Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Thursday, February 26, 2009

Sarkosy a envoyé des émissaires secrets en Egypte pour localiser le cadavre de Shalit et assassiner des membres importants du Hamas


Le soldat israélien enlevé Gilad Chalit, la dernière carte à jouer pour sauver la face


A la suite de l'envoi le plus secret, de plus d'une centaine de mercenaires sionistes francais par le gouvernement du mossadnik Sarkosy a El Arish/Rafah, lors du genocide de Gaza, l'operation francaise visant a localiser le cadavre du criminel Gilad Shalit et a assassiner des membres importants du Hamas depuis l'Egypte a echoué...

Plusieurs agents francais, en relation avec des collabos du Fatah, ont ete pris par surprise par des éléments non identifiés egyptiens, qui ont tendu plusieurs guet-apens aux 'diplomates-émissaires' francais chargés de 'liberer Shalit', ceux-ci étaient en contact avec une cellule du mossad en Egypte, elle-meme liee a l'emissaire sioniste d'Olmert, supposé etre en 'negociation' au Caire pour mettre en place un cessez-le-feu imaginaire. Le but d'Olmert-Netanyahu-Sarkosy étant de gagner du temps dans l'eventualité d'une libération du criminel de guerre franco-israelien Shalit par l'entremise de la France. Une liberation qui n'est jamais venue, suite a la déroute des services francais et israeliens, l'emissaire d'Olmert au Caire, a du etre remplacé il y a deux jours...

Le fait qu'une faction egyptienne non-identifiée soit intervenue pour saboter l'operation franco-israelienne, a fait bondir de rage Sarkosy et Olmert... Ceux-ci ont accusé Mubarak de double jeu, sachant que cette faction egyptienne agit dans l'ombre, les israeliens ont cru a une operation conjointe d'un clan francais associé a des alliés locaux, d'ou les attentats israeliens d'il y a trois jours, contre des cibles touristiques, Mubabrak n'est plus empereur dans son palais.



Une vague d'attentat sur le territoire egyptien renforcerait un peu le dictateur Mubarak et l'obligerait a ne pas ceder devant le Hamas, selon les israeliens, malheureusement l'histoire se deroule d'une autre maniere... les services egyptiens chargés de protéger les Mubarak, ayant a faire avec des milliers de combattants arabes, venus pour liberer Al Quds...


Le Hamas et plusieurs factions tres importantes de la Resistance palestinienne ont rompu leurs relations avec la France.

Plus de details dans quelques jours...

Wa Allah swt 'alam

Abu-Suleyman
http://islamic-intelligence.blogspot.com/



Gaza – CPI

http://www.palestine-info.info/




Les tractations pour échanger des captifs entre le mouvement du Hamas et l’Entité sioniste ont encore une fois pris le devant de la scène politique palestinienne. Cette apparition si forte reflète indéniablement l’échec des Israéliens dans leur dernière guerre menée contre la bande de Gaza. Ils n’ont pas réussi à exploiter le sang palestinien répandu pour des buts électoraux. C’est une attestation avérée de la victoire du mouvement du Hamas et des autres factions palestiniennes dans cette guerre de 23 jours, et de la résistance historique du peuple palestinien.

Un échec militaire

Le premier ministre israélien Ehud Olmert, son ministre de la guerre Barak et son ministre des affaires étrangères ont échoué dans leurs opérations militaires. Ils se sont alors retirés devant les coups de la résistance palestinienne. En effet, ils n’ont pas réussi à réaliser un seul de leurs objectifs déclarés.

Ce véritable échec les pousse à chercher une autre sortie pour réconforter leur popularité. Par contre, celle de Benyamin Natanyahu s’est renforcée.

Le soldat Gilad Chalit

Le soldat israélien enlevé par les résistants palestiniens en 2006 reste la dernière carte. Le 2 février 2009, Ehud Barak a dit : « "Israël" va accélérer les négociations concernant le retour du soldat israélien Gilad Shalit ».

« Nous voulons que Gilad Shalit soit-là ; et nous travaillons pour ça jour et nuit », continue Barak. On mettra un effort énorme, ajoute-t-il, pour accélérer les choses et pour que Gilad revienne sain et sauf.

La ministre des affaires étrangères Livni et le ministre de la guerre Barak avaient voulu accomplir un accord avec le Hamas, un accord surprise pour réparer leur échec dans cette guerre, leur échec pour ne pas avoir stoppé les roquettes de la résistance palestinienne. Une compensation qui aurait pu les aider dans les élections.

Un rôle turc

La presse israélienne parle d’un rôle turc dans des négociations accélérées pour libérer le soldat Gilad Chalit.

Les journaux hébreux Ahronot, Haaretz et Jerusalem Post ont confirmé qu’une délégation turque discute avec des représentants du mouvement du Hamas, en Syrie. Des sources bien informées disent que ce sont les Turcs qui avaient demandé à ce que ce rôle de négociateur leur soit confié.

Etonnement de la presse israélienne

Ces mêmes journaux s’étonnent de voir la Turquie s’engager dans le dossier de Chalit, après des relations tendues après les altercations produites entre le président israélien Peres et Erdogan, le premier ministre turc, à Davos, lorsque Erdogan avait dit qu’"Israël" tue des enfants et des civils dans la bande de Gaza.

L’étonnement sera encore plus grand, pour ces journaux, lorsqu’on se rend compte que c’est l’Egypte qui est le parrain des négociations de longue haleine entre le mouvement du Hamas et l’Entité sioniste pour une trêve durable. C’est l’Egypte également qui travaille pour libérer Gilad Chalit et un certain nombre de captifs palestiniens. Les Turcs n’auraient alors qu’un rôle d’accélérateur, croyant que le dossier traîne les pieds côté égyptien. Avec une telle libération, les Israéliens pourraient sauver la face.

Le mouvement du Hamas

De l’autre côté de la rive, le mouvement de la résistance islamique Hamas veut préserver les réalisations de la résistance et du peuple palestinien qui ont beaucoup donné pendant la guerre, et toujours d’ailleurs. Le mouvement a refusé que Chalit soit libéré contre l’ouverture des points de passage ou contre la levée du blocus. Sa libération pourrait cependant se faire dans la transaction de l’accalmie et l’échange de captifs, non contre les points de passage.

Reuters rapporte de certaines sources du mouvement du Hamas leur confirmation que la libération de Gilad Chalit devrait être accomplie contre 1400 Palestiniens enfermés dans les prisons israéliennes.

Sur la scène palestinienne, il y a des négociations, mouvements et initiatives confirmant que le combat militaire israélien a connu un échec total. Donc un combat politique se serait engagé. Khaled Michaal, président du bureau politique du mouvement du Hamas, a confirmé devant la minorité palestinienne du Soudan que le peuple palestinien devrait attendre un combat politique des plus durs ; il faut s’attendre à de vraies surprises.






Wednesday, February 25, 2009

Who’s behind Madoff?

By Wayne Madsen
Online Journal Contributing Writer


(WMR) -- As the Securities and Exchange Commission (SEC) announced that it had cut a deal with $50 billion Ponzi scammer Bernard Madoff whereby Madoff will neither admit nor deny fraud claims against him in a suit brought by the SEC. In return Madoff has agreed to pay civil fines and penalties levied by the SEC. The agreement has no bearing on Madoff’s criminal trial.

WMR has learned that in addition to 20 million documents stored by Madoff in a warehouse in Queens that were stored without any indexing system and merely placed in boxes and strewn around the floor are millions of additional documents that were stored by Madoff in a Brooklyn warehouse that was partially flooded. A number of the Madoff documents there were destroyed by water damage.

WMR has also learned that a key element in Madoff’s Ponzi scheme was Madoff Energy LLC, formed as a Delaware corporation in February 2007. Other Madoff firms in the energy arena were Madoff Energy Holdings LLC, Madoff Energy III LLC, and Madoff Energy IV LLC. There are links between these now-defunct Madoff energy entities and Texas oil and natural gas industry interests, some close to the Bushes and Dick Cheney.

WMR has also learned that the kid glove treatment given by federal authorities to Madoff, including allowing him to remain in his Upper East Side luxury town home, is because Madoff’s Ponzi scheme was part of a much larger operation, one involving top officials of both the George W. Bush and Barack Obama administrations, as well as the notorious Russian-Israeli Mafia.

One of the investors in Madoff’s scam was, according to the published list of Madoff “victims,” was the Bank of New York (BONY) and a contrivance called the “Alternate Investment Service.” BONY was the subject of a previous detailed WMR report on the activities of the Russian-Israeli mob:

“Forest Hills has been identified by the FBI as a major center for both the Russian-Israeli Mafia and Mossad and it is a place where the two interests often cooperate. In 2002, OPERATION SPIDERWEB, a joint FBI-EUROPOL operation, resulted in the arrest of 20 Russian-Israeli dual citizens on charges of money laundering. The laundering primarily involved the Bank of New York (BONY), the Russian bank Menatep, and an ‘Internet bank’ called the European Union Bank. More importantly, the money-laundering network also included Benex, a firm connected to Bill Clinton-pardoned Mossad figure Marc Rich, who still resides primarily in Switzerland. . . . Benex’s office was located on Queens Boulevard in Forest Hills in the same building where Grigori Loutchansky headquartered two of his companies. Loutchansky is a Latvian-born Israeli who laundered billions through his Vienna-based NORDEX firm. National Security Agency (NSA) signals intercepts have reportedly yielded intelligence on Loutchansky’s role in the smuggling of nuclear materials. Loutchansky also was closely linked to Clinton’s 1996 re-election campaign through New York real estate magnate and Democratic donor Sam Dombs. . . . Forest Hills was also the hometown of international diamond dealer Yehuda Abraham, convicted in a plot to smuggle surface-to-air missile launchers from Russia into the United States, a mere four months after 9/11, and launder the proceeds from the deal through Malaysia. The network was discovered to have links with the Viktor Bout weapons smuggling network and money laundering facilities linked to ‘Al Qaeda’ Southeast Asia affiliate Jemaah Islamiyah. Abraham, an Afghan Jew, was linked not only to Mossad but to the Saudi Royal Family.”

Obama’s attorney general, Eric Holder, was the Clinton administration’s deputy attorney general who approved the eleventh hour Clinton pardon for Rich.

Another Madoff investor was Mellon Financial Services. On July 8, 2008, WMR reported:

“A February 27, 2008, truck theft of backup data tapes from Bank of New York Mellon Corporation’s Jersey City Shareholder Services unit has the hallmarks of an organized crime heist. Shareholders of the Walt Disney Company, John Hancock Financial Services (a division of Manulife Financial Corporation), People’s United Bank of Connecticut, and the Bank of New York were informed that their stock sale transactions may have been compromised.”

Obama’s Middle East envoy, George Mitchell, is a former chairman of the Board of the Walt Disney Company.

WMR has learned from a U.S. intelligence source in the Middle East that much of the $50 billion scammed by Madoff is now in Israeli banks and other financial contrivances established to secretly launder the ill-gotten loot. The Madoff Ponzi scheme may also be linked to the revelations by former Liechtenstein LGT bank employee Heinrich Kieber of secret off-shore accounts held by tax-evading politicians and businessmen in the United States and other countries, as well as the Clearstream entity in Luxembourg that involved allegations of a slush fund used to finance the political ambitions of France’s neocon president, Nicolas Sarkozy, and other right-wing politicians.

Harry Markopolos, a former investment manager-turned-investigator, recently told the U. S. House Financial Services Subcommittee that the SEC failed to take action against Madoff when Markopolos repeatedly warned the regulatory agency of the Ponzi scheme activities of Madoff, a former chairman of NASDAQ. The hearing at which Markopolos testified was chaired by Rep. Gary Ackerman (D-NY), whose 5th congressional district adjoins the 9th congressional district of Forest Hills and Rego Park, a nexus for Russian-Israeli mob activity in the New York City area.

On February 9, the SEC announced that Linda Thomsen, the agency’s top enforcement official, was resigning to “pursue opportunities in the private sector.”

http://onlinejournal.com/artman/publish/printer_4385.shtml

Monday, February 23, 2009

Al Khilafa Islamiya : Le retablissement du Califat


Une marche géante appuyée par le peuple.

Les armées Islamique souhaitent obtenir leur premier Émirat Islamique avec la charia qui s'étend jusqu'au Turkménistan.

KARACHI - Beaucoup de musulmans pensent que l'ancien Khorasan - qui couvre une partie d'Afghanistan, du Pakistan, le Tadjikistan, l'Iran, l'Ouzbékistan et le Turkménistan - est la terre promise, où ils assureront la première victoire à la fin des temps, en fonction de leurs croyances, sera combattu dans Bilad-i-Sham (Palestine et le .. Liban-Syrie).


Les frontières géographiques de Bilad-i-Sham-Khorasan s'étendent de Samarkand jusqu'en Ouzbékistan, de Malakand dans la frange nord du Pakistan du Nord-ouest de la province (NWFP)du Waziristan, qui comprend la vallée de Swat.

Le lundi, à un moment où le commandement central des États-Unis et chef général du terrorisme David Petraeus a essayé de mettre en place une voie de ravitaillement pour les troupes en Afghanistan à travers l'Ouzbékistan, dans ce coin de l'extrême de la terre promise de Khorasan - à Malakand - les armées Islamique avaient toutes les raisons de célébrer.
Asif Ali Zardari et le gouvernement provincial de la NWFP a cédé à la demande des armées Islamique et ont annoncé un cessez-le-feu, la levée d'un à deux ans, le couvre-feu et annoncé et la mise en œuvre de la charia Islamique également.



"Toutes les lois anti-islamique dans la division de Malakand Swat, qui est géographiquement un tiers de l'ensemble [NWFP] de la province, ont été supprimés", le premier ministre de la NWFP, Amir Haider Khan Hoti, a déclaré aux médias après avoir atteint un accord avec le Tehrik-i-Nifaz-i-Shariat-i-Mohammadi, qui est dirigé par Sufi Mohammad, le symbole de la charia à Malakand. Le système judiciaire islamique sera appliqué par les juges islamiques - Qazi.

L'accord est une victoire importante pour les pieux et les pieuses et le Pakistan pourrait mettre fin à deux années de troubles dans la région qui a vu des militants opposé les forces de sécurité pakistanaises.

L'accord de paix sera complété par un programme d'indemnisation pour les familles des morts et des blessés durant les opérations terroristes de l'armée Pakistanais pour "les membres des familles de ceux qui ont été tués obtiendront 300000 roupies [US $ 3760] et ceux qui ont été blessés obtiendront 100.000 roupies", a dit Hoti. "L'ensemble des lois islamiques et d'autres paquets liés à l'opération ont été entièrement approuvé par le "président" du Pakistan", a t-il dit.

«Nous avons créé une équipe spéciale qui supervisera l'application de la loi islamique, mais l'exécution sera liée par la paix et de l'exploit de l'État", a déclaré Hoti. "Les forces de sécurité ont maintenant [après la signature de l'accord]. Mais aucune menace sera toléré sinon il y aura des représailles si quelqu'un tente de contester l'autorité de l'État», dit Hoti. Pour ma part je ne crois pas qu'ils sont en position de faire de telles menaces à l'encontre des armées Islamique. Car ce régime Pakistanais collabore toujours avec les terroristes américains qui lancent des attaques avec des predators sans pilote.

L'armée de l'Inter-Services de relations publiques ont confirmé que le couvre-feu a été levé, après deux ans, dans la vallée de Swat. Les moudjahideens ont également annoncé un cessez-le-feu de 10 jours, ce qui est susceptible d'être prolonger pour une durée indéterminée si l'armée Pakistanaise ne viole pas encore une fois l'accord de paix.

L'évolution à Malakand coïncide avec l'arrivée en Afghanistan de près de 3000 soldats américains dans le cadre d'un supplément de 30000 à renforcer l'armée de terroristes américaine a déjà 30.000 soldats américains dans le pays. Le nouveau contingent sera déployé dans la province de Logar pour garantir la violence près de la capitale Kaboul. Petraeus doit pensée que plus de troupes est nécessaire dont il aura besoin pour affronter les autres combattants qui viendront de Malakand si Allah(SWT) le veut.

L'armée Islamique de la victoire et le lever de rideau à la bataille du printemps:



Un facteur clé dans la renaissance des armées Islamique après avoir été chassés du pouvoir par les États-Unis qui a conduit a créé un solide réseau au Pakistan qui a été coordonné par le leader Osama bin Laden et son adjoint Ayman al-Zawahiri.

Un point focal en est les crimes de guerre à Lal Masjid (Mosquée Rouge) à Islamabad, qui a été envahi en Juillet 2007 par les forces de sécurité pakistanaises qui ont tué plus de 1200 étudiantes du Saint Coran et qui à effacer l'accord de paix avec les armées Islamique. Tout le réseau étendu de la vallée de Swat et de Bajaur et du Mohmand d'où des militants ont alimenté les représailles conte l'armée Pakistanaise et également la résistance Islamique de l'Émirat Islamique en Afghanistan dans les provinces de Kunar et Nooristan pour en finir avec les accords de paix avec les apostats Pakistanais qui soutiennent les terroristes américains et l'OTAN.




En plus il y avait le flux de moudjeahideens dans le Waziristan du Nord et du Sud-Waziristan, Kurram Agence Khyber Agency, respectivement, qui ont alimenté les moudjahideens afghans dans les provinces de Paktia, Paktika, Khost et Nangarhar provinces.




En ce moment, des services de renseignement occidentaux ont réalisé que ces développements au Pakistan ont été un facteur majeur derrière le «feu d'artifice" en Afghanistan et les pertes énormes de la coalition. Les Pakistanais ont été également mis en garde car les moudjahideens pourraient aussi lancer une révolution au Pakistan. Cela a été un tournant majeur dans la «guerre au terrorisme» dans le théâtre de l'Asie du Sud.




Pour la première fois, Islamabad a senti un frisson dans sa colonne vertébrale et de la situation considérée dans une perspective différente - et non comme une guerre américaine dans laquelle sa participation a été tiré hors de la contrainte, mais comme une guerre nécessaire de maintenir le statu quo de son propre système de Kufr et de collaboration avec des régimes totalitaires. Ce système a été un mélange de kufr et de Sjirk mélangé à la perpétuation de l'oligarchie militaire, combinée à une marque particulière de l'islam qui peut coexister avec cette configuration ce qui est faut.

L'attaque de Lal Masjid a été le premier coup de feu tiré dans cette bataille, et ses répercussions se sont rapidement étendus à la vallée de Swat, le Sud-Waziristan, puis Bajaur Agency, en effet transformer l'ensemble des produits forestiers non ligneux dans un théâtre de guerre. Une série d'opérations militaires dans les zones tribales ont conduit les moudjahideens a lancé des opérations militaire de grande envergure.
En Malakand, qui comprend la zone de Swat, les moudjahideens sont une partie du Pakistan et Tehrik-i-Taliban et à l'avant-garde de la cause des armées Islamique dans la région de l'Ouest contre les forces d'occupation en Afghanistan et leur allié - Pakistan. Ils ont créé leur propre bref parallèle avec un système qui comprend les tribunaux Islamique, la police et même d'une centrale électrique et un réseau de distribution et de la construction de routes, et tout cela est maintenant officielle aux yeux d'Islamabad.




Tout renseignement indique que davantage de concentration de moudjadieens qui planifient des opérations militaires à Swat, pourraient conduire à une expansion de la guerre dans le théâtre du Pakistan non pachtounes et ses villes, comme à Islamabad, Lahore et Karachi. Les forces de sécurité ont été déjà averties et font même déjà face aux rébellions internes.

Ces facteurs combinés ont abouti à l'accord de paix lundi, qui est une défaite majeure pour Washington ainsi que pour le « Pakistan » et il pourrait aussi conduire à un revers majeur pour l'Organisation du Traité Atlantique Nord en Afghanistan au printemps quand des hordes de moudjadideens encore mieux formés pour les combattants de Swat vers l’Afghanistan pour en finir avec le régime de drogues et ses trafiquants comme la famille Karzaï.

La défaite des intérêts américains est une priorité pour les armées Islamique et même la Russie en a pris les bénéfices en exigeant de fermer la base aérienne américaine Bickkek au Kirghizstan.

Le Hamas, roue de secours à Gaza


« Survivre à Gaza » livre écrit par Mohamed Al-Rantissi, un Palestinien ordinaire, un chirurgien qui vit et opère à Gaza, est à la fois un livre d’histoire et une recette. Bonnes feuilles.
L’histoire c’est celle, poignante et jamais entendue sur le ton du récit, d’une famille palestinienne de 1930 à aujourd’hui, avec l’exil et la survie dans les camps. La recette c’est, vue avec les yeux du Hamas, la solution à cette guerre qui dure depuis 80 ans. On peut enfin lire le programme du mouvement islamique tel que personne ne l’a entendu jusqu’à présent. Très Actuel.


Les bonnes feuilles du livre : p. 189 à 194

Le Hamas demande avec constance des négociations directes avec les Israéliens. Jusqu’à présent, il y a un refus total de nos ennemis. Les conversations, celles dont on parle à la télévision, n’ont été que des mises en scène : l’exécution d’ordres donnés par Tel-Aviv à l’Autorité palestinienne priée de jouer son rôle dans la comédie. Si une négociation avec les Israéliens est susceptible d’apporter le moindre bénéfice au peuple palestinien, le Hamas se tient prêt… Mais à sa manière : des conversations directes, sans conditions préalables.

Le Hamas dit « oui à de vraies négociations, non au théâtre »
Face à des Israéliens qui refusent, depuis toujours, une discussion sur le problème crucial, celui des frontières, il faudra imposer ce sujet dans l’ordre du jour. Quand eux-mêmes, et le monde occidental qui est leur soutien, accepteront la réalité, c’est-à-dire la représentativité du Hamas, et de discuter sur la définition du territoire, un vrai pas sera franchi sur le chemin de la paix… La position du mouvement islamique est simple : oui à de vraies négociations, non au théâtre.

Je n’ignore pas que nous sommes les victimes de la plus écrasante des propagandes. Que, sur notre compte, chacun s’exprime sauf nous ! Notre programme tient sur trois pages dactylographiées. Il a été distribué dans les rues de Gaza, mais son contenu a bien du mal à franchir les frontières. Alors en Occident, dans les journaux, les radios et les télés, on continue sciemment à faire de la désinformation, à nous diaboliser ce qui évite l’échange de vrais arguments. Un exemple, on s’acharne à nous reprocher notre fameuse « non reconnaissance d’Israël… » . Avant d’affirmer cela, il serait bon de définir ce qu’est cet Etat ! Un Etat qui n’a pas de frontières définies ; et qui refuse même l’existence de ces dernières puisqu’il repousse l’étendue de son espace à coups de canons ! Quel Etat d’Israël ? Celui qui n’a pas de Constitution ! Cette absence est d’ailleurs bien dommage, car elle aurait interdit la promulgation de toute une série de lois inégalitaires, racistes, qui ne seraient jamais été validées dans pays doté d’un vrai cadre juridique. A ma connaissance, l’apartheid n’est plus admis dans aucun pays démocratique ! Pour le Hamas, reconnaître Israël c’est donner une existence à un pays sans frontières et sans droit !

Le programme du Hamas : retour des réfugiés, Etat indépendant, Jérusalem capitale
Lisez donc quelle est la position du Hamas. Je ne parle pas de la charte du Hamas, écrite en 1987, qui est caduque aujourd’hui. C’est un vieux texte qui ne nous lie absolument plus. Ce dont je parle ici, c’est la position actuelle du parti politique Hamas. Elle n’a rien de caché, on peut facilement la découvrir dans nos programmes électoraux :

« Nous affirmons que la solution majeure pour notre nation, que l’intérêt de tout notre peuple, passent par la reconnaissance du droit au retour pour nos réfugiés, par la libération de notre lieu Saint, la libération de nos prisonniers et passe aussi par l’établissement d’un État indépendant ayant Jérusalem pour capitale. Cette solution doit s’achever par l’affirmation de nos droits et d’un destin conduit sans aucune pression extérieure. » Où trouvez-vous ici la volonté de « jeter les israéliens à la mer », selon le trop célèbre mythe véhiculé en Occident ?

De quoi parlerons-nous si, par miracle, vient le temps de la négociation ? En premier lieu, devrait être établi un cessez-le-feu bilatéral de longue durée, que nous appelons « tahadi’a ». De nombreuses fois, le Hamas a préconisé cette « tahadi’a ». Mais les Israéliens, comme si la perspective d’un état de paix les mettait mal à l’aise, l’ont toujours rompu. C’est sur ce modèle, celui de la fausse trêve, que des Palestiniens, dont la mort ne compte pas, sont chaque jour assassinés. Avec nous, s’il y a un cessez-le-feu de longue durée, un vrai cessez le feu, il sera respecté.

Notre deuxième exigence portera sur la liberté de voyager. Ce qui implique que le contrôle des entrées et sorties de notre territoire, à partir de l’Égypte, ne sera rien qu’une affaire entre des Palestiniens et des Égyptiens. Exigence aussi sur la reconstruction de l’aéroport. Il deviendra international et supprimera la nécessité du transit par Le Caire, assorti des six heures de route nécessaires. Enfin un port de mer doit ouvrir une voie de communication libre avec les autres peuples du monde.

Un programme pas si neuf pourtant ignoré à Washington, Londres et Paris
En cas de négociations séparées, ce qui aura été obtenu pour la bande de Gaza devra l’être aussi pour la Cisjordanie. Avec un accès libre et sûr à la Jordanie et la bande de Gaza. Ce qui ira d’autant mieux de soi que, conformément aux décisions de l’ONU, les Israéliens devront se retirer sur la frontière de 1967. Tout ceci serait accepté par le Hamas puisque c’est le contenu de la « page blanche » de son programme officiel. Celui dont on ne parle jamais à Washington, Londres ou Paris.

Ce programme n’est pas nouveau, c’était celui d’Abdelaziz (ndlr, le frère de l’auteur, co-fondateur du Hamas assassiné par Israël tout comme l’autre fondateur Mohamed Yacine) et d’Ahmed Yacine. Il est facile de se référer à leurs déclarations, les textes existent. Disons les choses franchement : le jour où quelqu’un veut vraiment parler de paix, il parle avec le Hamas. Tout le reste appartient à la société du spectacle. La vérité, je le répète, est que certains israéliens, et tous les sionistes, considèrent l’état de guerre comme leur ciment communautaire, une situation « post biblique », et que ceux-là ont peur de la paix.

Le Hamas = le Fatah moins la renonciation « à nos droits »
Globalement, nos exigences – frontières de 1967, liberté à Gaza et en Cisjordanie – sont proches de celles du Fatah. Mais il y a quelques différences. Nous, si nous sommes prêts à accepter cette nouvelle situation, celle du partage, nous ne voulons pas renoncer à nos droits. Nous n’acceptons pas de dire que nous sommes coupables de notre exil. Que c’est volontairement que nous avons quitté nos terres et nos biens en 1948. Quand on me demande : « Reconnaissez-vous Israël ? », je réponds : « Israël reconnaît-il que je suis un réfugié et que je peux retourner dans ma maison ? » Il faut qu’Israël et ses soutiens admettent que, dans ce drame, il y un envahisseur et des envahis. Mais si nous discutons d’un retrait israélien de Gaza et de Cisjordanie, d’une complète liberté, la région sera calme pour très longtemps. Alors, une deuxième discussion sera possible. Après vingt ou trente ans sans combats, des liens amicaux se seront tissés. Nous pourrons discuter sur un ton différent. On peut alors imaginer les populations des deux territoires choisissant librement de s’unir en un seul État. Bien sûr, qu’avant longtemps, les Israéliens n’accepteront pas cette solution inspirée de la sagesse. Au lieu de cela, je sais que les Israéliens apprennent toujours à leurs enfants que la Palestine est « leur » terre exclusive. Que les Palestiniens et les Arabes ont été créés par Dieu pour être leurs serviteurs. Cette culture devra donc changer.

Quand les juifs vivaient au sein d’une population majoritairement musulmane, ils bénéficiaient des droits de chacun, en complète égalité. Le droit de pratiquer leur religion, les droits économiques, le droit à l’emploi, la sécurité, la santé, au même titre que tout Palestinien. En Israël, dix à quinze pour cent des citoyens juifs savent très bien tout cela. Mais ils ont à se battre contre les Israéliens de droite et d’extrême droite. Ceux qui veulent étendre leur État vers le Golfe, et pourquoi pas du Nil à l’Euphrate ! Après Gaza, un jour les Israéliens se retireront de Cisjordanie. J’en suis certain. Je crains que cela ne se produise qu’après beaucoup de sang versé… Mais j’espère que les Juifs sauront raccourcir ce temps. Tout dépend d’eux. De leur côté, les Palestiniens savent qu’ils « doivent se gratter la peau avec leurs propres ongles », qu’ils ne doivent compter que sur eux-mêmes et que ce ne sont pas les « armées arabes » qui leur viendront en aide. Le jour où notre peuple arrivera à ce point de réflexion, le destin basculera en notre faveur.

PS : Les correcteurs des épreuves du livre ont malencontreusement glissé à la page 92 du livre un « je » inopportun transformant de ce fait Mohamed Al-Rantissi en tueur de collabos palestiniens. Une erreur bien sûr, celui-ci ayant déjà bien du mal à tuer ses patients.

http://www.bakchich.info/spip.php?page=imprimir_articulo&id_article=6743

Thursday, February 19, 2009

Terrorisme d'Etats : Alterinfo victime du terrorisme d'etat sioniste en France


Audience Tribunal Correctionnel de Mulhouse le 19 février 2009 (UEJF-J’ACCUSE / Alter Info)





Sans grande surprise, Monsieur le procureur de Mulhouse a donné suite aux plaintes déposées par les deux associations UEJF/J’ACCUSE. L’audience en correctionnelle aura lieu le Jeudi 19 février 2009 à 8h30 salle 207.

Par Zeynel Cekici
http://www.alterinfo.net/




Chers ami(e)s, lecteurs d’Alter Info,

Depuis le début de nos déboires judiciaires, vous avez été très nombreux à nous soutenir et à témoigner de votre solidarité. Grâce à vous, nous avons pu faire face à l’adversité dans la dignité et l’honneur. Il est donc naturel que je vous informe des suites judiciaires et des dessous politiques de cette affaire afin que chacun puisse prendre la mesure des menaces et du danger qui pèsent non seulement sur ce site, mais plus généralement sur la liberté d‘expression et particulièrement sur nos libertés individuelles.



En plus des deux plaintes de l’UEJF/J’ACCUSE, j’ai une nouvelle fois été convoqué par la PJ. Une autre plainte à été déposée contre moi. Cette-fois il s’agit des agresseurs de Ginette Hess Skandrani. Une dame âgée, une militante sincère que nous ne connaissons que par ses écrits, mais son combat étant honorable, méritait d‘être soutenu et sa lutte relayée par notre site. Bien que cette dernière plainte ait peu de chances de déboucher sur des poursuites judiciaires, ce qui n’est pas le cas avec nos détracteurs de l’UEJF/J’Accuse. Ces derniers semblent avoir un pouvoir qui va au-delà des prérogatives qu’octroi la loi 1901 à de telles associations. Ainsi il semblerait que Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » Puisque mes différentes plaintes pour diffamation, menaces de mort ayant moins émus que les plaintes de l’UEJF/J’ACCUSE il semble qu’il est moins important de se faire menacer de mort, d’être diffamé que d’être accusé d’«incitation à la haine » et d’un supposé « déni de crime contre l’humanité ». Il est inéquitable que dans un pays de droit, la raison du plus fort soit toujours la meilleure or la puissance ne consiste pas à frapper fort ou souvent, mais à frapper juste.




Résumé de l’affaire



Fin décembre 2007, nous recevions un courrier de Me Lilti, avocat des associations UEJF/J’ACCUSE, nous mettant en demeure de supprimer une traduction de l’auteur Henry Makow intitulé « Impérialisme du capital… » publié en septembre 2007. Dans cette lettre, Me Lilti souligne bien le fait que même si nous retirions le texte, il portait de toute façon plainte contre moi pour incitation à la haine… et habituels poncifs et autres accusations rituelles d’antisémitisme. Ce qui me déconcerte un peu, c’est que Monsieur le Procureur ait pu ajouter le délit de crime contre l’humanité en plus des autres insanités dont m’accusent mes détracteurs.



Après le premier référé, un second a été annulé grâce à la clairvoyance du Président du TGI de Paris.

Dans une lettre adressée au Président du Tribunal de Paris j’ai tenté de démontrer ma bonne foi en supprimant le texte avant le second Référé. Je lui avais expliqué la volonté néfaste de nos détracteurs et les raisons fallacieuses invoquées dans le seul but de nous nuire financièrement et nous faire taire. Monsieur le Procureur de Mulhouse je ne sais trop pour quelles raisons obscures, se sert de passages tirés du texte pour le second référé pour m’accuser de déni de crime contre l’humanité. Malgré la décision lucide de Monsieur le Président du Tribunal de Paris, ces associations pensent utiliser la méthode du référé comme une nouvelle méthode de censure et de pression. Ayant échoué lamentablement dans leur tentative avec le référé, ils ont réussi avec leurs plaintes à abuser M.le Procureur de Mulhouse.



Nous avons été condamnés en référé à supprimer l’article et à verser des dommages et intérêts aux deux associations. Je n’ai donc pas voulu céder à leur infâme chantage, d’autant plus, qu’avant de publier cette traduction nous avions pris les précautions d’usage. Dans le préambule nous mettions en garde les lecteurs contre certains propos tendancieux de l’auteur. Pensant naïvement que la Cour d’Appel, comme il est d’usage, étudierait le fond de l’affaire et non la forme, comme c’est le cas lors d’un référé, j’avais décidé d’interjeter appel. A notre grande surprise et malgré la mise en évidence de la mauvaise foi de mes détracteurs, faisant des parallèles et des comparaisons entre notre affaire et l’affaire des caricatures de Muhammad, dont la jurisprudence aurait dû jouer en notre faveur.



Il en est des passions nobles comme des vices : plus elles se satisfont, plus elles s'accroissent. Ainsi selon notre avocate, en date du 17 mai 2008, les juges d’appel ont confirmé le juge des référés. De surcroît, ils ont doublé les dommages et intérêts. Bien qu’à l’heure actuelle nous n’ayons toujours pas reçu par voie légale le jugement en appel, les avocats et avoués des parties adverses nous pressent de payer leurs honoraires et les dépens auxquels nous avons également été condamnés. Néanmoins, dans la mesure où nous ne recevons pas par voie légale le jugement de la Cour d’Appel, la possibilité du pourvoi en cassation reste possible et même pendant 30 jours après sa réception. Depuis décembre 2007, nos détracteurs nous ont occasionné des charges financières équivalentes à plus de cinq ans du budget de roulement de notre association, c’est à dire plus de vingt mille euros.



Les deux associations UEJF/J’ACCUSE, prétendument antiracistes, sont que les sous-officines du Crif. Cette institution autoproclamée, s’arrogeant le droit de parler et agir au nom de tous les Français israélites ou de confessions juives. Les dirigeants de cette organisation lors des médiatiques dîners annuels, n’hésitent pas à sermonner nos élites politiques et médiatiques, leur ‘’suggérant’’ des directives, allant parfois jusqu’à la vexation de certains. On ne sait au nom de quel droit moral ou légal, de quelle valeur, une organisation peut avoir une influence politique aussi important, s’accaparer la voix de tous les Français israélites, alors que moins de 4 % environ de cette communauté y adhère.



Les agissements des associations qui fonctionnent avec des méthodes identiques à celles du Crif n’ont rien de démocratique et sont même contraires à tous principes républicains. Certes, le lobbying est une pratique courante et légale dans les sociétés anglo-saxonnes, et même si les institutions de l’Union Européenne tentent d’adopter le lobbying dans leur mode de gouvernance, la Constitution française n’autorise pas le lobbying. Pourtant, certains lobbies ont une influence politique au-supérieure de toutes les autres formes d’influence et souvent à l’origine de nombreuses tensions sociales.



Si le Crif et toutes ses sous-officines se contentaient uniquement de faire du lobbying pour les intérêts de ses adhérents, comme c’est normalement leur objectif et les raisons d’être des groupes de pression, ce serait à la limite concevable, même si c’est moralement condamnable. Le Crif est plus enclin à se battre pour les intérêts d’Israël que de s’occuper des problèmes de ses membres ou de la communauté dont il est supposé défendre les intérêts. Alors que le Crif tente de prendre en otage tous les Français juifs, voyez ci-dessous dans une lettre ouverte ce que certaines associations antisionistes comme l’UJFP pensent du Crif :


Lettre de l'UJFP au Crif

Dimanche 8 Février 2009

Union Juive Française pour la Paix (UJFP)




Lettre ouverte à Mesdames et Messieurs les dirigeants du CRIF



Les masques sont tombés et maintenant, ça suffit !

Vous n’avez absolument aucun droit de parler, ni en notre nom ni au nom de tous les nôtres qui ont

été parqués dans les ghettos, assassinés dans les pogroms, anéantis dans les camps de la mort, mais qui aussi ont été de toutes les luttes, de celles de l’ Internationale pour un monde meilleur à celles de la Résistance à l’envahisseur nazi, contre le colonialisme et pour la liberté, la justice, la dignité et l’égalité des droits.

Vous avez applaudi, encouragé les crimes de l’armée israélienne écrasant sous les bombes la population dans ce que vous appelez « entité hostile », réduisant en tas de gravats ses maisons, dévastant ses cultures, prenant pour cible les écoles, les mosquées, les hôpitaux les ambulances et même un cimetière….Dès lors vous vous êtes placés dans le camp des tenants de l’apartheid, des oppresseurs et des nouveaux barbares , et le sang de leurs victimes rejaillit sur vous.

Ce faisant, vous avez perdu tout sentiment humain, toute compassion devant cette détresse, vous nous avez outragés et salis en assimilant tous les Juifs à des supporters d’une bande de criminels de guerre comme vous avez déshonoré la mémoire de Rachi, d’Edmond Fleg, d’Emmanuel Lévinas et de tant d’autres, enfin de tout ce que le judaïsme français comportait de richesse humaine, d’intelligence et de lumières.

Vous avez voulu faire d’un conflit colonial et géopolitique un conflit communautaire et en prétendant que « 95 % des Juifs français approuvent l’intervention israélienne », vous attisez l’antisémitisme dont vous prétendez vous inquiéter de la résurgence, en pompiers pyromanes.

Non Mesdames et Messieurs les dirigeants du Conseil soi-disant « Représentatif » des Institutions juives de France, vous ne représentez rien pour nous, sinon les zélateurs d’une abjecte boucherie.



Le Bureau National de l’UJFP le 07-02-2009 Union Juive Française pour la Paix (UJFP) - 21 ter rue Voltaire, 75011 PARIS Téléphone : 06 61 33 48 22 e-mail : contact@ujfp.org Site : www.ujfp.org



Le Crif, surtout après les agressions de l’entité sioniste contre le Liban en 2006 et plus récemment contre le peuple martyrisé de Gaza, ne peut plus occulter ses motivations réelles. D’ailleurs, l’UEJF une des associations à l’origine de nos déboires judiciaires, allait au devant des manifestations en soutien à l’armée d’Israël pendant que celle-ci, commettait des crimes innommables contre des enfants, des femmes et des vieillards démunis, déjà usés par la faim et la misère.



Soutenir explicitement et cyniquement une force étrangère - et surtout aux dépens des intérêts nationaux, ce n’est plus simplement condamnable moralement, c‘est de la haute trahison pour tout homme politique qui cède aux directives du Crif.

Israël en plus d’être un État moralement illégitime, est le fruit d’un abject colonialisme déguisé en une épopée héroïque et romantique, blanchie par le mythe du peuple errant et opprimé depuis plus de deux mille ans. Opprimé oui, errant non !



De plus, leurs oppresseurs ont toujours été les Européens ; jamais en terre d’Islam les juifs n’ont subi de pogroms ou de crimes de masses, au contraire, à chaque fois que les communautés juives étaient opprimées, elles ont toujours trouvé refuge en terre d’Islam.



Pourtant la propagande sioniste, insidieusement participe et alimente le racisme antimusulman. Le Crif a plusieurs masques, un public, qui permet à cette organisation de donner l’illusion qu’elle participe au dialogue interreligieux et intercommunautaire, et l’autre plus hideux, insidieux, aux desseins funestes alimentant la haine et la peur entre les communautés et cherchant à museler toutes critiques envers le sionisme et Israël.



L’histoire du ‘’Peuple errant’’ n’est qu’un mythe historique au service d’une idéologie, une altération biblique, une mythologie pour traduire dans les faits un supposé droit divin, allant jusqu’à supplanter le droit international. On ne peut réparer une injustice en créant une autre encore plus grande. c’est ce à quoi pourtant se limitent les fonctions de certaines organisations autoproclamées qui monopolisent de nobles causes comme la lutte contre le racisme, tout en les détournant de leurs objectifs au profit de l’idéologie sioniste.



Ces précisions concernant le Crif ont leur importance pour comprendre les procédés abjects qu’use cette organisation aux multiples visages, mais un seul objectif, celui de défendre les politiques d’Israël et peu lui importent les méthodes employées. Elle utilise ses sous-officines comme l’UEJF afin de préserver son prestige d’organisation respectable. D’ailleurs le président Marc Knobel de l’association j’Accuse (co-plaignante), en est un membre actif.



[1] Honoré de Balzac



Alter Info a besoin de vous

Votre soutien intellectuel nous est nécessaire pour continuer notre lutte. Toutefois, votre soutient financier l’est tout autant. Nos détracteurs ont compris la limite de nos capacités financières, qui est d’ailleurs notre grande faiblesse.

Si nous avions une certaine indépendance financière, nous n’en serions pas une nouvelle fois à vouloir vous mettre à contribution et donner de la sorte satisfaction à nos détracteurs.




Comment nous soutenir ?

Dans l’urgence nous avons besoin de plus de dix milles € pour faire face aux nouvelles contraintes judiciaires : 3600 € pour notre nouvel avocat le reste pour payer les dommages et intérêts et les dépends auxquels nous avons été condamné lors du référé et de l’Appel. De plus, demain nous serons sans doute à nouveau condamné et ainsi subir d’autres charges financières.



Nous avons préconisé différents moyens pour nous aider :

En plus de contribuer activement à notre site en devenant correspondant, rédacteurs, modérateurs… vous avez la possibilité de faire des dons récurent (10 euros par mois en vous abonnant) ou occasionnels, le montant étant libre. Bien que le site fasse entre vingt et trente milles visites par jour, nous avons moins d’une dizaine d’abonnements (10 euros par mois).



Si je m’étais engagé dans cette lutte pour ma gloire personnelle ou pour un quelconque avantage, en mon âme et conscience, je peux vous le certifier que j’aurai abandonné depuis très longtemps. Aucun statuts social, ni aucun privilège ne vaut la peine de pendre tant de risque et s’investir au ce point, si ce n’est que par altruisme et par conviction. Je n’ai reculé devant aucune difficulté pour que ce site puisse continuer à exister et être le symbole d’une lutte que je crois être juste. J’ai abandonné une situation socioprofessionnelle relativement confortable afin d’éviter toutes sortes de pressions. Après quatre ans d’activité et avoir donné tout ce que j’ai pu – dans la limite des capacités humaines, sans un soutien massif de la part de ce qui se reconnaissent dans ma lutte, je craints de ne pourvoir garantir la suite avec autant de constance et de détermination.



Vous pouvez envoyer vos dons par chèque ou mandat à :


Alter Info apa



23, rue d’Illzach



68100 MULHOUSE / France



Tél : (depuis la France) 03 89 60 34 50



(Depuis l’étranger) 00 33 3 89 60 34 50



Vous pouvez aussi faire virement bancaire :



RIB Destinataire :



Association Alter Info apa



23, rue d’illzach / 68100 Mulhouse



Banque : Société Générale



Domiciliation : Mulhouse Europe (02442)



Banque : 30003



Guichet : 02442



N° de compte : 00050113821



Clé RIB : 83



Identification internationale (IBAN) : FR76 30003 02442 00050113821 83



Identification internationale de la banque (BIC) : SOGEFRPP

Wednesday, February 18, 2009

De la DST (Direction Sioniste du Terrorisme) a la DCRI (Direction Centralisée de la Racaille Israelienne de France)

Sarkosy et son conseiller 'special' Alain Bauer, grand architecte du terrorisme d'etat a l'Elysée


Lettre ouverte d'Abdellah Ouahhabi



Monsieur Abdellah Ouahhabi


tél : 06 12 39 45 73


mail : http://fr.mc244.mail.yahoo.com/mc/compose?to=abdellah.ouahhabi@online.fr

À Madame Michèle Alliot-Marie
Ministre de l’Intérieur
Sous couvert de
Monsieur Michel Delpuech
Directeur de cabinet

À Madame Rachida Dati
Garde des Sceaux, Ministre de la Justice
Sous couvert de
Monsieur François Séners
Directeur de Cabinet

La varenne Saint-Hilaire, le 16 février 2009



Objet : Une évidente dérive policière contre la liberté de presse.


Mesdames et Messieurs,

Il y a quatre semaines et pendant une semaine, j’avais essayé en vain d’enter dans Gaza pour un reportage.
De retour en France, j’ai dû me rendre en toute urgence en Algérie au chevet de mon père, très âgé et très malade.

J’ai appris pendant cette dernière absence que je suis convoqué pour ce mercredi 18 février 2009 par un service de police qui semble relever de la DST (c’est la même adresse que le service anti terroriste de la DST ! ) « en vue de mon audition ».

La convocation explique que je dois apporter avec moi tout le nécessaire pour me ficher, c’est-à-dire pour entrer mon nom dans une base de données de personnes particulièrement surveillées, une base anti terroristes !
En voici le texte :
MINISTERE DE L'INTERIEUR DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE Levallois-Perret, le 6 février 2009 Réf (N° du dossier) : A la demande de Mr Mickaël LOUVIER Mr Abdellah OUAHHABI est prié de bien vouloir se présenter à l'adresse suivante : Ministère de l'Intérieur Site Villers BP 307 92302 Levallois Perret cedex 84, rue de Villiers 92 300 Levallois Perret Le 18 février 2009 à 15 heures Pour Audition Dans l'hypothèse où la date et l'heure fixées ne vous conviendraient pas, vous pouvez obtenir la modification du rendez-vous en téléphonant au : N° 01 77 92 50 00 Poste 24177 Dans le cas d'espèce qui vous concerne, vous pouvez utilement vous munir des pièces ci-après désignées :
§ Pièce d'identité et passeport
§ Deux photos d'identité
§ Justificatif de domicile
§ Fiches de paie
§ Contrat de travail
§ C.V. Prière de rapporter la présente convocation.

J’ai beau me creuser la tête, je ne vois pas de raison à cette convocation autre que mon voyage en tant que journaliste en Égypte en vue de tenter d’entrer à Gaza pour apporter une information originale et personnelle aux citoyens français.

Je classe donc cette convocation policière dans la catégorie des mesures d’intimidation et des abus de pouvoir en vue de limiter la liberté des journalistes d’informer les citoyens français selon des approches diverses et aussi en vue de limiter la liberté des Français d’être informés par des sources multiples et indépendantes les unes des autres.

On est en face d’un mélange des genres – le genre politique et journalistique et le genre des barbouzes, des délinquants. Je suis de toute évidence confronté à un dysfonctionnement de l’Exécutif : il n’est pas contestable que mon nom arabe, le thème auquel je me suis intéressé – Gaza – et ma manière de le traiter sont à l’origine de cette convocation de police.

La personne à l’origine de cette convocation, Monsieur Mickaël LOUVIER, du centre Villiers du ministère de l’Intérieur, n’a pas voulu me préciser par téléphone s’il s’agit d’une initiative policière ou d’une initiative du Parquet.

Aussi, je saisis simultanément les ministères de l’Intérieur en charge de la sécurité et aussi le ministère de la justice : cette mascarade doit cesser immédiatement parce qu’elle porte atteinte à un fondement essentiel de la démocratie française : la liberté d’expression.
Ainsi, comme naguère l’URSS, la France contemporaine aurait ses dissidents, sélectionnés cette fois-ci sur la base de critères ethniques et raciaux !

Le ministère de l’intérieur ficherait donc les citoyens français, les journalistes « mal pensants » dans la base de données anti terroristes islamiques : le comble de l’humour dans ce cas précis est que je suis athée.
Le ministère de l’Intérieur français a donc inventé une nouvelle catégorie de potentiels terroristes islamiques : les intégristes musulmans athées !

Pour toutes ces raisons, je vous prie de bien vouloir mettre fin à cette farce dérisoire.

Dans le domaine des libertés individuelles et collectives, la France est régie par une Constitution démocratique et elle a signé des engagements internationaux qu’elle doit respecter.

Ce lundi, premier jour ouvré après mon retour d’Algérie où j’étais au chevet de mon père, j’ai tenté vainement de joindre un responsable des deux ministères de l’Intérieur et de la justice.

Aussi, j’ai déjà saisi des membres de la Représentation Nationale.
Je remets la présente lettre à la presse.

En cas de confirmation de cette volonté de nuire, d’intimider, de museler, de faire taire un ou des journalistes, je ne manquerai pas de demander l’aide des confrères et aussi des instances professionnelles et politiques internationales, notamment le Conseil de l’Europe, l’UNESCO et le Haut Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Dans l’attente d’une décision rapide, je vous prie d’agréer mes meilleures salutations républicaines.

Abdellah Ouahhabi

Les barbouzes bekes sionistes abattent un militant du LKP, Sarkosy, Alliot Marie applaudissent


AU PEUPLE MOBILISÉ !


Chers Camarades, du Centre Hospitalier de Pointe-à-Pitre, je vous adresse ces paroles pour vous rassurer sur mon état de santé. Je suis obligé de rester à l’hôpital puisque je souffre de lésions cervicales et de complications cardiaques consécutives à la violence des coups qui m’ont été portés par les forces de police.

Ma date de sortie n’a pas encore été indiquée mais même si mon corps est atteint, mon esprit reste parfaitement intact et je pense que cette épreuve a encore augmenté ma lucidité et ma détermination. J’étais comme beaucoup d’autres camarades en lutte sur le terrain et notre démarche était pacifique : c’est celle qui a été définie par le L.K.P.

Je suis un combattant aux mains nues !



Or en face de nous, les forces de police n’ont pas hésité à nous agresser sauvagement. Avec des camarades de l’U.G.T.G. et de la C.T.U., nous faisions tout pour calmer le jeu et encadrer les manifestants qui étaient pour la première fois venus nous apporter leur soutien.
Nous avons vu tomber sur nous une véritable tornade de coups de matraque alors que nous avions déjà quitté les abords de la route nationale. Les « mamblo » (Gendarmes) nous ont pourchassés dans les ruelles de Belle-Plaine et même dans la mangrove, ils n’ont pas abandonné leur traque.

C’est ainsi que j’ai compris qu’ils n’étaient pas seulement venus lever des barrages mais qu’ils étaient venus « casser du nègre » comme ils l’ont dit eux-mêmes. Ils m’ont encerclé et frappé. Je dois vous préciser ce qu’ils m’ont dit car je veux que vous compreniez à qui nous avons affaire.

Lors que je recevais des coups de pieds dans le ventre et que je me traînais par terre, voilà ce qu’ils m’ont dit : « On a vu ta sale gueule à la télé, on va te la casser et tu ne pourras plus la montrer. On va vous casser sales nègres, chiens de nègres ! »

J’ai vu qu’ils traînaient par les cheveux, une femme du quartier qui manifestait son indignation lorsqu’ils m’ont frappé. Ma seule arme a été de crier, de hurler ce qui a provoqué la colère des habitants du quartier.

C’est comme cela que j’ai pu en réchapper. Je ne sais ce qui est advenu de cette dame et je lui envoie, de mon lit, mon salut militant. Je la remercie d’avoir eu le courage, elle qui m’a sauvé avec les voisins du quartier. On dit que les Guadeloupéens sont des lâches mais voilà un exemple d’engagement et de courage. Je demande aux militants de resserrer les liens, de s’armer de courage, de renforcer la mobilisation.

Il faut encore élargir nos rangs et approfondir notre combat. C’est toute la Guadeloupe qui est derrière nous. La victoire est à portée de mains. Nous avons écrit une belle page dans le combat pour l’émancipation : la liberté commence aujourd’hui !

Du fond de mon lit d’hôpital, je dis à tous mes frères : « Ansanm nou ka lité ! Ansanm nou ké gannyé ! » (Ensemble nous luttons, ensemble nous gagnerons)

Alex LOLLIA
Pointe-à-Pitre, le 17 Février 2009



Mercredi 18 Février 2009


http://ugtg.org/article_747.html


Monday, February 16, 2009

Affaire Clearstream : Quand Pal Sarkosy fait tomber son fiston de president


L'U.B.S essait de faire pression sur la Justice française...!!! Quels liens y a-t-il entre les affaires des fregates de Taiwan, le Koweit Gate et l'Affaire Clearstream ? Pal Sarkosy !
CHRISTIAN BASANO
EXPERT-COMPTABLE DIPLOME
EX-COMMISSAIRE AUX COMPTES

Mandelieu, le 13 février 2009

Tribunal de Grande Instance de Paris
A l’attention de Monsieur le Procureur de la République
4 Boulevard du Palais – 75001 Paris


LR / AR :

Référence : 0814191029
Plainte pour usurpation d'identité, faux et usage de faux, vol et recels

COPIE à M. le Président de la République, M. le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, M. le Secrétaire Général de l’ONU, M. Ambassadeur des U.S.A à Paris, CEDH, Audiencia Nacional Espana,



Monsieur le Procureur de la République
Près le Tribunal de Grande Instance de Paris


Dans le cadre de la plainte sous rubrique vous avez demandé une procédure d’enquête préliminaire. A cet effet, le 4 novembre 2008, j’ai été entendu par l’Adjudant Hannequin Bertrand, officier de police judiciaire, de la brigade des recherches de Cannes. Outre le procès-verbal d’audition, je lui ai remis 24 documents et un DVD concernant cette affaire.

Vu l’extrême gravité de la situation, l’Adjudant Hannequin a très bien compris ma demande pour l’application des dispositions de l’Article 33 de la Convention des Nations Unies contre la Corruption ; c'est-à-dire la nécessité de protéger ma famille et moi-même pour avoir communiqué des informations sur l’implication de plusieurs Etats dans le détournement de plus de 22 milliards d’US $.

Il est utile de rappeler que Monsieur Yves Bertrand, l’ancien directeur des renseignements généraux, a écrit dans son livre « Je ne sais rien…mais je dirai (presque) tout » évoque cette affaire (pages 187 à 189) : « …Affaire qui, à l’heure où nous parlons, semble porter malheur à ses protagonistes puisque, parmi eux, trois décès suspects sont à déplorer : un ancien agent de la DST (*), un financier suisse de la société BSC Finances, et le président de la société OIL SA… ».

Daniel Levavasseur, l'ex-agent de la DST (*) a été retrouvé pendu à 15M du sol au Dramont (Var) le 2 février 2003 comme le Directeur de la banque Ambrosiano ( !?) – Cet « accident » de parcours montagneux a donc bien été signé (…). Il avait notamment déclaré quelques temps avant aux journalistes français, Alain Dusart et Frédéric Menu : " Il y avait effectivement un dossier et un système de manipulation financière dont ont profité des princes koweïtiens et d'autres…Par un savant mécanisme de comptes bancaires et de crédits imaginaires, des milliards de dollars ont circulé à la faveur de la juteuse après guerre". (Cette déclaration fut publiée le 13 mai 2000 par l'Est Républicain) Daniel Levavasseur avait notamment assurée la protection rapprochée du Cheikh Ahmed Al Sabah qui lui a bien confirmé les transferts de la Banque koweïtienne Al Watani au Luxembourg via la BNP (Audition du 24 novembre 1999 – Juge d’instruction suisse, Christine Junod)

M° Gilbert Collard, le très médiatique avocat, sur le plateau de l'émission (pré-enregistrée et non diffusée, sur ordre d’un certain DSK, le 12 mai 2000, a notamment déclaré « on ne joue plus avec des rigolos, on joue avec de vrais tueurs, des hommes prêts à tout sous prétexte qu'un Etat a des intérêts qui sont reliés par d'autres Etats »

Cette enquête préliminaire démontre bien la sensibilité de cette affaire qui, en restant sous votre responsabilité est soumise au Ministre de la justice (Chancellerie), donc à Monsieur le Président de la République. Nous sommes déjà dans l’application de la nouvelle loi (ayant supprimé le Juge d’Instruction…)

Vous avez demandé un supplément d’enquête sur le rôle de Dominique de Villepin dans le dossier Clearstream. Je suis un peu surpris que la Justice ait pu être manipulée et manipuler le Peuple concernant les listings « Clearstream ». En effet, les comptes « non publiés » ne peuvent pas être portés sur un listing car ils ne sont justement pas publiés ! Ils ont donc bien été rajoutés. Monsieur Gergorin sait très bien qui a fabriqué ces faux listings : une officine commune de la CIA et du MI6, Hakluyt & Co, dont Frank Wisner Jr. est également administrateur. Monsieur Dominique de Villepin publiera quant à lui les vrais comptes (effectivement non publiés) de Monsieur Pal Sarkösy de Nagy-Bocsa et de Monsieur Dominique Strauss Khan. Pour compléter votre information Madame Christine de Ganay, la seconde épouse de Pal Sarkösy de Nagy-Bocsa, a épousé Frank Wisner Jr.( n°2 de l'administration centrale du département d'État des États-Unis). Frank Wisner Jr., qui a été nommé entre temps envoyé spécial du président Bush pour l'indépendance du Kosovo, insiste pour que Bernard Kouchner soit nommé Ministre des Affaires étrangères. Comme le monde est petit…

Concernant le compte N° 231215, je viens d’apprendre que l’UBS (l’Union des Bandits Suisses) a déposé une plainte contre moi ! Je n’ose imaginer que cette tentative d’intimidation n’émane du demi-frère du Président de la République (Pierre-Olivier) qui, après avoir exercé de hautes responsabilités au sein de l’UBS New-York, vient d’être nommé par Frank Carlucci (qui fut le n°2 de la CIA après avoir été recruté par Frank Wisner Sr.) directeur d'un nouveau fonds de placement du Carlyle Group (la société commune de gestion de portefeuille des Bush et des Ben Laden), il gère les principaux avoirs des fonds souverains du Koweit et de Singapour !

Il est également utile de vous rappeler que Monsieur Dick Holm en sa qualité de chef de la CIA à Paris (de 1990 à 1996) a utilisé les fonds du « KUWAIT GATE » pour corrompre notamment de nombreux hommes politiques français ! De hauts responsables de la FED pourraient vous confirmer cette information…

Comme le dit l’adage « Nul n’est censé ignorer la loi », l’Article 4 du code civil créé par la Loi 1803-03-05 promulguée le 15 mars 1803 stipule « Le juge qui refusera de juger, sous prétexte du silence, de l'obscurité ou de l'insuffisance de la loi, pourra être poursuivi comme coupable de déni de justice. »

Dans cette attente, Je vous prie d’agréer, Monsieur le Procureur de la République, l’expression de ma considération distinguée.

Israel ordered UK police to seize Gaza aid vans


Please Visit Viva Palestina Convoy to Gaza and help if you can ! http://www.vivapalestina.org/home.htm
British police have seized three vans that were to form part of a 100 vehicle aid convoy headed for Gaza.

Lancashire police said on Saturday that the seizure was made as part of an anti-terror raid in the northwest of England.

The convoy had been organised by the pro-Palestinian organisation Viva Palestina and left central London on Saturday, the group's website said.

It said the vehicles, which include a fire engine and ambulances, were carrying clothes, blankets and children's toys.

It said volunteers planned to drive 8,000km through France, Spain, Morocco, Algeria, Tunisia, Libya and Egypt where they had hoped to cross the border at Rafah into Gaza on March 2.

Lancashire police said the cargo from the three seized vehicles was being "thoroughly checked by search officers who are working as quickly as they can to ensure that the parcels can be released and continue on to their destination".

Lancashire police said they were searching five houses in the town of Burnley on Saturday after arresting nine men under anti-terrorism laws on a motorway near Preston on Friday.

Six of the men have been released and the remaining three are still in custody. Police can hold them without charge until Sunday night.

"The Lancet" reveals horrendous Israeli war crimes


Feb 14, 2009

The horrendous mortality and morbidity statistics revealed by the paper "The Wounds of Gaza", just published in the prestigious medical journal The Lancet are truly shocking – 1,350 killed (60% children) and 5,450 severely wounded (40% children) in reprisals for zero (0) Israeli deaths from Gaza rockets in the preceding year. This demands International Criminal Court and intra-national prosecutions (e.g. in major Israeli military R & R destination countries Australia, the US, the UK and India) and Sanctions and Boycotts against Apartheid Israel by all decent Australians and indeed all decent people around the world.

The Gaza Strip is a self-governing Apartheid Israeli Concentration Camp ruled by the Hamas Government which won 76 out of 132 seats in the Occupied Palestinian Parliamentary elections held under Israeli guns in 2006 (Fatah won 43 seats) (see: http://en.wikipedia.org/wiki/Hamas ). The Israelis responded by arresting as many Hamas MPs as they could find, the remainder fleeing to Gaza. In the current Israeli Gaza Massacre, the Israelis are evidently bent on "finishing the job" (they have already destroyed the Gaza Parliament House). The war criminal, pro-Zionist Western backers of Apartheid Israel followed suit by declaring the democratically elected Hamas MPs to be "terrorists" and only dealing with the Fatah.

Under the loathed, Nazi-style, racist Apartheid régime in South Africa its Bantustans were policed by police and the worst atrocity was the 1960 Sharpeville Massacre in which South African police killed 69 African protesters (see: http://en.wikipedia.org/wiki/Sharpeville_massacre ) – "The official figure is that 69 people were killed, including 8 women and 10 children, and over 180 injured, including 31 women and 19 children".

Gaza - what the Catholic Church via Vatican justice and peace minister Cardinal Renato Martino and leading US conservative Pat Buchanan both call an Israeli-guarded Gaza Concentration Camp (see: http://www.theaustralian.news.com.au/story/0,25197,24888817-15084,00.html and http://www.youtube.com/watch?v=em8tREX9L8o ) - remains under blockade and under dire threat of further Israeli atrocities, this latest atrocity involving 1,350 Palestinians killed in asserted reprisals for zero (0) Israeli deaths from Gaza rockets in the preceding year and 28 Israeli deaths from Gaza missiles in the preceding 8.25 years, this latter statistic yielding an "annual homicide rate" in "persons killed per million of population" of 0.5 (Israelis killed by Gaza missiles) – as compared to 0.5 (rapist husbands killed by raped wives), 1.0 (violent husbands killed by battered wives), 15 (Israelis by Israelis), 56 (Americans), 100 (Americans by guns), 164 (Palestinians killed violently by Israelis), 200 (African-Americans), 473 (citizens of Detroit, Michigan, USA) and 902 per million per year (annual Palestinian non-violent deaths through war criminal, Geneva Convention-violating Israeli-imposed deprivation) (see Dr Gideon Polya, "Palestinian-Israeli Death Ratios . Nazi-style Israeli Gaza War Crimes": http://mwcnews.net/content/view/27795/42/ ).

However the numerically vastly greater Israel atrocity lies in the avoidable deaths (excess deaths) in the Occupied Palestinian Territory due to Occupier refusal to supply life-sustaining food, medicine and medical services to its conquered subjects "to the fullest extent of the means available to it", as unequivocally demanded by Articles 55 and 56 of the Geneva Convention Relative to the Protection of Civilian Persons in Time of War (see: http://www.unhchr.ch/html/menu3/b/92.htm ).

3,000 under-5 year old Occupied Palestinian infants die every year (about 80% avoidably), this corresponding to 3,000/ 0.7 = 4,286 total avoidable deaths annually (see "Layperson's Guide to Counting Iraq Deaths": http://mwcnews.net/content/view/5872/26/ ), and 4,286 x 8.25 = 35,360 non-violent Occupied Palestinian deaths since September 2000, in addition to the 6,200 violent Occupied Palestinian deaths at the hands of Apartheid Israelis in this period.

In the period 1967-2009 in the Occupied Palestinian Territory, post-invasion non-violent excess deaths totalled 0.3 million; post-invasion violent deaths at the hands of Israelis totalled about 10,000; post-invasion under-5 infant deaths totalled about 0.2 million; there are over 7 million Palestinian refugees (4.3 million registered with the UN) - a Palestinian Holocaust and a Palestinian Genocide as defined by Article 2 of the UN Genocide Convention (see: http://www.edwebproject.org/sideshow/genocide/convention.html ).

Here are some shocking statistics from this report published in one of the World's top medical journals, The Lancet (see: http://www.thelancetglobalhealthnetwork.com/archives/608 ), quote: "The wounds of Gaza are deep and multi-layered. Are we talking about the Khan Younis massacre of 5,000 in 1956 or the execution of 35,000 prisoners of war by Israel in 1967? Yet more wounds of the First Intifada, when civil disobedience by an occupied people against the occupiers resulted in massive wounded and hundreds dead? We also cannot discount the 5,420 wounded in southern Gaza alone since 2000. Hence what we are referring to below are only that of the invasion as of 27 December 2008.

Over the period of 27 December 2008 to the ceasefire of 18 Jan 2009, it was estimated that a million and a half tons of explosives were dropped on Gaza Strip. Gaza is 25 miles by 5 miles and home to 1.5 million people. This makes it the most crowded area in the whole world. Prior to this Gaza has been completely blockaded and starved for 50 days. In fact since the Palestinian election Gaza has been under total or partial blockade for several years....

Death toll

As of 25 January 2009, the death toll was estimated at 1,350 with the numbers increasing daily. This is due to the severely wounded continuing to die in hospitals. 60% of those killed were children.

Severe injuries

The severely injured numbered 5,450, with 40% being children. These are mainly large burns and polytrauma patients." End quote.

While in the 1960 Sharpeville Massacre the South African police used handguns, the weapons used by Israelis on its Gaza Concentration Camp in 2008-2009 included phosphorus bombs (inflicts horrendous burns), heavy bombs including depleted uranium and DIME bombs (limb-slicing dense inert material explosives), fuel air explosives (bunker busters and implosion bombs), silent bombs (a new particle weapon?) and "conventional" automatic handguns (that were also used in documented executions of Gaza civilians ordered out of their homes by Israeli troops).

These atrocities demand (1) direct UN military intervention armed with already-passed UN General Assembly and Security Council Resolutions; (2) intra-national and inter-national Sanctions and Boycotts against Israel, its Zionist or pro-Zionist backers in the US, Canada, the UK, the EU and Australia and indeed against all the countries backing Israel; and (3) arrest and trial before the International Criminal Court (ICC) of all complicit Israeli politicians, officials and military wherever they can be apprehended throughout the world.

One of the best-known Jewish scholars in the world today, Professor Jared Diamond, in his best-selling book "Collapse (Prologue, p10, Penguin edition) enunciated the "moral principle, namely that it is morally wrong for one people to dispossess, subjugate, or exterminate another people" – an injunction grossly violated by Israel.

Further, "zero tolerance for racism", "never again to anyone" and "bear witness" are the fundamental, moral messages from the Jewish Holocaust (5-6 million dead, 1 in 6 dying from deprivation), the World War 2 Holocaust in general (30 million Slav, Jewish and Roma dead) and the World War 2 Eastern Theatre Holocaust (35 million Chinese dead under Japanese occupation and 6-7 million Indians starved to death by the British in the man-made 1943-1945 Bengal Famine - for details of the latter "forgotten" Bengali Holocaust see the BBC broadcast in which I participated together with 1998 Economics Nobel Laureate Professor Amartya Sen, Harvard University, medical historian Dr Sanjoy Bhattacharya, Wellcome Institute, University College London, and other scholars: http://www.open2.net/thingsweforgot/bengalfamine_programme.html ; see also "Media lying over Churchill's crimes. British-Indian Holocaust": http://mwcnews.net/content/view/26713/42/ ).

These fundamental moral injunctions from the Jewish Holocaust and the World War 2 Holocaust in general of "zero tolerance for racism", "never again to anyone" and "bear witness" are also being grossly violated by the Zionists running Israel and their racist, genocidal US Alliance backers..

If the World unjustly continues to accept that after 40 years of Israeli Occupation it is "right" for 4 million Occupied Palestinians (50% children, 75% women and children) to continue to be subject to highly abusive, race-based mass imprisonment without charge or trial then it should at least urgently insist that they should be Occupied immediately by a Civilized Country e.g. by a peace-keeping force from a Civilized Country such as Costa Rica (no army), Switzerland (neutral country) or Fiji (distinguished record of participation in peace-keeping) with International and US Guarantees of territorial integrity and total airport level security for Nazi-style, Zionist, Apartheid Israel.

GAZA LIVE COVERAGE



Yahia Abou Zakariya, un enfant du peuple candidat à la présidentielle


De son lointain exil, l’enfant du quartier populaire de Bab-El-Oued à Alger où il est né le 23 septembre 1964, Yahia Abouzakariya annonce sa candidature à la présidentielle du 9 avril prochain.


Journaliste et écrivain contraint à l’exil par un régime déclaré ennemi de la liberté d’expression, Yahiya Abou Zakariya très connu à travers son franc parler aux débats organisés par la chaîne qatarie Al-Djazeera auxquels il a pris part et à travers l’émission « Doissiers maghrébins » qu’il animait sur la chaîne Al-Alam qui lui a valu pas mal de déboires dont l’exclusion suite aux incessantes interventions des gouvernants algériens qui n’admettaient pas les invitations faites aux figures intellectuelles qui dénonçaient le régime d’Alger.


Si la candidature de Yahia Abou Zakariya venait à être officialisée, il est certain que nous assisterons pour la première fois dans la vie politique algérienne à une confrontation opposant un candidat issu du sérail à un candidat issu des milieux populaires.


Avec un programme politique qui accorde la priorité au savoir et à la science et tenant compte des véritables besoins des Algériens en matière de logement, emploi et droit à une vie décente et digne, Yahia Abou Zakariya compte avant tout sur son intégrité morale et sa probité pour convaincre les électeurs et électrices.


Nous reviendrons bientôt sur ce candidat pas comme les autres.

Hichem ABOUD



Saturday, February 07, 2009

Warning Terror event 07 Feb 2009: Israeli 'dirty bomb' false flag terror operation in final phase in Europe

Andrew Warren, CIA operative involved with CIA-Mossad (Alliance Base) networks in Algiers bombings 11 April/December 2007 and 'dirty bomb' plots in Europe


'OPERATION NOVEMBER 1950 : Israel, France, Grande Bretagne et Allemagne preparent des operations terroristes de type 'bombes sales' dans plusieurs grandes agglomerations européenes afin de lancer l'Europe dans une guerre contre l'Iran'



Selon les revelations 'd'Operation November 1950', reseaux d'officiers Musulmans, nous vous decrivions les preparatifs israeliens d'attentats en Europe au mois de Novembre 2008 http://islamic-intelligence.blogspot.com/2008/11/operation-november-1950-sarkosy-zionist.html


Nous vous expliquions egalement que la France etait de la partie ainsi que l'Allemagne et la Grande Bretagne, et qu'a l'interieur de ses pays, nous decrivions comment plusieurs cellules de crise ont été mise en place au sein de l'armée et de la gendarmerie pour identifier les reseaux israeliens responsables de ces operations en France notament.


Nous vous informions que le GSPC/AQMI de Bernard Squarcini, devait servir de pigeons pour les operations, en remontant dans les investigations, plusieurs pays, dont la Russie, ont mis la France et l'Allemagne sous tres haute surveillance car ceux-ci soupconnent la mafia gouvernementale israelienne basée a Paris d'avoir recuperé par l'intermediaire de reseaux corses et d'Europe de l'est, du materiel nucleaire pour fabriquer des bombes sales.


Nous vous confirmions que la relance de l'affaire Mecili n'était pas du a l'arrestation du commanditaire homonyme du meurtre d'Ali Mecili, mais etait en relation avec les attentats organisés par le gouvernement Sarkosy les 11 Avril/Decembre 2007 dans le cadre de l'integration forcée d'Israel au bloc sud-Europe au sein du l'UPM (Union Pour la Mediteranée) http://islamic-intelligence.blogspot.com/2008/12/terrorisme-francais-en-algrie-sarkosy.html


Recement, un operationnel americain du nom d'Andrew Warren, a éte arreté pour viol de deux femmes Musulmanes en Algerie http://www.newsweek.com/id/182559 . L'arrestation de Warren est comme celle du chef de protocol Hasseni, liée aux attentats des 11 Avril/Decembre 2007 a Alger, car le dénommé Warren savait exactement le jour et la date des attentats, alors que nous avions averti trois semaines a l'avance d'operations sur Alger a chaque fois http:// islamic-intelligence.blogspot.com/2009/02/israel-sarkosy-lupm-hasseni-andrews.html


La question etait de savoir comment Warren etait au courant pour les attentats d'Alger sur l'ONU. Andrew Warren a écrit un livre “The People of the Veil” il y a plusieurs années ou il decrivait comment un diplomate americain du nom de Nick Phillips, fut pris dans une 'révolution islamique' en Algérie, dans laquelle il 'integrat' une filiere CIA-Mossad travaillant avec des 'groupes terroristes algériens', sur plusieurs operations terroristes dont le but etait de faire exploser des tetes nucleaires dans plusieurs villes europeenes et americaines... CQFD


L'Espagne a mis la main sur une filiere israelienne du mossad indo-pakistanaise pres de Barcerlone il y 72 heures.... Selon les dernieres informations que nous avions, les israeliens declencheront les operations suite a l'election, pas encore confirmée, de Netanyahu, l'officier de tutelle de Sarkosy, cinq jours apres les elections sionistes.


Ce jour, Joe Biden, nouveau vice-president, aurait prevenu directement Merkel que les USA ont perdu la trace de plusieurs dizaines de kilos de plutonium pouvant servir a la fabrication d'au moins 6 a 8 bombes sales... Sarkosy et Merkel sont connus pour etre des operationnels israeliens...


Ne dites pas que vous ne saviez pas...

Wa Allah swt 'alam

Abu Suleyman

http://islamic-intelligence.blogspot.com/

Friday, February 06, 2009

Panique a L'Elysée et chez les pantins harkis d'Alger : Sarkosy ne peut rien pour Belkheir !


Le Collectif Contre l’Impunité c’est du concret

Le Collectif Contre l’Impunité (CCI) est constitué. La majorité de ses membres fondateurs se sont réunis les 28 et 29 janvier 2009 à Paris pour lui donner une réalité, une stratégie et un programme de travail pour les semaines à venir.

D’abord, ce Collectif auquel tous les Algériens peuvent adhérer selon les statuts et les règles de fonctionnement qu’il s’est donné s’inscrit dans le cadre d’une Convention Algérienne d’Action Civique (CAAC) dont la plateforme est en préparation. D’autres structures verront, donc, le jour dans le même cadre.

Le Collectif Contre l’Impunité qui disposera d’ores et déjà d’un site Internet qu’Agir pour l’Algérie héberge est, pour l’instant, en train de faire des démarches pour adhérer en tant que tel à des Organisations Non Gouvernementales (ONG) ayant le même but et le même objectif que le CCI comme, par exemple, TRIAL - Track Impunity Always, une association de droit suisse qui lutte également contre l’impunité des responsables, des complices ou des instigateurs de génocide, de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de torture.

Dans un premier temps, pour des raisons d’efficacité, le Collectif Contre l’Impunité introduira auprès des instances internationales des procédures contre les responsables de crimes massifs avoués par leurs instigateurs.
Nous tiendrons, évidemment, nos adhérents et nos lecteurs à la fois des procédures engagées et leur suivi.

Que les criminels payent

Par Khaled Mokhtari*



Le Comité Contre l’impunité, portant sur la poursuite judiciaire " internationale" de ceux qui ont terrorisé un peuple, après l'avoir affamé doit réparer une injustice commise par ce "pouvoir créé de fait" à l'encontre de nos Compatriotes. Cette injustice, incarnée par une charte désignée comme, ré conciliante...! avait mis la victime et son bourreau sur le même pied d'égalité.

Une charte qui méconnaît un principe fondamental dans les annales des droits de l'homme qui celui du Droit au Juge. La méconnaissance d'un tel droit, aux victimes soient-elles directes ou indirectes des massacres perpétrés contre toute une Nation, ne peut que nous guider à un seul et unique constat, selon lequel les commanditaires de ces crimes et génocides ne peuvent être que ceux qui ont décidé de cette charte.

Peut on cautionner que l'auteur des massacres puisse échapper facilement sans qu'il ne soit interrogé? Peut on dénier le droit d'agir en justice aux ayants droits des victimes? Peut-on accepter que la cicatrice et la douleur de la Patrie puissent être pardonnées par cette simplicité? Je ne crois pas qu'il y a un seul "homme" digne de ce nom qui puisse accepter ce fait. Aujourd'hui, nous dit Albert Camus, Il n'y a ni aveugle, ni sourd ou muet, il y a simplement des complices.



Des complices, il y en a, bien évidemment, mais peuvent-ils se regarder dans leurs miroirs. Répondre à ces questions ne nécessite pas un temps de réflexion ou de pondération. La réponse, pour un algérien, propre, intègre et digne de ce nom, doit se résumer en une seule phrase: les responsables doivent payer. Traquer ces criminels va réhabiliter l'Algérie et donner un sens à la vie aux Algérien(ne)s.

En revanche, cela permettra à son tour de faire tomber les feuilles de raisin sur ces riches qui ont émergé dans une période ou le feu ravageait le pays. Avez-vous posé la question: Cette violence n'avait elle pas un effet créateur de ces riches de la dernière minute. Comment ceux là ont pu investir alors que le pays baignait dans l'instabilité? Je ne suis pas contre l'initiative créative, mais contre l'anarchie créative.

Ces crimes et cette violence ont conduit à la dilapidation des richesses du peuple, sans qu'il ne se rende compte. Ces actes barbares ont appauvri le peuple et l'Algérie malgré nos richesses. De l'autre côté, les décideurs et leurs courtisans se sont bien enrichis. N'est il pas là un enrichissement sans cause caractérisé? Le Comité Contre l'Impunité saura, par l'implication de tout algérien, constituer une opportunité pour répondre à de telles interrogations et pour cette raison, j'adhère.

* Membre fondateur du CCI


Israel n’a pas fait avec El-barghouthi ce qu’a fait avec moi le régime algérien lors de ma détention.


- A ce jour, je ne connais pas les conditions dans lesquelles mon fils a disparu
- En ce qui concerne la chariaâ, la référence de tout musulman c’est le livre saint (le Coran) et la sunna (la conduite) du prophète (prière et salut d’Allah sur lui) et non pas Al-Qaeda.


Suite à l’entretien que nous a accordé le cheikh Ali Benhadj, nous avons reçu un important courrier contenant les questions les plus diverses que nous avons soumises au concerné.


Nous n’avons pas opéré de sélection, mais nous avons synthétisé les questions afin d’éviter les répétitions inutiles. Nous avonsdéjà publié une première partie des réponses, nous vous livrons, aujourd'hui, la deuxième partie.




5/ Est-ce que vous approuvez les actions armées de l’organisation « Al-Qaeda au Maghreb Islamique » comme celle qui a ciblé le palais du gouvernement et le siège de la représentation de l’ONU à Alger ?

Il faut savoir que l’organisation d’Al-Qaeda n’existait pas en Algérie du fait qu’elle a été créée en 1998 pour cibler les intérêts américains. Par la suite, certains groupes se sont affiliés à cette organisation dans plus d’un pays. Mais, cette affiliation est beaucoup plus médiatique qu’effective. Pour ce qui concerne l’Algérie, certains hommes politiques, dont le ministre des collectivités locales, Dahou Ould Kablia, et l’ambassadeur d’Algérie au Caire, Abdelkader Hadjar, ont nié la présence de cette organisation dans notre pays. Tandis que d’autres affirment le contraire. Il y a plutôt pas mal de contradictions sur ce sujet. La présence de cette organisation en Algérie est-elle réelle ou simplement médiatique et cela sert les intérêts du régime qui est en quête de sympathie auprès de la communauté internationale pour durer au pouvoir sous prétexte qu’il combat Al-Qaeda aux côtés des Américains et des Français.

Pourtant, les centres d’études aux USA et en France n’accordent pas une si grande importance à cette organisation au Maghreb. Bien au contraire, il y a des observateurs qui accusent certains régimes d’amplifier le rôle d’Al-Qaeda au Maghreb pour couvrir les causes réelles de la violence en Algérie, au Maroc et en Mauritanie. Même la Tunisie, qui commence à serrer l’étau autour des forces de l’opposition, trouve prétexte qu’elles ont des relations avec l’organisation d’Al-Qaeda.

Quant aux opérations que vous venez de citer, il faut qu’il y ait une enquête menée par un organe indépendant pour savoir qui est derrière et qui en tire profit. Je ne suis pas du genre à faire dans les dénonciations tous azimuts ni de ceux qui soutiennent n’importe qui. Je suis de ceux qui cherchent une solution politique à la crise algérienne qui verra la participation de toute la classe politique, pouvoir et opposition, à travers un congrès rassembleur qui mettra les points sur les « i » et au cours duquel on débattra de la crise, de ses causes et des voies efficaces qui aideraient à sa solution. Il faut trouver les moyens adéquats pour liquider les effets de cette crise de manière juste et équitable pour toutes les parties. En dehors de cette thèse qui est adoptée par les sages, la crise persistera et s’amplifiera davantage et sa solution finale ne sera que plus difficile.



6/ Que pensez-vous d’Al-Qaeda ?
Le fondateur de cette organisation jouissait de ses droits politiques en Arabie saoudite. Il n’a été déchu de sa nationalité saoudienne qu’en 1996. Durant toute cette période (de 1991 à 2003), j’étais en prison. Par conséquent, je n’ai aucune relation avec Al-Qaeda. Ceci pour le côté historique.

En ce qui concerne la chariaâ, la référence de tout musulman c’est le livre saint (le Coran) et la sunna (la conduite) du prophète (prière et salut d’Allah sur lui) et non pas Al-Qaeda. Cependant, il appartient à tout musulman de souhaiter la victoire à toute organisation islamiste qui combat l’agresseur étranger. Il y a bien une différence entre soutenir une organisation qui défend un droit légitime et l’adoption des thèses de cette organisation.

A chaque pays ses spécificités et ses hommes qui sont les mieux placés pour connaître les voies les plus appropriées pour la défense des droits légitimes. Quand le Front Islamique du Salut a été créé, il n’avait pas attendu la permission de telle ou telle autre organisation. Il est né au cœur de l’Algérie et de la matrice d’une société qui souffre de problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels. Ceci est une évidence.
Quand nous soutenons le mouvement Hamas à Ghaza, cela ne signifie pas nécessairement qu’on en fait notre référence sur toutes les questions. Tout comme nous n’imposons pas nos positions sur les autres groupes et mouvements politiques. Chaque organisation active et œuvre selon une réalité propre à elle. Il est impératif de tenir compte de cette question qui est d’ordre idéologique.



7/ Est-ce que c’est vous qui avez poussé votre fils à se rendre au maquis et rejoindre les groupes armés ?
A ce jour, je ne connais pas les conditions dans lesquelles mon fils a disparu. Tout ce que je sais, je l’ai appris par ce qui est écrit dans la presse et à travers les comparutions devant la justice où est évoqué le nom de mon fils. J’ai assisté à certaines audiences et j’ai vu que les prévenus affirment que leurs déclarations faites à la police l’ont été sous la torture. Un autre prévenu affirme avoir recruté mon fils avant de se rétracter lors de l’audience suivante. Un fois il dit avoir été chargé du recrutement de mon fils avant de se rétracter pour dire qu’il a rencontré au maquis. L’auteur de ces déclarations est âgé de 38 ans, alors que mon fils en 20 de moins. Cette différence d’âge pose pas mal d’interrogations.

Autre point à relever, c’est que mon fils a disparu alors qu’il venait d’avoir 18 ans et 18 jours. C’est comme si on attendait qu’il atteigne cet âge pour qu’il disparaisse.

Dans une autre audience au tribunal, d’autres personnes disent avoir recruté mon fils. Derrière toutes ces contradictions, la vérité brille par son absence. Il n’y a que des photos et des vidéos réalisées par des anonymes et sur lesquelles on ne peut pas s’appuyer légalement pour connaître la vérité. D’autant que le ministre de l’intérieur et le directeur de la sûreté nationale ont déclaré que l’infiltration des groupes armés est devenue légale.



8/ Pourquoi ne lancez-vous pas un appel à votre fils et à ses compagnons pour déposer les armes ?
Je ne veux pas en faire une affaire personnelle. Je veux une solution politique juste, globale et équitable permettant à tous ceux qui ont pris les armes de se replonger dans les bras de la société au sein de laquelle ils jouiraient de tous leurs droits politiques, civiques et sociaux ainsi qu’en matière de prédication et d’information. De sorte qu’aucun citoyen algérien n’aurait à souffrir de l’exclusion ou de la marginalisation quelle que soit sa tendance politique ou idéologique.

Tant que le régime n’entre pas dans une phase de solution politique globale, il continuera, par sa répression, à entretenir les diverses apparences de la violence. Des groupes descendront du maquis au moment où temps y vont. D’autres groupes de jeunes seront contraints à quitter le pays dans ce qu’on appelle la « harga » et d’autres constitueront des bandes du crime organisé. Et cela sera plus dangereux pour la société que l’action armée.



9/ Que pensez-vous de l’accord passé entre l’AIS et le pouvoir ?
Je n’ai pas pris connaissances des clauses de cet accord. Quand il a eu lieu, j’étais à la prison militaire de Blida coupé du reste du monde. Et ce que je sais c’est que du côté officiel, c'est-à-dire du côté du ministère de la défense nationale et par la voix de l’ancien chef d’état-major, il n’y a aucun accord écrit entre les deux parties. Il défie quiconque en possession d’un accord écrit de le montrer. Ce défi est lancé à ceux qui ont négocié au nom de l’AIS. A ce jour, ces derniers n’ont pas répondu à ce défi lancé par Lamari en public à travers la télévision.

D’autre part, la majorité des frères qui ont déposé les armes dans le cadre de la politique de concorde nationale souffrent encore pour le recouvrement de leurs droits politiques, civiques et sociaux. Ils se comptent par milliers. L’administration et les différents services de sécurité se jouent de leur affaire. Le comble c’est quand le président de la république, dans un de ses discours, dit regretter que leur droit soit bafoué. Cela prouve que l’affaire le dépasse et est entre les mains de ceux qui l’ont amené à la tête du pouvoir. Cela prouve, aussi, qu’il est incapable d’honorer ses engagements pris devant le peuple durant ses deux derniers mandats.



10/ Pouvez-vous nous parler des conditions de votre détention, notamment la période d’isolement ?
D’abord, j’étais à la prison militaire de Blida. Ensuite, j’ai été transféré à la prison de Tizi-Ouzou alors que les autres frères codétenus sont restés à Blida. Lors des négociations avec le ministre de la défense nationale, Liamine Zeroual, les frères ont demandé à ce que je sois associé à ces négociations. Je les ai rejoint à Blida.

Avec l’échec des négociations, j’étais plongé dans un isolement total, d’abord à Blida ensuite à Tamanrasset sans que ni moi ni ma famille ne savions où j’étais. Moi, je pensais que j’étais à Illizi, d’après ce que j’ai entendu. Ce n’est que plus tard que j’ai su que j’étais à Tamanrasset. J’étais interdit de visite. Le régime m’a mis dans l’isolement total durant cinq années. Ce qui est une grave violation des droits du détenu. Même le détenu de droit commun ne peut pas subir pareil isolement qu’en serait-il alors du détenu purgeant une peine pour des raisons politiques que nul n’ignore.

Il n’est pas raisonnable de priver un détenu de la visite des membres de sa famille durant une si longue période. Cela ne s’est pas passé durant la période coloniale et ni en Israël ni à Guantanamo il n’y a eu autant de violations des droits du détenu politique. Israel n’a pas fait avec El-barghouthi ce qu’a fait avec moi le régime algérien. En prison, El-Barghouthi pouvait communiquer avec sa famille, recevoir des journalistes et communiquer. Alors que moi, en Algérie, j’étais dans l’isolement total.

Ma famille qui a frappé à toutes les portes, des ministères de l’intérieur, de la défense nationale, de la justice et de la présidence de la république, n’a pu obtenir une réponse satisfaisante. Nul ne pouvait lui indiquer l’endroit où je me trouvais. C’était là l’une des pires formes de tortures.



Propos recueillis par Hichem ABOUD



A suivre



http://www.racinesdoutremed.com/ali-benhadj-entretien4