Sunday, May 15, 2011

La défaite finale des sionistes approche a grands pas et notre retour en Palestine Historique est un droit sacré

L
Trois bonnes nouvelles concernant l'effondrement du projet sioniste et Trois soutiens pour la libération de la Palestine


Gaza – CPI




"Il y a trois bonnes nouvelles au cours des changements arabes actuels de promouvoir l'approche de la victoire et l'effondrement du projet sioniste, alors qu'il y a également trois soutiens pour l'accomplissement du projet de la libération", a déclaré, le premier ministre palestinien, Ismail Haniyeh.


Variables et bonnes nouvelles de la victoire
 
A l'occasion de la commémoration du 63ème anniverssaire de la Nakba, Haniyeh a déclaré, aujourd'hui, après la prière de l'aube, le dimanche 15/5, à la mosquée Omari de Gaza: "Nous sommes dans l'anniversaire de la soixante-troisième de la Nakba et nous estimons qu'il y a des variables conduiront à l'effondrement du projet sioniste en Palestine et au triomphe du projet de la nation".

Réconciliation
 
Haniyeh a expliqué que ces bonnes nouvelles sont représentées en trois variables importantes: la première est de favoriser la réconciliation palestinienne, qui a été ratifiée cette année en signant les ententes palestiniennes et la feuille égyptienne.

Il a souligné que "l'unité du peuple est indispensable pour atteindre la victoire, la libération et le retour des réfugiés dans leur patrie", ajoutant que «lafaiblesse est dans la division et les mésententes".
"Aujourd'hui, nous armons avec le début de l'unité, la réconciliation et la coexistence entre les peuples, en dépit de différents programmes politiques, ce qui ouvre devant nous de bonnes perspectives, qui sont très importantes", a ajouté Haniyeh.

Haniyeh a confirmé sur la sincérité de l'application fidèle de l'accord de réconciliation, soulignant que "beaucoup de nos gens regardent avec impatience, et beaucoup de prudence et de suspicion (la mise en œuvre de l'accord de réconciliation), en affirmant: «Ces craintes sont légitimes, mais nous devrions tenir l'intention et la volonté pour faire réussir cette  tendance et payer le prix pour cela, et que nous tenons en priorité la restauration de l'unité sur la base de la protection des constantes et le choix du djihad,  en refusant la politique d'abandon et de relier cette population par ses héritages culturels, la foi et la religion".

Révolutions arabes .. Un changement important
 
Le Premier ministre a montré que la deuxième bonne nouvelle est les transformations et les révolutions arabes qui commencent autour de nous, dans de nombreuses capitales arabes, exactement ce qui se passe dans notre pays frère l'Egypte qui est le réservoir stratégique de l'homme, ce changement majeur de la révolution qui détruit pour construire.


Haniyeh a assuré: «Ces révolutions qui font sortir des régimes actuels liés à la volonté des peuples, les peuples de la nation qui ont été éloignés au cours des décennies et ont vécu sous la tyrannie et l'oppression .. Aujourd'hui, ces peuples possèdent l'initiative"; soulignant que ces révolutions auraient un impact sur les changements de la cause palestinienne.

Il a attiré l'attention a la présence de deux millions dans la place" Tahrir",au Caire, le vendredi, et a déclaré: «Nous avons vu à quel point la question palestinienne est revenue à l'Egypte, et nous avons vu les drapeaux de la Palestine (qui étaient absents auparavant) flottant dans le ciel du Caire et portés par la jeunesse égyptienne.
 «Nous vivons dans l'un des signes de la victoire dans l'évolution de la méthodologie de la nation et son rejet de la tyrannie et son attachement à l'affaire et au Coran", soulignant que ces révolutions auraient un impact positif sur l'affaire et un effet négatif sur l'entité sioniste.

Compréhension palestinienne et islamique
 
Selon Haniyeh, la troisième bonne nouvelle est la grande conscience de notre peuple dans tous les lieux de sa présence et des fils de la nation, qui a chuté l'expréssion qui disait que "les Adultes meurent et les Jeunes oublieront», tout en commentant: «Peut-être les Adultes meurent, mais les Jeunes n'oublieront jamais, ceux qui ont fait éclater  les deux intifadha sont ceux qui sont nés à l'époque de l'occupation.

Il a indiqué aux changements et la mobilisation dans les pays arabes, européens, comme la conférence organisée pour les Palestiniens en Europe, qui s'est tenue en Allemagne, où ils ont refusé la domestication et la réinstallation, appelant à l'unité de la Palestine, ainsi que la manifestation qui s'est mobilisée en Grande-Bretagne portant la responsabilité historique (où le peuple palestinien était sous le mandat brétannique) à la Déclaration Balfour.

Haniyeh a exprimé sa satisfaction aux marches, qui sont sorties en Cisjordanie, et a déclaré: "Nous voyons avec satisfaction aux manifestations communes et unifiées dans les villes de la Cisjordanie et nous voulons plus, et la libération de tous les prisonniers politiques afin que nous puissions obtenir un rythme régulier et sans interruption de réaliser la réconciliation"

"L'Acte de Genève est tombé et aujourd'hui nous le piétinons, car il a relâché le droit au retour, tous ceux qui trahissent les constantes, en particulier le droit au retour seraient hors de l'histore", a poursuivi le premier ministre.

Il a ajouté: «Nous sommes face aux transformations historiques majeures, la roue a tourné rapidement et le projet sioniste n'est plus au sommet de cette roue", ajoutant que: "les projets coloniaux n'ont aucune survie sur la terre arabe et musulmane, notamment sur la terre de Palestine".

Les soutiens de la libération
 
Haniyeh a confirmé que nous sommes aujourd'hui en face du temps anticipé de la vraie libération, en pointant sur les trois piliers (soutiens) que nous devons respecter afin de réaliser la libération.

"Le premier pilier est l'unité de référence pour la direction palestinienne", notant que le document de réconciliation a abordé cette question en la reconstruction de l'OLP, le cadre directif provisoire et les tâches qui lui  est confiées et qui sont très importantes, ainsi qu'on doit se conformer strictement à les appliquer", a insisté Haniyeh.

Il a souligné que le deuxième pilier est la protection de l'unité palestinienne qui devrait être fondée sur attitudes honnêtes et de ne pas répéter les expériences précédentes.

Haniyeh a confirmé que le troisième pilier est de s'appuyer sur l'aide de la nation, confirmant: "La Palestine se peut qu'elle ne soit pas libérée par es Palestiniens seulement, la libéralisation globale nécessité le soutien de cette nation et son appui à la résistance palestinienne continue, qui est la résistance à l'épuisement du projet de l'ennemi pour laquelle toute partie liébré c'est bon, mais la libération nécessite une position héroïque de la nation et l'implication dans le projet de libération ".
Il a également précisé:"La nation doit assumer son devoir du soutien soutien et de l'aide, financièrement, politiquement et moralement, et même militairement afin de maintenir le peuple palestinien plus fort et capable de faire face à l'occupation et arrêter le cancer des expansions colonisalistes dans les territoires palestiniens et arabes."

Tout un siècle de Jihad
 
Haniyeh a suggéré, que «si plus de 63 années ont passé  sur ce qu'on appelle la Nakba, ou le viol de la Palestine, il y a un siècle du jihad, la fermeté et la résistance face à cette attaque colonialiste depuis l'époque du  mandat britannique et jusqu'à l'occupation sioniste.

Il a dit: «Deux choses plus éminents ont été les anticipés du siècle de djihad et de la résistance, premièrement :" La révolution, le Jihad et de la résistanc; la révolution de Buraq en 1929 qui a commencé de la mosquée "al-Aqsa"(la première "Kibla" ), où la mosquée sainte fut le point de lancement du djihad, car la mosquée est l'identification et la protection de ce bienheureux djihad ".
Haniyeh a, en outre, souligné : «Ce lancement a été renouvelé à maintes reprises des mosquées et dans de nombreuses étapes de l'histoire de notre peuple, au cours des cent dernières années, en passant par la révolution, d'al-Qassam, de Hassan Salama et d'al-Husseini, puis la révolution contemporaine, ensuite l'Intifadha des mosquées qui a duré sept ans, qui a été lancée des mosquées et fondée par la génération croyante, puis l'Intifada actuelle qui s'entend et parfois diminue, et par la volonté de Dieu  (Allah) c'est aussi l'Intifada d'al-Aqsa".

Il a poursuivi: " Entre la révolution de Bouraq à partir d'al-Aqsa en 1929, et l'Intifadha de 2000, baptisée également l'"Intifada" d'al-Aqsa, ce qui signifie que le peuple palestinien connaît son chemin et connaît bien la voie de la libération, et que la résolution du conflit et la lutte de libération ne peut être que sous la bannière de l'islam".

La mosquée et le retour aux bases de la victoire
 
"Ce que nous renforçons aujourd'hui, au moment où nous prions la prière de l'aube, en coïncidence à la 63ème commémoration de la Nakba, c'est que nous revenons à cette mosquée priant à la même mesure que notre prière de vendredi, comme l'avait confirmé un sioniste en avertissant sa nation: quand vous voyez la prière de l'aube, comme la prière du vendredi, sachez que nous sommes en danger comme étant une entité sioniste", a insisté Haniyeh en rassurant les Palestiniens.

Haniyeh a notamment indiqué que "c'est la base de la victoire, et un réservoir de la peur et la terreur qu'ils ont (les sionistes). Notre peuple a présenté des modèles de combattant et la campagne du Coran et du fusil .. Au moment où les jeunes ont porté le fusil dans une main et le Coran dans l'autre, ont fait des merveilles et forcé l'ennemi d'admettre la défaite et la réfraction".

"Deuxièmement; c'est le martyre et le sang qui ont été autorisés au nom d'Allah, car avec la révolution de "Buraq", en Septembre 1930 était l'exécution des trois dirigeants: Atta Zeer, Mohammed Jamjoom, Fouad Hijazi,  ce qui se renouvelle aujourd'hui de la même mosquée "al-Aqsa" par l'assassinat de l'enfant maqdissins "Mylad", a affirmé le leader palestinien.

Haniyeh a confirmé: "De la mosqué le Jihad a été lancé et aucun djihad ne serait sans sacrifices et sang, pas de liberté sans sacrifices, et notre peuple n'a pas encore épargné dans la fourniture d'un projet de loi sacrifices".

Le premier ministre a insisté également qu'il n'y ait pas de retour en Palestine que par un retour à Dieu (Allah), particulièrement, qu'il n'y ait  pas de retour à Jaffa, Safed et Lod qu'après le revient à l'ombre de la mosquée et le Coran.

Le triomphe est à venir
 
En effet, Haniyeh a conclu insistant sur le non renoncement ou la négligence aux droits et  principes fondamentaux du peuple peuple, en  confirmant: ". Nous ne reconnaîtrons pas l'occupation .. aucun abandon au projet de la résistance comme l'un des principaux piliers de la libération .. on ne renoncera plus à la question des prisonniers, nous nous attachons à toutes les exigences de la résistance afin de réaliser leur liberté".

Finalement, Haniyeh a réafirmé que "la victoire et l'État vont venir, les réfugiés vont être rapatriés et l'occupation disparaîtra".

"La fin du sévère blocus sioniste imposé contre Gaza sera bientôt", a confirmé Dr. Khalil al-Hayya, membre du bureau politique du Hamas, soulignant à la fermeté de son mouvement et le peuple palestinien pendant les 5 dernières années, en dépit du blocus, complots et pressions étrangères.

Dans un discours prononcé avant la prière de l'aube (Fajr), aujourd'hui dimanche 15/5, dans la Mosquée Omari à Gaza à la commémoration de la Nakba, al-Hayya a ajouté: "Le blocus de Gaza est brisé dans le cœur du monde et ses militants et a commencé d'être brisé sur le terrain".

Il a insisté que le départ vers la ville occupée d'al-Qods sera à travers des mosquée de la Palestine et après la prière de l'aube (Fajr), soulignant qu'il est le signe de départ des foules arabes vers al-Qods et al-Aqsa en une année remarquable, au cour de laquelle le peuple palestinien et sa question juste vaincront.
"Les Sionistes se réuniront comme ils veulent, leur défaite sera bientôt et notre retour avec tous les réfugiés palestiniens est un droit sacré", a-t-il ajouté.

Hamadan:les marches de retour confirment que les générations n'oublient pas la terre de la Palestine

Beyrouth – CPI


"Les marches de retour organisées en Palestine et dans les lieux de l'existence des réfugiés palestiniens dans un certain nombre de pays arabes, vers les frontières, envoient un message claire et précis que 63 ans d'expulsion n'ont pas pu forcer les générations d'oublier la terre de la Palestine", a confirmé Oussama Hamdan, responsable des relations étrangères au mouvement du Hamas.


Lors d'une cérémonie organisée par la députée Libanaise, Bahia Hariri, au Liban, le samedi 14/5, pour féliciter la réconciliation palestinienne et célébrer la commémoration de la Nakba, Hamdan a déclaré: "Le peuple palestinien travaillera partout, au Liban, en Jordanie, en Syrie, en Egypte et premièrement à l'intérieur de la Palestine , dans la Bande de Gaza, en Cisjordanie et dans les territoires palestiniens occupés en 1948 et avec ses frères arabes pour adresser un message clair et précis que les générations palestiniennes n'oublient pas la Palestine et que nous commençons, aujourd'hui, le trajet de retour qui a commencé dès le premier jour de la résistance en Palestine".


"Nous disons aujourd'hui que les peuples reprennent leur capacité et changent leurs régimes, notre peuple palestinien reprend la sienne et veut mettre fin à l'occupation et que cette marche sous le slogan: "Le peuple veut retourner en Palestine", a-t-il ajouté.

Le dirigeant du Hamas a poursuivi: "Nous prenons aujourd'hui une première étape dans le chemin qui unit les Palestiniens après quatre ans de division, et sans doute, que les premières mesures sont très difficiles, mais elles sont les importantes et aventageuses pas sur ce chemin".


Il a attiré l'attention que le Hamas et Fatah ont signé l'accord de réconciliation, il y a une semaine, au Caire, et demain, le deux délégations (Fatah et Hamas) se rencontreront une autre fois pour nommer le président du gouvernement et former le comité de sécurité, ainsi que de s'entendre sur un programme et des mécanismes de la direction provisoire de l'OLP ou la référence intérimaire, cela signifie que nous avons déjà commencé à travailler effectivement et l'objectif n'est pas de la division des pièves ou la distribution des gains, mais la libération de la Palestine et d'y revenir.


Il a également dit: "Nous devons comprendre que notre ennemi est plus faible que jamais", soulignant que l'entité sioniste décidait d'opérer militairement contre nous et réussissait en jours, mais actuellement et après ce qui s'est passé au Liban en 2006 et dans la Bande de Gaza en 2008, l'Etat de l'occupation est encore la grande force militaire dans la région, mais la plus faible sur le niveau politique de prendre une telle décision de mener une guerre.


De son côté, la députée Bahia Hariri a confirmé que la réconciliation palestinienne, multi-usages, résultats et perspectives est la base à la réorganisation de nos priorités, pour éviter le fait que toute personne croit lorsqu'elle oublie ou abandonne le droit du peuple palestinien au retour à ses terres, la création de son état indépendant dont la ville occupée d'al-Qods comme capitale, peut être en stabilité ou prospérité.

Elle s'est félicité des révolutions des peuples arabes pour obtenir leur liberté et leur dignité.

Un martyr et 65 blessés à Gaza par les tirs de l'occupation sur la marche de retour


Beit Hanoun – CPI


Un jeune palestinien âgé de 18 ans est tombé en martyre par les tirs des forces de l'occupation sioniste à l'Est du Quartier de Chujaya alors que 65 citoyens palestiniens dont la majorité sont des enfants ont été blessés, après que les forces occupantes ont tiré, peu avant-midi, le dimanche 15/5, plusieurs obus et balles réelles sur les participants dans la marche de retour, près du passage de Beit Hanoun dans le nord de la Bande de Gaza.
Des sources médicales ont confirmé au correspondant du CPI que les forces occupantes ont tiré des obus d'artillerie, près de la marche de retour aux alentours du passage de Beit Hanoun (Erez).

Notre correspondant a déclaré que les forces occupantes ont lancé, au moins 5 obus, et ont ouvert le feu avec des mitrailleuses en ciblant les manifestants, faisant des victimes. Il a déclaré que les ambulances se sont précipités sur les lieux et ont transporté les blessés vers les hôpitaux dans le nord de la Bande de Gaza.
Des milliers de citoyens palestiniens ont participé dans la marche convoquée par les forces nationales et islamiques, levant les drapeaux palestiniens et des clés symboliques pour indiquer une volonté ferme de retour dans leurs régions aux territoires palestiniens occupés en 1948.

Des dizaines de militants italiens ont participé dans la Marche, après leur arrivée au cours des derniers jours, pour exprimer leur solidarité avec le peuple palestinien face à l'oppression et le terrorisme sioniste.


 150 blessés lors de violents affrontements avec l'occupation à Ramallah

Ramallah – CPI


Une source médicale palestinienne a confirmé au correspondant du CPI que le bilan de blessures s'est élevé à plus de 150 bléssés, lors d'affrontements dans plusieurs régions dans la province de Ramallah et Birah, aujourd'hui dimanche 15/5, en plus de l'arrestation de dizaines de jeunes hommes par une unités spéciales sionistes.

La source a déclaré que plus de 150 blessés sont arrivés, cet après-midi, à l'hôpital de Ramallah, y compris 7 cas graves et plus de 30 blessés par les balles en métal, en plus de dizaines d'autres asphyxiés par le gaz lacrymogène.

Plusieurs axes dans la ville de Ramallah et ses environs témoignent actuellement de violents affrontements entre les jeunes palestiniens qui ont participé aux marches de commémorer de la Nakba et les forces occupantes qui ont attaqué ces marches avec les balles réelles et en métal avec des centaines des bombes de gaz toxique.

Des témoins oculaires ont déclaré que le barrage militaire sioniste installé au sud de Ramallah et à l'entrée principale conduisant à la ville occupée d'al-Qods, était le lieu des grands affrontements violents éclatés avec les soldats sionistes qui ont pris en cible les citoyens palestiniens.
Le barrage d'Atara dans le nord de Ramallah a témoigné de violents affrontements entre des centaines d'élèves palestiniens et les soldats sionistes postés sur le barrage qui sépare entre la ville et des village du nord de la Cisjordanie occupée.

Dans le même contexte, le barrière de Bado, installé au nord-ouest de la ville occupée d'al-QOds, a enregistré de violents affrontements avec les forces occupantes suite à une massive marche organisée dans la région à la commémoration de la Nakba, où les forces occupantes ont envoyé des grands renforts militaires dans la zone proche des colonies qui entourant la ville sacrée.

Des sources palestiniens ont assuré que de violents confrontations se sont produites avec les forces occupantes dans le village d'Anata au nord-est de la ville occupée.

Il est à noter que plusieurs régions en Cisjordanie ont acceuilli des grandes marche pour commémorer la Nakba palestinienne, ont été transformées à des confrontations avec les forces occupantes qui ont renforcé leur existence en Cisjordanie par plus de 10 000 soldats sionistes,  y imposant un cordon sécuritaire renforcé.   

 Neuf martyrs dans le Golan et Maroun al-Ras lors des activités de la commémoration de la Nakba

Golan/Maroun al-Ras – CPI


Neuf manifestants palestiniens, syriens et libanais sont tombés en martyre alors que plus de 50 autres ont été blessés par les tirs des forces occupantes qui ont attaqué les participants dans des marches sur les frontières du Liban et du Golan occupé à la 63ème commémoration de la Nakba palestinienne.

Des rapports de presse ont déclaré que 5 réfugiés ont été tués alors que plus de 30 autres ont été blessés par les tirs des forces de l'occupation sioniste, dans le village de Maroun al-Ras, sur les frontières palestino-libanaises.
En marge d'un festival organisé dans le village à la commémoration de la Nakba du peuple palestinien, des centaines de manifestants se sont dirigés vers les frontières en destination de leurs maisons et terres confisquées par l'ennemi occupant, où ils se sont exposés aux tirs des soldats sionistes.
L'armée sioniste avait annoncé la zone frontalière limitrophe à Maroun al-Ras une région militaire fermé, en coïncidence du rassemblement de milliers de réfugiés palestiniens au Liban dans la région, revendiquant le droit de retour dans leur pays.

De son côté, la chaîne d'al-Jazeera, a cité que 4 citoyens syriens tués et des dizaines d'autres sont blessés près du village de "Majdal Shams", dans le Golan syrien occupé, à la suite de la tentative d'un certain nombre de Palestiniens et Syriens de dépasser les frontières vers le Golan où les soldats sionistes les ont pris en cible par leurs tirs.
Selon le site Web du journal hébreu "Yediot Ahronot", environ 30 citoyens syriens ont tenté de franchir la barrière de sécurité et que l'armée sioniste a ouvert le feu sur eux, blessant 20 d'entre eux dont certains états graves.

Il a ajouté que l'armée d'occupation a annoncé un état d'alerte, dans la région, et qu'un grand nombre d'ambulances était sur le chemin vers le village occupé.

Selon le journal sioniste "Maariv", plus de 10 000 Syriens et Palestiniens ont participé dans une marche vers les frontières, mais une partie d'entre eux a tenté de dépasser les frontières Syriano-israéliens.
Dans le même contexte, un jeune palestinien tué et plus de 65 autres blessés par les tirs des forces occupantes qui ont attaqué les participants dans la marche de retour, à Beit Hanoun, dans le nord de la Bande de Gaza à la commémoration de la Nakba.

Il est à noter que les réfugiés palestiniens dans la bande de Gaza, la Cisjordanie occupée et à l'étranger ont commencé des activités et mouvements pour rappeler d'une catastrophe nationale connue par la Nakba de 1948, en grande présence populaire et participation des dirigeants des factions palestiniennes.

No comments: