Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Friday, January 06, 2012

Projet du Parti Attahrir « Le califat est notre but ultime » (Rida Belhadj voir video au bas)



   
                                                                       

Hizb Attahrir, un parti qui prône le califat comme régime politique, se déclare également ouvertement anti-démocratique et propose un projet de constitution « fondé sur les principes de la religion et qui prend comme références le Coran et la Sunna ».

Dans une intervention sur les ondes de Mosaïque Fm, Ridha Belhaj, porte-parole du parti Attahrir, déclare que : « Il y a suffisamment de préceptes et de règles dans l’Islam pour gérer un Etat et établir une constitution » et d’ajouter que «l’Islam est au dessus de tous ».

Selon Ridha Belhaj, le califat serait un « devoir religieux » et non une option et estime que « l’Etat qui n’instaure pas le califat ne peut pas être qualifié d’Etat islamique ».

Hizb Attahrir, un parti se déclarant contre toute forme de violence, s’est vu, rappelons-le, refuser de se voir accorder le visa par le ministère de l’Intérieur du gouvernement BCE. Ceci ne l’empêche pas, cependant, de poursuivre ses activités et de se faire connaitre auprès de la population tunisienne. Ce parti propose un projet de constitution de « l’Etat de califat » afin d’instaurer « un nouvel Etat meilleur pour les citoyens tunisiens, régi par les lois islamiques ».

M. Belhaj affirme qu’ « il n’existe aucun exemple d’Etat islamique dans le monde dont nous pourrons nous inspirer » et va même jusqu’à qualifier l’Arabie Saoudite de véritable « catastrophe », compte tenu, entre autres, de « sa politique étrangère et du fait qu’elle ne prend pas en compte la totalité des lois islamiques ».

Hizb Attahrir refuse également de se comparer à un autre parti islamique ou jihadiste et déclare que « nous ne sommes pas salafistes mais nous nous inspirons de la chariâ et nous voulons servir la umma pour satisfaire Dieu » et d’ajouter que « le salafisme est un courant hétérogène que nous ne voulons pas catégoriser […] Nous acceptons « al ijtihad assahih » et nous voulons instaurer des lois qui s’adaptent à la société nouvelle ».

Concernant le calife, présenté également comme le « cheft de l’Etat », ce dernier doit être « un homme musulman libre et adulte ». Les femmes, même si elles n’auraient pas le droit, selon le projet de constitution proposé par Hizb Attahrir, d’accéder à ce haut niveau de distinction, peuvent cependant aspirer à des postes de pouvoir tels que siéger au « majliss al choura », etc.

Autre proposition dans le cadre de ce projet de constitution, la révision des frontières «dont les limites ont été imposées par le colonialisme » et qui « doivent être agrandies vers le reste du monde musulman afin de créer une union qui partage ses terres et ses richesses ».

La fusion avec la Libye serait également légitime et, même, évidente.

Concernant l’application des « houdoud », Ridha Belhaj tient à clarifier ce point en affirmant que « les houdoud sont le dernier degré des punitions » et qu’ils « ont surtout été instaurés dans un but dissuasif qui justifie leur sévérité ».

Hizb Attahrir ambitionnerait par l’instauration de ce nouvel Etat de remédier à « la prolifération des crimes odieux, tels que le parricide, qui ne peuvent être résolus que par l’Islam », vu que « le système judiciaire est aujourd’hui obsolète ». 


No comments: