شبكة الإستخبارات الإسلامية

"They plot and plan but ALLAH also plans and ALLAH is the best of Planners." Qur’an VIII – 30

‘’ويمكرون ويمكر الله والله خير الماكرين ‘’: قال الله عزَّ وجل

سورة الأنفال

رضيت بالله ربا و بالإسلام دينا و بمحمد صلى الله عليه و سلم نبيا رسولا لا إلـه إلا اللـه ... محمد رسـول اللـه

This is default featured slide 1 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 2 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 3 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 4 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

This is default featured slide 5 title

Go to Blogger edit html and find these sentences.Now replace these sentences with your own descriptions.This theme is Bloggerized by Lasantha Bandara - Premiumbloggertemplates.com.

Thursday, October 16, 2008

Attack on U.S. Embassy in Yemen Linked to Mossad


Dubai, Oct 8 (IANS) A terrorist cell busted in Yemen last month after a suicide attack on the US embassy there had links with an Israeli intelligence agency, the state-run Saba news agency reported.The report, quoting an unnamed source, said investigations and data retrieved from a computer seized from the cell, showed there was correspondence between the Islamic Jihad group’s deputy leader Bassam Abdullah Fadhel Al-Haidari and an Israeli intelligence agency. Saba quoted the source as saying that the correspondence between the two sides included a request from the Israeli side to implement terrorist attacks inside Yemen.
Wed, 2008-10-08

Remember the attack on the U.S. embassy in Yemen last month that took the lives of eighteen people? A group calling themselves "Islamic Jihad" claimed responsibility for the blast. It has a nice, scary ring to it hasn't it? "Islamic Jihad" also happens to be the name of a group that operates out of Gaza.

"Islamic Jihad" pointedly mentioned its affiliation with al Qaeda after claiming responsibility for the September 17 U.S. embassy bombing:

"We, the Organisation of Islamic Jihad, belonging to the Al-Qaeda network, repeat our demand of (Yemeni President) Ali Abdullah Saleh to free our detained brothers within 48 hours," said a statement signed by self-proclaimed leader Abu Ghaith al-Yamani.

Former agent for French military intelligence Pierre-Henry Bunel has this to say about 'al Qaeda':

"The truth is, there is no Islamic army or terrorist group called Al Qaida. And any informed intelligence officer knows this. But there is a propaganda campaign to make the public believe in the presence of an identified entity representing the 'devil' only in order to drive the 'TV watcher' to accept a unified international leadership for a war against terrorism..."

Well now the Yemeni authorities have arrested a group of these al Qaeda-backed militants with, surprise surprise, links to Israeli intelligence.

From BBC News:

Yemeni President Ali Abdullah Saleh has said the security forces have arrested a group of alleged Islamist militants linked to Israeli intelligence.

Mr Saleh did not say what evidence had been found to show the group's links with Israel, a regional enemy of Yemen.

The arrests were connected with an attack on the US embassy in Sanaa last month which killed at least 18 people, official sources were quoted saying.

Israel's foreign ministry has rejected the accusation as "totally ridiculous".

"A terrorist cell was arrested and will be referred to the judicial authorities for its links with the Israeli intelligence services," Mr Saleh told a gathering at al-Mukalla University in Hadramawt province.

"Details of the trial will be announced later. You will hear about what goes on in the proceedings," he added.

The 17 September attack was the second to target the US embassy since April. Militants detonated car bombs before firing rockets at the heavily fortified building.

Mr Saleh did not identify the suspects, but official sources were quoted saying it was same cell - led by a militant called Abu al-Ghaith al-Yamani - whose arrest was announced a week after the attack.

An Israeli foreign ministry spokesman said the Yemeni president's statement was without foundation.

"To believe that Israel would create Islamist cells in Yemen is really far-fetched. This is yet another victory for the proponents of conspiracy theories," Igal Palmor said in remarks reported by AFP.

And from the Yemen Observer:

President Saleh revealed on Monday that security forces in Yemen caught an espionage network for Israel made up of Arab nationals. This announcement came during his speech in front of MP's, Shura Council members, local council members, scholars and military and security leaders at Hadhramout University.

According to the president the suspected spies will be brought before the courts shortly in a public trial after investigations are complete.

The network was comprised of 40 people from different Arab nationalities spying for Mossad, the Israeli international intelligence said sources from National and Political Security Units. The members of the espionage network entered Yemen on the premise of conducting business, tourism and even for preaching in mosques. Saleh said that the suspected spies form a terrorism cell that uses also Islam to reach their targets.Members were arrested individually and found to be in possession of detailed maps for sensitive security sites, intelligence telecommunication units and advanced tracking devices.

And from another Oct 8 news report:

Dubai, Oct 8 (IANS) A terrorist cell busted in Yemen last month after a suicide attack on the US embassy there had links with an Israeli intelligence agency, the state-run Saba news agency reported.The report, quoting an unnamed source, said investigations and data retrieved from a computer seized from the cell, showed there was correspondence between the Islamic Jihad group’s deputy leader Bassam Abdullah Fadhel Al-Haidari and an Israeli intelligence agency.

Saba quoted the source as saying that the correspondence between the two sides included a request from the Israeli side to implement terrorist attacks inside Yemen.

Source:
http://www.wakeupfromyourslumber.com/node/8534

Referenced links:

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/yemen/2974954/Yemen-blasts-Islamic-Jihad-claims-responsibility-for-US-embassy-attack.html

http://en.wikipedia.org/wiki/Palestinian_Islamic_Jihad

http://whatreallyhappened.com/WRHARTICLES/fakealqaeda.html

http://afp.google.com/article/ALeqM5hRj2BjuFnlJEt4Qa7XoMBU4NHtDQ

http://www.thetruthseeker.co.uk/print.asp?ID=3836

http://news.google.com/news?hl=en&ned=us&ie=UTF-8&ncl=1254647855

http://news.bbc.co.uk/2/hi/in_depth/7656807.stm

http://www.yobserver.com/front-page/printer-10014983.html

http://www.thaindian.com/newsportal/uncategorized/terrorist-cell-busted-in-yemen-had-links-with-israel_100104774.html

http://www.sabanews.net/en/news165472.htm
Share:

Tuesday, October 14, 2008

27th February 1991, Israel Used A Nuclear Weapon Against Bassrah, South of Iraq... An Excellent Excuse To Nuke Tel Aviv ?


Pentagon finishes off Iraq with nukes?


US war veteran has accused Pentagon of launching nuclear attack on southern Iraq in final day of 1991 Gulf War


Jim Brown, a mechanic in the Army's 10th Mountain Division at the time, told Italian state news channel RaiNews24 that Washington dropped a nuclear bomb in a deserted area outside the city of Basra near the Iranian border in 1991. The bombing, which took place on the last day of the war in Iraq on February 27th, caused an explosion equal to a five-kiloton blast. The allegations draw parallels with the US atomic bombing of Hiroshima in 1945, which created a blast equivalent to about 13 kilotons of TNT. According to a number of US military heavyweights, the devastating attack on Japan was not necessary as the country had already been seeking a way to surrender with a minimum loss of 'face'. "The Japanese were already defeated and ready to surrender," said William D. Leahy, a former admiral and chair of the Joint Chiefs of Staff. The Italian station later launched its own inquiry into the claims and found that according to online archives of the UK-based International Seismological Center a seismic event took place on the aforementioned day consistent with a five-kiloton blast. RaiNews24 is to air a 30-minute current affairs report on the issue on Thursday which will include an interview with Jawad al-Ali an Iraqi doctor who says the number of tumors in Basra increased from 32 in 1989 to 600 in 2002. According to the station, the US State Department rejected Brown's claims, saying that only 'conventional' weapons were used in the first Persian Gulf War. The first Persian Gulf War began five months after the then Iraqi dictator, Saddam Hussein, attacked Kuwait on August 2, 1990. US-led coalition forces launched massive air strikes on Iraqi military bases and its civil infrastructure. Some 30 percent of the 700,000 US servicemen and women in the first Persian Gulf War have reported signs of an illness known as the Gulf War Syndrome (GWS), typified by symptoms including immune system disorders and birth defects. After 10 years of research, no evidence has been found which establishes any specific cause for the range of the health problems affecting Persian Gulf War vets.
Share:

Monday, October 13, 2008

Un cheval de Troie… israélien


Voici de quelle façon la technologie de contrôle à distance[israélienne] a pénétré le système des télécommunications gouvernementales américaines, en portant atteinte à la sécurité nationale des Etats-Unis.

par Christopher Ketcham *
on Counterpunch.org, 27-28 septembre 2008
traduit de l’américain par Marcel Charbonnier


Depuis la fin des années 1990, des agents fédéraux ont fait état de violations de la sécurité des communications systémiques auprès du Department (ministère) de la Justice, du FBI, du DEA, du Département d’Etat (Affaires étrangères) et de la Maison-Blanche. Plusieurs de ces violations alléguées de correspondances, disent ces agents, peuvent être attribuées, en remontant les filières, à deux sociétés de high-tech, spécialisées dans le domaine des télécoms, Verint Inc. (anciennement Comverse Infosys) et Amdocs Ltd, qui fournissent, respectivement, les principaux contrats d’écoutes téléphoniques (wiretap) et les logiciels de sauvegarde des enregistrements/facturations de conversations téléphoniques au gouvernement américain. Ensemble, Verint et Amdocs constituent une partie importante de la colonne vertébrale de la technologie d’espionnage interne du gouvernement américain.

Ces deux firmes sont israéliennes et elles ont leur siège social en Israël – cela est dû au fait qu’elles ont percé, jusqu’à parvenir à l’excellence, dans le marché des technologies de l’information que ce pays s’efforce de dominer – et aussi au fait qu’elles sont fortement financées par le gouvernement israélien, en relation avec l’armée et les services de renseignement israéliens (les deux firmes ont une longue histoire de conseils d’administration dominés par des militaires et des officiers du renseignement israéliens encore en fonction, ou déjà à la retraite).

Verint est considérée comme le leader mondial en matière d’« interceptions électroniques », et elle est, par conséquent, une candidate idéale du secteur privé pour l’externalisation [du Tsahal boulot] des écoutes téléphoniques par divers gouvernements. Amdocs, quant à elle, est le plus important prestataire de facturation des télécommunications au monde (avec un chiffre d’affaire de quelque 2,8 milliards de dollars au titre de 2007, des bureaux dans le monde entier et des clients incluant les 25 premières compagnies de téléphonie des Etats-Unis, qui, mises ensemble, traitent plus de 90% du trafic téléphonique entre les résidents aux Etats-Unis). Les opérations de cette compagnie, suggèrent des sources spécialisées, ont été infiltrées par des espions « free lance » (indépendants, à leur compte, ndt), qui exploitent les filtres encryptés propres aux technologies mises au point par Verint et Amdocs, et qui récoltent des données sur certains Américains (jugés intéressants), afin de les transmettre aux services du renseignement israéliens, ainsi qu’à d’autres clients intéressés (en particulier, le crime organisé).

« La réalité de la vulnérabilité de notre épine dorsale de télécommunications est indéniable », dit un officier supérieur du renseignement américain qui a évalué les craintes à ce sujet parmi les agents fédéraux. « Comment cela a pu advenir, sans que rien n’ait été fait, qui a fait quoi – telles sont les questions qui tuent ». Si les allégations sont avérées, les communications électroniques rassemblées par le NSA et d’autres agences de renseignement américaines risqueraient de tomber entre les mains de gouvernements étrangers. Après avoir passé en revue les preuves matérielles disponibles, Robert David Steele, un ancien chargé de mission de la CIA, qui est aujourd’hui un des principaux fournisseurs internationaux de « renseignements publics dans l’intérêt général » me dit que « la pénétration par Israël de la totalité du système des télécommunications américaines signifie que les écoutes sans garanties effectuées par le NSA aux Etats-Unis sont tout simplement, en réalité, des écoutes illégales effectuées (aux Etats-Unis) par Israël ».

Dès 1999, la National Security Agency avait publié une mise en garde sur le fait que des écoutes de conversations téléphoniques diligentées par le gouvernement américain finissaient entre les mains de certains gouvernements étrangers – en particulier israélien. En 2002, le vice-procureur général (Attorney General) américain, Robert F. Diegelman, publia un mémo confidentiel (uniquement à être lu, et en aucun cas photocopié) sur ce problème, à l’intention des officiers des technologies de l’information stratégiques [chief information technology (IT)] près le ministère de la Justice. Les officiers IT supervisent tous les équipements, dont les plus basiques sont les types de téléphones cellulaires utilisés par les agents des télécoms jusqu’aux appareils d’enregistrement des écoutes téléphoniques qu’ils utilisent sur le terrain ; leur mission expresse est d’assurer la sécurité des communications. Le memo de Diegelman était un rappel, sur un ton de réprimande, d’une nouvelle politique en matière d’IT instituée une année auparavant, en juillet 2001, par un ordre interne au ministère de la Justice intitulé « 2640.2D Information Technology Security ». L’Ordre 2640.2D stipulait que des « ressortissants étrangers ne sauraient être autorisés à accéder, ou à assister, à la mise au point, au fonctionnement, au management ou à la maintenance des systèmes de technologies de l’information (IT) spécifiques au ministère (de la Justice) ». Cela ne semblerait pas particulièrement de nature à faire froncer les sourcils, dans le contexte de la réorganisation totale du renseignement et de la sécurité, à la suite des attentats du 11 septembre 2001… Mais cet ordre 2640.2D a été publié bien deux mois AVANT les fameux attentats ! Quel groupe, ou quels groupes de ressortissants étrangers avaient donc un accès privilégié aux systèmes de technologies de l’information du ministère de la Justice américain ? Des Israéliens, disent de hauts responsables spécialisés dans la mise en application des lois [am. : law enforcement]. Un ancien procureur spécialisé dans les crimes informatiques au ministère de la Justice me confie, au détour d’une conversation : « J’ai entendu dire que les Israéliens sont en mesure d’écouter nos conversations téléphoniques… »

L’officier du contre-terrorisme et du contre-espionnage (à la retraite) Philip Girardi que cela correspond au cours de l’histoire des intrusions israéliennes aux Etats-Unis. Il relève qu’Israël occupe avec une régularité lassante une place prééminente dans le rapport annuel du FBI (intitulé « Foreign Economic Collection and Industrial Espionage » - Recueil de renseignements et espionnage industriel commis par des pays étrangers) : Israël arrive immédiatement en deuxième position, après la Chine, en matière de vol de secrets économiques américains. Le rapport 2005 du FBI indique, par exemple : « Israël a un programme actif de recueil d’information classée aux Etats-Unis. Ces activités d’espionnage visent en priorité à obtenir de l’information sur des systèmes militaires et des applications informatiques avancées, susceptibles d’être utilisées dans les industries militaires israéliennes, extrêmement développées. » Une méthode favorite des Israéliens, met en garde le rapport du FBI, consiste en des intrusions (de hackers) dans certains ordinateurs.

Dans le cadre général de l’affaire du gouvernement américain espionnant les citoyens américains, cela nous ramène à la législation adoptée en 1994, appelée Communications Assistance for Law Enforcement Act (ou CALEA)(Assistance des services de communications en vue de l’Acte de mise en application de la loi), qui a introduit un virage à 180° dans les méthodes de surveillance électronique (des citoyens, ndt). Les jours où les écoutes téléphoniques étaient effectuées à partir de bricolages in situ avec des pinces crocodiles en cuivre sont définitivement derrière nous. Le Calea a mis en place de nouveaux pouvoirs de surveillance généralisés, adaptés à l’ère du digital, une surveillance effectuée en reliant des ordinateurs éloignés des sites aux routeurs et aux hubs des firmes de télécom – il s’agit d’un réseau fixe d’espionnage, relié en temps réel et en permanence aux téléphones et aux modems des citoyens américains. Le décret Calea a fait des installations d’espionnage un accessoire indissociable de notre vie hautement ‘téléphonique’. De hauts responsables du FBI ont poussé à l’adoption de cette législation, affirmant qu’elle améliorerait la sécurité, mais de nombreux agents du terrain ont élevé la voix afin de protester contre Calea, au motif qu’il a eu le résultat exactement opposé… Les techniques de sape de données employées par la NSA [National Security Agency] au cours de ses exploits de mise sous écoute téléphonique ne pouvaient de toutes les manières pas réussir sans la technologie imposée par le Calea. On pourrait avancer l’idée que Calea est le cœur, caché, du scandale des écoutes téléphoniques diligentées par la NSA.


La Verint Connection

D’après un ex-officier de la CIA, du nom de Giraldi, et d’autres sources sur les services de renseignement américains, c’et du software produit et entretenu par la Verint Incorporation qui gère la plupart des écoutes téléphoniques diligentées par les services américain de répression des fraudes. Giraldi déclare : « Les appels téléphoniques sont interceptés, enregistrés et transmis à des enquêteurs de la CIA par Verint, qui affirme qu’il doit surveiller en permanence ses équipements afin d’assurer la permanence du fonctionnement du système ». Giraldi relève également que Verint est remboursé à hauteur des 50 % de ses dépenses de recherche et développement par le ministère israélien de l’Industrie et du Commerce. D’après Giraldi, l’importance de l’utilisation des technologies Verint est considéré « classifié défense », mais certaines sources ont lâché le morceau, et elles ont fait part à Giraldi de leurs inquiétudes au sujet de la sécurité des systèmes d’enregistrement des écoutes téléphoniques produits par la firme Verint. Le principal souci, dit Giraldi, c’est le risque qu’un « troyen » n’ait été implanté dans le software…

Un ‘troyen’, implanté dans un hardware ou un software de sécurité de l’information, c’est une porte de derrière, à laquelle peuvent avoir accès, à distance, des parties qui, normalement, ne devraient en aucun cas avoir accès à un quelconque système sécurisé. Des allégations d’espionnage massif au moyen de troyens ont secoué le milieu israélien des affaires, ces dernières années. Un article d’Associated Press, en 2005, indiquait que des « entreprises israéliennes high tech produisant des ‘blue chips’ (il s’agit des tranches de silicium servant à confectionner les circuits électroniques, ndt)… sont soupçonnées d’utiliser du software de surveillance illicite afin de voler de l’information à leurs sociétés rivales, et ennemies. » Plus de quarante entreprises ont fait l’objet d’enquêtes, à ce sujet. « C’est la plus grosse affaire de criminalité électronique de toute l’histoire d’Israël », m’a dit Boaz Guttmann, un enquêteur vétéran en matière de crimes cybernétiques de la police nationale israélienne. « L’espionnage au moyen de chevaux de Troie fait partie de la vie ordinaire des firmes israéliennes. C’est une culture de l’espionnage… »

C’est bien entendu de cette ‘culture’ que dépendent les Etats-Unis en ce qui concerne le plus gros de leurs softwares sécurisés pour l’encodage des données et la sécurité des transmissions téléphoniques. « Il y a eu un tas de débats sur la question de savoir à quel point nous devrions faire confiance aux appareils de sécurité produits par les firmes israéliennes de téléphonie », explique Philip Zimmerman, un des pionniers légendaires de la technologie du cryptage (Zimmerman a inventé l’authentification cryptographique personnalisée connu sous le nom de Pretty Good Privacy [privauté vraiment excellente, ndt], ou PGP, qui est aujourd’hui un des standards fondamentaux de l’encryptage des communications.) « De manière générale, je ne ferais pas confiance, personnellement, à du matos fabriqué à l’étranger, dès lors qu’il s’agit de sécurité des données », explique Zimmerman. « Un type de NSA InfoSec – la division de la sécurité informatique de la National Security Agency américaine – « m’a dit un jour : « La crypto fabriquée à l’étranger : voilà notre cauchemar ! ». Mais, soyons juste : notre industrie électronique nationale devenant de plus en plus faible, l’importation de matos étranger est inévitable. » Zimmerman poursuit : « Visez un peu où se trouve l’expertise : au sein de l’International Association for Cryptological Research [Association internationale de la recherche en cryptologie], qui tient un congrès annuellement, il y a un pourcentage d’Israéliens bien supérieur à ceux de toutes les autres nationalités. La firme à capital majoritaire et à direction israéliens Verint est, aujourd’hui, le fournisseur de tous les systèmes d’interception de télécommunications déployés dans plus de cinquante pays ! »

Carl Cameron, correspondant politique en chef de la Fox News, est un des rares journalistes à mettre son nez dans le désarroi qui va s’approfondissant des agents fédéraux, au sujet de la possibilité que des chevaux de Troie aient été inclus de manière subreptice [am. ‘embedded’] dans la technologie Verint. Au cours d’une vaste investigation (diffusée en quatre épisodes au mois de décembre 2001) sur l’espionnage lié à Israël, Cameron a fait un certain nombre de découvertes époustouflantes sur le compte de la firme Verint, connue alors sous la raison sociale de Comverse Infosys. Certaines sources ont indiqué à Cameron que « bien que diverses enquêtes sur la firme Comverse Infosys aient été diligentées par le FBI, durant plusieurs années, ces enquêtes ont été stoppées, avant même que les appareils de cette firme en service eussent été soumis à des tests exhaustifs, afin d’en rechercher les « fuites » éventuelles. Cameron a également relevé un document interne du FCC, daté 1999, indiquant que « plusieurs agences gouvernementales [américaines] avaient exprimé leur profonde préoccupation au sujet du fait que de trop nombreux personnels non habilités, et n’appartenant pas à la police judiciaire, pussent accéder au système d’enregistrement des écoutes téléphoniques. » Pour l’essentiel, ces accès indus étaient facilités par le système de « maintenance sans fil » [am. ‘remote maintenance’].

Immédiatement après la diffusion du reportage de Cameron, la société israélienne Comverse Infosys changeait de nom, devenant Verint, au motif que la compagnie était en train d’accéder à « sa maturité ». (La firme n’a publié aucune réponse aux allégations de Cameron, et elle ne l’a pas non plus menacé de poursuites judiciaires). Pendant ce temps, des officiers de sécurité au DEA, un service rattaché au Département de la Justice, commençaient à examiner les relations de cette agence avec Comverse/Verint. En 1997, le DEA transforma son infrastructure d’écoutes téléphoniques grâce à la fourniture, pour 25 millions de dollars, par Comverse/Verint, d’une technologie appelée « T2S2 » - cet acronyme signifie « translation and transcription support services », c’est-à-dire, en français : « services d’aide à la traduction et à la transcription » - Comverse/Verint devant, d’après le contrat, fournir le hardware [= les machines] et le software
[= les programmes informatiques], plus « des services de soutien, de formation, des mises à jour, des versions supérieures et des options durant toute la durée de validité du contrat », d’après la notice « contrats et acquisitions » affichée sur le site ouèbe du DEA. C’était sans aucun précédent. Avant 1997, le personnel du DEA avait toujours utilisé des équipements mis au point et entretenus strictement en interne.

Mais désormais le reportage de Cameron avait soulevé d’horribles questions de vulnérabilité en matière de T2S2. Le directeur des programmes de sécurité du DEA, Heidi Raffanello, fut suffisamment ébranlé pour publier un communiqué interne à ce sujet, en date du 18 décembre 2008, soit quatre jours après le début de la programmation de la série documentaire de Cameron. Faisant référence au reportage de la chaîne Fox News, elle manifestait son inquiétude liée au fait que « la maintenance en ligne assurée par Comverse n’était pas traitée dans le procès-verbal relatif aux contrats et acquisitions de C&A ». Elle faisait également allusion à des inquiétudes au sujet de l’ordre 2640.2D du Département de la Justice, et elle relevait que l’ « Administrateur », c’est-à-dire le chef du DEA, à l’époque, Asa Hutchinson – avait été mis au courant. Et puis, il y avait cette phrase stupéfiante : « La question demeure peu claire de savoir si le personnel de Comverse est habilité en matière de sécurité, et si tel est effectivement le cas, de qui s’agit-il, et quelles sont les garanties dont on dispose à ce sujet ?... Résultat des courses : on aurait dû découvrir le truc… » Pour dire les choses crûment : le mémo Raffanello est un aperçu effrayant d’une bureaucratie surprise avec ses pantalons baissés…

La police judiciaire ne fut pas la seule à suspecter l’équipement T2S2 acquis chez Comverse/Verint. En novembre 2002, des sources du milieu du contre-espionnage bataves commencèrent à diffuser ce qu’elles affirmaient être « la preuve irréfutable du fait que les services secrets israéliens disposaient d’un accès incontrôlé aux données ultraconfidentielles d’écoutes téléphoniques diligentées et collectées par la police et par les services secrets danois », d’après la radio hollandaise Evangelische Omroep (EO). En janvier 2003, une revue hollandaise de technologie et d’informatique réputée, intitulée « c’t », publia le scoop de la radio EO, qu’elle intitula « La chambre des écoutes téléphoniques hollandaise n’est pas cachère ». L’article commençait ainsi : « Tout l’équipement d’écoutes téléphoniques des services de renseignement hollandais et la moitié de l’équipement d’écoutes téléphoniques de la police nationale… ne sont pas sûrs, et sont en train de refiler des infos à Israël. » Paul Wouters, l’auteur de l’article en question, examine ensuite le matériel d’écoutes T2S2 « livré au gouvernement, ces toutes dernières années, par la compagnie israélienne Verint », et il cite plusieurs experts ès cryptographie, à propos de la viabilité d’un contrôle à distance de la « boîte noire » qui renferme les données encryptées. Wouters utilise d’ailleurs cette expression de « cryptographie de la boîte noire. »

… un aspect très important d’une cryptographie ‘costaud’, c’est une bonne source de randomisation. A défaut d’un générateur de randomisation approprié, ou pire, avec un générateur de randomisation intentionnellement saboté, le décodage et l’interprétation du texte encrypté (ciphertext) qui en résulte deviennent d’une facilité triviale. S’il y a ne serait-ce qu’une seule puce inconnue qui soit impliquée dans la génération de la randomisation, tout devient possible… Si vous pouvez faire confiance au hardware et si vous avez accès au code-source, alors il devient en théorie possible de vérifier le système. Cela, toutefois, ne peut tout simplement pas être fait si l’on ne connaît pas le code-source.

Reste que, comme Wouters a pris soin de l’ajouter, « quand l’équipement a été acheté aux Israéliens, il avait été convenu que personne, mis à part le personnel de chez Verint, sauf une, ne serait autorisée à toucher aux systèmes… Le code source n’aurait jamais dû être accessible, pour personne. »

Le pionnier de la crypto, Philip Zimmerman, met en garde sur le fait qu’ « il est impossible de faire confiance à la crypto, dès lors que le code source n’est pas publié. Un code ‘open source’, cela signifie deux choses : s’il y a des « portes de derrière » délibérément ménagées dans le crypto, un examen par des pairs les révèleront. S’il y a des bugs par inadvertance dans le crypto, ces bugs, eux aussi, seront découverts. Que les faiblesses soient délibérées ou accidentelles, elles seront découvertes. Si la faiblesse est délibérée, ils ne voudront pas publier le code source. Certains des meilleurs produits que nous connaissions ont été soumis à un examen en open source : Linux et Apache, notamment. Les produits crypto les plus respectés ont été testés en open source. Vous avez vu cette petite icône en forme de bloc-notes, dans le coin de votre écran, quand vous visitez un browser ? Il veut dire que vous passez par un protocole, appelé Secure Socket Layer. Firefox, qui a été testé en open source et qui est un standard Internet, vous savez, ce browser très populaire et hautement sécurisé ? Il est entièrement open source. »


La Calea Connection

Aucun des problèmes de la police judiciaire américaine avec Amdocs et Verint n’aurait pu se produire sans les changements apportés par le Communication Assistance for Law Enforcement Act [dont l’acronyme est CALEA] de 1994 [décret relatif à l’assistance en matière de communications à l’usage de la police judiciaire], lequel, comme cela a été relevé, visait à installer des logiciels d’espionnage dans les réseaux de télécommunications. Le Calea, pour citer la littérature, requiert que les transports terrestres, les services de téléphonie mobile et d’autres entités de télécommunications permettent au gouvernement d’intercepter « toutes les communications filaires et orales acheminées par le routeur, en même temps qu’il les transmet ». La technologie T2S2 remplit parfaitement ce contrat : branché sur le réseau, le T2S2 dérive la ligne sans interrompre le moins du monde le flux de données (une bifurcation T2S2 est considérée virtuellement indétectable). Une moitié de la ligne ainsi dédoublée est enregistrée et stockée dans un centre d’écoutes éloigné ; l’autre moitié continue son petit bonhomme de chemin, depuis votre bouche ou votre clavier jusqu’à ceux de votre copain. (Qu’est-ce donc que ce « T2S2 » ? Pour simplifier : un ordinateur, S2, collecte les données et il les encrypte ; quant à l’ordinateur T2, il les reçoit, et il les décrypte.)

Calea fut salué comme un triomphe de la légalité, comme l’œuvre de décennies de lobbying du FBI. Son directeur, Louis Freeh, alla jusqu’à le qualifier de « plus haute priorité législative » du « bureau ». De fait, Calea était l’expansion la plus étendue des pouvoirs de surveillance électronique du gouvernement depuis le Crime Control and Safe Streets Act de 1968 [Décret sur le contrôle des armes et la sécurité urbaine], qui imposait des conditions définies avec un soin extrême aux écoutes téléphoniques. Aujourd’hui, le gouvernement pourrait user de pouvoirs coercitifs pour ordonner aux opérateurs téléphoniques d’ « inventer des solutions » aux « problèmes générés par les technologies émergentes » auxquels la police judiciaire pourrait être confrontée (en imposant notamment une pénalité de 10 000 dollars par jour aux opérateurs récalcitrants). La main du gouvernement serait en permanence insérée dans le réseau de l’infrastructure des télécommunications du pays. Le professeur de droit Lillian BeVier, de l’Université de la Virginie, écrit des analyses très développées sur les problèmes inhérents à ce décret Calea.

« Le scénario idyllique imaginé par les législateurs ne sauraient survivre à un instant de réflexion », observe Mme BeVier. « Bien qu’il soit présenté de manière conventionnelle comme rien d’autre que « le dernier chapitre dans l’histoire longue de trente ans de la législation fédérale des écoutes téléphoniques », Calea n’est pas simplement la banale installation d’une évolution statutaire motivée technologiquement. Non, en termes de nature et d’ampleur des intérêts que ce décret a tendance à « servir » et de l’industrie qu’il vise à réguler, en termes de degré avec lequel il a tendance à imposer des solutions du secteur privé à des problèmes du secteur public, et en termes de l’emprise qu’il donne au gouvernement, qui lui permet de contrôler le tracé des réseaux de télécommunications, cet Acte représente un glissement paradigmatique. De plus, si on l’examine de près et de manière objectivement désintéressée, le décret Calea apparaît comporter des sacrifices potentiellement abusifs des principes de la vie privée, ainsi que des conceptions viciées et incomplètes des fins et des moyens de la police judiciaire, ainsi qu’une appréciation imparfaite des intéressements incompatibles des acteurs dans le jeu qui serait inévitablement joué dès lors qu’on le mettrait en œuvre ».


La réelle innovation – et le danger – de Calea réside dans le fait que les réseaux de télécommunications, de nos jours, sont configurés de telle manière qu’ils sont vulnérables à l’espionnage ou au flicage. « Nous avons délibérément affaibli les réseaux téléphoniques et internet, les rendant bien moins sûrs, bien plus vulnérables à la fois à la surveillance légale et aux intrusions (hacking) illégales », dit le procureur spécialisé dans les crimes cybernétiques du DOJ [Department of Justice] Mark Rasch.

« Tout le monde est plus ou moins sûr, dans ses communications, depuis l’adoption du décret Calea. Alors, comment allez-vous faire pour avoir des communications sécurisées ? Vous devrez sécuriser les communications elles-mêmes, puisque vous ne pouvez pas sécuriser le réseau. Pour ce faire, vous avez besoin de la technologie d’encodage (encryptage). Ce que Calea force désormais les boîtes et les individus à faire, c’est d’aller chez des tierces-parties pour acheter de la technologie d’encryptage. Quel est le principal pays outre-océan auquel les Etats-Unis achètent de l’encryptage high-tech ? J’aurais tendance à vous aider en vous disant que c’est une petite démocratie du Moyen-Orient. Ce que nous avons fabriqué, c’est le pire de tous les mondes possibles. Nous nous sommes arrangés pour que la plupart de nos communications soient soumises à des immixtions (hacking) et à des interceptions de sales types. En même temps, les méchants – le crime organisé, les opérations terroristes – peuvent très facilement encrypter leurs communications »… Il est notable que les premiers systèmes de télécom conformes au décret Calea à avoir été installés aux Etats-Unis aient été offerts, au titre d’échantillons, par la firme (israélienne) Verint Incorporation…


L’Amdocs Connection

Dès que vous composez un numéro de téléphone aux Etats-Unis, il y a de fortes chances qu’Amdocs Limited ait un enregistrement de ce numéro, qui comporte l’identité de qui vous avez appelé, et combien de temps vous avez parlé. Cela est connu sous le nom de « donnée d’appel transactionnel ». Les plus grands clients d’Amdocs, aux Etats-Unis, sont AT&T et Verizon, qui ont collaboré dans une large mesure avec les programmes d’écoutes téléphoniques sans garantie de l’administration Bush. Les données d’appels transactionnels ont été identifiées comme étant un élément clé de la pêche aux données pratiquée par la NSA [National Security Agency], à la recherche de « séquences suspectes» dans les communications.

Durant la décennie écoulée, Amdocs a été visée par plusieurs enquêtes pour savoir si des individus, appartenant à cette compagnie, avaient ou non partagé des données sensibles du gouvernement américain avec des éléments du crime organisé et/ou avec les services de renseignement israéliens. A partir de 1997, le FBI a mené une enquête de grande envergure sur l’espionnage allégué qu’aurait pratiqué un employé israélien d’Amdocs, qui travaillait sur un programme de facturation téléphonique acheté par la CIA. D’après Paul Rodriguez et J. Michael Waller, du magazine Insight, qui a révélé cette histoire en mai 2000, l’Israélien visé par l’enquête avait également facilité la mise sur écoute de lignes téléphoniques à la Maison-Blanche, sous Clinton (vous vous rappelez, ce témoignage de Monica Lewinsky, devant Ken Starr : le président, affirmait-elle, l’avait avertie qu’une « ambassade étrangère » écoutait leurs conversations téléphoniques torrides, bien que Clinton ait démenti avoir dit cela, par la suite, sous serment). Plus de deux douzaines de responsables du renseignement, du contre-renseignement, de la police judiciaire et d’autres instances ont déclaré à la revue Insight qu’une « opération audacieuse », effectuée par le renseignement israélien, avait « permis d’intercepter des conversations téléphoniques ainsi que des communications plus modernes (électroniques), sur certaines des lignes les plus sensibles du gouvernement américain, et ce, de manière assidue. »

Le principal journaliste d’investigation de la revue Insight, Paul Rodriguez, m’a dit, dans un mél, que l’histoire de mise en examen d’un espion, en mai 2000, « était (et reste, à ce jour) une des plus étranges sur lesquelles j’ai eu à travailler, étant donné l’état d’alarme, de préoccupation et de sidération » parmi les agents fédéraux. D’après le reportage d’Insight, les enquêteurs du FBI étaient particulièrement ulcérés de découvrir que le sous-traitant israélien visé (par l’enquête) avait, en quelque sorte, mis la main sur les numéros de téléphones du FBI les plus sensibles, y compris les lignes « noires » du célèbre Bureau, utilisées à des fins d’écoutes téléphoniques. « Certains des numéros énumérés », ajoutait l’article d’Insight, « correspondaient à des lignes que le contre-espionnage du FBI utilisait afin de remonter la piste de l’opération de l’espion israélien suspecté. Dans cette affaire, c’est le gibier qui suivait le chasseur à la trace ! » Rodriguez a confirmé la panique que cela avait provoqué dans les milieux américains du renseignement. « C’est un énorme cauchemar, du point de vue de la sécurité », lui a dit un haut responsable américain. « Les implications sont très graves », a dit un autre haut responsable. « Tout ce que je puis vous dire, c’est que nous pensons savoir, désormais, comment cela a été fait », a déclaré un troisième responsable à Rodriguez. « C’est déjà en soi extrêmement grave, mais c’est ce que nous ne savons toujours pas qui a des conséquences terriblement profondes. » Aucune charge, toutefois, n’a été rendue publique, dans cette affaire. (Ce qui s’est produit, en coulisses, dépend de la personne à qui vous parlez, dans les services de la police judiciaire : le service de contre-espionnage du FBI ayant cherché à obtenir une garantie de la part du sous-traitant israélien, le Département de la Justice, étrangement, refusa de coopérer et, en fin de compte, aucune garantie ne fut émise. Les enquêteurs du FBI, découvrant cela, étaient sciés.)

Le reporter du Sunday Times (de Londres) Uzi Mahnaimi cite des sources, à Tel Aviv, disant que durant cette période, des méls du président Clinton avaient également été interceptés par les services israéliens du renseignement. Un article de Mahnaimi publié en mai 2000 révèle que l’opération avait comporté un « hacking à l’intérieur des systèmes informatiques de la Maison-Blanche, durant une période d’intense spéculation autour de la direction qu’allait prendre le processus de paix [au Moyen-Orient] ». Les services israéliens auraient infiltré une entreprise appelée Telrad, soumissionnée par Nortel pour développer un système de communications pour la Maison-Blanche. D’après le Sunday Times, « les managers de cette compagnie n’étaient pas au courant du fait que des puces virtuellement indétectables, installées durant la fabrication des appareils, permettaient à des agents extérieurs de s’immiscer dans le flux des données provenant de la Maison Blanche ».

En 1997, des détectives de la police de Los Angeles, travaillant en tandem avec les services secrets FBI et DEA, furent confrontés à un effondrement comparable et inexplicable de la sécurité de leurs communications. La police de Los Angeles était en train de mener une enquête sur le crime organisé israélien : trafiquants de drogues et escrocs aux cartes de crédit, basés en Israël et à Los Angeles, avec des tentacules à New York, à Miami, à Las Vegas et en Egypte. Le nom de ce groupe mafieux et ceux de ses membres restent non-communicables et classifiés dans des documents d’ « évaluation de la menace » que ce reporter a obtenu de la police de Los Angeles, mais ces documents déclinent, avec quelque détail, l’ampleur et le caractère varié des opérations de ce groupe : 1,4 millions de dollars volés à Fidelity Investments, à Boston, au moyen d’une fraude informatique sophistiquée, extorsions de fonds et kidnapping d’Israéliens à Los Angeles et à New York, deal de cocaïne en coordination avec les crimes organisés italien, russe, arménien et mexicain, blanchiment d’argent et assassinats.

Le groupe avait, par ailleurs, accès à des technologies et à des données extrêmement sophistiquées en matière de technologie de la contre-surveillance, ce qui était un véritable désastre, pour le LAPD [Los Angeles Police Departement]. D’après des documents internes dudit LAPD, le groupe du crime organisé israélien avait obtenu numéros de téléphone fixe, de téléphone cellulaire et de pagers totalement secrets de non moins de cinq-cents enquêteurs de la brigade des stup’ de Los Angeles, ainsi que les informations fournies par des indics à des dizaines d’agents fédéraux – informations au noir, numéros de téléphone inconnus y compris des enquêteurs les plus proches. Les Israéliens avaient même installé des écoutes sur les lignes des enquêteurs du LAPD, espionnant leurs conversations par téléphones cellulaires et par téléphones fixes avec d’autres agents – essentiellement du FBI et du DEA – dont les noms et les numéros de téléphones furent également recherchés, et trouvés.
Le LAPD était horrifié, et tandis que l’on commençait à parler de plus en plus de ce qui était apparemment un effondrement total de la sécurité, le choc se propagea à des agents du DEA, du FBI et même de la CIA, qui, ensemble, décidèrent de lancer une investigation. Il s’avéra que la source de l’essentiel de cet espionnage clandestin pouvait être attribué à une compagnie, appelée J&J Beepers, qui obtenait ses [nouveaux] numéros de téléphone d’un service de facturation qui s’avéra être une filiale d’Amdocs…

Une source très au fait des enquêtes menées à l’encontre d’Amdocs m’a fait part de plusieurs théories, en ce qui concerne les allégations d’espionnage formulées contre cette firme. « Déjà, au début des années 1970, quand il devint évident qu’AT&T allait être dissoute et qu’il allait y avoir une révolution informationnelle et technologique imminente, Israël comprit qu’il disposait d’une population hautement éduquée et hautement cosmopolite, et il fait un certain nombre de découvertes économiques et diplomatiques calculées », dit cette source. « L’une d’entre elles, c’était que les télécommunications étaient à leur portée : elles ne requièrent pas de ressources naturelles, mais seulement de l’intelligence, de la formation et du cash. Les Israéliens furent donc, très vite, impliqués dans les télécommunications. Per capita, Israël est probablement le pays le plus avancé et puissant au monde, en matière de télécom. L’éclatement d’AT&T se produisit en 1984 ; la technologie Internet explose, et Israël voit toutes ces compagnies acheter de manière agressive des contrats, sous la forme de filiales telles Amdocs. Amdocs a commencé comme une minuscule PME et aujourd’hui, c’est la plus importante firme de facturation des télécommunications au monde. Ils commencent à mettre sur pied leur réseau massif de télécommunications. Comme pratiquement tout, en Israël, il s’agit d’une entreprise sponsorisée par le gouvernement.

« Ainsi, il a été dit qu’Amdocs utilisait ses listes de facturations comme un exercice de collecte de renseignement, parce que son conseil d’administration, au fil des années, avait été lourdement peuplé par des membres actifs et à la retraite du gouvernement israélien et de l’armée israélienne. Ils utilisaient ces fonctions comme une opportunité de collecter de l’information sur les conversations téléphoniques du monde entier. Tant qu’à faire, en matière de phénomène de collecte du renseignement, un analyste diplômé du MIT aurait préféré disposer d’une liste de cinquante pages de noms de qui a appelé qui, plutôt que cinquante heures de conversations téléphoniques effectives. Pensez à toutes ces conversations téléphoniques échangées avec des amis, avec des maris, avec des épouses… Cette information brute ne saurait servir à grand-chose. Mais s’il y a un pattern de trente conversations téléphoniques passées durant une journée, cela peut signifier énormément de choses. C’est un algorithme infiniment plus simple. »

Une autre source – un ancien agent de la CIA – me dit que les agents du renseignement américain qui ont diffusé les soupçons pesant sur Verint et Amdocs ont été attaqués de toutes parts. « Une fois qu’il a été connu qu’un individu est en train d’investiguer là-dessus [l’affaire Verint/Amdocs], il ou elle est typiquement identifiée peu ou prou à un(e) fouteur/se de merde, à un enquêteur, et il (elle) est roué(e) de coups sans pitié », dit l’ancien agent de la CIA. « De manière typique, ce qui arrive, c’est que l’individu se trouve dans un scenario où sa retraite est menacée – voire pire. Le fait que, simplement parce que vous avez jeté un coup d’œil à cette question, tout soudain vous devenez un arabisant ou un antisémite – c’est de la pure connerie, parce que je vais vous dire, de première main, que ces gens, dont l’héritage est enraciné dans ce pays, ont travaillé très dur, à ce sujet. C’est un genre de vocation qui ne s’achète pas. » L’ancien agent de la CIA ajoute : « Il n’y a pas de politique définie, à ce jour, quant à la manière de traiter ce genre de choses [les questions de sécurité aux Etats-Unis impliquant Israël], mis à part celle consistant à les endiguer, à les maintenir à distance, à les contrôler. Mais ça ne marche plus ! Pas après les attentats du 11 septembre 2001 : impossible ! Le bûcher funéraire qui a continué à brûler durant des mois au fond du tas de décombres [du Ground Zero] ont appris à des millions de personnes qu’elles n’avaient plus à être « politiquement correctes ».

Les immixtions en matière de communications [du type Amdocs/Verint] ne datent pas d’hier ; elles ont commencé il y a bien des années. Et c’est là une cause d’embarras majeure pour des organisations qui aimeraient bien pouvoir dire qu’elles dominent la situation et qu’elles ne sont ni cooptées, ni compromises. Dès que vous commencez à bosser sur cette question, vous découvrez très vite que beaucoup de gens ont soit détourné pudiquement le regard, soit ont été cooptés en chemin. Certains, quand ils se rendent compte de ce qu’il s’est produit, prennent conscience à leur grande honte qu’ils se sont fait avoir. Beaucoup parmi eux étant des bureaucrates, ils ne veulent pas qu’on les fasse paraître aussi stupides qu’ils le sont dans la réalité. Alors, ils font comme si de rien n’était. Parfois, c’est aussi simple que cela… »

[* Christopher Ketcham écrit dans Vanity Fair, GQ, Harper’s, Salon et beaucoup d’autres revues et sites ouèbe. Vous pouvez le contacter à l’adresse mél suivante :
cketcham99@mindspring.com ].


An Israeli Trojan Horse
By CHRISTOPHER KETCHAM
September 27 / 28, 2008
http://www.counterpunch.org/ketcham09272008.html
Share:

Thursday, October 09, 2008

Terrorisme d'Etats : GENOCIDE EN ALGERIE


APPEL AUX CITOYENS ET CYTOYENNES ALGERIENS, VICTIMES DES CRIMES DU GENERAL LARBI BELKHEIR




Le général Larbi Belkheir est à Paris,

Ses victimes peuvent déposer plainte contre lui,



Ministre de l’intérieur de 1991 à 1992, le général Larbi Belkheir est directement responsable de l’enlèvement, la séquestration, la torture, le viol, la déportation dans des camps de concentration dans le sud du pays, d’arrestations arbitraires, de liquidation extrajudiciaires, de massacres commis sur des citoyens sans défense, par les forces de sécurité alors sous sa coupe, de centaines d’algériens et d’algériennes, durant cette période.

En 1992, Larbi Belkheir était co-responsable avec le général Smaïl Lamari du centre de torture de Châteauneuf dont la gestion était confiée conjointement au commissaire Mohamed Issouli du côté de la police et le commandant Mohamed Samraoui du côté du DRS. Ce centre était une véritable usine de torture. Des centaines d’Algériens sont morts sous la torture dans ce centre. Des centaines d’autres ont été assassinés pour ne pas témoigner de ce qu’ils ont subi.

Durant la période de janvier à juin 1992 où les arrestations étaient massives, et la torture pratiquée à une échelle industrielle, le général Larbi Belkheir de par sa qualité de ministre de l’intérieur assume la responsabilité des crimes commis contre l’humanité par les forces de police.

Aujourd’hui, le général Larbi Belkheir est hospitalisé à Paris. C’est l’occasion propice pour ses victimes exilées en France de déposer plainte contre lui pour crime contre l’humanité.

Les plaignants peuvent s’adresser directement à l’ONG de défense des droits de l’homme dans le monde arabe Al-Karama en écrivant à l’adresse suivante http://fr.alkarama.org/ ou en écrivant à redaction@agirpourlalgerie.com qui transmettra.


Vous trouverez ci-dessus une base juridique qui vous permettra d’argumenter et de renforcer vos témoignages dans vos plaintes. Pour les poursuites entamées par les citoyens algériens résidants en France :



La France est signataire de l'ensemble de ces résolutions dont la répétitivité tant de la proclamation des mêmes principes que de l'adhésion qu’elle en a faite doit être source d’obligation pour elle, puisque constituant une source du droit au titre de la coutume.


1-Les crimes contre l'humanité sont imprescriptibles :



2-Les dispositions applicables aux plaintes déposées en France contre les présumés coupables de crime contre l’humanité sont les suivantes :

A ‑ Sur les dispositions du Code de Procédure Pénale Français

A‑1. Il résulte de l’article 689‑1 du Code de Procédure Pénale que :

« En application des conventions internationales visées aux articles suivants, peut être poursuivie et jugée par les juridictions françaises, si elle se trouve en France, toute personne qui s’est rendue coupable hors du territoire de la République , de l’une des infractions énumérées par ces articles. Les dispositions du présent article sont applicables à la tentative de ces infractions, chaque fois que celle-ci est punissable. »

A‑2. Il résulte de l’article 689‑2 du même code que :

« Pour l’application de la convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, adoptée à New York le 10 décembre 1984, peut être poursuivie et jugée dans les conditions prévues à l’article 689‑1 toute personne coupable de tortures au sens de l’article 1er de la convention ».

Il convient de rappeler que les dispositions précitées ont été prises après qu’ait été ratifiée par la France la convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels inhumains ou dégradants adoptée par l’assemblée générale de l’ONU dans sa résolution 39/46 du 10 décembre 1984, ladite convention étant entrée en vigueur le 26 juin 1987.

B ‑ Sur les dispositions de la Convention du 10 décembre 1984

B‑1. Il est nécessaire de rappeler les dispositions de l’article premier définissant la notion de torture, rédigé comme suit :

1. Aux fins de la présente convention, le terme « torture » désigne tout acte par lequel une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, sont intentionnellement infligées à une personne aux fins notamment d’obtenir d’elle ou d’une tierce personne des renseignements ou des aveux, de la punir d’un acte qu’elle ou une tierce personne a commis ou est soupçonnée d’avoir commis, de l’intimider ou de faire pression sur elle ou d’intimider ou de faire pression sur une tierce personne, ou pour tout autre motif fondé sur une forme de discrimination quelle qu’elle soit, lorsqu’une telle douleur ou de telles souffrances sont infligées par un agent de la fonction publique ou toute autre personne agissant à titre officiel ou à son instigation ou avec son consentement exprès ou tacite. Ce terme ne s’étend pas à la douleur ou aux souffrances résultant uniquement de sanctions légitimes, inhérentes à ces sanctions ou occasionnées par elles.

2. Cet article est sans préjudice de tout instrument international ou de toute loi nationale qui contient ou peut contenir des dispositions de portée plus large.


B‑2. Sur les dispositions de l’article 6 de la même convention

Il résulte de l’article 6 de cette même convention que :

1. S’il estime que les circonstances le justifient, après avoir examiné les renseignements dont il dispose, tout Etat partie sur le territoire duquel se trouve une personne soupçonnée d’avoir commis une infraction visée à l’article 4 assure la détention de cette personne ou prend toutes autres mesures juridiques nécessaires pour assurer sa présence. Cette détention et ces mesures doivent être conformes à la législation dudit Etat; elles ne peuvent être maintenues que pendant le délai nécessaire à l’engagement de poursuites pénales ou d’une procédure d’extradition.

2. Ledit Etat procède immédiatement à une enquête préliminaire en vue d’établir les faits ».

Les rédacteurs de la convention précitée ont estimé que les pays signataires de cette convention devaient poursuivre parmi les personnes responsables celles susceptibles d’être considérées comme des agents de la fonction publique d’une part, et d’autre part, plus généralement, toute personne agissant à titre officiel ou à son instigation ou avec son consentement exprès ou tacite.

C- Sur l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité

L'article unique de la loi n' 63-1326 c 26 décembre 1964 tendant à constater l'imprescriptibilité des crimes contre l'humanité dispose :



« Les crimes contre l'humanité, tels qu'ils sont définis par la résolution des Nations unies du 13 février 1946 prenant acte de la définition des crimes contre l'humanité, telle qu’elle figure dans la charte du Tribunal international du 8 août 1945 sont imprescriptibles par leur nature. »



Il s'agit de crimes contre l'humanité en général, sans caractère limitatif, comme le démontre la référence à la résolution des Nations unies du 13 février 1946 qui vise les crimes.



Il existe plusieurs autres résolutions postérieures de l'Assemblée générale des Nations unies faisant obligation aux États de poursuivre les auteurs de faits constitutifs de crimes contre l'humanité sans avoir à tenir compte de leur nationalité, de celle de la victime et du lieu du crime. Ainsi notamment la résolution n° 3074 (XXVIII) du 3 décembre 1973 intitulée « Principes de la coopération internationale en ce qui concerne le dépistage, l’arrestation, l'extradition, le châtiment des individus coupables de crimes contre l'humanité » énonce comme premier principe :



« Les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité, où qu'ils aient été commis et quel que soit le moment où ils ont été commis, doivent faire l'objet d'une enquête, et les individus contre lesquels il existe des preuves établissant qu'ils ont commis de tels crimes doivent être recherchés, arrêtés et traduits en justice, et s'ils sont reconnus coupables, châtiés. »


http://www.agirpourlalgerie.com/


http://islamic-intelligence.blogspot.com/

Share:

Wednesday, October 08, 2008

Sarkosy, Merkel, Brown, Berlusconi, Israel preparent une guerre totale : Crise financière : 'Lobby Juif' Responsable (Hamas)


WARNING OF ISRAELI FALSE FLAG IN THE COMING DAYS IN EUROPE AND MIDDLE EAST


HAMAS IS RIGHT : ZIONISTS ARE BEHIND THE FINANCIAL CRISIS : United States are under an ‘economic 9/11 attack’ engineered by British and Israeli hedge funds controlling over $60 Trillion of the Western World’s wealth and threatening to collapse the entire World’s financial and economic structure. The goal of these attacks is to avert the dismantling of Israel’s present borders to their pre-1967 war lines but which could only be accomplished by the total destruction of Iran, Syria, Jordan, Lebanon and Egypt in a Total Global War within days.


We have been informed by insiders in the french government that french police, helped by israeli shabak or former shin bet, that French PM Fillon is preparing fake 'muslim riots' for the end of October 2008, same kind of riots that helped mossadnik Sarkosy to take power in France. Sarkosy will declare state of emergency in France, this would be the first european country to declare it, Germany, Italia and UK agreed during last week end to follow immediately after France.


Wa Allah alam


Abu-Suleyman


Le mouvement de résistance palestinien vient d’accusé ce mardi le "lobby juif" aux Etats-Unis d'être responsable de la crise financière qui secoue le pays. Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a affirmé dans un communiqué que les problèmes du système financier américain s'expliquaient par "la mauvaise gestion administrative et financière et un mauvais système bancaire mis en place et contrôlé par le lobby juif". Le président américain George W. Bush et son administration ont "injecté des milliards de dollars pour sauver la situation" en passant sous silence le fait que "celui qui a mis en place le système bancaire et financier américain et le contrôle est le lobby juif", a-t-il soutenu. Selon lui, ce lobby "contrôle aussi les élections américaines et définit la politique étrangère de toute nouvelle administration d'une façon lui permettant de garder la haute main sur l'argent américain, le gouvernement et l'économie, afin que l'Amérique devienne le gros bâton de ce lobby et son instrument de domination sur le monde entier". Le porte-parole se demande "si le président Bush va mener une enquête et dire franchement à son peuple que le lobby juif est directement responsable de ce désastre".


Share:

La mafia juive sioniste de l'Elysée protege le Larbin Aboulkher, createur des GIAs




Agé de 70 ans (il est né à Frenda en 1938) le général larbi Belkheir est hospitalisé à Paris depuis la semaine dernière, selon le quotidien algérien An-Nahar Al-Jadid daté du 6 octobre. Evacué d’urgence à l’hôpital américain (au Val-de-Grace selon d’autres sources), l’actuel ambassadeur d’Algérie à Rabat devait subir une intervention chirurgicale à cœur ouvert.



Ancien directeur de cabinet du président Chadli Bendjedid et ministre de l’intérieur en 1991 quelques mois avant le déroulement du premier tour des législatives avortées de décembre de la même année, le général Larbi Belkheir participera au coup d’état de janvier 1992 qui destitue Chadli Bendjedid et annule les élections législatives remportées par le Front Islamique du Salut dès le premier tour.



Quelques années plus tard, il sponsorise la candidature de Abdelaziz Bouteflika pour la présidence de la république (1999) avant qu’il ne prenne les commandes du cabinet présidentiel en remplacement de Ali Benflis nommé premier ministre.



Considéré comme l’architecte du système algérien, Larbi Belkheir s’en défend. Il se présente comme commis de l’état. Pour d’autres observateurs il est le modérateur d’un système vulnérables aux soubresauts des luttes claniques animées par des hommes incultes et n’ayant aucun sens de l’état.



Sa nomination au poste d’ambassadeur d’Algérie à rabat en 2005 ne l’a nullement éloigné des affaires du pays tant ses hommes sont nombreux dans tous les rouages de l’appareil de l’état algérien.



Accusé par Hichem ABOUD d’avoir commandité l’assassinat de Ali André Mecili dans une interview publié par le Nouvel Observateur en juin 2001, et bien qu’il a été débouté par la justice française après avoir déposé plainte contre son accusateur pour « diffamation publique contre particulier », le général Larbi Belkheir n’a jamais fait l’objet d’une plante de la part de la famille Mecili ni des proches de l’avocat parisien assassiné en avril 1987.




Affaire Mecili



La partie civile profitera-t-elle de la présence du général Larbi Belkheir pour le conronter à la justice ?



Ceux qui se sont acharnés sur un diplomate qui n’a rien à voir avec l’assassinat de Ali André Mecili profiteraient-ils de la présence du général Larbi Belkheir à Paris pour ne serait-ce que demander à la justice française de l’auditionner en qualité de témoin assisté ?

Faut-il rappeler que l’assassinat de l’ancien avocat parisien qui était un cadre de la sécurité Militaire algérienne dans les années soixante, ne relève pas des faits divers mais bel et bien d’un assassinat politique.Ce qui implique, de facto, les plus hautes autorités algériennes à commencer par le président de la république de l’époque, Chadli Bendjedid.
Le général Larbi Belkheir, alors, directeur de cabinet du président Chadli ne pouvait ignorer les préparatifs de l’assassinat de Mecli.

Accusé nommément d’avoir commandité le crime, il n’a jamais été cité par la partie civile. Pourquoi ce silence de la part de ceux qui s’acharnent à accuser un petit larbin qui profite des largesses d’un système corrupteur. S’appuyant sur un ancien tortionnaire qui a passé toute sa vie dans l’anonymat des services opérationnels, les proches de Mecili qui prétendent défendre la mémoire du défunt n’ont rien fait jusqu’ici pour inquiéter le général Larbi Belkheir .
Tout ce qui leur est demandé est de saisir le juge d’instruction pour auditionner le général en qualité de témoin assissté. Il n’y arien de gênant n’est-ce pas ?Le feront-ils ?

http://www.agirpourlalgerie.com/


Share:

Tuesday, October 07, 2008

L'action doit toujours suivre les paroles : Crimes contre l’Humanité en Algérie


Vers la création d'un Collectif Contre l'Impunité

Le texte que nous vous proposons à lire a été élaboré par Hichem Aboud avec la collaboration de Brahim Younessi, Mourad Dehina, Ahmed Simozrag et Anwar Haddam



Préambule

1/ Adhésion et objectif

2/ Structuration du collectif

3/ Quelle juridiction le collectif devrait-il saisir ?

4/Quel dossier présenter à la justice ?

5/ Financement de l'action du collectif

6/ Médiatisation de l’action du collectif

7/ Organisations et associations à solliciter

8/ Transparence et légalité

9/ Dissolution




Préambule:

La commission des crimes les plus abominables - tels les crimes de guerre, les crimes de torture, les crimes de disparitions et les génocides, qualifiés de crimes contre l’humanité – continue à se pratiquer dans le monde.

L’impunité contribue plus ou moins à favoriser la commission de ces crimes. Ces crimes qualifiés aussi de crimes internationaux sont à l’origine, dans une large mesure, du phénomène du terrorisme particulier, c’est-à-dire le terrorisme des individus par opposition à celui des Etats.



Ces crimes qui se répètent en raison de l'impunité, produisent le terrorisme qui, lui-même, se veut être une réponse aux mêmes crimes et ainsi s'est formé un cercle vicieux dont l'impunité est la principale cause.



Ces crimes qualifiés aussi de crimes internationaux sont à l’origine, dans une large mesure, du phénomène du terrorisme particulier, c’est-à-dire le terrorisme des individus par opposition à celui des Etats. Ce terrorisme est considéré par ses auteurs comme étant le seul moyen de répondre et de faire face au terrorisme des Etats.



Il en est même des cas où le terrorisme particulier est lui aussi le fait de l’Etat par l’intermédiaire de ses services secrets. Ce qui est regrettable et dramatique est le fait qu’il existe dans chaque crime international deux, voire trois victimes : la victime directe, sa famille et la société.



Les victimes directes et leurs ayant droits sont en grande majorité des personnes démunies et sans protections. Ce sont en majorité des personnes de condition modeste, sans ressources, assumant le rôle d’opposants politiques ou de simples contestataires.

La plupart des victimes constituaient de leur vivant l’unique soutien de leur famille. Or, la tragédie de leur disparition se double d’une tragédie de perte de soutien et de ressources pour la famille.



Si dans le monde certains crimes sont en passe d’être jugés grâce à la mise en place de juridictions pénales spéciales et à la Cour pénale internationale, il n’en est malheureusement pas le cas pour les crimes internationaux commis en Algérie de 1988 à ce jour.

En Algérie, il existe deux catégories d’infractions :


1) Les infractions commises par les milices et les agents de l’Etat : armée, police, gendarmerie, DRS (ex-sécurité militaire).

2) Les infractions commises par les particuliers, à savoir : opposition armée, banditisme, terrorisme.



En ce qui concerne la première catégorie d’infractions, l’Etat n’a jamais reconnu les crimes et délits commis par ses agents et ses milices. Quant aux infractions imputables aux particuliers, elles ont été pour la plupart amnistiées.

Les crimes et délits commis depuis le 1er avril 1980 (printemps berbère) jusqu’au 29 septembre 2005, date de promulgation de la charte pour la paix et la réconciliation nationale, ont été amnistiés.



Les autorités algériennes ont pris une série de mesures - entre autres la loi 90-19 du 15 août 1990, la loi sur la rahma (Ordonnance n°95-12 du 25 février 1995), la loi sur la concorde civile ( loi n°99-08 du 13 juillet 1999, adoptée par référendum le 16 septembre 1999), la grâce amnistiante (décret législatif n° 2000-03 du 10 janvier 2000 ), la réconciliation nationale- qui ont conféré à l’impunité un caractère légal et quasi-permanent.



Cette situation d’impunité créée d’une part par la non reconnaissance des cimes et délits commis au nom de l’Etat et par ses agents et ses milices, et d’autre part, par l’amnistie des crimes commis par les particuliers et la grâce des criminels, rend impossible le procès des crimes les plus graves, y compris les crimes contre l’humanité commis en Algérie depuis l’indépendance.



L’ordonnance n° 06-01 du 27 février 2006, art 45, dispose qu’aucune poursuite ne peut être engagée à titre individuel ou collectif, à l’encontre des forces de défense et de sécurité de la République, toutes composantes confondues, pour des actions menées en vue de la protection des personnes et des biens, de la sauvegarde de la nation et de la préservation des institutions. Toute dénonciation ou plainte à l’encontre des concernés est irrecevable.


Pire, toute déclaration, plainte ou écrit faisant référence aux « blessures de la tragédie nationale » exposerait son auteur à une peine de trois à cinq ans d’emprisonnement et à une amende 250.000 à 500.000 DA.

Néanmoins, l’amnistie de ces crimes n’a ni endigué le phénomène du terrorisme ni fait disparaître la douleur des familles victimes.


Il est donc bien temps de mettre en place une instance ayant pour rôle de mettre fin à cette impunité par les moyens d’information et de sensibilisation de l’opinion internationale, en vue de la mise en place d’une juridiction pénale spéciale, ainsi que par le recours à la justice internationale sur la base de la compétence universelle. Cette instance est appelée « collectif contre l’impunité », CCI par abréviation.



Collectif Contre l'Impunité


Est créé un collectif ouvert à toutes les Algériennes et Algériens
sincères souhaitant mettre un terme à l’impunité d’un système
maffieux. Dans ce collectif, il n’y a guère de place au clanisme,
au sectarisme ni au clivage politique ou idéologique. Il est ouvert
aux Algériennes et Algériens là où ils se trouvent dans le monde.
Le collectif est, également, ouvert à recevoir directement les témoignages
même de ceux qui d'une manière ou d'une autre ontété responsables
des crimes contre l’humanité que ce soit du côté des forces de sécurité
ou des groupes armés s’ils se montrent disposés à fournir au collectif des renseignements des informations précises sur les tortionnaires (identité,fonction et degré de responsabilité).


Adhésion et objectif



L’adhésion au collectif ne constitue en aucun cas l’adhésion à un parti ou mouvement politique de quelque tendance que ce soit.

Le collectif a pour seul objectif la traduction des responsables et auteurs des crimes contre l’humanité commis en Algérie devant une juridiction spéciale. Une fois son objectif atteint, le collectif sera dissout.

Afin de préserver sa cohésion et éviter tout malentendu entre ses membres, le collectif n’aura pas à se prononcer publiquement ou prendre position sur des sujets d’actualité.



Toutefois, il lui est permis de rendre publique toute déclaration se rapportant à la répression et aux violations des droits de l’homme en Algérie (répression de manifestations publiques, interdiction de meeting, privation de passeport, interdiction de sortie du territoire national, violation des droits de l’homme sous toutes ses formes, violation des libertés publiques, interpellation, arrestation, enlèvements, disparition forcée etc.)



Structuration du collectif



Le collectif sera dirigé par un bureau directeur qui se composera d’une dizaine de personnes avec une attribution précise pour chacun de ses membres.

Les membres du bureau directeur désigneront :

Un président
Un vice-président
Un porte-parole
Un secrétaire général
Un trésorier
Un coordinateur chargé du dossier juridique
Un coordinateur chargé de la presse et de l’information
Un coordinateur chargé des relations avec les instances parlementaires
Un coordinateur chargé des relations avec les ONG
Un coordinateur chargé des relations avec les personnalités politiques, intellectuelles et culturelles.
Les membres du bureau directeur s’engageront lors d’une cérémonie officielle, qu’ils œuvreront à faire tout leur possible pour la réussite de la mission qui leur est dévolue et qu’ils n’épargneront aucun effort pour faire appel au témoignage des personnes susceptibles de faire avancer la plainte, ou dénoncer une personne susceptible d’avoir commis des crimes contre l’humanité.

Les membres du bureau directeur ont la possibilité, s’ils le souhaitent, d’arrêter un règlement fixant les prérogatives de chacun d’entre eux et les règles à respecter dans l’accomplissement de leurs missions.

Le bureau directeur du collectif aura à :
- Arrêter la stratégie à mettre en œuvre pour la réalisation du projet pour lequel il a été créé.


Définir avec précision les voies et moyens de mener à bien le projet de traduire devant la justice les responsables des crimes contre l’humanité.
Arrêter la liste des accusés à présenter dans un premier temps devant la justice.
Veiller sur le respect de l’agenda de réalisation des différentes opérations qui seront menées sur la voie de la concrétisation du projet.
Prendre toute initiative allant dans le sens de l’accélération du processus de réalisation du projet.


Chaque adhérent aura une tâche précise à assumer. La tâche sera désignée par le comité directeur du collectif en fonction des possibilités et des souhaits de l’adhérent.



L’action du collectif sera menée dans la transparence totale pour éviter toute contre-action nocive.



Quelle juridiction le collectif devrait-il saisir ?



Il aurait été souhaitable que la première juridiction à saisir soit la justice algérienne. Malheureusement, cette dernière étant instrumentalisée par le pouvoir politique est disqualifiée par l’ordonnance n° 06-01 du 27 février 2006, dont l’article 45, dispose « qu’aucune poursuite ne peut être engagée à titre individuel ou collectif, à l’encontre des forces de défense et de sécurité de la République. Toute dénonciation ou plainte à l’encontre des concernés est irrecevable.



Par conséquent, la justice algérienne ne peut être saisie pour des crimes amnistiés. Les plaintes seront certainement irrecevables. Les plaignants risquent des poursuites judiciaires comme souligné dans le préambule.

Il ne reste plus, donc, qu’à se tourner vers les juridictions internationales.

Déposer une plainte devant un tribunal d’un état européen où il est possible de faire fonctionner la compétence universelle risque de traîner en longueur et faire avorter le projet en raison de nombreuses considérations dont celle de la raison d’état qui profiterait au régime politique d’Alger.



La Cour Pénale Internationale ne pouvant juger des crimes antérieurs à juillet 2002, date de sa création n’est pas la juridiction idoine pour juger les crimes commis en octobre 1988, 2001 en Kabylie, 2004 dans les Aurès et de 1992 à 2002.



Sauf autre alternative plus efficace, le mieux c’est de s’adresser au Conseil des Droits de l’homme pour demander la création d’une juridiction spéciale pour juger les crimes contre l’humanité en Algérie à l’instar de celles qui ont été créées pour juger les crimes commis en Serbie et au Rwanda.



Tout comme il est envisageable qu’un tribunal pénal international soit créé par le conseil de sécurité de l’ONU. Ce qui nécessite un travail de grande envergure pour s’assurer le soutien des membres de cette instance.



Il est à rappeler que le Conseil de sécurité de l’ONU a déjà été saisi d’un projet particulier de création d’un tribunal pénal international pour juger les crimes contre l’humanité perpétrés en Algérie depuis octobre 1988, mais à ce jour le Conseil n’a donné aucune suite. Il n’est pas inopportun d’en renouveler la demande.



Il ne fait aucun doute que cette demande a de fortes chances d’aboutir positivement tant les crimes commis en Algérie dépassent de loin ce qui a été dénoncé en Serbie, au Rwanda ou à Darfour.



Outre la demande de la constitution d’une juridiction internationale spéciale, le bureau directeur du collectif peut aider une victime membre du collectif à saisir la justice d’un pays abritant toute personne reconnue comme ayant commis des crimes contre l’humanité. Il lui est également possible de saisir la justice d’un pays où séjournerait ou serait de passage toute personne ayant participé ou assumé des responsabilités dans des crimes contre l’humanité en Algérie.



Quel dossier présenter à la justice ?



La traduction des responsables et auteurs des crimes contre l’humanité passe nécessairement par la constitution d’un dossier contenant :
1 - Un mémorandum sur les violations des droits de l’homme et les crimes contre l’humanité commis en Algérie depuis les évènements sanglants du 5 octobre 1988 à ce jour.
2 - Les plaintes des victimes des crimes contre l’humanité (personnes torturées, enlevées, membres des familles de disparus, déportés dans les camps du sud, exilés reconnus comme réfugiés statutaires dans les pays d’accueils.)
3 – Documents de témoignage sur les crimes contre l’humanité (livres, lettres ou tout autre document prouvant l’implication ou la complicité de l’état algérien dans les crimes contre l’humanité)
4 – Tout document ou témoignage attestant l’implication des autorités algériennes dans la création de groupes armées notamment le GIA.



Financement de l'action du collectif


La réalisation du projet de traduire devant la justice les responsables des crimes contre l’humanité nécessite un financement qui permet la prise en charge entre autres les frais de déplacement de ses membres.

Pour cela, le collectif doit s’assurer de la légalité de l’origine des fonds dont il bénéficiera pour éviter tout parasitisme ou discrédit de son action.

Pour son financement, il sollicitera les ONG en mesure de lui apporter aide et assistance avec engagement de rendre compte des dépenses à tout organisme qui contribuera au financement du collectif. D’autre part, les membres du collectif sont tenus de verser une cotisation mensuelle d’un minimum de 20 € et un maximum illimité. Toute personne ayant cotisé a le droit de réclamer un relevé des recettes et dépenses afin d’éviter toute rumeur malveillante.



Médiatisation de l’action du collectif



1/ Organisation d’une conférence de presse


L’annonce de la création du collectif se fera lors d’une conférence de presse qui sera organisée au CAPE (Centre de la Presse Etrangère) à Paris.



2/ Création d’un site d’Internet d’information
L’action médiatique du collectif se fera à travers un site d’information en ligne. Le site sera créé avant la tenue de la conférence de presse et son adresse communiquée le jour même de la conférence.

Le site Internet diffusera toutes les informations relatives au collectif, l’état d’avancement des actions entamées et l’annonce des actions à engager.
Une partie vidéo sera incluse avec si possible une édition d’information quotidienne relative à l’actualité algérienne et aux violations des droits de l’homme en Algérie.
Le site sera diffusé en plusieurs langues (arabe, français, anglais, espagnol et italien).


3/ Création d’une revue ou un bulletin périodique
Un bulletin mensuel, papier, sera publié régulièrement englobant tout ce qui a trait à l’actualité algérienne et aux violations des droits de l’homme en Algérie. Ce bulletin est destiné aux ONG, institutions internationales et personnalités politiques, culturelles, et intellectuelles appelées à soutenir l’action du collectif.
Dans la mesure du possible, création d’un magazine indépendant d’informations générales destiné à sensibiliser l’opinion publique algérienne et internationale par un message indirecte sur la nécessité de mettre un terme à l’impunité du système politique algérien.


4/ Mise en place d’une cellule de communication
Une cellule de presse et d’information sera mise en place pour veiller sur le bon déroulement de la médiatisation de l’action du collectif.

Elle aura pour première mission la coordination entre l’actualisation du site Internet et la réalisation du bulletin périodique d’information.
Elle assurera l’organisation des conférences et rencontres de presse.
Elle assurera un contact permanent avec les différents organes de la presse nationale et internationale par la diffusion d’informations relatives aux activités du collectif et le suivi des actions entreprises.


Organisations et associations à solliciter :



Pour mener à bien sa mission dans les meilleurs délais et afin de recueillir les dossiers qui sont en leur possession ou qu’ils ont eu à étudier, le collectif aura à solliciter la collaboration des deux ligues algériennes des droits de l’homme, Les Associations de disparus (en Algérie et à l’étranger) Al-Karama (ONG de défense des droits de l’homme dans le monde arabe), Justitia Internationale, la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, Amnesty international, Human-Rights Watch.

Pour le soutien de son action sur le plan médiatique, le bureau du collectif aura, également, à solliciter les organisations internationales de la presse dont Reporter Sans Frontières, la Fédération Internationale des Journalistes, l’association de la liberté d’expression « Article 19 » etc.

Il sera fait, également, appel aux organisations algériennes de défense des droits de l’homme sans préjugé aucun de la relation des membres de ces organisations avec le pouvoir en place. Libre à ces membres ou ces organisations de refuser de s’associer à l’initiative du collectif.

Pétitions pour juger les crimes contre l’humanité en Algérie



1ère pétition
Outre les associations et organisations internationales de défense des droits de l’homme, le collectif organisera la signature d’une pétition internationale pour le jugement des responsables des crimes contre l’humanité en Algérie.

Seront sollicités :

Les responsables des partis politiques algériens
Les personnalités politiques et culturelles algériennes
Les parlementaires et sénateurs algériens
Les personnalités politiques et culturelles de tous les pays du monde.
Les parlementaires et sénateurs de tous les pays du monde avec une insistance sur ceux de France, de Suisse, de Belgique, d’Angleterre soit les pays qui comptent le plus d’exilés politiques algériens.
Les membres du parlement européen.


2ème pétition
A la pétition recueillant les signatures de membres d’institutions officielles et de personnalités connues, il sera mis en circulation une pétition populaire pour recueillir les signatures de citoyens de toutes nationalités.

Cette pétition circulera par internet et sur les places publiques dans toutes les villes du monde où le collectif trouvera des volontaires.
Les signataires de la pétition populaire doivent signer de leurs véritables nom et prénom et pays de résidence (et éventuellement profession.) Les pseudonymes ne seront pas acceptés et toute signature avec pseudo sur le net sera effacée.



Transparence et légalité


L’action du collectif sera menée dans la transparence totale et en toute légalité. Le bureau directeur du collectif veillera à ce que l’action et les activités de ses membres s’effectueront dans le respect des lois des pays étrangers d’accueil et en toute légalité.



Toutes les actions seront dans la transparence totale pour mettre hors d’état de nuire tout candidat à l’infiltration et/ou à la délation, tous les sceptiques, les paranoïaques et les agents d’influence qui entretiennent le mythe des services de renseignements algériens (DRS, DGSN etc.) pour démobiliser les bonnes volontés en semant le doute sous le couvert de la lâcheté de l’anonymat.



Toute personne qui tentera d’entretenir des clivages entre les membres du collectif pour des raisons idéologiques, partisanes ou régionalistes ou autres sera dénoncée publiquement et considérée comme complice des criminels qui seront appelés à répondre de leurs crimes.



Toute personne qui jettera le discrédit sur l’action du collectif ou sur l’un de ses membres en vue de faire avorter le projet sera dénoncée publiquement et considérée comme complice des criminels qui seront appelés à répondre de leurs crimes.



Dissolution :
Il appartient au comité directeur de prononcer la dissolution officielle du collectif à l’issue de la réalisation du projet.

Ce document est ouvert à toute contribution allant dans le sens de son enrichissement jusqu'à son adoption finale par le bureau directeur du collectif.



Le 05 octobre 2008







NB: Ce texte est ouvert à toute contribution allant dans le sens de son enrichissement en attendant la création du collectif qui se fera avant le 1er novembre 2008.

http://www.agirpourlalgerie.com/
Share:

Friday, October 03, 2008

La récente visite de Bouteflika à Téhéran a porté ses fruits


La récente visite de Bouteflika à Téhéran a porté ses fruits


Coup dur pour la presse et pour la liberté d’expression.

L’émission « Dossiers maghrébins » du journaliste algérien Yahia Abou Zakaria ne sera plus diffusée sur la chaîne satellitaire Al-Alam. Cette dernière a fini par céder aux pressions des gouvernements maghrébins et en particulier algérien. La censure poursuit les forces de l’opposition même sur les chaînes étrangères.

Alors que d’un côté les Iraniens sollicitaient le soutien de l’Algérie à leur politique nucléaire, la délégation algérienne accompagnant Bouteflika à Téhéran, comble de la bassesse, mettait sur le tapis la présence sur une chaîne satellitaire du journaliste algérien Yahia Abou Zakaria.

Quand les autres parlent technologie et de nucléaire, les officiels algériens, toute honte bue, parlent censure et limitation du champ de l’expression libre et des voix qui refusent l’insoumission.

On se souvient qu’au mois de juillet dernier alors que devait être diffusée une émission consacrée mouvement Al-Qaéda au Maghreb, à la simple annonce du débat auquel participaient Mourad DEHINA et Hichem ABOUD, le ministère algérien des affaires étrangères a vite dépêché son ambassadeur à Téhéran pour demander l’annulation de l’émission sous prétexte que les deux participants portaient atteinte à l’image de l’Algérie.


Une accusation sans fondement aucun puisque les censeurs n’avaient même pas pris connaissance du contenu de l’émission ni des propos tenus par les deux participants. C’est dire que la simple évocation des noms de ces deux personnes a fait trembler Alger qui avait prétexté que le fait de ne pas avoir invité, au débat, un représentant du pouvoir algérien faisait de cette émission une tribune ouverte aux forces de l’opposition.

Pourquoi un représentant du pouvoir algérien pour débattre d’un sujet qui ne concerne pas seulement l’Algérie ? Le représentant du pouvoir algérien devait-il prendre la défense du mouvement Al-Qaeda ? Ou tout simplement avait-on peur à Alger de voir les tenants du pouvoir occulte accusés de connivence avec ce mouvement terroriste après que l’opinion publique ait découvert que les groupes terroristes ne sont que l’émanation d’un système monstrueux qui ne vit que de violence et de répression.

En subissant la censure, Yahia Abou Zakaria, ce courageux journaliste algérien vient de prouver une fois de plus qu’il demeure la bête noire du pouvoir algérien en faisant montre d’un professionnalisme rarement égalé et d’un sens du respect de l’éthique journalistique jamais pris à défaut. Il a toujours veillé à inviter dans ses émissions des personnalités représentants différents courants politiques et ayant diverses visions. Il a toujours veillé à ce que les représentants officiels des régimes en place soient présents lors des débats.


Pour l’émission consacrée à Al-Qaeda et à laquelle avaient participé Mourad Dehina et Hichem Aboud, il s’agissait d’un sujet qui ne pouvait faire l’objet de divergence ni de débat contradictoire. Ses deux invités devaient débattre d’un phénomène qui concerne la scène politique internationale de manière générale. Ils n’ont pas été invités pour débattre de la politique algérienne. D’autant plus, qu'ils étaient intervenus en qualité d’analystes politiques. Mais les dictateurs ne savent rien de l’analyse politique. Ils ne savent qu’imposer leur volonté par la force du fer et du feu si ce n’est pas par le chantage.

Journaliste courage

Parce que Yahia Abou Zakaria est algérien pur sang, enfant de Bab-El-Oued, un quartier populaire d’Alger, élevé sur les valeurs de l’honnêteté et de la fidélité aux principes, les autorités de son pays, après l’avoir forcé à l’exil, lui font la chasse à l’étranger pour l’empêcher d’exercer son métier de journaliste parce qu’il refuse, tout simplement, de courber l’échine et de faire dans le journalisme du lèche botte spécialité de la chaîne unique algérienne.

Bouteflika, ses marionettistes et ses larbins réunis sont contents. La visite effectuée au mois d’août à Téhéran a porté ses fruits. Yahia Abou Zakaria est out. Il ne dérangera plus. Ses invités algériens qui ne prennent pas de gants avec le pouvoir d’Alger et qui ont pour nom, Ali Benhadj, Anwar Malek, Hichem Aboud, Mourad Dehina et Brahim Younessi n’auront plus le droit à l’expression.

Malheureusement pour ces dictateurs spoliateurs de la volonté populaire, leur joie ne sera que de courte durée et leur souhait de voir Yahia Abou Zakaria disparaître du champs de l’audiovisuel ne sera pas exaucé.

Comme à son habitude, ce rebelle de la presse rebondira bientôt, au grand dam de ses censeurs, sur une chaîne de télévision à plus grande audience. Sacré Yahia. Il ne finit pas d’étonner et de surprendre ses adversaires qui feraient mieux de jeter l’éponge face à un homme qui possède une arme redoutable. Cette arme a pour nom : le professionnalisme et l’honnêteté.

A bientôt Yahia pour d’autres émissions.

Hichem ABOUD

Le 02 octobre 2008

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Yahya Abou Zakariya

En vous invitant à lire ces extraits d'un débat sur la chaîne Al-Djazeera auquel a participé Yahya Abou Zakariya en qualité d'invité et à suivre un extrait vidéo d'une autre émission, je suis sûr que vous découvrirez ce signifie le mot courage chez un journaliste.


Share:

Wednesday, October 01, 2008

A genocide in Palestine : Palestinian economy: From bad to wretched

By Ramzy Baroud


The numbers are grim, whether in the West Bank or the Gaza Strip. The Palestinian economy is in one of its most wretched states, and the disaster is mostly, if not entirely manmade, thus reversible.

The World Bank made no secret of the fact that Israeli restrictions are largely to blame, as poverty rates in the Gaza Strip and West Bank have soared to 79.4 percent and 45.7 percent respectively. It concluded: “With a growing population and a shrinking economy, real per capita GDP is now 30 percent below its height in 1999.” “With due regard to Israel’s security concerns, there is consensus on the paralytic effect of the current physical obstacles placed on the Palestinian economy,” it added.

With a declining economy, lack of developmental projects and Israeli restrictions, Palestinians are increasingly reliant on foreign aid, which is largely controlled by political interests. For example, the US proved more generous than ever in supporting the Ramallah-based government of Mahmoud Abbas as it led an international regime of sanctions and embargo against the Gaza-based Hamas government. Such funds are often conditioned on such murky concepts as “cracking down on the terrorist infrastructure,” which is duly understood as fighting those who challenge Israel and Palestinian Authority (PA) rule in the West Bank.

Nonetheless, even if the PA had no history of corruption and genuinely intended to invest in a sustainable economy, no truly free and independent economy can flourish under occupation, whose very intention is the disempowerment of Palestinian workers, farmers and the middle class. It is these strata of Palestinian society that have led the struggle to end the occupation on the one hand and to resist local corruption on the other.

Indeed, Israeli restrictions are not coincidental and hardly confined to the classic reasoning pertaining to national security. “In reality, these restrictions go beyond concrete and earth-mounds, and extend to a system of physical, institutional and administrative restrictions that form an impermeable barrier against the realisation of Palestinian economic potential,” the World Bank said. It concluded that more aid would not revive the Palestinian economy, unless the above restrictions are removed.

But these restrictions represent the backbone of Israeli policy; removing them would deny the Israeli government political leverage over Abbas’s government. By extension, the US is in no mood to help Palestinians develop a strong economic base and infrastructure, enough to spare Palestinians the indignity of living on international donor handouts.

In the West Bank, Palestinian economic woes are compounded by a terrible water crisis, a nightmare for farmers who are already struggling to endure Israeli water theft and disproportionate water distribution. According to a recent report by the Israeli human rights group B’tselem, an Israeli household consumes on average 3.5 times as much water as a Palestinian household. The group blames Israel for its discriminatory policy and tight restrictions that prevent Palestinians from drilling new wells. One fails to see how Israel’s “security” concerns can ever justify Israel’s plundering of Palestinian water using West Bank aquifers while many Palestinian families in cities like Jenin have been denied water since April.

While many farmers found themselves unable to preserve their livelihoods, ordinary people have to spend a significant proportion of their meagre incomes buying water. A recent UN report, cited by news agencies, estimated that Palestinians in the hardest hit communities spend 30 to 40 percent of their incomes to purchase water delivered by trucks. How can a sustainable economy with a sensible growth level be achieved under these circumstances?

If the situation is difficult in the West Bank, it’s impossible in Gaza. A report in March sponsored by Amnesty International, Care International UK, Christian Aid, Oxfam and others, described the situation in the Strip as the worst humanitarian crisis since the Israeli occupation of 1967. The report called on Israel to change its policies towards Gaza. A few months following the release of the report, Israel seems to be stiffening its control over the impoverished Strip, rendering its hapless 1.5 million inhabitants more miserable by the day.

According to the report, 80 percent of the Gaza population relies on food assistance. Some 1.1 million people receive their food aid from UN agencies, which are themselves struggling to operate under fuel cuts and the near-total isolation of Gaza.

Unlike the West Bank, Gaza’s aim is hardly economic development but mere survival. Gaza’s reliance on food aid has increased tenfold since 1999, according to the report. Concurrently, 98 percent of Gaza’s factories are no longer functioning, leaving thousands unemployed and wreaking havoc on the income of numerous families.

Coupled with inner-Palestinian violence, US-led international sanctions and the perpetual Israeli siege and violence are destroying the very fabric of Palestinian society in Gaza while turning the West Bank into a charity-based society, with funds provided largely as political incentives with hardly any long-term vision.

Equally disheartening is that the PA in the West Bank has actively shut down Muslim charities, kindergartens, orphanages and schools in the ongoing tit-for-tat action between rivals Fatah and Hamas. It’s intolerable that the animosity between both parties has reached a point of victimising the most unfortunate in society: orphans, widows and the physically and mentally impaired. Some 82 children didn’t return to school this year -- they were killed in the previous year. And over one million students will have to negotiate their way around 600 Israeli military checkpoints. With the shutting down of Muslim charity-run schools, hundreds of students will lose their right to education. But this time, Israel is not the one entirely to blame.

Palestinians cannot survive on handouts through a charity-like economic system. They need, and deserve, sustainable economic development, with a long-term vision, one that can overhaul the economies of the West Bank and Gaza and make use of the precious human resources available. Israel will do its utmost to undermine such a possibility, as it has done for decades. This represents the very struggle that Palestinians are undergoing: between their need to break free, and Israel’s insistence on maintaining its matrix of control. Without proper channels to empower the Palestinian individual and community, Palestinians will remain economically disadvantaged and thus politically handicapped. This is hardly a recipe for an equitable, lasting peace with justice.

Ramzy Baroud is an author and editor of PalestineChronicle.com. His work has been published in many newspapers and journals worldwide. His latest book is The Second Palestinian Intifada: A Chronicle of a People’s Struggle (Pluto Press, London).

Copyright © 1998-2007 Online Journal
http://onlinejournal.com/artman/publish/article_3813.shtml
Share:

Blog Archive

Support


Definition List

Just Foreign Policy Iraqi Death Estimator

Unordered List