Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Saturday, May 31, 2008

US/UK/Israel 'fake war on terror', rendition flights and drug smuggling




It appears now clearly that the former head of Manchester police Michael Todd knew that a great scandale, involving MI5 and MI6, drug smuggling through the use of torture flights was occuring in the US/UK. Most of the special operations are covered and financed by drugs coming from Pakistan and Afghanistan, and all the key staff in the US and UK involved in the fake 'war on terror' are paid or are financed by drugs.




Michale Todd was also the guy who sent most of the english born, pakistanis descent to be tortured in Pakistan, he was the one who signs all the previous orders to raid schools, shops, and innocent Muslims houses in the UK for the sake of his masters, and the fake 'war on terror'.




He was the one who sent me the MI5 and canadian services at my office, the day of the first visit of israeli puppet PM Brown went to see mossad operative Sarkosy in Paris, claiming that my company in Quebec was financing 'islamic radicals' in the Middle East, without any evidence, just repeating the story that israelis 'who managed him closely', trying to make connection between North America and the UK, where most of the groups in the 'Londonistan' are british government operatives. British government tried to build a case against me with fake informations, lies and forward it to french zionist section headed by Sarkosy/ Squarcini, one of his slave at the home office, from little story we can build big scandale, that's what it is now.... From rendition flights to israelis terrorist operations in Madrid, London to worldwild US/UK drug networks smuggling...


For those inside scotland yards and the 'intelligence' how do you explain that we have one month before the informations linking you and MI5 to fake 'Al Qaeda' operations of London and Glasgow if we don't know who are the key US/UK/Israel police and intel' staff manipulating terrorism and financing it by drug smuggling....
Todd knew about these flights and the networks, did he want his part of the cake ? Was he preventing any international legal action against Blair/Brown/Olmert government ? He was killed because he wanted to make his coming out!




Why should we lie in this blog... ? What would we gain ? Apparently this blog drives you nuts !





Cops & Customs Agents Caught Drug SmugglingNew cases follow September 2007 crash of CIA plane containing 4 tonnes of cocaine





http://prisonplanet.com/articles/may2008/052908_drug_smuggling.htm




Following last September's crash of a Gulfstream jet used by the CIA for torture flights that contained 4 tonnes of cocaine, more customs officials and cops have been caught in drug smuggling and drug dealing rackets.

Customs supervisor Walter Golembiowski and officer John Ajello face narcotics, bribery and conspiracy charges after they were arrested for helping smuggle drugs and contraband through New York’s John F. Kennedy International Airport.

"The investigation has led to the indictment and prosecution of more than 20 people — “from distributors to overseas sources of supply” — and the seizure of more than 600 pounds of imported hashish and other drugs from the United States and France," according to a CNN report.


Meanwhile in Texas, Cameron County Constable Saul Ochoa was arrested by the FBI yesterday morning for possession and distribution of marijuana.

Ochoa's brother is Justice of the Peace Benny Ochoa III of Port Isabel and his cousin is Port Isabel Police Chief Joel Ochoa.

"The grand jury charged Ochoa with possessing five to 10 pounds of marijuana on four different days in May with the intent to distribute. Each of the four counts carries a maximum five years in prison and $250,000 fine," according to a Brownsville Herald report.

While reports of customs agents and cops dealing drugs are almost routine, the real head of the hydra has always been CIA involvement in smuggling drugs that end up on America's streets, a symbiotic process that also helps finance wars and terrorist groups to do the bidding of the U.S. government around the world.

The corporate media will report on lesser drug smuggling scandals involving cops and customs agents, but when it comes to the gargantuan sprawling CIA drug smuggling racket, the silence is deafening.



In September 2007, a Florida based Gulfstream II jet aircraft # N987SA was forced to crash land in Mexico's Yucatan Peninsula after it ran out of fuel.

After accident investigators arrived on the scene they discovered a cargo of nearly 4 tonnes of cocaine.

Journalists discovered that the same Gulstream jet had been used in at least three CIA "rendition" trips to Guantanamo Bay between 2003 and 2005.



Kevin Booth's underground hit documentary American Drug War features footage of former DEA head Robert Bonner admitting that the CIA was involved in cocaine smuggling operations.

Former DEA agent Cele Castillo, who has appeared on The Alex Jones Show many times, personally witnessed CIA drug smuggling operations funneled through terrorists that were also involved in kidnappings and the training of death squads on behalf of the U.S. government.

Investigative reporter Gary Webb was instrumental in exposing CIA cocaine trafficking operations before his alleged suicide in 2004. In the You Tube clip below, Webb traces the history of Agency involvement in drug smuggling and its links to financing wars in central America.

Friday, May 30, 2008

Mossad and 9-11 : The Florida network

By Christopher Bollyn,
Funds are urgently needed to support my 9-11 research and writing. If you find my work worthwhile, please click on the yellow "Donate" button on the left. Help me find the truth about what happened on 9-11. This is not an academic pursuit - we must get to the bottom of this crime. We owe it to our nation and our people. Everything that has happened to the United States since 2001 has been shaped by this unsolved crime.

Thank you!


* * *

May 30, 2008

Solving 9-11

THE FLORIDA CONNECTION
Part 2


Olmert's Secret Visit and Israeli False Flag Operations in Florida

To understand how the 9-11 false flag operation was set up requires an understanding of the extensive network of Israeli companies in the United States and how Israeli military intelligence sets up companies disguised as Arab-owned companies. The two men that Ehud Olmert met in New York City on September 10, 2001 are connected to an Israeli network that ran such a false front company in the Fort Lauderdale area of Florida during the years prior to 9-11. Is this why Olmert's pre-9-11 visit to New York has been kept secret?

When I discovered that Israel 's current prime minister, Ehud Olmert, made a secret visit to New York City the day before 9-11, I suspected that his visit was connected with the false flag terror attacks. Why else would the visit of the well known mayor of Jerusalem to his "sister city" have been kept secret? Visits by high-level Israeli politicians are usually front page news in New York .

Buried deep in the sports section of the Jerusalem Post of July 23, 2004, in an article about the Likud party's soccer club, Betar, I discovered this very significant bit of information:

Three years ago, Betar was sold to a four-man consortium (US businessmen Meir and Shaul Levy, local businessman Meir Finegel, and Jerusalem real estate agent Sasson Shem Tov, who pulled out a few weeks ago), following a meeting in New York with then-mayor Ehud Olmert on September 10, 2001. There were no other potential buyers.

If Olmert's visit to New York City was innocent and only involved the transfer of an Israeli soccer club, why has it been kept so secret? Why did Rudy Giuliani and the New York Police Dept. conspire to keep it secret? It is impossible that the authorities in New York did not know that Olmert, Israel 's deputy prime minister at the time, was in their city.

Why has the controlled media kept it secret? Olmert, who was raised in a family of the Irgun (the Zionist terror organization of the 1930s and 40s which became the Likud party), became the prime minister of Israel after Ariel Sharon fell (or was thrown) into a coma.

The secrecy surrounding Olmert's pre-9-11 visit suggests that it has something sinister to do with the terror events which befell the city the following day. With so much evidence of Israeli prior knowledge and involvement in 9-11, Olmert's secret visit raises obvious questions: Were the " US businessmen" that Olmert met in New York , the Israelis Meir and Shaul Levy (a.k.a. Shual), part of the Zionist network behind the false flag terror attacks of 9-11? Are they connected to the network of Israeli agents who posed as art students?

From a tip that I received, I found that Shaul and Meir Levy are connected to an extensive Israeli network in Florida (and across the U.S. ) that included a suspicious art graphics business that disguised itself as an Arab-owned company. Mossad operations in the United States are usually carried out in the guise of a legitimate business, such as Urban Moving Systems of Weehawken, New Jersey.

An Israeli-owned firm will only disguise itself as an Arab-owned company when it is playing a part in a false flag operation, like 9-11. The purpose of the Arab disguise is to put up a false front to hide the real people involved in the operation. This is, for example, exactly the kind of disguise that was used by Ptech, the Massachusetts-based enterprise software company that loaded Israeli-written spy and control software onto the most sensitive computer networks in the U.S. government.

THE TIP

I received this very interesting email at the end of 2007:

Dear Mr. Bollyn,

Something has been bothering me for some years. I feel it may be insignificant, but the event is so out of place, that I had to share it with someone like you who investigates 9-11 earnestly.

My wife and I run a small gift shop selling seashells, t-shirts, and Florida gifts. I print my own Florida t-shirts using heat transfers, which I buy from a company called Next Graphics in Fort Lauderdale . One day just before September 11, 2001, I went to their plant to get some transfers. Normally there is a secretary sitting in her cubicle, and she calls to a salesman who takes my order.

This time it was different, there was no secretary and nobody in attendance, so I went along the corridor to my left towards the end where I knew there was a large conference room, something like you would use for presentations, and just before entering the room I was accosted by an Israeli (I knew by accent) who started to ask me about my business and expressed an interest in buying it.

It was obvious that he was trying to engage me in conversation so I would not go into the room. I ignored him and went straight in. I saw about 10-12 Israelis sitting around this very large conference table. I engaged some of them in conversation, because some spoke Russian, the language I speak fluently. We spoke about the business, but I soon discovered that they knew nothing about graphics. It is only after 9-11 that I put two and two together and realized the significance of the Israelis being there: Next Graphics is owned by a Palestinian family, which recently purchased their building in a high-profile industrial area.

After receiving this interesting tip, I looked into Next Graphics and found that it was not truly Palestinian or Arab-owned at all. While the company was registered under the names of Nabil and Nidal Alif, the "principal" person behind the company was actually a Sephardic (Spanish or Arabic Jew) Israeli named Samuel Anidjar. The Anidjar name comes from a Jewish family in Moorish Spain that was expelled in 1492 to Morocco . Israelis and Palestinians do not usually set up companies together.


A Samuel Anidjar from Hollywood, Florida is the president of the B'nai Sephardim synagogue .





Samuel Anidjar was a business partner in a Boca Raton-based company called The Big Apple Corp., whose website says this about Mr. Anidjar:

Samuel Anidjar is a merchandising consultant for The Big Apple and the principal of Next Graphics, Inc., based in Fort Lauderdale , Fla. The firm specializes in the design, manufacture and sales of high-tech transfers used in the garment industry. Mr. Anidjar is also an owner of Next Authentic, Inc., an upscale fashion boutique in the Art Deco district of Miami's South Beach . He recently completed a remodeling and expansion of the location to accommodate its continued growth. A graduate of College Technique in Deromans , France , Mr. Anidjar moved to the United States with his family in 1972. After settling in Wildwood, N.J., he developed and operated a chain of beachwear stores. After several successful years in operation, Mr. Anidjar selected partners to operate the seasonal shops and relocated to Florida . He continued in the retail business with five new beachwear and souvenir stores, which he sold after a decade of profitability. Mr. Anidjar also owns several commercial properties along the eastern coast of Florida , which he leases to well-established proprietors. His tenants include franchises of Häagen-Däzs and Edy's Gourmet Ice Cream; and Mezzaluna, a popular restaurant and bar on Ocean Drive in Miami Beach .

Samuel Anidjar worked with another Israeli on the Big Apple scheme named Dror Levy. The Big Apple website provided this sketch about Dror Levy:


Dror Levy (age 28) is Vice President of Research and Development for The Big Apple. Currently, Mr. Levy provides consulting services to sportswear manufacturers in the South Florida area. He offers comprehensive solutions and creative recommendations for apparel design, logo and image development, manufacturing, fiscal planning, personnel and distribution. For several years, Mr. Levy also operated La Flame Fashion, Inc., a Hollywood, Fla.-based firm he joined in partnership. His knowledge and application of computer systems integration, financial and operational strategies, marketing and staff retraining brought considerable increases in production, revenues and profits. Mr. Levy is the principal of Dror Inventions, Inc. He holds United States and Canadian patents for a revolutionary automobile cupholder; the device can be fitted to any vehicle, supports most beverage containers, and eliminates spillage during adverse driving conditions. As a result of his invention, Mr. Levy has been selected as a member of Who's Who of American Inventors and International Who's Who of Entrepreneurs. He was nominated as Inventor of the Year for 1997 by Intellectual Property Owners, a non-profit association founded in 1972. Its membership includes Fortune 500 companies, small businesses, universities, attorneys, independent inventors and others who own patents, trademarks, copyrights and trade secrets. Mr. Levy is also an active member of the Israel Economic Development Council, a professional association committed to enhancing international trade and commerce between Florida and Israel . Mr. Levy is a graduate of the Amal Institute of Engineering in Tel Aviv, Israel . Immediately following the completion of his formal education, he served four years in the Israeli armed forces as a computer systems analyst and researcher. His responsibilities included computer-aided design (CAD) for defense equipment and supplies, and cost and feasibility studies for various military operations. Mr. Levy also developed and conducted extensive studies on human behavior; specifically, methods of improving soldier morale, motivation and performance during combat.
(Note: Some of the places or institutions in these biographical sketches do not exist as written, e.g. Deromans , France and the Amal Institute of Engineering. These sketches are about 7 years old, which would make Mr. Levy about 35 today.)



Anidjar's partner at the Big Apple (a theme park which does not seem to have materialized), Dror Levy, has long been a business partner with Shaul and Meir Levy, the Israeli Jews of Syrian origin who met with Ehud Olmert in New York City on the eve of 9-11. The Levy brothers are the founders of Levy & Levy, and L & L Wings, which operates a chain of beach stores called Wings.

Dror Levy and another Israeli, Eliezer Tabib, are the registered heads of several companies that were started by Shaul and Meir Levy, for example, the 1000 Highway 98 East company, which is also the address of the Wings store in Destin , Florida .

Dror Levy was described as "vice president and marketing director for Miami-based Marco Destin Inc., parent of Wings" in the Mobile Register (AL) and Naples Daily News (FL) of January 7, 2004. Marco apparently stands for Marco Island , where the company also owns property.

"Marco Destin Inc. is led by Elizer 'Eli' Tabib, who took over Wings in Florida and on the Gulf Coast when the L&L Wings partnership was amended in 1998. Marco Destin has 23 stores, including 10 in the Panhandle," the Naples Daily News reported.

I wrote to the person who provided the tip and told him that Next Graphics was clearly an Israeli-owned business that was putting up a false front of being an Arab-owned company.

He responded:



Amazing, amazing, amazing. Next Graphics is out of business. I used to buy transfers from them via phone for years between 1996 and 2001. At that time they were at a different location. Sometimes I had a rush job when someone ordered a dozen shirts or something so I used to go there…

I am puzzled by the behaviour of these people. If you entered Graphics waiting room, they had a small altar on your left with and elaborate "kursi" an Islamic prayer on the wall, and several very beautiful Islamic inscriptions, small table with a gold trimmed Holy Quran on it, and several other Islamic mementos.

I am a Muslim and was happy to see display of their faith, but we are not that showy, and very few Muslims have things hanging on their walls. If you go in my house, you will see very little besides The Quran and some scenes from old Cairo on the walls. So this also made me suspicious, since this waiting room is a place where all kinds of people come in, maybe even with drinks, dogs and obscenities, so that it is not a place where a Muslim would display Quran. It was an obvious attempt at flaunting their non existent Islamism.

…I know that they bought this warehouse around 1999, when they moved from another Lauderdale location at 5600 NW 12th Ave. 33309. Their last location was 2131 Blount Road. You mention that you would like to know how far their location was from the phony hijackers. You will find that it is not that far. "Atta" lived in one of those two story motel type buildings in Forth Lauderdale, near the beach, there are hundreds of such structures near the water there. The distance would be about 1.5 to 2 miles at most, and the Delray location would be about 4 to 5 miles.

Interestingly, at that time there was a mosque in an industrial park near FAU, that was operated by a fellow called Ibrahim Bedali, very nice guy, ocean geologist by profession; many of us attended the place, he also taught martial arts, but we never saw a single one of these "hijackers" there. Maybe they attended a synagogue, instead!

Why was Anidjar running a false front graphics business in the Fort Lauderdale area in the years prior to 9-11? Is this business or the people involved in it connected with the fake Israeli art students who infested U.S. government offices from 1999-2001? Why were these students targeting Drug Enforcement Agency offices? Was this false front part of the operation controlling and monitoring the 9-11 suspects? Was this part of the Arabesque, which happens to be another one of their fake stores at the 2131 Blount Road address, along with Next U.S.A. and Next Factoring? (Factoring concerns trading of stock options.)

How did Shual (or Shaul) and Meir Levy become multi-millionaires selling beach towels and bathing suits? Is there another reason they have so many free-standing warehouses along the coast of the United States ?

Why was Ehud Olmert really meeting these men in New York City on the day before 9-11 and why has this visit by a senior Israeli politician been ignored by the media?

http://www.bollyn.info/home/latest/

Thursday, May 29, 2008

LES 'EMEUTES DE LA FAIM' AU MAGHREB PRECIPITENT LA CHUTE DES REGIMES COLONIAUX

NDLR: Nous avons recu a la mi Mai des informations, que nous avons transmis a des freres tenant des sites internet, selon lesquelles des 'emeutes de la faim' seraient organisées pour maintenir les regimes coloniaux en place, notamment en Algerie, avant l'été, periode ou les jeunes sont en vacances, mais aussi periode ou la flambee des prix a des effets devastateurs sur ce qui reste des societés au Maghreb. 'L'abces devant etre crevé ' au plus vite !

Nos sources font etat d'aides directes de pays comme la France pour mater les revoltes des peuples Maghrebins. Selon nos sources, les leviers de commandements sur le terrain ne semblent pas au fait de la situation et les 'cerveaux' chargés de controler ses emeutes ne le peuvent plus du fait de la tres forte contestation populaire au niveau de plusieurs villes et régions en Algérie, et les tres fortes tensions sociales au Maroc, Tunisie, Mauritanie, nos sources ont a de nombreuses reprises fait etat de 'lames de fonds' qui destabiliseraient des pays comme les USA en quelques jours.

La 'peur' ayant pris les 'organisateurs' du gouvernement, suites aux rapports venant de ceux chargés de tater le poulx sur le terrain. Ces Tsunamis successifs devraient atteindre des effets visibles debut Juin, et les lames se succederont jusqu'a eviction des regimes en place ou l'obtention de meilleurs conditions de vie, ces gigantesques 'révoltes' a travers tout le Maghreb sont le fruit de quarante ans d'oppression de hagra, de massacres, de terrorisme soutenu par l'Union Européene, de la politique neo-coloniales de la France, destinées a asservir pour mieux servir les interets de quelques familles avides de pouvoir dans la région, sous couvert d'interets geo-strategiques, de flux d'hydrocarbures et toutes sortes de mythes et de raisons d'etats qui font que nous en sommes arrives la...
Serait-ce la révolution avant l'Heure ? Nous l'esperons pour nos familles vivant la-bas

La situation fait tache d'huile et s'étend d'heures en heures a plusieurs villes notamment en Algérie, qui osera tirer sur la population ? Sarkosy lui-meme ?
La fin d'un cycle, la fin de la colonisation, nous vivons, et que feriez-vous a leurs places.... Ils sont dans leur droit le plus total !

Wa Allah 'alam

AS



Des édifices brûlés et saccagés: Oran sur des braises
par H. Barti, Le Quotidien d'Oran, 28 mai 2008


Oran a vécu hier, pour la seconde journée consécutive, au rythme de violences et de dégradations. Des affrontements, parfois très violents, ont éclaté dans presque l'ensemble des quartiers de la ville.

Au Haï El-Makkari, ex-St Eugène, un CEM, en l'occurrence Dorgham Hnifi, a été incendié par des casseurs.

Cette violence a contraint les parents à se diriger en masse vers les écoles où leurs enfants passaient leurs examens de sixième. Un vrai calvaire pour des parents morts d'inquiétude et largement pénalisés par l'absence totale de transport en commun. Les chefs d'établissement ont décidé, sur instruction des autorités locales, de garder les enfants entre midi et 14h, afin et de leur assurer les repas et leur éviter des risques inutiles.

Au-delà de la déception « sportive » que la relégation du Mouloudia d'Oran peut provoquer chez les amoureux du club, les événements qu'a connus hier, la ville d'Oran, avaient des allures d'une véritable « révolte » dirigée contre tout. Au niveau de certaines grandes artères, notamment au centre-ville, c'était la désolation. Les magasins ont, dès les premières heures de la journée, baissé leurs rideaux de peur d'être pris pour cibles. Cela n'a pas empêché des groupes de personnes parfois encagoulés d'entrer par effraction dans certains locaux, à l'exemple de celles de « Lotto » et de « Nokia », situés tous les deux à la Rue Larbi Ben M'hidi, pour les piller. La grande Poste, située à la Place Maghreb au centre-ville, a également été saccagée dans l'après-midi d'hier. Le cinéma Maghreb, ex-Régent, a lui aussi été ciblé. Les émeutiers ont arraché les sièges de la salle pour les brûler à l'extérieur sur la chaussée.

Des administrations publiques, telles que le siège de l'Algérienne des Eaux et de l'antenne d'ERIAD sise à El-Hamri, ont été les premiers à payer les frais, dès la soirée de lundi à mardi, de cette violence brutale. Ces administrations ont été presque totalement saccagées et pillées par des jeunes et des moins jeunes surexcités. Selon des responsables de l'antenne ERIAD, située à l'avenue des Martyrs à El-Hamri, entre 400 et 500 quintaux de farine ont été volés par des casseurs qui s'en sont pris également à un semi-remorque de l'entreprise et à un véhicule privé propriété d'un des travailleurs qui a été complètement carbonisé après qu'on y ait mis le feu.

Hier, la livraison de farine aux boulangers d'Oran n'a pu être assurée, affirment les mêmes sources, qui n'écartent pas l'éventualité d'une pénurie de pain pour manque de cette matière première.

Par ailleurs, l'agence CNEP du Boulevard Zirout Youcef au Plateau et des banques étrangères, à l'exemple d'ABC à l'Avenue Sidi Chahmi, à Delmonte ou encore Société Générale à l'Avenue Farès El-Houari, dans le quartier de Maraval, ont été également attaquées. Le siège de l'Echo d'Oran, dont le propriétaire est le président actuel du Mouloudia d'Oran, a également été pris pour cible avant-hier soir. Mais, hormis des vitres brisées, on n'a pas enregistré de dégâts importants, grâce à une intervention rapide des forces de l'ordre, qui ont décidé de fixer une patrouille de police à proximité du siège.

Dans le quartier de Plateau, précisément au niveau de la Rue des frères Niati, fait important à être souligné, la population est intervenue pour chasser les casseurs. En effet, des affrontements ont eu lieu entre des habitants appuyés par des policiers en civil, reconnaissables à leurs talkies-walkies en main, et des émeutiers venus du quartier mitoyen de M'dina Djédida pour s'attaquer au siège de la 2ème Sûreté urbaine.

« Ces gens n'ont rien à avoir avec le football ou le sport. Ils n'ont qu'un seul but, c'est casser des édifices et des biens publics et les piller. Défendez vos biens », a hurlé un des habitants à l'adresse de ses jeunes voisins qui ont fini par prendre les devants, munis de pierres et de bâtons, et repousser la vague d'émeutiers.

En dépit de leur nombre important, et des moyens impressionnants dont elles disposaient, notamment des chasse-neige et autres engins antiémeute, les forces de l'ordre ont été considérablement gênées par cet « éparpillement » des zones de tension. Avec le centre-ville et la banlieue Est d'Oran, le quartier populaire d'El-Hamri a été le premier à enregistrer, avant-hier soir, ces scènes de violences. Mais, hier, la violence s'est propagée comme une traînée de poudre, pour atteindre presque la totalité des quartiers de la ville. Des scènes d'une rare violence ont été observées au niveau de la pénétrante de Delmonte, non loin du siège de la station régionale de l'ENTV.

Des groupuscules d'émeutiers éparpillés en plusieurs endroits se relayaient pour arroser les éléments de la brigade antiémeute de projectiles de tout genre. Les policiers ripostaient en lançant des bombes lacrymogènes. Les émeutiers se servaient des publiphones, arrachés la matinée et la veille, pour bloquer la route et empêcher l'avancée des véhicules de police. De temps à autre, on pouvait apercevoir des jeunes émeutiers blessés tomber par terre puis portés par leurs acolytes avant de disparaître dans les rues sinueuses du quartier populaire de Delmonte. Des scènes aussi brutales étaient également constatées au niveau du quartier de Plateau où un débit de boissons alcoolisées a été pris pour cible.

Jusqu'à une heure tardive, la tension était toujours à son comble dans certains quartiers, comme Yaghmoracen.

Au quartier Haï Edhaya, ex-Petit Lac, des casseurs ont mis le feu au siège de la CNEP Immo, alors que celui mitoyen de la CNEP banque a été saccagé et pillé.

Un climat de terreur régnait tout au long de cette journée, qui a coïncidé avec la tenue des examens de sixième pour les élèves du primaire. Une journée que la population oranaise ne risque pas d'oublier de si tôt, même si le pire reste à craindre pour les jours à venir.

Wednesday, May 28, 2008

Le Comité contre la torture de l’ONU met à nu le dispositif de répression en Algérie


Alkarama for Human Rights, 19 mai 2008

Alkarama se félicite des observations finales du Comité contre la torture publiées le 16 mai 2008. Elles reflètent largement ses propres préoccupations face à la situation des droits de l’homme en Algérie.
Les experts indépendants s’étaient réunis début mai pour examiner le rapport périodique du gouvernement algérien, présenté avec huit ans de retard. Auparavant, une rencontre avec les ONG de défense des droits de l’homme à laquelle Alkarama a participé avait permis à celles-ci d’exprimer leurs préoccupations.

En dépit des efforts de la délégation algérienne et de son chef Idriss Jazaïri pour présenter le pays comme un havre de démocratie dans lequel « l’Etat algérien a utilisé toutes les ressources légales pour lutter contre le terrorisme » et « placé le droit à la vie au dessus de toute considération », les experts du Comité ont souligné les graves violations de principes fondamentaux. M. Jazaïri en a même perdu toute contenance, attaquant personnellement les experts indépendants et en particulier Madame Belmir Saadia l’experte marocaine, tout en reprochant aux membres du comité d’être « subjectifs » et mus par des « préjugés ».

Le Comité constate dans ses Observations finales que la définition du terrorisme est peu spécifique et permet de criminaliser des agissements ne relevant pas du terrorisme. De même que le maintien de l’état d’urgence est préoccupant notamment parce qu’il « se manifeste toujours, entre autres, par la délégation des fonctions de la police judiciaire aux agents du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), lesquels, selon les informations reçues, seraient à l’origine de nombreux cas de torture… ».

Ces agents du DRS se trouveraient, selon les membres de la délégation algérienne sous le contrôle du Procureur général. Cette affirmation n’a pas manqué de faire sourire les personnes présentes dans la salle et en particulier les journalistes et représentants d’ONG au fait de la pratique algérienne. Le Comité, pour sa part, se référant aux témoignages reçus, a recommandé que « tous les lieux de détention, y compris ceux régis par le DRS soient placés sans délai sous le contrôle de l’administration pénitentiaire civile et du parquet ». En dépit des vaines tentatives du représentant algérien de nier l’existence de centres de détention secrets, le Comité onusien a demandé aux autorités gouvernementales d’« enquêter sur les allégations concernant l’existence de centres secrets régis par le DRS ».

Le Comité contre la torture rejoint ainsi dans ses conclusions le Comité des droits de l’homme qui avait également épinglé l’Algérie sur cette question particulièrement sensible. Il s’agit, à n’en pas douter, d’un échec cinglant du représentant de l’Algérie dont toutes les tentatives, souvent maladroites, n’ont en fait servi qu’à conforter l’instance onusienne dans ses convictions.

Le code pénal dans lequel a été intégrée la loi antiterroriste de septembre 1992, a également retenu l’attention ; il comprend, selon les experts, des dispositions en contradiction avec les principes de la Convention contre la torture ratifiée par l’Algérie. Il en est ainsi du délai de garde à vue qui peut atteindre 12 jours (et le dépasse souvent), de la fixation de la majorité pénale à 16 ans. De même, certains principes n’ont pas été introduits dans la législation algérienne : le Comité fait référence au droit à un avocat lors de la garde à vue, ou l’interdiction expresse d’utiliser des aveux extorqués sous la torture dans des procédures judiciaires.

Le Comité a relevé positivement l'existence de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'homme. Il conseille toutefois de renforcer son indépendance pour lui permettre notamment de jouer son rôle de surveillance de l'application des conventions y compris celle contre la torture. Aussi recommande-t-il de publier et diffuser ses rapports annuels.

L’organe onusien s’est déclaré particulièrement préoccupé par certaines dispositions de l’ordonnance d’application de « la charte pour la paix et la réconciliation nationale », notamment celles relatives à l’exonération de poursuites dans les cas de « crimes tels que la torture, y compris le viol, et la disparition forcée qui sont des crimes imprescriptibles ». Il préconise que « l’Etat partie devrait prendre sans délai toutes les mesures nécessaires » pour garantir que ces crimes, passés ou récents « fassent l’objet d’enquêtes systématiques et impartiales, que les auteurs de ces actes soient poursuivis et sanctionnés… »

Dans le dossier spécifique des disparitions forcées, le Comité relève les contradictions dans les chiffres indiqués par l’Etat qui varient entre 4000 et 7000. Il demande que les listes de disparus ainsi que le rapport de l'instrument ad hoc sur les disparitions soient rendus publics. Aussi recommande-t-il que des enquêtes soient initiées par les autorités judiciaires sans dépôts de plainte au préalable, que les familles soient informées des résultats des enquêtes et que les responsables soient sanctionnés. L’organe onusien rappelle que la disparition forcée constitue une forme de torture pour les familles et il est particulièrement préoccupé par l’obligation de celles-ci à attester de la mort de leur parent pour pouvoir bénéficier d’une indemnisation. Cette disposition peut constituer « une forme de traitement inhumain et dégradant en les exposant à un phénomène de survictimisation »
Le décès sous la torture de Mounir Hammouche, dont le cas avait été communiqué par Alkarama au Rapporteur spécial sur la torture, a particulièrement retenu l’attention du Comité. Celui ci demande aux autorités algériennes de fournir à la famille le rapport d’autopsie qu’elle sollicite en vain depuis plus d’un an. A partir de ce cas, le Comité formule une recommandation générale, invitant l’Etat à «déclencher spontanément et systématiquement des enquêtes promptes et impartiales dans tous les cas où existent des motifs raisonnables de croire qu’un acte de torture a été commis, y compris en cas de décès de la personne détenue. » Les résultats devraient être communiqués aux familles.

Le Comité prévoit enfin un suivi de ses recommandations. Il conseille d’une part la publication le plus largement possible de celles-ci par l’Etat et d’autre part demande que dans un délai d’un an celui-ci lui fournisse des renseignements quant à la nécessité du maintien de l’état d’urgence, le contrôle par les autorités civiles des centres de détention secrets, les listes des disparus et les violences commises contre les femmes. Il invite l’Etat algérien à ratifier les traités des Nations Unies relatifs aux droits de l’homme auquel il n’est pas partie, mais surtout à accepter la visite des Rapporteurs spéciaux sur la torture, les disparitions forcées et les exécutions extrajudiciaires.

Ces observations et recommandations font suite à celles du Comité des droits de l’homme du 1er novembre 2007, tout aussi sévères. Elles marquent un tournant dans l’analyse de l’ONU de la situation de l’Algérie. Tandis que dans les années 90, la diplomatie algérienne avait su tempérer les critiques en mettant en avant la lutte contre le terrorisme, cette fois-ci de nombreux experts des Comités onusiens ont clairement établi qu’en Algérie des agents de l’Etat commettaient des « crimes contre l’humanité ».

Monday, May 26, 2008

Israël n’a aucun avenir dans la région - Interview de Ramadan Shallah, secrétaire général du Jihad islamique


Question : soixante ans après la création de l’Etat d’Israël, qu’est-ce qui a changé quant la vision israélienne d’abord de son existence dans la région, du point de vue stratégique, et sa vision ensuite de la paix avec les Palestiniens et les Arabes, plus généralement ?

R. Shallah : A notre avis, concernant la vision israélienne relative à l’existence de l’entité israélienne dans la région, nous pouvons distinguer trois étapes essentielles : la première est celle du refus absolu d’Israël, où le conflit était dénommé conflit arabo-israélien. Cette étape fut caractérisée par l’unanimité de la nation à refuser l’existence d’Israël, malgré les failles limitées réalisées par Israël en nouant des relations secrètes avec quelques parties arabes. Mais ces failles n’ont pas changé la réalité de cette étape, qui est celle du refus absolu, où le fait de contacter Israël était considéré comme une trahison suprême. La seconde étape commence en 1979, avec la signature par Sadate du traité de paix avec Israël. Dès cette date, certains marquent la fin de ce qui a été dénommé le conflit arabo-sioniste ou israélien, et le début de ce qui a été appelé le conflit palestino-israélien. Au cours de cette étape, le régime arabe est sorti du conflit, et la région est entrée dans ce que nous pouvons appeler la reconnaissance ou l’admission d’Israël par la contrainte. Cette reconnaissance débuta avec Sadate et atteint son apogée avec la signature de l’accord d’Oslo, suivi par d’autres Etats arabes qui signaient des accords officiels, ou établissaient des relations non officielles avec Israël. C’est l’étape dominante jusqu’à présent. Mais il y a aussi une autre étape, dans la conscience ou l’imaginaire israélien, qui n’a pas commencé, celle de l’admission d’Israël volontairement, dans le sens où l’image d’Israël, en tant qu’Etat envahisseur, étranger et implanté dans le cœur de la nation, malgré elle, soit supprimé de la conscience des peuples et des dirigeants de la région, et qu’il soit perçu comme un Etat normal, voisin, ami, comme tout autre pays arabe ou musulman. C’est le prix qu’Israël veut obtenir pour faire la paix dans la région, selon la vision israélienne. La paix qui se base sur la liquidation de la question palestinienne et l’ancrage d’Israël en tant que grande puissance dans le cœur de la région.

Mais, malheureusement pour Israël et ses alliés, le projet de règlement dont il a rêvé pour parvenir à la troisième étape a fait face à une résistance et un refus puissants, et même plus, car la région a assisté, avec les mouvements de la résistance islamique, à un retour à l’étape du refus absolu d’Israël. Dans le cadre de la lutte entre deux visions dans la région, le refus absolu ou l’acceptation absolue d’Israël, l’entité sioniste a reçu des coups douloureux lors de la victoire de la résistance au Liban en 2000, le déclenchement de l’intifada al-Aqsa en 2000 et la défaite cuisante lors de la guerre de juilllet 2006, au Liban… Tout ceci a porté un coup au prestige d’Israël et de son armée, en touchant à la force de frappe israélienne, modifiant du coup la priorité d’Israël, et décevant ceux qui appelaient à un règlement en comptant sur lui.

Le sentiment d’être étranger dans la région et la peur de l’avenir rendent Israël incapable de payer le moindre prix pour la paix à laquelle les Arabes ont appelé par le biais de l’initiative arabe. Donc, les priorités israéliennes dans la région consistent à récupérer sa force de frappe militaire, à élargir la zone de son acceptation par la contrainte, et la réalisation de nouvelles failles dans le corps arabe. Il regarde du côté des pays du Golfe, et notamment de l’Arabie saoudite, pour réaliser un alliance américano-israélo-arabe pour faire face aux forces de la résistance et du refus, représentées par l’Iran, la Syrie, le Hezbollah, Hamas, le Jihad islamique et les autres organisations de la résistance en Palestine, se préparant à une guerre pour récupérer son prestige sioniste dans la région.

En résumé, nous pouvons dire qu’Israël, soixante ans après sa création, se prépare à mener de nouvelles guerres, non à faire la paix. Il n’est pas nécessaire que la guerre éclate demain ou dans quelques mois, mais cette guerre est inéluctable, à notre avis, et le moment zéro sera atteint lorsqu’il sentira que le prix à payer pour maintenir la situation actuelle, avec le danger pour sa sécurité que cela comporte, sera plus élevé qu’une guerre régionale qu’il déclencherait. A notre avis, Israël n’est pas encore parvenu à ce point, mais nous considérons qu’il l’atteindra.

Question : D’une manière concrète, existe-t-il des facteurs ou des éléments dans les deux milieux, social et institutionnel, gouvernant en Israël, qui peuvent faire croire, dix ou cent après, à la possibilité de coexistence réelle entre deux Etats, un palestinien et un israélien, surtout qu’Israël envisage, stratégiquement, de faire de son entité un Etat juif ?

R. Shallah : Il ne peut y avoir aucune coexistence pacifique avec l’Etat israélien, et les rapports de force actuels ne génèrent pas une paix, mais une soumission dont les conditions sont imposées par la partie forte sur la partie faible. L’entité n’est pas séparée, au niveau de sa société et ses institutions, de la vision sur laquelle est basé le projet sioniste, qui est un projet de déni de l’autre, qui a fondé son entité d’une part sur des mythes, et de l’autre, sur le feu, le fer et le sang, la violence et la terreur. A partir de la nature belliqueuse et conflictuelle du projet sioniste, Israël refuse la paix, comme l’a prouvé l’expérience. Il a refusé tous les projets de règlement malgré leur bas niveau et les concessions obtenues. Israël refuse l’initiative arabe qui lui a cependant promis de vivre tel un Etat naturel et légal dans la région en contrepartie de son retrait du Golan, de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, seulement. Il a nié les accords d’Oslo qui furent une catastrophe pour le peuple palestinien, et a même refusé la « feuille de route » qui est fondamentalement un projet sécuritaire de destruction de la résistance palestinienne. Finalement, il refuse le processus d’Anapolis offert par les Arabes et y a répondu par la construction de milliers d’unités de colonisation dans al-Quds et ses environs. Donc, parier sur la paix avec Israël est un pari sur l’illusion et le mirage, car ce qui s’appelle processus de paix au moyen-Orient, comme l’a expliqué un écrivain et politicien juif américain, Henri Sigman, est « la tromperie la plus excitante dans l’histoire diplomatique contemporaine ». C’est un grand mensonge qui a fait croire que les Palestiniens obtiendront un Etat dans les limites des frontières de 67. Aujourd’hui, ce mensonge est dévoilé et il est devenu clair que « l’Etat palestinien » supposé dont ils parlent est « l’Etat des intérêts sionistes » qui non seulement n’accorde pas aux Palestiniens un Etat en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, mais prive 4 millions de réfugiés de retourner à leur pays, et menace d’expulser près d’un million et demi de Palestiniens qui vivent dans la Palestine occupée en 1948.

Pour résumer, l’idée de la coexistence sur la base des deux Etats est finie, et Israël et les Etats-Unis, en proposant l’idée de l’Etat Juif, coupent la route à ce qui s’appelle la solution d’un seul Etat. Donc le conflit se poursuit.

Question : quelle est votre vision quant à l’avenir d’Israël dans la région ?

R. Shallah : J’affirme catégoriquement qu’Israël n’a aucun avenir dans cette région, mais pour répondre à cette question, il n’est pas important de savoir comment nous, nous voyons l’avenir d’Israël. L’image du Super Israël, implanté dans la terre comme si cela était un décret divin auquel nul ne peut s’opposer, dans l’esprit de ceux qui en ont peur, de lui et des Etats-Unis, ne leur a pas laissé l’occasion d’écouter notre point de vue ou de lire notre vision sur l’avenir d’Israël, surtout lorsqu’ils y perçoivent les traces du Coran ou de l’histoire. C’est pourquoi il est nécessaire d’étudier d’abord comment Israël et ses alliés et amis voient son avenir, cela nous rapprochera probablement d’une lecture objective sur l’avenir de cette entité. Il ne fait aucun doute qu’Israël réalise qu’il a atteint sa soixantième année dans la région et qu’il a dépassé toutes les tempêtes qui ont essayé de l’en extraire, et a même fait subir des défaites à ses ennemis. Mais il ne nie pas être entré dans la phase de vieillesse, dont les signes apparaissent dans les défaites, même limitées, qu’il a subi au Liban et en Palestine. Ils commencent à parler de danger existentiel, et même la fin d’Israël devient une idée partagée. A aucun moment encore de l’histoire de cette entité, ses dirigeants n’ont ressenti un danger planant sur l’existence et l’avenir de leur Etat comme c’est le cas aujourd’hui. C’est de cette manière qu’en parlent les politiciens, les intellectuels, les historiens, les journalistes, les élites de cette entité et des Etats qui le soutiennent, dans le monde aujourd’hui. C’est de cette manière qu’en a parlé le journaliste américain Jeffrey Goldberg dans une série d’articles, disant : « je suis inquiet sur l’avenir d’Israël au cours des dix ou quinze prochaines années » et demande aux Israéliens de commencer à poser les questions décisives, telles que l’utilité du projet sioniste, est-ce qu’il a été bénéfique ou non ? Est-ce qu’Israël est viable ou non ? Peut-il vivre dans un milieu hostile dont les peuples ne supportent pas sa présence et ne souhaitent pas en entendre parler ? Ce sont des questions posées aussi par Abraham Burg et d’autres Israéliens, ou des amis et alliés d’Israël dans le monde. Deux journalistes américains avaient publié un rapport le 2 avril 2002 (soit avant même la défaite de juillet 2006) dans Newsweek, disant : « beaucoup de juifs pensent que l’avenir et la place d’Israël dans le moyen-Orient sont menacés aujourd’hui, comme il n’a jamais été. Est-ce que l’Etat juif va rester en vie ? A quel prix ? Avec quelle identité ? Peut-il jamais connaître la paix ? » L’historien juif Amos Aylon, dans une autre étude parue le 17 mai 2002 répond à ce genre de questions, disant : « je suis désespéré car je crains que la question ne soit finie… puis il poursuit déclarant, ce qui peut sembler étrange pour certains gouverneurs arabes, mais qui est devenu l’angoisse de la majorité des juifs : « Pour Israël, la confiance en la possibilité de demeurer est devenue très mince » ! Ce n’est pas le Jihad islamique, le Hizbullah ou le Hamas qui le dit, ce sont les paroles d’un historien israélien qui décrit la réalité d’Israël, malgré sa force militaire : « …la force nucléaire d’Israël est devenue inutile… » Lorsque la force nucléaire d’Israël devient inutile pour empêcher la société de s’effondrer et de tomber, psychologiquement, le premier ministre sioniste Olmert accourt pour menacer et susciter la peur dans la région, le 11 décembre 2006, parlant de son arme nucléaire, sans pour autant lever le voile sur l’avenir d’Israël lui-même..

Lorsque cet historien déclare que sa confiance dans l’avenir d’Israël est devenue mince, il n’a pas consulté l’avenir sur les paumes ou dans une tasse de café, mais s’est appuyé sur un ensemble de facteurs qui prouvent les signes de vieillesse du projet sioniste et de l’entité israélienne. Bien sûr, le projet sioniste a réussi à installer Israël pour qu’il devienne une patrie ou une entité pour les juifs du monde, mais il n’a pas réussi à la rendre sécurisée comme l’avaient promis les dirgeants de ce projet. Dans le monde entier, le juif peut vivre en paix et bénéficier de la sécurité, mais pas le juif qui vit en Israël. Le projet sioniste a débuté en Palestine, une base à partir de laquelle il devait se déployer pour former le grand Israël, du Nil à l’Euphrate. Où est le grand Israël aujourd’hui ? Il est tombé du fait de la victoire de la résistance islamique, du retrait de l’armée sioniste du Liban en 2000, et même le rêve d’Israël sur toute la terre de la Palestine est fini. Il est tombé avec le retrait israélien de Gaza en 2005, sous les coups de la résistance. Le puissant Israël, qui possède la plus forte armée dans la région, y compris les armes nucléaires, a perdu et a été humilié au cours de la guerre de juillet/août 2006 face à la résistance des combattants du Hizbullah et de la résistance islamique.

Israël aujourd’hui n’est plus le jeune Israël dont la force a atteint l’apogée au cours de la guerre et de l’expansion en 1967. Israël aujourd’hui est un Etat décrépit qui souffre du retour des peuples de la région à la culture du refus absolu de son existence, comme nous l’avons dit. Israël aujourd’hui, souffre du complexe de la résistance et de la présence palestiniennes, qui lui crée une crise existentielle. Israël aujourd’hui n’est plus celui de Ben Gourion, de Dayan, de Rabin et des autres, mais c’est un Israël qui n’a pas de dirigeants politiques et militaires. Certains ont affirmé que Sharon fut le dernier roi d’Israël, et après lui, le pays est tombé…

Israël aujourd’hui, dans le cadre de la mondialisation, souffre d’une crise d’identité et de la faiblesse de la doctrine de sa société où la fuite du service militaire est devenue très visible et sensible dans l’armée israélienne. Le plus grave, pour lui, c’est l’affaiblissement du niveau de l’armée elle-même.. Depuis 1973, que ce soit au Liban ou en Palestine, l’armée israélienne a subi des coups et des défaites, et elle n’est plus l’armée infaillible comme cela se disait avant. Le prestige de l’armée israélienne a été entamé et la force de frappe israélienne a dégringolé à un niveau jamais vu, dans son histoire. Si l’armée israélienne a perdu son prestige, que reste-t-il d’Israël ? Nous savons qu’Israël est une caserne militaire, un Etat militaire dans son organisation et sa vie, l’armée est la population, et la population est l’armée, ce qui veut dire qu’Israël est une armée ayant un Etat et non un Etat ayant une armée. Quand l’armée est défaite, l’Etat est défait.

Historiquement, Israël vit de l’aide étrangère et des rapports de forces internationaux plus que sur ses propres capacités ; cette aide a atteint son apogée dans le cadre du système unipolaire et de la domination américaine sur la politique internationale. Cet unipolarisme est cependant en train de craquer et les rapports de force changeront ; le rêve de l’empire américain, après son échec et sa défaite en Iraq, est en train de s’effondrer, le projet de nouveau moyen-orient n’a pas vu le jour ; Israël vit dans le cadre de la faiblesse, de l’impotence et de la division arabes, mais aussi du manque de volonté et d’initiative arabes officielles pour faire face à Israël, mais cela ne durera pas. Ce qui ne change pas, c’est le regard de la population de la région, envers Israël, pour qui cette entité reste étrangère, coloniale, et refusée. Le refus absolu de sa présence se développe de pair avec le développement des courants islamistes, des mouvements de la résistance islamique en Palestine, au Liban et en Iraq, et du soutien dont ils bénéficient dans la région.

Pour nous, Israël subira le même sort subi par toutes les entités étrangères implantées par les guerres des Francs, les croisés, dans nos pays et il disparaîtra comme elles ont disparu.

Question : Est-ce que la démocratie israélienne représente réellement une démocratie dans la région ?

R. Shallah : Pour répondre à cette question, nous devons prendre en considération deux questions importantes :

La première est quelle est la relation entre la nature du pouvoir en Israël et notre conflit avec le projet sioniste en Palestine ? En d’autres termes, si la nature du pouvoir en Israël était dictatorial ou fasciste, est-ce que cela change notre vision, nous, les Arabes et les musulmans ? Et à l’intérieur du système démocratique lui-même, quelle est la différence pour nous si arrive à la tête du pouvoir Olmert, Barak ou Netanyahu ? Ceux qui ont parié sur l’arrivée de Barak après Netanyahu ont récolté l’amertume de l’effondrement des négociations de Camp David II, car les Israéliens sont les mêmes, et les conditions israéliennes de Madrid à Annapolis durcissent, et parier sur la marge ou les différences entre les partis israéliens, dans leur comportement avec les Palestiniens, est presque impossible, car ils veulent tous garder la terre et les maisons, qui est l’axe principal du conflit en Palestine et dans la région.

Le second point, si la démocratie représente un critère de l’attitude occidentale envers Israël, comme le pensent certains, que signifie cette démocratie pour les occidentaux et les Américains ? Est-ce que la démocratie à l’intérieur peut-elle coexister avec un esprit expansionniste et belliqueux envers l’extérieur, qu’Israël met en pratique depuis sa fondation ? Ou bien Israël est-il conforme à la manière occidentale et coloniale pratiquée par les Etats occidentaux coloniaux, anciens et nouveaux, tel le nouveau colonialisme revenu avec l’invasion américaine de l’Iraq ou de l’Afghanistan, sous le slogan de guerres préventives ? Est-ce que la démocratie fait-elle bon ménage avec le slogan de l’Etat juif, soutenu par Bush et auquel appellent les Israéliens aujourd’hui ? Dans ce cadre, Israël est-il un Etat pour tous ses citoyens ou un Etat pour les citoyens juifs seulement ? En d’autres termes, Israël est-il réellement un Etat « démocratique » ou un Etat « religieux » ? Dans tous les cas, quelle est la situation de la population arabe dans l’Etat d’Israël et de la discrimination raciale que ne nient pas les Israéliens eux-mêmes ? Tout cela signifie que la vraie « démocratie », aux yeux d’Israël et des Etats-Unis, est celle qui réalise les intérêts d’Israël et des Etats-Unis, sans considération aucune pour le contenu et la nature du processus démocratique. Nous savons que les Etats-Unis, dans leur comportement avec les autres, considèrent que leurs propres intérêts constituent le premier critère pour formuler leur politique… Ils ont toujours eu des relations avec des régimes dictatoriaux pour leurs propres intérêts qu’ils placent au-dessus des principes de la démocratie et des libertés des peuples. La démocratie louée dans les régions de l’autorité autonome, dans le cadre de l’occupation, a été refusée lorsqu’elle a amené Hamas… La démocratie qui a amené Ahmadinajad en Iran est refusée aussi, elle est même entièrement refusée parce que l’Iran ne fait pas partie de l’alliance américaine qui admet Israël et veille sur l’intérêt américain dans la région ;

Finalement, il est probable que la démocratie permet à l’entité israélienne d’avoir un mécanisme meilleur pour la passation du pouvoir et l’administration de son conflit dans la région…

Question : Est-ce que la coexistence palestino-israélienne est possible dans le cadre d’un Etat laïc et démocratique unique ?

R. Shallah : L’alternative de l’Etat démocratique et laïc a été proposée par l’OLP à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix, mais Israël l’a refusé, et aujourd’hui, on parle beaucoup de l’Etat unique bi-national. Beaucoup pensent que si Israël et les Etats-Unis ont accepté la solution de deux Etats, avec les conditions israéliennes évidemment, c’est par crainte d’arriver à l’Etat unique, surtout que l’équilibre démographique en Palestine sera bientôt favorable aux Palestiniens, certainement et clairement, à partir de 2010, selon certaines estimations. A partir de là, certains pensent que l’adoption de la solution de l’Etat laïc unique constitue la meilleure solution au conflit, dans le cadre de la situation internationale qui n’accepte et ne permet pas l’idée de la libération de la Palestine, qui signifie la disparition ou le démantèlement de l’entité raciste qu’est Israël.

Pour nous, nous n’acceptons pas cette alternative, pour plusieurs raisons :

1) D’abord, elle accorde à Israël et aux Juifs la légitimité de leur présence sur la terre de la Palestine, légitimité qu’ils n’ont pas. La nation a lutté, dès le début, sur la base de l’illégitimité de la présence sioniste en Palestine.

2) propager cette alternative supprime la culture de la lutte et de la résistance, et propage la culture de la soumission au fait accompli et à se préparer à vivre avec Israël, au moment où Israël refuse cette question et poursuit son agression pour consolider son projet en fixant Israël en tant qu’Etat purement juif.. Ce qui signifie qu’Israël prendra des défenseurs de cette alternative la reconnaissance de sa légitimité et de son droit à l’existence sur toute la Palestine, pour que notre terre et notre patrie la Palestine deviennent une seconde Andalousie, où Israël se consolide sur ses ruines en tant qu’Etat stable et sûr, en n’ayant pour d’autre but ou espoir que le fait d’y être acceptés, en tant que sujets, même de dixième zone !

3) je ne pense pas que la laïcité peut régler ce conflit saturé de symboles religieux, des deux côtés… Israël a été fondé et continue à utiliser les signes bibliques, talmudiques et les mythes pour les mettre au service du mouvement sioniste et créer Israël, et en face de cette invasion, l’arabité et l’islamité de la Palestine ont été affirmées. Le bagage religieux constitue, pour les deux parties, une force de mobilisation importante dans le conflit, du côté sioniste, pour attaquer et du côté palestinien, pour se défendre et résister. Que fait la laïcité de l’Etat unique avec l’arabité et l’islamité de la Palestine dans les cœurs et les consciences arabes et islamiques ? Comment se débarrasse-t-elle de « la judaïté » de l’Etat dans la conscience israélienne et le projet sioniste ? Qui peut convaincre un laïc en Israël, avant le religieux, de devoir abandonner une partie non négligeable des mythes fondateurs de cette entité, ou d’abandonner l’idée de la reconstruction du temple présumé sous la mosquée al-Aqsa ? En face, est-ce que le plus laïc parmi les musulmans ou les arabes peut abandonner une seule pierre de la mosquée al-Aqsa, ou de l’église de la Nativité ou du St Sépulcre ?

Ce conflit est assurément saturé de symboles et de croyances religieuses et idéologiques, et la démocratie laïque ne peut constituer un cadre pour le résoudre, surtout qu’Israël n’a pas occupé la Palestine au moyen des urnes, mais par le fer et le feu, en tuant et en expulsant son peuple vers toutes les parties du monde…. La solution est, à notre avis, de poursuivre le conflit, même par les moyens les plus simples, jusqu’à relever la nation et modifier le rapport de force..

Au cours de l’intifada des pierres, en 1987, le peuple palestinien a adressé un message très profond à Israël, et à tous ceux qui le soutiennent dans le monde, ce message dit que cette entité, son occupation et sa spoliation de notre terre et de notre partie sont refusées. Nous devons y résister par tous les moyens, et nous ne pouvons coexister avec…. La génération qui a grandi sous l’occupation a étonné le monde parce qu’elle se bat contre Israël, parce qu’elle poursuit ses soldats avec des pierres comme on poursuit un voleur en fuite. Mais la signification encore plus profonde, c’est que nos enfants ont lapidé Israël avec des pierres et le châtiment de la lapidation, dans notre culture et notre loi, est réservé à l’adultère. Israël est, aux yeux des peuples de la région, celui qui a commis l’adultère envers notre géographie, notre histoire et il mérite la lapidation et le châtiment jusqu’à la mort et la disparition de la carte de la région, pour que la Palestine revienne dans la géographie et l’histoire.

Q. Est-ce que les Etats-Unis peuvent se situer autrement que dans le rang israélien, ou être un juge équitable dans le conflit arabo-israélien ?

R. Shallah : Je ne pense pas que les Etats-Unis, dans les conditions régionales et internationales actuelles, puissent être autrement que dans le rang israélien et je doute qu’ils puissent l’être dans tous les cas, plusieurs facteurs historiques et réalistes nous amènent à le dire.

Sur le plan doctrinal, Israël est issu de la civilisation occidentale,…car la civilisation occidentale est saturée de l’esprit juif, tout comme Israël est saturé de l’esprit occidental ou américain. Quant à ce qu’on appelle la tradition judéo-chrétienne, elle a fait du soutien à Israël, en occident, et plus particulièrement aux Etats-Unis, une question qui ne se limite pas aux anglicans ou ce qu’on appelle les chrétiens sionistes ; du point de vue doctrinal et historique, les Etats-Unis voient dans Israël leur propre enfance, à cause de la manière dont les Etats-Unis se sont formés en tant qu’Etat, la réalisation de la prophétie biblique comme l’ont cru les pères fondateurs des Etats-Unis, au moyen des colons blancs venus au détriment des habitants autochtones du pays, les Indiens, exterminés par les nouveaux colons. C’est la même manière utilisée pour fonder Israël, la différence toutefois étant que les Palestiniens ne sont pas les Indiens, ils furent massacrés et expulsés, et non entièrement exterminés…

Historiquement aussi, nous savons que le président américain Truman a reconnu Israël onze minutes après la déclaration de la fondation d’Israël, le vendredi 14 mai 1948, puis les reconnaissances internationales se sont succédées… ce qui confirme que les Etats-Unis furent la sage-femme pour la naissance de l’Etat juif après que la Grande-Bretagne ait semé la graine par la déclaration Balfour en 1917.

La protection occidentale et américaine de l’Etat d’Israël s’est poursuivie dès le premier instant de sa naissance… Mais les Etats-Unis ont occupé la première place dans le soutien et la protection d’Israël au cours des décennies passées, le soutien multiforme et illimité à Israël, le veto face à toute résolution internationale dénonçant Israël ou faisant justice aux Palestiniens, la menace américaine envers toute partie dans la région et dans le monde qui menace Israël et qui tente de lui faire échec. Décrire la relation entre les Etats-Unis et Israël comme une alliance ou un partenariat, n’est pas précis et reste insuffisant.. Israël est presque le 51ème Etat américain au Moyen-Orient.

Quant à la discussion qui a lieu dans la région et le monde, après la chute de l’Union soviétique, et l’instauration du système mondial unilatéral, à propos de l’importance d’Israël pour les Etats-Unis, se demandant s’il constitue un apport ou un poids stratégique, les évenements ont prouvé que la discussion n’a aucune valeur… jusqu’à présent, il a lieu aux Etats-Unis, et sa dernière expression est probablement l’article puis le livre sur le lobby israélien, écrit par deux professeurs israéliens, Stephen Walt de Harvard et John Mirchaymer de l’université de Chicago, qui tentent de prouver que le soutien américain à Israël ne sert pas l’intérêt américain, et que les intérêts et la politique américaine vont tous dans le sens de l’intérêt d’Israël et sa sécurité et non le contraire… Cet état d’esprit existe aux Etats-Unis, mais dans un cercle très étroit et limité, et ne peut traduire le point de vue américain, tant que les ennemis d’Israël dans la région ne menacent pas les intérêts américains et qu’ils ne l’obligent pas à choisir entre leurs intérêts avec les Arabes et les musulmans ou la protection d’Israël… La réalité arabe ne se limite pas à son incapacité à produire cette équation, mais le régime arabe, dans sa majorité, se pose lui-même dans le panier américain et constitue avec lui une alliance et un partenariat dans la région, dont la principale priorité consiste à protéger l’existence et la sécurité d’Israël. Le rôle ou la position américaine, à notre avis, que ce soit les républicains ou les démocrates à la Maison Blanche, va accentuer l’alignement envers Israël, son soutien et sa défense, parce qu’il bénéficie d’une couverture et d’un soutien arabes, et notamment d’Etats dont le rôle est central, malheureusement, et nous ne voyons pas, à long terme, une administration américaine non alignée envers Israël.

Question : Est-ce que les stratégies actuelles, palestinienne d’une part et arabe de l’autre, sont-elles parvenues au niveau d’affronter le danger représenté par la stratégie israélienne ? Quelles sont vos propositions pour les ou la modifier si elles ne sont pas au niveau de la confrontation ?

R. Shallah : Il n’y a pas, malheureusement, de stratégie palestinienne ou arabe pour affronter Israël. La stratégie palesitnienne officielle, ou celle de la présidence de l’Autorité et de l’OLP, menée par Mahmoud Abbas, s’est achevée sur une seule expression, la négociation.. Il semble que ce soit la négociation pour la négociation, en toutes conditions et circonstances, quels que soient les actes commis par Israël, les crimes commis et le sang palestinien écoulé, cela qui n’empêche pas le président de l’Autorité à se rendre à al-Quds occupée, avec toute la symbolique qu’elle représente, de rencontrer le premier ministre sioniste, Olmert, de l’embrasser et de lui serrer chaleureusement la main, alors qu’elle est plongée dans le sang palestinien, à Gaza, Nablus, Jénine et autres villes, villages et camps palestiniens ! S’il ne s’agit pas de négocier pour négocier, le cas est pire, car cela annonce des accords et des nouvelles catastrophes pour le peuple palestinien, comme les accords d’Oslo, et même pire !

Quant à la stratégie arabe, si nous pouvons l’appeler ainsi, c’est d’accepter ce qu’acceptent les Palestiniens, pas tous, mais les gens d’Oslo, et le soutien à la légalité palestinienne, à leurs yeux, représentée par le président de l’Autorité, Mahmoud Abbas. Ce ne signifie le retrait de tout engagement envers la Palestine et sa cause centrale, et envers son peuple arabe et musulman.

S’il est nécessaire d’évoquer comment modifier ces positions, nous devons d’abord parler de la stratégie israélienne en cette étape… Nous savons que la stratégie actuelle d’Israël s’appuie sur plusieurs piliers, les plus importants étant :

1 – assurer le devenir d’Israël et consolider son existence en tant qu’Etat naturel et central dans la région, jouissant d’une supériorité militaire, économique, civilisationnelle qui lui garantit la domination et la souveraineté incontestées sur la région.

2 – Nouer des relations de voisinage avec le milieu arabe sur la base de la reconnaissance d’Israël et la normalisation avec lui, et empêcher toute stratégie arabe basée sur l’hostilité à Israël et empêcher les arabes et les musulmans de s’unir, de posséder toute puissance ou capacité menaçant l’existence d’Israël, notamment la capacité nucléaire.

3 – Reprendre la force de frappe et le prestige israéliens, en faisant face et en liquidant ce qui menace l’existence d’Israël, représentée par les forces de la résistance et du refus dans la région, représentée à leur avis par l’Iran, la Syrie, le Hezbollah, le Hamas, le Jihad islamique et les forces de la résistance en Palestine et toutes les forces vives de la région.

4 – Imposer la solution israélienne dans le conflit sur la Palestine, en aidant une entité chétive, dépendante et au service d’Israël, dont la tâche serait de protéger sa sécurité, et liquider toute résistance palestinienne actuelle et future.

Mais il n’y a pas de stratégie arabe pour faire face à cette stratégie… L’adoption par les Arabes du choix de la paix ou du règlement comme choix stratégique, Israël l’a depuis longtemps considérée comme signe de faiblesse, d’incapacité ou de non souhait d’affronter.. Six ans après l’initiative arabe, et les Arabes répondent au refus d’Israël de cette initiative en la proposant de nouveau ! Celui qui souhaite faire la paix ne doit pas laisser tomber le choix de la guerre, mais doit s’y préparer, comme le fait Israël ! Mais le choix unique et l’insistance à adopter la paix comme choix stratégique, ne signifie pour l’esprit israélien que le fait que le régime arabe a depuis longtemps levé le drapeau blanc, et qu’il vit dans un état de soumission au projet israélien et américain dans la région… Cette position arabe s’appuie sur une équation fixe dans l’esprit de la plupart des dirigeants, s’ils veulent préserver leurs trônes et rester à la tête du pouvoir, ils doivent obtenir la satisfaction de Washington, et ne doivent pas alors s’opposer à la stratégie américano-sioniste dans la région, mais y collaborer et être en symbiose avec elle, et même à son service…

A partir de là, nous ne pouvons parler de la possibilité de mettre une stratégie arabe pour faire face à la stratégie sioniste et américaine dans la région que si les dirigeants réalisent que le soutien à Israël ou le silence sur ses crimes, le soutien aux intérêts américains et à la stratégie américaine dans la région n’est pas dans leur intérêt, en fin de compte.

La stratégie américano-sioniste est un projet colonial pour faire exploser la région… La liquidation des forces de la résistance et du refus dans la nation, et le soutien et la protection d’Israël sont une équation que ne peuvent accepter les masses de cette nation, même si elles sont exténuées ou marginalisées. Ce que prépare Israël pour les forces vives de la nation nous fait dire que le déluge est prochain, le moment de vérité et l’explosion de la région sont prochains. Celui qui s’imagine qu’il est à l’abri ou qu’il sera sauvé se fait des illusions. Le déluge et les tempêtes emporteront tout le monde, et se préparer à l’affronter réclame un éveil, plutôt un choc dans la conscience arabe. C’est le premier pas réclamé pour formuler une stratégie arabe et palestinienne officielles, afin de modifier l’image inversée dans la vision des arabes d’eux-mêmes et de leur ennemi dans la région… La stratégie arabe est aujourd’hui inversée et il faut renverser la conscience et l’attitude arabes pour modifier la politique et la stratégie arabes et commencer à dessiner à nouveau la carte politique, en précisant qui est l’ennemi et qui est l’ami. Il faut éviter que quiconque appartenant au système arabe entre dans une alliance américano-sioniste pour faire la guerre contre les forces de la résistance et du refus, dans la nation, au profit d’Israël… il ne faut pas inventer une illusion qui s’appelle « le danger iranien » dans la région, et se fermer les yeux face au « danger israélien » qui est clair et qui nous fait suffoquer, qui mord notre présent et menace et confisque notre avenir.. Il ne faut pas qu’on nous invente un ennemi à l’intérieur de la maison palestinienne, telle ou telle organisation, et nous convainque que nous avons un voisin ou un ami dans la région qui s’appelle Israël.

Si les Arabes se réveillent de l’état de cette image inversée et du brouillage des concepts, où nous ne pouvons distinguer l’ennemi de l’ami, la stratégie de la confrontation peut être formulée, et les détails peuvent être discutés et il sera facile de s’y mettre d’accord. L’essentiel au début est de définir où poser les pieds, tu es avec ton peuple et ta nation ou avec ses ennemis ? C’est la question posée et qui attend la réponse de toutes les parties dans le régime arabe, aujourd’hui.

Source : Watan – Oman / Sharq – Qatar. Traduction CIREPAL

IT IS WAR BETWEEN ZIONISM AND ISLAAM, NO THE WEST : AFTER MOSSAD OPERATIVE SARKOSY IN FRANCE, MOSSAD BOY DAVID MILIBAND IN UK


Exposing the Zionist Hidden Hand Ruling Britain and the United States

Next UK Prime Minister a Jew ? Forces of Zion assemble behind Boy David Miliband





Ralph Miliband escaped from Belgium in 1940 and managed to obtain a place at the London School of Economics studying under Harold Laski in 1941, studies which were interrupted by 3 years service in the Royal Navy.

Born Adolphe in 1924 , the son of Jewish emigre parents in Brussels, he became a significant but fringe academic figure in post war Marxist thought . he taught , never for long at many places in the UK and US and helped launch and edit , New Reasoner and the New Left Review.

Something Jewish conducted a survey of who Jewish women in the UK would like to date ...

David Schwimmer (actor)
Sacha Baron Cohen (actor)
Larry David (actor)
Robert Kazinsky (actor)
Sir Alan Sugar (business)
Zach Braff (actor)
Henry Winkler (actor)
Paul Kaye (actor)
Tal Ben Haim (footballer)
Ed Miliband (politician)

http://www.somethingjewish.co.uk/articles/2085_celebrity_dating_jew.htm



Ralph died 13 years ago but his two sons have been successful in purveying a mild blend of well connected pragmatic socialism which has resulted in them both becoming Labour MP's and Ministers in Tony Blair's Government.

Rt, Hon. David Miliband MP AKA "The Carbon Kid" , "The Boy David", was elected Labour MP for South Shields in 2001 and is now in the Cabinet as Environment Secretary - he has his own blog within the ministry here . One fascinating link to show what a "lad" he is ... Arsenal Footie ..Prop the friendly, David Dein (see Footnote) .. he is ex officio President of South Shields Football Club. Another interesting weblink is to the website of Norman Geras (b. 25 August 1943) Marxist scholar, Jew and friend of the family , and Professor Emeritus of Government at the University of Manchester. Educated at Haverstock Comprehensive he read PPE @ Corpus Christi College, Oxford University, and completed a Masters Degree at MIT as a Kennedy Scholar (Ed Balls at Treasury was as well) - married (1998) to American violinist (with LSO) Louise Shackelton and they have one adopted child Isaac.


The younger (but it is said brainier) , Ed Miliband, had some sort of minor role in Gordon Brown's think tank in the back of No 11 Downing Street. In the last election in 2005 he stood for and won the seat for Doncaster North . Rapid promotion followed and his now Minister for the Third Sector in the Cabinet Office.... whatever the hell that is.

David is transparently ambitious and has the right connections and is being boosted since early February by the pro Miliband / anti Brownite tendency in the Press such as David Aaronovitch, and Jonathan Freedland ... although Mandelson was agitating the ordure as long ago as September in the Daily Torygraph.

Now we have this weekend (Guradian) ,and now thanks to the reportage in the Daily Express, (Prop Mr Desmond porn TV promoter and (very) generous Jewish philanthropist) the thoughts of the Prime Minister which have in the mysterious way these remarkable remarks seem to do ..."emerged" ...



Mr Blair has told aides that he thinks that the 41-year-old Environment Secretary could beat the Chancellor.

He was even said to have discussed a Miliband leadership bid with a Cabinet colleague. A senior Blairite reportedly said:“I know what Tony thinks about this – he thinks that if David runs with conviction and mounts the right argument, he will win.

“He’ll win because, by the end of a leadership contest, the ground will move.”
Twice sacked the dishonest ex- Minister and EI gravy train rider, Peter Mandelson provided, as ever this weekend, a less direct but nonetheless easily decoded remark, that ..." he wanted a new generation of younger Labour MPs deciding for themselves who they want to see leading the party”....widely regarded as a plug for his fellow son of Zion at DeFRA. See comment on Mandelson's "botched coup" here.

FOOTNOTE

David Dein is of course Chairman of Arsenal, and his son, Darren's Father in Law is Accountant David Buchler, chairman of Tottenham Hotspur. David Dein wide interest in football including the scandal riven Belgian Beveren club, and he is also a major football agent and founder of Sports Entertainment and Media Group Ltd (SAM)whose clients include Dennis Bergkamp, Thierry Henry and Rio Ferdinand.

David Buchler is of course the same David Buchler brought in to try and save AIM listed Crown Corporation AKA Langbar, which mysteriously one day had huge assets and the next didn't... a company in which Mariusz Rybak, a Canadian technology executive, and Jean-Pierre Regli, a Swiss-Italian banker and the company’s co-founder were on good terms with Barry Townsley and Simon Fox of stockbroker Insinger Townsley. Barry of course was/is a good friend of the Karaoke King who promised him and Earldom and half of Surrey, and a string of live in chorus girls as well as eternal life , in exchange for a loan to the New Labour Party. Read more here about the men who run David Miliband's favourite footie team.

What's that Latin tag of Catullus .. "You can judge a man who sleazes by the company he pleazes"

The final nail on Gordon's coffin is of course the fact that Jack Straw (who has a curious and mysterious Jewish ancestry) has declared he will run the Chancellor'scampaign as Leader .. if that doesn't sink the opposition to the Boy David nothing will.

PS. Your reward for getting this far is to see how the heading banner on the Boy David's blogger has been hacked today and replaced with the above ,"slightly altered image" - evidently needs to spend more money on technical support instead of doing it on the cheap.

WIT AND WISDOM OF D MILIBAND

BBC Question Time February 2007

"I predict that when I come back on this programme in six months or a year’s time, people will be saying ‘wouldn’t it be great to have that Blair back because we can’t stand that Gordon Brown’."


30th November 2006, re the Phase II EU / ETS scheme


"Today's decision by the European Commission represents good news for the environment and good news for Europe. Emissions trading is a key tool in the UK and across the EU to reduce carbon emissions and tackle climate change. The EU has a responsibility to ensure scarcity in the carbon market and a sustainable price of carbon. Today's decision shows a clear determination to acheive this. "


This chart shows some fascinating changes in polling data on the popularity of the Labour Politicians - look at Goordon !

UPDATE 27/3/07

The Board of Deputies of British Jews together with the Noah Project have launched a new green initiative with the support of the Environment Minister. The Big Green Jewish website was launched at a ceremony, timed to coincide with Tu B’Shevat or Jewish Arbor Day, in London by David Miliband MP, Secretary of State for the Environment 22nd February 2007.

Thise website is suported by Hazon - what is Hazon ? well, "Our vision is of a renewed Jewish community: one that is rooted in Jewish tradition, engaged with the world around us, radically inclusive, passionate and creative."

Our vision is of a community that seeks in myriad ways to learn and ultimately to live Hazon's theme-quote:


"the Torah is a commentary on the world,
and the world is a commentary on the Torah..."



From the Something Jewish website
"It is a great pleasure to be associated with the launch of this innovative and useful initiative," said Miliband. "Climate change is one of the biggest crises we are facing. The Big Green Jewish Website is a prime example of the valuable role that faith communities and their rich traditions can play in tackling this challenge."

Something Jewish conducted a survey of who Jewish women in the UK would like to date ...

David Schwimmer (actor)
Sacha Baron Cohen (actor)
Larry David (actor)
Robert Kazinsky (actor)
Sir Alan Sugar (business)
Zach Braff (actor)
Henry Winkler (actor)
Paul Kaye (actor)
Tal Ben Haim (footballer)
Ed Miliband (politician)

Which tells you something about Jewish women if they prefer an arsehole like (a rich and successful one maybe) Alan Sugar before anybody, never mind the boy with the carbon footprint.

Daddy Says: "It's Not a War on Islam"




'After five hundred years of trying to destroy Islam with untold wealth and gaining nothing but failure, while Islam remains the fastest growing religion in the world, then one should stop and think. Maybe this religion is the truth...'

Daddy Says: "It's Not a War on Islam"

By Hussain Al-Qadi,

An awkward conversation, well known to door-to-door salesmen, starts with the archetypal statement from a wide-eyed child at the door who declares with all the confidence in the world that, "Daddy says, he's not at home!"

The disconnect in communication on the part of the children in these situations is not that they fail in the task given to them - to convey Daddy's message - but it lies in their inability to appreciate the need for certain subtleties in the exchange.

Knowing what not to say is as crucial as knowing what to say. In the wider world, this art of subtlety is sometimes lost not only on children but on many adults who, through no fault of their own, simply do not possess the mental acuity needed to appreciate the complexities of the contexts in which they find themselves.

One such complex situation is the indiscriminate religio-cultural war being waged on the Muslim world (as I highlighted in last week's JumahPulse) by people who have relied on the art of subtlety in the diplomatic realm to conceal the excesses of their ambitions. Unfortunately for these office-warrior-diplomats, from among the inexperienced young men and women they send to the violent front lines, some find it hard to understand - like the child at the door - why there is a need to be subtle.

This mental immaturity among young soldiers has led, over the years, to a series of spectacular disclosures of the underlying mindset in the so-called war-on-terror. Reminiscent of the child perplexed by the suspicious grins at the doorstep, the soldier who recently used the Quran for target practice may wonder, "Whassall the fuss about? No big deal! Aint that why we're here? I ain’t done nothin' wrong!"

This was the latest in a long catalogue of childlike mistakes by US soldiers who are unable to grasp the need for subtlety. The list also includes Abu Ghraib torture regimes and the Newsweek report of a Quran being flushed down the toilet in Guantanamo Bay.

Following each blunder, we are usually treated to a series of pleasing statements about "respect for Muslims" and that "this is not a war on Islam".

The problem is that the more frequently these incidents occur, the less convinced we become of the sincerity of those statements. This is especially so when one considers the fact that there are hundreds of academics - in universities and think tanks all over the Western world - working night and day to perfect techniques to target the Quran and Islam through interventionist schemes, which are designed to dismantle the religio-cultural structures of Muslim societies and reconfigure them in the image of the West.

Let us take one example from within the corridors of power in Washington. How can one forget the Neocon family of the former US ambassador to Iraq, Zalmay Khalilzad, whose term ended only in March last year and who is now the US ambassador to the UN? His wife, Cheryl Bernard, is the person who wrote the notorious Rand Corporation Islam-reformation-blueprint, in which she called for the West to actively promote "Muslims" who regard parts of the Quran as myth, whilst blaming traditional Islam for all the problems in the Muslim world:

"Traditionalists by definition believe that the Quran and the shari'a should be followed literally and completely... Further, traditionalism is causally linked with backwardness and underdevelopment, which in turn are the breeding ground for social and political problems of all sorts. Traditionalism was, throughout much of modern history, the dominant version of Islam, determining the way in which Muslim society was structured ... the traditionalists have presided over societies marked by these persistent problems. And until headway is made on these problems, the region will remain highly unstable and vulnerable to extremist movements." (Cheryl Bernard, Civil Democratic Islam, Partners, Resources and Strategies, Rand Corporation, National Security Division, 2003, p.34.)

The plan she advocates is to replace scholars of traditional mainstream Islam with the likes of Khalid Abou El Fadl and Muhammad Shahrur to deconstruct the Quran.

She confesses the enormity of the task she advocates: "It is no easy matter to transform a major world religion. If 'nation-building' is a daunting task, 'religion-building' is immeasurably more perilous and complex." But this does not dampen her aspirations. After placing Muslims into four boxes (Fundamentalist, Traditionalist, Modernist and Secularist) only the modernists remain qualified, as far as she is concerned, to represent Islam. She says:

"The modernist vision matches our own... Modernism, not traditionalism, is what worked for the West. This included the necessity to depart from, modify, and selectively ignore elements of the original religious doctrine... That is exactly the approach that Islamic modernists also propose." (p. 37)

Offering the Christian and Jewish reformations as examples for dismissing holy texts as "history and legend", she applauds the modernist Muslims who attempt to do the same with the Quran.

In the five years since this blueprint document was published, we have seen literally hundreds of modernist "reformers" following this plan, emerging in Muslim communities all over the world. Most of them enjoy the patronage and financial support of Western governments. Here in Britain, the Muslim community is still recovering from the venom of the most recent manifestation of this plan in the escapades of Ed Husain who, unsurprisingly, lists an Abu'l Fadl as one of his guiding lights during the authorship of his book "The Islamist".

This Bernard blueprint, targeting Muslim attachment to the Quran, permeates almost every scheme being unveiled for Muslim community reform around the world. From the seemingly benign focus on supplementary mosque schools (makaatib) to the calls for restructuring university and school curricula in Islamic studies, they all seem to flow from a deep-seated hatred for the way Muslims relate to their holy Book - the Quran.

The Ambassador's wife was not optimistic about being able to change the attitudes of adult Muslims towards Islam. However, she places her hope in succeeding with our children - the next generation. She argued that "committed adult adherents ... are unlikely to be easily influenced into changing their views. The next generation, however, can conceivably be influenced." (p.3)

In furthering her mission to deconstruct Islam, she has maintained a leading role, particularly among Muslim youth and Muslim women. She currently serves as Director for the Rand Corporation Initiative for Middle Eastern Youth, Center for Middle East Public Policy.



Following Bernard's recent visit to Britain, the UK government announced a new programme to establish the "Young Muslims' Consultative Group".

Perhaps it is a sincere initiative but one cannot help but notice the uncanny resemblance it has to the other programmes currently being run by Cheryl Bernard in various parts of the world. For example, the website of the RAND Initiative on Middle Eastern Youth boasts, "Under the direction of Dr. Cheryl Bernard, IMEY is proud to unveil the Youth Deradicalization Message Board" and "Roundtable Focuses on Western Public Diplomacy and the Dialogue with Islamic Youth".

Dialogue with our youth is something that should be welcomed but when the agenda is guided by people who have set as their target the deconstruction of the Quran and have openly stated that they hope to accomplish this through focusing on the next generation of Muslims, one must be forgiven for being reluctant to cooperate.

No amount of diplomatic language can obscure these stark realities from the minds of Muslims. Indeed, when a naive infantry soldier uses the Quran for target practice, despite all the assurances from the diplomatic staff at the White House, we see it as nothing more than a crude manifestation of broader schemes designed to target the Book we regard as the Word of God. These schemes, cloaked in subtlety, remain persistent in their scope and their ultimate ambition lies far beyond the bullets of a single rifleman.

The excesses of that soldier is akin to the speech of the child on the doorstep. The fault will always belong to the father who sends his children to the door with missions to deceive. To put it bluntly, Mr Commander-in-Chief, whenever you say that in your Neocon-guided pursuits Islam is not a target, we are inclined to think that you regard us more as fools than fellow human beings with comparable intellect.

A few weeks ago, a priest in the US - regarded as "a truly great leader, America's moral compass and a spiritual guide" - declared that, "America was created to destroy Islam." The Reverend Rod Parsley was a key driving force behind the Christian vote for the Bush candidacy in 2004, and he is also a high profile supporter of the Republican Party nominee John McCain. We are not paranoid Mr Bush, nor are we fooled by your diplomatic language. We know the target. The question is, when will you and your Neocon colleagues see the futility of your pursuits?

"They intend to extinguish the Light of God with their mouths, but God will not allow but that His Light be perfected, even though the Unbelievers may detest it. It is He Who hath sent His Messenger with Guidance and the Religion of Truth, to proclaim it to all religion, even though the Pagans may detest it." (Quran 9: 32-33)


http://ummahpulse.com/index.php?option=com_content&task=view&id=409&Itemid=71

Sunday, May 25, 2008

Israel, Sarkosy et 'l'union pour la mediterannee'

NDLR : En lisant cet article, vous comprendrez pourquoi la DST retient deux autrichiens dans le sud du Mali et pourquoi les batiments de l'ONU ont été attaques le 11 Decembre 2007...

L'union pour la méditerannée est une trouvaille sioniste qui devait permettre a l'entité sioniste de percevoir des fonds européens pour assurer sa survie économique, en periode de grave crise économique, des fonds pour faire la transition avec les fonds US, qui se réduisent d'année en année avec la dévaluation du dollars US. En refusant cette union et en considerant que la France-Israel considere Boutef comme un allié des Chinois, Russes et anti-américains, vous avez le puzzle completé, lisez l'article pleins de nuances...
Les autrichiens savent finalement que ce sont bien les services de Paris qui controlent le GSPC/AQMI, et que la prise d'otage n'est qu'une maniere de pervetir les pantins d'Alger pour les faire adhérer au projet sioniste de Sarkosy, tous comme les espagnols ont compris que Barcelone etait la cible des israeliens l'hiver dernier quand deux policiers espagnols ont été abattus par la DST au pays basque...
Comme quoi la roue tourne, car de nouvelles enquetes, de nouvelles plaintes arrivent dans les ministeres en France alors que la France d'en bas n'a rien demandée et n'y est pour rien... Je me demande a quoi cela servirait de mentir sur ce blog, Sarkosy tu es une brele qui se croit pour ce qu'il ne sera jamais, tu cherches les ennuis, qui seme la haine récolte la tempete...

Avec des Bush ou des Sarkosy, Blair, Olmert et consorts, l'esperance de vie d'yisrael touche a sa fin !
Louanges sont a ALLAH awj, le Maitre, le Seul, l'Unique digne d'adoration, nous vivons les derniers mois d'yisrael...
wa kheer da'wana ana al hamdulillahi Rab al 'Alamin,

Après le dernier «assaut» de Bruxelles

La Méditerranée de Sarkozy en difficulté

par L'un De Nos Correspondants A Paris: S. Raouf, Le Quotidien d'Oran, 24 mai 2008

Avec son goût prononcé pour la mise en scène médiatique, Nicolas Sarkozy rêve d'un quinquennat jalonné d'images fortes. Dont une -à laquelle il tient tant- aux allures de triomphe diplomatique.

Datée du 13 juillet 2008 à Paris, elle immortalise, pour la postérité de la Méditerranée, un moment lourd de sens et de message: une famille méditerranéenne recomposée et réconciliée. A la manière d'une promotion universitaire fraîchement auréolée, une trentaine de souverains, chefs d'Etat et de gouvernement, des deux rives s'alignent, souriants, sur le perron de l'Elysée. Et sacrifient au rituel de la «photo de famille», peu de temps après avoir paraphé, au Salon des ambassadeurs, l'acte constitutif de l'UPM.

Préparé avec soin par le protocole et les communicants de l'Elysée, cet exercice pourrait ne pas avoir la solennité souhaitée. Si la «photo de famille» n'est pas du tout compromise, l'acte fondateur de l'UPM risque, lui, de perdre de sa superbe et de se réduire à un document au rabais. Son concepteur, le candidat Sarkozy, devenu 6e Président de la Ve République, a, d'abord, rêvé d'une Union méditerranéenne (UM). Un cadre ouvert aux seuls riverains de la Méditerranée. Sous la pression de l'Allemagne et de certains pays de l'Europe du Nord, il s'est résigné à une première concession: l'appellation UM s'efface devant celle d'UPM (Union pour la Méditerranée).

Plus qu'une simple nuance sémantique, cet intitulé est loin d'être de pure forme. Il signifie que la famille méditerranéenne ne peut se limiter à la taille souhaitée par Sarkozy. Tous les membres de l'UE ont vocation à en faire partie, a insisté la chancelière allemande Angela Merkel, soutenue par nombre de ses pairs européens. Depuis, la Commission européenne, cette citadelle de Bruxelles tant redoutée par l'équipe «méditerranéenne» de Sarkozy, s'est mise de la partie. Plutôt que de parler d'UM ou d'UPM, l'instance exécutive européenne préfère l'usage d'une autre appellation: «le processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée». Autant dire une sortie qui sonne le glas du projet cher au chef de l'Etat français ou du moins sa dimension la plus originale: la mise en place d'un cadre méditerranéen, en dehors de Barcelone. Restée en retrait jusque-là, la Commission européenne a donné de la voix, tout au long de la semaine. La commissaire aux Relations extérieures, l'Autrichienne Benitta Ferrero-Waldner, et un des porte-parole de la Commission sont montés au créneau, chargés de véhiculer un message: le chantier méditerranéen ne peut se faire sans Bruxelles. Chargée par le Conseil européen des 13 et 14 mars derniers de soumettre des propositions sur l'UPM, l'instance ne s'est pas fait prier pour recadrer le processus. Dans un rapport de quatorze pages, la Commission présidée par le Portugais José Manuel Barroso s'est livrée à une multitude d'assauts contre le projet de Sarkozy. Au point de le dépouiller de l'essentiel de son esprit initial.


Comme le suggère, sans ambages, la nouvelle proposition d'appellation, Bruxelles remet le chantier de l'UPM dans le sillage du processus de Barcelone. Sous la pression de Berlin, le dernier Conseil européen avait souligné la nécessité d'inscrire l'initiative française dans le cadre du partenariat Euromed. La Commission est allée bien au-delà, en se gardant de toute précaution diplomatique.


Dans le registre des relations Euromed, rien ne peut se faire en dehors de Barcelone, tranche-t-elle. «La Déclaration de Barcelone, ses objectifs et les domaines de coopération qu'elle prévoit restent d'actualité (...) le défi que suppose une nouvelle initiative consiste à consolider les relations multilatérales, à accroître le partage des responsabilités dans le processus (ndlr, de Barcelone)».
Nicolas Sarkozy a bâti son projet sur le constat -irréfutable- que l'ambition méditerranéenne est réduite à sa plus simple expression dans la politique étrangère de l'UE. Prenant prétexte de la panne manifeste du processus de Barcelone, le président français propose de passer à une logique institutionnelle différente. A défaut de le dire lui-même, il a confié à son conseiller spécial, Henri Guaino, le soin de lancer des messages. Au rang desquels celui-ci: seule une entité composée des seuls pays riverains est à même de susciter des dynamiques multiformes à la Méditerranée.


Allemagne en tête, des partenaires européens de Paris ont soupçonné le successeur de Jacques Chirac de faire cavalier seul et de les évincer de la «Mare nostrum» (la Méditerranée du temps des Grecs). Mandatée par les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE d'émettre des propositions, la Commission a donné sa réponse. Inutile de passer à autre chose, clament les rédacteurs du rapport commandé par le Conseil. «Le moment est venu d'insuffler un nouvel élan au processus de Barcelone». Dans ce qui pourrait être le coup de grâce, la Commission de Bruxelles remet en cause le schéma de la coprésidence de l'UPM voulu par la France.
Au plus fort de la querelle franco-allemande sur la configuration du projet français, Français et Allemands s'étaient livrés à une joute de procédures. Sarkozy et ses conseillers ont cédé sur l'élargissement du projet à l'ensemble de l'UE et son cheminement avec Barcelone. En revanche, ils ont obtenu du Conseil européen que la coprésidence de l'entité sera dévolue aux seuls pays riverains de la Méditerranée. La Commission ne semble pas l'entendre de cette oreille. Bruxelles a, s'agissant des mécanismes institutionnels de l'Union pour la Méditerranée, un point de vue aux antipodes de l'Elysée. «La création d'une coprésidence doit, en ce qui concerne l'UE, être compatible avec les dispositions régissant la représentation extérieure de l'Union européenne», telles que précisées par le traité de l'UE et le traité instituant la Communauté européenne. Concrètement, dès l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, le 1er janvier 2009, la présidence de l'UE sera exercée par trois têtes: le président du Conseil européen (président ou chef du gouvernement du pays assurant la présidence semestrielle), le président de la Commission et par le haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères. En vertu de ce format -et au risque d'irriter l'Elysée-, la Commission de Bruxelles concède à Nicolas Sarkozy une coprésidence de courte durée de l'Union pour la Méditerranée. Concepteur de l'idée, le chef de l'Elysée n'en coprésidera les destinées que du 13 juillet -date de sa naissance- au 31 décembre. Le 1er janvier au matin, ça sera -côté Europe- au tour d'un triumvirat (Présidence tchèque, Barroso et Javier Solana).


La procédure de désignation du coprésident (rive sud) de l'UPM est loin d'être formalisée ou codifiée. Du moins aux yeux de la Commission européenne. «Compte tenu de la complexité de l'environnement régional» -allusion aux pesanteurs du conflit proche-oriental-, «la sélection du coprésident se fera par consensus». Le souverain, chef d'Etat ou de gouvernement chargé de représenter la rive sud -Israël compris- y siégera pour un mandat de deux ans. Visiblement prise de court par la sortie de la Commission de Bruxelles, la France s'est gardée de réagir avec vigueur. Premier à intervenir à chaud, le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet, s'est montré irrité. «Les 27 sont convenus que cette présidence doit revenir à un pays de l'Union, riverain de la Méditerranée. Je ne peux pas imaginer que la Commission n'a pas pris en compte cette demande».


L'Elysée a choisi, elle, une réponse diplomatique mesurée, émaillée de réserves entre les lignes. Si elle approuve le diagnostic de la Commission et son attachement à «plus de Méditerranée», au sein de la politique européenne, Paris ne cache pas son irritation en des termes à peine voilés.
«Il est essentiel que le processus de préparation du sommet du 13 juillet soit inspiré par les principes de parité et d'égalité qui sont au coeur de la démarche» de l'UPM.

L'Elysée pointe, ce faisant, la remise en cause de la durée de mandat de sa coprésidence et la formule du triumvirat européen face à un coprésident du Sud.