Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Monday, November 26, 2012

Gaza: La Resistance Palestinienne confirme la capture de 2 pilotes sionistes lors des bombardements sur Gaza. Rappelons que 2 drones, 2 F-16 et un helicoptere Apache ont ete abattus durant l'agression sioniste sur la bande de Gaza

Palestine : Preuves de la capture de deux pilotes de Tsahal

IRIB – Les différents sites d ’information, citant l ’AFP, publient les images des cartes d ’identité de deux pilotes israéliens, dont le F-16 s ’est écrasé à Gaza.

L ’appareil a fait crash, après avoir essuyé un missile sol-air de la Résistance. Les forces de la Résistance n ’ont pas, encore, confirmé la capture de ces deux pilotes, mais ces images valent mieux que n ’importe quelle déclaration…..

Après sa défaite, Barak désire se retirer de la vie politique
Jérusalem occupée - CPI

Le ministre israélien de la guerre, Ehud Barak, a annoncé sa décision de se retirer de la vie politique, une fois pour toutes, après avoir été accusé par des politiciens sionistes d’avoir échoué dans l’opération militaire lancée par l’armée israélienne contre la bande de Gaza ; qui s’est terminée par une trêve satisfaisant les conditions de la résistance.
 
Barak a confirmé, dans une conférence de presse urgente tenue lundi après-midi, qu’il ne participera pas aux prochaines élections car il prévoit de se retirer de la vie politique de façon totale et définitive, en raison de son désir de se consacrer à sa vie privée et familiale.

La décision du ministre est intervenue après les accusations de parlementaires, politiciens et de médias hébreux sur sa défaite dans l’opération militaire menée par l’armée d’occupation ; qui est considérée comme l’une des plus puissantes armées du monde, contre la résistance palestinienne dans la bande de Gaza.

Il est à noter qu’Ehud Barak qui est actuellement le ministre israélien de la guerre, avait occupé plusieurs autres postes politiques et militaires très importants, depuis qu’il a rejoint  l’armée israélienne en 1959. Il a servi en tant que Président du dixième gouvernement israélien de 1999 à 2001, sachant qu’il a également servi en tant que ministre de l’Intérieur israélien en 1995 et ministre des Affaires étrangères entre 1995 et 1996. En 1996, Barak a obtenu un siège à la Knesset israélienne, ainsi que le poste de chef du parti travailliste qu'il a abandonné en janvier de l’année dernière.


Gaza: Des citoyens enlèvent la barrière frontalière à l'est du camp de Boureij et de Johr el-Dik
Gaza-CPI

Des dizaines de Palestiniens ont réussi, lundi après-midi, à enlever la barrière frontalière ; installée par l’occupation, à l’est de la ville de Johr el-Dik et du Camp de Boureij, au centre de la bande de Gaza.
Selon un témoin oculaire à l'agence "Quds-Press", des dizaines de citoyens palestiniens ; qui sont arrivés à leurs terres agricoles, à l’est de la ville de Johr el-Dik et du camp de Boureij, ont enlevé la barrière frontalière séparant la bande de Gaza et les territoires occupés en 1948.

Il a également ajouté que les soldats occupants israéliens ont ouvert le feu dans l’air et au-dessus des citoyens jusqu’à ce qu’ils furent dispersés.

Il est à noter que l’accord de trêve ; qui a été conclu entre la résistance palestinienne et l’occupation et parrainé par l’Egypte, mercredi dernier, 21/11, consiste à permettre aux Palestiniens d’accéder à leurs terres, tout au long de la barrière frontalière ; où l’occupation les avait empêchés pendant de longues années et imposait une zone tampon de 300 mètres ; à l’intérieur de la bande de Gaza.

Rafah: La mort d'un jeune homme dans un tunnel
Rafah-CPI

  Un citoyen palestinien, a été décédé, lundi, après-midi, après avoir été soumis à un choc électrique, lorsqu’il travaillait dans un des tunnels frontaliers de Rafah, au sud de la bande de Gaza.

Selon des sources médicales ; le citoyen Montassar Mohamed Hussein Malehi (20 ans), de la ville de Khan-Younis, au sud de Gaza, est arrivé à l’hôpital d’Abou-Youssef el-Najjar ; mort en raison d’un choc électrique, dans l’un des tunnels, à Rafah.

Il est à noter que les citoyens sont exposés, pendant leur dur travail dans les tunnels, à de graves incidents ; qui ont entraîné, par la suite, la mort de dizaines d’entre eux ; en raison de chocs électriques ou l’inhalation de gaz toxiques ou de tomber d’une hauteur.

Loin des fabrications délibérées par certains médias
L'interview de Mechaal avec CNN, telle qu'elle a été publiée par le bureau médiatique du Hamas
Le Caire – CPI


Le président du Bureau politique du mouvement du Hamas, Khaled Mechaal, a nié que son mouvement se tient derrière l'opération martyre qui a ciblé l'autobus à Tel-Aviv, le mercredi 21/11, expriment son étonnement envers les appels à reconnaître l'occupation israélienne, au moment où les Palestiniens ont besoin d'une reconnaissance internationale.

Il a assuré l'acceptation de la création d'un Etat sur les territoires de 1967, niant la coupure des relations avec l'Iran en raison de la divergence avec la Syrie.

Dans une interview accordée avec "CNN", le jeudi 22/11, Mechaal a déclaré que l'occupation israélienne porte la responsabilité de la récente escalade militaire sur la Bande de Gaza, après avoir effectué des processus d'invasions et a assassiné le leader des brigades d'el-Qassam, Ahmed el-Jaabari, ajoutant que le côté occupant israélien est responsable de l'escalade à Gaza et que le Hamas ne cible pas les civils.

En réponse à une question que le Hamas considère qu'il a le droit à tuer des civils dans les territoires palestiniens occupés "Israël", Mechaal a indiqué: "La résistance ne cible pas les civils et nous devons retourner vers la racine de la cause, le peuple palestinien vivait en calme et la paix, avant que les envahisseurs Israéliens aient occupé nos territoires et selon la loi internationale, les peuples ont le droit à la résistance avec tous les moyens possibles et l'occupation israélienne possède une armée développée et a commis beaucoup de massacres de Dier Yacine à Sabra et Chatila".
Il a ajouté: "Nous défendons notre peuple et répondons, je suis le leader du Hamas et je dis à CNN que nous sommes prêts pour utiliser des moyens pacifiques sans meurtre ou utiliser des armes, en cas de l'obtention de nos revendications nationales palestiniennes, y compris la disparition de l'occupation, la création d'un Etat et la réponse aux autres objectifs nationaux".

Mechaal a considéré que le président palestinien défunt, Yasser Arafat a fourni à l'occupation israélienne et la communauté internationale une occasion pour parvenir à une solution pacifique, mais l'occupant israélien l'a tué, rappelant que Mahmoud Abbas qui a été reçu par le monde a aussi, de son côté, fourni cette occasion à Israël (l'occupation) et la communauté internationale, mais qu'est-ce qu'il s'est passé? Ils l'ont déçu et laissé tombé.

"Aujourd'hui, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu et auparavant, tous les leaders de l'occupation, nous encerclent. Ils veulent continuer de s'emparer de nos terres et poursuivre la colonisation. Que veut-t-il, le monde, des Palestiniens? Nous sommes les victimes et ils veulent que nous hissions le drapeau blanc", a-t-il poursuivi.

En lui interrogeant sur l'ancienne décision du Hamas de ne pas reconnaître Israël (l'occupation) et sur la possibilité de renoncer à cette décision, le leader du Hamas a affirmé: "La reconnaissance doit venir du côté qui lance les attaques et possède un arsenal militaire et non pas de la victime", rappelant que les Arabes ont fourni une initiative de la paix, il y a plusieurs ans, mais le meurtre se poursuit".
En expliquant son point de vue, Mechaal a affirmé: "Nous n'avons devant nous que l'un des deux chemins, le premier est celui de l'existence d'une volonté internationale des Etats-Unis, l'Europe et la communauté internationale pousse l'occupation israélienne vers la paix et la création d'un Etat palestiniens sur les frontières de 1967 avec le droit de retour et cela est convenu par les Palestiniens, et le deuxième que l'occupation israélienne continue à refuser cela et nous continuons à résister. J'accepte un Etat sur les frontières de 1967, mais comment puis-je reconnaîte Israël qui occupe mes territoires? Moi, celui qui a besoin de la reconnaissance et non pas Israël".

Mechaal a insisté que son mouvement ne renonce pas au droit au retour des réfugiés palestiniens, en s'interrogeant: "Pourquoi la communauté internationale reste les bras-croisés et silensieuse envers les lois qui permettent l'entrée des Israëliens en Palestine? Certains juifs qui n'ont pas vu la Palestine et malgré cela, ils ont le droit d'y venir, mais le Palestinien qui est né en Palestine, ou son père ou grand-père est né en Palestinien, n'a pas le droit au retour".

"Je veux la création d'un Etat pour les Palestiniens, et donc cet Etat décidera sa position envers Israël, vous ne pouvez pas poser cette question à moi ( reconnaissance d'Israël) au moment où je suis emprisonné et sous la pression de l'occupation israélienne", a-t-il réitéré.

En ce qui concerne la compatibilité de l'acceptation du Hamas à la création d'un Etat sur les frontières de 1967 avec sa proposition principale sur un Etat palestinien uni de la mer au fleuve, Mechaal a indiqué: "les frontières de la Palestine de la mer au fleuve et du sud au nord sont mes terres et les terres de mes grands-parents, mais en raison des conditions de la région et l'insistance sur la cessation du meurtre, les Palestiniens, y compris le Hamas, acceptent aujourd'hui comme au passé, un programme stipulant l'acceptation d'un Etat sur les frontières de 1967, mais le côté occupant israélien refuse cela, et tout est concerné à Israël. La communauté internationale est incapable de nous rendre justice ".

A l'égard des raisons que le Hamas quitte son siège à Damas, Le chef du Bureau politique du Hamas a conclu, en confirmant que le Hamas a quitté la Syrie  après 10 mois depuis le début de la crise, après son désespoir de la possibilité de régler la situation sur le niveau politique loin du sang; tout en niant que la sortie de son mouvement de Damas a des conséquences négatives sur ses relations avec l'Iran.

No comments: