Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Thursday, August 30, 2007

Pourquoi et comment les sionistes veulent faire croire que Bush a commis le 11 Septembre 2001


How israelis divert attention from the real facts that happened before 9/11 :


9-11: Controlling the Message :


The mainstream media can no longer avoid the red-hot 9-11 issues, such as evidence of pre-planted explosives in the World Trade Center.


But rather than presenting all of the facts, the message is being carefully controlled to suppress the evidence of Israeli involvement in the attacks and media complicity in the cover-up.


William Rodriguez, the last person to escape from the North Tower just seconds before it collapsed, is a key 9-11 organizer working on behalf of the victims and their families. His efforts to find the truth about the terror attacks were instrumental in pressuring the reluctant Bush administration to establish the 9-11 Commission.


Rodriguez, a janitor who helped rescue many people from the burning tower, stayed in the building from the time it was hit until immediately before it was demolished. His observations of what happened in the tower make him an important witness about the events at the World Trade Center. However, when Rodriguez testified before the 9-11 Commission not one word of his testimony was included in its final report.


Having known Rodriguez for a year and having spent many hours with him, this reporter has learned a great deal about the 9-11 attack from his personal observations, most of which he does not speak about publicly. On a recent trip to Venezuela, Rodriguez told American Free Press that he has been advised not to talk about critical evidence that he has personal knowledge of.
"I can't talk about the Israeli involvement because it would offend the Jewish families," Rodriguez said, referring to the relatives of Jewish victims. Yet, Rodriguez has important information about the involvement of Israeli intelligence agents in the attacks.


For example, he has personal knowledge that Israeli Mossad agents, posing as employees of a moving company in New Jersey, met regularly with some of the Arab terror suspects at a video store a block from his home in Jersey City during the year prior to the attacks.


In the afternoon of 9-11, when five Israeli "movers" were arrested in New Jersey after having been observed videotaping and celebrating the attacks on the twin towers, the police sergeant was told not to mention the fact that the men were Israelis, Rodriguez told AFP. Arab clothing had been found in their vehicle, he said.


After investigating the five Israelis, the FBI concluded that they had been "conducting a Mossad surveillance mission and that their employer, Urban Moving Systems of Weehawken, N.J., served as a front," wrote Marc Perelman of The Forward, a leading New York-based Jewish newspaper, in March 2002, citing an un-named "former high-ranking American intelligence official." www.forward.com/articles/4146


The five Israeli agents: Sivan and Paul Kurzberg, Oded Ellner, Omer Marmari, and Yaron Shmuel were arrested eight hours after the attacks by the Bergen County police while driving in an Urban Moving Systems van. The police acted on an FBI alert after the men had been seen celebrating and videotaping the events from the roof of their warehouse and van.


Suspicions were compounded when box cutters, multiple passports, and $4,000 in cash were found in the van, which tested positive for explosives. The Israelis had taken pictures of themselves smiling with the smoldering wreckage of the World Trade Center in the background. In the weeks and months following 9-11, numerous cells of other Mossad "moving" agents were arrested across the nation.


In December 2001, Fox News reported that U.S. authorities had detained 60 such "movers" and had arrested or expelled some 120 other Israeli agents, identified as "art students," which were part of an extensive Israeli spy ring attempting to penetrate federal buildings and military facilities.


In March 2002, the French newspaper Le Monde reported that the Israeli art students had probably been monitoring "Al Qaeda operatives." www.forward.com/articles/4150
Le Monde added that the Israeli spies appear to have been "trailing Al Qaeda members in the United States without informing Washington." More than one-third of the Israelis under investigation lived in Florida, which was the home base for at least 10 of the 19 "hijackers" in the September 11 attacks, Le Monde noted.


These facts, Le Monde wrote, support "the thesis according to which Israel did not share with the U.S. all the elements it had about the planning of the September 11 attacks."
The French and the Fox News reports were dismissed by Israel and its supporters and received limited coverage in the American media, Perelman noted. American Free Press is the only U.S. newspaper which has reported extensively on these stories.


The Israelis were held for two-and-a-half months and deported at the end of November 2001, for "visa violations," although the FBI's counterintelligence investigation had concluded that at least two of them were, in fact, Mossad operatives, according to the former American official, who told The Forward that he had been regularly briefed on the investigation by two separate law enforcement officials.


"The assessment was that Urban Moving Systems was a front for the Mossad and operatives employed by it," he said. "The conclusion of the FBI was that they were spying on local Arabs but that they could leave because they did not know anything about 9/11."


What all of the teams of Israeli "movers" had in common was that their vans had tested positive for explosives when the tests had been conducted by the local police authorities. When the Israelis' vehicles were turned over to the FBI, however, the FBI changed the reports to say that there was no evidence that the vehicles had carried explosives.


Rodriguez, who was on the first basement level of the North Tower at 8:45 a.m. on 9-11, has often spoken publicly about feeling and hearing a "huge explosion" coming from the lower basement levels moments before the first plane struck the WTC. He recently told AFP that he cannot talk about "explosions," but only about what he heard.


The first victim that Rodriguez helped, however, was a man who had been severely burned and injured by what he clearly told Rodriguez were "explosions" in the basement.


In return for his co-operation in suppressing evidence of Israeli involvement in 9-11 and the explosions, Rodriguez has apparently been given vague promises of financial stability – and even political office – particularly in the event that Hillary Clinton wins the presidency in 2008. "I will be set for life if Hillary wins," he told AFP, which suggests that the powers behind Clinton are directly involved in the cover-up.


On the other hand, countless federal employees, who could provide essential testimony about the attacks, have been gagged by secret letters demanding their silence about what they know, did, saw or heard on 9-11.


Into the heavily-censored media environment, numerous independent researchers have brought forth a great deal of evidence disproving the official version and showing that Israeli intelligence agents and their U.S.-based supporters are prime suspects in the crimes of 9-11. In order to draw attention away from this growing truth movement, the controlled media has begun promoting a select group of authors and their books, videos, and websites.


What this select group has in common is that their works minimize or completely ignore the evidence of Israeli involvement and point to a variety of other suspects being behind 9-11, such as senior officials in the Bush administration, the Neo-Cons, the Vatican, unnamed Luciferians, or the ever popular "Germanic Death Cult."


Webster G. Tarpley, author of 9-11 Synthetic Terror: Made in USA, is one of the authors being promoted by the controlled media. As his title suggests, Tarpley's thesis revolves around the Bush administration being behind 9-11 and completely ignores the evidence of Israeli involvement.


Likewise, without presenting a single piece of evidence, Tarpley wrote an article claiming that the recent anti-Muslim cartoon scandal instigated by a Danish newspaper had been a "NATO intelligence provocation." The "entire affair has been cynically orchestrated by NATO intelligence agencies to set the stage for a new world war," Tarpley wrote.


Rather than embrace the facts and evidence, Hollywood has produced several propaganda television shows and one movie, United 93, to support the seriously flawed official version. Meanwhile, a product of the so-called alternative media, a video about 9-11 called Loose Change, is now being promoted by the mainstream media. As with the others in the media's select group, the producers of Loose Change keep Israeli involvement out of the picture and place the blame for 9-11 squarely on senior officials in the Bush administration.


"We don't want to point fingers at Israel for a number of different reasons," the producers of Loose Change said in a recent interview on Air America:




Questioned later by Eric Hufschmid, author of Painful Questions; An Analysis of the September 11th Attack, about their views on who was responsible for 9-11, the producers said that the Israeli role was simply one of trying to warn the U.S. about a potential terror attack. While they are well aware of the evidence of Israeli involvement, the producers of Loose Change say it is more important to prosecute members of the Bush administration and worry about other issues later. www.EricHufschmid.net/Avery-Rowe-Bermas-Hufschmid-phonecall.html


A third edition of Loose Change is being prepared for release in movie theaters nationwide this fall, according to the video's producers.


Deborah S. Simon received special thanks in the video's credits for providing footage and other help in producing Loose Change. Simon told AFP that she even handed out copies of the video in front of the White House. Who is Deborah Simon, and why is she helping produce and promote Loose Change?


Deborah Simon (nee Cox) is married into the billionaire Simon family of Indianapolis. The family owns the Simon Property Group, Inc., which boasts as being the largest U.S. real estate company. The Simon family owns, develops, and manages more than 280 shopping malls in the United States and 50 similar properties in Europe and Japan.


The Simon family, strong supporters of Zionist causes, the Clintons, and the Democratic Party, also own the Indiana Pacers basketball team. The campus of the Jewish Federation of Greater Indianapolis is named after Max and Mae Simon, the parents of Melvin, Fred, and Herb.


Melvin Simon, the Brooklyn-born founder of the company, also owned a Hollywood production company and produced more than 20 films. Simon is remembered for such films as Porky's, Love at First Bite, and Zorro, the Gay Blade.


As of January 2005, Porky's is still the highest-grossing movie from Canada. www.imdb.com/title/tt0084522/trivia


More notably, Simon has had business partnerships with both Larry Silverstein and the Australian-Israeli billionaire Frank Lowy, the leaseholders of the destroyed World Trade Center. In the late 1980s, Silverstein and Simon developed a mall in Manhattan together, and after 9-11, Simon teamed up with Lowy's Westfield America in an attempt to take over the prestigious retail properties belonging to Taubman Centers, Inc. of Detroit. Silverstein and Simon both sit on the advisory board of the Steven L. Newman Real Estate Institute of Baruch College in downtown Manhattan.


In addition to supporting the Clintons, the Simon family has provided generous financial support to a number of Indiana senators, governors, and congressmen. Lee H. Hamilton, for example, the retired congressman who came out of retirement to serve as vice chairman of the 9-11 Commission, received a great deal of money from the Simons during his political career.


During his 34-year career in Congress, Hamilton served as chairman of several key committees, such as the Committee on International Relations, the Joint Economic Committee, the Permanent Select Committee on Intelligence, and the Select Committee to Investigate Covert Arms Transactions with Iran. Although he has retired from Congress, Hamilton remains a member of the Department of Homeland Security Advisory Council and the President's Foreign Intelligence Advisory Board.


As director of the Woodrow Wilson Center in Washington, Hamilton still receives generous financial support from the Simon family.


Birch Bayh, the former senator from Indiana, has been on the board of directors of the Simon Property Group since 1993 when his son, Evan, was governor of the state. The younger Bayh is now a U.S. Senator.


Diane Meyer Simon was director and administrator of the elder Bayh's senate office with whom she worked from 1968 to 1981. When Bayh was defeated in 1980, Diane Meyer married the billionaire Herbert Simon in 1981.

'Nous les sionistes, nous controlons la France, et les francais iront mourrir pour Yisrael en Iran'




« Une goutte de pétrole vaut une goutte de sang» disait Clemenceau…
Bernard Kouchner à Bagdad


3 questions à Gilles Munier (*)

(« 7 Jours » - Rennes - 25 août 2007)



Bernard Kouchner vient d’effectuer un voyage officiel à Bagdad. Est-ce un tournant de la politique arabe de la France ?


Apparemment oui. Avec Bernard Kouchner aux Affaires étrangères, il fallait s’y attendre. Une nouvelle politique arabe est en marche. C’est une politique pro américaine.


Alors qu’on parle de désengagement britannique d’Irak, que l’opinion américaine réclame le retour des GI’s, comment expliquer cette main française tendue au gouvernement irakien?
Les Etats-Unis cherchent un pays occidental qui prenne leur relais en Irak, sous couvert d’une mission de paix de l’ONU par exemple. Ils veulent quitter Bagdad sans être humiliés. Mais, il est trop tard, il y a eu trop de massacres. Les Etats-Unis veulent aussi que la France soutienne la création d’un Etat kurde. Pour cela, Bernard Kouchner, ami des chefs féodaux kurdes depuis plus de 30 ans, est « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut ».


Quels intérêts la France peut-elle tirer de ce changement de politique ?


A long terme : aucun, et comme le court terme est miné, je ne vois pas ce que la France irait faire dans cette galère. En revanche, je vois bien à quoi tout le monde pense: au pétrole ! Début août, la compagnie américaine Chevron a accepté que Total prospecte avec elle le champ pétrolifère de Majnoun, attribué à Elf du temps de Saddam Hussein, dont les réserves sont estimées à 12 milliards de barils. La création d’un « Grand Kurdistan », englobant notamment la région de Kirkouk et le Djebel Sindjar, ferait du nouvel Etat une puissance pétrolière de première grandeur, amie de l’Occident et d’Israël.


Georges Clemenceau disait après la 1ère guerre mondiale : « Désormais, une goutte de pétrole a la valeur d'une goutte de sang ». C’est toujours d’actualité. A l’époque, Kirkouk et le Sindjar faisaient partie du wilayet de Mossoul. On s’y battait déjà pour du pétrole. Ce mois-ci, la guerre du pétrole a fait dans ces deux régions près de 650 morts et des centaines de blessés, en quatre attentats non revendiqués.


Qui pourrait être assez fou pour impliquer militairement la France dans le chaos irakien ?


Si le régime change à nouveau à Bagdad, tous les contrats signés depuis l’invasion de 2003 seront annulés. On ferait mieux de relancer l’idée de Michel Barnier, quand il était ministre des AE, d’organiser une conférence internationale pour la paix en Irak, à laquelle participerait officiellement la résistance irakienne. Et pourquoi pas la tenir à Paris ?


(*) Gilles Munier est Secrétaire-général des Amitiés franco-irakiennes depuis 1986 et auteur du « Guide de l’Irak » paru chez Jean Picollec Ed. – gilmun@club-internet.fr

Djamel Schifouna alias Sifaoui, l'imposteur de la Direction Sioniste du Terrorisme (DST)




D’après la légende, Mohamed Sifaoui est un opposant algérien qui a fuit son pays à la fin des années 1990. Mais, quelques mois seulement après avoir débarqué en France, « l’opposant » est bizarrement devenu l’ami de certains haut-gradés algériens, au point de venir soutenir le très sympathique général Khaled Nezzar lors d’un procès qui s’est tenu à Paris en 2002.
Transformé en pourfendeur de « l’islamisme », le dynamique Mohamed est devenu le fournisseur officiel de barbus aux chaînes de télévision françaises qui louent ses services comme on loue ceux d’un traiteur pour une soirée d’anniversaire. C’est ainsi que, dès 2003, son inséparable caméra cachée lui a permis de démasquer, pour France 2 et M6, une prétendue « cellule d’Al Qaida à Paris ». Une étrange affaire qui s’est soldée par « la fuite » du principal protagoniste du « reportage » – un soi-disant militant algérien du GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) – en… Algérie, pays où le « jihadiste » coule, d’après nos informations, des jours assez tranquilles. Il se passe des choses étranges en Algérie.


Mais l’Algérie est un trop petit pays pour satisfaire les appétits de Mohamed Sifaoui qui, auréolé de ce premier succès télévisuel, s’est rapidement lancé « sur les traces de Ben Laden » au Pakistan, pour M6, manquant le chef d’Al Qaida d’un poil de barbe (2003), avant de traquer Abou Moussab Al Zarkaoui en Jordanie, pour la même chaîne, sans plus de succès (2005). Ces derniers temps, c’est principalement pour l’émission du service public Envoyé Spécial que le journaliste en rangers fait chauffer sa caméra cachée, avec des « enquêtes » au bazooka contre les mosquées de banlieues (2004), contre Tariq Ramadan (2004), contre les « émeutiers » de banlieues (2005), contre les « islamistes » danois (2006), etc. Chefs d’œuvre de manipulation, comme cela a été prouvé dans une édition d’Arrêt sur images sur France 5 en 2006, les reportages de Mohamed Sifaoui font exploser l’Audimat, et ont l’odeur âcre de la terre brûlée.
Ceux qui veulent comprendre ce qui s’est tramé lors de la trop fameuse « affaire des caricatures de Mahomet » [1] qui a défrayé la chronique en février dernier perdront leur temps à lire le nouveau livre de Mohamed Sifaoui, sobrement intitulé L’affaire des caricatures. On n’y apprend rien sur cette affaire qu’on ait déjà lu dans les journaux. Les lecteurs qui, par contre, aiment qu’on leur fasse peur – et qu’on les prenne au passage pour des imbéciles – y trouveront sans doute leur compte (18 euros).
Car l’affaire des caricatures danoises n’est pour Sifaoui qu’un prétexte pour seriner, une fois de plus, ses théories farfelues sur le danger qui menace la planète : l’islamisation du monde. C’est en tout cas ce que l’on comprend quand le grand journaliste nous explique que l’affaire des caricatures n’est que la partie immergée d’une offensive généralisée contre « le monde occidental ». Bientôt, prévient-il à demi mot, les athées ne pourront plus blasphémer, les chrétiens seront privés de porc et le prêt à intérêt sera banni des banques occidentales (p 164-165). Mince !


Ceux qui mènent cette offensive sont, bien sûr, très méchants. La preuve : ce sont des « islamistes », décrète Mohamed Sifaoui qui utilise ce concept creux à 225 reprises (sur 178 pages en gros caractères)… sans jamais l’expliquer autrement que par analogie avec « le totalitarisme », « le fascisme » et « le nazisme ». Un amalgame d’une confondante banalité qui évite d’avoir à trop réfléchir (George Bush, qu’on sait être un fin intellectuel, l’utilise régulièrement pour justifier sa « guerre contre le terrorisme ») et qui permet à Sifaoui de cracher impunément sur tous ceux dont la tête ne lui revient pas. Les imams danois qui contestèrent la publication des caricatures ? Nazis ! Les manifestants qui protestèrent contre les dessins dans de nombreux pays ? Les Frères musulmans ? Tariq Ramadan ? Nazis ! Nazis ! Nazis !…


Par ce subtil jeu d’écriture qui transforme à peu près n’importe qui en représentant du mal absolu [2], Sifaoui peut filer la métaphore ad nauseum. Il radote, c’est la tarte à la crème, sur « l’esprit munichois ». Il parle du « fascisme vert [prêt à] défiler sur les Champs-Élysées » (p 19). Et il rappelle aux « esprit libres » d’aujourd’hui l’« exode d’Européens dans les années 1930, quand d’autres esprits libres ont été contraints de quitter l’Allemagne » (p 172)… Il y a évidemment, dans cette guerre contre « l’islamo-fascisme », des « collabo » et des « résistants ». Sachant qu’« être opposé à la publication des caricatures » vous place mécaniquement « du côté des islamistes » (p 116), on distingue facilement les deux camps.


Et on comprend aisément pourquoi les « munichois » sont si nombreux : tous les journaux qui estimèrent inutiles de jeter de l’huile sur le feu, tous les gouvernements occidentaux qui cherchèrent à calmer le psychodrame et même les services de sécurité européens qui, nous explique Sifaoui, brossèrent les « islamistes » dans le sens du poil (la police, c’est bien connu, adore les barbus)… Face à ce collaborationnisme généralisé, les « résistants » ne peuvent qu’être des héros dont le bon Mohamed, c’est la moindre des choses, salue les noms : Daniel Leconte, Bernard-Henri Lévy, Taslima Nassreen, Salman Rushdie, Caroline Fourest, Ayan Hirsi Ali, Philippe Val, Antoine Sfeir [3] … Autant de personnalités anonymes et méprisés des grands médias auxquels il faut ajouter Guilaine Chenu et Françoise Joly, responsables de l’émission Envoyé Spécial (France 2), qui eurent le courage de diffuser, le 23 mars 2006, une « enquête » sur les caricatures réalisée par… Mohamed Sifaoui.


Car la pénible démonstration de Mohamed Sifaoui n’est en réalité qu’un pathétique plaidoyer en faveur de Mohamed Sifaoui himself. Vivement critiqué au Danemark après la diffusion du « reportage » d’Envoyé Spécial par une chaîne locale – au point qu’il a dû « cacher [ses] rushes en lieu sûr » pour éviter la saisie de la police danoise… (p 149), notre Jean Moulin des temps modernes se dépeint en véritable martyr de la cause « anti-islamiste ». Une posture qu’il affectionne particulièrement, et qui lui servira sans doute d’argument marketing pour continuer à vendre à bon prix ses reportages et ses théories à l’emporte-pièce aux mastodontes de l’audiovisuel hexagonal. Et comme le XXIe siècle « sera celui de la connerie », prophétise Sifaoui, qui est aussi poète (p 20), on ne peut que lui prédire une bonne fortune.


Tuesday, August 28, 2007

L'ÉNIGME DU 9/11 - Qui remplacera Alberto Gonzales - et pourquoi ?




par Christopher Bollyn,



Alberto Gonzales, actuel Attorney General (conseiller juridique), est décrit comme « en conflit » et pourrait être forcé de démissionner sous le feu des accusations des procureurs.
Cela ressemble à un plan bien orchestré pour le remplacer. Qui remplacera Gonzales ?
Les informations sur le 9/11 et le Sionisme se répandent autour du monde.



Le plan Sioniste est peut être de remplacer certaines de leurs marionnettes par des Sionistes convaincus, pour avoir un plus grand contrôle sur nous, et peut diriger la colère vers Bush et David Rockefeller.



Avec des confessions terroriste venant de Guantanamo de personnes comme Khalid Sheik Mohamed, prétendant être le cerveau du 9/11, comment le prochain Attorney General réagira-t-il?



“Je l’avoue. J’étais l’un des cinq Israéliens. Je ne faisait que prétendre être Israélien pour vous trompez et que vous blâmiez les Juifs.”



Comment le Département de la Justice peut-il permettre au « cerveau » du 9/11 d'éviter d’avoir à passer en cour aux États-Unis pour le meurtre de 3.000 personnes le jour du 9/11?
Qui sera le premier parent d’une victime à poursuivre le détenu connu sous le nom de KSM pour le meurtre du leur bien-aimé? C’est seulement en intentant un procès contre KSM que les découvertes et l’évidence sera dévoilée et présentée. C'est la seule manière par laquelle nous pourrions apprendre qui était vraiment derrière les attaques de terreur du 9/11.



C'est l'énigme du 9/11 à laquelle fait face le Département de la Justice et la nation Américaine. Qui sera l'Attorney General quand ces questions seront portées à l’avant-scène ?



The Associated Press spécule au sujet de qui pourrait succéder à Gonzales s’il ne survivait pas au tumulte politique actuel.



L’AP a fait la liste de certains candidats potentiels:



• Homeland Security Secretary Michael Chertoff • Assistant Attorney General Kenneth Wainstein • Federal appeals judge Laurence Silberman • PepsiCo attorney Larry Thompson • White House homeland security adviser Frances Fragos Townsend • Former Solicitor General Ted Olson



La semaine dernière, Gonzales a nommé Chuck Rosenberg procureur fédéral en chef du district de Virginie à Alexandria (chief federal prosecutor for the Eastern District of Virginia in Alexandria), pour servir comme son chef de personnel et le conseiller le plus proche à un moment où plusieurs Démocrates et quelques Républicains ont réclamé au Congrès que l'Attorney General démissionne.



Rosenberg devrait également être considéré en tant que candidat possible. De ces sept candidats nommés, 2 sont très étroitement attachés à la recherche extrêmement défectueuse sur le 9/11 - Michael Chertoff et Chuck Rosenberg. L'épouse de Ted Olson est parmi les passagers disparus du 9/11.



Comme conseiller de l’ancien Attorney General John Ashcroft et avocat-conseil du directeur du FBI Robert Mueller, Rosenberg était au plus haut niveau du processus décisionnel ayant mené à la non-investigation et au cover up des faits du 9/11.



L'épouse de Ted Olson est parmi les passagers absents du 9/11. Comme conseiller à ancien Attorney General John Ashcroft et avocat-conseil à directeur Robert Mueller, Rosenberg de FBI était au de plus haut niveau du processus décisionnel que cela a mené à la non-recherche et cover-up des faits de 9/11.



ROSENBERG & le 9/11



Quand Rosenberg a été nommé en mars 2001, pour diriger le U.S. attorney's office à Alexandria, le Washington Post a indiqué qu'il était responsable « du front central dans la guerre légale du gouvernement contre le terrorisme ». Il a été confirmé par le sénat en juin 2001.
Le rôle de Rosenberg était clairement central à la réponse légale du gouvernement au 9/11. Cette réponse peut seulement s'appeler extrêmement défectueuse parce qu'elle a eu comme résultat une recherche secrète dans laquelle l'évidence cruciale du Pentagone et d'autres sites du 9/11 a été confisquée et cachée. L'évidence du Pentagone était sous le contrôle direct de Rosenberg.



Après que Sam Danner, qui prétend avoir été un témoin oculaire au Pentagone, ait dit avoir été impliqué dans le ramassage des fragments sur la pelouse du Pentagone, j'ai interrogé le porte-parole du Pentagone Cheryl Irwin au sujet de qui commandait la collection de cette évidence dans des sacs de vidanges.



“Je l'avoue. Je suis Sam Danner. J'essayais de faire en sorte que Hufschmid et Bollyn passent aux imbéciles.”



Irwin m’a dit que le FBI avait pris le contrôle du site du crash « presque immédiatement » et que toutes les questions au sujet de la façon dont la recherche avait été conduite devraient être posées au FBI. Je me suis tourné vers Debra J. Weierman, porte-parole pour la force de terrain du FBI à Washington, au sujet de la manière dont les fragments de débris au Pentagone avaient été rassemblés et l'identité de l’agent qui l'a supervisée. Weierman n'a pas répondu à mes questions.



Bill Carter du quartier général national du FBI a défendu la collection précipitée d'évidence dans les sacs lourds de détritus.



L’ÉVIDENCE DU 9/11 "DANS UN ENTREPÔT QUELQUE PART"



Lorsqu’il lui fut demandé où était cette évidence et pourquoi on ne l’avait pas montré à la presse et au public, Carter a dit qu'il était probablement dans « un entrepôt quelque part » et avait été dû être retenue pour le procès de Zacarias Moussaoui, le prétendu 20ème pirate de l'air qui était en prison au Minnesota à l'heure des attaques.



Lorsque je lui ai demandé si je pourrais regarder cette évidence, Carter a dit qu'elle exigerait l'approbation de Chuck Rosenberg, U.S. Attorney for the Eastern District of Virginia. Rosenberg a précédemment servi de conseiller à l’Attorney General John Ashcroft et au directeur du FBI Robert S. Mueller, qui était le directeur nouvellement désigné du FBI le jour du 9/11.



Chuck Rosenberg a été nommé par l’Attorney General Alberto Gonzales en mars 2006 pour servir en tant que United States Attorney pour le District Est de Virginia. Il a été plus tard nommé à ce poste par le Président George Bush et confirmé par le Sénat des Etats-Unis, unanimement, le 13 juin 2006.



L’ARRIÈRE-PLAN DE ROSENBERG



En tant que chef fédéral en chef d'application de loi pour cette zone, qui inclut des bureaux à Alexandria, Newport, Norfolk et Richmond, M. Rosenberg dirige la poursuite de tous les crimes fédéraux, et le litige de tous les sujets civils dans lesquels le gouvernement fédéral a un intérêt.
M. Rosenberg a passé la majeure partie de sa carrière professionnelle dans le service public. À partir de juin 2005 jusqu'à mars 2006, il a servi de U.S. Attorney à la zone méridionale du Texas. Avant cela, il a servi à plusieurs postes senior au Département de la Justice où son travail s'est concentré sur l'anti-terrorisme, le contre-renseignement, et les sujets de sécurité nationale, incluant : Chief of Staff to Deputy Attorney General James B. Comey, Conseiller à l’Attorney General John Ashcroft; et, avant ça, comme Conseiller au Directeur du FBI Robert S. Mueller, III Chef de personnel au député Attorney General James B. Comey, conseiller à Attorney General John Ashcroft ; et, avant cela, comme avocats-conseils à directeur Robert S. Mueller, III.



Avant de joindre le FBI, M. Rosenberg était Assistant United States Attorney in the Eastern District of Virginia, à Norfolk et, plus tard, à Alexandria. Là il a entamé des poursuites pour des crimes pour fraude financières, des crimes violents, et des cas d'espionnage.



Pendant les deux dernières années de son mandat comme procureur fédéral à Alexandria, M. Rosenberg a dirigé le Major Crimes Unit - l'unité qui a entamé des poursuites pour de nombreux cas d'espionnage. Tandis que dans le cabinet privé avec le cabinet juridique de Hunton & Williams, M. Rosenberg a servi comme analyste juridique à NBC, apparaissant fréquemment à la télévision.



Photo: Mr. Chuck Rosenberg



Il est un diplômé de l'université de Tufts (B.A.), l'université de Harvard (M.P.P) et l'université de Virginie (J.D.).

La France-Yisrael en dueil : Smain Lamari est mort, Tewfik le suivra sous peu

La France perd deux de ses plus fideles allies...

Le Général major Smain Lamari est décédé hier à l’hôpital militaire de Ain Naadja. Né en 1941 originaire de Beni Slimane dans la région de Médéa, en 1961 il s’engage dans l’ALN. A l’indépendance de l’Algérie, il fait un court passage dans la police puis s”engage dans la marine nationale.
En 1973, il suit une formation spéciale pour obtenir le grade de sous-lieutenant. Il a toujours évolué dans les service opérationnel.
En 1989 le général Mohamed Betchine, qui ne le porte pas dans son coeur, le limoge sans raison apparente, le lieutenant-colonel Smain LAMARI va se plaindre auprès de Larbi Belkheir, chef de cabinet du président Chadli. Quelques jours plus tard, il est nommé inspecteur général de la direction de la sécurité de l’Armée, passé sous le contrôle de Tewfik.
Après le départ à la retraite de Betchine, Smain est nommé chef du département du contre-espionnage, sous les ordres directs du général Tewfik, un poste qu’il occupait jusqu’à hier soir.
Pour rappel, en 1999, il est chargé par Belkheir d’organiser la reddition des éléments de l’armée Islamique du Salut (AIS ) dirigée par Madani MEZRAG, et faire passer le projet officiellement sous le nom de la nouvelle politique du président Bouteflika.
Par ailleurs, dans la soirée d’hier, l’ancien ministre de l’Intérieur marocain Idris El Basri a trouvé la mort dans un hôpital parisien.
http://ffs1963.unblog.fr/

Monday, August 27, 2007

Vague d'attentats en Europe : Sarkosy organise un attentat contre sa propre personne

NDLR : Plusieurs sources dans la communaute du renseignement confirment que l'agent israelien Sarkosy organise un attentat contre sa propre personne pour engager la France dans les operations de bombardement de l'Iran. Nous publierons les details dans les jours qu suivent et juste avant le super 9/11 que les israeliens ont bien du mal a mettre en place. Squarcini a monte plusieurs dossiers contre des elements iraniens bases en Allemagne et en Suisse, la piste du GSPC a ete abandonne... provisoirement...
$4.5 billion options bet on catastrophe within four weeks
Anybody have a clue as to what these 'investors' are expecting?

The two sales are being referred to by market traders as "bin Laden trades" because only an event on the scale of 9-11 could make these short-sell options valuable.

There are 65,000 contracts @ $750.00 for the SPX 700 calls for open interest. That controls 6.5 million shares at $750 = $4.5 Billion. Not a single trade. But quite a bit of $$ on a contract that is 700 points away from current value. No one would buy that deep "in the money" calls. No reason to. So if they were sold looks like someone betting on massive dislocation. Lots of very strange option activity that I haven't seen before.

The entity or individual offering these sales can only make money if the market drops 30%-50% within the next four weeks. If the market does not drop, the entity or individual involved stands to lose over $1 billion just for engaging in these contracts!

Clearly, someone knows something big is going to happen BEFORE the options expire on Sept. 21.

THEORIES:

The following theories are being discussed widely within the stock and options markets today regarding the enormous and very unusual activity reported above and two stories below. Those theories are:

1) A massive terrorist attack is going to take place before Sept. 21 to tank the markets, OR;
2) China, reeling over losing $10 Billion in bad loans to the sub-prime mortgage collapse presently taking place, is going to dump US currency and tank all of Capitalism with a Communist financial revolution. Either scenario is bad and the clock is ticking. The drop-dead date of these contracts is September 21. Whatever is going to happen MUST take place between now and then or the folks involved in these contracts will lose over $1 billion for having engaged in this activity.

"$1.78 Billion Bet that Stock Markets will crash by third week in September Anonymous Stock Trader Sells 10K Contracts on EVERY S&P/Y "Strike" Shorts Stocks "in the money" effectively selling all his SPY holdings for cash up front without pressuring the market downward.
This is an enormous and dangerous stock option activity. If it goes right, the guy makes about $2 Billion. If he's wrong, his out of pocket costs for buying these options will exceed $700 Million!!! The entity who sold these contracts can only make money if the stock market totally crashes by the third week in September.

Bear in mind that the last time anyone conducted such large and unusual stock option trades (like this one) was in the weeks before the attacks of September 11.

Back then, they bought huge numbers of PUTS on airline stocks in the same airlines whose planes were involved in the September 11 attacks.

Despite knowing who made these trades, the Securities and Exchange Commission NEVER revealed who made the unusual trades and no one was ever publicly identified as being responsible for the trades which made upwards of $50 million when the attacks happened.

The fact that this latest activity by a single entity gambles on a complete collapse of the entire market by the third week in September, seems to indicate someone knows something really huge is in the works and they intend to profit almost $2 Billion within the next four weeks from whatever happens! This is really worrisome."

Sunday, August 26, 2007

Comment une école militaire d'élite alimente les entreprises de haute technologie d'Israël


Par Christopher Rhoads,


Après son baccalauréat en 1993, Arik Czerniak s'est inscrit à un programme militaire israélien secret appelé Talpiot. Institution la plus sélective du pays, elle admet 50 étudiants par an et les forme en physique, informatique et autres sciences. Sa mission est de créer des dirigeants innovants, férus de technologie, capables de transformer l'armée d'Israël.


A la fin de la formation, M. Czerniak prit un chemin différent : il contribua à lancer Metacafe Inc., une compagnie online qui permet aux utilisateurs de poster des vidéos courtes, comme par exemple le clip d'un écureuil acrobate ou d'une femme en bikini faisant le saut de l'ange.


Maintenant, à 32 ans, M. Czerniak passe le plus clair de son temps dans les nouveaux bureaux d'une compagnie israélienne à Palo Alto, Californie.Trois décennies après que Talpiot ait été fondé pour moderniser l'armée israélienne, le programme a créé un sous-produit imprévu – une légion d'entrepreneurs qui ont permis à Israël de devenir un poids lourd technologique.Avec un peu moins de sept millions d'habitants, Israël a plus de compagnies inscrites au Nasdaq que tout autre pays sauf les Etats-Unis. Son démarrage a attiré près de 2 billions de dollars en capital-risque au cours des deux dernières années, à égalité avec le montant levé pendant la même période au Royaume-Uni, pays beaucoup plus grand. Les compagnies israéliennes sont devenues les pionnières dans la messagerie instantanée et le phoning par Internet.M. Czerniak et autres Talpions, comme se nomment les diplômés, ont créé des douzaines de ces compagnies au cours des dernières années, spécialisées dans l'équipement de sécurité, logiciels cryptés, matériel Internet de communication.


Beaucoup, comme M. Czerniak, sont partis à Silicon Valley.Mais les résultats ont posé question : les ressources du gouvernement doivent-elles enrichir des informaticiens millionnaires ? Le programme n'a pas réussi à créer une nouvelle génération de dirigeants militaires, disent les critiques. Les diplômés et les officiels Talpiot disent que moins d'une douzaine de Talpions, dans leurs souvenirs récents, ont accédé aux rangs supérieurs des Forces de Défense israéliennes. Les FDI ne révèlent pas le nombre de Talpions aux postes supérieurs.Certains des premiers partisans du programme demandent maintenant si c'est vraiment à l'armée, plutôt qu'à une université, d'entretenir quelques-uns des plus brillants esprits du pays – ce qu'un petit pays encerclé d'ennemis peut difficilement se permettre de gaspiller, disent-ils.


Ils reconnaissent aussi que le secteur technologique en plein essor, que Talpiot a aidé à créer avec ses gros salaires, pourrait travailler contre l'objectif du programme, à savoir retenir les diplômés dans l'armée. Les questions ont surgi lorsque la direction militaire d'Israël a fait l'objet d'enquêtes minutieuses sur le fiasco de l'été dernier contre le Hezbollah au Liban."Cette industrie de haute technologie brillante est un problème pour l'armée", dit Zohar Zisapel, 58 ans, considéré comme un père de l'industrie technologique israélienne. Son groupe RAD, basé à Tel Aviv, a lancé 28 compagnies technologiques au cours des dernières années, et six d'entre elles sont entrées au Nasdaq. "Elle fournit aux Talpions des opportunités que l'armée ne peut pas leur offrir", dit-il.


L'armée israélienne dit qu'elle a mieux réussi qu'elle pensait à retenir les diplômés du programme. "Nous pensons qu'il est excellent que ces gens, qui ont eu des postes importants dans l'armée, aillent ensuite contribuer au développement du secteur high-tech en Israël", disent les FDI dans un rapport.Contrairement aux diplômés de haut vol de Talpiot, le programme lui-même fonctionne pour l'essentiel secrètement. Au cours d'une rare visite récente au programme confidentiel, hébergé sur le campus de l'Université Hébraïque, les officiels n'ont pas révélé le travail réalisé pendant la phase militaire du programme et n'ont nommé les élèves officiers que par leurs initiales. Bien que ces élèves, qui comprennent quelques femmes dans chaque classe, restent la plupart du temps ensemble, ils partagent quelques cours avec d'autres étudiants du campus.Les racines de Talpiot remontent à la guerre de Yom Kippur de 1973, lorsque la Syrie et l'Egypte ont lancé des attaques sur les terres contestées détenues par Israël. Le conflit brisa la confiance d'Israël en ses prouesses militaires."C'était l'angoisse de cette guerre surprise – il y a eu tant de victimes", dit Shaul Yatsiv, professeur de physique de l'Université Hébraïque à la retraite, qui proposa l'idée de Talpiot avec un autre professeur de physique. M. Yatsiv, avec d'autres de la communauté de défense, argumenta qu'étant donné l'insuffisance de main d'oeuvre d'Israël et ses ressources naturelles limitées, son armée devait avoir l'avantage technologique.


Jeunes talents


Nombreux sont ceux dans l'armée qui étaient opposés à cette idée, arguant qu'on devait utiliser les jeunes talents du pays pour des missions plus urgentes que d'être pilotes ou officiers des services secrets.Après plusieurs années de débats, la direction militaire a accepté de lancer Talpiot, qui tire son nom d'un mot hébreu qui veut dire, approximativement, une structure bien construite. L'Université Hébraïque a accepté de l'héberger dans ses locaux. En 1979, la première classe de 25 élèves officiers a ouvert. Elles accueillent maintenant 50 élèves.Chaque année, le programme sélectionne les diplômés du baccalauréat les plus brillants en sciences et les soumet à trois années d'études épuisantes, payées par le gouvernement, suivies de six années d'emploi rémunéré dans l'armée. C'est le double du service militaire normal demandé aux Israéliens. Les Israéliennes font deux ans.Au lieu de servir dans des unités de combat, les élèves officiers de Talpiot sont chargés d'améliorer l'armement par l'innovation technologique et certains y parviennent. Avi Loeb, qui est entré à Talpiot au début des années 80, a développé une technique d'accroissement de la vitesse des projectiles de plus de 10 fois supérieure à celle qui existait, par propulsion électrique plutôt que par l'énergie chimique.En 1984, M. Loeb, qui avait alors 21 ans, a été sollicité pour présenter son projet à un officier militaire US en visite, qui s'est avéré être le chef de l'Initiative de Défense Stratégique du Président Reagan, programme de missile de défense connu sous le nom de Star Wars (Guerre des Etoiles, ndt). M. Loeb dit que l'officier, le Lieutenant Général James Abrahamson, a accepté d'accorder des subventions du gouvernement US pour le projet, qui s'est rapidement transformé en un groupe de 30 personnes dirigé par M. Loeb.


Le Lieutenant Général Abrahamson, maintenant à la retraite, n'a pas répondu aux demandes de commentaires.Une autre innovation Talpiot est venue d'Amir Beker, qui a quitté une école médicale pour participer au programme. Pendant son service militaire sous Talpiot à la fin des années 80, M. Beker avait appris que les pilotes d'hélicoptères souffraient de douleurs dorsales violentes dues aux vibrations pendant les vols. Pour créer un meilleur siège, il devait d'abord déterminer comment mesurer l'effet des vibrations sur les vertèbres humaines.Avec un collègue Talpiot, M. Beker dirigea une équipe qui a installé un siège témoin dans un simulateur d'hélicoptère, avec un trou dans le dossier.


Avec un stylo touchant le dos du pilote, l'équipe s'est servie d'un appareil de photo ultrarapide pour photographier les marques causées par les vibrations. Les chercheurs analysèrent les données mises sur ordinateur pour trouver le moyen de redessiner les sièges.Dans les premières années du programme, beaucoup de Talpions sont allés à l'université ou sont restés dans l'armée. "Nous n'avions à cette époque aucune idée des entreprises de technologie", dit M. Beker. "Seulement le désir d'aider notre pays."M. Beker, qui a maintenant 42 ans, a obtenu un doctorat de physique après le programme et a aidé au démarrage d'un collège privé d'études financières à Tel Aviv. M. Loeb, 45 ans maintenant, a poursuivi des études post-doctorat en astrophysique à l'Université de Princeton, et il est maintenant professeur d'astronomie à l'Université d'Harvard.Les activités des Talpions ont commencé à changer dans les années 1990, avec le boom des technologies.


Israël a commencé à développer sa propre culture de start-up, en partie par l'incitation fiscale pour l'établissement d'une industrie locale à capital-risque. Le pays a également bénéficié d'une profusion de talents venus de l'étranger, et en premier depuis l'Union Soviétique en plein effondrement. Parmi le million de juifs russes qui est arrivé –augmentant la population d'un cinquième- il y avait des scientifiques et des ingénieurs très bien formés.Au cours de l'actuelle décennie, l'argent US a coulé à flot.


En 1999, Capital Sequoia, la firme à capital-risque de la Silicon Valley qui a investi dans Yahoo Inc. et dans Google Inc., a ouvert un bureau près de Tel Aviv. Elle a maintenant cinq partenaires sur place gérant près de 400 millions de $ de fonds dédiés aux start-ups israéliennes. La firme à capital-risque Accel Partners a consacré à Israël environ 35% des 500 millions de $ destinés à l'Europe et au Moyen-Orient, après l'ouverture d'un bureau à Londres en 2000.Aujourd'hui, le pôle se trouve au nord de Tel Aviv et près d'Herzliya – il héberge des avocats, des firmes à capital-risque et des start-ups – et évoque l'atmosphère des centres technologiques US comme la Silicon Valley et la Route 128 à Boston, jusqu'aux cafés où se traitent les affaires. Certains l'appellent Silicon Wadi, d'après le mot hébreu qui désigne le lit d'une rivière asséchée."Prendre des risques, réaliser qu'il n'y a pas de problème à échouer une fois ou deux, vouloir s'établir à son compte et faire bouger les choses – c'est très difficile", dit Moshe Mor, un des associés de Greylock Partners, un groupe de capital-risque Walthan, Mass. qui a un bureau en Israël. "Ces attitudes prévalent dans la Silicon Valley et en Israël".Environ 30 diplômés Talpiot reviennent chaque année pour deux jours de tests en vue de sélectionner la prochaine classe, sur un groupe d'environ 100 inscrits, constitué par les meilleurs résultats obtenus chaque année à un test passé par les premiers des diplômés des lycées du pays.Pendant un après-midi venteux d'hiver, dans un bâtiment de pierre de quatre étages terne où résident les 150 élèves officiers de Talpiot, sur le campus de l'Université Hébraïque, les deux jours de sélection démarrent.


Les Talpions commencent par séparer les inscrits en groupe de 10 dans différentes salles de classe. Un psychologue, qui a participé à l'élaboration des exercices, passe silencieusement au milieu des groupes.Dans une des salles, les 10 inscrits, le symbole ailé du programme ornant le dos de leurs t-shirts bleus, ont plusieurs minutes pour finir leur tâche. Sans avertissement, un Talpion leur dit qu'ils ont moins de temps que ce qui était prévu. A d'autres moments, on leur demande soudain de changer de rôles."Il faut bouger ! Il faut bouger !" crie l'un des candidats aux autres membres du groupe. Après quelques minutes, un Talpion arrête l'exercice. La durée prévue a déjà expiré et il veut savoir pourquoi ils n'ont pas surveillé le temps. L'idée n'est pas qu'ils aient la bonne réponse, mais comment ils se débrouillent pour la trouver –et tester leur créativité, et leurs aptitudes sociales et au commandement.Les finalistes se présentent devant un jury – professeurs, chefs militaires et autres officiels – qui leur demande des explications sur des questions comme la théorie de la relativité et comment marche le chauffage solaire.Missiles à Haifa Certains des sélectionnés par Talpiot disent que le plus dur, c'est de réaliser qu'ils passeront leur service militaire à faire de la recherche, et non à combattre. Pendant la guerre d'Israël avec le Hezbollah au Liban l'été dernier, les missiles ont plu sur la partie nord du pays, atteignant des villes, jusqu'à 30 miles à l'intérieur du pays, dont Haïfa.


Les élèves officiers disent que des amis et des familles du secteur ont dû abandonner leurs maisons."Tous nos amis faisaient la guerre, et nous, nous étions ici, à préparer nos examens", dit un élève officier en 3ème année à Talpiot, assis dans sa chambre. Des affiches de groupes de rock et du personnage de Kramer, de la série "Seinfeld", couvrent les murs. "J'avais honte de ne pouvoir rien faire." Un autre élève, dans la chambre, avec une barbe sombre bien dessinée, dit qu'il a dû se convaincre que "les changements que nous allons réaliser sont beaucoup plus importants que tout ce que nous aurions pu faire dans une unité de combat."Pendant le dîner à la cafétéria, les élèves officiers se plaignent que les soldats, en particulier les pilotes de chasse, sont beaucoup plus populaires auprès des filles que les "mordus d'informatique". Mais ils pensent que c'est en train de changer, au fur et à mesure que les histoires de haute technologie deviennent plus courantes.Le commandant de Talpiot, le Major Roy Shefer, dit qu'il essaie de combattre la tendance à partir vers le milieu high-tech en instillant aux cadets le sens du devoir envers son pays. Il a récemment emmené sa classe de première année visiter les camps de concentration nazi en Pologne."Nous les voyons comme une ressource nationale, et nous voulons déterminer comment ils peuvent contribuer au mieux à l'Etat", dit le major Shefer, un homme de 28 ans aux lunettes à l'épaisse monture.


Toutefois, il reconnaît qu'il est difficile de résister à l'attrait du secteur privé. Il se demande quelquefois si le pays, et en particulier l'armée, bénéficie autant qu'ils devraient, du programme. "Certains commandants ont des tanks", dit-il. Il fait un signe de la tête vers les photos d'identité des 150 cadets de Talpiot, collées au tableau noir sur le mur à côté de son bureau. "Moi, je les ai".DoutesLe co-fondateur de Talpiot, le Professeur Yatsiv, dit qu'il a des doutes au sujet du programme. Il n'y a pas de preuve que les cadets ne pourraient pas recevoir une meilleure formation ailleurs, dit-il. "Personne ne sait si nous développons de l'ingéniosité – ou si tout ça pousse naturellement chez les gens". Ca lui est égal que les diplômés s'enrichissent, mais il dit que s'ils ne travaillent pas pour le pays, "Israël ne devrait pas investir son argent sur eux."Aharon Beth-Halachmi, qui a participé à la création de Talpiot comme brigadier général chargé de la recherche militaire et du développement des armes dans les années 1970, dit que l'approche Talpiot est nécessaire pour un petit pays. "Ce que nous démontrons, c'est qu'il n'y a pas besoin de beaucoup de monde pour faire des découvertes majeures, mais juste des bonnes personnes.", Aujourd'hui, il gère sa propre firme à capital-risque depuis des bureaux proches d'un hôtel au bord de la mer que sa compagnie possède à Tel Aviv.Mr. Czerniak, de Metacafe, suggère que l'armée pourrait retenir les Talpions en gérant leurs carrières avec plus de soin. M. Czerniak et sa classe ont été entraînés au parachutisme, à conduire des blindés et à se servir d'une variété d'armes, et il a réalisé son rêve d'enfance en devenant pilote de combat.


Il avait envisagé de travailler sur un projet de radar de combat de plusieurs millions de dollars, mais il dit qu'un supérieur l'a plutôt encouragé à devenir instructeur de vol. Les Forces de défense israélienne disent que pour elles, la priorité est d'utiliser les Talpions à leur potentiel maximum.Après avoir fini son service en juillet 2003, M. Czemiak a été recruté pour aider au lancement de Metacafe, d'abord dans le sous-sol de la maison de sa grand-mère près de Tel Aviv, puis dans un grand appartement, et maintenant sur tout l'étage d'un grand immeuble dans le centre de Tel Aviv. En un après-midi, les employés, vêtus de jeans et de t-shirts, la plupart entre 20 et 30 ans, ont emménagé les bureaux, en bois léger et séparés par des vitres.Mr. Czerniak, qui a ouvert en novembre dernier le bureau de Palo Alto de la compagnie, a sollicité son réseau Talpiot pour de nouvelles recrues.


Il y a un an, M. Czerniak a embauché Ido Safruti, un Talpion qui a terminé la formation en juillet dernier, pour diriger le bureau de Tel Aviv. Talpiot est "un environnement très agressif, extrêmement compétitif et très stressant", dit M. Czerniak. "C'est la raison pour laquelle nous embauchons parmi nous, c'est une garantie."M. Beker, qui a mis au point le siège d'hélicoptère, a lui aussi le virus de la start-up.


Il y a trois ans, il a commencé à travailler à temps plein pour une nouvelle compagnie, Biological Signal Processing Ltd. qui développe des logiciels informatiques dont il dit qu'ils peuvent tester des maladies cardiaques pour un dixième du prix des méthodes prévalentes. Après avoir été mise sur le marché boursier de Tel Aviv l'an dernier, la compagnie a ouvert un bureau de vente et de marketing à Rockville, Maryland.Le directeur de recherche et développement de la compagnie est aussi un Talpion. Bien que la plupart des diplômés ne soient pas impliqués dans la défense d'Israël, M. Beker pense que leur rôle dans l'économie du pays est très important pour la survie d'Israël. "Ce que nous faisons génère de nouvelles idées et solutions", dit-il. "Ce qu'une guerre aura beaucoup de mal à balayer."


Article original en anglais, PACBI, 9 juillet 2007.

Traduction MR pour ISM, 15 juillet 2007.

Saturday, August 25, 2007

Le gouvernement de criminels sionistes derriere le terrorisme international


ARIEL SHARON - Le Cerveau Terroriste Derrière le 9-11


Les Médias Contrôlés Blanchissent la Carrière Terroriste d’Ariel Sharon, et l’Évidence de la Participation du Mossad dans le 9-11


Les médias commandés blanchissent la longue histoire d'Ariel Sharon comme maître du terroriste Sioniste de la même manière qu'ils censurent toute discussion de l'évidence de la participation du renseignement militaire israélien dans les attaques de terreur du 9-11. Il reste néanmoins une question : Sharon est-il le cerveau terroriste derrière le 9-11 ?


Pendant que le premier ministre israélien Ariel Sharon était hospitalisé après une grave crise du cœur le 4 janvier, les journalistes des médias contrôlés ont tenu une vigile en dehors de l'hôpital Hadassah de Jérusalem où le chef d'Israël âgé de 77 ans reposait dans un coma induit par les médicaments.


Les médias ont mis l'emphase sur le coma du commandant militaire vétéran, en évitant toutefois de mentionner la longue carrière de Sharon de maître terroriste et les nombreux massacres et crimes de guerre dans lesquels il a été impliqué.


Le New York Times et CNN, qui décrivent Sharon comme « faucon-devenu-homme d'État, » ont permis à Benjamin Netanyahu, un politicien Israélien du même mouvement Sioniste d'extrême droite que Sharon, de décrire le premier ministre comme une figure héroïque sans soulever la moindre petite question au sujet des milliers des vies Palestiniennes innocentes qui ont été fauchées depuis qu'il est entré au pouvoir en 2001.


Le focus des médias des États-Unis concentré sur le chef Sioniste mal en point ignore l'évidence documentée de l'histoire des 58 ans de Sharon comme maître du terrorisme qui a impitoyablement employé la terreur comme arme et outil pour réaliser ses buts stratégiques et politiques. Le but stratégique primordial de Sharon a toujours été d'établir un ghetto-État juif fortifié en Palestine.


Fils d'immigrés Sionistes Russes de 19 ans, Sharon a combattu dans l'offensive de Latrun pendant la guerre 1948 dans laquelle les forces israéliennes ont saisi un morceau triangulaire stratégique de terre palestinienne menant à Jérusalem.


« Le mythe de l'«héritage de Sharon» commençait déjà à se former » pendant qu'il reposait à l'hôpital, écrivait l'activiste et auteur pacifiste Israélien Uri Avnery dans son article, « le Napoléon Israélien. »


La gauche, indique Avnery, « qui encore hier avait maudit Sharon en tant que le meurtrier de Kibieh [Kibya], le boucher de Sabra et de Shatila, et responsable du pillage et du massacre dans les territoires palestiniens occupés, a commencé à l'admirer comme un « Homme de Paix ».
« Les colons, qui l'avaient condamné comme traître, se sont souvenus que c'était lui qui avait créé les colonies et avait continué à les agrandir jusqu'à aujourd'hui.


« Encore hier il était l'une des personnes les plus détestées en Israël et dans le monde, » écrit Avnery. « Aujourd'hui, après l'évacuation de Gush Katif [dans Gaza], il est devenu chéri du public, presque mur à mur. Les chefs des nations l'ont couronné en tant que « grand guerrier qui s'est transformé en héros de paix ».


« Toutes ces analyses ont seulement un point en commun, » Avnery dit, « elles n'ont rien à faire avec vrai Ariel Sharon. Elles sont basées sur l'ignorance, l'illusion et l'aveuglement.
« Il n'a pas changé du tout », dit Avnery, qui a « une connaissance personnelle » de Sharon. « Il est resté fidèle à son approche fondamentale, adaptant seulement ses slogans aux périodes et aux circonstances changeantes. Son plan d'ensemble est demeuré identique à ce qu'il était au début.


« Sous-jacent à sa vue du monde se trouve un nationalisme simpliste et un nationalisme typique du XIXe siècle, disant : notre peuple est au-dessus des autres, les autres peuples sont inférieurs. Les droits de notre nation sont sacrés ; les autres nations n'ont aucun droit du tout. Les règles de la moralité s'appliquent seulement aux relations au sein de la nation, pas aux relations entre les nations », écrit Avnery.


« Sur cette base morale le but a émergé : établir un état Juif, aussi grand que possible, exempt des non-Juifs. Cela pourrait mener à la conclusion que le nettoyage ethnique, commencé par Ben-Gurion en 1948, privant la moitié des Palestiniens de leurs maisons et terre, doit être complété », écrit Avnery.


« La carrière de Sharon a commencé peu de temps après, quand il a été nommé pour mener l'unité de commando 101, dont les actions meurtrières au-delà des frontières ont été conçues principalement pour empêcher les réfugiés d'infiltrer de nouveau à leurs villages ».


SHARON LE TERRORISTE


Un fait saillant de l'histoire israélienne, généralement ignoré par la presse contrôlée par les Sionistes, est que plusieurs premiers ministres Israéliens étaient des terroristes qui ont bombardé et assassiné leur chemin vers le sommet. Menachem Begin, Itzchak Shamir, et Ariel Sharon étaient tout des terroristes bien connus qui sont devenus plus tard premier ministre.
Il y a 52 ans, par exemple, Sharon a commandé un massacre de terroriste dans Kibya, un village de la Cisjordanie (West Bank), qui était alors Jordanien. Ce raid a eu un impact particulièrement profond sur des relations américano-israéliennes.


Au milieu de la nuit du 14 octobre 1953, Sharon a mené son unité 101 à travers la frontière et dans le village endormi et sans défense. Utilisant des armes automatiques et des grenades, Sharon et ses hommes ont forcé les résidents à fuir leurs maisons et ont employé la dynamite pour faire sauter 41 maisons et une école - avec les gens à l'intérieur. 69 civils ont été abattus. Le massacre et la démolition ont duré sept heures.


Des jours plus tard le US State Department a publié un rapport qualifiant le massacre de Kibya de « choquant » et confirma que l'aide financière à Israël était suspendue. C'était la première et la dernière fois qu'un président américain coupait toute aide à Israël.


Tandis qu'un journaliste israélien sympathique à Sharon le décrivait à CNN comme un « héro biblique », il faut rappeler que le prétendu « faucon-devenu-homme d'État » a été personnellement responsable d'une grande partie du terrorisme, de la violence, et de l'instabilité qui a infesté la Palestine, Israël, et le Moyen-Orient pendant les six dernières décennies.
Sharon, par exemple, en tant que ministre de la défense d'Israël, a commandé l'invasion illégale du Liban en 1982 et plus tard a été évincé de cette position lorsqu'une commission d'enquête israélienne a constaté qu'il avait « la responsabilité personnelle » des massacres qui se sont produits dans les camps palestiniens de réfugié de Sabra et de Shatila en septembre 1982.
On estime que le total des morts du massacre de trois jours, qui s'est produit dans les camps sous contrôle israélien et avec l'appui et l'aide des forces israéliennes, est de plus de 3000, pour la plupart des femmes et enfants.


Sharon était « le plus grand menteur de ce côté de la Méditerranée » et un homme dont la « parole ne vaut rien », disait alors Philip Habib, le délégué spécial des États-Unis au Liban.
Dix-huit ans après, Sharon a provoqué d'une seule main le soulèvement palestinien connu sous le nom d'Intifada d'Al Aqsa en envahissant, avec une masse de troupes israéliennes lourdement armées, l'emplacement musulman le plus sacré à Jérusalem le 28 septembre 2000. La réplique militaire israélienne a eu comme conséquence que 25 civils Palestiniens étaient tués pour chacune des morts Israéliennes.


Censé apaiser la violence, qu'il avait personnellement provoquée, Sharon a alors autorisé le bâtiment d'une affreuse barrière murale fortifié, non point différent de cela qui a séparé l'Allemagne de l'Est de celle de l'Ouest, s'appropriant illégalement beaucoup de terre palestinienne par la même occasion. Dans les semaines et les mois après le 9-11, Sharon était un visiteur fréquent à la Maison Blanche, où il a tenu des discussions secrètes avec le Président George W. Bush. Comme les États-Unis envahissaient et occupaient l'Afghanistan, les militaires Israéliens ont entamé une invasion et une réoccupation brutale des territoires palestiniens de la Cisjordanie et de la bande de Gaza.


En avril 2002, l'armée israélienne a assiégé et attaqué le camp de réfugiés Palestiniens de Jenin, à l'aide de bulldozers pour détruire les maisons avec les habitants toujours à l'intérieur. L'utilisation fréquente du bulldozer par Sharon afin de détruire les maisons et abris Palestiniens lui a valu le surnom « Le Bulldozer ».


Sharon a ensuite refuse que les inspecteurs des Nations Unies accident au camp dévasté, dans lequel des crimes contre l'humanité ont clairement été commis.


SHARON ET LE 9-11


Comme l'American Free Press le rapporte depuis septembre 2001, il y a une grande quantité de preuves que l'intelligence militaire d'Israël a été impliquée dans les attaques de terreur du 9-11, ce qui soulève la question évidente du rôle personnel de Sharon dans les événements qui ont déclenché la guerre à la terreur.


Logiquement, l'évidence n'offre que deux options : ou bien Sharon comme premier ministre avait une connaissance antérieure du 9-11 et est l'un des architectes en chef des attaques de terreur, ou bien le Mossad, l'agence de renseignement militaire d'Israël, est sous le contrôle d'une autorité extérieure, et a été impliquée dans une opération secrète massive aux États-Unis sans que le premier ministre le sache.


Pour les raisons suivantes, la deuxième option semble fort peu probable:


Les hordes d'agents israéliens d'intelligence, y compris environ 200 faux déménageurs et faux étudiants en Arts ont été attrapées par la police aux États-Unis en liaison avec les attaques de terreur du 9-11, étaient-elles simplement une partie d'une opération illégale, dont Sharon, le maître du terrorisme commandité par l'État israélien, aurait été complètement ignorant ?
Le Mossad a-t-il établi de fausses compagnies de déménagement dans la région de la ville de New York et avait-il des douzaines d'agents ayant la connaissance antérieure, comme ceux arrêtés dans le New Jersey le 11 septembre, au large dans le pays dans des fourgons mobiles que le premier ministre le sache ?


Est-ce que les avertissements par messagerie-texte instantanée d'Odigo, qui démontrent une connaissance antérieure des attaques et qui ont été reçus par les employés Israéliens de la compagnie du Mossad quelques heures avant le premier crash d'avion, étaient envoyés entre les agents d'un réseau de terreur dont Sharon n'avait aucune connaissance et sur lequel il n'avait aucun contrôle ?


Puisque l'évidence indique clairement la participation de l'État d'Israël, la presse contrôlée des États-Unis a censuré toute discussion de la participation du Mossad dans les attaques de terreur du 9-11. Par conséquent, on ne pose jamais la question évidente au sujet de Sharon : Est-il le cerveau terroriste derrière le 9-11 ?


Tandis que les médias contrôlés cherchent à blanchir la carrière de maître terroriste de Sharon, l'évidence indique qu'il a été impliqué dans le 9-11 et que les médias contrôlés par les Sionistes sont complices dans une conspiration de cover-up de l'évidence. C'est donc dire que Sharon est en fait l'un des architectes en chef des attaques de terreur du 9-11.


Les agents sionistes dans les positions clé du gouvernement des États-Unis, comme Michael Chertoff au Département de la Justice, le fils d'un des premiers agents du Mossad d'Israël, ont facilité le cover-up du 9-11 en libérant une masse d'agents du renseignement israélien arrêtés et en assignant le blâme aux Musulmans afin de déclencher la guerre au terrorisme.


Ignorer le dossier criminel et de Sharon a mis les intérêts américains en péril, a écrit cet auteur en février 2001. Après que la U.S. House of Representatives ait passé une résolution le 13 février 2001 félicitant le premier ministre Israélien nouvellement élu, j'ai averti que d'ignorer la longue histoire de Sharon en matière de crimes de guerre et de terroristes commandités par l'État met en danger les Américains au nom desquels le congrès avait accordé leurs « meilleurs voeux. »


« Ignorer la personnalité machiavélique et le casier judiciaire de Sharon peut très bien mettre les intérêts et les vies Américaine en péril », écrivai-je. « Sharon a une histoire de duplicité et a trahi les États-Unis par le passé ».


« Dans un monde minimalement juste, Sharon serait derrière les barreaux », écrivait l'auteur Américain Edouard S. Herman en juin 2002. « Sharon est traité en Occident comme un homme d'État respectable, il a même été appelé « un homme de paix » par George W. Bush à la suite des nouveaux crimes de guerre de Sharon à Jenin, Nablus, Bethlehem, et autres villes de Cisjordanie. Ce traitement de Sharon a un grand mérite », écrit Herman, « il rend clair comme le cristal que la "guerre à la terreur" est une "guerre de la terreur"»

Monday, August 20, 2007

Yisrael est le terrorisme


Pourquoi Kobi Alexander A-t-il Été A Fuir les USA Le Lendemain du 11 Septembre 2001?


Le Fugitif Israélien, Odigo, et l’Avertissement du 9/11


par Christopher Bollyn,



Jacob « Kobi » Alexander, un dirigeant militaire Israélien était relié à Odigo, la compagnie de messagerie instantanée dont les employés et les utilisateurs ont reçu un avertissement précoce des attaques du 9/11, est récemment devenu un fugitif de justice des États-Unis et a pris refuge en Israël avec d'autres suspects principaux des attaques terroristes.


Le cas du criminel israélien Kobi Alexander est comme la proverbiale « pointe de l'iceberg ». Tandis que les crimes d'Alexander, par lesquels il est devenu immensément riche, sont maintenant évidents, ils ne représentent qu'un très petit fragment d'un réseau criminel Sioniste beaucoup plus grand - relié aux attaques de terreur du 9/11 - qui reste caché sous la surface.
Alexandre, ancien chef de la technologie la compagnie basée en Israël Comverse Technology, était, jusqu'à ce que ses crimes aient été découverts, l'un des plus hauts cadres payés aux Etats-Unis.


En l'an 2000, par exemple, il a censément gagné quelques $102.5 millions, avec $93 millions venant de « l'exercice des options ». Nous savons maintenant que la majeure partie de l'argent d'Alexander a été faite par « l'exercice frauduleux des options ».


Comverse Technology, la « maison mère » américaine d'une compagnie israélienne plus âgée et beaucoup plus grande du même nom, est le propriétaire des compagnies Verint, Ulticom, Starhome, Mercom et Startel. Toutes les positions principales de ces compagnies sont tenues par des ressortissants Israéliens.


On a récemment permis à Alexander de se sauver des Etats-Unis après que lui et deux autres anciens cadres de Comverse aient été accusés de fraude de valeurs, de courrier et de ligne téléphonique par des procureurs des États-Unis à Brooklyn, New York. Un mandat a été émis pour son arrestation.


Tandis qu'un porte-parole pour le bureau du mandataire des États-Unis pour la zone orientale de New York (U.S. Attorney's office for the Eastern District of New York) disait à l'AFP, le 15 août, qu'il « a prévu » qu'Alexander se rendrait, le New York Times était plutôt moins optimistes. « Il coulera beaucoup d'eau sous les ponts - si jamais il le fait – avant qu'Alexander s'explique dans une cour de justice », écrivait le Times le 21 août. L'avocat d'Alexandre, Robert Morvillo, dit « avoir cru » qu'Alexander et sa famille étaient en vacances en Israël. Alexandre, citoyen Israélien et ancien dirigeant militaire, a déposé $57 millions dans un compte en Israël à la fin juillet et on lui a de toute évidence permis de se sauver des Etats-Unis.


« Étant donné la stature et le service militaire d'Alexander », rapporte le Times, citant des professeurs de loi anonymes, « Israël pourrait être peu disposé à le remettre promptement ». On pourrait raisonnablement demander, « qu'est-ce que ses 54 ans de « service militaire » doivent ont à voir avec Israël refusant de l'extrader pour des crimes commis aux États-Unis? »
Tandis qu'Alexandre est évidemment relié à l'appareillage de renseignement militaire israélien et à George Soros via le fonds d'investissement qu'ils possèdent ensemble, ComSor, ce qui n'est pas largement rapporté est les liens étroits de sa compagnie avec Odigo, une compagnie de messagerie instantanée qui a reçu - et transmis - des messages d'avertissement pressants au sujet de l'attaque terroriste imminente au world Trade Center, plusieurs heures avant le premier crash d'avion.


Le New York Times doit certainement se rendre bien compte de la relation d'affaires personnelle entre Alexander et Odigo puisqu'ils ont fait une entrevue extensive avec Avner et Maskit Ronen, les fondateurs d'Odigo, pour leur magazine du dimanche (Sunday magazine) en septembre 2000.


les Ronen, intitulé « Des Immigrés avec un I.P.O. » ("Immigrants with an I.P.O.") pourrait avoir été intitulé « Des immigrés en mission. » Les Ronen, tous les deux avec les milieux militaires en informatique, « ont plongé leurs racines » pendant leurs premières années à New York City, rapporte le Times.


« Ils ne se sont fait aucun ami en dehors du bureau et n'avaient eu aucun goût pour la gestion de réseau aux parties de Silicon Alley », écrit le NYT Magazine. « Ils n'ont cherché ni permis de conduire ni médecin local ». La photographie bizarre dans l'article montrait deux figures silhouettées cachées dans l'obscurité. C'étaient les Ronen, dirigeants militaires israéliens en mission à New York.


LES MESSAGES INSTANTANÉS D'ODIGO


Il y a des preuves suffisantes que beaucoup d'Israéliens ont été prévenus des attaques par un service israélien de "messagerie" instantané appelé Odigo. Cette histoire, qui présente l'évidence la plus claire de la connaissance antérieure israélienne des attaques, n'a été rapportée que très brièvement dans les médias des États-Unis - puis complètement oubliée et supprimée.
Selon les reportages de nouvelles, au moins deux employés d'Odigo en Israël ont plus tard rapporté avoir reçu des avertissements d'une attaque imminente (dans quelques heures) à New York avant que le premier avion heurt le WTC.


Odigo, une compagnie appartenant à des Israéliens avait ses sièges sociaux américains à seulement deux blocs du World Trade Center, pourtant Odigo a échoué à diffuser l'avertissement qu'il avait reçu des autorités à New York, un geste qui aurait sauvé des milliers des vies.


Deux semaines après le 9-11, Alex Diamandis, le vice-président d'Odigo, a dit, « les messages disaient que quelque chose de gros allait se produire dans un certain laps de temps, et elle s'est produite - presque à la minute près ».


« Il était possible que l'avertissement des attaques soit transmis à d'autres membres d'Odigo, mais la compagnie n'a pas reçu de rapports d'autres destinataires du message », a dit Diamandis.


Selon les chiffres du gouvernement israélien qu'environ 4.000 Israéliens devaient être au World Trade Center au moment des attaques, il semble évident que beaucoup d'utilisateurs Israéliens d'Odigo ont reçu le message.


Odigo, qui offre la transmission de messages en temps réel, a un dispositif appelé le « trouveur de personnes » qui permet à un utilisateur d'envoyer un message instantané à un grand groupe basé sur une caractéristique commune, telle que la nationalité israélienne. Le « trouveur de personnes » permet à des utilisateurs d'Odigo de rechercher en ligne des « copains », avec des filtres comme la nationalité israélienne, tout en maintenant l'intimité de l'utilisateur à tout moment.


L'adresse Internet de l'expéditeur de l'avertissement a été supposément donnée au FBI. Deux mois plus tard on a signalé que le FBI étudiait toujours la question. Depuis lors il n'y a eu aucun autre rapport de médias au sujet de l'avertissement d'Odigo du 9/11.


Come l'AFP a précédemment rapporté, Odigo, comme Comverse et d'autres compagnies de logiciel installées en Israël, a vraiment son quartier général à Herzliya, Israël, la banlieue de Tel Aviv où des sièges sociaux d'intelligence militaire israélienne sont situés.


Typiquement, avec ces devantures liés par le renseignement, la recherche et le développement de la compagnie, et n'importe quelle fabrication, telle que l'équipement de surveillance d'ordinateur « boîte noire » produit par Comverse, est entièrement fait en Israël. Les bureaux des États-Unis fonctionnent simplement comme centres de distribution, de marketing et de finances.


Dans le cas de Comverse, par exemple, la vraie maison mère était la compagnie d'Alexander basée à Tel-Aviv Efrat Future Technology Ltd., qui a exécuté « toute la recherche, le développement, et la fabrication » pour Comverse, selon un article de 1992 dans The Jerusalem Post.


Peu de temps après le 9-11, Odigo a été complètement repris par Comverse Technology, qui avait été copropriétaire d'Odigo depuis début 2000, si ce n'est pas plus tôt encore. Peu de temps après le 9/11, cinq cadres de Comverse ont été rapportés pour avoir profité d'un « délit d'initié » pour plus de $267 millions.


Avner Ronen, le « fondateur » d'Odigo, était vice-président de développement des affaires de technologie de Comverse en octobre 2005. Ceci indique que Ronen et Alexander, tous les deux dirigeants militaires israéliens avec de l'expérience dans le milieu des ordinateurs, ont été d'étroits associés depuis début 2000.


« Comverse et Odigo ont eu une association de longue date et ont développé ensemble les produits de les services de communication instantanée que nous avons récemment commencé à offrir aux opérateurs autour du monde », a révélé Zeev Bregman, Président de Comverse Ltd Israel, à The Jerusalem Post en mai 2002.



Pour entendre l’entrevue avec Bollyn concernant cet article: DarylBradfordSmith_Bollyn_30Aug2006.html


N’oubliez pas de jeter un coup d’oeil à l’article précédent de Bollyn sur le Vol 93: The Hollywood Fantasy of Flight 93

Sunday, August 19, 2007

MOSSAD: The Israeli Connection to 9/11


by Christopher Bollyn,


Photo: David Rockefeller, who built the World Trade Center, with Gov. George Pataki, Mayor Bloomberg, and the Mossad "sayan" Ronald Lauder (financial father of Netanyahu and Sarkosy)


U.S. investigators and the controlled media have ignored a preponderance of evidence pointing to Israel's intelligence agency, the Mossad, being involved in the terror attacks of 9/11.

From the very morning aircraft smashed into the World Trade Center (WTC) and the Pentagon, news reports have indicated Israeli intelligence being involved in the events of 9/11 – and the planting of "false flags" to blame Arab terrorists and mold public opinion to support the pre-planned "war on terror."


Shortly after the destruction of the twin towers, radio news reports described five "Middle Eastern men" being arrested in New Jersey after having been seen videotaping and celebrating the explosive "collapses" of the WTC.


These men, from a phony moving company in Weehawken, N.J., turned out to be agents of Israeli military intelligence, Mossad. Furthermore, their "moving van" tested positive for explosives.


Dominic Suter, the Israeli owner of Urban Moving Systems, the phony "moving company," fled in haste, or was allowed to escape, to Israel before FBI agents could interrogate him. The Israeli agents were later returned to Israel on minor visa violations.


The Assistant Attorney General in charge of criminal investigations at the time was Michael Chertoff, the current head of the Dept. of Homeland Security. Chertoff, the son of the first hostess of Israel's national air carrier, El Al, is thought to be an Israeli national.


One of the Israeli agents later told Israeli radio that they had been sent to "document the event" – the event which took the lives of some 3,000 Americans.


Despite the fact that the Israelis arrested in New Jersey evidently had prior knowledge or were involved in the planning of 9/11, the U.S. mainstream media has never even broached the question of Israeli complicity in the attacks.


ISRAELIS FOREWARNED


On September 12, 2001, the Internet edition of The Jerusalem Post reported, "The Israeli foreign ministry has collected the names of 4,000 Israelis believed to have been in the areas of the World Trade Center and the Pentagon at the time of the attack."


Yet only one Israeli was killed at the WTC and two were reportedly killed on the "hijacked" aircraft.


Although a total of three Israeli lives were reportedly lost on 9/11, speechwriters for President George W. Bush grossly inflated the number of Israeli dead to 130 in the president's address to a joint session of Congress on September 20, 2001.


The fact that only one Israeli died at the WTC, while 4,000 Israelis were thought to have been at the scene of the attacks on 9/11 naturally led to a widespread rumor, blamed on Arabic sources, that Israelis had been forewarned to stay away that day.


"Whether this story was the origin of the rumor," Bret Stephens, the Post's editor-in-chief wrote in 2003, "I cannot say. What I can say is that there was no mistake in our reporting."


ODIGO INSTANT MESSAGES


Evidence that Israelis had been forewarned several hours before the attacks surfaced at an Israeli instant messaging service, known as Odigo. This story, clear evidence of Israeli prior knowledge, was reported only briefly in the U.S. media – and quickly forgotten.


At least two Israel-based employees of Odigo received warnings of an imminent attack in New York City more than two hours before the first plane hit the WTC. Odigo had its U.S. headquarters two blocks from the WTC. The Odigo employees, however, did not pass the warning on to the authorities in New York City, a move that could have saved thousands of lives.


Odigo has a feature called People Finder that allows users to seek out and contact others based on certain demographics, such as Israeli nationality.


Two weeks after 9/11, Alex Diamandis, Odigo's vice president, reportedly said, "It was possible that the attack warning was broadcast to other Odigo members, but the company has not received reports of other recipients of the message.”


The Internet address of the sender was given to the FBI, and two months later it was reported that the FBI was still investigating the matter. There have been no media reports since.


Odigo, like many Israeli software companies, is based and has its Research and Development (R&D) center in Herzliya, Israel, the small town north of Tel Aviv, which happens to be where Mossad's headquarters are located.


Shortly after 9/11, Odigo was taken over by Comverse Technology, another Israeli company. Within a year, five executives from Comverse were reported to have profited by more than $267 million from "insider trading."


Through Israeli "venture capital" (VC) investment funds, Mossad spawns and sponsors scores of software companies currently doing business in the United States. These Israel-based companies are sponsored by Mossad funding sources such as Cedar Fund, Stage One Ventures, Veritas Venture Partners, and others.


As one might expect, the portfolios of these Mossad-linked funding companies contain only Israeli-based companies, such as Odigo.


Reading through the strikingly similar websites of these Israeli "VC" funds and their portfolio companies, one can't help but notice that the key "team" players share a common profile and are often former members of "Israel's Intelligence Corps" and veterans of the R&D Department of the Israel Air Force or another branch of the military. Most are graduates of Israel's "Technion" school in Haifa, Mossad's Interdisciplinary Center (IDC) in Herzliya, or a military program for software development.


The IDC, a private, non-profit university, is closely tied to the Mossad. The IDC has a "research institute" headed by Shabtai Shavit, former head of the Mossad from 1989 to 1996, called the International Policy Institute for Counter-Terrorism.


The IDC also has a "Marc Rich Center for the Study of Commodities, Trading and Financial Markets" and a "Lauder School of Government, Diplomacy and Strategy." The cosmetics magnate Ronald S. Lauder, who is a supporter of Israel's Prime Minister Ariel Sharon and his far-right Likud Party, founded the Lauder school.


Lauder, president of the Jewish National Fund and former chairman of New York Governor George Pataki's Commission on Privatization, is the key individual who pushed the privatization of the WTC and former Stewart AFB, where the flight paths of the two planes that hit the twin towers oddly converged. Ronald Lauder played a significant, albeit unreported, role in the preparation for 9/11.


Pataki's wife, Libby, has been on Lauder's payroll since at least 2002 and reportedly earned $100,000 as a consultant in 2004. According to The Village Voice, between 1994 and 1998, Gov. Pataki earned some $70,000 for speaking to groups affiliated with Lauder.


THE PTECH CUTOUT


Ptech, a mysterious software company has been tied with the events of 9/11. The Quincy, Massachusetts-based company was supposedly connected to "the Muslim Brotherhood" and Arab financiers of terrorism.


The firm's suspected links with terrorism resulted in a consensual examination by the FBI in December 2002, which was immediately leaked to the media. The media reports of the FBI "raid" on Ptech soon led to the demise of the company.


Ptech "produced software that derived from PROMIS, had an artificial intelligence core, and was installed on virtually every computer system of the U.S. government and its military agencies on September 11, 2001," according to Michael Ruppert's From the Wilderness (FTW) website.


"This included the White House, Treasury Dept. (Secret Service), Air Force, FAA, CIA, FBI, both houses of Congress, Navy, Dept. of Energy, IRS, Booz Allen Hamilton, IBM, Enron and more," FTW reported.


"Whoever plotted 9/11 definitely viewed the FAA as the enemy that morning. Overriding FAA systems would be the most effective way to ensure the attacks were successful," FTW reported. "To do this, the FAA needed an evolution of PROMIS software installed on their systems and Ptech was just that; the White House and Secret Service had the same software on their systems – likely a superior modified version capable of 'surveillance and intervention' systems."
But did the U.S. government unwittingly load software capable of "surveillance and intervention" operations and produced by a company linked to terrorism onto its most sensitive computer networks, or was Ptech simply a Mossad "cutout" company?


Oussama Ziade, a Lebanese Muslim immigrant who came to the U.S. in 1985, founded Ptech in 1994. But the company's original manager of marketing and information systems was Michael S. Goff, whose PR firm, Goff Communications, currently represents Guardium, a Mossad-linked software company.


And Goff comes from a well-to-do line of Jewish Masons who have belonged to Worcester's Commonwealth Lodge 600 of B'nai Brith for decades. So, why would a recently graduated Juris Doctor in Law leave a promising law career to join forces with a Lebanese Muslim's upstart company sponsored with dodgy funders in Saudi Arabia?


"As information systems manager [for Ptech], Michael handled design, deployment and management of its Windows and Macintosh, data, and voice networks," Goff's website says. "Michael also performed employee training and handled all procurement for software, systems and peripherals."


AFP asked Goff, who left the Worcester law firm of Seder & Chandler in 1994, how he wound up working at Ptech. "Through a temp agency," Goff said. Asked for the name of the agency, Goff said he could not remember.


Could it be Mossad Temps, or maybe Sayan Placement Agency?


Goff, the original marketing manager for Ptech software, said he did not know who had written the code that Ptech sold to many government agencies. Is this believable?


Goff leaves a legal practice in his home town to take a job, through a temp agency, with a Lebanese Muslim immigrant who is selling software, and he doesn't know who even wrote the code?


AFP contacted the government agencies that reportedly have Ptech software on their computers, and IBM, to ask if they could identify who had written the source code of the Ptech software.


As of 7 April 2005, only Lt. Commander Ron Steiner of the U.S. Navy's Naval Network Warfare Command had responded. Steiner said he had checked with an analyst and been told that none of the Ptech software has been approved for the Navy's enterprise networks.


For more on Ptech: Bollyn-Ptech.html

Thursday, August 16, 2007

Les liens d’Ehud Olmert avecle 11 septembre 2001 : Yisrael espere frapper l'Europe avant le 20-21 Aout 2007


Le Règne Sanglant d’Ehud Olmert et ses liens avec le 9/11


par Christopher Bollyn,


Les deux premiers mois du mandat d'Ehud Olmert comme premier ministre d'Israël ont été décrits comme « les plus sanglants, les plus mortels et la période la plus criminelle de l'État de 58 ans d'Israël. »


Bien que la presse contrôlée ignore les crimes du nouveau chef israélien, les liens d'Olmert au criminel Israélien condamné qui a contrôlé la sécurité à l’aéroport de Boston le jour du 9/11 ne peuvent être ignorés.


Photo : Du même esprit, Ehud Olmert et Ariel Sharon sont frères d’armes et disciples de Ze'ev Jabotinsky, le fondateur de la plus radicale, raciste et militante forme de sionisme.


Les médias contrôlés par les sionistes continuent à ignorer les crimes de ces hommes et leurs liens directs au meurtre de masse commis le jour du 11 septembre.


Bien que le sionisme soit probablement la force la plus efficace influençant la politique des États-Unis, on peut affirmer sans risque qu'il demeure une philosophie politique malheureusement très mal comprise par la majorité de la population des États-Unis.


Bien que le Président George W. Bush et son coffret de guerre soient clairement des Sionistes avançant l'ordre du jour sioniste, un ordre du jour qui est favorisé et soutenu par presque chaque membre du congrès, le sionisme et son histoire sanglante sont des sujets dont la plupart des Américains ne savent pratiquement rien.


Tandis que les universités américaines offrent des cours et des degrés dans pratiquement chaque imaginable soumis, un programme d'études d'université offrant un examen critique du sionisme et de son histoire n'est pas trouvable.


L'ignorance générale du public concernant le sionisme, de ses buts et de son histoire, est composée par les médias contrôlés, qui distordent et interprètent excessivement mal le sionisme, faisant paraître cette philosophie non-américaine comme quelque chose de familier et bienveillant à l'endroit des Américains.


L'histoire sanglante bien documentée de la terreur sioniste et du nettoyage ethnique, quelque chose qui est bien connu par tous les Israéliens et Palestiniens, est une terra incognita pour la plupart des Américains, principalement à cause de la censure universitaire et médiatique.
Après les attaques de terreur du 11 septembre, dont un large corpus d'évidence indique l'implication d'agents de renseignement israélien, et avec plus de 150000 Américains entraînés dans des guerres coûteuses et désastreuses au Moyen-Orient, il n'est tout simplement plus soutenable pour les Américains que ceux-ci demeurent dans une ignorance béate du Sionisme politique.


SIONISME et COMMUNISME


Le Sionisme comme mouvement politique s'est développé avec le Communisme vers la fin des années 1800 dans les communautés Juives dans les régions occidentales de l'empire russe. En Lithuanie, en Pologne, en Biélorussie, et en Ukraine, en particulier dans les secteurs avec de grandes populations juives, le Sionisme est devenu une nouvelle religion nationale. Dès leurs débuts, les mouvements communistes et sionistes ont été étroitement entrelacés.
Vers la fin des années 1800, l'idéologie religieuse-politique du Sionisme a mené les Juifs en quête d'une identité nationale pour rejeter la langue locale et pour commencer à parler et écrire hébreu, une langue qui n'avait pas été parlée pendant des milliers d'années.


En Union Soviétique, les Juifs ont été considérés un groupe national et la nationalité juive a été marquée en tant que tels dans les passeports soviétiques. Une région autonome juive a été même établie dans l'Union Soviétique dans le secteur de Birobidjan en 1934 avec le Yiddish comme langue officielle.


Bien que les Juifs Européens Russes et Orientaux connus sous le nom d'Ashkenazi ne soient même pas Sémites, mais des Slaves et Asiatiques convertis au judaïsme, l'ardeur Sioniste les a amenés à se prendre pour des « Hébreux », comme par exemple, lorsqu'ils sont entrés aux États-Unis à Ellis Island.


Alors que les Sionistes ont « reconstitué » la langue « hébraïque », le premier objectif politique du Sionisme politique a toujours été la formation d'un état purement Juif en Palestine, quelque chose qui n'a jamais réellement existé dans l'histoire.


Le fait dont le 20ème siècle Palestine était déjà habitée par les Palestiniens, dont plusieurs sont de vrais Sémites, descendant des Juifs originaux, des Arabes, des Grecs, et d'autres races de la Terre Sainte, était quelque chose que les Sionistes ont prévu corriger par la force militaire.
La conquête armée et le nettoyage ethnique de la Palestine ont été vigoureusement favorisés dans les années 30 par Ze'ev (Vladimir) Jabotinsky, un des plus militant Sionistes. Jabotinsky, né à Odessa en 1880, est devenu commandant de la milice Sioniste connue sous le nom d'Irgun en 1937. Jabotinsky dirigea la Nouvelle Organisation Sioniste (New Zionist Organisation), le mouvement de la jeunesse de Betar, et la milice Irgun, trois prolongements du même mouvement extrémiste.


L'idéologie de Jabotinsky maintient que le peuple Juif a des droits exclusifs sur toute la terre d'Israël, qu'elle prétend s'étendre du Nil de l'Egypte au fleuve d'Euphrate en Irak.


OLMERT et JABOTINSKY


Ehud Olmert, comme ses parents d'origine Russe qui ont émigré d'abord en Chine et puis en Palestine, est un enfant idéologique de Jabotinsky. Le père d'Olmert, Mordechai, était un disciple dévoué qui a joint le mouvement de droite de Herut et la milice d'Irgun, alors menée par le terroriste Sioniste notoire Menachem Begin.


La famille intensément de droite d'Olmert a vécu à une ferme coopérative appelée Nahalat Jabotinsky. Étant enfant, Olmert était un membre de Betar, le mouvement de la jeunesse militariste. Begin, le très fanatique premier ministre israélien qui a tenu le credo « dans le sang et le feu la Judée est tombée ; dans le sang et le feu la Judée se lèvera », réfèrera plus tard à Olmert comme « Ehud, mon fils. »


Olmert, un parlementaire depuis 1973, est devenu plus tard maire de Jérusalem, la capitale occupée de la Palestine, et a supervisé l'expansion territoriale d'Israël repoussant les limites de la ville. Le secteur que les Israéliens appellent maintenant Jérusalem s'étend de Bethlehem au Sud, jusqu'à Ramallah au Nord, et Jéricho à l'Est.


Dans la pensée des Sionistes Jabotinsky comme Olmert, il n'y a simplement aucune place pour les Palestiniens sur la Terre d'Israël : « Il n'y a pas de choix : les Arabes doivent faire place aux Juifs d'Eretz Israël », écrivait Jabotinsky. « S'il était possible de transférer les peuples baltiques, il est également possible de déplacer les Arabes Palestiniens. »


La barrière murale qui a été construite à travers la Cisjordanie est une idée tirée directement des écris de Jabotinsky : « La colonisation Sioniste, même la plus restreinte, doit être terminée ou effectuée dans en défiant la volonté de la population indigène.


Cette colonisation peut donc continuer et se développer seulement sous la protection d'une force indépendante de la population locale - un mur de fer que la population indigène ne peut pas traverser », écrivait Jabotinsky dans son livre de 1923, le Mur de Fer : Nous et les Arabes.


Parler de « paix » et le soutien à tambour battant de son plan de réalignement de la colonie, les 8 semaines qu'a passé Ehud Olmert au pouvoir se sont avérées être les plus sanglantes, les plus mortelles et la période la plus criminelle de l'État de 58 ans d'Israël », écrivait Al Baik de Duraid, éditeur étranger de Gulf News dans un récent article, « Olmert : Le criminel qui colporte la paix ».


« Depuis qu'il a été intronisé comme douzième premier ministre d'Israël le 14 avril, les Israéliens ont tué plus de 50 Palestiniens et blessé environ 200, à un taux de presque 1 tué et 4 blessés par jour », écrit Al Baik. « Le nouveau premier ministre a placé un disque, surpassant celui établi par son prédécesseur Ariel Sharon pendant les jours les plus sanglants du soulèvement palestinien ou de l'Intifada. »


Cherchant à fomenter un conflit civil parmi des Palestiniens, Olmert fournit maintenant des armes pour soutenir « l'armée privée » du Président Palestinien d'Autorité Mahmoud Abbas, qui est vu par plusieurs comme un traître Palestinien travaillant contre le gouvernement élu du Hamas.


Le plus insigne de tous les nombreux actes terroristes récemment commis par les forces israéliennes, était le bombardement de la plage de Gaza dans lequel 8 membres d'une famille ont été tués. Cet acte flagrant de la terreur israélienne a été suivi d'un démenti officiel de responsabilité bien que les Israéliens bombardaient la bande de Gaza lorsque la famille sur la plage a été frappée.


Mark Garlasco, un expert militaire travaillant pour le groupe américain Human Rights Watch, était le premier investigateur indépendant à se rendre sur la scène du crime et il a trouvé le shrapnel d'une coquille d'artillerie de 155 millimètres. « Mon évaluation [est] qu'il est probable que c'aient été des tirs d'artillerie entrants qui ont atterri sur la plage et qui ont été tirés par les Israéliens du nord de Gaza », a dit Garlasco.


OLMERT et ATZMON Olmert, qui a été longtemps terni par des allégations de crimes financiers, a été impliqué dans un scandale financier impliquant des reçus forgés pour des donations à la campagne de 1988 du Likud, dont il était co-trésorier. Cette affaire a abouti à l'inculpation en mars 1996 de trois l'autre Likudniks, y compris Menahem Atzmon, le trésorier du Likud. Plus tard Olmert devait également être accusé dans l'affaire du Likud, mais a été acquitté.


Pendant les années 70 Olmert a travaillé dans le cabinet juridique d'un autre Atzmon, Uzi Atzmon. Menahem Atzmon, condamné en Israël, est devenu le fondateur et chef de International Consultants on Targeted Security (ICTS), la compagnie mère de Huntleigh USA, la firme de sécurité d'aéroport qui a fait le travail d'inspection et screening des passager aux aéroports de Boston et Newark le jour du 11 septembre.


Huntleigh USA est une filiale complètement possédée par une compagnie israélienne appelée International Consultants on Targeted Security (ICTS) International N.V., une firme d'aviation et de transport basée en Hollande dirigée par les « anciens commandants militaires [israéliens] et les vétérans du renseignement gouvernemental des agences de sécurité ».


Menachem Atzmon, condamné en Israël en 1996 pour fraude de finances de campagne, et son associé Ezra Harel, ont assuré la gestion de la sécurité aux aéroports de Boston et de Newark quand leur compagnie ICTS a acheté Huntleigh USA en 1999. Les vols UAL 175 et AA 11, qui ont frappé prétendument les tours jumelles, ont tous les deux décollé à Boston, alors que le vol UAL 93, qui s'est soi-disant écrasé en Pennsylvanie, partait de l'aéroport de Newark. Le criminel israélien condamné Atzmon commande et opère également le port allemand de Rostock sur la Mer Baltique.


Des familles de victimes du 11 septembre intenté des procès contre l'agence de sécurité Huntleigh pour avoir été excessivement négligentes lors du 11 septembre. Tandis que ces parents ont droit à la découverte et de savoir ce qu'Huntleigh a fait ou n'a pas fait pour protéger leurs êtres chers le jour du 11 septembre, Huntleigh, avec les autres agences de sécurité, se sont vues accorder la protection complète du Congrès en 2002 et ne sera jamais appelée à s'expliquer pour ses actions le jour du 11 septembre dans n'importe quelle cour des États-Unis.
Atzmon, un criminel condamné, allié politique et co-défendeur du premier ministre Israélien Ehud Olmert, était directement responsable que les passagers et la sécurité de ligne aérienne à l'aéroport de Logan de Boston, d'où les deux avions de ligne qui ont heurté le World Trade Center ont décollé.


Le lien d'Olmert avec Atzmon et l'échec de la sécurité d'aéroport le jour du 11 septembre est évidemment plus qu'une coïncidence, pourtant la presse contrôlée des États-Unis n'a pas étudié ce lien israélien aux attaques de terreur, comme tant d'autres liens.