la Bible, qu'il n'est plus possible de considérer comme un livre d'histoire, mais un livre de propagande écrit pour des raisons politiques et théologiques post eventum, des récits de mémoire édifiés sur les ruines d'anciennes traditions. La datation d'objets trouvés lors des fouilles montre inexorablement la non véracité de la Bible.


Celle-ci n'est, en fait, qu'une reconstruction littéraire et politique en vue d'une implantation déterminée : "Ce sont des récits qui ont été cousus ensemble à partir des souvenirs, des débris d'anciennes coutumes, de légendes sur la naissance des différents peuples de la région et des préoccupations suscitées par les conflits contemporains", assurent les auteurs pour lesquels la Bible correspond à l'émergence du royaume de Juda (au Sud), comme puissance régional au VIIe siècle av. J.- C. Le royaume d'Israël (au Nord), passe sous la coupe de l'Assyrie voisine qui va amorcer son déclin.


Ce qui mène à dire : " les deux parties n'ont jamais été unifiées et la grandeur antique d'Israël est une invention politique. " ! C'est avec certitude que les auteurs ajoutent : " Il est aujourd'hui évident qu'un grand nombre d'évènements de l'histoire biblique ne se sont pas déroulés ni au lieu indiqué ni de la manière dont ils sont rapportées. Bien plus, certains épisodes les plus célèbres de la Bible n'ont tout simplement jamais eu lieu" ! Des conclusions qui bouleversent, certes, les anciennes visions de la Bible, et c'est ce qui permet de décrire la civilisation de l'Occident chrétien qu'elle s'élève sur des mensonges politiques et théologiques accumulés. La question la plus importante qu'avancent les deux auteurs est la suivante : "Cela est susceptible d'ouvrir des horizons nouveaux, car les Juifs ne sont plus en droit de prétendre que la Palestine leur appartient parce que conquise avec l'appui de Jéhovah.


Certes, leurs ancêtres vivaient sur ces terres il y a plus de 3000 ans, mais ils les partageaient avec les Cananéens, ancêtres des palestiniens. De toute façon, les Juifs ont perdu tout droit à l'exclusivité du fait de leur absence pendant 20 siècles." ! C'est la même idée qu'avait déjà présenté le père Jean Landouzie dans sa thèse de maîtrise, présentée à l'Institut théologique de Paris, publiée en 1978, ayant pour titre : "Le don de la Terre de Palestine". Thèse dans laquelle il prouve, textes en main, que les juifs n'ont aucun droit à cette terre. C'est la même idée qu'il avance dans son intervention au colloque "Les Chrétiens du monde arabes", tenu à Paris en 1987 : "la position sioniste est donc de justifier l'existence de l'Etat d'Israël actuel par le fait que dans la Bible, la Terre de Palestine a été donnée par Dieu à Israël.


Mais là où se pose le problème, c'est lorsqu'on veut entraîner le chrétien à faire la même affirmation au nom de la Bible". Et d'ajouter un peu plus loin : " D'autre part, la réalisation de la promesse est conditionnelle. Il s'agit de vivre dans la fidélité à l'Alliance conclue entre Dieu et son peuple. La Terre sera retirée si le peuple est infidèle". Eh bien, nul n'ignore, d'après la Bible, qu'ils ont trahit l'Alliance, retournèrent à l'adoration du Veau, au polythéisme et tuèrent les prophètes. Puis le père Landouzie ajoute : "La Terre de Palestine ne peut plus appartenir à un groupe d'homme au nom d'un décret divin quelconque, excluant une partie de sa population. La justice ne peut s'appliquer à un peuple au détriment d'un autre, au nom de principes religieux." Ce qui permet d'ajouter que les probes de parmi les ecclésiastiques se sentent gênés entre des textes clairs et nets, et l'enlisement de l'Eglise dans les mensonges politiques. Dans un compte-rendu sur "La Bible dévoilée", J.-P. Chavaz écrit : "Jusqu'aux années 70, l'archéologie en Terre sainte avait une idée fixe, mettre en évidence les preuves de la justesse des récits bibliques. Toutes ces recherches se sont soldées par des échecs … les auteurs bibliques n'avaient-ils pas truffé leur récit de repères historiques, en l'occurrence de référence au Pharaon ou à tel évènement ? Mal leur en prit, car les nouvelles révélations de l'archéologie ont réduit à néant toutes les certitudes concernant le déroulement de l'histoire d'Israël …


Il semble ainsi que nombre de théologiens catholiques et protestants ont cessé depuis longtemps de considérer l'Ancien Testament comme un livre d'histoire ... Les auteurs du Deutéronome ne devaient certainement pas être inspirés par le Tout-puissant ou alors ce dernier avait de sérieux trous de mémoire" ! Le N° 391 de la revue "La Recherche", novembre 2005, comprend une rubrique de 29 pages, des articles écrits par des archéologues ayant participé à ces fouilles en Palestine et au Sinaï, et prouvent les mêmes révélations disant que l'Ancien Testament a été écrit pour un but de propagande politique et théologique... c'est un amalgame de récits et de documents écrits avec préméditation, bien après les évènements dont certains n'ont jamais eut lieu ! Autrement dit, les Juifs n'ont pas le droit de s'approprier la terre de la Palestine.


Pierre de Miroschedji, archéologue, directeur du Centre de recherche français à Jérusalem, assure que les découvertes ont contredit les textes bibliques : " Ainsi, ce que la Bible présente comme une période de conquête de la Terre promise par les israélites apparaît aujourd'hui, à la lumière des découvertes archéologiques, comme une période de bouleversement politiques, économiques et sociaux … Pour les périodes récentes, on est dans le domaine d'une histoire complètement réécrite dans une perspective idéologique...


Il existe des preuves formelles, telle la stèle de Merenptah (-1210) qui contredit la Bible en indiquant que le peuple d'Israël a été détruit. Les archéologues ont prouvé que la conquête de la Terre promise par les Hébreux est une légende… Ces découvertes donnent une interprétation nouvelle aux textes bibliques qui font apparaître la conquête de la Terre promise comme l'écho lointain d'un phénomène historique de grande ampleur, qui a affecté l'ensemble du bassin oriental de la Méditerranée, et à force de réécriture au fil des siècles, à des fins politiques et religieuses, devient une sorte de saga hébraïque, un récit épique et légendaire". La revue "Historia", février 2005, renferme 42 pages ayant pour titre : " La Bible à l'épreuve de l'Histoire ".


Quarante-deux pages de la lecture desquelles on sort avec les mêmes certitudes disant que la Bible a été écrite par une multitude de personnes, à des époques variées, qu'elle regroupe, remanie, reconstruit les faits qu'elle relate. Dans un article intitulé : "La Terre promise était acquise", l'historien Richard Lebeau révèle que le "Livre de Josué, qui raconte la naissance du peuple d'Israël et la conquête de Canaan est une véritable saga digne d'Hollywood !... Les historiens considèrent ces textes comme une légende tout simplement. Car durant cette période, Canaan était sous la tutelle des Egyptiens, qui avaient déjà affronté les Hittites. Leur courage est raconté partout sur les monuments. Comment peut-on donc dire que les Hébreux, après s'être enfouis d'Egypte, émigrèrent justement dans une contrée soumise aux égyptiens ?! Les fouilles archéologiques contredisent les récits du Livre de Josué.


Un autre article, du même auteur, cite un exemple de ces falsifications bibliques avec le récit de la prise de Jéricho. D'après les fouilles, Jéricho n'était qu'un modeste petit village, sans fortifications, contrairement à ce que raconte la Bible, disant que Josué s'est servi de trompettes en cornes de béliers, dont le son est parvenu à faire écrouler les remparts de la cité. Ce qui n'a jamais eut lieu car il n'y avait point de remparts !


Ces quelques citations ne représentent point tout ce qui a été écrit durant les dernières décades, assurant que les Juifs n'ont aucun droit sur cette terre de tous les points de vues, fussent-ils théologiques, juridiques, historiques ou archéologiques. Il n'est pas lieu de citer, ici, tous les ouvrages qui assurent ce non droit, qui les accusent de colonisation ou même d'arrogance ! Ce qui nous importe, ici, c'est de faire parvenir ces irréfutables nouvelles preuves à tous les honnêtes hommes de la terre, à tous ceux qui pourront prendre part à l'arrêt d'un génocide en cours, à l'arrêt d'une usurpation illégitime d'une terre qui revient en toutes lettres aux Palestiniens, à l'arrêt de la judaïsation de Jérusalem et de toute la Palestine.


C'est surtout sous les yeux de ceux qui mènent l'injuste politique américaine et ses institutions, et sous les yeux de cet Occident chrétien et sa direction vaticane, qui fut une des causes directes de cette catastrophe, que nous plaçons ces nouvelles données. C'est pourquoi il est révoltant de voir le pape Benoît XVI s'exprimer, lors de la cérémonie de présentation des vœux du corps diplomatique, le 8 janvier 2007, dire : " Les Israéliens ont le droit de vivre en paix dans leur Etat ; les Palestiniens ont droit à une partie libre et souveraine ".


C'est une honte de voir le plus haut représentant religieux bafouer la vérité avec une telle aisance, lui qui est censé bien connaître les Textes ! Ce que les sionistes ont fait et continue à faire ne peut être justifié sous n'importe quel prétexte. L'embargo économique et politique imposé par les Etats-Unis et l'Union Européenne, depuis plus d'un an, parce que les Palestiniens on légitimement choisi les membres du Hamas comme représentants, vise a leur tordre le cou, à les contraindre à la misère et à les placer sous l'inhumaine merci des occupants. Avancer le fait que les Juifs ont souffert à la Shoah et qu'ils ont le droit à une terre, n'est nullement une raison équitable ou honnête pour déraciner les Palestiniens et les extirper de leur terre pour se débarrasser d'un mea-culpa qui pèse sur la conscience européenne et dont les palestiniens ne sont point responsables… Continuer à maintenir ce glacial et implacable mutisme ne porte atteinte qu'à ceux qui s'y complaisent dans cette machiavélique nonchalance !



Zeinab Abdelaziz

Professeur de civilisation française

11 juin 2007


Le genocide de la bande de Gaza premedite et organise par yisrael


Appel a la nation Musulmane : L'embarguo total decrete contre Gaza est un acte de genocide, tous les Musulmans doivent participer a la liberation de la Palestine, Gaza n'est qu'une etape, si le blocus n'est pas leve, les 2 millions de Gazaouis seront extermines... Les pays diriges par les sefarades sionistes, jordanie, egypte, arabie, liban subiront de plein fouet leur politique pro-israelienne


Israël se prépare à attaquer Gaza pour décimer le Hamas


Le journal britannique The Sunday Times a rapporté que le nouveau Ministre israélien de la Défense et chef du Parti Travailliste, Ehud Barak, prépare une attaque de Gaza dans les semaines prochaines pour décimer la direction du Hamas, qui en a pris récemment le contrôle.

Par Maan News Le projet exposé par le nouveau Ministre de la Défense appelle à une guerre courte à impact élevé, dans laquelle 20.000 troupes israéliennes seront déployées pour détruire le plus gros de la capacité militaire du Hamas en quelques jours. Barak dit que la décision d'invasion a été déclenchée par le lancement des roquettes Qassam sur les villes israéliennes bordant la Bande de Gaza, ainsi que la menace d'attaques suicides en Israël. Barak doit prêter serment comme Ministre de la Défense lundi, mais même avant que sa nomination soit officielle il a planifié le déploiement de deux divisions blindées et d'une division d'infanterie, d'après The Sunday Times, qui seront accompagnées par des drones et des F-16.


Les enquêtes des services secrets israéliens ont révélé que les forces israéliennes peuvent s'attendre à affronter 12.000 combattants du Hamas, équipés d'armes obtenues pendant les clashes avec le Fatah, au cours desquels le Fatah a été défait. Des officiels israéliens ont rapporté que les militaires israéliens peuvent s'attendre à une résistance encore plus féroce que celle qu'ils ont rencontrée dans la guerre au Liban l'été dernier, au cours de laquelle les forces israéliennes ont perdu devant le Hezbollah. La deuxième guerre au Liban est maintenant considérée par de nombreux commentateurs en Israël et à l'étranger comme une grave mésaventure pour Israël. The Sunday Times a cité une source proche de Barak qui a déclaré qu'Israël ne pouvait pas tolérer un "Hamastan" agressif à ses frontières et qu'une attaque était donc inévitable. "La question n'est pas si, mais comment et quand", a-t-il dit.


Source : Maan News Traduction : MR pour ISM


Manoeuvres israéliennes pour isoler Gaza et le Hamas


L'administration israélienne et un certain nombre de compagnies israéliennes qui fournissent de la nourriture et des services à la Bande de Gaza ont commencé à prendre des mesures pour isoler la région côtière et le mouvement Hamas, qui contrôle actuellement la zone. A travers Israël et sur la frontière avec Gaza, les forces et les compagnies israéliennes ont entamé la première de toute une série de démarches visant à isoler le Hamas et la Bande de Gaza. Le vice-ministre israélien de la Défense, Ephrain Sneh, a annoncé hier à la population que des unités de l'armée avaient repris des positions abandonnées auparavant au nord de la région. Réoccupant les sites des anciennes colonies juives du secteur, Sneh a déclaré que la présence militaire était "de nature défensive plus qu'offensive".


En dépit des assurances de Sneh, le Ministre de la Défense nouvellement nommé, Ehud Barak, a parlé, dans une interview au journal britannique "The Sunday Times", de son empressement à lancé une invasion limitée, mais à haut impact, de la Bande de Gaza, vraisemblablement dans quelques semaines. Binyamin Ben-Eliezer, Ministre israélien des Infrastructures, a lui appelé dimanche à une séparation complète de la Bande de Gaza par rapport à la Cisjordanie. "Nous devrions tout simplement augmenter l'isolement de Gaza. Je veux qu'on arrête tout jusqu'à ce que nous comprenions ce qui se passe là-bas." Au moins une compagnie israélienne a pris au sérieux l'appel Ben-Eliezer et a stoppé ses fournitures à la région. Dor Alon, une des compagnies pétrolières les plus importantes en Israël, a annoncé dimanche qu'ils réduisaient la quantité de pétrole qu'ils exportaient à la Bande de Gaza.


"Nous continuons à approvisionner en pétrole les centrales électriques de Gaza, mais pas les petites stations services", a déclaré un porte-parole de la compagnie. Résultant des restrictions, des sources impliquées dans le commerce avec la région ont indiqué que les réserves de certaines denrées à Gaza ne dureraient pas plus de deux semaines. Les restrictions habituelles restant en place, la situation ne peut que s'aggraver. Parlant au Haaretz, un homme d'affaire anonyme du secteur a déclaré "qu'il y a déjà une pénurie de médicaments et de certains aliments, et le problème principal est l'augmentation continue des prix pour la nourriture de base." Aux plus hauts échelons du gouvernement israélien, la politique d'isolement de la Bande de Gaza semble gagner de la popularité. Parlant après une réunion avec Ban Ki-Moon, secrétaire général des Nations Unies, le Premier Ministre israélien Ehud Olmert a indiqué que les Palestiniens vivant en Cisjordanie pouvaient espérer un avenir beaucoup plus brillant sous le gouvernement du gouvernement d'intérim actuel.


"Un gouvernement qui n'est pas un gouvernement Hamas est un partenaire. Nous avons une nouvelle chance depuis quelques jours que nous n'avions pas eu depuis bien longtemps." Olmert et le Président Bush, qui doivent se rencontrer mardi, vont discuter d'une série de mesures qui renforceront la position d'Abbas et isoleront un peu plus le mouvement Hamas. Parmi ces "démarches", il pourrait y avoir le déblocage de tout ou partie des revenus des taxes de douane, actuellement gelés par Israël. Des sources israéliennes haut placés ont rapporté qu'alors qu'Israël n'envahira pas la Bande de Gaza si le Hamas cesse de tirer des roquettes Qassam depuis ses positions, jamais Israël ne prendra la responsabilité des 1,5 million de Palestiniens qui y vivent.


La vision immédiate pour la région n'est pas brillante. En plus d'isoler la Bande en restreignant l'importation des biens, l'administration israélienne a également interdit l'exportation des produits venant de la zone. Des estimations prudentes placent la valeur de ces exportations à 4 millions de shekels par jour. En dépit de ces restrictions, la fourniture en eau et en électricité a été autorisée à continuer. La Bande de Gaza est presque entièrement dépendante, pour sa survie, de d'eau et de l'électricité israéliennes. La majorité de l'approvisionnement en électricité de la Bande vient de 11 lignes construites par la Israel Electric Corporation. Alors que Gaza pourrait, en théorie, produire plus d'électricité pour elle-même, sa capacité à le faire a été sérieusement compromise lorsque les forces aériennes israéliennes ont bombardé l'unique centrale de la région. En ce qui concerne l'eau, la compagnie israélienne Mekorot vend approximativement 5 millions de m3 à la Bande chaque année.


Source : IMEMC Traduction : MR pour ISM