Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Saturday, December 27, 2008

Les occupants israéliens déclarent la guerre contre Gaza, mais la peur de l’échec hante leur esprit


Al-Quds occupée – Gaza – CPI


Les chefs de l’occupation israélienne déclarent la guerre contre la bande de Gaza. Néanmoins, ils ne parlent pas sur la même longueur d’onde. Il y a ceux qui veulent une guerre totale. D’autres veulent des assassinats ciblés. D’autres des bombardements intenses. L’échec hante cependant l’esprit de tout le monde.


Les menaces d’une vaste escalade contre la bande de Gaza, d’assassinats, d’un blocus renforcé deviennent les menus préférés des discours des chefs de l’occupation israélienne. Mais leur désaccord sur la manière de pratiquer l’agression, les bombardements aériens ou une vaste guerre ouverte, montre leur appréhension d’un nouvel échec, semblable à celui du Liban.

Dimanche dernier, le 21 décembre, le gouvernement israélien a eu une réunion hebdomadaire. Avant la rencontre, plusieurs ministres avaient donné des déclarations enflammées critiquant le ministre de la guerre Barak pour sa politique de retenue. Ils lui demandaient une escalade sans retenue, sans considération des critères humanitaires ni des pressions internationales.
Le ministre israélien de la sécurité intérieure Dikhter, un extrémiste du parti Kadima au pouvoir, a été précis. "Israël" doit préparer « la première guerre de Gaza ».


Opération militaire


Des rapports médiatiques israéliens disent que la séance hebdomadaire du gouvernement israélien a adopté l’attaque militaire contre la bande de Gaza. Ashkanazi, le chef de l’état-major, a déjà reçu l’ordre de se préparer pour envahir la bande de Gaza pour anéantir l’autorité du Hamas. Mais d’autres rapportent que le ministère de la défense Barak est contre ce choix, trop cher dit-il.


L’analyste militaire de la deuxième chaîne israélienne affirme que la décision de frapper la bande de Gaza a été prise. Même les rendez-vous ont déjà été donnés. Cependant, cela ne veut dire pas que le combat sera obligatoirement terrestre.


Le site internet du journal hébreu Yediot Ahronot dit que l’Etat hébreu a décidé d’entamer une campagne diplomatique afin de convaincre la communauté internationale de lui donner une couverture légale à une opération militaire dans la bande de Gaza.


Le premier vice-premier ministre israélien Ramoun appelle de son côté à attaquer Gaza, pas spécialement pour l’occuper, mais pour faire tomber le mouvement du Hamas. C’est une décision stratégique qui doit être prise tôt ou tard. Pour lui, l’accalmie a consolidé le Hamas, mais a affaibli "Israël" militairement comme diplomatiquement.


Raisons électorales


Les ministres de Kadima et la chef de Chass qualifient le ministre de la guerre Barak de faible : les roquettes continuent de tomber sur les colonies israéliennes.
Pour sa part, Mofaz, ministre du transport, appelle Barak à descendre de sa tour pour ressentir ce que les habitants des villages du Sud ressentent. Barak doit se réveiller. Attend-il de voir des enfants tués pour qu’il bouge ?


La guerre psychologique


Le ministre travailliste Hertsough dit que la frappe militaire viendra sûrement. Son rendez-vous sera donné par les spécialistes. Le Hamas, croit-il, dirige une guerre psychologique afin d’attirer les Israéliens dans de difficiles labyrinthes.


Alex Fishman, analyste militaire pour le journal hébreu Yediot Ahronot, croit que le choc de la défaite du Liban est encore palpable. C’est lui qui est le principal élément de l’hésitation israélienne d’attaquer Gaza.
En effet, les Israéliens savent comment entrer dans de telles opérations, mais ils ne savent pas comment en sortir. Ils ont aussi peur de tout faire sans pouvoir en fin de compte arrêter les roquettes d’Al-Qassam.


Les raisons


Le même analyste croit que les souffrances des villages avoisinant la bande de Gaza et la nécessité que l’armée israélienne trouve le respect perdu sont des raisons pour un mouvement militaire.


Dr. Fayez Abou Chimala remarque que les données du terrain expriment l’impossibilité pour les Israéliens de réaliser une victoire réelle sur le terrain. Les Israéliens doivent reconnaître la nouvelle force des Palestiniens. Leurs leaders la reconnaissent implicitement dans leurs déclarations. Ils tentent de justifier leur faiblesse face aux roquettes de la résistance palestinienne qui sont devenues si fortes.


La résistance


Notons enfin que les factions de la résistance palestinienne, les brigades d’Al-Qassam en tête, affirment qu’elles sont prêtes à toutes les possibilités. L’invasion de Gaza ne sera pas une incursion de gala, mais un cimetière pour les envahisseurs, avertit Abou Obayda, porte-parole des brigades d’Al-Qassam.



No comments: