Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Saturday, March 22, 2008

Israel est le terrorisme : Revelations explosives sur le 11 Septembre


Comment un logiciel espion israélien etait connecté aux ordinateurs vitaux de la FAA le 11 Septembre 2001?






Résoudre le 9-11



Par Christopher Bollyn, le 28 janvier 2008

www.bollyn.com



La précision meurtrière de ces attaques et l'ampleur de leur conception aurait demandé des années de planification. Une opération sophistiquée de ce genre exigerait l'encadrement rigide d'un organisme de renseignement d'État, quelque chose que l'on ne trouve pas dans un groupe relâché, comme celui dirigé par Mohammed Atta, l'étudiant de Hambourg. -- Commentaires d'Eckehardt Werthebach, ancien président du Verfassungsschutz, le service de renseignement d'Allemagne, sur la sophistication et la complexité des attaques du 11/9, lors d'une conversation avec Christopher Bollyn en décembre 2001



​​​​L'administrateur adjoint de la Federal Aviation AdministrationEasy-Pilots-License (FAA) à l'époque du 11/9 et l'ancien directeur général de la National Transportation Safety Board (NTSB, comité sur la sécurité des transports nationaux), l'homme qui supervisait l'enquête fédérale sur les crash du TWA 800, de l'Egypt Air 990, et de l'avion abattu de John F. KennedyGet-Shirty Apr-07 , sont liés à un capitaine du renseignement de l'armée israélienne et à son système de contrôle à distance des avions.



​​​​La relation entre ces fonctionnaires attitrés d'organismes fédéraux responsables de la sécurité aérienne, avec un haut fonctionnaire du renseignement militaire étranger, soulève de graves questions quant au degré de l'influence israélienne à la FAA et au NTSB.




LES DÉLITS PAR ORDINATEUR DERRIÈRE LE 11/9



​​​​La dépendance du gouvernement et de l'armée des États-Unis à des systèmes informatiques qui fonctionnent avec des logiciels pourvus par des fournisseurs externes, est le talon d'Achille de la plus puissante nation du monde. Le 11/9 fut la preuve manifeste de ce point faible et de cette vulnérabilité fondamentale.



​​​​Le 11/9 était un crime par ordinateur. En plus d'être une monstrueuse infamie de meurtre de masse et de terrorisme sous fausse bannière, le 11/9 était aussi un forfait sophistiqué par ordinateur, réalisé grâce l'infiltration étrangère de longue date des réseaux informatiques les plus sensibles du gouvernement et de l'armée des États-Unis.



​​​​Cette infiltration, effectuée par un service de renseignement étranger, a donné aux auteurs du 11/9 l'accès en temps réel à toutes les données informatiques gouvernementales et militaires. Le 11/9/2001, ce super-user [1], accédant aux données les plus sensibles des réseaux informatiques gouvernementaux, a donné aux terroristes la possibilité de déjouer la réaction militaire telle qu'elle se développait devant l'urgence.



​​​​Plus important encore, les terroristes qui ont perpétré le 11/9 par l'intermédiaire de l'accès de leur super-user à la plupart des réseaux informatiques vitaux du gouvernement, ont toujours cet accès. Les indices indiquent que cette infiltration a été effectuée par le service de renseignement militaire de l'État d'Israël.




PTECH ET LE 11/9



​​​​Le sujet du sabotage informatique en relation avec les attentats aériens du 11/9 a été mis en évidence par Indira Singh quand il a pris la parole lors des premières manifestations de 9-11 truth, organisées par Kyle Hence.



​​​​Au cours de ces premières rassemblements de 9-11 truth, Ptech, une petite société de logiciel du Massachusetts, a été mise sur le tapis par Singh, qui cherchait à l'associer aux terroristes arabes.



​​​​Ptech était dite être une jeune entreprise de Quincy dans le Massachusetts, dont les logiciels avaient été chargés sur les systèmes informatiques les plus sensibles du gouvernement étasunien, notamment dans ceux de la FAA et de l'US Air Force, deux organismes dont les systèmes échouèrent lamentablement le 11/9.



​​​​Singh, consultant supérieur chez JP Morgan Chase à l'époque du 11/9, est décrit comme un wistle-blower [2] à cause de ses révélations sur l'implication de Ptech dans les systèmes informatiques vitaux qui n'ont pas joué leur rôle le 11/9.



​​​​« Ptech et MITRE Corporation étaient dans les sous-sols de la FAA durant les deux années qui précédèrent le 11/9, » a dit Singh. « Leur travail consistait à étudier les questions d'interopérabilité entre la FAA, le North American Aerospace Defense Command (NORAD, commandement de la défence aérospatiale Nord Américaine) et l'Air Force, en cas de situation d'urgence. Si quelqu'un était en mesure de connaître les fenêtres d'opportunité à la FAA pour l'ajout de logiciels ou changer quelque chose, c'était Ptech et MITRE. »



​​​​Singh a énormément parlé au sujet des liens présumés entre Ptech et l'Arabie Saoudite, par exemple sur Pacifica Radio en 2005 :

​​​​Peut-être que ces organisations ne savent pas exactement qui sont leurs maîtres. Et Ptech est l'un des fils. Un fil doré sur lequel vous tirez, et tout cela se démêle, parce qu'il rentre dans des entreprises, dans des entités gouvernementales, dans des entités de financement du terrorisme, dont, en passant, aucune d'entre elles n'a été prise à partie. Il y a vraiment de très nombreuses questions sur ce que tout cela veut dire. Et, comme nous avons fait une enquête, comme j'ai fait une enquête plus approfondie, nous avons découvert que les origines de Ptech étaient très intéressantes. D'où vient cette société est manifestement la première question. Et comment a-t-elle réussi à être si puissante, qui étaient les personnages, quelles sont les organisations qui l'ont introduite, qui savait, qui lui a donné le pouvoir ?



​​​​Le logiciel de Ptech « est utilisé au plus haut niveau par quasiment toutes les organisations gouvernementales de défense et militaires de ce pays, » a dit Singh, « notamment par les services secrets, le FBI, le Ministère de la Défense, la Chambre des députés, le Ministère des Finances, le fisc, l'US Navy, l'US Air Force, et, enfin et surtout, par la FAA. »



​​​​Je trouve difficile de croire que les ordinateurs les plus sensibles du gouvernement et des militaires fonctionnent avec les logiciels de Ptech, une jeune société libanaise de Quincy dans le Massachussetts. Tous les discours sur le financier saoudien lié à Oussama Ben Laden derrière Ptech sentaient pour moi la couverture.



​​​​Que la plupart des systèmes informatiques sécurisés du gouvernement étasunien marchent avec un logiciel écrit par un Libanais musulman, financé par un Saoudien qui se trouve sur la liste des terroristes mondiaux les plus recherchés, n'a tout simplement pas de sens.



​​​​Quand j'ai porté mon attention sur Ptech, j'ai vite découvert que le véritable personnage clef impliqué dans le développement de la compagnie était un avocat juif sioniste nommé Michael Goff, de Worcester dans le Massachussetts. Goff a aussi travaillé pour une compagnie de sécurité informatique israélienne appelée Guardium. Cela confirmait mon soupçon sur le fait que Ptech était probablement une couverture arabe contrôlée par le Mossad, et que Goff était l'homme de premier plan de Ptech.




L'homme du Mossad chez Ptech



​​​​Le père et le grand-père de Goff étaient Maçons de haut niveau de la loge B'nai B'rith de Worcester, un groupe maçonnique juif secret, formé à New York en 1843. Goff m'a manifestement menti sur la façon dont il a été impliqué chez Ptech en 1994, quand il a dit qu'il avait fini par devenir gérant de la société par l'intermédiaire d'une agence de personnel temporaire.



​​​​Il me semblait que la couverture de Ptech avait été éventée. Mes révélations sur les racines sionistes de Ptech ont été publiées dans un journal de Washington. Indira Singh n'a cependant pas tenu compte des preuves de l'implication israélienne dans la création de cette société et a continué à l'accuser d'être liée à des sponsors saoudiens du terrorisme. Pendant ce temps, les logiciels de Ptech tournent toujours sur les ordinateurs du gouvernement et de l'US Army.



​​​​Singh et moi avons posé les mêmes questions : Comment a fait Ptech pour avoir tant de poids ? Qui sont les gens, quelles sont les organisations qui l'ont introduite ? Qui la connaissait ? Qui l'a mandatée ?



​​​​Après le 11/9, la question cruciale est comment les logiciels de Ptech ont-ils pu être chargés sur les réseaux sensibles du gouvernement étasunien, en particulier ceux de la FAA, de l'US Air Force, et du NORAD.



​​​​Qui, avec toute sa tête, proche du centre de contrôle du trafic aérien, aurait admis le personnel et les logiciels de Ptech dans le système informatique de la FAA à Herndon en Virginie ?



​​​​Au cours de mes recherches sur les exercices militaires se déroulant à l'époque du 11/9, j'ai lu des documents sur la façon dont ont échoué les systèmes informatiques de la FAA et du North East Air Defense Sector (NEADS, défense aérienne de la région Nord-Est). La FAA en particulier fut extrêmement lente à se mettre en contact avec les militaires au sujet des avions voyous du 11/9. Dans un cas, l'un des avions a été autorisé à voler sans communication pendant près de 30 minutes avant d'être notifié aux militaires.




« LE FOND DU PROBLÈME »



​​​​La défaillance et les retards de procédure et de communication entre la FAA et les militaires sont le « fond du problème, » comme l'a déclaré Kristen Breitweiser, un familier du 11/9 :

​​​​Vous savez, il est très troublant que la Commission du 11/9 ait assigné à comparaître la FAA. Selon des articles de presse, 150.000 documents ont été omis dans l'envoi de la FAA à la commission. Ces documents concernaient la chronologie au moment où la FAA notifiait le NORAD, quand les avions de chasse ont été fait décoller d'urgence, et les communications entre le contrôle du trafic aérien et les pilotes. Ce sont les questions de départ qui sont le fond du problème. Comment a fait la FAA pour négliger 150.000 documents relatifs à ces questions ? C'est plus qu'un peu dérangeant qu'elle ait laissé de côté ces documents.




MONTE BELGER, L'ADMINISTRATEUR ADJOINT DE LA FAA



​​​​Dans les documents des ratés de la FAA le 11/9, j'ai trouvé par hasard le nom d'un certain Monte R. Belger, administrateur adjoint suppléant de la FAA à l'époque. Un fonctionnaire depuis longtemps à la FAA, qui commença sa carrière chez elle à Chicago. Monte Belger était le haut fonctionnaire qui supervisait la mise à niveau des systèmes informatiques du trafic aérien de la FAA, qui avait commencé à la fin des années 90 et était en cours en 2001.




Monte Belger, adjoint suppléant de la FAA de 1997 à 2002, était le principal fonctionnaire chargé d'informatiser le système de contrôle du trafic aérien que le MITRE et Ptech avaient chargé avec les logiciels espions israéliens



​​​​Belger, en tant qu'administrateur adjoint suppléant des services du trafic aérien et du système d'exploitation, était l'homme clef de la FAA à prendre les décisions de l'exécutif sur ces mises à jour.



​​​​Comme le signalait le New York Times le 7 juin 2001 :

​​​​L'agence de l'aviation est en train d'installer un système informatique que les contrôleurs pourront utiliser pour déterminer si les avions peuvent s'écarter des couloirs de trafic et voler sur de longues distances, et si faire cela est conciliable avec le vol des autres avions.



​​​​Belger, était le principal décideur à la FAA, responsable des mises à jour des logiciels et des ordinateurs qui impliquaient Ptech, des actualisations suspectes effectuées au cours des années précédant le 11/9/2001.



​​​​Les documents et les rapports du Center for Advanced Aviation System Development du MITRE, à McLean en Virginie, montrent que Ptech travaillait avec le MITRE sur les systèmes informatiques de la FAA.



​​​​Comme l'indique sa biographie en ligne, Belger, vieux routier de la FAA depuis 30 ans, fut administrateur adjoint de la FAA pendant cinq ans, de 1997 à 2002, gérant les 49.000 personnes des équipes et en charge de l'exploitation des systèmes aériens les plus sûrs du monde.



​​​​Pendant qu'il exerçait ses fonctions à la FAA, Belger était Administrateur Associé aux Services du Trafic Aérien, responsable au jour le jour de l'exploitation de l'espace aérien de la nation, et il a supervisé le plan de modernisation de la FAA visant à améliorer le rendement aérien, la sécurité et l'aide aux compagnies aériennes. Belger a joué un rôle d'assistance capital dans la transition des responsabilités de sécurité aérienne de la FAA vers la nouvelle Administration de la Sécurité du Transport, et il a co-présidé aux efforts aboutis de la FAA pour instaurer la réforme des achats et du personnel. Belger a pris sa retraite de la FAA en septembre 2002.




L'US AVIATION TECHNOLOGY LLC



​​​​Après son départ de la FAA, Belger est devenu le « Vice-Président des Relations avec le Gouvernement » d'une petite entreprise israélienne, établie dans la région de Fort Lauderdale, appelée US Aviation Technology. Cette société a été fondée par Ehud « Udi » Mendelson, qui se décrivait lui-même comme « un capitaine de la prestigieuse Unité du Renseignement de l'Armée des Forces de la Défense Israéliennes. »



​​​​D'après son site Internet, « Ehud a obtenu sa licence es sciences dans les Affaires et l'Économie de l'Université Bar-Elan de Tel-Aviv, en Israël. Il est titulaire d'un certificat d'ingénierie de réseau d'ordinateurs de Microsoft et de Novel. »



​​​​Les documents et les informations de la compagnie provenant du site d'Israel Venture Capital Research Center citent précisément Monte Belger de Centreville en Virginie comme le Vice-Président des Relations avec le Gouvernement de l'US Aviation Technology LLC.



​​​​
Mendelson, 51 ans, était aussi le chef de la direction technique d'US Aviation Technology, qui était basée dans son appartement de Parkland en Floride. La société de Mendelson promouvait un système de contrôle à distance permettant à un « pilote au sol » de contrôler et de régler l'ordinateur de vol des systèmes d'un avion. Comme il le dit dans sa présentation, « Nous mettons le pilote au sol dans le cockpit. »



​​​​Son logiciel et son concept ont été promus en tant que système d'obtention en temps réel des données de l'ordinateur des enregistreurs (boîtes noires, enregistreurs des données de vol) de l'avion, afin de surveiller les systèmes de vol, et d'apporter des corrections, si nécessaire. La possibilité de détourner un avion à distance avec le système de Mendelson est évidente.



​​​​Mendelson a aussi contribué à un Animateur de Données de Vol, qui, selon lui, fournit au pilote au sol toutes les données et le visuel du pilote dans l'avion. Dans les deux présentations en ligne de cet équipement, il est sous-entendu que des corrections peuvent être faites par le pilote au sol afin d'éviter un accident ou une situation.



​​​​Les données sont envoyées par l'intermédiaire d'un satellite vers l'antenne satellite sur le toit de l'appareil. Ce logiciel et son matériel permettraient manifestement à un pilote au sol de gouverner l'appareil. Selon un document de présentation de sa société, Mendelson faisait la promotion de son logiciel et de son système avant le 11/9 et espérait l'avoir sur le marché en novembre 2001.



​​​​J'ai appelé Monte Belger pour le questionner sur ses rapports avec Ehud Mendelson, un officier de l'agence de renseignement militaire d'Israël, et sur sa société de contrôle des avions à distance. Je trouvais très troublant qu'un administrateur de la FAA puisse être associé à ce genre de projet d'entreprise, surtout après le 11/9.



​​​​Vers 9 heures du matin le 24 janvier 2008, j'ai appelé M. Belger à son domicile de Lane Eagle Tavern à Centreville en Virginie. Je l'ai questionné sur ses rapports avec US Aviation Technology et Ehud Mendelson. Il a nié connaître ou avoir quelque chose à faire avec les deux et m'a demandé de le rappeler plus tard à son bureau chez Lockheed Martin Corporation où il est Vice-Président responsable de la sécurité des systèmes de transport.



​​​​Quand j'ai appelé son bureau, il a mis le téléphone sur haut-parleur afin, a-t-il dit, d'essayer d'accéder aux sites Internet où il a été désigné Vice-Président de l'US Aviation Technology. Il a continué à affirmer ne rien connaître de l'entreprise et de son fondateur, un membre d'une unité de renseignement de l'armée d'Israël.




PETER GOELZ DU NTSB



​​​​Peter Goelz, l'ancien directeur général du National Transportation Safety Board (NTSB, Commission sur la sécurité des transports nationaux), l'organisme fédéral d'investigation supervisant les accidents d'avion, est aussi cité, avec Monte Belger et d'autres, en tant que Vice-Président de Corporate Stategy, chez US Aviation Technology.



​​​​Goelz, au NTSB de 1995 à 1999, a personnellement supervisé l'enquête sur le Vol TWA 800, sur l'Egypt Air 990, sur le crash du ValuJet à Miami, et sur le mystérieux accident d'avion du jeune John F. Kennedy au large des côtes de Cape Cod. Il reste de nombreuses questions en suspens au sujet de ce qui est réellement arrivé aux avions en cause dans plusieurs affaires connues où Goelz était impliqué.




Peter Goelz, ancien directeur général du NTSB, supervisait les enquêtes sur le TWA 800 et l'Egypt Air 990 sérieusement endommagés. Cet homme, né à New York, était un lobbyiste pour des intérêts du jeu à Kansas City avant de venir au NTSB. Conseiller politique et lobbyiste, Goelz manque de véritable savoir-faire dans l'investigation sur les accidents



​​​​Avant d'être nommé au NTSB à l'époque de l'administration Clinton, Goelz était conseiller politique du New Hampshire et lobbyiste pour les intérêts du jeu à Kansas City. Je n'ai rien trouvé dans son curriculum vitae qui puisse faire de lui un candidat approprié à la supervision des enquêtes sur les accidents d'avions.



​​​​Le 25 janvier, j'ai appelé Peter Goelz à son domicile et l'a interrogé sur ses relations avec US Aviation Technology et Ehud Mendelson. Goelz s'est immédiatement souvenu de Mendelson, disant qu'il avait été établi à Miami et qu'il avait rencontré le capitaine du renseignement de l'armée israélienne « deux ou trois » fois à Washington.



​​​​Quand je lui ai demandé si ses rapports avec Mendelson dataient d'avant ou d'après le 11/9, Goelz a déclaré ne pas s'en souvenir. Il avait pourtant des souvenirs très clairs sur tout ce qui concernait la société de Mendelson : l'accès en temps réel à toutes les données d'un ordinateur d'avion.



​​​​Goelz a dit avoir du mal à comprendre ce qu'il en était de la propriété de l'US Aviation Technology de Mendelson. Il m'a demandé de lui envoyer un courriel avec mes questions et un aperçu général de mon article.



​​​​J'ai expliqué dans mon courriel qu'il était inscrit en tant que Vice-Président de l'US Aviation Technology sur le site Internet de la société et sur celui d'Israel Venture Capital, et je demandais comment et quand il avait été impliqué avec M. Mendelson.



​​​​Il a répondu le 26 janvier, me demandant de l'« éclairer un peu plus sur l'objet de mon travail dans cette affaire. » Il vaut la peine de noter que Goelz n'a pas nié être Vice-Président de la société de Mendelson.



​​​​Si Goelz était troublé au sujet du système de Mendelson, il ne l'a certes pas montré dans ses commentaires que l'on trouve sur la page de référence de l'US Aviation Technology, où il a écrit (comme sur le site Internet) :

​​​​J'ai examiné votre proposition d'un système d'alerte précoce intégré aux avions et je pense qu'il a une valeur technique considérable. Pendant mes années au NTSB nous étions très préoccupés par la complexité croissante des accidents d'avions. Le progrès dans la sécurité (dispositif d'alerte de proximité du sol, TCAS [3] etc.) ont pratiquement éliminé certains types d'accidents et ont forcé à une plus grande dépendance envers l'enregistreur des données de vol (FDR). Dans un certain nombre d'accidents, notamment ceux en pleine mer (Vol TWA 800, Egypt Air, Swiss Air) les enquêtes ont été sérieusement entravées jusqu'à la récupération des boîtes. Dans les événements tragiques du 11 septembre, trois des quatre FDR (et les enregistreurs vocaux) ont été détruits, de sorte qu'aucune information n'a été récupérée.



​​​​Votre système de téléchargement en temps réel des données des avions répond à un problème très réel et urgent. Non seulement il est important du point de vue de la sécurité et de la sûreté, mais il convient aussi à la navigation et à la gestion du vol. Un solide canal de données bidirectionnelles, de l'avion vers le sol et inversement, pourrait révolutionner ce secteur.



​​​​La clef de votre système est sa simplicité initiale, s'appuyant sur des composants testés quasiment prêts à l'usage. Que votre concept soit en bonne voie d'obtention d'un brevet renforce votre proposition.



​​​​J'ai hâte de travailler avec vous sur ce projet et pense qu'avec un soutien approprié il sera couronné de succès.



Peter Goelz
Ancien directeur général du NTSB.

No comments: