Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Tuesday, December 06, 2011

Divergence et diversité : Miséricorde ou malédiction ?

Par Omar Mazri,
www.liberation-opprimes.net


La divergence de ma communauté est une miséricorde اختلاف أمتي رحمة

Ce hadith est l’un des  plus controversés. Certains savants réfutent son authenticité alors que d’autres citant Al Albani le considèrent comme authentique. Sans entrer dans le débat de la chaine de transmission et des transmetteurs qui peuvent être authentifiés comme crédibles alors que le contexte du hadith qui éclaire son sens, sa portée et ses circonstances n’est pas mis en exergue laissant la communauté en divergence sur un hadith qui traite de la divergence. C’est la pire des catastrophes quand on a à l’esprit le hadith où le Prophète implore Allah de ne pas infliger de catastrophe dans la religion de sa communauté (mauvaise compréhension et mauvaise application de l’Islam).


A - Raisonnement logique

Si on utilise le raisonnement logique on voit que le  syllogisme qui s’est construit sur le vrai ou faux hadith est fallacieux en posant les règles logiques élémentaires qui vont nous mettre en évidence ou bien la fausseté du hadith ou l’imposture intellectuelle de son interprétation :

  • Divergence  >>>>>  Miséricorde
  • Miséricorde  >>>>>> Divergence
  • Convergence >>>>>>  Malédiction

Ce qui est absurde pour l’esprit sensé. Mais pour l’esprit insensé cela n’est pas absurde car il se contente par formalisme et bigoterie de répéter ce qu’il a entendu sans chercher à imprimer dans sa conscience l’idée vrai ou le principe du sens. Cet esprit insensé est l’esprit qui règne en maitre dans l’univers des idées, des comportements du savoir et de la gouvernance du monde musulman et que Malek Bennabi décrit dans le faux syllogisme : «  l’Islam est parfait ; nous sommes musulmans ; nous sommes donc parfaits … parfait comme le néant». A partir de ce constat fondé sur un énoncé faux et prémisses fausses  nous ne faisons plus l’effort de réfléchir à notre régression ni la voir ni entreprendre des solutions.

La logique élémentaire nous montre l’erreur et met en en évidence l’énoncé coranique qui doit nous faire interroger sur notre statut de musulman sans que moi ou quelqu’un d’autre ne devienne un censeur sur les consciences puisqu’il lui suffit de se comparer à l’esprit du  bédouin réfractaire à l’Islam car il ne veut ni être libéré ni être civilisé ni  donner primat du spirituel sur le temporel :

{Les réfractaires des nomades du désert te diront : « Nos biens et nos familles nous préoccupèrent, implore pour nous l’absolution ! » Ils disent par leurs langues ce qui n’est pas dans leurs cœurs.} Al Fatah 11

{Les nomades du désert sont plus forts en mécréance et en hypocrisie, et plus aptes à ne pas connaître les normes de ce qu’Allah A Révélé à Son Messager} At Tawbah 97

{Les bédouins dirent : « Nous sommes devenus  croyants ». Dis : « Vous ne êtes devenus pas croyants, mais dites : “Nous sommes devenus Musulmans [en apparence] ”, car la foi n’est pas encore entrée en vos cœurs ».} Al Hujurate 14

La même logique élémentaire nous montre dans le Coran la seconde erreur qui consiste à se croire parfait alors que si nous étions musulmans nous aurions pris conscience que nous sommes des êtres sommes perfectibles en quête de perfection.

{Ne faites donc pas votre propre éloge. Il Est Plus-Scient de celui qui a été pieux.} An Nadjm 32

Nous vivons tous, savants ou étudiants, gouvernés ou gouvernants, hommes ou femmes loin de l’éthique des Salafs : L’examen de conscience et l’auto critique qui rendent l’esprit vigilant et la crainte des sensualités des plaisirs mondains, des rentes de pouvoir politique ou d’autorité religieuse que la sourate An Nadjm interdit. Sinon nous aurions pris conscience d’une manière dramatique que  si nous sommes en divergence dans la compréhension de notre religion et du monde dans lequel nous vivons c’est que nous sommes toujours en régression. Notre régression relève  soit de notre foi imparfaite soit de notre système de représentation du monde erroné du fait de notre système éducatif et formatif, soit de notre comportement futile qui confond les priorités et entretient la confusion  soit tout simplement de l’obsolescence de nos références  bibliographiques ou socio historiques dans l’étude de la religion, de la société et de l’avenir car nous importons des problèmes et des solutions d’un passé révolu à un présent dont les contradictions sont loin d’être résolues par nos mentalités rétrogrades. Nous faisons le contraire de nos Salafs. Eux ils ont évolué et progressé en imitant personne car en faisant du Prophète leur modèle et du Coran leur méthodologie ils ont été des pionniers, des édificateurs, des facilitateurs.  Nous revenons en Arrières piétinant le passé en faisant son apologie ou en entrant dans la polémique sur ce qui ne peut pas changer le cours de notre destin brisant ainsi le fil conducteur vers l’avenir :

{Et ne soyez pas comme celle qui a défait son filage, à rebours, après l’avoir solidement filé} An Nahl 92

Par le raisonnement logique élémentaire et une culture musulmane basique nous parvenons à mettre en doute ou la  validité du hadith ou la crédibilité de sa signification.

B – L’attitude du Musulman face aux divergences :


Si nous sommes divergents sur ce hadith, Allah (swt) nous ordonne en cas de divergence de revenir au Coran en priorité car le Coran est le moule qui a formé le Moi Mohammadien et l’a fait parler comme véhicule d’expression, comme modèle d’impression dans les consciences et  agent de facilitation et d’explicitation mais non l’inverse :

{Et si vous êtes en contestation sur quelque chose, référez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Cela est un bien et d’une meilleure interprétation. N’as-tu donc pas vu ceux qui prétendent qu’ils croient en ce qui te fut Révélé et en ce qui fut Révélé avant toi ? Ils veulent recourir au Taghut comme juge, alors qu’il leur a été commandé de mécroire en lui, et Satan veut les fourvoyer un profond fourvoiement. Et si on leur dit : « Venez-en à ce qu’Allah Révéla et au Messager», tu verras les hypocrites te rebuter de vrais rebuts. Qu’en sera-t-il alors si un malheur les frappe, en raison de ce que leurs mains ont commis, et qu’ils viennent à toi ensuite, jurant par Allah : « Nous n’avons voulu que faire le meilleur, et une réconciliation ! » Ceux-là, dont Allah Sait ce qui est en leurs cœurs, détourne-toi d’eux, exhorte-les, et dis-leur sur eux-mêmes des paroles persuasives.} An Nissa 59 à 63

Le texte coranique, son contexte et son exégèse mettent la lumière non sur une différence ou une diversité admissible mais sur un désaccord majeur et inadmissible car mettant en jeu des croyances, des comportements, des postures et des intérêts diamétralement opposés. Dans ce cas évident, ce n’est pas la divergence qui est miséricorde mais l’arbitrage qui tranche pour concilier, réconcilier ou donner droit à l’ayant droit et mettre fin à la divergence qui est la Miséricorde. Isoler le fabricant de divergence et le combattre intellectuellement, politiquement et socialement pour éviter la discorde et la subversion dans les rangs des musulmans est un devoir donc une miséricorde pour les Musulmans.

Si jamais nous lisons ces versets d’une manière sélective, hâtive  et  farfelue nous aurions alors commis un grand pêché car nous serions allés contre le sens évident de ces versets et contre le dessein du Coran. Le dessein Divin exprimé dans le Coran n’a pas fait du Coran une divergence ni n’a toléré la divergence pour que nous fassions d’un hadith du Prophète (saws) une divergence ou pire encore une invitation à la divergence. Comment imaginer le Prophète inviter à la divergence ou imaginer un Musulman sensée croire qu’il puisse inviter à la divergence ou mieux encore la considérer comme une divergence alors qu’elle sape l’unité de la communauté et sa fraternité :

Comment tolérer cette confusion alors que 17 fois par jour, au moins, nous répétons :

{Guide-nous vers le chemin de rectitude} Al Fatiha 6

Comment tolérer cette confusion alors que le Coran lui-même s’affiche dès les premiers versets comme « sans aucun doute » ne tolérant aucune posture idéique ou spirituelle menant vers l’embarras, la confusion, l’obscurité, l’absurde, l’insensé, le scepticisme, l’indétermination, l’incertitude, l’équivoque, l’ambigüité, la suspicion et tout facteur qui puisse semer la contradiction, l’erreur, la confusion ou  l’égarement :

{Ce Livre-là, sans aucun doute, est une Direction infaillible pour les pieux} Al Baqara 1

Comment tolérer cette confusion alors qu’il est la norme de notre raisonnement, de notre comportement, de notre jugement et qui s’affirme comme évidence, clairvoyance, critère, rectitude, infaillibilité, vérité, réalité incontestable :

{Et Nous te Révélâmes le Livre explicitation de toute chose, et Direction infaillible, et Miséricorde, et bonne nouvelle pour les musulmans.} An Nahl 89

L’Islam est venu mettre fin au doute, à la confusion et aux divergences en apportant les clarifications et à cet effet il a accordé l’infaillibilité à Son Prophète (saws) qui allait affronter jusqu’à la nuit des temps les détracteurs, les contradicteurs, les négateurs et les sceptiques jusqu’à la nuit des temps :

{Par l’étoile quand elle tombe, votre compagnon  n’a été ni fourvoyé ni induit en erreur, et il ne prononce rien de sa propre passion. Ce n’est qu’une inspiration  inspirée. L’a instruit le fort-puissant(Gabriel), doué d’une perspicacité authentique, accompli, alors qu’il se trouvait à l’horizon supérieur, puis il s’approcha et se pencha. Il fut alors comme le centre d’un arc ou plus près encore. Alors Il Inspira à Son dévoué ce qu’Il A Inspiré.} An Nadjm 1

C – Différenciation  sémantique dans le Coran entre diversités et divergence.


1 - Le terme اختلاف signifie différence, diversité ou alternance.


Toute la création témoigne de la loi de l’harmonie où on voit la diversité et les variations dans l’unité et où on voit en même temps l’unité se manifester par des différences pour témoigner de l’Unicité d’Allah :

{Votre Dieu est un Dieu Unique. Il n’y a d’autre Dieu que Lui, le Miséricordeur, le Miséricordieux. Il y a certes dans la création des Cieux et de la terre, dans l’alternance de la nuit et du jour, dans les navires qui voguent sur la mer avec ce qui est profitable aux Hommes, dans ce qu’Allah Fit Descendre d’eau, du ciel, avec laquelle Il Ranima la terre après sa mort et y Insuffla de tout être vivant, et dans les effets des vents et les nuages assujettis entre le ciel et la terre, des Signes pour des gens qui raisonnent.} Al Baqara 164

{Et parmi Ses Signes : la Création des Cieux et de la terre, et la diversité de vos langages et de vos couleurs. Certes, il y a en cela des Signes pour les savants.} Ar Rum 22

Que le hadith soit authentique ou faux il ne change rien à la réalité du monde. Allah est Un. Tout ce qui n’est pas lui est multiple, divers. Il serait par contre absurde de donner au terme Ikhtilaf le sens de divergence alors que le sens de diversité, de différenciation, de variétés, d’alternance et de différences est là pour signifier la bénédiction, la richesse, la miséricorde. Sans cette différence il le pourrait y avoir miséricorde, amour, attraction et quête de complémentarité pour former le couple dans l’humain et dans toute la création :

{Et parmi Ses Signes : qu’Il A Créé pour vous, de vous-mêmes, des conjoints afin que vous y trouviez quiétude, et A Mis entre vous affection et miséricorde. Certes, il y a en cela des Signes pour des gens qui méditent.} Ar Rum 21

2 - Le terme اختلاف signifie divergence, contradiction, opposition


Allah envoie un Prophète pour remettre les communautés humaines sur le droit chemin, la concorde et la saine Fitra. Jésus a été envoyé à un peuple éclaté, fragmenté et dispersé. Il y avait les romanisant ceux qui étaient fascinés par l’administration et la force militaire de l’empire romain à qui soient ils prêtaient allégeance soit ils cherchaient à s’en libérer et à trouver un roi de leur race et de leur religion pour les gouverner et partir à la conquête des autres peuples. Il y avait les hellénisants qui voyaient dans la rhétorique, la philosophie  et l’esthétique grecque le summum de la culture et qui parlaient le grec alors que les autres parlaient le latin. Il y avait les Pharisiens ces bigots hypocrites et formalistes serviteurs du temple et amis des marchands et  des pouvoirs et qui cherchaient à instrumentaliser la religion à des desseins personnels. Il y avait les intégristes qui voulaient revenir à la loi de Moise et l’appliquer à la lettre et avec rigorisme dans une société devenue licencieuse. Cette communauté  fragmentée comme la notre en ces temps étaient en divergence de vision doctrinale, civilisationnelle, sociale, politique, culturelle avant, pendant et après Jésus :

{Et quand Jésus vint avec les évidences, il dit : « Je suis venu à vous avec la sagesse, et pour vous montrer un peu de ce sur quoi vous divergez ; craignez donc Allah et obéissez-moi. Certes, Allah Est mon Seigneur et votre Seigneur, adorez-Le donc, cela est un chemin de rectitude ». Alors les factions divergèrent entre elles. Malheur à ceux qui furent injustes du châtiment d’un Jour douloureux !} As Zukhruf 63

Ainsi la divergence sur Jésus s’est maintenue jusqu’à notre temps : sur sa déité, sa mort, sa crucifixion, son Évangile entre les Juifs et les Chrétiens, entre les Chrétiens et les Musulmans et entre les Chrétiens eux-mêmes

{Lorsque Allah Dit à Jésus : « Je Vais te Rappeler, Je t’Élèverai vers Moi, Je te Purifierai de ceux qui sont devenus  mécréants et Je Mettrai ceux qui t’ont suivi, au-dessus de ceux qui sont devenus  mécréants, jusqu’au Jour de la Résurrection. Ensuite vers Moi sera votre retour et Je Jugerai parmi vous sur ce dont vous divergiez.} Al ‘Imrane 54

Sur les voies doctrinales, méthodologiques, idéologiques et religieuses entre les Juifs, les Chrétiens, les Mécréants et les Musulmans il y une divergence fondamentale car elle touche le dogme et le credo de la foi. Sur le plan de l’arbitrage par la loi ou par le recours à une norme il y a jugement impartial que s’il y a divergence qui rend les convictions et les intérêts inconciliables ce qui n’est pas le cas dans la diversité et la différence où la coexistence est possible et ce n’est pas le cas dans  l’alternance ou la succession dans le temps fait que l’un disparait ou devient dominé alors que l’autre émerge et devient dominant le temps d’accomplir son cycle de vie et de le mener au terme prescrit. Le verset suivant est dans un contexte de divergences, d’opposition et de positions inconciliables :

{Juge donc entre eux d’après ce qu’Allah A Révélé. Ne suis pas leurs passions au lieu de ce que tu as reçu de la Vérité. A chacun d’entre vous Nous Fîmes une Loi et une Méthode. Si Allah le Voulait, Il vous Aurait Fait une seule communauté, mais c’est pour vous éprouver en ce qu’Il vous A Donné. Concourez donc en œuvres de bienfaisance. Vers Allah sera votre retour en totalité. Il vous Informera alors sur ce dont vous divergiez.} Al Maida  48

Le Coran est un miracle et un de ses miracles est la polysémie et le niveau d’intelligibilité. Il forme l’intelligence et la démarche de tisser des réseaux de sens pour que le Musulman affronte un monde d’épreuves, de contradictions et de confusions et l’intelligence est nécessaire pour clarifier et ne pas se tromper ni sur les enjeux ni sur les alliés ou les ennemis. Par ailleurs il s’ouvre comme un accordéon : il est accessible à tout un chacun pour lui donner le sens juste mais il réserve les sens complexes et le ravissement intellectuel et spirituel à ceux qui le parcourent avec amour et intelligence leur dévoilant ses joyaux de sens sans fin faisant de la méditation sur le Coran un appétit insatiable et exigeant à la fois.

Ce principe de polysémie fait que le Hadith sur al Ikhtilaf  اختلاف أمتي رحمة   -  qu’il soit authentifié ou non authentifié - ne peut et ne doit être compris que comme « la diversité de ma communauté est une miséricorde »

D -  Le sens authentique


Allah a parachevé cette religion par l’ultime Révélation et l’ultime Prophète et de plus Il  l’a rendue l'a rendue facile pour qu’il n’y ait point de divergences qui sapent l’unité, la grandeur et la fraternité d’une communauté appelé à coordonner ses efforts en synergie, à coopérer chacun apportant sa grande ou modeste contribution, à fédérer les différences et les diversités comme une bénédiction :

{Certes, celle-ci est votre Communauté, une Communauté unie, et Moi Je Suis votre Seigneur, adorez-Moi. Mais ils divergèrent entre eux. Ils seront tous ramenés vers Nous.} Al Anbiya 92

Il vous Légiféra de la religion ce qu’Il Avait Commandé à Noé. Et ce que Nous t’Avons Inspiré, et ce que Nous Commandâmes à Abraham, à Moïse et à Jésus : instaurer la religion et n’y divergez point. As choura 13

Si à ces versets éloquents on ajoute le hadith qui affirme que jamais la communauté musulmane ne se réunit sur un égarement nous sommes dans la consécration de la diversité et la réfutation totale de la divergence.

Pour se donner une compréhension de la diversité dans l’Islam il faut voir la divergence comme des véhicules marchant à sens opposé sur une route étroite et qui finissent pas se télescoper. Il faut voir la diversité et les différences comme des véhicules différents allant dans le même sens sur une autoroute à sens unique et assez large permettant une certaine autonomie dans la vitesse et le dépassement. La différence autorise des niveaux de compréhension différents. C'est comme des vecteurs colinéaires sur une même direction et de même sens mais à des intensités et des positions différents du fait de l'assise intellectuelle et de l'expérience différente. C'est un peu le sens du verset :

{Ceux qui ont lutté en nous nous les guiderons vers nos voies. Certes Allah est avec ceux qui agissent au mieux} Al ‘Ankabout 69

En effet on ne doit pas trouver des voies opposées car ce ne serait plus une communauté mais des communautés en opposition ou plutôt deux sectes. Il est entrain de nous arriver ce qui est arrivé aux Gens du Livres comme le dit le Coran diverger non par ignorance mais diverger en possession de science et de savants :

{Et ne soyez pas comme ceux qui se désunirent et divergèrent à partir du moment que leur vinrent les évidences. Ceux-là auront un immense châtiment.} Al ‘Imrane 105

{Et ils ne se désunirent, par tyrannie entre eux, qu’après avoir reçu la Science. Et ne fût-ce un Décret préalable de ton Seigneur, jusqu’à un terme fixé, c’en aurait été fait parmi eux.} As Choura 14)

E - Pourquoi ces contradictions et ces divergences


Nous sommes fragmentés par le Wahn à l’image de la colonisation qui nous a habités faisant de nous ce puzzle issu de  Sykes-Picot et de l’implantation sioniste que Sheikh Azzedine Al-Qassam a décrit : «Sans l’Islam, nous ne sommes que des tribus sans lien, chacune préoccupée par ses propres considérations étroites. »

{Si ton Seigneur Voulait, Il Aurait Fait les Hommes une seule communauté. Et ils continuent à diverger. Sauf ceux que ton Seigneur Prit en Sa Miséricorde. Et c’est pour cela qu’Il les A Créés.} Hud 118

Sur ce verset à titre d’exemple nous pouvons à la suite des savants et des exégètes avoir des interprétations différentes sur les quêtes de sens que nous devons effectuer  pour comprendre la création humaine, la portée et la dimension de l’adoration d’Allah, sur les missions à réaliser pour bénéficier de Sa Miséricorde. Si nous nous inscrivons dans une logique insensée pour être divergent sur la foi, le culte et la charia c’est que les mots ne signifient plus rien. La diversité de lecture d’un hadith ou d’un verset ne peut amener à la divergence car celle-ci est le refus  de l’inégalité dans l’intelligence, la sensibilité et la compétence de lire et tirer signification. La diversité c’est accepter toutes les lectures puisque l’essentiel n’est pas nié en l’occurrence : Allah est le Créateur, Allah est l’Adoré, Allah est le Miséricordieux ; l’homme est la créature devant adorer Allah, l’indigent qui a besoin de la miséricorde divine, l’intelligence qui cherche à comprendre et qui  se distingue  dans la manière,  le contenu  et la finalité de sa compréhension et de ses sources de savoir. C’est la prérogative et le sage dessein divin de créer les différences et de faire de ces différences l’expression de Sa Miséricorde et de Sa Bénédiction pour l’humanité :

{Ces Messagers-ci, Nous Avons Préféré certains d’entre eux à d’autres : il en est à qui Allah A Parlé, et Il Éleva certains d’entre eux quelques degrés} Al Baqara 253

{Nous Élevons qui Nous Voulons de quelques degrés. Certes, ton Seigneur Est Sage, Omniscient.} Al An’âme 83

{C’est Lui qui Fit de vous des remplaçants sur terre, et Éleva certains d’entre vous au-dessus d’autres, de quelques degrés, pour vous Éprouver en ce qu’Il vous A Donné. Certes, ton Seigneur Est Prompt à la punition et Il Est sûrement Pardonneur, Miséricordieux.} Al An’âme 165

La divergence c’est quand il n’y a plus de convergence sur les références du savoir et de l’action, la finalité des buts et l’éthique des moyens. La divergence c’est quand il n’y a plus d’accord sur le sens à donner, la voie à emprunter, la solution à choisir du fait de l’ignorance ou de la confusion sur la compréhension des prescriptions divines et des enseignements mohammadiens allant à la fracture sociale, à la discorde, à la haine et à la violence verbale ou physique

La question qui frappe l’esprit est celle de la divergence des savants censés représenter la communauté et la fédérer au lieu la fragmenter et de la dissiper. La réponse est complexe car il faut revisiter notre histoire et notre patrimoine intellectuelle et remettre de l’ordre aussi bien dans notre passé que dans notre pensée. Dans cette obsolescence intellectuelle Il y a le poids de l'acquisition et des institutions du savoir qui produisent d'un côté le savant et de l'autre qui produisent le consommateur de son savoir et qui sont tous deux frappés des mêmes carences celles de la décadence du monde musulman qui a produit le colonisable incapable de produire une pensée saine, celle de l’effraction du colonialisme qui a produit le colonisé incapable de réfléchir en termes de libération et de civilisation et celles de l'importation mimétique des choses de l'Occident sans voir les idées perverses qui sont derrière et qui produit la colonialité ou le maintien de la décadence sous un habillage moderne.

La technique et la science ne sont pas neutres. Le compagnon du Prophète libéré de toute forme d’aliénation produisait son savoir. Il avait deux clés : Mohamed (saws) comme modèle vivant et la langue arabe, celle du Coran, qu’il maniait avec art même s’il était illettré et lui rendait facile l’écoute et la compréhension du Coran sans maitre à penser ni gourou.  Pris dans le despotisme politique qui fait du savant un fonctionnaire, un rentier, un courtisan ou un rebelle qui provoque pour avoir la considération le savoir non seulement a perdu son objectivité et son efficacité mais il est devenu stérile car il transporte toutes les carences et toutes les défaillances de la société dont le savant ou l’intellectuel est issu.

Il y a  derrière la différence linguistique une différence méthodologique entre les termes coraniques ou les termes du Prophète comme Ta'âllum ou Taffakuh ou Taddabur qui sont l'effort entrepris par celui qui fait effort de partir à la recherche du savoir (Jihad ou Ijtihad) et du Ta'âlim, tafkir ou tadbir qui est le procédé institutionnel de délivrer du savoir. Ce sont deux notions différentes. Le monde musulman a délaissé le musulman et a sanctifié la chose et ainsi  il a  placé l’homme comme être végétatif passif qui s’enflamme, par une main habile, dès qu’on lui donne la divergence, le sectarisme et le Zaïmisme comme os à ronger, écran de diversion. Nos savants produits des institutions morbides et privés du Waqf ou du métier qui leur donne indépendance deviennent bon gré mal gré des instruments de la reproduction élargie du système stérile et confus. Ils n’ont pas la dimension spirituelle et intellectuelle pour activer les mécanismes idéiques, pédagogiques, didactiques et psychosociaux  de l'acquisition, du transfert et de l’accumulation des savoirs, des savoirs faire et des savoirs être. Sinon comment débattre sur la discorde et lui trouver un aspect miséricordieux si en nous il n’y a pas une rupture non seulement dans la personnalité mais dans notre rapport à Dieu et au monde :

{Attachez-vous tous au Câble d’Allah et ne vous désunissez point. Rappelez-vous la Grâce d’Allah envers vous lorsque vous étiez des ennemis, qu’Il Unit entre vos cœurs et vous êtes devenus frères, par Sa Grâce} Al ‘Imrane 103

Le   Habl (câble ou corde) est le  Coran, selon les dires du Prophète. Il  exprime le lien indéfectible entre Allah et Ses Créatures.  Ce verset signifie par déduction logique que s'il y a divergence c'est que le câble est implicitement rompu. La rupture est  le Wahn, l'incompétence des savants,  le délaissement du Coran,  l’arrogance de l'opinion personnelle, l'inexistence de lien d'amour, de respect et de considération pour Allah. Nous sommes des bigots formalistes ou pire nous sommes devenus comme l’allégorie coranique des  ânes qui portent des livres sans en connaitre la valeur ni le sens. En coupant le lien (le Habl) nous redevenons des ennemis c'est à dire des êtres qui divergent sur le plan de la connaissance, des intérêts, de l'idéologie et de la compréhension de la réalité du monde politique, économique, géopolitique. Il n’y a pas d’autres destins pour les Musulmans que le choix entre le Habl d’Allah avec la fraternité et la concorde qui vont  avec ou la rupture du Habl avec la haine et la divergence qui vont avec.

Si sur la religion il ne doit pas y avoir de divergences car  le Coran est clair et évident même si la profondeur du Tafsir (commentaire) et du Ta'wil (interprétation) diffèrent en fonction du niveau intellectuel et spirituel. La divergence  peut être d'ordre temporel sur le plan politique et économique et même sur ce plan là  Allah nous ordonne de régler nos différents en prenant position éclairée et franche pour ne pas laisser s’installer la discorde et la haine :

{Et si deux groupes de croyants se combattent, réconciliez-les. Si alors l’un des deux groupes tyrannise l’autre, combattez celui qui tyrannise jusqu’à ce qu’il revienne à l’Ordre d’Allah. S’il revient, réconciliez-les avec justice et soyez équitables. Certes, Allah Aime les équitables.   Les croyants ne sont que des frères, établissez la concorde entre vos frères. Et prenez garde à Allah, afin qu'Il  vous Fasse  miséricorde.} Al Hujurate 9

Pour que la divergence exceptionnelle ne devienne pas Fitna et habitude sociale les Musulmans sont tenus de revenir au Coran comme arbitre et de combattre celui qui refuse l'arbitrage équitable. Ceci ne s'est pas passé entre Muawiya et Ali et ceci ne s'est pas passé entre Kadhafi et ses rebelles. Les musulmans ont préféré se taire et se joindre au plus fort du moment au lieu de se joindre au plus légitime. Ce n'est plus de la divergence mais de  la trahison envers le Coran et le Prophète. Nous sommes dans mille et une divergences car nous avons rompus avec Allah car nos cœurs ont tellement divergé qu’ils ne peuvent voir le lien (Habl) qui nous unit tous malgré nos différences à un Seul Dieu. Le Coran nous montre que la divergence des cœurs est dû à la mise en panne de nos facultés cognitives que nous dissipons dans le superflu ou dans le sens que veut la lutte idéologique menée contre l’Islam faute de discernement, de consultation, de concertation, d’abstraction du Moi et des intérêts mondains :

{Tu les crois unis, mais leurs cœurs sont dispersés, cela du fait qu’ils sont des gens qui ne raisonnent point.} Al Hashr 14

{Et quand ils dévièrent, Allah Fit dévier leurs cœurs. Allah ne Guide point les gens pervertis.} As Saff 5

Comment oser dire que nous ne sommes pas des déviants alors que nous faisons des surenchères sur Allah manifestant notre manque d’égard envers lui. La divergence entre dans le cœur du Musulman quand il se croit plus apte qu’Allah à se nommer Sunnite ou Chiite, ou malékite ou hanballite ou Takfiiriste ou Ikhwaniste ou  Tablighiste ou Salafiste et qu’il s’imagine être  plus important, plus complet, plus honorable que ce qu’Allah a voulu pour lui :

{O vous qui êtes devenus croyants, inclinez-vous, prosternez-vous, adorez votre Seigneur et faites le bien, afin que vous cultiviez. Et luttez pour Allah comme il se doit de lutter pour Lui. Il vous A Élus et ne vous Imposa nulle gêne en religion, la confession de votre père Abraham. C’est Lui [Allah] qui vous A déjà Nommés musulmans, auparavant, et dans ceci [le Coran] : afin que le Messager soit témoin sur vous et que vous soyez témoins sur les Hommes. Accomplissez donc la prière, acquittez-vous de la Zakat, attachez-vous à Allah, Il Est votre Protecteur, le meilleur Protecteur et le meilleur Défenseur.} Al Hadj 77

Nous sommes dans le délire du wahn et du sectarisme  qui fabrique de la divergence, des clans, des ennemis dans sa propre communauté. Cela n’est pas nouveau. C’est un indicateur de la santé et de l’éveil des Musulmans. La civilisation musulmane n’a pas été linéaire mais elle s’est comportée comme une fonction sinusoïdale qui change d’amplitude et de fréquence. Dans ses moments de crise elle s’invente la fin du monde, Gog et Magog, le Dejjal, le Coran créé ou incréé, s’allier avec l’ennemi ou le désavouer, se soumettre au Taghut ou le combattre, recourir à l’exorcisme ou au fatalisme. Dans ses moments elle perd non seulement son islamité mais son humanité et entre en autarcie vivant ses crises intestinales et ses divergences alors qu’elle est assiégée de toute part par ses adversaires qui convergent en rangs unis et serrés vers ses ressources pour la déposséder et la démembrer comme une carcasse sans vie. L’habit qu’elle porte, burnous, qamis ou costume cravate ne change rien à la nature du mal qui la ronge et aux solutions qui l’attendent depuis trop longtemps déjà.
Le jour où on parviendra à  comprendre que c’est nous qui avons besoin de l’Islam et que l’Islam n’a pas besoin de nous car il est préservé par Allah alors le destin s’accomplira inexorablement comme un Ikhtilah al hadharate (alternance des civilisations) :

{Et si vous vous détournez, Il Substituera un autre peuple que vous, ensuite, ils ne seront pas comme vous.} Muhammad 38

Conclusion et relance du débat


Quand on étudie en détails l’authenticité de ce hadith on trouve une version considérée comme non authentique car elle a pour transmetteurs un fou et un athéé, mais pourtant c’est cette version qui semble s’appliquer à notre régression et à nos divergences :

اختلاف أمتي رحمة للناس
La divergence de ma communauté est une miséricorde pour les gens


http://liberation-opprimes.net/index.php?option=com_content&view=article&id=987:divergence-et-diversite-misericorde-ou-malediction-

No comments: