Featured Post

GUERRE MESSIANIQUE SIONISTE AVANT LA VENUE DE LEUR MACHIAH/ANTECHRIST/DAJJAL: EXTENSION DES FRONTIERES DE L'ENTITE SIONISTE, VOL ET PILLAGE DU GAZ ET DU PETROLE DES PAYS MUSULMANS DE NOUAKCHOTT A BAGHDAD

« Le comble du savoir-faire ne consiste pas à remporter toutes les batailles, mais à soumettre l’armée ennemie sans livrer bataille » (Sun...

Friday, December 02, 2011

Quel est le lien entre le Karachigate, l'assassinat de Rafik Hariri, celui de Claude Dray, Miami, le 11 Septembre, le mossad, les cartels sefarades colombiens de la drogue, la DCRI-DRS-Makhzen-AQMI et Sarkozy ? Le financement occulte de partis politiques francais avec l'argent de la drogue transitant par le Maghreb-Sahel vers l'Europe avec l'aide de l'OTAN. Exactement de la meme maniere qu'en Afghanistan... Le juifiste sioniste Gueant en Algerie ce week end pour exiger des malettes de la Sonatrach, or le financement d'israelites francais racistes avec du sang sur les mains, est passible de la peine de mort... ce qui explique en parti le limogeage de l'ancien DG a Oran. A moins que Gueant n'aille collecter sa part du transit de la came recoltée par le DRS et le Makhzen et leurs A'Q'MIs dans le Sahara pour financer Sarkozy 2012?

Les secrets colombiens du clan Sarkozy 1/3 Le palais caché d'un homme du Président



  Par Mediapart.fr

 
 
« Personne ne peut passer ! Depuis l'affaire, on a des consignes... » A Nilo, à cent cinquante kilomètres de Bogota, le gardien posté jour et nuit à l'entrée du domaine de Thierry Gaubert repousse gentiment, mais fermement, les visiteurs. Autour de sa guérite en toit de chaume, on ne voit rien dépasser de la végétation tropicale, ni des montagnes alentour.
Il y a dix ans, l'ancien conseiller et ami de Nicolas Sarkozy, mis en examen en septembre dans l'affaire Takieddine, a fait construire ici, secrètement, à l'abri du fisc français, une majestueuse propriété avec des fonds occultes, dont les juges n'ont pas encore percé tous les mystères.
 

 
La guérite qui protège l'entrée de la propriété de T. Gaubert. La guérite qui protège l'entrée de la propriété de T. Gaubert. © Mediapart
 
 
Les policiers l'ont découverte, en juillet dernier, en juxtaposant les pièces saisies lors d'une perquisition à son bureau. Un dossier d'abord, des photos ensuite, puis de nombreux mails. En septembre, Thierry Gaubert nie, puis finalement confirme l'existence de ce repaire étrangement niché au cœur de la cordillère colombienne. Une finca, aux allures de monastère, qu'il a baptisée Cactus.
 
Sur le même domaine interdit aux visiteurs, un autre ami du clan, Jean-Philippe Couzi, une relation de Nicolas Bazire, le n°2 du géant français du luxe LVMH, a construit encore plus grand : c'est Palmera, un palais à colonnades entouré de palmiers. Tout aussi invisible depuis la route. Les deux propriétés ont été louées pour une telenovela colombienne plutôt trash, Las Munequitas de la Mafia. Traduire : Les Petites Poupées de la Mafia. L'architecture post-coloniale des maisons constituait apparemment le décor idéal...
 
Une partie du clan est venu y goûter l'air de la selva. Le marchand d'armes Ziad Takieddine, Olivier Dassault, héritier de l'avionneur, député UMP et patron de Dassault Communication, Alexandre de Juniac, ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy au ministère du budget (1993-95), aujourd'hui patron d'Air France, ont séjourné à Cactus.
De son côté, M. Takieddine a même versé 100.000 dollars sur un compte bancaire servant à la gestion de la propriété de Nilo. Le clan y envoyait des courriers aussi. Une employée de la poste de Nilo se souvient des lettres de la Présidence de la République française adressées à Jean-Philippe Couzi après 2007. Ce dernier se vantait de connaître le président Sarkozy.
 
Il faut quinze heures d'avion, puis quatre heures de voiture, avant de s'engager sur la petite route qui conduit à Nilo. Alors que s'alignent les maisons de fortune aux toits de tôle ondulée, on entre dans une des vallées les plus riches et sécurisées de Colombie.
 
 
Pancarte annonçant la proximité d'une base militaire. Pancarte annonçant la proximité d'une base militaire. © Mediapart
 
 
« Derrière cette montagne, vous avez Tolemaida, la plus importante base militaire d'Amérique latine, explique l'un des amis de M. Gaubert, le richissime ophtalmologue Jaïme Luis Vargas. Des forces spéciales du monde entier viennent s'y entraîner. Et avec l'école Espro (escuela de formacion de soldados profesionales) de Nilo, on compte trois autres bases militaires dans les environs. Voilà pourquoi les plus puissants hommes de Colombie ont acheté ou construit des résidences ici ! »
 
Ceux-là ne sont pas nombreux. A quelques centaines de mètres de Cactus et de Palmera, l'ancien président Andres Pastrana, la famille de l'actuel président Juan Manuel Santos, des généraux, Jorge Enrique Mora, l'ancien chef d'état-major de l'armée, et Teodoro Ocampo, l'ancien directeur de la police, se sont installés dans lecondominio El Lago – un lac où l'on peut faire du ski nautique. Ces prestigieux voisins ont tous fréquenté les « franceses », MM. Gaubert et Couzi.

« Ils ont trouvé qu'on avait une maison en Colombie ! »

En contournant l'interdiction de passer, et en suivant un guide dans la campagne, il est possible de voir de plus près les propriétés cachées des deux hommes, voisines de quelques centaines de mètres l'une de l'autre.
 
 
La villa "Cactus" de Thierry Gaubert.La villa "Cactus" de Thierry Gaubert.© Mediapart
 
 
 
La villa "Palmera" de Jean-Philippe Couzi.La villa "Palmera" de Jean-Philippe Couzi.© Mediapart
 
Chez les Gaubert, la découverte de la propriété colombienne par la police française a fait l'effet d'une bombe, comme en témoigne une écoute téléphonique effectuée le 5 juillet au soir. « Ils ont trouvé qu'on avait une maison en Colombie ! », annonce Nastasia Gaubert à sa mère, Hélène Gaubert. « Noooon ! », répond la princesse de Yougoslavie. « Ben, il a qu'à dire que c'est Ziad [Takieddine, ndlr] qui lui a offerte. » La boutade fait rire la mère et la fille.
 
La première trace de Cactus a été retrouvée quelques heures plus tôt, ce jour-là, dans une petite sacoche sous le bureau de Thierry Gaubert au siège du groupement Banques populaires/Caisses d'épargne (BPCE). C'était une enveloppe remplie de précieux documents sur laquelle figure la mention « Nilo/Cactus ». Face aux enquêteurs qui l'interrogent, Thierry Gaubert déclare sans ciller : « J'ai récupéré ces documents dans le cadre de ma procédure de divorce. Je ne suis pas concerné par ces documents. Je ne connais pas la signification du terme "Nilo"/"Cactus". » Il ne reconnaît même pas les bâtiments sur les photos trouvées lors de la perquisition.
 
 
T. GaubertT. Gaubert© Reuters
En plus d'être le nom de son palais colombien, Cactus était aussi le mot de passe de son ordinateur, de son mail et de son I-Pad. Plus gênant, c'est encore le nom d'un trust qu'il a ouvert aux Bahamas au nom de son épouse, à la demande, dit-il, de la banque Pictet de Genève, où il tient déjà des avoirs dissimulés. « Le trust s'appelle Cactus, mais cela n'a rien à voir avec la propriété de Nilo », soutient encore l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, le 21 septembre.
 
 
Mais il se souvient quand même : « Cactus au départ, en 2000, est un terrain d'un hectare situé sur la commune de Nilo en ColombieMon ami Jean-Philippe Couzi avait acheté un terrain et j'ai souhaité faire de même pour que l'on devienne voisins. » Il reconnaît avoir construit et financé ses travaux par le compte Cactus.
Son ami de toujours, Jean-Philippe Couzi, avait eu un coup de foudre pour le site, avec son épouse Astrid Betancourt – la sœur d'Ingrid Betancourt, enlevée par les FARC en 2002 – dont il est depuis longtemps séparé. Ancien voyagiste fortuné, M. Couzi s'est installé depuis lors en Colombie.
 
« Cactus correspond à la maison que nous avons construite en Colombie, témoigne Hélène Gaubert. Il me semble qu'elle fait plus de mille mètres carrés, il y avait environ neuf chambres. C'est une maison gigantesque. Thierry avait la folie des grandeurs, y compris pour la piscine qui est démesurée. Le séjour est également très grand. Thierry a embauché du personnel à l'année, et le gardien a même une maison à l'intérieur de la résidence. »
 
 
Le balcon de la maison Gaubert.Le balcon de la maison Gaubert.© dr
 
 
Le patio et sa fontaine.Le patio et sa fontaine.© dr
 

« Un homme très important en France »

 
L'église du village de NiloL'église du village de Nilo© Mediapart
 
 
Le personnel, lui aussi, se souvient. Dans le petit village de Nilo, aux maisons dont les façades sont partout écaillées, les anciens employés des « franceses » témoignent de cette folie des grandeurs. Ils se souviennent amèrement des “gringos” qui n'ont jamais eu un mot pour eux. Ils les revoient, comme si c'était hier, faisant, à cheval, le tour du village, princiers. Plusieurs d'entre eux redoutent d'apparaître.
 
Mais la première gouvernante, Gladys Martinez, qui vend quelques produits d'épicerie dans sa maison, se rappelle sans crainte du temps où elle préparait la maison de « Thierry et la princesse ». « Ils venaient quand c'était l'hiver chez vous, explique-t-elle, intimidée et souriante. Parfois c'était en limousine. Une seconde voiture apportait leurs valises. Ils amenaient vraiment beaucoup de valises avec eux, je trouvais que c'était très exagéré. Mais c'était une princesse et lui un homme très important en France.»
 
Gladys et les employés de maison portaient un uniforme blanc, sur lequel était brodé un cactus. Sur cette photo, l'ancien président Andres Pastrana et sa femme prennent la pose avec la gouvernante des Gaubert :
 
Le président Pastrana, à droite.Le président Pastrana, à droite.© dr
 
En une occasion, les Gaubert avaient d'ailleurs pu rejoindre Nilo dans l'hélicoptère de Pastrana.
« Quand ils venaient, nous étions huit ou dix employés, poursuit Gladys. Quelqu'un s'occupait du jardin. Un autre des chevaux. Il y avait une trentaine de chevaux – certains ont été vendus. Des vaches aussi, elles avaient été marquées d'une couronne. Il y avait une lingère et une équipe pour la cuisine. Il fallait que le repas soit prêt à une heure très précise. » Les Gaubert avaient apporté de la vaisselle française pour les dîners d'invitation. Sur une feuille blanche, Gladys refait le plan des lieux avec nostalgie. « La salle à manger était immense, dit-elle. Il y avait deux tours. La chambre de la princesse qui donnait sur le lac était immense aussi. C'était un lac artificiel.»
 
Un lac artificiel chez les GaubertUn lac artificiel chez les Gaubert© dr
 
Un jour qu'elle s'étonnait de la quantité de tenues – une centaine, croit-elle se souvenir –, Hélène Gaubert attendrie lui offre d'en choisir une. Il y a plus d'un mois, l'ancienne gouvernante a appris les ennuis judiciaires de son ancien patron en lisant l'hebdomadaire de Bogota, La Semana« Je n'ai jamais su ce qu'il faisait, dit-elle.C'est une histoire un peu désagréable. Je trouvais que tous les gens qui venaient étaient très élégants. Je les admirais beaucoup. On disait “voilà une princesse !” C'était la première princesse que je rencontrais...»
« Jean-Philippe, Thierry et la princesse ont inauguré la base militaire voisine de l'Espro, rapporte encore l'ancienne gouvernante. Ils sont devenus les amis du commandant. » « Ils se sont infiltrés», peste Joachim Parga, militaire retraité et «contrôleur de la légalité» à la mairie de Nilo. «Même la police ici les escortait !» Une photo d'ailleurs témoigne de ces faveurs, régulières, des autorités.
 
La police garde la villa "Cactus".La police garde la villa "Cactus".© dr

Gaubert, conseiller caché de Copé

Thierry Gaubert et sa femme ont aussi bénéficié d'une protection rapprochée offerte par l'Etat colombien, en certaines occasions. Selon une lettre à Thierry Gaubert, dont Mediapart a pu prendre connaissance, la ministre colombienne de la défense, Maria Lucia Ramirez, exprimait, en mai 2003, sa satisfaction d'avoir pu lui offrir sa « collaboration en matière de sécurité » lors de son récent séjour en Colombie.  
« Dans l'attente de vous recevoir à nouveau en Colombie et vous assurant de pouvoir compter avec toute la collaboration du ministère que je représente », la ministre exprime « sa plus haute considération » à M. Gaubert.
 
 
MM. Gaubert et CouziMM. Gaubert et Couzi© dr
Chose surprenante, ce courrier officiel est adressé à M. Gaubert au secrétariat d'Etat aux relations avec le parlementUn ministère où il n'a jamais officiellement travaillé...« J'ai été à cette époque, et pendant six mois, chargé de mission auprès de M. Jean-François Copé, qui était le secrétaire d'Etat, a confirmé M. Gaubert à Mediapart. Je n'avais aucune activité particulière en direction de la Colombie, mais ils ont dû effectivement me donner une personne pour ma sécurité là-bas...»
 
De son côté, l'ex-ministre colombienne s'est déclarée dans l'incapacité de vérifier l'origine de ses diligences, faute d'archives. Le cabinet de M. Copé nous a indiqué que les fonctions de M. Gaubert avaient été « bénévoles ».
 
Plutôt surprise par la mise en cause judiciaire de Thierry Gaubert à Paris, une partie de l'élite locale assure qu'elle ignorait son activité réelle, alors qu'il avait officiellement déjà intégré le groupe des Caisses d'épargne. « Il est sérieux, intelligent, explique Jaïme Luis Vargas, l'ophtalmologue millionnaire. Il ressemblait à un grand responsable, de très haut niveau.»
 
« J'ai compris que Thierry Gaubert était le mari de la princesse de Yougoslavie, et qu'il était multimillionnaire », explique Juan Carlos Lecompte, le mari d'Ingrid Betancourt, aujourd'hui en instance de divorce avec elle. M. Lecompte avait suivi l'investissement de sa belle-sœur et de Jean-Philippe Couzi à Nilo. Il était venu dans leur palais de la Palmera.
 
La propriété de Couzi, en 2003, avant qu'une tour ne soit édifiée. La propriété de Couzi, en 2003, avant qu'une tour ne soit édifiée. © dr
 
 
« J'avais demandé à Couzi pourquoi il avait acheté cette finca qui me paraissait tellement grande, se rappelle Juan-Carlos Lecompte.Il m'avait répondu qu'il avait une expérience dans le tourisme et qu'il voulait faire venir des Français. La maison pouvait loger une dizaine de familles. Mais je crois qu'il ne l'a jamais fait. »
 
Si l'origine des fonds consacrés par les deux amis à leurs propriétés reste obscure, de nombreux mails saisis montrent une mutualisation de la gestion.
 
 
 
« Annuellement, j'estime que mes dépenses sont de l'ordre de 30.000 euros, a assuré M. Gaubert à la police. Cela varie en fonction des travaux à réaliser. A ce jour, ma maison m'a coûté 600.000 dollars. Il faut savoir que la vie en Colombie n'est pas chère du tout. » Thierry Gaubert en veut pour preuve le faible salaire de ses employés sur place : 150 dollars par mois.   

No comments: