Saturday, October 02, 2010

France-Israel-Algerie: L'eradication en cours du dispositif terroriste de la France-Israel , Tewfik de la France-Israel a l'anglo-americano-sionisme


General Toufik: 'God of Algeria'  

Traduction de l'article en francais par 'Le Quotidien d'Algerie' au bas de la page,

September 2010 is the 20th anniversary of the world's longest serving 'intelligence chief' taking office. The man in question is General Mohamed 'Toufik' Mediène, the director of Algeria's Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS).



He was appointed head of the DRS in September 1990, 15 months before Algeria's 'Generals', or 'the group' as they were known at the time, which included Mediène (then a colonel), annulled the elections that would have brought to power the world's first ever democratically elected Islamic government.

To serve as head of the intelligence and security service of one of the world's most ruthlessly repressive and corrupt regimes for 20 years is an extraordinary achievement. Felix Dzerzhinsky, the founder of the Cheka and forerunner of the KGB, effectively 'controlled' the Soviet Union for nine years (1917-1926); Lavrenti Beria, head of the NKVD, terrorised it for 15 (1938-1953); Hitler's chief of police, Heinrick Himmler committed suicide after 11 (1934-1945), while General Hendrik van den Bergh ran apartheid South Africa's Bureau of State Security (BOSS) for 11 years (1969-1980). Mediène has surpassed them all.

Why then, just as Mediène has reached this extraordinary milestone, are there rumours of his imminent demise?

The answer, in a nutshell, is that when a country's head of intelligence and security becomes 'the news' it is a fairly sure sign that his time is up. For the last nine months, Mediène has increasingly been 'the news', largely as a result of the struggle that broke out between Abdelaziz Bouteflika and the DRS boss after Bouteflika's election to a third term as president in April 2009.

Algeria's 'strong man'

To understand this struggle, we need to go back some years. Mediène's promotional route had been 'le tapis rouge' - trained by the KGB in 1961 and backed by the chiefs of Algeria's original secret service.

During the 1990s, when Algeria was immersed in its 'Dirty War' against the Islamists, the strongest man in the country was General Mohamed Lamari, the chief of staff of the Algerian army. However, as the country moved towards peace and the tanks returned to barracks, this mantle shifted to Mediène.

The transition from 'war' to 'peace' and the emergence of Mediène as the country's 'strong man' coincided with the period surrounding the election in 1999 of Bouteflika as president.
The personal weaknesses of others, such as the propensity to corruption and sexual proclivities, have been fundamental to Mediène's exercise of control. It is therefore not surprising that Mediène's support for Bouteflika in 1999 was clinched by the fact that Bouteflika had been convicted in 1983 for the embezzlement of some $23mn in today's equivalent from Algeria's chancelleries while serving as foreign minister from 1965 to 1978.

Mediène became Algeria's undisputed 'strong man' after the April 2004 presidential election and the unexpected dismissal of Mohamed Lamari four months later. The intrigue that led to Lamari's dismissal involved a deal between Bouteflika and Mediène to give Algeria a new image by removing the most hated general of that time.

With Lamari gone, power was effectively shared between Bouteflika and Mediène, with General Smaïn Lamari (no relation to Mohamed), Mediène's deputy and head of the Direction du contre-espionnage (DCE), doing his 'dirty work'.

Grandiose ambitions

Mediène is a very secretive man. Only one photograph of him has been published and few, if any, of his spoken words have been recorded. It has therefore been assumed that the realisation of his ambition, if that is what it was, to take effective control of the country, dates from Lamari's departure from the scene.

However, there is one record of Mediène's words which suggests that he had a grandiose sense of his self-importance and power long before Lamari's 'retirement'.

The year was 1999; the occasion was the DRS's torture and interrogation of Fouad Boulemia, claimed by the DRS to have murdered the Islamic Salvation Front (FIS) leader Abdelkader Hachani.

In his controversial one-day court trial in April 2001, Boulemia described how, after he had been tortured by DRS officers, Mediène entered and said: "It's me, the boss (ana rabha). You are going to see what I am going to do to you. Admit that you killed Hachani and you'll get 15 years prison. Your parents will be able to see you in prison. If not, I'm going to take you to your mother's and will disembowel her in front of you. I am General Toufik, the God of Algeria (Rab Edzayer)."

Aside from his power of life or death over his fellow mortals, Mediène's other godly attributes, given his shareholdings and investments in Algeria's natural resources and real estate, would appear to be more materialistic than spiritual.

Warning signal

The 'God of Algeria's' current difficulties began with Bouteflika's election to a third term in April 2009. A third presidential term required a change to the constitution, which the DRS reluctantly supported.

But the consequences of the election were not what Mediène had intended. No sooner was Bouteflika ensconced in his third term than his 'clan' as it become known, aware of the president's poor health, started planning in earnest for the succession of his younger brother, Said Bouteflika.

Although regarded by many as ineffectual, Said Bouteflika was nevertheless establishing a political power base. He had become the president's 'gate-keeper', was effectively a minister-without-portfolio and was gathering support among the country's business elite. There was even talk of a new political party being created for him.

The prospect of such a dynastic succession was not what the DRS had in mind when it gave the green light for Bouteflika's third term.

Mediène watched Said's move towards centre stage with distaste. Although the DRS no doubt felt that it could manage the 'succession problem', Mediène was alert to the possibility that Bouteflika, having got rid of Lamari at the beginning of his second term, might try to do the same with Mediène in his third.
The warning signal to Mediène came when Said Bouteflika linked his campaign to the former security boss, General Mohamed Betchine.

Corruption as control
Bouteflika was elected to a third term as president of Algeria in 2009 [GALLO/GETTY]

Betchine had been head of the country's intelligence services and Mediène's boss in the 1980s, before the creation of the DRS in 1990, when he seemingly went into retirement.

Following their January 1992 coup, the Generals ruled for the next two years through the Haut Comité d'Etat (HCE). With the HCE's dissolution in January 1994, the Generals appointed their own man, Liamine Zeroual, as president.

Determined not to be the generals' stooge, Zeroual appointed Generals Saidi Fodil and Mohamed Betchine as his two advisors.

By 1996, Zeroual had decided that Mediène had become too powerful and planned to replace him with Fodil. Mediène's response was swift: Fodil died in a 'road accident'.

A year later, Zeroual tried again, this time deciding to appoint Betchine as minister of defence in order to get rid of Mediène. Mediène's retaliation was again swift and preemptory. He organised civilian massacres on a massive scale - at Raïs, Bentalha, Beni-Messous and elsewhere - bringing horror and psychosis to the gates of Algiers. At the same time, he set the DRS machinery on destroying Betchine's businesses and reputation, forcing him to resign - a broken man. Zeroual followed suite.

Mediène's response to the prospect of Betchine being brought back to power by a Said Bouteflika succession has been devastating. His strategy has been to destroy all those linked to Said Bouteflika using the age-old combination of 'corruption' and 'blackmail'. Indeed, one reason why Mediène backed Bouteflika in 1999 and why corruption has become so pervasive over the last 10 years is that the DRS has encouraged it and uses it as a form of control.

Witch-hunt

Mediène began by exposing the corruption involved in the $12bn E-W highway project, the department of public work and its minister, Amar Ghoul, a friend of Said Bouteflika. The warning was not heeded. Mediène's attack, reminiscent of his 'destruction' of Betchine in 1998, was therefore ratcheted up and directed at both Sonatrach, the giant state-owned oil and gas conglomerate and source of 98 per cent of Algeria's foreign exchange, and Chakib Khelil, the minister of energy and mines and a close friend of the president and 'symbol' of the Bouteflika era.

The 'Sonatrach scandal', which broke in January 2010 with the arrest of the company's CEO, four of its five vice-presidents and other senior executives soon brought both the economy and government to a state of near paralysis. Bouteflika was scarcely seen in public, while the DRS-led witch-hunt, ostensibly into Sonatrach's corruption, left few within the country's political and business elites without sleepless nights.

At one point, it looked as if Bouteflika might be turning the tables on Mediène by establishing an 'independent security commission' to investigate certain dossiers that had remained unresolved from earlier eras.

In particular, the commission sought to ascertain the role played by the DRS in the assassinations of Mohamed Boudiaf, the first chairman of the HCE, and Saidi Fodil.

The testimonies of two high-ranking witnesses, one a member of the DRS's special unit involved in the assassinations of both Boudiaf and Fodil and the other a high-ranking army officer who confirmed the existence of this secret DRS unit, confirmed that this unit, under the overall command of Generals Mediène and Smaïn Lamari, had arranged Fodil's car 'accident'.

We will probably never know what dark arts were exercised on Bouteflika after the publication of these testimonies, but suffice it to say that nothing more has been heard of the commission.
Bouteflika's May 2010 ministerial reshuffle had Mediène's victory script written all over it. Chakib Khelil and Interior Minister Nouredinne 'Yazid' Zerhouni, Bouteflika's two main ministerial supports, were dismissed, along with several lesser ministers. Said Bouteflika's proposed succession became history.

Pyrrhic victory

The fact that Mediène has succeeded in reducing Bouteflika's third term of office to a 'lame-duck' presidency may give him personal satisfaction, but it is something of a Pyrrhic victory for at least two reasons.

Firstly, the Sonatrach scandal and its associated exposés have been at incalculable cost to Algeria's economy and international reputation. Secondly, a number of other unexpected revelations in the last couple of months have caused particularly unwelcome problems for Mediène.

These stem mostly from the recent Quds Press interviews with former DRS agent Karim Moulay. Moulay not only reminded Algerians and the world of the involvement of Algeria's security services in the massacres of the 1990s, but, worse still for Mediène, Moulay gave public testimony that Mediène himself not only ordered the Beni Messous massacre of September 5, 1997, in which some 200 residents of the shack community were slaughtered, but that it was a 'real estate' land clearance operation for his family's personal gain.

Moulay also said that the DRS, under Mediène's command, was behind the planning and execution of the 'terrorist' attack on the Asni Hotel in Marrakech, Morocco, that killed two Spanish tourists and wounded a third in August 1994. Whether Spain re-opens the file and how Morocco will react remain to be seen.

Algeria's relations with Morocco are likely to be damaged further by the activities of al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM). Morocco is aware of the involvement of the DRS in establishing AQIM in the Sahara-Sahel. Now that the kidnapper of the three Spanish aid workers abducted in Mauritania last November, Omar Ahmed Ould Sidi Ould Hama, has been revealed as a member of Polisario, which is closely managed by the DRS, Morocco's claims that the Polisario is being used by Algeria, or at least the DRS, for 'terrorist' objectives, is suddenly taking on a new light.

Moreover, the increasing number of articles indicating that AQIM in the Sahel was a DRS creation is causing unease in Washington. Again, the blame lies with Mediène.

On the domestic front, it is believed that the DRS is coming under pressure, possibly from elements within the army and its own ranks, for the fact that 'terrorism' in the north may be getting worse, not better as claimed by the government, and that civil unrest across the country is reaching alarming levels.

Rumours are that third party intermediaries have spoken with both Mediène and Bouteflika and reached a deal whereby Mediène will 'retire' followed a while later by Bouteflika on grounds of ill-health, with the country to be ruled until the 2014 elections by a deputy president(s) to be appointed sometime before Bouteflika's departure.

Algeria lives by rumour, and this rumour is not dissimilar to one in the spring of 2001 which said that the Berber unrest would bring Mediène's career to an end.

But in 2001 Mediène was saved by 9/11 - twice. Firstly, he was spared being killed on 9/11 by being in another part of the Pentagon building on that fateful day. Secondly, he immediately became Washington's key ally in its 'global war on terror'.

It is unlikely that Washington will attempt to save him now. After all, it is thanks largely to DRS errors that we have been able to tell the story of how the Sahara-Sahel front in the 'global war on terror' was a US-Algerian fabrication.

Jeremy Keenan is a professorial research associate at the School of Oriental and African Studies, London University, and author of The Dark Sahara: America's War on Terror in Africa.

The views expressed in this article are the author's own and do not necessarily reflect Al Jazeera's editorial policy.

Source :
AlJazeerahttp://english.aljazeera.net/indepth/briefings/2010/09/201092582648347537.html
Traduction de notre compatriote Adel H. avec  tous nos remerciements.
  http://www.lequotidienalgerie.org/2010/09/30/general-toufik-god-of-algeria/Septembre 2010 marque le 20ème anniversaire du plus ancien «chef des services de renseignement » en fonction dans le monde. L’homme en question est le général Mohamed «Toufik» Médiène, le directeur du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS) de l’Algérie.

Il a été nommé à la tête du DRS en Septembre 1990, 15 mois avant que les «généraux» d’Algérie, ou «le groupe» comme on les appelait à l’époque, qui comprenait Médiène (alors colonel), annule les élections qui auraient porté au pouvoir le premier gouvernement islamique jamais élu démocratiquement.

Être le chef du service de renseignement et de sécurité de l’un des régimes les plus impitoyablement répressifs et corrompus dans le monde durant 20 ans est une performance extraordinaire. Félix Dzerjinski, le fondateur de la Tchéka et précurseur du KGB, «contrôla» effectivement l’Union soviétique pendant neuf ans (1917-1926); Lavrenti Beria, chef du NKVD, la terrorisa pendant 15 ans (1938-1953); le chef de la police de Hitler, Heinrick Himmler, se suicida après 11 ans (1934-1945), tandis que le général Hendrik van den Bergh dirigea le Bureau of State Security (BOSS) de l’Afrique du Sud sous l’apartheid pendant 11 ans (1969-1980). Mediène les a tous surpassés.
Pourquoi alors, juste au moment où Mediène atteint ce jalon extraordinaire, y a-t-il des rumeurs concernant son imminente mise à l’écart?

La réponse, en un mot, est que le fait que le chef du renseignement et de la sécurité d’un pays fasse l’«actualité» est un signe assez certain que son temps est fini. Durant les neuf derniers mois, Mediène a de plus en plus fait l’«actualité», ce qui est en grande partie la conséquence de la lutte qui a éclaté entre Abdelaziz Bouteflika et le patron du DRS, après l’élection de Bouteflika pour un troisième mandat présidentiel en avril 2009.

L’«HOMME FORT» DE L’ALGÉRIE

Pour comprendre cette lutte, nous devons retourner quelques années en arrière. Pour gravir les échelons de la hiérarchie, Médiène eut droit au « tapis rouge» – formé par le KGB en 1961 et soutenu par les chefs du premier service secret de l’Algérie.
Durant les années 1990, lorsque l’Algérie était plongée dans sa «Sale Guerre» contre les Islamistes, l’homme le plus fort du pays était le général Mohamed Lamari, le chef d’état-major de l’armée algérienne. Toutefois, alors que le pays renouait avec la paix et que les chars retournaient dans les casernes, cette distinction échut à Médiène.
Le passage de la «guerre» à la «paix» et l’émergence de Mediène comme «homme fort» du pays coïncidèrent avec la période entourant l’élection de Bouteflika à la présidence en 1999.

Les faiblesses des autres, tels que la propension à la corruption et les penchants sexuels, ont été fondamentaux pour l’exercice du contrôle par Médiène. Il n’est donc pas étonnant que ce qui décida Médiène à accorder son soutien à Bouteflika en 1999 fut le fait que ce dernier avait été condamné en 1983 pour le détournement de quelque 23 millions de dollars en monnaie équivalente d’aujourd’hui des chancelleries de l’Algérie alors qu’il était ministre des Affaires étrangères de 1965 à 1978.

Mediène devint l’«homme fort» incontesté de l’Algérie après les élections présidentielles d’avril 2004 et la mise à l’écart inattendue de Mohamed Lamari quatre mois plus tard. La combine qui aboutit à la mise à l’écart de Lamari comprenait un accord entre Bouteflika et Mediène qui consistait à donner une nouvelle image de l’Algérie en écartant le général le plus haï à cette époque.

Lamari parti, le pouvoir fut effectivement partagé entre Bouteflika et Mediene, le général Smaïn Lamari (aucun lien de parenté avec Mohamed), l’adjoint de Médiène et chef de la Direction du Contre-espionnage (DCE), faisant le «sale boulot».

AMBITIONS GRANDIOSES

Mediène est un homme très secret. Seule une photographie de lui a été publiée et peu de ses paroles, s’il n’y en a jamais eu, ont été enregistrées. On suppose donc que la manifestation de son ambition, si c’était de cela qu’il s’agissait, de prendre le contrôle effectif du pays, commença avec le départ de Lamari de la scène.

Cependant, il y a un enregistrement des dires de Médiène qui donne à penser qu’il avait un sens grandiose de l’importance de sa personne et de son pouvoir bien avant le «départ en retraite» de Lamari.

Ce fut en fut 1999; la circonstance fut la torture et l’interrogatoire par le DRS de Fouad Boulemia, que le DRS prétendait être l’assassin d’Abdelkader Hachani, leader du Front islamique du salut (FIS).

Au cours de son procès controversé d’un jour, en avril 2001, Boulemia décrivit comment, après avoir été torturé par des agents du DRS, Mediène entra et dit: « C’est moi le patron (ana rabha). Tu vas voir ce que je vais te faire. Avoue que tu as tué Hachani et tu auras 15 ans de prison. Tes parents pourront te voir en prison. Sinon, je vais t’emmener chez ta mère et je vais l’éventrer devant toi. Je suis le général Toufik, le Dieu de l’Algérie (Rab Edzayer). »

A part son pouvoir de vie et de mort sur les simples mortels comme lui, les autres attributs divins de Mediène, compte tenu de ses prises d’actions et investissements dans les ressources naturelles et l’immobilier en Algérie, apparaitraient comme étant plus matérialistes que spirituels.

SIGNAL D’AVERTISSEMENT

Les difficultés actuelles du «Dieu de l’Algérie » commencèrent avec l’élection de Bouteflika pour un troisième mandat en avril 2009. Un troisième mandat présidentiel exigeait une modification de la Constitution, que le DRS soutint à contrecœur.
Mais les conséquences de l’élection ne furent pas celles que Médiène avait voulues. A peine Bouteflika fut-il confortablement installé dans son troisième mandat que son «clan», comme on en vint à le connaître, conscient de la mauvaise santé du président, commença à élaborer sérieusement des plans afin de lui faire succéder son frère cadet, Saïd Bouteflika.

Bien que considéré par beaucoup comme un incapable, Saïd Bouteflika était néanmoins en train d’établir une base de pouvoir politique. Il était devenu le « portier » du président, était en fait un ministre-sans-portefeuille et rassemblait des soutiens parmi l’élite affairiste du pays. On parlait même d’un nouveau parti politique qui allait être crée pour lui.

La perspective d’une telle succession dynastique n’était pas ce que le DRS avait en tête quand il avait donné le feu vert pour le troisième mandat de Bouteflika.

Médiène observait le mouvement de Saïd vers le centre de la scène avec dégoût. Bien que le DRS sentît sans aucun doute qu’il ne pouvait gérer le « problème de la succession », Mediène était conscient du risque que Bouteflika, s’étant débarrassé de Lamari au début de son second mandat, pourrait essayer de faire de même avec Médiène dans son troisième.

Le signal d’avertissement parvint à Mediene quand Saïd Bouteflika lia sa campagne à l’ancien patron de la sécurité, le général Mohamed Betchine.

LA CORRUPTION COMME MOYEN DE CONTRÔLE

Bouteflika a été élu pour un troisième mandat en tant que président de l’Algérie en 2009 Betchine avait été chef des services de renseignement du pays et patron de Médiène dans les années 1980, avant la création du DRS en 1990, quand il prit sa retraite en apparence.

Après leur coup d’État de Janvier 1992, les généraux gouvernèrent pendant les deux années suivantes par l’intermédiaire du Haut Comité d’État (HCE). Avec la dissolution du HCE en Janvier 1994, les généraux désignèrent leur propre homme, Liamine Zeroual, en tant que président.

Déterminé à ne pas être le pantin des généraux, Zeroual nomma les généraux Mohamed Saidi Fodil et Mohamed Betchine comme conseillers.

En 1996, Zeroual avait décidé que Médiène était devenu trop puissant et prévu de le remplacer par Fodil. La réaction de Médiène fut rapide: Fodil mourut dans un «accident de la route».

Un an plus tard, Zeroual essaya de nouveau, en décidant cette fois de nommer Betchine comme ministre de la défense afin de se débarrasser de Médiène. Les représailles de Médiène furent encore une fois promptes et péremptoires. Il organisa des massacres de civils à grande échelle – à Raïs, Bentalha, Beni-Messous et ailleurs – amenant l’horreur et la psychose jusqu’aux portes d’Alger. Au même moment, il utilisa la machinerie du DRS pour détruire le business de Betchine et sa réputation, le forçant à démissionner – un homme brisé. Zeroual le suivit.

La réaction de Médiène à la perspective de voir Betchine ramené au pouvoir par une succession échouant à Said Bouteflika a été dévastatrice. Sa stratégie a été de détruire tous ceux qui étaient liés à Saïd Bouteflika en utilisant la combinaison vieille comme le monde entre «corruption» et «chantage». En effet, l’une des raisons qui avaient poussé Médiène à soutenir Bouteflika en 1999 et qui ont fait que la corruption soit devenue si répandue au cours des 10 dernières années est que le DRS l’a encouragée et l’utilise comme un moyen de contrôle.

CHASSE AUX SORCIÈRES

Médiène commença par mettre au jour la corruption à laquelle furent mêlés, dans le projet d’autoroute est-ouest de 12 milliards de dollars, le secteur des travaux publics et son ministre, Amar Ghoul, un ami de Saïd Bouteflika. L’avertissement ne fut pas entendu. L’attaque de Médiène, qui rappelle sa «destruction» de Betchine en 1998, monta donc graduellement en puissance et fut dirigée tout à la fois contre Sonatrach, l’empire pétrolier et gazier géant appartenant à l’État, source de 98 pour cent des rentrées en devises de l’Algérie, et Chakib Khelil, le ministre de l’énergie et des mines, ami intime du président et « symbole » de l’ère Bouteflika.

Le « scandale Sonatrach », qui éclata en Janvier 2010 avec l’arrestation du PDG de l’entreprise, quatre de ses cinq vice-présidents et d’autres cadres supérieurs, eut vite fait de mener aussi bien l’économie que le gouvernement à un état de quasi-paralysie. Bouteflika fut à peine vu en public, tandis que la chasse aux sorcières menée par le DRS, sous-couvert de l’enquête sur la corruption à la Sonatrach, donna des nuits blanches à presque tous les membres des élites politiques et économiques du pays.
À un certain moment, il sembla que Bouteflika pourrait renverser la donne contre Médiène en désignant une « commission de sécurité indépendante » pour enquêter sur certains dossiers des époques antérieures qui n’avaient pas été résolus.

En particulier, la commission chercha à déterminer le rôle joué par le DRS dans les assassinats de Mohamed Boudiaf, le premier président du HCE, et Saidi Fodil.
Deux témoins de haut rang, l’un deux étant un membre d’une unité spéciale du DRS impliquée dans les assassinats de Boudiaf et Fodil, et l’autre un officier militaire de haut rang qui confirma l’existence de cette unité secrète du DRS, confirmèrent dans leurs déclarations que cette unité, sous le commandement global des généraux Médiène et Smaïn Lamari, avait organisé l’«accident» de voiture de Fodil.

Nous ne saurons probablement jamais qu’elle sorte de magie noire a été exercée sur Bouteflika après la publication de ces témoignages, mais il suffit de dire qu’on n’a plus entendu parler de cette commission.

Le remaniement ministériel opéré par Bouteflika en mai 2010 portait en filigrane la trace du script victorieux de Médiène. Chakib Khelil et le ministre de l’Intérieur Nouredine «Yazid» Zerhouni, les deux principaux appuis ministériels de Bouteflika, furent écartés, de même que plusieurs ministres de moindre importance. La proposition de donner la succession à Saïd Bouteflika devint de l’histoire ancienne.

VICTOIRE A LA PYRRHUS

Le fait que Médiène ait réussi à réduire le troisième mandat de Bouteflika à une présidence factice pourrait lui procurer une satisfaction personnelle, mais cette victoire est une victoire à la Pyrrus pour au moins deux raisons.

Premièrement, le scandale Sonatrach et les expositions associées ont eu un coût incalculable pour l’économie de l’Algérie et sa réputation internationale. Deuxièmement, un certain nombre d’autres révélations inattendues ayant eu lieu au cours des deux derniers mois ont été la cause de problèmes particulièrement malvenus pour Médiène.
Ces problèmes ont essentiellement pour origine les entretiens récents de Quds Press avec l’ancien agent du DRS Karim Moulay. Moulay non seulement rappela aux Algériens et au monde l’implication des services de sécurité de l’Algérie dans les massacres des années 1990, mais, pire encore pour Médiène, il témoigna publiquement que Médiène lui-même avait non seulement ordonné le massacre de Beni Messous du 5 septembre 1997, dans lequel quelques 200 habitants de cet ensemble de masures furent massacrés, mais qu’il s’agissait d’une opération « immobilière » défrichement de la terre pour le profit personnel de sa famille.

Moulay déclara également que le DRS, sous le commandement de Médiène, était derrière la planification et l’exécution de l’attaque « terroriste » contre l’Hôtel Asni à Marrakech, au Maroc, qui tua deux touristes espagnols et en blessa un troisième en août 1994. Il reste à voir si l’Espagne ouvrira de nouveau le dossier et comment le Maroc réagira.

Les relations de l’Algérie avec le Maroc sont susceptibles de se dégrader encore plus avec les activités d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI). Le Maroc est conscient de l’implication du DRS dans l’établissement d’AQMI dans le Sahara-Sahel. Maintenant qu’on sait que le ravisseur des trois travailleurs humanitaires espagnols enlevés en Mauritanie en Novembre dernier, Omar Ahmed Ould Sidi Ould Hama, est un membre du Polisario, qui est étroitement géré par le DRS, les affirmations du Maroc que le Polisario est utilisé par l’Algérie, ou du moins le DRS, pour des objectifs «terroristes», apparaissent soudain sous un jour nouveau.

En outre, les articles en nombre croissant qui indiquent qu’AQMI dans le Sahel est une création du DRS suscite un malaise à Washington. Encore une fois, le blâme retombe sur Médiène.

Sur le plan intérieur, on estime que le DRS est mis sous pression, peut-être de la part d’éléments au sein de l’armée et de ses propres rangs, pour le fait que le «terrorisme» dans le nord pourrait empirer, et non régresser ainsi que le prétende le gouvernement, et que les troubles sociaux dans tout le pays atteignent des niveaux alarmants.

Des rumeurs disent que des intermédiaires d’une tierce partie ont parlé avec Médiène et Bouteflika et conclu un accord selon lequel Médiène « prendrait sa retraite » suivi un peu plus tard par Bouteflika pour raisons de santé, le pays devant être gouverné jusqu’aux élections de 2014 par un (des) vice-président(s) qui serai(en)t nommé(s) quelque temps avant le départ de Bouteflika.

L’Algérie vit sous l’emprise de la rumeur, et cette dernière rumeur n’est pas sans rappeler celle du printemps de 2001, qui disait que les troubles Berbères (sic) mettraient un terme à la carrière de Médiène.

Mais en 2001 Médiène fut sauvé par 9/11 – par deux fois. Tout d’abord, il eut la vie sauve le 9 septembre 2001 car il se trouvait dans autre partie du bâtiment du Pentagone en ce jour fatidique. Deuxièmement, il devint immédiatement l’allié clé de Washington dans sa «guerre globale contre le terrorisme».

Il est peu probable que Washington essaie de le sauver maintenant. Après tout, c’est en grande partie grâce aux erreurs du DRS que nous avons été en mesure de raconter l’histoire du comment le front du Sahara-Sahel dans la «guerre globale contre le terrorisme» était une fabrication américano-algérienne.

Jeremy Keenan est un professeur associé de recherche à la School of Oriental and African Studies (École des Études Orientales et Africaines), Université de Londres, et auteur de The Dark Sahara: America’s War on Terror in Africa (Le Sahara sombre : la guerre de l’Amérique contre le terrorisme en Afrique).

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale d’Al Jazeera.










2 comments:

wah fkir said...

Algeria has Allah as God ans only God. As to those you elect as God at your own risk, they're only public servants under the ministry of defence's supreme authority. Propaganda and lies which you and El Jazira-the arabian BBC-are spreading around does no good to Islam nor Moslems, but dividing ranks and poisoning the atmosphere to our main-enemy's benefit, zionism. Algeria is well and Islam has never before been so flourishing. Tune your bitterness to some other victim, we've learnt from passed history never again trust imported destructive ideologies, let alone those coated with Wahhabism. What a pity this waste of resources targeting Algeria, a country blessed by Allah, while you better clean your front door and distance yourself from Ben Ladden and his CIA mercenaries.

Abu-Suleyman said...

Oui de belle paroles, wahabisme et blabla venant de vous ca me fait une belle jambe, mais des verites qui destabilisent et font mal a Paris comme a Alger... ca fait tres mal... c'est sur que Tewfik est un fils de shahid alors que ce n'est qu'un vulaire fixeur pour les interets etrangers, je laisse a vos commentaires le soin de guerrir les plaies interieures, sortez de votre ecurie une moment, refuser de voir la realite ca porte un nom en medicine, je vous laisse vouss auto-diagnostiquer....