Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Wednesday, September 29, 2010

Des pétromonarchies, à un « Vatican islamique », via l’impérialisme anglo-saxon




KH - Par quel « miracle » le régime saoudien est-il né ?

Saïd Ahmiri – Je serai tenté de répondre l’impérialisme britannique bien qu’il serait plus correct de dire impérialisme anglo-saxon si bien sûr, l’on peut parler de  » miracle « . Pour la Oummah, c’est d’avantage une tragédie dont les effets se font encore ressentir aujourd’hui. L’Occident a dessiné des frontières, ses frontières, dans ce qui restait du Califat découpé morceau par morceau. 


Dans une vision plus globale du vieux Moyen-Orient et bien avant l’essor des pétromonarchies, il faut aussi prendre en compte la fin du colonialisme et la lente dégradation des autres régimes arabes tribaux dont celui des Ottomans, derniers gardiens du Califat, qui combattaient le leadership des Saoud depuis le milieu du XVIIIe siècle. Au début du XXe siècle, l’arrivée des Britanniques affectés par la gangrène sioniste de la première heure n’avait que pour but avoué la prise de contrôle de la Palestine même s’ils avaient déjà traîné les pieds ici et là pour contrôler les différentes économies nationales comme le coton en Egypte. Les Britanniques voulaient surtout maintenir les tribus arabes du Moyen-Orient mais aussi les bédouins, comme les Ikhwan, sous leur contrôle, les empêcher d’étendre leur territoire et de nuir aux intérêts de Sa Majesté. Plus tard, le fameux pacte géostratégique « pétrole contre protection » conclu à bord de l’USS Quincy entre les Etats-uniens et les Saoudiens a consolidé cette volonté de contrôler les peuples arabes et de semer la confusion au Moyen-Orient. C’est cela la tragédie. Les Saoud installés à la tête d’un royaume et protégés par la puissance impérialiste anglo-saxonne pouvaient dès lors s’adonner à ce que n’importe quelle monarchie rêve pour sa civilisation, le leadership du monde arabo-musulman, à commencer par instaurer leur hégémonie sur le Moyen-Orient.

KH - Alors ce pouvoir administrant La Mecque et Médine : volonté divine ou un désordre humain ?

Saïd Ahmiri – Il nous est impossible de comprendre la volonté divine. Peut-être est-ce le cas, peut-être pas. Il convient plutôt de dire que c’est un ordre humain qui se réfère à la volonté divine, ou du moins à leurs propres interprétations des textes et des lois islamiques. Ils considèrent le wahhabisme comme la forme la plus pure de l’Islam. Mais de quelle pureté s’agit-t-il ? On ne peut prétendre être garant de la volonté divine dans ce système étatique tel que nous le connaissons. Les critères wahhabites et gouvernementaux de la théocratie dite islamique d’Arabie saoudite sont incompatibles avec les valeurs pures de l’Islam car l’Islam condamne le nationalisme. Le Messager d’Allah (salla Allahou ‘alayhi wa salam) a dit : « N’est pas des nôtres celui qui appelle à la assabiyah [nationalisme, tribalisme...] qui combat pour la assabiyah, ou qui meurt pour la assabiyah ». (Rapporté par Abou Daoud). Dans un autre hadith, le prophète Muhammad (salla Allahou ‘alayhi wa salam) dit : « Délaissez-le (l’esprit tribal, nationaliste), c’est une pourriture. » (Rapporté par Muslim et al Boukhari).

Depuis les années 1930, l’Arabie saoudite promeut un nationalisme ethnique exclusif basé sur la culture religieuse du Nedj, le berceau théologico-politique dont est issue la famille régnante, le wahhabisme, et l’exclusion de toute formulation concurrente. Dépendant du pouvoir saoudien comme l’autorité des Saoud dépend des religieux wahhabites, le wahhabisme est une doctrine extrêmiste criminogène qui considère que le « bon musulman » est celui qui adopte leur totalitarisme féodale, qui prône le terrorisme et l’extermination des mécréants. Ok, va pour le jihad par l’épée mais alors pourquoi vendre le pétrole à l’Occident chrétien devenu laïc, particulièrement aux Etats-Unis dont les valeurs sont aux antipodes de celles de l’Islam ?

Pour atteindre une fin, il faut se donner les moyens et non les partager avec un adversaire dont on souhaite la perte. En fin de compte, ce n’est qu’une pureté de surface, en grattant la couche externe, on tombe vite sur de la moisissure.

De nos jours, ce pouvoir saoudien ne repose que sur une économie, celle du pétrole, et sa pérennité dépend d’anciens gages de sécurité offerts lors du pacte de Quincy. Des gages très volatiles. Par exemple, après la Guerre du Kippour de 1973 où les Etats-uniens avaient soutenu Israël avec des armes, le roi Fayçal fut à l’origine du premier choc pétrolier de cette même année qui visait spécialement les États-Unis embourbés au Vietnam. Malgré les vieilles promesses de résolution du conflit israélo-palestien, la Maison Blanche sous l’administration Nixon n’avaient déjà pas tenu leurs engagements mais qui plus est, ils livraient des armes à Israël. Fayçal avait pris cela comme une attaque personnelle. Pour mettre un terme à l’embargo sur les livraisons de pétrole de l’OPEP contre les États qui soutiennent Israël, le secrétaire d’Etat Henry Kissinger projettait une invasion partielle de l’Arabie saoudite et la sécurisation des régions d’exploitation pétrolière de la société Aramco. Cela prouve combien le pouvoir saoudien ne tient qu’à très peu de choses, le pétrole mais le pétrole n’est pas éternel. La question à se poser est combien de temps encore les Saoud seront les admnistrateurs de La Mecque et Médine. Les spécialistes annoncent qu’il reste moins d’un demi-siècle avant que les réserves de pétrole ne soient épuisées. Il y a fort à parier que des événements majeurs se déclencheront avant l’annonce officielle du pic pétrolier mais Dieu est plus savant. Aujourd’hui, les relations de l’Arabie saoudite avec le régime des mollahs de l’Iran ressemblent à celles qu’avaient les Etats-Unis avec l’URSS pendant la Guerre Froide. Qui plus est, les actuelles réformes ne sont pas du goût des conservateurs les plus radicaux. De même qu’il y a un net regain de tension avec les chiites comme cela a pu être constaté au Yémen et en Irak mais aussi à l’intérieur du pays avec les tensions interconfessionnelles entre les « takfiristes » et ceux qu’ils nomment les « rafidhas » (terme péjoratif désignant les chiites dans la phraséologie salafiste).

KH - Est-il probable qu’il y ait un désir non-musulman de créer un état « Vatican » islamique en Arabie, via un harcèlement de la communauté musulmane en occident, et en rapportant l’historique saoudien ? 

Saïd Ahmiri – Oui, c’est possible et c’est même une réalité actuelle. Cela n’a pas commencé le 11 septembre 2001 mais remonte à bien plus loin. Déjà, les vieux films hollywoodiens en noir et blanc dénigraient les arabes en les comparant à des hordes de barbares primitifs avides de luxure et de femmes occidentales. Cela pourrait être grotesque au premier regard mais la scène d’avant ou d’après montrait une mosquée ou l’appel à la prière et cela faisait aussitôt la connotation avec l’Islam. C’était très subversif, psychologiquement très pervers. Aujourd’hui, cela a un peu évolué mais uniquement dans la forme, pas le fond. Dans les films tels que Vantage Point ou Trahison avec Saïd Taghmaoui, ou encore la série américaine 24 Heures Chrono qui est un chef d’oeuvre de conditionnement, ils montrent des arabes différents, plus élégant, très intelligent, occidentalisé à souhait et donc, encore plus dangereux car ils n’ont plus les attributs de l’archétype grossier du terroriste arabe, barbu, turbané et se baladant la Kalashnikov dans une main, le Coran dans l’autre en criant :  » Allah ouakbar  » toutes les deux secondes. Ils se noyent dans la masse. Le message implicite est  » Méfiez-vous de votre voisin s’il est arabe.  » C’est un état de peur, une paranoïa pour le premier quidam qui y croit. Ces images et ces sons matraqués encore et encore ont un impact terrible sur l’esprit.

Salir l’image des musulmans, l’amalgamer constamment au terroriste ou à des phallocrates qui excisent, enferment et voilent les femmes de force, montrer constamment des lieux saints islamiques comme des repaires d’organisations terroristes, exploiter la liberté d’expression pour émettre des caricatures en sachant avec pertinence que cela va jeter de l’huile sur le feu, toutes ces absurdes controverses sur la burqa, le niqab ou le port du hijab, ou encore les minarets suisses, toutes ces psyops (opération psychologique) font partie d’une vaste campagne de diabolisation qui n’a qu’un seul objectif, préparer les consciences à accepter la nécessité de remodeler l’Islam. Et on ne change pas l’Islam sans réformer ses fondations, La Mecque et Médine, et dans l’absolu le Coran. D’ailleurs à propos du Coran, cela a déjà commencé avec The True Furqan (Le vrai Discernement), le Coran Américain écrit par des Chrétiens arabes et distribué au Koweït depuis 1999. Ce n’est qu’une odieuse falsification et de la pure propagande des extrêmistes évangélistes. Le même genre d’individus louches à la tête des sociétés d’armement qui inscrivent les chiffres des psaumes de la Bible sur des armes de guerre et parlent de croisades des temps modernes.

Certains parlent de contrôler l’Islam afin de créer une religion mondiale, une nouvelle religion dont l’actuel roi saoudien en avait même fait l’appel. Osons le dire, c’est antéchristique. Pierre Hillard, un catholique, en avait touché quelques mots à ce sujet tout en gardant une réserve. Non, pour ma part, l’humanité, en particulier les croyants des trois cultes monothéïstes, n’est certainement pas prête à une telle création et c’est tant mieux. Mais pour revenir à ce désir non-musulman, créer un Vatican islamique permettrait notamment d’instaurer un clergé contrôlable. Dans la réforme, des théologiens triés sur le volet diraient alors ce qui est islamique et ce qui ne l’est plus. En fin de compte, tout cela afin de changer l’Islam depuis l’intérieur, comme c’est déjà le cas avec certains imams corrompus, avant de changer les mentalités des musulmans, leurs moeurs avant tout. Un musulman est digne, humble, modeste, sa soumission va à Allah, pas à des addictions éphémères, et il ne craint certainement pas la mort car il sait que cela fait partie intégrante de la vie. Ces quelques notions ont des conséquences directes sur la consommation, le matérialisme, le consumérisme et l’hédonisme que ces réformateurs voudraient bien imposer. Tu imagines un peu si tous les musulmans vivaient à fond leur vie ici bas sans rien se priver, sans rien se refuser, en s’adonnant à la moindre tentation, cela en ferait de l’argent. Par extension, les pays musulmans changeraient à leur tour en mettant fin à certaines restrictions morales.
 
Devenues dégradantes, décadentes et obsolètes, les valeurs sacrées de l’Islam seraient en voie d’extinction. Voilà entre autres pourquoi il existe un désir non-musulman de réformerl’Islam et cette volonté de créer ce sanctuaire en Arabie saoudite. C’est de l’innovation et l’Islam condamne l’innovation.

*Saïd Ahmiri, administrateur du MecanoBlog, est un internaute engagé qui cultive la sagesse en autodidacte et qui n’est influencé par aucun courant en particulier : « Je m’intéresse essentiellement aux domaines de la géopolitique et de la géostratégie, principalement au Moyen-Orient et en Asie Centrale, ainsi qu’à l’impérialisme états-unien et le mondialisme. »

http://alwissal.wordpress.com/2010/07/24/des-petromonarchies-a-un-vatican-islamique-via-limperialisme-anglo-saxon/

2 comments:

NeWbOy19 said...

Salam alikoum
merci mon frère, il y a aussi un livre très intéressant du Cheikh Hussein Imran http://imranhosein.org/media/books/caliphate.pdf
il est en anglais, ce livre relate tous les événements qui ont eu lieu au moyen-orient et la péninsule arabe (c'était pour l'établissement de l'État d'IsraHell, et la destruction de la Khilafat)
et pour l'islam ne changera jamais, il est protégé par Allah (sourate Al Hijr), par contre ce qui a fait mal à la Oummah c'est le manque des Vrais hommes, des savants pieux (comme les compagnons du prophète), il a dit le prophète (Que le Paix et le Salut soient sur lui) « Certes Allah n’enlève pas la science en la retirant de la poitrine des savants, mais il l’enlève avec la mort des savants jusqu'à ce qu’il ne reste plus de savants. Les gens prendrons pour guides des ignorants. Lorsqu’ils seront interrogés ils répondront sans science. Ils seront égarés et égareront les gens ».
il y a aussi l'alliance des dirigeants arabo-musulmans avec les occidentaux.

facilitator999 said...

Salaam

Can you please update your site with the new url www.islamictube.com