Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Wednesday, August 25, 2010

Guerre civile en France : Israel, Sarkozy votent pour la guerre civile


'La grande science est donc de faire vouloir [à l’ennemi] tout ce que vous voulez qu’il fasse et de lui fournir, sans qu’il s’en aperçoive, tous les moyens de vous seconder.'  (Sun Tzu, l'art de la guerre)

Depuis l'election de Sarkozy en 2007, la stratégie de la tension est progressivement mise en place, diminuer les effectifs de police et de gendarmerie, couper les fonds dans les budgets des villes, provoquer la jeunesse des banlieues ou d'ailleurs, et pousser les 'forces de l'ordre' contre les jeunes desoeuvrés en France, un rimec de 2005. Sarkozy et les elites juives sionistes de France y mettent tout le coeur, on se souvient des propos de Zemmour au sujet des 'noirs et des arabes delinquants', son souci etait de 'defendre les forces de l'ordre' face aux 'accusations de racisme', en fait de les pousser au crime... 



Il ne manque plus a Sarkozy que de créer des milices 'spéciales', de 'civiles' ou des jeunes souchiens desoeuvrés sont armés et couverts pour faire eux-memes le nettoyage ethnique, c'est deja presque fait avec 'les brigades speciales', on se croirait revenus dans les années 1930. Sauf qu'il y a une tres grande différence, les enfants de ceux qui affirment avoir été génocidés par Hitler, les juifs, sont ceux qui sont derriere les rafles d'enfants africains, les deportations de roms et la stigmatisation de l'Islam, la marginalisation des femmes musulmanes, avec un racisme officiel enfin dévoilé au monde... Dans ce cas, le pire des cas de figures pour l'extreme droite juive sioniste sarkozyste au pouvoir serait une guerre civile limitée dans l'espace et le temps entre Musulmans et juifs sionistes au pouvoir, court-circuitant les 'forces de l'ordre' dont uniquement les 'excités' seraient pris pour cible... Ce cas de figure est le pire scenario pour Zemmour, Besson et leurs clics, d'ou le rabattage vers l'extreme droite classique de souche, chargée par les israeliens de France de leur servir de boucliers humains, de mourrir pour Eretz Israel en France... Une confrontation directe entre Musulmans et juifs sionistes serait une catastrophe pour Sarkozy et les plans des israeliens qui eux souhaitent une guerre opposant 'souchiens' et 'immigrés'. Les Musulmans pouvant destabiliser le gouvernement d'extreme droite juive sioniste sur la scene politique locale ou mondiale sans tirer une seule balle... Ce scenario se met progressivement en place en France, les inquisiteurs juifs sionistes s'isolant d'eux memes du reste de la population qui n'en demandait pas tant !



Abu Suleyman



Sécurité des urnes ou agents de la paix ?
Sécurité des urnes ou agents de la paix ?

Dans un contexte de démantèlement des camps de Roms, d’expulsions, de stigmatisation des gens du voyage et de graves incidents dans certaines banlieues entre des jeunes et les forces de police, M. Sarkozy et son gouvernement tentent de rebondir en enfourchant le vieux cheval « sécuritaire », sur fond de xénophobie et de racisme.

Après les échecs économiques et sociaux et les scandales politico-financiers, M. Sarkozy a réactivé la campagne sécuritaire dans un discours prononcé à Grenoble le vendredi 30 juillet, à l’occasion de l’installation du nouveau préfet de l’Isère (un haut fonctionnaire de police, comme c’est maintenant le cas dans le département de la Seine-Saint-Denis). Lors de son intervention, le Président a marqué sa volonté de déchoir de la nationalité française certains Français, et a ouvertement associé délinquance et immigration. Il a annoncé des interpellations à grand spectacle dans les cités dites sensibles, et s’en est pris aux maires et aux élus municipaux jugés laxistes en matière de sécurité. Cette véritable offensive lancée par le gouvernement a créé, même dans son propre camp, un fort malaise : certains élus UMP n’ont pas manqué de prendre leurs distances avec les propositions et les déclarations tonitruantes du gouvernement.

On connaît les problèmes constitutionnels que poserait la déchéance de la nationalité française. On a pu voir le peu de résultats que les opérations de police et les interpellations ont donnés ces dernières semaines. On sait que la plupart des Roms expulsés de leurs campements s’installeront plus loin, ou alors expulsés de France vers leur pays d’origine – souvent la Roumanie membre de l’Union européenne – ils ne tarderont pas à revenir en France. Quel est alors le véritable but de cette offensive sécuritaire et xénophobe de M. Sarkozy ?  Il y a bien-sûr l’optique électorale pour 2012 : conserver voire augmenter le nombre de voix racistes et xénophobes. Mais à ce jeu M. Sarkozy ne sera pas nécessairement gagnant, vu l’échec de sa politique depuis 2007. De nombreux électeurs sécuritaires ou xénophobes risquent fort de retourner à leur parti d’origine ou de s’abstenir.

Indépendamment des calculs politiciens pour l’élection présidentielle de 2012, ce gouvernement a largement banalisé la xénophobie et la recherche du bouc émissaire. Depuis qu’Eric Besson, ministre de l’Immigration, a ouvert le 2 novembre 2009 un grand débat sur l’identité nationale, et avec les dérapages racistes du ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux, qui lui ont valu une condamnation en justice pour laquelle il a fait appel, on sent très bien qu’un nouveau climat a été instauré en France. On cherche volontairement à opposer les communautés, à désigner des coupables, en un mot, à créer un véritable climat de pré-guerre civile !

Il est intéressant d’observer les réactions des fonctionnaires de police à travers leurs syndicats, ainsi que celles de la gendarmerie, interdite de syndicalisme mais dont les états d’âme sont malgré tout perceptibles. Ces fonctionnaires ont à faire à une réduction drastique de leur budget, donc des effectifs et des moyens. Ils sont au premier rang pour comprendre l’absurdité de la politique sécuritaire de M. Sarkozy : on leur demande toujours plus de « sécurité », avec moins de moyens sur le terrain. Ajoutons à cela la politique du chiffre dans le but d’obtenir une baisse des statistiques de la délinquance, et on comprendra aisément que le moral de la police ne soit pas au plus haut. Cela s’est d’ailleurs manifesté le 23 mars dernier à Melun, lorsque des policiers de la BAC (Brigade Anti Criminalité) ont tourné le dos au Président de la République, alors que celui-ci rendait hommage à un policier tué pendant son service par un membre de l’ETA (Le Monde, le 18 août 2010). Le malaise est moins perceptible au sein de la gendarmerie, mais le mécontentement s’y fait tout autant sentir.

On est alors en droit de se poser une question : qui souhaite une escalade de la violence prenant à partie les forces de l’ordre ?  Une aggravation de la situation donnerait à M. Sarkozy l'occasion d’apparaître alors comme un « sauveur ». Lors de l’élection présidentielle de 2007, nous avons en effet compris à qui avaient profité les émeutes de 2005. Est-ce cette politique du pire, de la peur et de la discorde qui a été programmée ?  Il est à craindre qu’un drame ne se produise dans un quartier dit sensible, autant la mort d’un jeune que d’un fonctionnaire de police. Il pourrait s’en suivre alors une série d’émeutes, permettant au pouvoir de durcir la législation et les mesures sécuritaires en cette période de crise.

Tout le monde sent, confusément, que la France est en train de glisser vers un climat politique malsain, qu’elle n’a pas connu depuis au moins la guerre d’Algérie. Souhaitons que les jeunes aussi bien que les fonctionnaires de police sauront éviter le piège que leur tend M. Sarkozy, et qu’ils refuseront de devenir de fait ses agents électoraux.

Le Président,
Yahia Gouasmi.


No comments: