Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Wednesday, March 25, 2009

As confirmed by Islamic-Intelligence blog, 'operation November 1950: dirty bomb plots' warned that Zionist jews in UK, France and Germany are behind


Arch-Terrorist Netanyahu, brainmaster of 9/11, Madrid and London bombings, with war criminal Blair,
TERROR WARNING, 29th March 2009 : Israeli Terror Attack planned for the following weeks. As informed by our sources, many countries had warned Obama that he is the target of the London zionist jews. We remind you in this excellent video 'Ripple Effect' how israelis bombed London on the 7th july 2005, during the G8 meeting in Gleaneagles, and how israeli puppet Blair's government helped them.
ISRAEL AND THE DIRTY BOMB PLOTS : RIGHT AFTER THE CONFIRMATION OF THE NAZI GOVERNMENT OF NETANYAHU, UK ZIONIST GOVERNMENT CONFIRMED THAT THEY ARE READY TO TAKE PART TO THE NEXT EUROPEAN STAGED FALSE FLAG OPERATION TO SUPPORT ISRAEL 'S WAR ON IRAN






AS REVEALED IN THIS BLOG, BY 'OPERATION NOVEMBER 1950', INTELLIGENCE NETWORKS IN NOVEMBER 2008, THAT ISRAEL NAZI GOVERNMENT WILL LAUNCH MAJOR TERRORIST OPERATIONS CALLED 'DIRTY BOMB' USING RUSSIAN NUCLEAR MATERIAL STOLEN BY ZIONIST JEWISH MAFIA, THROUGH THEIR ZIONIST JEWISH GOVERNMENTS IN THE UK, FRANCE AND GERMANY...
WE WARNED THAT BRITISH, FRENCH AND GERMAN GOVERNMENTS WERE WORKING HARD TO FIND PATSIES FROM THE FRENCH 'FALSE ISLAMIC GROUPS' SUCH AS 'GSPC/AQMI' AND OTHERS BRITISH INTELLIGENCE FALSE 'ISLAMIC GROUPS' AFTER THE CONFIRMATION OF THE NEW NAZI ISRAELI GOVERNEMENT LED BY ARCH-TERRORIST NETANYAHU FIVE MONTHS AGO AS DESCRIBED IN THIS ARTICLE :








WHAT A TIMING ! HAVE A LOOK AT THIS ARTICLE, YOU'LL UNDERSTAND ISRAEL'S TERRORIST CAMPAIGNS SINCE 9/11 AND HOW US/UK/FRANCE/GERMANY ZIONIST GOVERNMENTS ARE LYING TO START NEW CRUSADES IN THE MIDDLE EAST :














ABU SULEYMAN


ISLAMIC-INTELLIGENCE




Comme annoncé par le blog Islamic-Intelligence deux mois auparavent, l'agent israelien Mohamed Dahlan assassinera Abbas et blamera le Hamas


"Otv" Libanaise : Mohamed Dahlan est entré à Beyrouth, 2 jours avant l'assassinat de Kamel Medhat



Beyrouth - CPI
www.palestine-info.info


La télévision "Otv" Libanaise allié au dirigeant Libanais, Mitchell Aoun a rapporté, le mardi 24/3, selon des sources qu'elle avait désigné de bien informées, que Mohamed Dahlan, l'ancien dirigeant sécuritaire proche du président sortant de l'autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est entré à Beyrouth, deux jours seulement, avant l'assassinat du dirigeant du Fatah, au Liban, Kamel Medhat.


Les sources ont affirmé selon la Télévision "Otv", que Dahlan est entré avec un passeport égyptien, et a résidé à l'est de Beyrouth.


Il est à noter que les palestiniens ont accusé l'entité sioniste et ses alliés de l'assassinat du dirigeant patriotique palestinien, Kamel Medhat, qui tentait d'unir les palestiniens et que son assassinat vise de frapper le consensus national palestinien.

Genocide in Gaza : Videos of Gaza war crimes investigation

Guardian Films, the documentary arm of the Guardian Newspaper, has produced a series of films on alleged war crimes committed by Israel during the 23-day offensive against Gaza earlier this year.

The films focus on three separate cases of alleged war crimes; (1) The use of Palestinian children as human shields. (2) The systematic targeting of medics and hospitals by the Israeli Army. (3) The use of state of the art precision weapons such as UAV aircraft to fire on groups of unarmed civilians.

Three documentaries produced by Guardian Films and Clancy Chassay made during a month-long investigation add weight to calls this week for a full inquiry into the events surrounding Operation Cast Lead which left over 1400 Palestinians dead.

You can watch the three films HERE

Solidarity with Christopher Bollyn

WE ASK KINDLY OUR READERS TO PROVIDE IN EMERGENCY FINANCIAL SUPPORT TO MR CHRISTOPHER BOLLYN WHO IS A GENUINE, AUTHENTICAL, FREE AND INDEPENDANT JOURNALIST WORKING ON 9/11 AND OTHER MAJOR STAGED TERRORIST AND FALSE FLAG OPERATIONS.

THANK YOU IN ADVANCE FOR YOUR PRECIOUS HELP,

WA BARAK ALLAH FIKUM

NOTICE FROM CHRISTOPHER BOLLYN,

Dear Friends and Supporters,

I am writing to explain why my website www.bollyn.info has not been working for the past week. Basically, it is because my website has been hijacked by the technical administrator, an Estonian named Aivar Hiienurm, who has a web-hosting business called Holyfield Studios. While he is the person who is directly responsible, I suspect he is acting on behalf of others.

Mr. Hiienurm's website is at www.holyfieldstudios.com
His email is: aivar@unison24.com
His phone number is: (372) 58 176 515

Without going into great detail, my wife and I have had problems with our Estonian-managed websites since January. Helje's website, www.elaestonia.org, was severely corrupted with malicious code that scared readers away and rendered it virtually unusable. This website deals solely with the M/V Estonia ferry catastrophe of September 1994, in which she lost a loved one. My website www.bollyn.info, which also deals with this sinking, was the next to be hijacked. I could see the writing on the wall and warned my readers ahead of time.

We suspect the hidden hand of Estonian military intelligence is involved in these problems. Helje organized two extremely important Estonia truth events in September (with Jutta Rabe) and November (with Anders Bjorkman) 2008 in Estonia that exposed crucial new information into the sinking. After these events she collected 150 signatures of relatives of Estonia victims demanding their government re-open the investigation. Shortly thereafter our troubles began. We were forced to leave Estonia at the end of January or face prosecution.

I wrote about these Estonia-related events on www.bollyn.info and was amazed at how many readers were interested in the article about the Estonian spy Herman Simm and his role in the Estonia cover-up. Furthermore, my chapter about the war games that were on-going during 9-11, the London bombings, and the Estonia sinking, was read by some 50,000 readers and was the second most popular article until my article about Bernard Madoff passed it in early March.

This leads me to think that Estonian military intelligence, which is controlled by U.S. military intelligence, is behind these attacks. Estonia is a very small country and the intelligence circles are extremely small. I came across a very important piece of information about the Estonia sinking last summer and decided to act on it in December or January.

What I had learned was that a person named Toivo Treima, a senior Estonian military intelligence agent, had handed the surviving captain of Estonia, Avo Piht, over to the "American side" at a Swedish navy base shortly after the sinking. As my Estonia readers will recall, Capt. Avo Piht is one of the dozen or so key people who were reported as having survived the sinking and who disappeared from their hospital beds the following day – never to be seen again.

When the Herman Simm spy scandal broke, Toivo Treima suddenly left his position at the Baltic Defense College in August 2008 and became a priest in the newly-founded Estonian Orthodox Church. This is, of course, not a real church. Estonians who are religious are usually Lutheran, although very few Estonians are religious these days; Russians are orthodox.

What we know about Toivo Treima is that in the early 1990s he worked with a fake Swedish church group called Livets Ord, which was actually a Zionist outfit dedicated to finding Jews in the former Soviet Union and Warsaw Pact states and bringing them to Israel. Livets Ord is headed by a Swedish Jew named Ulf Ekman. This fake Christian operation was called Operation Jabotinsky. The Estonian press wrote that Treima operated between Israel and Sweden and lived in both countries.

Later, Treima was taken to the United States where he studied with the U.S. military in Norfolk, Virginia, and Fort Hucachuca, Arizona. Fort Hucachuca is the training center for U.S. Army Intelligence. A person from Fort Hucachuca was behind getting me kicked off of RumorMillNews.com about a year ago.

I tried to go to Treima's "ordination" in October and spoke with Mrs. Treima to arrange an interview with her husband, the new priest. I didn't get an invitation or an interview, but one of the first things she said was that they had never been to Israel, media reports notwithstanding.

When I broached this subject with Estonians who are supposedly interested in getting to the truth of what happened they reacted in one of two ways: they either freaked out or ignored it as not important. If it is true that Treima was involved in the disappearance of Capt. Piht, then it is the key to exposing the whole can of lies about what happened to the weapons-smuggling ferry that sank with nearly 1,000 lives lost. There is more to this story, but that can wait. This is the background about what we think is behind our website problems. Estonia is a country of fewer than 1 million Estonians. Its population is smaller than a small American city. Condoleezza Rice said the other day that it is a country in an extremely "dire situation." They followed the American (Milton Friedman) model, rather than the German model of development, which is why they are in such dire straits. 18 years after independence and they still don't have a direct train link to Germany!

Well, in any case, we hope to be online very soon, although it might be bollyn.com that will be functioning first. I have a very interesting article to post about the Arthur Nadel scam and how it is connected to Bernard Madoff and Israel Discount Bank of New York. I have a good explanation about why Art Nadel is being held in the same jail in New York as Madoff, although his crimes took place in Florida.

Thank you for your support. I am not giving up.
Donations can be sent to bollyn@bollynbooks.com


Many thanks and best wishes,

Christopher Bollyn

Tuesday, March 24, 2009

Le Sheykh Ali Benhadj est pret a confronter quiconque devant une juridiction nationale ou internationale

Le gouvernement francais, accusé d'avoir organise le coup d'etat de janvier 1991 et d'avoir crée les GIAs, GICM, GSPC/AQMI pour conserver le controle des hydrocarbures est sous pression de plusieurs enquetes judiciaires internationales. Dans sa derniere intervention, le Sheykh Ali Benhadj est pret a confronter quiconque, devant des juridictions nationales ou internationales compétentes, affirme que ce n'est pas la France et ses agents-generaux harkis dont Belkheir, Lamari, Touati, Nezzar, Mediene etc... qui sont derrieres la guerre civile, le terrorisme et le massacre de civils innocents.

Le cheikh Ali Benhadj à Bouteflika « vous avez révélé votre véritable conception de la réconciliation »
Le cheikh Ali Benhadj n’a pas tardé à répliquer à Bouteflika qui, dans son discours prononcé le 21 mars à Tlemcen, s’en est pris à ceux qu’il a qualifié de repentis, « alors qu’il n’y a de repentir que pour Allkah et non pas pour le pouvoir » comme souligné dans le texte que nous reproduisons écrit de la main du cheikh Ali Benhadj.

Sunday, March 22, 2009

UK terrorist networks are in the hands of british-israelis like Jonathan Evans head of MI5, Jack Straw and David Milliband, puppets Blair-Brown






There is mounting political pressure for an independent judicial enquiry to be held into the abduction and torture of Binyam Mohamed, who recently returned to the UK after being released from Guantanamo.


Lord Carlisle, the government's own terrorism watchdog, has called for a judicial enquiry and this has been echoed by a senior Conservative MP, David Davis, who is quoted as saying:
"I am convinced... that Binyam Mohamed was actually tortured. ...I am pretty convinced that we knew about it, and I'm reasonably convinced - I think there's a prima facie case - that we colluded in it in some way."


The unambiguous claim made by Binyam Mohamed is that it could only have been British intelligence that supplied his abusers since the series of questions asked by his torturers required specific knowledge of his life in the UK.


Also, Binyam's revelation that it was British intelligence who interrogated him in Karachi, at the beginning of the many years of his ordeal, makes it incredible to think that the subsequent torture of this man was outside of the UK government's knowledge.


So far, the government has not used their ultimate defence of denying a judicial enquiry on the basis of "national security" and it is uncertain if this claim could be sustainable in light of the increasing pressure to investigate.


The Binyam Mohamed case is not likely to be an isolated criminal act but part of a much broader British collusion in a programme of extraordinary renditions, torture and extra-judicial custody - all in the name of "national security". It is of utmost concern that values of liberty, the rule of law and accountable government have been contravened in light of a meta-narrative of security.
Something for us all to consider is what impact do immoral and illegal actions abroad have on our liberal values at home? For sure, the government will make the incredulous claim that there is no connection, but for us who can see the state's incursion into private space and freedom the connection is very apparent.





OTHER EVIDENCES THAT BRITISH POLICE IS USING ISRAELI TORTURE METHODS TO BUILD UP FILES AND CASES AGAINST INNOCENTS: TIME FOR AN INTERNATIONAL INQUIRY AGAINST BRITISH -ISRAELIS TORTURE NETWORKS INSIDE BROWN'S CABINET IN LONDON, MANCHESTER AND GLASGOW


PRESS RELEASE: Wednesday 18th March 2009
FROM THE FAMILY OF BABAR AHMAD


Five years ago, in December 2003, Babar Ahmad was released from police custody. He was battered and bruised from head to toe. He was limping and we could not even embrace him due to his injuries.

In our fight for justice, many doors were slammed in our faces. Firstly by the Police, then the Independent Police Complaints Commission, then the Police tribunal which praised those very officers for their bravery.


Today The Metropolitan Police have finally admitted full liability for the brutal assault their officers carried out on Babar on 2nd December 2003.


The Metropolitan Police admit Babar did not resist arrest. They also admit they repeatedly punched him and stamped on his feet. They have admitted holding him twice in a dangerous head-lock which made him fear for his life.


The Police even admit that they did indeed place Babar in the Muslim prayer position and taunted him, “Where is your God now?”


These words alone were a direct attack not just on Babar, but on every single Muslim in the world.


Despite the Police admitting that their officers carried out this brutal, islamophobic attack, they have refused to offer any form of apology for their actions. This shows their arrogance and refusal to express any remorse.


Before this day, the Police had repeatedly accused Babar of lying. These admissions have exonerated Babar and prove that they were the ones who were lying.


There are still many unanswered questions and we call for an independent inquiry. For example, what happened to the bags of evidence that have miraculously “disappeared”, including all the officers’ notebooks and interview transcripts?


We feel that there has been a cover-up. It took five years and only after court proceedings began did they admit fault. This is something the IPCC should also be investigated for, so that no one should ever have to face the brutal treatment that Babar received at the hands of the Police.
We would like to thank our excellent legal team at Bhatt Murphy Solicitors, in particular Fiona Murphy and Phillippa Kaufmann, and all our friends and supporters whose assistance has been invaluable.


Throughout this ordeal, our faith has not waivered as we believe that our Lord never forsakes us. For those officers who asked, “Where is your God now?” Here is the answer.


Family of Babar Ahmad, Outside Royal Courts of Justice, London


Friday, March 20, 2009

Face A Israël, Obama A-T-IL La Volonté De Defendre La Souveraineté Des Etats Unis ?

Racist mossadnik Sarkosy with his Arch-Terrorist Chief Netanyahu, brainmaster of 9/11, London and Madrid bombings, actually running 'dirty bomb plots' in Europe


Uzi Arad, terroriste israelien du mossad






Le Futur Conseiller A La Securité Nationale De Netanyahou Interdit De Séjour Aux US



"...Ils (Obama et Clinton) doivent clairement indiquer quelle serait la position des Etats Unis au cas ou Israël déciderait d'agir unilateralement (contre l'Iran)..." Uzi Arad, un ancien responsable du Mossad, prochain conseiller à la sécurité nationale de Netanyahou, considéré aux US comme une menace à la sécurité nationale, y est interdit d'entrée.





Benjamin Netanyahou s'apprête à sélectionner Avigdor Lieberman comme son ministre des affaires étrangères. On n'empêchera peut être pas Lieberman d'entrer aux US mais je doute qu'on lui fera l'honneur d'une séance photo le montrant chaleureusement accueilli par le Président Obama. Quant au conseiller à la sécurité nationale, Uzi Arad, il y a peu de chance qu'il puisse bénéficier d'un contact face à face avec ses homologues américains car actuellement l'ancien directeur de recherche du Mossad ne peut se rendre en visite aux US. Pour l'instant, il a interdiction d'entrer sur le territoire dans le cadre d'une règlementation qui empêche l'entrée de personnes qui peuvent chercher " à violer toute loi des Etats Unis liée avec l'espionnage ou le sabotage".

Pendant ce temps, le chef d'état major des forces de défense israéliennes (IDF), Gabi Ashekenazi, en visite aux US, a utilisé l'occasion pour réitérer que les i["IDF doivent se préparer à une attaque militaire contre l'Iran."

Si les IDF suivent les conseils d'Arad, qu'il a formulé il y a deux ans, voilà ce à quoi on peut s'attendre tel que rapporté par UPI (United Press International) :

Israël devrait menacer de frapper " tout, et toute chose de valeur" a-t-il dit.

Israël devrait -t-il menacer de frapper leur direction ? Oui. Leurs sites les plus sacrés ? Oui. L'ensemble ? Oui. C'est ce qu'a recommandé Arad.

Obama et sa secrétaire Clinton (et son acolyte Dennis Ross) peuvent rappeler l'obligation de " poursuivre toutes les voies de la diplomatie", il y a cependant une arme diplomatique qu'ils leur faut rapidement brandir - avant qu'il ne soit trop tard : ils doivent clairement indiquer quelle serait la position des Etats Unis au cas ou Israël déciderait d'agir unilatéralement.

Les responsables israéliens proféreraient -ils des menaces imprudentes s'ils ne se sentaient assurés qu'en cas d'engagement militaire entre Israël et l'Iran, les US se tiendraient résolument aux côtés de leur allié - même si l'état juif avait choisi d'agir unilatéralement ?

Leur fanfaronnade repose certainement sur la certitude qu'ils ont qu'à Washington aucune administration n'a le courage de leur dire qu'ils se retrouveront seuls.

Il existe un danger réel que les US soit entraîner dans une autre guerre, contre la volonté du peuple américain et de son gouvernement, sauf si Obama change son approche.

Il faut montrer aux Israéliens les lignes rouges à ne pas franchir. Si cela ne se fait pas, la décision la plus grave concernant la sécurité nationale et ayant un impact sur les Etats Unis sera une décision pour laquelle le gouvernement des US aura choisi de se taire.

Paul Woodward - 18/03/09 - Editorial de War In Context- www.warincontext.com


Le Secrétaire A La Securité Nationale De Netanyahou Interdit De Séjour Aux US
Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a choisi un ancien responsable du Mossad peu apprécié aux Etats Unis comme conseiller à la sécurité nationale dans le gouvernement qu'il est entrain de former. Uzi Arad, un ancien chef du Mossad, s'est vu depuis deux ans refuser l'entrée sur le territoire des US car il y est considéré comme une menace à leur sécurité. Arad a été membre des services d'espionnage israéliens du Mossad pendant deux décennies à partie de 1975. Par la suite il a servi comme conseiller aux affaires étrangères de Netanyahou et comme contact avec la CIA pour des opérations des services secrets.

Arad a été impliqué aux US dans l'affaire Lawrence Franklin, un fonctionnaire américain poursuivi et condamné en 2005 pour avoir fourni des documents sur l'Iran classés top secret à deux employés d'AIPAC. Arad s'est vue refuser un visa d'entrée depuis juin 2007 en référence à la section 212 3(a) de la loi sur l'immigration et la nationalité, et cela malgré des pressions exercées par des israéliens et sionistes américains influents dans les hautes sphères de Washington. Cette loi permet aux fonctionnaires consulaires et au Departement de la Justice US d'interdire l'entrée à ceux qui pourraient " violer toute loi des US en lien avec l'espionnage ou le sabotage".

Uzi Arad, un personnage clé dans le futur gouvernement Netanyahou

Récemment, quand Hillary Clinton a rencontré Benjamin Netanyahou en Israël, son équipe s'est interrogée sur la présence d'Uzi Arad lors de cettte entrevue. Devenu suspect depuis qu'il a été prouvé qu'il était impliqué dans l'affaire d'espionnage Franklin, l'équipe Clinton, soucieuse de ne pas faire de vague diplomatique, a discrètement demandé à ce que seuls trois représentants de chacune des parties assistent à la discussion. A leur grand étonnement, c'est l'ambassadeur israélien aux US, Sallai Meridor, à qui Netanyhaou a demandé de quitter la pièce. Le lendemain, Meridor annonçait qu'il démissionnait de son poste d'ambassadeur. Le bureau de Netanyahou a expliqué plus tard que la présence d'Arad était nécessaire, le sujet central des discussions portant sur l'Iran.

Arad s'est toujours prononcé pour une politique de " dissuasion maximum" vis à vis de l'Iran. Concernant les Palestiniens, lors d'une interview accordée à Arutz Sheva, le réseau de médias des colons basé en Cisjordanie, il a été demandé à Arad s'il le moment n'était pas venu d'abandonner la solution à deux états pour régler le conflit israélo palestinien. Il a répondu :

" je ne pense pas qu'il faille aller si loin parce qu'en fait la majorité des Israéliens ne se perçoivent pas comme responsables des Palestiniens. Nous ne voulons pas contrôler la population palestinienne. Ce n'est pas nécessaire. Ce que nous voulons vraiment c'est protéger nos frontières, pour les colonies juives et pour les zones qui ne sont pas peuplées, et que nos intérêts sécuritaires soient bien défendus. Cela deviendrait un fardeau de prendre sur nous la responsabilité de ces populations qui, je crois, ne sont pas les plus productives sur terre. Nous voulons nous soustraire à ce fardeau que constituent les populations palestiniennes - mais pas les territoires. Ce sont les territoires que nous voulons conserver, mais nous voulons nous débarrasser des populations".

Un discours on ne peut plus clair, qui fait écho à celui du futur ministre des affaires étrangères israéliens, Avigdor Lieberman. Netanyahou est entrain de mettre sur pied un gouvernement raciste ayant pour objectif principal affiché le nettoyage ethnique de toute la Palestine.

Concernant l'Iran, selon l'accord signé entre le Likoud et le parti d'extrême droite, Yisraël Beiteinou, Lieberman a obtenu de s'occuper lui -même du dialogue stratégique US Israël sur le sujet. Le Comité sur le dialogue stratégique conjoint US Israël est l'endroit où sont prises les décisions stratégiques concernant la politique menée par les deux pays sur ce qu'ils considèrent comme une menace nucléaire, de même que sur les principaux problèmes stratégiques. Ce Comité se réunit deux fois par an. Lors des réunions précédentes, Olmert avait nommé l'ex chef d'état major de l'armée israélienne et ministre des transports de son gouvernement, Shaoul Mofaz, pour diriger la délégation israélienne au sein du Comité, considérant que la ministre des affaires étrangères sortante, Tzipi Livni, était une novice sur les sujets touchant au domaine militaire. Lieberman cherche absolument à avoir une emprise sur les relations US Israël, bien que traditionnellement se soit le Premier Ministre qui s'en occupe.

Uzi Arad étant le MR Sécurité de Benjamin Netanyahou, difficile de s'imaginer que l'actuelle interdiction d'entrée sur le territoire américain résistera à la pression Sioniste du prochain gouvernement de Tel Aviv. Le Lobby Sioniste à Washington, bien sûr, l'appuiera. La violente campagne de diffamation que ce Lobby à mener contre la nomination de Freeman à la NSA (National Security Agency), entrait probablement dans cette démarche là.



Traduction et Synthése Mireille Delamarre


A quoi sert l’Opep ?

« L’industrie du pétrole, ceux qui la connaissent se gardent bien d’en parler. Ceux qui en parlent ne la connaissent généralement pas », Paul Frenkel, expert pétrolier.



Mais à quel jeu de yo-yo est donc soumis le baril de pétrole ? De 100 dollars en janvier, il est monté jusqu´à 147 dollars, mi-juillet, avant de dégringoler pour retrouver son niveau du début de l´année. Tous les pays producteurs sont en effet convaincus que le marché marque des signes de "surabondance", la consommation reculant dans les grands pays industrialisés (Etats-Unis, Europe, Japon...) et progressant moins vite que ces dernières années dans les pays émergents (Chine, Inde...). Cette chute de près de 50 dollars en deux mois est passée presque inaperçue dans les médias occidentaux. Autant nous étions saturés d´informations tendancieuses quand le prix était à la hausse - les pays occidentaux ont parlé de 3e choc pétrolier pour culpabiliser l´Opep - autant c´est le silence radio quand il a commencé à dégringoler.

On se souvient du forcing américain pour inonder le marché. En juin, à Djeddah, deux sons de cloche, le président de l´Opep qui assure que le marché est approvisionné correctement, il n´y a pas pénurie. De son côté pourtant, l´Arabie saoudite s´est dit prête à produire, pour le restant de l´année et s´il existe la demande correspondante, plus que les 9,7 millions de barils de pétrole par jour qu´elle a déjà décidé de pomper en juillet. Le Koweït a, pour sa part, indiqué hier par la voix de son ministre du Pétrole, Mohammed Al-Olaïm, qu´il " (n´hésiterait) pas à augmenter (sa) production si le marché l´exigeait ".


Pourquoi la chute des prix du pétrole ?
Les cours du pétrole remontaient timidement vendredi 12 septembre, dopés par l´approche de l´ouragan Ike, qui a entraîné la fermeture des installations pétrolières et gazières dans le golfe du Mexique, et par la menace du président vénézuélien de ne plus fournir les Etats-Unis en pétrole. Par ailleurs, le 10 septembre l´AIE réduit ses prévisions sur la demande pétrolière mondiale. La demande mondiale de pétrole augmentera moins que prévu cette année. L´AIE a réduit de 100 000 barils par jour (bpj) sa projection de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2008 à 690 000 bpj et a également réduit la projection de 2009, de 40 000 bpj à 890 000 bpj. L´AIE, qui conseille 27 pays industrialisés en matière de politique énergétique, a également revu en baisse sa projection de l´offre des pays non-Opep, de 180 000 bpj pour 2008 et de 85 000 bpj en 2009.

Les prix du pétrole reculent également en raison de la remontée du dollar qui a touché, mardi dernier, dans les échanges asiatiques, un niveau plus haut, depuis octobre 2007, se rapprochant du seuil d’1,40 dollar pour 1 euro. La remontée du dollar face à l´euro décourage les achats de matières premières libellés en dollars, car elle érode le pouvoir d´achat des investisseurs munis d´autres devises. Elle incite aussi les investisseurs à racheter des dollars au détriment d´autres placements, tels que les matières premières. Il faut ajouter à cela que le département américain à l´Energie a fait savoir, mardi 2 septembre, que les Etats-Unis allaient sortir 250 000 barils de pétrole de leurs réserves stratégiques afin de pallier les perturbations engendrées par le passage de l´ouragan Gustav dans l´approvisionnement. Cela va donc créer une abondance artificielle contre le concept de la loi du marché.
Pourtant, de notre avis, la chute sans fin des prix du pétrole n´est pas une bonne nouvelle pour tout le monde. La spéculation, après avoir fait son miel jusqu´en juillet, se déplace vers d´autres niches. Comme l´écrit Paul Loubière économiste : "La bulle pétrolière est en train d´éclater. Les fonds ont déplacé plusieurs dizaines de milliards de dollars du pétrole vers d´autres actifs. Il n´est donc pas absurde de penser que le prix du pétrole est en train de renouer avec les fondamentaux. Faut-il s´en réjouir ? Pas forcément. Ce mouvement de baisse est, en effet, le reflet d´une baisse de la consommation observée en Europe et aux Etats-Unis. Nous sommes donc dans une situation d´excédent de pétrole. En bonne logique, cela se traduit par une baisse des cours. Mais cette baisse des cours risque de relancer la consommation à l´approche de l´hiver. Pour peu qu´il fasse froid et l´excédent de pétrole sera absorbé. Résultat, les prix pourraient repartir à la hausse. Quoi qu´il en soit, les aléas des cours ne peuvent faire oublier que la tendance lourde, sur le long terme, est celle d´une inéluctable pénurie. Dans ce contexte, un reflux des prix du pétrole n´est pas nécessairement une bonne nouvelle : il risque de nous faire oublier nos bonnes résolutions d´économie et de retarder la mise en place d´énergies de substitution. (1) Curieusement l’automobiliste européen ne profite pas de cette baisse de 33 % des prix du pétrole ! La baisse de l’essence n’a été en moyenne que de 7 %. Où est passée la différence, cherchez l’erreur ! On comprend aussi le danger d’une remise en cause de toutes les bonnes dispositions pour conjurer les changements climatiques si le prix du pétrole dégringolait à un seuil qui interdit la compétitivité des énergies renouvelables.

On se souvient qu´en termes à peine voilés en juin à Djeddah le ministre français de l´Energie et de l´Ecologie, Jean-Louis Borloo, a dénoncé les effets de la spéculation sur l´envolée des prix du pétrole "Il y a un accord général sur l´idée que, si les marchés étaient plus transparents, il y aurait moins de spéculation. On a proposé qu´autour de l´Agence internationale de l´énergie et du Forum de l´énergie, il y ait un groupe de travail pour regarder comment donner toutes les informations sur les réserves, sur les stocks et sur les besoins des consommateurs", a ajouté le ministre. C´est une façon comme une autre de contrôler le fonctionnement de l´Opep.

A quoi sert l’Opep ?
Ce n´est pas la première fois que l´Opep est diabolisée. Pourtant, elle est tenue d´une main de fer par l´Arabie saoudite pour le compte des Etats-Unis. Pourquoi George W. Bush aurait-il demandé à deux reprises en 2008 à son chef de file, le roi saoudien Abdallah, d´accroître le débit pétrolier ? Et pourquoi le Congrès américain aurait-il voté en mai, à une très large majorité, républicains et démocrates confondus, une loi anti-Opep (refusée par la Maison-Blanche) ? Ce texte prévoit la création d´une équipe rattachée au ministère de la Justice pour enquêter sur le mécanisme des prix et sur d´éventuelles manipulations des cours du pétrole (y compris aux Etats-Unis), mais aussi la possibilité de poursuivre en justice les pays membres de l´Opep au nom des lois antitrust. Le 10 septembre, l´AIE met en garde : toute initiative pour freiner la production pétrolière mondiale pourrait se révéler "contreproductive" pour l´économie mondiale.

L´Opep a connu plusieurs vies. Dans les années 60 et 70, elle était véritablement une organisation qui avait pour but la défense des intérêts des pays producteurs. Depuis le milieu des années 70, elle a commencé à perdre son influence suite à l´avènement de l´AIE, véritable machine de guerre créée par Kissinger, le secrétaire d´Etat américain dont le but était de casser l´Opep. Depuis près de trente ans maintenant, l´Opep a accepté de se mettre sous la protection américaine qui dicte ses desiderata par pays du Golfe interposés.

"Faute d´avoir mis en place des mécanismes de réaction adaptés à l´évolution du marché, le cartel des exportateurs en est réduit, aujourd´hui, à naviguer à vue. Les ministres des pays membres de l´Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ont clos la réunion du 22 septembre avec le sentiment du devoir accompli. À vrai dire, l´Opep, en dépit de ses moyens et de son pouvoir, ne dispose pas d´instruments de mesure assez sophistiqués pour connaître, avec précision, la quantité d´or noir disponible sur le marché. Ce n´est un secret pour personne : les données de l´industrie du pétrole, aussi bien la production que les stocks et la demande, ne sont pas fiables. Résultat : l´Opep est réticente à ouvrir les robinets pour anticiper un pic de la demande, de peur que celui-ci ne se produise pas. Il est vrai que la dernière fois qu´elle l´a fait, en 1997, les prix se sont effondrés à leurs cours les plus bas depuis la Seconde Guerre mondiale".

Pour éviter une telle volatilité, l´Opep devrait pouvoir disposer, à l´instar des banques, de moyens très sophistiqués pour contrôler la masse monétaire. Mais l´Organisation est une vieille machine mal adaptée à l´économie évolutive d´aujourd´hui. Selon Robert Mabro, directeur du Centre d´études énergétiques d´Oxford, "il n´y a pas eu de changement d´approche depuis 1982". Et les ministres des pays producteurs continuent de se livrer à ce travail de divination risqué consistant à présager de la demande. Pour Léo Drollas, directeur adjoint du Centre d´études pour l´énergie mondiale basé à Londres, "ils ne pensent pas à long terme. Quand ils le font, c´est trop peu et, souvent, trop tard".(2)

Un exemple de bonne gouvernance du pétrole nous est donné par le Brésil. "Il y a quelques jours, écrit Jean-Pierre Langellier, sur une plate-forme pétrolière au large des côtes du sud-est de son pays, le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, s´est abandonné à un lyrisme de bon aloi. C´est un signe de Dieu, un passeport pour l´avenir, a-t-il lancé à propos des immenses gisements de pétrole et de gaz récemment découverts dans les eaux très profondes de l´Atlantique. Un trésor énergétique sommeille à quelque 250 kilomètres au large des Etats de Santa Catarina, Sao Paulo, Rio de Janeiro et Espirito Santo. Ces champs pétrolifères s´étirent sur une bande longue de 800 kilomètres et large de 200 kilomètres. L´or noir qu´ils contiennent est enfoui à une profondeur allant de 5 000 à 7 000 mètres, sous une épaisse croûte de sel pouvant atteindre 2 000 mètres. Le gisement de Tupi, découvert en novembre 2007 dans le bassin de Santos, contient entre 5 et 8 milliards de barils récupérables. Dans un élan de nationalisme pétrolier, l´Etat veut, à la fois, mieux contrôler la production et accroître ses bénéfices. Dans cet esprit, l´attribution des concessions de forage a été suspendue en 2007. Que faire de cet argent ? Le président lui assigne deux objectifs sociaux : financer l´éducation et éradiquer la pauvreté. L´accroissement de ces ressources suppose de mettre en place une industrie pétrolière puissante. Celle-ci stimulera, par une vertueuse contagion les autres secteurs industriels et permettra de vendre en Europe, aux Etats-Unis ou au Japon des produits raffinés à forte valeur ajoutée, comme le gazole. Le jour où sa production dépassera les besoins nationaux, le Brésil qui produit 1,9 million de barils/jour n´envisage pas d´exporter du brut. C´est pourquoi il a poliment décliné la récente invitation à rejoindre l´Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) que l´Iran lui avait transmise". On comprend que le Brésil décline l´offre des rentiers de l´Opep, du fait que ce pays est un cap, une utopie mobilisatrice, il sait où il va. (3)

Comme on le sait, à la veille de la réunion de l´Opep, plusieurs de ses membres ont jugé que le monde est loin de manquer de pétrole. "Le marché commence même à souffrir d´une surabondance", a déclaré Chokri Ghanem, le président de la compagnie pétrolière nationale libyenne. A la demande des Etats-Unis, Saudi Aramco produit plus que le quota officiel autorisé par l´Opep. Il devrait réduire la voilure, sans que l´on sache dans quelle proportion. Washington veille. Dans une campagne présidentielle américaine où la question de l´énergie tient une place importante, il ne fait guère de doute que l´administration Bush pèse de tout son poids pour que l´Opep, via le Royaume saoudien, maintienne sa production pour faire baisser les prix.

Cependant, l´Opep ne veut pas rééditer la fatale erreur commise en décembre 1997 à la réunion de Djakarta (Indonésie). Alors que la crise économique se profilait en Asie, ils avaient décidé de relever la production de 10 %, provoquant un effondrement des cours de 40 %. Le baril était alors tombé à moins de 10 dollars ! Même scénario en 1986-1987, le prix du pétrole était tombé à moins de 10 dollars. C´est en fait le passage symbolique, mardi dernier, des cours du pétrole sous 100 dollars qui a sans doute pesé dans la décision de réduire l´offre pour enrayer la chute des prix. L´Opep a décidé, mercredi dernier, de retirer 520 000 barils par jour du marché pour enrayer la chute des prix du pétrole brut, passé sous les 100 dollars à Londres le mardi 9 septembre. Dans la pratique, elle a décidé de revenir "aux quotas de septembre 2007", ce qui équivaut à 28,8 millions de barils par jour. Un porte-parole du cartel a indiqué que les membres s´étaient engagés à respecter "strictement" cette décision.

En conclusion et comme l´écrit Jean Michel Bezat, "le retournement ne doit pas grand-chose à l´Opep. Elle court après les événements, mais elle n´a pas de gestion active des marchés", corrige Jan Horst Keppler, professeur d´économie à Paris-Dauphin (Centre de géopolitique de l´énergie et des matières premières). Robert Mabro, ancien directeur de l´Oxford Centre for Energy Studies, ironisait volontiers sur l´impuissance de l´Opep : "Elle devrait envisager de prendre un sac de thé comme logo, parce qu´elle ne marche que dans de l´eau chaude." Autrement dit, quand la maison brûle et que les prix se replient trop vite, comme on le constate depuis juillet. M. Keppler reconnaît que "l´Opep va revenir". Et M.Terzian prévoit qu´"elle mènera en 2009 une action coordonnée pour stabiliser les prix entre 80 et 100 dollars. (…) Tôt ou tard, elle retrouvera son poids des années 1970, quand elle assurait 60 % de la production mondiale d´or noir. Tout le monde spécule maintenant sur l´arrivée du Kazakhstan et surtout du Brésil, officiellement invité par l´Iran". (4)

Nous ne sommes pas d´accord avec Jean-Michel Bezat. Certes, l´Opep continuera d´exister car elle sert avant tout les intérêts des pays industrialisés en disciplinant des "faucons" comme l´Iran, ou le Venezuela par Arabie saoudite interposée. Dans ce combat de géants, l´Algérie n´existe pas, elle n´a ni la surface financière de l´Arabie saoudite ni le poids scientifique et technologique de l´Iran, puissance spatiale. Nous sommes des petits rentiers qui gaspillons frénétiquement une ressource qui appartient à nos enfants. Pour nous, il est très possible que les 500 000 barils/jour ne changeront pas grand-chose à la donne, le prix du pétrole continuera à glisser, peut-être jusqu´aux 80 dollars (55 euros) c´est-à-dire moins que les 30 dollars de 1982 en termes de parité d´achat que les pays occidentaux. Pourquoi l´Algérie s´entête-t-elle, une fois de plus, à produire d´une façon débridée ? Que faisons-nous dans l´Opep ? Pourquoi, à l´instar du Brésil, n´a-t-elle pas un cap : produire en fonction des besoins et miser sur l´éducation. Encore une fois, notre meilleure banque est encore notre sous-sol !




1. Paul Loubière, "La Baisse du baril, une fausse bonne nouvelle", Challenges, 03/09/2008.

2. Dow Jones & Company Inc. Dans Jeune Afrique, "À quoi sert l´Opep ?", 05/10/1999.

3. Jean-Pierre Langellier, "Le Brésil cherche à faire le meilleur usage de son nouveau statut de grande puissance pétrolière", Le Monde, 12/09/2008.

4. Jean-Michel Bezat, "Le Retour annoncé de l´Opep", Le Monde, 08/09/2008.

Pr Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique Alger

Thursday, March 19, 2009

Six Jewish Companies Own 96% of the World’s Media

WE CONTROL AMERICA: The power of lies, deceptions and disinformation as Americans pay the price of collective stupidity.

“You know very well, and the stupid Americans know equally well, that we control their government, irrespective of who sits in the White House. You see, I know it and you know it that no American president can be in a position to challenge us even if we do the unthinkable. What can they (Americans) do to us? We control congress, we control the media, we control show biz, and we control everything in America. In America you can criticize God, but you can’t criticize Israel…”

Facts of Jewish Media Control

Electronic News & Entertainment Media


The largest media conglomerate today is Walt Disney Company, whose chairman and CEO, Michael Eisner, is a Jew. The Disney Empire, headed by a man described by one media analyst as a “control freak”, includes several television production companies (Walt Disney Television, Touchstone Television, Buena Vista Television), its own cable network with 14 million subscribers, and two video production companies. As for feature films, the Walt Disney Picture Group, headed by Joe Roth (also a Jew), includes Touchstone Pictures, Hollywood Pictures, and Caravan Pictures. Disney also owns Miramax Films, run by the Weinstein brothers. When the Disney Company was run by the Gentile Disney family prior to its takeover by Eisner in 1984, it epitomized wholesome, family entertainment. While it still holds the rights to Snow White, under Eisner, the company has expanded into the production of graphic sex and violence. In addition, it has 225 affiliated stations in the United States and is part owner of several European TV companies. ABC’s cable subsidiary, ESPN, is headed by president and CEO Steven Bornstein, a Jew. This corporation also has a controlling share of Lifetime Television and the Arts & Entertainment Network cable companies. ABC Radio Network owns eleven AM and ten FM stations, again in major cities such as New York, Washington, Los Angeles, and has over 3,400 affiliates. Although primarily a telecommunications company, Capital Cities/ABC earned over $1 billion in publishing in 1994. It owns seven daily newspapers, Fairchild Publications, Chilton Publications, and the Diversified Publishing Group. Time Warner, Inc, is the second of the international media leviathans. The chairman of the board and CEO, Gerald Levin, is a Jew. Time Warner’s subsidiary HBO is the country’s largest pay-TV cable network. Warner Music is by far the world’s largest record company, with 50 labels, the biggest of which is Warner Brothers Records, headed by Danny Goldberg. Stuart Hersch is president of Warnervision, Warner Music’s video production unit. Goldberg and Hersch are Jews. Warner Music was an early promoter of “gangsta rap.” Through its involvement with Interscope Records, it helped popularize a genre whose graphic lyrics explicitly urge Blacks to commit acts of violence against Whites. In addition to cable and music, Time Warner is heavily involved in the production of feature films (Warner Brothers Studio) and publishing. Time Warner’s publishing division (editor-in-chief Norman Pearlstine, a Jew) is the largest magazine publisher in the country (Time, Sports Illustrated, People, Fortune). When Ted Turner, a Gentile, made a bid to buy CBS in 1985, there was panic in media boardrooms across the nation. Turner made a fortune in advertising and then had built a successful cable-TV news network, CNN. Although Turner employed a number of Jews in key executive positions in CNN and had never taken public positions contrary to Jewish interests, he is a man with a large ego and a strong personality and was regarded by Chairman William Paley (real name Palinsky, a Jew) and the other Jews at CBS as uncontrollable: a loose cannon who might at some time in the future turn against them. Furthermore, Jewish newsman Daniel Schorr, who had worked for Turner, publicly charged that his former boss held a personal dislike for Jews. To block Turner’s bid, CBS executives invited billionaire Jewish theater, hotel, insurance, and cigarette magnate Laurence Tisch to launch a “friendly” takeover of the company, and from 1986 till 1995 Tisch was the chairman and CEO of CBS, removing any threat of non-Jewish influence there. Subsequent efforts by Turner to acquire a major network have been obstructed by Levin’s Time Warner, which owns nearly 20 percent of CBS stock and has veto power over major deals. Viacom, Inc, headed by Sumner Redstone (born Murray Rothstein), a Jew, is the third largest megamedia corporation in the country, with revenues of over $10 billion a year. Viacom, which produces and distributes TV programs for the three largest networks, owns 12 television stations and 12 radio stations. It produces feature films through Paramount Pictures, headed by Jewess Sherry Lansing. Its publishing division includes Prentice Hall, Simon & Schuster, and Pocket Books. It distributes videos through over 4,000 Blockbuster stores. Viacom’s chief claim to fame, however, is as the world’s largest provider of cable programming, through its Showtime, MTV, Nickelodeon, and other networks. Since 1989, MTV and Nickelodeon have acquired larger and larger shares of the younger television audience. With the top three, and by far the largest, media companies in the hand of Jews, it is difficult to believe that such an overwhelming degree of control came about without a deliberate, concerted effort on their part. What about the other big media companies? Number four on the list is Rupert Murdoch’s News Corporation, which owns Fox Television and 20th Century Fox Films. Murdoch is a Gentile, but Peter Chermin, who heads Murdoch’s film studio and also oversees his TV production, is a Jew. Number five is the Japanese Sony Corporation, whose U.S. subsidiary, Sony Corporation of America, is run by Michael Schulhof, a Jew. Alan Levine, another Jew, heads the Sony Pictures division. Most of the television and movie production companies that are not owned by the largest corporations are also controlled by Jews. For example, New World Entertainment, proclaimed by one media analyst as “the premiere independent TV program producer in the United States,” is owned by Ronald Perelman, a Jew. The best known of the smaller media companies, Dreamworks SKG, is a strictly kosher affair. Dream Works was formed in 1994 amid great media hype by recording industry mogul David Geffen, former Disney Pictures chairman Jeffrey Katzenberg, and film director Steven Spielberg, all three of whom are Jews. The company produces movies, animated films, television programs, and recorded music. Two other large production companies, MCA and Universal Pictures, are both owned by Seagram Company, Ltd. The president and CEO of Seagram, the liquor giant, is Edgar Bronfman Jr., who is also president of the World Jewish Congress. It is well known that Jews have controlled the production and distribution of films since the inception of the movie industry in the early decades of the 20th century. This is still the case today. Films produced by just the five largest motion picture companies mentioned above-Disney, Warner Brothers, Sony, Paramount (Viacom), and Universal (Seagram)-accounted for 74 per cent of the total box-office receipts for the first eight months of 1995. The big three in television network broadcasting used to be ABC, CBS, and NBC. With the consolidation of the media empires, these three are no longer independent entities. While they were independent, however, each was controlled by a Jew since its inception: ABC by Leonard Goldenson, CBS first by William Paley and then by Lawrence Tisch, and NBC first by David Sarnoff and then by his son Robert. Over periods of several decades, these networks were staffed from top to bottom with Jews, and the essential Jewishness of network television did not change when the networks were absorbed by other corporations. The Jewish presence in television news remains particularly strong. As noted, ABC is part of Eisner’s Disney Company, and the executive producers of ABC’s news programs are all Jews: Victor Neufeld (20-20), Bob Reichbloom (Good Morning America), and Rick Kaplan (World News Tonight). CBS was recently purchased by Westinghouse Electric Corporation. Nevertheless, the man appointed by Lawrence Tisch, Eric Ober, remains president of CBS News, and Ober is a Jew. At NBC, now owned by General Electric, NBC News president Andrew Lack is a Jew, as are executive producers Jeff Zucker (Today), Jeff Gralnick (NBC Nightly News), and Neal Shapiro (Dateline). The Print Media After television news, daily newspapers are the most influential information medium in America. Sixty million of them are sold (and presumably read) each day. These millions are divided among some 1,500 different publications. One might conclude that the sheer number of different newspapers across America would provide a safeguard against Jewish control and distortion. However, this is not the case. There is less independence, less competition, and much less representation of our interests than a casual observer would think. The days when most cities and even towns had several independently owned newspapers published by local people with close ties to the community are gone. Today, most “local” newspapers are owned by a rather small number of large companies controlled by executives who live and work hundreds or ever thousands of miles away. The fact is that only about 25 per cent of the country’s 1,500 papers are independently owned; the rest belong to multi-newspaper chains. Only a handful are large enough to maintain independent reporting staffs outside their own communities; the rest depend on these few for all of their national and international news. The Newhouse empire of Jewish brothers Samuel and Donald Newhouse provides an example of more than the lack of real competition among America’s daily newspapers: it also illustrates the insatiable appetite Jews have shown for all the organs of opinion control on which they could fasten their grip. The Newhouses own 26 daily newspapers, including several large and important ones, such as the Cleveland Plain Dealer, the Newark Star-Ledger, and the New Orleans Times-Picayune; the nation’s largest trade book publishing conglomerate, Random House, with all its subsidiaries; Newhouse Broadcasting, consisting of 12 television broadcasting stations and 87 cable-TV systems, including some of the country’s largest cable networks; the Sunday supplement Parade, with a circulation of more than 22 million copies per week; some two dozen major magazines, including the New Yorker, Vogue, Madmoiselle, Glamour, Vanity Fair, Bride’s, Gentlemen’s Quarterly, Self, House & Garden, and all the other magazines of the wholly owned Conde Nast group. This Jewish media empire was founded by the late Samuel Newhouse, an immigrant from Russia. The gobbling up of so many newspapers by the Newhouse family was in large degree made possible by the fact that newspapers are not supported by their subscribers, but by their advertisers. It is advertising revenue–not the small change collected from a newspaper’s readers–that largely pays the editor’s salary and yields the owner’s profit. Whenever the large advertisers in a city choose to favor one newspaper over another with their business, the favored newspaper will flourish while its competitor dies. Since the beginning of the 20th century, when Jewish mercantile power in America became a dominant economic force, there has been a steady rise in the number of American newspapers in Jewish hands, accompanied by a steady decline in the number of competing Gentile newspapers–primarily as a result of selective advertising policies by Jewish merchants. Furthermore, even those newspapers still under Gentile ownership and management are so thoroughly dependent upon Jewish advertising revenue that their editorial and news reporting policies are largely constrained by Jewish likes and dislikes. It holds true in the newspaper business as elsewhere that he who pays the piper calls the tune.

Three Jewish Newspapers

The suppression of competition and the establishment of local monopolies on the dissemination of news and opinion have characterized the rise of Jewish control over America’s newspapers. The resulting ability of the Jews to use the press as an unopposed instrument of Jewish policy could hardly be better illustrated than by the examples of the nation’s three most prestigious and influential newspapers: the New York Times, the Wall Street Journal, and the Washington Post. These three, dominating America’s financial and political capitals, are the newspapers which set the trends and the guidelines for nearly all the others. They are the ones which decide what is news and what isn’t, at the national and international levels. They originate the news; the others merely copy it, and all three newspapers are in Jewish hands. The New York Times was founded in 1851 by two Gentiles, Henry Raymond and George Jones. After their deaths, it was purchased in 1896 from Jones’s estate by a wealthy Jewish publisher, Adolph Ochs. His great-grandson, Arthur Ochs Sulzberger, Jr., is the paper’s current publisher and CEO. The executive editor is Max Frankel, and the managing editor is Joseph Lelyveld. Both of the latter are also Jews. The Sulzberger family also owns, through the New York Times Co., 33 other newspapers, including the Boston Globe; twelve magazines, including McCall’s and Family Circle with circulations of more than 5 million each; seven radio and TV broadcasting stations; a cable-TV system; and three book publishing companies. The New York Times News Service transmits news stories, features, and photographs from the New York Times by wire to 506 other newspapers, news agencies, and magazines. Of similar national importance is the Washington Post, which, by establishing its “leaks” throughout government agencies in Washington, has an inside track on news involving the Federal government. The Washington Post, like the New York Times, had a non-Jewish origin. It was established in 1877 by Stilson Hutchins, purchased from him in 1905 by John McLean, and later inherited by Edward McLean. In June 1933, however, at the height of the Great Depression, the newspaper was forced into bankruptcy. It was purchased at a bankruptcy auction by Eugene Meyer, a Jewish financier. The Washington Post is now run by Katherine Meyer Graham, Eugene Meyer’s daughter. She is the principal stockholder and the board chairman of the Washington Post Co. In 1979, she appointed her son Donald publisher of the paper. He now also holds the posts of president and CEO of the Washington Post Co. The Washington Post Co. has a number of other media holdings in newspapers, television, and magazines, most notably the nation’s number-two weekly newsmagazine, Newsweek. The Wall Street Journal, which sells 1.8 million copies each weekday, is the nation’s largest-circulation daily newspaper. It is owned by Dow Jones & Company, Inc., a New York corporation which also publishes 24 other daily newspapers and the weekly financial tabloid Barron’s, among other things. The chairman and CEO of Dow Jones is Peter Kann, who is a Jew. Kann also holds the posts of chairman and publisher of the Wall Street Journal. Most of New York’s other major newspapers are in no better hands than the New York Times and the Wall Street Journal. The New York Daily News is owned by Jewish real-estate developer Mortimer B. Zuckerman. The Village Voice is the personal property of Leonard Stern, the billionaire Jewish owner of the Hartz Mountain pet supply firm.

Other Mass Media

The story is pretty much the same for other media as it is for television, radio, and newspapers. Consider, for example, newsmagazines. There are only three of any note published in the United States: Time, Newsweek, and U.S. News and World Report. Time, with a weekly circulation of 4.1 million, is published by a susidiary of Time Warner Communications. The CEO of Time Warner Communications, as mentioned above, is Gerald Levin, a Jew. Newsweek, as mentioned above, is published by the Washington Post Company, under the Jewess Katherine Meyer Graham. Its weekly circulation is 3.2 million. U.S. News & World Report, with a weekly circulation of 2.3 million, is owned and published by Mortimer Zuckerman, a Jew. Zuckerman also owns the Atlantic Monthly and New York’s tabloid newspaper, the Daily News, which is the sixth-largest paper in the country. Among the giant book-publishing conglomerates, the situation is also Jewish. Three of the six largest book publishers in the U.S., according to Publisher’s Weekly, are owned or controlled by Jews. The three are first-place Random House (with its many subsidiaries, including Crown Publishing Group), third-place Simon & Schuster, and sixth-place Time Warner Trade Group (including Warner Books and Little, Brown). Another publisher of special significance is Western Publishing. Although it ranks only 13th in size among all U.S. publishers, it ranks first among publishers of children’s books, with more than 50 percent of the market. Its chairman and CEO is Richard Snyder, a Jew, who just replaced Richard Bernstein, also a Jew.

The Effect of Jewish Control of the Media

These are the facts of Jewish media control in America. Anyone willing to spend several hours in a large library can verify their accuracy. I hope that these facts are disturbing to you, to say the least. Should any minority be allowed to wield such awesome power? Certainly, not and allowing a people with beliefs such as expressed in the Talmud, to determine what we get to read or watch in effect gives this small minority the power to mold our minds to suit their own Talmudic interests, interests which as we have demonstrated are diametrically opposed to the interests of our people. By permitting the Jews to control our news and entertainment media, we are doing more than merely giving them a decisive influence on our political system and virtual control of our government; we also are giving them control of the minds and souls of our children, whose attitudes and ideas are shaped more by Jewish television and Jewish films than by their parents, their schools, or any other influence.

Additional Research:
Zionist, Jewish Hollywood’s Brainwashing Of America
How Jewish is Hollywood?
No One Talks About Israel’s Spying On America!
Video: Illuminati Exposed!
Video: The Arrivals Series (Compiled)
The International Jew - by Henry Ford
Who are the Israelites & Jews and Who is their real Target
The United States of Israel
The Tribe That Controls America
The ‘Jewish Question’ Now A Global Issue
Israeli Spokesman Says We Control Stupid Americans
The Mossad’s Infiltration Of America
“We, The Jewish People, Control America”
Video: How American News Media Works In Favor Of Israel
Israel Is Nobody’s Friend
Lights, Camera… Covert Action: The Deep Politics of Hollywood
Reprint: Some Things You Need to Know before the World Ends
A Message To The World On The Obama Inauguration
Is Geo TV a CNN affiliate or is it the psy-ops wing of the CIA?

Le Sheykh Ali Benhadj accuse les pantins anglo-israeliens des Al Saud de diviser la nation musulmane


Le cheikh Ali Benhadj réplique au prince Saoud Al-Fayçal ministre saoudien des affaires étrangères


Dans un communiqué daté du 18 mars, le cheikh Ali Benhadj a répliqué à la déclaration du prince Saoud Al-Fayçal, ministre saoudien des affaires étrangères qui sèment la division dans les rangs des musulmans au nom du panarabisme.


Au nom de Dieu Clément et Miséricordieux,


« Et si vous vous détournez, Il vous remplacera par un peuple autre que vous, et ils ne seront pas comme vous » (Sourate Mohamed, Verset 39)


Le cheikh Ali Benhadj a qualifié de très graves les déclarations du ministre saoudien des affaires étrangères au sujet du soutien iranien à la cause arabe.



« Bien que nous apprécions le soutien iranien à nos causes arabes, il ’en demeure pas moins que ce soutien doit passer par la légitimité arabe et doit être en cohésion avec ses objectifs et ses positions (…) avait déclaré le 15 mars dernier le ministre saoudien des affaires étrangères. Le cheikh Ali Benhadj a estimé que cette déclaration devait faire régir les oulémas, les politiques et les spécialistes de la jurisprudence islamique pour révéler ce qui se cache entre les lignes. Il s’étonne que cette « déclaration passe sans susciter le moindre commentaire de la part des concernés en matière de charia d’autant qu’elle émane d’un ministre d’un état qui prétend diriger le monde musulman sur le plan religieux et qui fait du livre saint et de la sunna sa référence première. »



Avant de répondre au contenu de cette déclaration, le cheikh a posé une série de questions de grande importance pour connaître la dimension réelle des propos du ministre saoudien.



Qui sont-ils ces états qui représentent la légitimité arabe ? Sont-ce les états qui s’aplatissent devant l’occupation ou ceux de la résistance et du triomphe ?

L’Arabie saoudite a-t-elle substitué à la charia’, dont elle portait l’étendard, la légitimité du nationalisme arabe son ennemi d’autrefois ?



Les états arabes ont-ils accompli leur devoir par le soutien qu’ils devaient apporter à HIZBOLLAH au sud Liban et au HAMAS à Ghaza ?



Le soutien aux causes islamiques et arabes et aux causes justes dans le monde serait-il réservé exclusivement aux états arabes ?



Le soutien aux moudjahidines et aux victimes de l’injustice serait-il tributaire d’une autorisation délivrée par l’Arabie Saoudite ou par les états arabes ?


Pourquoi l’Arabie Saoudite a-t-elle soutenu le djihad en Afghanistan, les Moudjahidine en Tchétchénie et défendu la cause juste de la Bosnie et de l’Herzégovine sans demander la permission es états voisins et non arabes ?

Le cheikh Ali Benhadj a, ensuite, souligné que « les arabes sans l’Islam ne valent rien. » Il rappellera plus loin « celui qui étudie l’histoire des arabes constateras aisément que les plus grands savants musulmans dans tous les domaines ne sont pas d’origine arabe. » Ce rappel est suivi par de multiples exemples avant que le vice-président du FIS ne rappelle que l’Islam peut être défendu par tous les croyants quelle que soit leur origine ou leur ethnie.


Il cite pour exemple « le président vénézuélien Hugo Chavez et le président bolivien qui se sont tenus aux côtés de la cause palestinienne au moment où les états de la prétendue légitimité arabe ont brillé par leur absence. » Autre exemple cité, celui du député britannique Georges Galloway initiateur de la caravane « ligne de vie pour Ghaza » qui a brisé l’embargo imposé à nos frères à Ghaza »Après avoir cité ces brillants exemples de solidarité, le cheikh Ali Benhadj n’a pas manqué de dénoncer « les pays de la légitimité arabe parle le ministre saoudien dans sa déclaration sont ceux qui ont fait honte à la résistance au sud Liban en la qualifiant « d’aventure », et qui ont contribué à mettre sous embargo les populations de Ghaza. Ce sont ces états qui ont permis à Israël d’attaquer HAMAS et les factions de la résistance palestinienne, tout comme elles ont aidé Bush Et Rumsfeld dans la destruction de l’Irak »



Le cheikh Ali Benhadj a conclu son communiqué par le hadith du prophète Mohamed (prière et salut d’Allah sur lui) qui dit « Allah ne regarde pas vos apparences ni votre fortune, mais il regarde vos cœurs et vos œuvres » pour dire que « la couleur, la langue et la race importent peu devant l’intention et les actes »



Tuesday, March 17, 2009

Mettre à genoux la résistance palestinienne


On parle beaucoup des dernières «négociations» sur la «réconciliation» et la «reconstruction» qui ont été organisées suite à l'agression israélienne contre la bande de Gaza. Celles-ci ont l'intention avouée de mettre de l’ordre dans la maison palestinienne afin que celle-ci présente officiellement un front uni face à Israël quand il y aura des "négociations". Les discussions sur la réconciliation ont également mis un niveau très bas de réussite aux résultats escomptés. Elles n’abordent que les aides partielles et temporaires liées à la gouvernance interne et aux problèmes de contrôle, et non aux questions fondamentales d'indépendance et de restauration des droits nationaux.

Les pourparlers portent sur l’aide à la reconstruction et au développement palestinien et sur la réintégration politique et économique dans le giron du groupe de nations "de consensus"/"modéré". Ce sont des tentatives évidentes de la part des puissances régionales et internationales pour canaliser le mécontentement et la résistance palestiniennes vers quelque chose qui serait considéré comme beaucoup plus acceptable.

Ils suivent la même voie qui avait été prescrite et largement suivie depuis le "processus de paix" d’Oslo qui a créé l'Autorité Palestinienne et nommé les actuels dirigeants pour parler et négocier (en apparence) au nom des Palestiniens. Malheureusement, pour les besoins du "processus de paix" et de la "feuille de route pour la paix", les Palestiniens, en tant que groupe national, ont été intentionnellement limités et réduits par la non-inclusion des réfugiés et de la diaspora, ainsi que par la marginalisation et l'ossification de l'OLP.

Néanmoins, et alors que tout était contre eux, la résistance palestinienne à l'occupation et les espoirs de libération nationale ont persisté. Les développements récents sont la preuve du succès partiel provenant de l'incapacité d'Israël à détruire le Hamas et de la défaillance de l'embargo économique et politique qui lui a été imposé. Et pourtant, l'agression contre la bande de Gaza a également montré que les coûts pour le Hamas sont trop importants pour qu’il le supporte seul, et qu'il ne peut pas, à lui seul, lever l'embargo international. De même, le Fatah a perdu son pari de battre le Hamas et il est maintenant forcé de dialoguer avec son ennemi.

Les discussions sur la "réconciliation" ont même été élargies à tous les Etats arabes. Elles ont été lancées, pour la première fois, dans le cadre d'un sommet économique qui s'est tenu au Koweït le 19 janvier 2009 et traite également de la situation difficile dans laquelle se sont retrouvés les Etats arabes après l’attaque israélienne. Leur situation était et est due au fait qu’ils s'opposent à la résistance (fondamentalistes islamiques ou autres).

Mais la persistance du Hamas et d'autres groupes palestiniens face aux violentes attaques israéliennes les a présentés comme une partie qui s’obligeait à accepter les anciens accords politiques confortables longtemps utilisés pour "la modération ", "les discussions sans fin" et les concessions sans limites. Inutile de dire que le Hamas, le gouvernement élu, dirigeant de facto dans la bande de Gaza, et principal parti qui a été visé par l'attaque, n'a pas été invité au sommet au Koweït. Par contre, l’Autorité Palestinienne dont le mandat a expiré l’a été.

Ensuite, le Qatar a proposé d'accueillir une réunion du sommet arabe à Doha à la fin de ce mois. De façon prévisible, les dirigeants arabes ont décidé de ne pas accepter. Al-Jazira a indiqué qu’en raison des «objections» égyptiennes, le Qatar avait été exclu de toute participation dans la préparation du mini-sommet qui se tiendra à Riyad. (Le Qatar avait précédemment invité les dirigeants du Hamas à "dialoguer" et il est perçu comme étant plus réceptif aux groupes n’appartenant pas à l’Autorité Palestinienne et comme favorisant un rôle plus légitime pour le Hamas au niveau international.) Apparemment, Moubarak n’a vu aucune contradiction dans l'exclusion du Qatar quand il a fait ses déclarations sur la nécessité d'unir les Arabes face aux "plans extérieurs qui viennent de l'extérieur de la région arabe" pour empêcher toute réconciliation. (1)

Même si les Arabes sont habitués à l'échec total de la grande majorité de ces sommets arabes, ces dernières réunions sont encore importantes dans le sens où elles révèlent à quel point l'équilibre régional des forces s’oppose à toute forme active de la résistance palestinienne. Ce sommet est destiné à avoir des conséquences. Il ne faut pas ignorer que, même si son nom est "Réconciliation Arabe", il tente en même temps de promouvoir l'Initiative de Paix Arabe soutenue par l'Arabie Saoudite qui a été présentée à Israël en 2002, et reproposée à n’en plus finir, depuis lors. (2)

Si l'on considère le fait qu'Israël n'a pas réussi à déloger le Hamas par sa dernière atrocité militaire, et, avant cela, par la tentative de coup d'Etat des forces de Dahlan (soutenue par Bush-Rice-Abrams) en Juin 2007 (3), alors il devient évident que cette exclusion du Qatar est une fois de plus la suite de la guerre d'Israël en utilisant d'autres moyens. Elle est maintenant effectuée en leur nom par les Egyptiens (et, naturellement dans les coulisses, les Saoudiens).

En effet, bien que le Hamas soit le gouvernement légalement élu des Palestiniens, alors que le mandat de l’Autorité Palestinienne a expiré, l'Autorité Palestinienne reste le partenaire préféré pour les négociations et comme leader - pour des raisons évidentes. Par conséquent, même si le Hamas devrait être le parti qui choisit la composition du prochain gouvernement palestinien, ce n'est pas le cas. Au lieu de cela, le Hamas a été invité (à contrecœur) aux discussions sur la "réconciliation" avec l’Autorité Palestinienne dirigée par le Fatah, au cours desquelles ils sont censés unir le front palestinien et discuter de questions épineuses.

Vu de cette perspective, le discours du chef des renseignements égyptiens, Omar Suleiman, aux factions palestiniennes prend des dimensions sinistres et hégémoniques. Il exhorte la formation d'un gouvernement de technocrates qui serait capable de "communiquer avec le monde," afin de lever le siège de Gaza. C'est un "bâton" évident qui est l'une des menaces restantes pour obliger la résistance palestinienne à accepter des quasi-solutions prédéterminées pour leur occupation. L’autre côté est la "carotte" qui offre une aide pour la reconstruction qui doit être acheminée par l'Autorité Palestinienne (corrompue) et son (ex) ministre des Finances, Salam Fayyad, selon les exigences les États-Unis, l’Europe et Israël .

L'insistance des États-Unis sur un gouvernement de transition dirigé par Fayyad semble avoir été devancée, pour l'instant, par sa démission et, éventuellement, par le rejet véhément du Hamas pour ce choix.

Alors que l'Occident a évité un précédent gouvernement d'unité en 2006, il reste encore à voir si celui-ci, s’il est formé, sera accepté. Suleiman est allé plus loin en insistant sur les terribles conséquences d'un autre rejet des diktats du "consensus" international. Il a prévenu : "Je ne veux pas vous rappeler les conséquences de l’échec, pourvu que cela n’arrive pas." (4)

Ce qui se profile à l'horizon, et peut-être menace cette démonstration de force internationale contre l'expression de la résistance palestinienne, c’est l’éventualité d'une autre victoire du Hamas lors de la future élection. Un récent sondage réalisé par le Centre palestinien d'études et de recherches politiques (PCPSR) indique que le Hamas a gagné une forte popularité sur Abbas et Fayyad, alors que le Fatah reste plus populaire dans l'ensemble que le Hamas. (5)

Voyez cela comme un autre «succès» de la Doctrine Bush (dépendance dans la guerre) et de ses manifestations israéliennes. Il est intéressant de noter que dans un précédent sondage réalisé par le PCPSR début Septembre 2007, et après la victoire militaire du Hamas suite à la tentative de coup d’Etat de Dahlan, un cinquième seulement des Palestiniens soutenaient les actions militaires du Hamas dans la bande de Gaza.

De façon significative, le Hamas a conservé sa position dominante écrasante parmi les réfugiés, un groupe qui a été presque totalement écarté par le gouvernement post-Oslo dirigé par l’Autorité Palestinienne. (6)

Il convient également de noter les raisons de l'absence d’un succès du Hamas encore plus grand dans les sondages, compte tenu de sa position contre Israël. Les raisons indiquent que les pressions (et la dévastation des vies, de l'économie, des infrastructures, du développement, etc.) du «consensus international» fonctionnent dans une certaine mesure. Les préoccupations des citoyens ordinaires concernant la fin au blocus et l'unification de la Cisjordanie et de la bande de Gaza sont évidemment des questions électorales prépondérantes. (7)

Les attitudes à l'égard des «qui» et «comment» de la lutte palestinienne de libération rappellent de précédentes manifestations historiques de la résistance palestinienne et les réponses militaires (et autres) similaires pour la réprimer.

La dépossession des Palestiniens, économique et politique, a été la politique délibérée d'Israël depuis sa création. Le travail des historiens israéliens comme Ilan Pappe, raconte une politique délibérée, sur plusieurs fronts, dont l'ultime objectif est de purifier ethniquement la population autochtone gênante.


Les stratégies de dépossession et de nettoyage ethnique englobent l’achat de terres par l'Agence Juive/l’Organisation Sioniste Mondiale à de riches propriétaires absents. Beaucoup d’entre eux avaient profité des nouvelles lois sur l'enregistrement des biens fonciers qui avait permis la privatisation des terres précédemment communales/Musha'. Les Sionistes ont alors non seulement intimidé et terrorisé les paysans mais ils les ont poussés à quitter leurs terres ancestrales.

Ils ont également instauré des politiques économiques qui ont rendu impossible et illégal pour ces personnes devenues soudainement sans-abri d'être employées par les kibboutz sionistes. En outre, les Palestiniens ne peuvent pas être membres du «syndicat» israélien, la Histadrout. Cette organisation a seulement un rôle secondaire en tant que syndicat. Son rôle principal était et est un instrument du colonialisme et de l'apartheid à travers la promotion de la colonisation, du travail discrimination, de l'exclusion, de la spoliation, et fournit une couverture/rationalisation "de gauche" pour les nombreuses guerres d’Israel.

Par exemple, Zeev Sternhell déclare dans Mythes Fondateurs du Sionisme, (1998: p.180) comment la Histadrout a fondé le groupe terroriste Haganah qui est devenu ensuite l'armée israélienne, tout comme le Mapai, le prédécesseur de l'actuel Parti Travailliste.
De même, Z. Tzahor explique comment la Histadrout a été le "bras exécutif du mouvement sioniste" et est devenu un "Etat en gestation." (Écrit dans « Histadrout », dans "Documents essentiels sur le Sionisme", (1996, pp. 505-506)) (8)

Les échos de ces politiques (pour ne pas mentionner leurs répercussions à long terme et destructrices sur les Palestiniens) se poursuivent encore aujourd'hui. Cachée derrière un "consensus" international pour des "négociations de paix", il y a la réalité des pressions et des tentatives incessantes pour détruire toutes les manifestations d'expressions et les demandes de libération des Palestiniens.

L'utilisation de moyens économiques pour déposséder les Palestiniens, fragmenter leur société, et les priver ainsi d’une direction efficace et représentative continue. Les méthodes utilisées comprennent le vol des ressources, l'expropriation des terres pour des raisons de "sécurité" et l’expansion des «colonies», le vol de l'eau des nappes aquifères sous la Cisjordanie et Gaza au profit des colons et des Israéliens, les barrages routiers, les embargos économiques et des centaines de checkpoints. Tous sont destinés au contrôle social et politique et à l'assujettissement des Palestiniens.

Egalement, au niveau sociologique, l'Autorité Palestinienne a une fonction importante. Elle fonctionne souvent comme l'équivalent d'une classe compradoriste dont les intérêts sont plus alignés sur l’occupation et Israël dont dépend sa fortune. La création de l'Autorité Palestinienne n’a pas seulement éliminé le rôle des dirigeants autochtones qui avaient le soutien de la base lors de la première Intifada. Elle a également apporté une ère de monopoles, d’institutions, d’administration de l’"aide étrangère" et de corruption qui a causé des ravages parmi les structures sociales palestiniennes (par exemple, en faisant disparaitre la classe moyenne) et à l'économie palestinienne dans les territoires occupés.

Les statistiques sur le recul du "développement" de la Banque Mondiale et de la CNUCED en disent long - (Même si ces institutions ont un intérêt dans la promotion du «succès» des "réformes" et des modèles de l'économique néo-libérale, qui sont en réalité des formes de domination hégémonique sur les pays en développement).

Un récent rapport (Septembre 2008) publié par la Banque Mondiale montre qu'il y a eu un recul de l'économie palestinienne dans les territoires occupés depuis Oslo et sous le contrôle de l'Autorité Palestinienne.(9) Depuis la fin des années 1990, le PIB est passé de la stagnation à la baisse. Mais quand la croissance de la population est prise en compte, alors le niveau de vie des Palestiniens se situe 30% en dessous de son maximum en 1999, et le PIB par habitant est tombé de manière ahurissante à 60% de son niveau de 1999. (10)

L'économie palestinienne souffre de nombreux problèmes, dont l'augmentation des restrictions imposées par l'occupation et de la diminution liée à ce fait de l'économie productive.

Le mur de l'apartheid, la fragmentation géographique, la destruction physique et économique du patrimoine de production palestinien, le blocus économique, entre autres, sont des choses qui ont entrainé le déclin de l'agriculture, l'industrie, l'éducation et les soins de santé. Il y a aussi une dépendance accrue aux "aides", qui en 2008 représentaient plus de 32% du PIB.

Le taux de chômage a également augmenté de 19% en 2008 en Cisjordanie et de 25% dans la bande de Gaza au cours de la même période. Il est probable que ces chiffres sont bien pires maintenant, après l'attaque israélienne. Les statistiques sur la pauvreté sont encore pires. Le même rapport précise que «si l’on exclut les envois de fonds et l'aide alimentaire et que l’on base la pauvreté uniquement sur les revenus des ménages, le taux de pauvreté grimpe à 79,4% dans la bande de Gaza et à 45,7% en Cisjordanie et le taux d'extrême pauvreté passerait à 69,9% à Gaza et à 34,1% en Cisjordanie. Ceci illustre le taux élevé de dépendance à l'aide de la Cisjordanie et de Gaza, en particulier quand on tient compte du fait que la majorité des salaires du secteur public sont financés par l'aide étrangère."(11)

Selon les statistiques de la CNUCED, le déficit commercial palestinien est également révélateur. En 2006, les importations sont passées à 86% du PIB, alors que le PIB reculait. Cette année-là, Israël représentait plus de 66% du déficit commercial, ce qui signifie que la moitié du PIB palestinien a été utilisé uniquement pour payer Israël.
En outre, la retenue régulière par Israël des recettes fiscales palestiniennes a entrainé un accroissement de la dépendance à l'égard de l’"aide" des donateurs.

L'économie palestinienne est totalement dépendante d'Israël. Une autre facette de la dépendance est le «choix» des partenaires commerciaux, qui sont de loin le groupe de "consensus" des Etats "modérés". Les dix premiers fournisseurs et clients de l'Autorité Palestinienne, sont, notamment, Israël, la Turquie, l’Egypte, les Etats-Unis, l’Italie, le Royaume-Uni, la Jordanie, les Émirats Arabes Unis.

Le rapport de la CNUCED a fourni les preuves que ce recul du développement a eu lieu entre 2000 et 2006 (et nous devons nous attendre à pire maintenant): "La détérioration structurelle à long terme est illustrée par une comparaison sur 10 ans des secteurs agricole et manufacturier. Entre 1996 et 2006, la production agricole a diminué de 19%, mais en 2006, ce secteur employait 80% personnes de plus qu'en 1996. De même, la valeur ajoutée manufacturière a baissé de 7% en 10 ans, mais l'emploi dans le secteur a augmenté de 3%."(12)
Aussi les données d'information sur le coefficient RNB du PIB, qui calcule le revenu par habitant est un indicateur de la répartition des richesses. Ces données montrent clairement un fossé croissant dans la répartition des richesses depuis début en 2002, et s’est accéléré après 2005.(13)

On apprend beaucoup en regardant quels «progrès» la Banque mondiale essaie de vendre comme réformes et développements « accomplis » dans les Territoires occupés avec l'aide et l'administration de l'Autorité Palestinienne.

Quelques exemples suffisent : la "révision du système de retraite non viable", la réduction des emplois dans le gouvernement de 180.000 en 2007 à 141.000 au premier semestre 2008 (et ici, l’Autorité Palestinienne a dépassé les attentes des Nations Unies qui étaient de 153000), et le fait que l'Autorité Palestinienne ait amélioré la «sécurité», en augmentant "le déploiement des forces de sécurité palestiniennes" en Cisjordanie (naturellement, la sécurité est l’acolyte toujours présent dans le sabotage économique déguisé en développement).(14)

Ces "succès" seront familiers à toute personne qui a suivi le chemin destructeur des « réformes » néo-libérales (et régressives) qui ont été imposées au monde en voie de développement. Bien évidemment, ces "solutions" économiques imposées et favorisées de l'extérieur, tout comme leurs solutions sœurs au niveau politique, sont à bien des égards, destructrices et pourraient être considérées comme faisant partie d'une méthode plus large de contrôle et d'hégémonie sur les Palestiniens déjà opprimés.

En fin de compte, il est ridicule de prétendre que l'Autorité Palestinienne ait une véritable politique économique.
Voici une entité qui n'a aucune souveraineté sur les frontières, sur les ressources naturelles, ou sur la circulation des personnes ou des marchandises. Il n’a même sa propre monnaie (il y a trois monnaies en circulation) et une indépendance monétaire. Et pour couronner le tout, elle est dépendante d'Israël pour l'accès même à ses propres recettes fiscales et de la communauté internationale pour "l'aide".

Reconnaitre ces faits serait faire un long chemin pour affronter la réalité de la situation palestinienne. En abordant la multitude de contraintes auxquelles sont confrontés les Palestiniens, on peut espérer (sans doute en vain!), que les dirigeants palestiniens aussi bien du Fatah que du Hamas remarqueront que, malgré le faste entourant leur réconciliation en Égypte, ils se battent actuellement pour récupérer des miettes. Alors que le Hamas parle de résistance, il semble plus que prêt à faire des compromis et à reconnaître Israël de facto sinon de jure, et à maintenir un "cessez-le-feu», même unilatéral. (15) Aussi, le Hamas affiche une naïveté dans sa confiance en ceux qui parrainent les négociations : L'Egypte et l'Arabie Saoudite.

D’autre part, le Fatah ne fait même pas semblant de vouloir résister, même s’il est le "leader" de l'Organisation de Libération de la Palestine. Pour le bien des Palestiniens, il serait utile que ces "leaders" fassent une évaluation honnête de leurs décisions antérieures et de leurs conséquences. Ils doivent comprendre que, lorsqu’Israël échoue par la guerre à obtenir ses objectifs, il recourt à d'autres moyens, à la fois économiques et politiques.

Au lieu de se concentrer sur les miettes, les dirigeants palestiniens devraient insister sur les principes de base: la résistance, la libération, une véritable souveraineté, la résolution de la crise des réfugiés, et l’obtention du droit au retour (et de l'égalité) pour tous les Palestiniens.