Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Saturday, September 29, 2007

British colonial rules over UK Muslims



Written by Husain Al-Qadi,


"Join the debate!" http://www.ummahpulse.com/ - News, Analysis, Engagement


It was reported on Wednesday that the Home Office Security Minister, Tony McNulty, admitted that the government had made mistakes in its response to the 7/7 bombings.
He said "the rules of the game haven't changed", as Tony Blair had asserted, and that it was wrong to "rush headlong into looking at legislation instantly and with very short shrift".
While making these startling admissions, he also said that the Government was wrong to speak to the Muslim Council of Britain as if it were the only voice of British Muslims. He said the MCB should not have been elevated to "an exclusivity that wasn't warranted".


If one did not know the details of the discussions between the MCB and the Government, when reading these statements as reported in the media one would be forgiven for assuming that there was a causal link between the mistakes made by the government and its conversations with the MCB.


What is missing, of course, from this discussion is that the MCB never claimed exclusivity to represent the Muslim community. Nevertheless it remains the largest representative body of Muslims in the UK and, more importantly, it opposed all of the draconian legislation - most of it deeply erosive of civil liberties - proposed by the Blair regime. In fact, the MCB demanded a public inquiry on 7/7 but the government continues to reject that proposal.


"Take-me-to-your-leader"


So what does "speaking to the Muslim community" actually mean? In the days of Empire, when you invaded a country the protocol was to seek out the leader, issue instructions to him via a translator and then force him to spread the message in the local language to all his subjects. "Do as we say and you will not be punished" or "we will not give you any more morphine to quell your pain" (e.g. Lobengula). This is where the old adage of "take-me-to-your-leader" is rooted.
In modern day Britain, when the government wishes to communicate messages to its citizens, it employs the entire battery of modern communication methods at its disposal including television, print media, radio, satellite, text messaging, internet and even booklets delivered by post to every home in the land. However, when the need to communicate messages to the Muslim community arises in Britain, the approach, rather strangely, seems to revert back to the old "take-me-to-your-leader" pantomime.


In his discussion, Mr McNulty also praised the former communities secretary Ruth Kelly for "recalibrating" the relationship with the MCB. Judging by what has happened since Ruth Kelly's "fundamental rebalancing", it seems that "recalibrating" has meant that if the leader refuses to accept the government's terms and conditions then he is made to stand outside in the cold while the "Empire" favours a new leader (such as the Sufi Muslim Council). Eventually the old leader will soften his position and will slowly be allowed to have one foot in the door until he learns to play ball.


I am not sure if this is exactly what happened to the MCB, but it seems to be precisely what Mr McNulty is implying when he thanks Ruth Kelly for her "recalibrating" and the new and "profoundly different" response from the MCB in recent times.


Responsible Representation


Understandably, I can hear the leaders of our community lament: "We are a community under siege", "our young men are turning to violence", and "the government is threatening to stop talking with us". "What can we do? We have to play ball."


But is this the only way to deal with the challenges we face as a community? Especially when we live in a country that prides itself on 21st Century democracy, where the principle of interaction between the people and government is via the ballot box? I think, as a community, we need to reassess our responses and priorities.


If somone's primary objective is to be recognised by the government as a leading voice for the Muslim community, then by pursuing this goal he will inadvertently empower the government to choose voices from among us and play one voice off against another, which is what seems to be the current strategy.


However, if his objective remains, as it should be, to defend the needs of the community and to secure the community's support for that voice, irrespective of whether he is allowed in the door or not, it would not matter in the slightest if the relationship is calibrated by the government to Pavlovian perfection or not.


In fact, there are thousands of both Christian and Jewish community representative organisations in this country and of those only a few speak to the government directly. But this does not mean that the vast majority of these organisations do not communicate their wishes vigorously and influence policy on the ground. In the age of modern communication, statements, reports and press releases to the media are equally effective.


The Urgent Need of the Hour


In recent times, Islamophobia has reached endemic proportions in Britain. If something of this sort had happened to the Jewish community, the reports, statistics and press releases - demanding that the government take responsibility and do something to stop it before it spiralled into a holocaust - would have flooded the country regardless of whether Jewish representatives were invited to meetings at 10 Downing Street or not.


Our representatives should not be globe-trotting as ambassadors of Britain when they are hardly being allowed to be ambassadors of the Muslim community to the government here. Moreover, they should not be distracted with the launching of programmes that are instigated to reinforce the myth that "mosques are potentially implicated in terrorism" or at least "responsible in some way for security problems we now face".


Historically, the position of the MCB was to oppose the government's attempts to place the blame for terrorism at the door of mosques and Muslim institutions. Apart from Abu Hamza's activity in Finsbury Park mosque where the mosque committee's requests for government help to deal with him fell on deaf ears for many years, mosques in the UK have been fighting their own battles against "extremists".


In response to a recent government request for advice, the MCB Secretary General was keen to point out that: "British Muslims could assist in improving relations between Britain and other nations around the globe, particularly those that have large Muslim populations". Indeed, this may be so, but what about the palpable volcano of tension building within the average Briton against Muslims in the UK? Who is responsible for maintaining this relationship? Where are the studies, reports, conferences and publications calling on MPs to deal with this tidal wave of anti-Muslim sentiment in their respective constituencies?


If the current trends of Islamophobia continue to spiral, then I am afraid I can see nothing but the potential for a repeat of some of the worst chapters in European history - a new holocaust - but this time against Muslims. Concern over this danger must take top priority in the minds and actions of all those who consider themselves representatives of the Muslim community. If not, they would be deceiving themselves by pursuing other goals and failing in their responsibility to the community, with the most unfortunate of consequences.


Speaking to "chosen" Muslims in chambers is not the miracle panacea to address the dangers of our time. What we need is responsible representation demanding, in public, uncompromisingly genuine change of direction - a change away from the Neocon social policies that are designed in essence to exacerbate tensions between Muslims and their neighbours in Europe and North America, even when disguised in the most benign of cloaks.


This week's articles:

Friday, September 28, 2007

9-11: An American Holocaust


By Christopher Bollyn

25 September 2007



The thousands of lives lost in the destruction of the twin towers of the World Trade Center were innocent victims of a holocaust -an American Holocaust.


The word "Holocaust" derives from the Greek words "holos" (completely) and "kaustos" (burned sacrificial offering) meaning complete destruction by fire. The correct usage and meaning of this word, however, have been distorted by Zionist propagandists, who have sought to "trademark" the word as a proper noun to signify the loss of Jewish lives in World War II.

"Totality of destruction has been central to the meaning of holocaust since it first appeared in Middle English in the 14th century, used in reference to the biblical sacrifice in which a male animal was wholly burnt on the altar in worship of God," The American Heritage Dictionary of the English Language says about the word's history.

Holocaust means complete destruction by fire with extensive loss of life as it comes from the Greek holokauston, which means "that which is completely burnt."

"Holocaust has a secure place in the language when it refers to the massive destruction of humans by other humans," according to The American Heritage Dictionary's note on usage.
ACTUAL HOLOCAUSTS
I personally know of several actual holocausts in modern times in which there were "massive destruction of humans" by fire caused by other humans: the fire-bombing of German and Japanese cities, most notably Dresden on February 13-14, 1945; the massacre of the Branch Davidians at Waco, Texas on April 19, 1993; and the destruction of the World Trade Center on September 11, 2001.
The entire center of Dresden, the beautiful Saxon capital, was completely consumed by fire as a result of the Ash Wednesday fire-bombing raids of February 13 and 14, 1945. According to August Kuklane, an eyewitness, some 600,000 people, including many thousands of refugees, had been living in the city center that was incinerated by British and U.S. incendiary bombs as they slept.
The Incinerated Ruins of Dresden
9-11: AN AMERICAN HOLOCAUST
Dresden, Waco, and the World Trade Center were all holocausts in which many human lives
were intentionally destroyed by fire.
The Waco Holocaust of April 19, 1993
While we know who was responsible for the holocausts of Dresden and Waco, we still don't know who lit the fires that consumed the twin towers on 9-11 - but we have a pretty good idea.
The U.S. mass media does not use the term "holocaust" to refer to the destruction of thousands of American lives by fire in the World Trade Center because the word has been effectively usurped by Zionist propagandists. Hence, the word "holocaust" is seldom used to describe actual holocausts.
The controlled media in the United States also completely avoids discussing the evidence of Israeli prior knowledge of the 9-11 holocaust.
Although it is extremely unpleasant to contemplate, it must be remembered that hundreds of innocent Americans and other people were literally roasted alive in the upper floors of the twin towers before they collapsed. Besides the fires that were caused by the airplane fuel, there is evidence that there were large amounts of Thermite involved in the destruction of the three collapsed towers. Many people chose to jump from the 110-story towers rather than die from the extreme heat they were subjected to.
Many jumped to avoid death by burning
The Sunday Herald of Glasgow, Scotland, and Neil Mackay, Scotland's News Journalist of the Year for 2002, could teach American newspapermen something about journalism and what a "free press" really looks like. Mackay wrote an excellent article about the abundance of evidence of Israeli prior knowledge of 9-11. Mackay's piece was published in the Sunday Herald on November 2, 2003:
There was ruin and terror in Manhattan, but, over the Hudson River in New Jersey, a handful of men were dancing. As the World Trade Centre burned and crumpled, the five men celebrated and filmed the worst atrocity ever committed on American soil as it played out before their eyes.
Who do you think they were? Palestinians? Saudis? Iraqis, even? Al-Qaeda, surely? Wrong on all counts. They were Israelis – and at least two of them were Israeli intelligence agents, working for Mossad, the equivalent of MI6 or the CIA. ”
Their discovery and arrest that morning is a matter of indisputable fact. To those who have investigated just what the Israelis were up to that day, the case raises one dreadful possibility: that Israeli intelligence had been shadowing the al-Qaeda hijackers as they moved from the Middle East through Europe and into America where they trained as pilots and prepared to suicide-bomb the symbolic heart of the United States. And the motive? To bind America in blood and mutual suffering to the Israeli cause.
After being detained for two months, the five Israeli intelligence agents were returned to Israel on "visa violations." In Israel, three of the men discussed what they had been through on an Israeli television talk show, where Oded Ellner (center in photo below) made this revealing comment:
"The fact of the matter is we are coming from a country that experiences terror daily. Our purpose was to document the event."
After being returned to Israel, Omer Gavriel Marmari, Oded Ellner, and Yaron Shmuel (from left), three of the jubilant Israelis appeared on television - without the Mossad agents, Sivan and Paul Kurzberg.– almost to the minute."
Mackay asks the question U.S. journalists are afraid to even think: But how can you document an event unless you know it is going to happen?
"Put together," Mackay concluded, "the facts do appear to indicate that Israel knew that 9-11, or at least a large-scale terror attack, was about to take place on American soil, but did nothing to warn the USA."
The controlled media in the United States avoids these facts of Israeli prior knowledge because it is clear evidence of Israeli involvement in the terror attacks of 9-11. This is obviously a taboo subject in the Zionist-controlled media.
Indeed, the facts indicate that many Israelis knew that 9-11 would take place. Warnings conveyed on the Israeli-owned Odigo instant messaging system two hours before the attacks were precise to the minute.
Odigo, a company partly-owned and financed by the Israeli criminal Kobi Alexander, had its U.S. headquarters only two blocks from the World Trade Center, yet Odigo failed to pass the warning it had received on to the authorities in New York, a move that would have saved thousands of lives.
Two weeks after 9-11, Alex Diamandis, Odigo's vice president, said, "The messages said something big was going to happen in a certain amount of time, and it did
The Washington Post reported very briefly about the evidence of Israeli prior knowledge, within a larger article, on October 4, 2001 on page A-24:
Another possible hint of the plot came two hours before planes crashed into the World Trade Center, when two employees of Odigo Inc. in Herzliya, Israel, received electronic instant messages declaring that some sort of attack was about to take place. The notes ended with an anti-Semitic slur.
"The messages said something big was going to happen in a certain amount of time, and it did -- almost to the minute," said Alex Diamandis, vice president of sales for the high-tech company, which also has offices in Lower Manhattan. He said the employees did not know the person who sent the message, but they traced it to a computer address and have given that information to the FBI.
What is most striking about the media censorship of the Odigo (Comverse) story of prior knowledge of 9-11 is that it was never reported in any of the New York newspapers.
The New York Times only published two articles in which it discussed the five dancing Israelis.
The first, "5 Young Israelis, Caught in Net of Suspicion," was published on October 8, 2001 on page F-3.
The first Times article suggests that the five Israeli agents were completely innocent:
By some accounts, they seemed to be making light of the tragic situation.
Besides the cash [$4,700 in the socks] and the [multiple] passports, one man had fresh pictures of the smoldering wreckage of the trade center in his camera, images he had captured by standing rather conspicuously on the room of the van.
The Times article names the five Israelis as: Oded Ellner, Omer Gavriel Marmari, Yaron Shmuel, and the brothers Paul and Sivan Kurzberg.
The article contains an interesting choice of words used by Yigal Tzarfati, an Israeli consul in New York, who referred to the World Trade Center attacks as "bombings": "This is a huge misunderstanding," Tzarfati told the Times. The five detained Israelis, he said, "have nothing to do with the bombings."
It should be noted that their van had tested positive for explosives - before it was turned over to the FBI. Why did the Israeli diplomat use the word "bombings"?
On November 21, 2001, the New York Times published its second article about the five Israelis in a piece titled "Dozens of Israeli Jews Are Being Kept in Federal Detention."
The article by Tamar Lewin and Alison Cowan, which was published on the day the last two Israeli Mossad agents were returned to Israel, appeared on page B-7:
In New York, immigration officials began deporting five young Israeli moving men who have been in federal custody since Sept. 11. Two of the deportees, Oded Ellner and Omer Gavriel Marmari, landed in Tel Aviv yesterday. The others, Paul Kurzberg and his brother Sivan, and Yaron Shmuel, were expected to fly to Israel today.
The five aroused attention in New Jersey after people noticed them going to unusual lengths to photograph the World Trade Center ruins and making light of the situation. One photograph developed by the F.B.I. showed Sivan Kurzberg holding a lighted lighter in the foreground, with the smoldering wreckage in the background, said Steven Noah Gordon, a lawyer for the five.
As objectionable as their behavior may be, Mr. Gordon said of their long incarceration, ''It's not a crime and they were being treated as if it was.''
The five were asked to take polygraph tests before being allowed to leave. But Paul Kurzberg refused on principle to divulge much about his role in the Israeli army or subsequently working for people who may have had ties to Israeli intelligence, Mr. Gordon said. His client had trouble with one seven-hour polygraph test administered last week, but did better on a second try.
The Forward, New York City's leading Jewish newsapaper, reported on March 15, 2002 that the five Israelis had been on "a Mossad surveillance mission" and their fake moving company was just a "front":
According to one former high-ranking American intelligence official, who asked not to be named, the FBI came to the conclusion at the end of its investigation that the five Israelis arrested in New Jersey last September were conducting a Mossad surveillance mission and that their employer, Urban Moving Systems of Weehawken, N.J., served as a front.
After their arrest, the men were held in detention for two-and-a-half months and were deported at the end of November, officially for visa violations.
However, a counterintelligence investigation by the FBI concluded that at least two of them were in fact Mossad operatives, according to the former American official, who said he was regularly briefed on the investigation by two separate law enforcement officials.
"The assessment was that Urban Moving Systems was a front for the Mossad and operatives employed by it," he said. "The conclusion of the FBI was that they were spying on local Arabs but that they could leave because they did not know anything about 9/11."
However, he added, the bureau was "very irritated because it was a case of so-called unilateral espionage, meaning they didn't know about it."
Spokesmen for the FBI, the Justice Department and the Immigration and Naturalization Service refused to discuss the case. Israeli officials flatly dismissed the allegations as untrue.
However, the former American official said that after American authorities confronted Jerusalem on the issue at the end of last year, the Israeli government acknowledged the operation and apologized for not coordinating it with Washington.
In the days after the attack, an employee who worked at the Mossad-front company, Urban Moving Systems, told The Record (Bergen, New Jersey) that the Israelis "were joking" about the holocaust that had just occurred within eyesight of their office across the river from the World Trade Center:
An employee of Urban Moving Systems, who would not give his name, said the majority of his co-workers are Israelis and were joking on the day of the attacks.
"I was in tears," the man said. "These guys were joking and that bothered me. These guys were like, `Now America knows what we go through.'"

Thursday, September 27, 2007

L’occupation assassine trois résistants d’Al-Qassam et 12 Palestiniens en quelques heures

Gaza – CPI
www.palestine-info.info

Les forces de l’occupation israélienne ont assassiné, à l'aube de ce jeudi 27/9, trois résistants des brigades d’Al-Qassam, la branche militaire du mouvement de la résistance islamique Hamas qui se sont accrochés avec des forces spéciales de l’armée occupante à l’entrée de la ville de Beit Hanoun au nord de la bande de Gaza.Les forces occupantes ont tué hier soir et ce matin, le jeudi 27/9, douze Palestiniens, blessant également plusieurs autres personnes.

La branche militaire du Hamas, les brigades d’Al-Qassam, a annoncé dans un communiqué militaire dont le Centre Palestinien d’Information a reçu une copie que trois de ses résistants ont été tués alors que trois autres ont été blessés dont l’un dans un état critique.Le communiqué d’Al-Qassam a ajouté que les trois résistants sont tombés en martyre après que l’armée occupante a lancé plusieurs obus contre un groupe de résistants à l’est de la ville de Beit Hanoun.

Wednesday, September 26, 2007

israel "in charge of security" for nuclear power and weapons in the US


NDLR : Just remind me who is in charge of the security of the Madrid tubes ? London underground ? Paris charles de Gaulle Airport ? Eiffel tower ? Israelis... Who was in charge of the security on 9/11 at Boston and Washington airport ? Israelis... Who is in charge of the security of the water you drink in Europe ? Saudis pipelines ? Who is behind terrorism... ? Israeli security companies like ICTS, MAGAL, SAIC...


American supporters of Israel were delighted to learn that an Israeli company, Magal Security Systems-owned in part by the government of Israel-is in charge of security for the most sensitive nuclear power and weapons storage facilities in the United States.


Unbelievable, there isn't a single way in which the United States is involved with these people wherein we're not getting screwed, yet they manage to get even further entrenched in the most sensitive of our national security interests.


The largest perimeter security company in the world, Magal started out as a division of Israeli Aircraft Industries (IAI)-which was owned in part by the government of Israel. In recent years, however, Magal evolved into a publicly-traded company, although IAI (and thus the government of Israel) still holds a substantial share in the highly successful firm.

What all of this means is that the government of Israel will actually have control over the security of America's nuclear weapons.

Supporters of Israel say that this is a splendid idea, since Israel is said to be perhaps America's closest ally on the face of the planet. However, there are some critics who question the propriety of America's super-sensitive nuclear security being in the hands of any foreign nation, particularly Israel which, even today, officially denies that it is engaged in the production of nuclear arms.

Be that as it may, however, Magal's global interests are quite broad-ranging. Having secured 90 percent of Israel's borders through a wide-ranging array of super-modern "space age" technology, Magal has now branched out internationally.

Not only does Magal provide security for American nuclear facilities, but it also does likewise for most major nuclear facilities in Western Europe and Asia. In addition, the Israeli firm also provides security for Chicago's O'Hare Airport and, for the last fifteen years, has kept watch on the Queen of England's famed Buckingham Palace in London.

What's more, Magal provides security for 90% of the American prisons that utilize electronic systems. Magal brags that its other clients around the globe include: borders, airports, industrial sites, communication centers, military installations, correctional facilities, government agencies, VIP estates and residences, commercial buildings and storage yards.

Is there anything Magal DOESN'T "SECURE"???

There is hardly a major country or major enterprise that does not have Magal's security specialists keeping a close watch on their activities.

Clearly, Magal is no small enterprise. While 27% of its total sales are in the Israeli market, its largest market is in North America, which currently accounts for 35% of its sales.

However, Magal's American outreach is expected to increase substantially, especially now that firm has set up a Washington, D.C. office which will promote its products to federal agencies and to the members of Congress who provide funding for federally-supervised security projects across the country at all levels: local, state and national.

And with current U.S. Homeland Security Chief, Michael Chertoff, not only a strong supporter of Israel but also the son of a woman who has strong Israeli ties-even including service with El Al, the national airline of Israel-Magal, owned in party by Israeli Aircraft Industries-will be a clear-cut favorite in the eyes of the power brokers in official Washington who have the power to grant lucrative security contracts.

At the moment, Magal has four U.S.-based subsidiaries: two in California, Stellar Security Products, Inc. and Perimeter Products Inc., as well as the New York-based Smart Interactive Systems, Inc., and the Virginia-based Dominion Wireless, Inc.

All told, the Israeli company holds a 40% share in the worldwide market in perimeter intrusion detection systems and is working to expand its business in the protection of oil pipelines.
Magal is also said to be quite interested in guarding water lines around the globe, particularly in the United States.

Ghee - I wonder why?

In fact, Magal may have an inside shot at getting a monopoly in guarding America's water supplies.

On July 19, the Bush administration's Environmental Protection Agency announced a "partnership" with the Israeli Ministry of National Infrastructures to improve what they called "water supply system security in the United States and Israel." Since Magal is so highly respected in Israel, it's an even bet that Magal will soon be guarding the U.S. water supply.
By Michael Collins PiperCorrespondent for American Free Press and author of "The New Jerusalem:Zionist Power in America", "The High Priests of War," and "Final Judgment," which details the Mossad role in the JFK assassination conspiracy.


Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine


J.Mearsheimer & S. Walt - La République des Lettres


Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine porte sur un sujet profondément tabou aux Etats-Unis, celui de l’influence des groupes de pression israéliens sur la politique étrangère américaine au Proche-Orient et dans les pays arabes. Il est l’oeuvre de deux éminents universitaires américains : John J. Mearsheimer, professeur émérite de Sciences Politiques à l’université de Chicago (auteur entre autres de The Tragedy of Great Power Politics) et Stephen M. Walt, directeur des études et professeur émérite de Relations internationales à la Kennedy School of Government d’Harvard (auteur lui de Taming American Power : The Global Response to US Primacy).


Les deux politologues démontrent dans ce livre précis et extrêmement bien documenté qu’Israël a été le pays au monde qui a le plus bénéficié de l’aide économique, militaire et diplomatique américaine depuis la seconde guerre mondiale.

Ed. La Découverte


L’État hébreu a systématiquement et largement été favorisé, soutenu et défendu par l’Oncle Sam, même sur des questions sensibles comme par exemple le développement illégal de l’arme nucléaire, la colonisation des territoires palestiniens ou la violation des Droits de l’Homme. De fait, depuis 1972, les États-Unis ont mis leur veto à 42 résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU critiquant la politique israélienne, y compris lorsqu’il s’agissait de crimes contre l’humanité ou de crimes de guerre, sans compter les nombreuses autres résolutions affaiblies afin d’éviter la mise en accusation d’Israël, qui de toutes façons multiplie les infractions au Droit international sans être jamais inquiété.


Et chaque année, Israël, pays industriel pourtant désormais aussi riche que l’Espagne, continue de recevoir à lui seul plus d’un cinquième de l’aide économique étrangère des États-Unis (soit environ 500 dollars par an et par Israélien), à laquelle il faut ajouter une très importante fourniture d’armes et d’assistance militaire, le Pentagone et Tsahal collaborant étroitement. Plus radicalement, les auteurs affirment entre autres que George W. Bush est entré en guerre contre l’Irak de Saddam Hussein à la demande d’Ariel Sharon et de ses affidés au Pentagone tels Paul Wolfowitz, même si ce n’est pas l’unique facteur, et qu’Al-Qaïda est à l’origine une émanation conjointe des services secrets israélo-américains. De même pour les conflits comme la récente guerre au Liban ou les menaces de guerre nucléaire avec l’Iran qui, sous couvert de lutte contre le terrorisme islamique, sont les résultats de la désastreuse politique commune entre israéliens et américains. Enfin les deux chercheurs n’hésitent pas à dénoncer pour leur partialité en faveur d’Israël les grands médias américains, qu’ils soient journaux ou télévisions de tous bords politiques.


Adoptant un point de vue résolument réaliste, Stephen Walt et John Mearsheimer estiment que l’Etat juif est plus un fardeau qu’un atout stratégique car la protection zélée de Washington, qui va jusqu’à compromettre la sécurité de l’ensemble des pays occidentaux, est extrêment dangereuse, politiquement contre-productive, et stratégiquement néfaste tout autant à l’intérêt national américain qu’à celui d’Israël et à la paix dans le monde. Entre parenthèses, il serait intéressant de connaître l’avis du très atlantiste et très pro-israélien Nicolas Sarkozy, nouveau "caniche" européen de George W. Bush, et de son ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner, qui viennent tout juste d’aligner sans aucun complexe la politique étrangère de la France précisément sur celle des Etats-Unis.


Le soutien indéfectible et irraisonné des États-Unis à Israël ne peut s’expliquer ni par des intérêts stratégiques communs ni par des impératifs moraux, estiment les deux auteurs. Arguments, chiffres et documents incontestables à l’appui, ils démontrent clairement qu’un puissant lobby pro-israélien — représenté notamment par l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC, 100.000 membres actifs), quelques autres organisations juives de droite et d’influents cercles de réflexion comme entre autres la Brooking Institution — exerce une influence considérable dans tous les secteurs, de l’administration aux médias en passant par l’université, et travaille activement à l’orientation de la politique étrangère américaine. Ce lobby est soutenu par les nombreux néoconservateurs et chrétiens évangéliques fondamentalistes — tels ceux de Chrétiens Unis pour Israël (pour qui la "renaissance" d’Israël s’inscrit dans un dessein biblique) — tous fervents sionistes largement représentés dans l’administration Bush.
Mearsheimer et Walt estiment in fine que, s’il n’en allait de la sacro-sainte sécurité de la Jérusalem juive, l’Amérique de George W. Bush ne serait aujourd’hui pas autant exposée aux menaces terroristes venant de Syrie, d’Irak ou d’Iran. "Israël n’a pas le poids stratégique que les États-Unis mettent en avant. Israël a pu avoir un poids stratégique pendant la guerre froide, mais il est devenu un handicap grandissant maintenant que celle-ci est terminée", écrivent-ils, ajoutant que "Le soutien inconditionnel à Israël a renforcé l’antiaméricanisme dans le monde, a contribué à alimenter le problème de terrorisme pour les États-Unis, et a affaibli les liens avec des alliés en Europe, au Proche-Orient et en Asie". En conclusion, ils prônent un changement radical de politique envers Israël.


La thèse de Stephen Walt et John Mearsheimer ne présente guère d’éléments nouveaux pour les observateurs de la politique étrangère américaine, la réalité des chiffres et des actes étant difficile à nier. Elle n’a cependant pas échappé à une violente vague de réactions hostiles et de commentaires haineux dans les médias, sans parler des "punitions" (Stephen Walt a par exemple été "démissionné" de son poste de doyen). La polémique tient sans doute au fait qu’il ne s’agit pas d’un simple pamphlet anti-israélien mais d’un très sérieux essai politique rédigé par des intellectuels américains réputés et de plus responsables d’études sur ces questions dans des universités prestigieuses.


L’article à l’origine du livre, prévu initialement pour être publié par la revue américaine Atlantic Monthly qui l’avait commandé en 2002, a été refusé par toutes les revues américaines lorsqu’elles ont pris connaissance du propos. Il a pu être publié quelques jours en mars 2006 sur le site web de la Fac de Droit d’Harvard mais a été précipitamment retiré sous la pression des donateurs et sponsors de l’université. C’est la London Review of Books, vénérable revue littéraire et intellectuelle britannique lue par l’intelligentsia libérale éclairée, qui a finalement eu le courage de publier l’article en version abrégée au printemps 2006, (version française), provoquant un énorme tollé.


Pas un éditorialiste américain, du Los Angeles Times au Washington Post en passant par le New York Times ou The New Republic, sans parler du virulent Daniel Pipes qui diffuse dans tous les médias néo-conservateurs sa propagande sioniste, qui n’ait pris position, le plus souvent pour condamner l’essai de façon méprisante et accuser les deux auteurs d’antisémitisme quant ce n’est pas de pure et simple démence. Certains ont été jusqu’à parler d’un nouveau Protocole des sages de Sion, en référence au célèbre faux antisémite. La plupart des commentaires de la presse ne portaient généralement pas sur les questions soulevées par l’article mais sur les "intentions" de Stephen Walt et John Mearsheimer.


Globalement, le ton de la presse a été celui donné par Eliot Cohen dans le Washington Post : "Si, par antisémitisme, on entend des croyances hostiles irrationnelles et obsessionnelles sur les Juifs ; si on les accuse de manque de loyauté, de subversion et de trahison, d’avoir des pouvoirs occultes et de participer à des tractations secrètes pour manipuler les institutions et les autorités gouvernementales ; si quelqu’un liste systématiquement tout ce qu’il y a d’injuste, de laid et de faux chez les Juifs pris individuellement ou collectivement et en même temps exclut systématiquement toute information à leur décharge, alors oui, cet article est antisémite". Le mois dernier encore, alors qu’ils devaient parler devant le Chicago Global Affairs Council, la réunion avec Walt et Mearsheimer a été annulée au dernier moment pour "protéger l’institution". Certains critiques courageux comme David Remnick dans The New Yorker ont toutefois jugé qu’il n’y avait pas lieu de crier à l’anti-sémitisme et qu’un débat sur le sujet était nécessaire, même s’il est très improbable qu’un tel débat ait lieu pendant l’actuelle campagne pour l’élection présidentielle américaine.


En brisant le tabou sur l’alliance israélo-américaine, les deux intellectuels ont pris le risque de voir briser leur carrière et leur réputation par les groupes de pression qu’ils dénoncent. Ils déplorent l’impossibilité de débattre des relations israélo-américaines, un aspect pourtant central des relations extérieures de la première puissance mondiale, sans se voir systématiquement affublé d’une casquette d’antisémite ou de juif renégat. "Nous ne développons pas une position extrémiste. Notre livre ne met pas en question le droit d’Israël à exister et ne dépeint pas les groupes pro-israéliens comme faisant partie d’une espèce de conspiration contrôlant la politique étrangère des Etats-Unis. Au contraire, il décrit ces groupes et ces individus — des juifs et des non-juifs — comme un groupe d’intérêt dont les activités ne sont pas très différentes du lobby des armes, du lobby agricole ou d’autres lobbies ethniques", se défendent-ils.


Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine de John Mearsheimer et Stephen Walt est publié simultanément par les éditions Farrar Strauss & Giroux (États-Unis), Campus (Allemagne), Kodansha (Japon), Atlas (Hollande), Penguin (Royaume-Uni), Mondadori (Italie) et La Découverte (France).


La République des Lettres


"Depuis la publication du Choc des civilisations dans le magazine Foreign Affairs en 1993, aucun essai universitaire n’avait autant défrayé la chronique." (Michael Massing, New York Review of Books)


" Il se pourrait que l’analyse réaliste que Mearsheimer et Walt présentent de façon si pertinente [...] mette en branle un utile changement de paradigme dans la politique américaine au Proche-Orient ". (L. Carl Brown, Foreign Affairs)


John J. Mearsheimer est professeur de sciences politiques à l’université de Chicago et est l’auteur de The Tragedy of Great Power Politics. Consulter le site personnel de John J. Mearsheimer. Stephen M. Walt est professeur de relations internationales à la Kennedy School of Government d’Harvard. Son dernier livre s’intitule Taming American Power : The Global Response to US Primacy (Traduction française à paraître aux Éditions Demopolis en octobre 2007).


À paraître le 27 septembre 2007


Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine - John J. Mearsheimer, Stephen M. Walt (Traduit de l’américain par Nicolas Guilhot, Laure Manceau, Nadia Marzouki et Marc Saint-Upéry) - La Découverte, Paris, 2007 - 504 p., 20 €


Tuesday, September 25, 2007

Purification ethnique de la abande de Gaza

Hamdan : L’occupation annonce une guerre ouverte par sa décision que la bande est une entité ennemie

Beyrouth – CPI
www.palestine-info.info

Le représentant du mouvement de la résistance islamique Hamas au Liban, Oussama Hamdan, a considéré que la décision de l’occupation israélienne d’annoncer que la bande de Gaza est une entité ennemie représente une annonce de guerre totale contre le peuple palestinien.Il a accusé le président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, de présenter des justifications à l’ennemi sioniste.Hamdan a dit dans des déclarations télévisées que la décision de l’entité sioniste de considérer que la bande de Gaza est une entité ennemie porte plusieurs dimensions dont l’annonce de la guerre ouverte contre le peuple palestinien en faisant référence aux agressions continuelles des forces occupantes contre la bande de Gaza et la Cisjordanie, faisant de nombreux martyrs palestiniens.

Il a ajouté que l’occupation israélienne demande au monde de rester muet devant ses crimes perpétrés contre le peuple palestinien à travers cette décision.Le représentant du Hamas au Liban a affirmé que le président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a présenté des justifications pour l’occupation israélienne vis-à-vis de cette décision à travers ses condamnations des opérations de lancement de missiles de la résistance palestinienne contre l’occupation et ses déclarations que le Hamas a des relations avec Al-Qaida.

Au sujet du congrès prévu en automne prochain selon l’appel du président Bush, Hamdan a dit que tout le monde sait que ce congrès échouera, parce que la direction américaine n’est pas sérieusement concernée par la réalisation de la paix dans la région.Il a ajouté que ce congrès sera une manifestation sans sens politique en affirmant que son échec va servir le choix de la résistance palestinienne.Il a dévoilé que le premier ministre du gouvernement légal d’unité nationale, Ismaïl Haniyeh, a contacté toutes les parties arabes et islamiques afin d’expliquer la situation palestinienne actuelle en soulignant que la position arabe appelle au dialogue entre le mouvement du Hamas et celui de Fatah.

Le gouvernement du terroriste de Tel Aviv n'est pas celui de la France, c'est un gouvernement de juifs sionistes terroristes travaillant pour Yisrael


Kouchner défend le nucléaire militaire israélien


Dans un article publié le 21 septembre sur le quotidien sioniste en ligne le jpost intitulé « maintenant ce n’est pas le moment de parler au Hamas » d’Hilary Leila Krieger/ Washington, ce quotidien affirme que Kouchner, lors d’une conférence sur les relations entre l’Europe et l’Amérique à Washington au cours de sa première visite en tant que ministre français des affaires étrangères, a défendu le nucléaire militaire israélien.


Après avoir été chahuté par des manifestants anti guerre américains l’accusant, lui et Bush d’être des va-t-en guerre, à la fin de son intervention il a défendu le programme nucléaire israélien lorsqu’un manifestant a appelé à un Moyen Orient sans nucléaire. Répondant à cet appel à un monde sans arme nucléaire, dont devrait, selon le TNP, se défaire les puissances nucléaires militaires comme la France, les US, la Grande Bretagne, la Chine, la Russie, Israël le Pakistan et l’Inde (bien que ces trois derniers n’aient pas signé le TNP), il a dit « je suis d’accord avec vous ce serait mieux » mais a suggéré que ce n’était pas une solution adéquate face aux réalités de la vie au Moyen Orient.


« Israël est menacé par le président Ahmadinejad » a-t-il dit, se référant probablement au mythe véhiculé par les médias menteurs sur « balayer Israël de la carte », et quand une menace est faite, « nous devons réagir, nous devons nous défendre nous mêmes », « nous devons défendre la démocratie ». Il reprend ainsi, mot pour mot, le discours de Tel Aviv (notez le « nous » significatif de l’adhésion totale de Kouchner au sionisme et ses intentions nucléaires belliqueuses) qui envisage de bombarder les installations nucléaires iraniennes y compris avec des Bunkers Busters, ces bombes nucléaires à pénétration souterraine, fournies gratuitement par les US.


Kouchner, c’est clair, quoi qu’il fasse et dise pour faire croire le contraire, après avoir appelé à une guerre contre l’Iran, endosse donc une guerre nucléaire contre ce pays, par une attaque nucléaire éventuellement menée par l’état sioniste.


Quant à Sarkosy, affirmant avec houtzpa (culot) dans son dernier discours télévisé que l’Iran cherche à fabriquer une bombe atomique, pour semer la peur dans l’opinion publique française, lui aussi répète ce mensonge fabriqué par les américano sionistes.


La bande de parvenus qui s’est emparée de la République avec force magouilles médiatiques, sondages bidon et soutien de l’extrême droite tellement aveuglée par sa haine de l’étranger au point de voter pour un arriviste laquais de Washington et de Tel Aviv, dynamiteur de la République française, va-t-elle plonger la France dans une guerre « sans fin », une guerre qui pourrait être la 4 ème Guerre Mondiale (la Guerre Froide ayant été considérée par beaucoup comme la 3ème) ?


La France-Yisrael et son pantin terroriste Sarkosy declenche la conflagration nucleaire du Moyen Orient


The reason that Bush did not come out directly with a verbal attack on Iran is that Sarkozy did it for him. Looks like Bush has found his new "poodle", now that Tony Blair is off "creating genocide of Palestinians in the Middle East"...


Allowing Iran to acquire nuclear weapons could destabilize the world and lead to war, French President Nicolas Sarkozy told the United Nations on Tuesday.
(Advertisement)



In his maiden speech to the U.N. General Assembly, Sarkozy said: "There will be no peace in the world if the international community falters in the face of nuclear arms proliferation."


Iran was entitled to nuclear power for civilian purposes, he said, "but if we allow Iran to acquire nuclear weapons, we would incur an unacceptable risk to stability in the region and in the world".


In a broader warning against the dangers of appeasement, the new French leader said: "Weakness and renunciation do not lead to peace. They lead to war."


Iran insists its nuclear program is for peaceful purposes, but the West suspects the Islamic Republic of enriching uranium to develop a nuclear weapons capability.


Underlining French support for tougher sanctions against Tehran, sought by the United States but opposed by Russia and China, Sarkozy said: "We can only resolve this crisis by combining firmness with dialogue."


In an interview with the New York Times published on Monday, Sarkozy said that if the U.N. Security Council was unable to agree on further financial sanctions, the European Union should take its own measures to raise pressure on Iran.


French Foreign Minister Bernard Kouchner caused an outcry last week by saying if diplomacy failed to stop Iran's nuclear program, the world should prepare for the worst -- war.


But Sarkozy appeared to deliver the same message in a coded form, without mentioning the possibility of military action to prevent Iran achieving a nuclear capability.

Sunday, September 23, 2007

Le manifeste du Musulman : une strategie pour sa survie


THE MUSLIM MANIFESTO - a strategy for survival

You can read the all text at this url : http://www.iamthewiki.com/index.php?title=Muslim_Parliament_Manifesto


Jazak Allah kheyren to the brothers who put this very important booklet on the internet.


INTRODUCTION


This manifesto is the outcome of a process of consultation, writing and revision over several months. It is now being offered for wider debate in the Muslim community. We hope that a number of regional consultation conferences will be held all over the country in the next few months. To set that process of consultation in motion, the Muslim Institute has arranged a one-day conference on “The Future of Muslims in Britain”. This conference will be held in the Logan Hall, the Institute of Education, 20 Bedford Way, London WC1, on 14 July 1990.


(Dr) Kalim Siddiqui Director The Muslim Institute 6 Endsleigh Street London WC1H 0DS

CONTENTS


Page No


The Historical Situation 1
Assumptions 2
The Founders’ Council 3
The Council of British Muslims 4
The General Assembly of Muslims in Britain 5
The Council of Muslim Women in Britain 6
The Congress of Muslim Youth and Students in Britain 7
Relationship with the British authorities 8
Goals of the Muslim community in Britain 9
General guidelines for the life of the Muslim individual in Britain 11
A strategy for survival 13
History – the British obsession 14
History – the Muslim response 15
What is survival? 16
Mosques in Britain 17
Ulama in Britain 18
Role of trustees of mosques 19
The Muslim Agenda 20
The Satanic Verses 21; Islam in Britain 23; Da’wah 24;
Existing Muslim or Islamic organisations 25; Education 26;
Muslim Personal Law 27; The Muslim Law Commission 28;
Financing higher education 29; Muslim Weekend Colleges 30;
The Islamic University 31; The Muslim Ummah Fund 42.
Glossary 33


- 1 -


THE HISTORICAL SITUATION


It is a matter of deep regret that the Government, all political parties and the mass media in Britain are now engaged in a relentless campaign to reduce Muslim citizens of this country to the status of a disparaged and oppressed minority. We have no alternative but to resist this invidious campaign. To do so Muslims in Britain must define their collective goals and move towards a consensus on major issues. The established network of 1,000 mosques and a wide range of organisations already serving the community must develop greater cohesion and dynamism. This manifesto attempts to provide a common text defining the Muslim situation in Britain. It also seeks to provide a framework for the healthy growth of all parts of the community as well as a common Muslim identity and purpose. Maxim: Muslims will resist and fight all forms of oppression.




Please do not forget to spread this Manifesto to all the Muslims and non-muslims you know. Jazakum Allah kheyr

Experts en brouillage de l'information

NDLR: Nous publions ci-dessous l'analyse du site Algeria-Watch. A la lecture de la conclusion, d'un article pourtant excellement redige, nous ne pouvons nous empecher d'ecrire ce qui suit.
Francois Geze travaille pour la DGSE, des clans de la DGSE, du ministere de la defense et de la DST, le PS et l'UMP se partage le 'gateau' Algerie depuis 'l'independance', vous devez savoir cela si vous souhaitez comprendre la situation. La conclusion de l'article affirme que Bouteflika serait 'pro-francais', 'pro-russe'.
En replacant dans le contexte, Bouteflika serait allie de Chirac et les clans militaires de France qui apres la premiere guerre du Golf ont compris que les israeliens et les republicains allaient mener des guerres pour s'approprier les ressources du Moyen Orient et de l'Afrique.
Ces clans militaires affairistes sont effectivement allies des politques 'anti'atlantistes', mais ce sont ces memes clans a Paris qui ont cree la guerre civile en Algerie. Pour affirmer le 'pre-carre' francais. La France, des officiers de la France-Israel, ont cree le GIA, dont l'ancetre est la Force K de la DST, ou escadrons de la mort, sur le meme model, les usraeliens utilisent Al Qaeda. L'Algerie a ete le laboratoire de la violence politque ideoligisee par les services de renseignements interposes. Si Bouteflika est pro-francais, pourquoi les DAF sont a Rabat ou en Suisse. Dans les annees 1990, il ya bien oppostion entre des clans militaires francais, decus des miettes recus de Georges Bush pere aprers la guerre de 1991, il y a bien eu instrumentalisation des pantins de l'ANP et de partis politque par la DST et la DGSE le MI6, la CIA et les services allemands.
Aujourd'hui dire que l'Algerie est l'enjeu de tension entre antlantistes sionistes et 'gaullistes' releve de la supercherie, d'autant que Tewfik est un agent de la DST et un excellent collaborateur de Tel Aviv. La France est aux mains des israeliens, qui utilisent Sarkosy come contre-maitre du grand moyen orient ou 'eretz israel'. Depuis le 11 septembre 2001, les USA et la France travaillent militairement a la re-invasion du nord de l'Afrique, la France est partie prenante, car c'est mieux que de tout perdre.
On envoi pas l'Europe en Iran sans s'assurer du flux energetique venat de Russie ou du Sud de l'Europe. L'elimination de Bouteflika repond a cet imperatif. Les israeliens n'iront pas en Iran, de meme que les USA ne pourront le faire sans assurer a l'Europe des garanties energetiques.
En Fevrier 2007 a Abu Dahbi, se sont prepares la vague d'attentats du mois de mars-avril 2007 lors du reunion reunissant le DRS la CIA, la DGSE. LE GSPC passait sous double controle, franco-americain... Beaucoup d'indices prouvent que Tewfik a perdu le controle, le cas Hattab en est un. La DGSE reproche a Tewfik de travailler avec les americasno-sionistes, mais dans le meme temps l'allaince-Base prepare la vague de destabilisation au maghreb, bien curieuse analyse que celle de Geze.
La France est totalement impregnee de la politique sioniste americaine. En 2007, Sarkosy ne fait qu'executer les ordres de Washington et Tel Aviv, qui certes s'opposent aux Russes, Chinois, et non alignes, comme l'Iran et le Venezuela et des potentiels accords entre ces pays. Il n'y a plus d'opposition France-Anglo-saxons au maghreb.
Geze n'a jamais voulu entendre parler de compensations de l'etat francais pour le genocide commis durant la colonisation, il a parle 'd'excites'. Bouteflika serait donc un excite pro-francais. A la bonne heure. Geze ne met jamais en cause le ministere de la defense et de l'interieur comme etant les commanditaires des massacres par larbins interposes en Algerie. Jamais, la DST n'est sopupconnee dans les attentats de 1995 ou dans le cas des moines de Tibherines,
que lorsque les preuves sont lachees, Jamais Geze ne demanderait une commission d'enquete internationale des services a Paris, ceux qui ont concu la troisieme guerre d'Algerie, evidement l'ONU est sous mandat americain... Il y a des personnes qui doivent se rendre compte que la France est aussi impliquee dans les genocides que ne le sont les anglo-saxons, et que de simples paroles ne suffiront pas a la France pour rester au maghreb, et la meme chose vaut pour ceux qui dirigent la France pour la Palestine. Sarkosy declenche la guerre, personne d'autre !
Le brouillage a assez dure, ne prenez pas les gens pour des dupes...
Cinquième phase (2006-2007) : le GSPC instrument de la lutte des clans au sommet du pouvoir

À partir de la fin 2006, les actions terroristes du GSPC-AQMI vont donc encore s’intensifier dans le Nord de l’Algérie. Et pourtant, étrangement, une fraction des « décideurs » algériens les plus en vue et certains journalistes « sécuritaires » vont commencer à faire état publiquement comme (presque) jamais auparavant de leurs doutes sur les liens organiques entre le GSPC et Al-Qaida, invoquant plutôt la main, derrière les chefs du groupe djihadiste, d’« autres intérêts », du « grand banditisme », de la « mafia politico-financière », voire de « capitales étrangères ».
Les fissures au sommet du pouvoir et l’affaire Brown & Root-Condor

Avant d’examiner les détails de ce surprenant retournement, il est indispensable de rappeler le contexte politique de l’Algérie de 2006, plongée dans une crise profonde, à la fois sociale, économique et politique, et dont les clans qui la dirigent s’inscrivent de façon complexe dans les conflits géopolitiques des grandes puissances actives dans la région (principalement la France et les États-Unis, mais aussi la Russie, la Chine et les riches États du Golfe arabo-persique)[116].
Paradoxalement, alors que l’économie réelle (hors pétrole et gaz) est sinistrée, jamais le pays n’a été aussi riche : l’explosion des prix des hydrocarbures a accru de façon vertigineuse les ressources de l’Algérie, laquelle dispose désormais de dizaines de milliards de dollars de réserves de change. L’énormité de ce « gâteau » a exacerbé l’appétit des clans du pouvoir : certains d’entre eux, surtout liés aux réseaux de la « Françalgérie » (mais aussi à d’autres acteurs internationaux comme la Russie) et utilisant la figure déclinante du président Bouteflika, ont commencé en 2006 à contester la domination du « clan Tewfik », exercée presque sans partage depuis sa victoire de 1998 contre le « clan Zéroual ».

Cette conjoncture, ainsi que plusieurs autres facteurs, explique que la « coupole » des dirigeants algériens est depuis lors traversée par une féroce lutte de clans pour le contrôle des richesses du pays, aussi violente que celle des années 1996-1998. Sur le plan interne, le général Mohammed « Tewfik » Médiène n’a pu atteindre son objectif d’une « sortie de crise » qui aurait permis d’instaurer durablement un nouveau mode de pouvoir assurant à son clan à la fois l’impunité de ses crimes contre l’humanité commis au cours des années 1990, une relative paix sociale et la certitude de maintenir (à son profit et à celui de ses enfants) le pillage organisé des ressources du pays.

En effet, l’« autoamnistie » de février 2006 a renforcé les blocages à tous les niveaux de la société : les familles des victimes de la « sale guerre » contestent les mesures destinées à les faire taire, l’opposition islamiste critique l’interdiction de toute activité politique imposée à ses membres et l’opposition dite « républicaine » est sortie laminée de son soutien aux militaires dans les années 1990 – car les chefs du DRS l’ont marginalisée après l’avoir efficacement utilisée comme relais de désinformation, en particulier auprès des médias et des politiques français. S’ajoute à cela le maintien de l’état d’urgence instauré en février 1992 et la répression interdisant tout rassemblement et débat autour des « années de sang ». Parallèlement, la dégradation des conditions de vie d’une grande majorité d’Algériens est telle que les émeutes sont devenues quasi quotidiennes depuis 2003.
L’utilisation du « terrorisme résiduel » du GSPC pour y faire face en terrorisant les populations ne semble plus suffire – car c’est aussi une des « fonctions » du GSPC : depuis 2005-2006, ses actions terroristes frappant la population civile sont souvent intervenues dans des lieux où venaient d’éclater des émeutes (pour l’eau, pour les logements, pour les transports, etc.). Enfin, depuis la longue hospitalisation à Paris du président Bouteflika en novembre 2005, sa santé incertaine pose à ses anciens mentors du DRS le problème épineux de lui trouver un successeur à même d’assurer la crédibilité de leur façade civile, essentielle à leurs yeux pour garantir leurs intérêts face à la communauté internationale.

Cette crise larvée explique le discret ralliement autour de la figure de Bouteflika, afin de contrer le clan Tewfik, d’une fraction significative des « décideurs » algériens (y compris sans doute certains des généraux de l’ANP écartés par Tewfik Médiène, au premier rang desquels le général Mohammed Lamari, « démissionné » en août 2004 de ses fonctions de chef d’état-major de l’armée, et qui avait été pourtant un adversaire de Bouteflika). Pour cette coalition de circonstance, Bouteflika est bien moins un leader qu’un commode paravent. Son objectif principal : casser l’alliance stratégique que le général Tewfik avait nouée – au détriment de la France – avec les États-Unis et qui s’était traduite par l’attribution à des firmes américaines de très importants contrats d’exploitation des hydrocarbures algériens.
Car, sur le plan externe, cette alliance était devenue nettement moins intéressante pour les « décideurs » algériens : l’augmentation des prix des hydrocarbures a introduit de nouvelles marges de manœuvre et d’alliances, notamment avec la Russie. En témoigne notamment l’annulation de facto par Bouteflika, en juillet 2006, de la « loi sur les hydrocarbures » adoptée en avril 2005 et qui prévoyait d’accorder aux grandes compagnies pétrolières étrangères, surtout américaines, des avantages considérables – annulation qui a suscité de vives réactions de Washington et des firmes concernées, comme Anadarko, très présente en Algérie grâce à ses liens avec le clan Tewfik.

Le net rapprochement d’Alger avec Moscou, très vraisemblablement poussé par le « clan Bouteflika », s’est traduit à partir de 2006 par la conclusion de grands contrats d’achats d’armements russes (pour quelque 15 milliards de dollars[117]) et le resserrement des liens entre les grandes compagnies pétrolières et gazières russes et Sonatrach pour l’exploitation des hydrocarbures algériens, jusque-là chasse (presque) gardée des firmes américaines[118].
C’est dans ce contexte qu’éclate, au cours de l’été 2006, une très étrange affaire qui défraiera au cours des mois suivants la chronique de la presse algérienne, laquelle se gardera bien toutefois d’en donner les clés, sauf de façon très cryptée : celle de la firme algéro-américaine Brown & Root-Condor (BRC).
Créée en 1994, BRC est une joint-venture entre, d’une part, Sonatrach et Naftech (51 %) et, d’autre part, l’Américaine Kellogg Brown & Root (49 %, filiale « engineering » de Halliburton, alors dirigée par le futur vice-président américain Dick Cheney). Elle a depuis lors décroché de nombreux contrats publics, pour des milliards de dollars, de construction d’établissements publics (hôpitaux et autres), d’infrastructures militaires et pétrolières, etc. En juillet 2006, la presse algérienne annonce qu’une enquête diligentée à l’initiative du président Bouteflika a révélé que ces opérations auraient donné lieu à des malversations et des surfacturations[119]. Au terme d’un étonnant feuilleton médiatique, l’affaire se soldera en septembre 2007, après l’incarcération du P-DG algérien de la société, par le retrait de Kellogg Brown & Root, qui revendra ses parts à la Sonatrach.

Au-delà des disputes autour des commissions qu’aurait touchées le clan Tewfik sur les affaires de BRC, une des clés de l’affaire, qui a contribué de façon décisive à durcir la lutte des clans, sera donnée en novembre 2006 par l’article publié sur le Web d’un journaliste indépendant, Madjid Laribi (dont nous avons pu vérifier le sérieux)[120]. Selon celui-ci, à une date indéterminée (sans doute début 2006), les services de renseignement militaire russes (GRU) ont révélé aux chefs de l’armée algérienne le trucage par les services américains des systèmes de communications sophistiqués récemment achetés aux États-Unis par BRC pour le compte de l’état-major général.
Selon Laribi, ces « valises de commandement » permettant de sécuriser et contrôler toutes les communications militaires étaient en réalité « connectées en permanence sur les systèmes d’intelligence électronique américains et israéliens » ! BRC étant réputée dans les milieux pétroliers être contrôlée en sous-main par le général Tewfik (et constituant l’une des sources de sa fortune), cette information a suscité un fort ressentiment contre ce dernier chez nombre de chefs de l’armée peu amènes pour le chef du DRS, et qui se sont rapprochés du coup du « clan Bouteflika ».

Mars-avril 2007 : attentats terroristes et messages codés

Le 10 décembre 2006, survient un étonnant attentat, revendiqué dès le lendemain sur son site par le GSPC : à Bouchaoui (près d’Alger), un bus transportant des salariés de la société BRC est mitraillé, faisant deux morts (un Algérien et un Libanais) et plusieurs blessés (dont un Américain et quatre Britanniques). Pour la première fois depuis 1992, une cible américaine est frappée par le « terrorisme islamiste ». Le lieu (ultra-sécurisé) et les circonstances de cette attaque indiquent d’emblée que ses commanditaires sont à chercher ailleurs que dans les maquis de Boumerdès...

Très curieusement, si une partie de la presse algérienne voit là classiquement la main d’Al-Qaida (d’autant plus que « la branche irakienne de la nébuleuse terroriste de Oussama Ben Laden salue, dans un communiqué publié par la vitrine web du groupe salafiste, l’attaque “anti-américaine” de Bouchaoui[121] »), les réactions d’autres journaux et de certains responsables politiques rompent avec cette vulgate jusque-là unanime et évoquent des pistes internes. Ainsi, le ministre de l’Intérieur Yazid Zerhouni, réputé hostile au « clan Tewfik » et rallié au « clan Bouteflika », déclare que le communiqué du GSPC revendiquant l’attentat « n’est qu’un document » et qu’« aucune piste n’est écartée pour le moment[122] ». Parallèlement, la journaliste d’El-Watan Salima Tlemçani, relais habituel des thèses du DRS (elle avait jusque-là souvent affirmé la thèse du GSPC instrument d’Al-Qaida), évoque bizarrement les « raisons qui font craindre que l’attentat puisse porter l’empreinte de la mafia politico-financière[123] », recourant au vocabulaire codé habituel des périodes où se durcissent les affrontements entre clans du pouvoir.

Un imbroglio comme à l’habitude difficile à décrypter. Mais que nombre d’observateurs avertis interprètent aujourd’hui ainsi : l’attentat du GSPC contre BRC (donc, paradoxalement, d’un instrument du clan Tewfik contre l’une de ses sources d’enrichissement) serait un « message » adressé par le chef du DRS à la fois à ses adversaires algériens du clan Bouteflika et, surtout, à ses partenaires – publics et privés – américains. En substance : démontrer à ces derniers qu’ils vont devoir, pour préserver leurs intérêts économiques en Algérie, continuer à y soutenir les plus forts ; et admettre qu’ils ne peuvent se couper du clan Tewfik, puisqu’il n’existe pas d’autre interlocuteur valable.

De janvier à septembre 2007 (date de rédaction de cet article), le GSPC-AQMI va multiplier les attentats spectaculaires, qui susciteront presque à chaque fois de la part des membres ou tenants du « clan Bouteflika » des questionnements de plus en plus explicites sur la véritable nature de cette organisation – questionnements très rarement relevés par les médias occidentaux, lesquels interprètent au contraire cette nouvelle acmé terroriste comme une menace plus sérieuse que jamais contre les intérêts occidentaux, en particulier français[124]. En bref, plus les Occidentaux mettent l’accent sur la menace islamiste internationale, plus certains officiels algériens la réduisent.

Le 3 mars 2007, dans la wilaya d’Aïn-Defla (au lieudit Hayoun), un attentat à la bombe contre un bus transportant des travailleurs de la compagnie russe Stroitransgaz fait quatre morts, dont un Russe. Revendiqué deux jours plus tard par le GSPC-AQMI, il n’est guère médiatisé, alors qu’il s’agit de la première attaque meurtrière contre des ressortissants étrangers depuis que le GSPC est devenu AQMI.
Curieusement, l’éditorialiste en vue du Jeune Indépendant, Mohamed Zaâf, insinue que d’autres acteurs pourraient être derrière cet attentat et celui contre BRC : « Mais, d’Al-Qaida nous ne connaissons de réel que les voix enregistrées. Depuis l’annonce du tutorat, le GSPC obéit donc aux voix et densifie ses activités avec l’ouverture du procès de la corruption. Le GSPC avait menacé de s’en prendre à la France et aux intérêts français. Il prit cependant tout son monde à contre-pied. Car les intérêts qui avaient été en réalité ciblés, ce sont les intérêts américains, près de Club des pins, et les intérêts russes à Hayoun[125]. »

Le 14 mars 2007, le président Bouteflika lui-même déclare dans une interview : « Des actes terroristes sont encore commis de temps en temps. Ces actes sont le fait du grand banditisme. Ils n’ont rien d’idéologique. Nous nous attelons à les combattre pour y mettre un terme définitif[126]. » Lorsque le journaliste lui demande si les Européens doivent prendre au sérieux les menaces d’un GSPC affichant des ambitions régionales, le président répond : « Il faut faire la part des choses entre la réalité et la propagande, et restituer les choses dans leur juste proportion. Et les Européens le savent, eux, qui sont très bien renseignés sur ces questions. » Étranges assertions, certes codées, mais qui tranchent inhabituellement avec le discours classique des relais médiatiques du DRS et dont le « message » serait le suivant : pour Bouteflika, les responsables du terrorisme doivent être recherchés au sein même du pouvoir algérien (voire chez leurs soutiens aux États-Unis, ce que n’ignoreraient pas les services de renseignements européens). Près de quatre ans plus tôt, le président algérien avait fait une déclaration analogue[127], ce qui semble indiquer que, malgré ses autres discours « langue de bois » sur le terrorisme, il n’a jamais été dupe sur ses véritables commanditaires (comme d’ailleurs, avant lui, le président Liamine Zéroual).

L’expression de ce « doute » par le clan Bouteflika sera plus explicite encore après les terribles attentats d’Alger du 11 avril 2007, revendiqués le jour même par le GSPC-AQMI par un appel téléphonique à la chaîne télévisée arabe Al-Djazira. Présentés par la presse comme des attentats suicides, ils ont ciblé le Palais du gouvernement et le siège de la « Division est » de la Police à Bab-Ezzouar, faisant trente morts et plus de deux cents blessés. Deux jours après, le ministre de l’Intérieur Yazid Zerhouni déclare qu’« il ne faut pas exclure qu’il y ait d’autres intérêts ne voulant pas voir l’État algérien se ressaisir, se restructurer et fonctionner de manière plus efficace[128] ».

De façon très surprenante de la part d’un quotidien qui, jusque-là, n’avait eu de cesse de se féliciter du réchauffement des relations algéro-américaines, El-Watan va enfoncer le clou. Le 15 avril, il accuse explicitement les États-Unis d’instrumentaliser le « terrorisme islamiste », dans un article qui mérite d’être largement cité : « Le Maghreb, notamment l’Algérie, est-il sur le point de faire les frais de luttes géopolitiques que se livrent les USA et la France au moyen du terrorisme islamique ? On assiste depuis environ une vingtaine d’années à une même constante : tous les pays du tiers monde où ont été faites de grandes découvertes de pétrole et de gaz ont été victimes de déstabilisation où le terrorisme islamiste (qu’il soit local ou international avec Al-Qaida) semble être l’acteur le plus souvent impliqué. [...] Il est incontestable que le Maghreb et plus profondément les pays du Sahel (Mali et Nigeria) par où passera l’oléoduc en provenance du Nigéria, intéressent beaucoup les Américains et l’enjeu consistera à évincer l’Europe, et plus particulièrement la France, de cette zone pour laquelle les USA ont un intérêt vital, tout particulièrement depuis la découverte d’hydrocarbures en Mauritanie. [...]
La mise en œuvre de cette stratégie [passe] par la présence militaire américaine dans les pays d’Afrique du Nord en faisant valoir le principe de lutte contre le terrorisme islamiste qui aurait élu domicile dans certaines de ces régions (Algérie, Mauritanie, Maroc, Mali, Niger, Tchad) depuis qu’il a été chassé d’Afghanistan. La création de bases militaires au Mali (Sud de l’Algérie) a déjà été révélée par de nombreux journaux. Amplifier les actions terroristes dans ces régions pour faire accroire à leur dangerosité pour la sécurité du monde et par conséquent à une nécessaire intervention américaine semble être le jeu auquel s’adonnent depuis ces dernières années les forces américaines. Cet état d’instabilité permanent poussera les pays d’Europe à se désintéresser de cette région la laissant aux Américains qui ont déjà parfaitement identifié leurs intérêts et commencé à s’en accaparer. À ce jeu sournois semble parfaitement s’accommoder le réseau Al-Qaida qui, en réalité, travaille, consciemment ou pas, pour les intérêts géopolitiques américains. Cette peur savamment entretenue du terrorisme islamiste, et notamment du réseau Al-Qaida, leur permet de légitimer la nouvelle configuration du monde, notamment le Grand Moyen-Orient qu’ils viennent de décider[129]. »

Une analyse globalement fort pertinente, comme on a très rarement l’occasion d’en lire dans la presse algérienne « indépendante ». À l’évidence, comme les déclarations codées de Bouteflika et Zerhouni, il s’agit là d’un « message » aisément décryptable par les habitués du sérail algérien : c’est le DRS (allié aux Américains) qui est derrière les attentats du 11 avril. Ce qui est très probablement la vérité, distillée notamment par… les chefs du DRS eux-mêmes, pour « signer » leur crime aux yeux de leurs adversaires au sein de la coupole.

Vers la fin du GSPC et de la lune de miel algéro-américaine ?

Par ces attentats made in DRS, le clan Tewfik vise ainsi notamment à affaiblir le clan Bouteflika, pour brider ses velléités anti-américaines. Et cette « stratégie de la tension » va se poursuivre au cours des mois suivants. Lors de l’été 2007, le GSPC-AQMI multiplie les attentats, souvent meurtriers, contre les forces de sécurité (mais aussi contre des civils), principalement en Kabylie et dans l’est du pays. Et cela alors même que l’armée conduit sans discontinuer des offensives de grande envergure contre les maquis islamistes.

Le 11 juillet, l’explosion d’un camion piégé dans une caserne militaire de Lakhdaria, à l’est de la capitale, fait au moins dix morts ; il s’agirait d’une opération kamikaze, mais le ministre Zerhouni émet des doutes à ce sujet[130]. Le 27 août, l’un des principaux « décideurs » algériens, le général-major Smaïl Lamari, âgé de 66 ans, meurt d’un infarctus. Mais la disparition du numéro deux du DRS, qui fut comme on l’a vu le grand ordonnateur de la manipulation de la violence islamiste depuis 1990, ne paraît pas changer la donne. Quelques jours plus tard, le 6 septembre, un kamikaze fait exploser sa bombe dans la foule qui attendait une visite du président Bouteflika à Batna : bilan : vingt-cinq morts et plus de cent blessés. Et deux jours après, le 8 septembre, un nouvel attentat kamikaze au camion piégé frappe une caserne des gardes-côtes à Dellys (ville portuaire de Kabylie), faisant trente-quatre morts et plus de soixante blessés. Le jour même, le GSPC-AQMI revendique, par un communiqué à Al-Djazira, les attentats de Batna et Dellys (comme il l’aurait fait le 13 juillet, selon la presse algérienne, pour celui de Lakhdaria – bien que ce communiqué n’ait pas été publié sur le site du GSPC-AQMI).

Et, à nouveau, les ténors du clan Bouteflika désignent explicitement d’autres commanditaires qu’Al-Qaida. Le président lui-même met en cause des « laïques » et des « dirigeants étrangers » : « Nous rejetons aussi bien l’extrémisme des islamistes que celui des laïques […]. Les auteurs d’actes terroristes œuvrent pour le compte de capitales étrangères et de dirigeants étrangers[131]. » Et pour Zerhouni : « Il y a des éléments et des intérêts qui ne veulent pas que l’Algérie revienne sur la scène internationale. […] Je n’exclus pas que les auteurs des attentats ont un contact avec l’étranger, mais je ne peux pas l’affirmer. […] L’attentat de Batna peut être exécuté par des éléments de Batna, mais probablement préparé de l’étranger[132]. » Ce que confirme Bouguerra Soltani, le président du MSP (parti islamiste « modéré » allié à Bouteflika) : « La prise de position de l’Algérie sur certaines questions internationales n’est pas du goût de quelques capitales[133]. »

Alors que certains experts français du terrorisme (mal informés ?) ne veulent voir dans ces dénonciations que le recours à la vieille antienne de la « main de l’étranger », « stratégie assez classique pour se désengager d’un problème et rassurer les partenaires[134] », c’est bien évidemment, comme au printemps 2007, le clan Tewfik et son allié américain qu’elles visent, désormais presque explicitement. Se confirme ainsi à nouveau l’hypothèse que se rejoue le sinistre scénario des massacres de 1997-1998 que nous avons déjà évoqué, quand le DRS utilisait les GIA contre le président Zéroual. Autre similitude avec cette période : comme alors pour les GIA, au cours du printemps et de l’été 2007, plusieurs articles des journalistes sécuritaires algériens évoquent les « lourdes pertes » du GSPC-AQMI, les nombreuses défections et dissensions qui l’affaiblissent, ses sursauts sanguinaires de « bête blessée », tout en mettant en avant de nouveaux groupes armés qui contesteraient l’organisation « salafiste » (de la même façon qu’en 1998, le GSPC était présenté comme un challenger des GIA). Comme si le DRS préparait, au cas où, une relève au GSPC...

Les articles les plus explicites à cet égard sont ceux de l’honorable correspondante du DRS à El-Watan, Salima Tlemçani, qui écrit en mai 2007 : « Pour de nombreux spécialistes, le GSPC est en train de vivre les moments les plus durs de son existence, comme cela a été le cas pour le GIA de Antar Zouabri, entre 1997 et 1999, avant qu’il ne disparaisse pour revenir progressivement avec un autre nom, le GSPC, et maintenant Al-Qaida pour le Maghreb[135]. » Et elle fait état de l’émergence d’un nouveau groupe, qui défrayait très épisodiquement la chronique sécuritaire depuis le déclin du GIA, le Houmat daâwa salafiya (HDS, protecteur de la prédication salafiste, déjà crédité en 2003 d’une centaine d’hommes[136]), opposé au GSPC-AQMI : « [Un] communiqué du HDS, une centaine d’éléments activant entre les wilayas de Médéa, Aïn-Defla et Tipaza, se démarque [du GSPC-AQMI] et dénonce les attentats du 11 avril. [...] Ce communiqué de deux pages, signé par Abou Djaâfar Essalafi, émir de l’organisation, compare les attentats à l’explosif dans des lieux publics à ceux commis “par les déviationnistes du GIA qui ont connu la dépravation par degré […] dans le but d’éloigner les musulmans de l’Islam. […] Avec ces attentats, ce sont le sang et la vie sacrés des musulmans qui ont été bafoués, alors que Dieu a proscrit toute atteinte à leur âme, dans plusieurs versets du Coran. […] Ces déviations devant lesquelles nous ne pouvons nous taire, vont certainement nous porter atteinte et à notre action”. [...] Les salafistes du HDS, d’anciens vétérans de la guerre d’Afghanistan, ont une stratégie différente en matière de terrorisme. Ils sont plus proches des talibans, en matière d’organisation (écoles coraniques, campements fixes d’entraînements, des opérations criminelles dirigées en groupe contre les forces de sécurité, opposés à la tactique des faux barrages et du racket). Ce qui n’est pas le cas pour le GSPC qui agit en faisant le contraire. La réaction du HDS était prévisible et va ouvrir un autre front contre les troupes de Droudkel[137]. »

Quatre mois plus tard, après les attentats meurtriers de Batna et Dellys, ce scénario made in DRS d’un déclin du GSPC-AQMI et de son émir national Abdelmalek Droukdel (en poste depuis août 2004) est confirmé par les « journalistes sécuritaires » : la direction de Droukdel serait contestée en raison de sa politique d’attentats suicides et une rencontre nationale des chefs de l’organisation aurait eu lieu dans la seconde semaine de septembre dans les monts de Lakhdaria pour le destituer et désigner un nouvel émir[138]. Alors qu’on dit Hassan Hattab prêt à la reddition depuis plusieurs années, il aurait écrit une lettre se plaignant de la non-application des décrets de la loi de réconciliation nationale (laquelle, selon lui, devrait permettre à sa famille de bénéficier de dédommagements, puisque plusieurs de ses frères ont été tués au maquis[139]). Il menace de reprendre les armes et les journalistes sécuritaires annoncent qu’il aurait de bonnes chances de redevenir l’émir du GSPC, qui voudrait se défaire de son appartenance à Al-Qaida et de ses méthodes pour redevenir « algérien »[140]...

Au Sahara, il semble que ce soit une autre partition qui se joue. Depuis le printemps 2006, plus aucune action n’est attribuée au groupe de l’émir de la zone sud du GSPC, Mokhtar Belmokhtar ; la presse algérienne n’évoque, épisodiquement, que des accrochages entre ce groupe et les rebelles touaregs, ou quelques opérations de l’armée contre lui. Comme si le DRS avait abandonné ce « front », devenu inutile depuis que l’affaire des otages de 2003 et l’attaque de la caserne mauritanienne de 2005 ont durablement installé le mythe de la présence d’Al-Qaida au Sahel. Est-ce pour cette raison que, début juillet 2007, les États-Unis semblent prendre le relais du DRS pour accréditer à nouveau cette présence ? En effet, alors que, selon plusieurs articles de la presse algérienne, Belmokhtar négocierait « pour se rendre aux forces de sécurité », le directeur du FBI, Robert S. Mueller, en visite au Maroc, annonce qu’un nouveau groupe terroriste serait apparu au Sahara : nommé « Ansar Al-Islam au Sahara musulman », il serait actif « dans la zone mauritanienne dite “Adrar”, située au sud-ouest de la Mauritanie. Les responsables du FBI considèrent que ce groupe s’affaire à recruter des individus des trois pays, le Maroc, la Mauritanie et l’Algérie[141] ». Ce que confirme, le 13 juillet, le site Web du think tank américano-israélien MEMRI (Middle East Media Research Institute), qui cite longuement le communiqué, daté d’avril 2007, que le groupe aurait publié le 28 juin sur divers sites islamistes pour annoncer sa création et ses objectifs (« conduire le djihad contre les régimes nord-africains et le Front Polisario, et en particulier contre le Maroc »)[142].

Une chose est en tout cas certaine : la lune de miel algéro-américaine des années 2001-2005 semble bien terminée. À partir du début 2006, c’est-à-dire au moment même où le clan Tewfik pro-américain commence à voir sa prééminence mise en cause par le clan Bouteflika, plutôt pro-français et pro-russe, l’Algérie officielle prend ses distances avec les États-Unis. En témoignera notamment le long feuilleton du projet affirmé par le Pentagone, fin 2006, d’implanter rapidement en Afrique un commandement régional de l’armée américaine (Africom), qui permettrait le contrôle des armées locales pour coordonner la lutte antiterroriste dans la région[143] : fortement pressentie pour abriter le siège de l’Africom, l’Algérie opposera une fin de non-recevoir à cette demande.

http://www.algeria-watch.org/fr/aw/gspc_etrange_histoire_partie_5.htm

Friday, September 21, 2007

Sarkosy declenche une guerre contre le Maghreb

NDLR: Sarkosy a rate son coup d'etat en Algerie, en assassinant des 'civils francais' en Algerie et en faisant porter le chapeau a Bouteflika et aux services de 'securite', Sarkosy espere se dedouaner de la vague d'attentat du debut de mois. Les operations qui ont lieu en Algerie sont le fait de la France-Israel et de Ali Tounsi plus specifiquement, Tewfik etant totalement depasse par son ami de l'ambassade des Etats-Unis et ses cassettes qatariotes... Selon nos informations Tounsi et Tewfik sont les cibles d'operations speciales.

Les attentats de Paris en 1995 sont l'oeuvre des services francais et leurs pantins algeriens Belkheir, Nezzar, S. Lamari et Tewfik. Pourquoi les services francais et leurs agents algeriens ne sont pas arretes. Toutes les preuves sont la. Pourquoi Sarkosy n'est-il pas arrete ? Pourquoi l'ambassadeur de France a Alger n'est-il pas arrete, pourquoi l'ambassadeur des Etats-Unis n'est pas arrete ? LE GIA, le GICM et le GSPC sont controle de la France-Yisrael... Ils n'ont rien avoir avec la Resistance Musulmane...

Dans leur résistance contre l’envahisseur, Al-Qassam donne quatre martyrs dont un chef de terrain


Le camp d’Al-Barij


Centre Palestinien de l'Information:


Dans le camp de réfugiés palestiniens d’Al-Barij, au centre de la bande de Gaza, le nombre de martyrs s’est élevé à quatre résistants et le nombre de blessés à huit. Parmi les martyrs se trouve un chef de terrain faisant partie des brigades d’Al-Qassam, branche militaire du mouvement de la résistance islamique Hamas.


Des sources médicales palestiniennes ont trouvé deux corps de deux martyrs palestiniens après la retraite des forces de l’occupation sioniste de l’est du camp d’Al-Barij et du quartier de Johr Al-Dik, et après que cette agression a laissé de grands dégâts.


Plus tard, les brigades d’Al-Qassam ont confirmé la tombée en martyre du chef de terrain Emad Reziq Harob Abu Hadjir, 35 ans, qui était tombé en martyre pendant les durs affrontements avec les forces d’invasion israéliennes.


Quelques heures auparavant, le jeune homme Mohammed Ka’ib Al-Kafafi, 17 ans, a été écrasé par un bulldozer militaire israélien. Son corps est arrivé à l’hôpital Chohada Al-Aqsa, dans un tel état qu’il était difficile de l’identifier.


Notons que les tanks de l’occupation israélienne sont arrivés à trois cents mètres seulement de la rue principale du centre de Gaza, Salah Al-Din, épaulés par des bulldozers et des hélicoptères Apache.