Sunday, February 25, 2007

Accusée de génocide, la France devant le Tribunal Pénal International


La France a encadré, entrainé et financé le GIA, le GSPC durant la guerre civile en Algérie



La France-Israel et ses agents en Algérie, au Maroc, a longtemps cru pouvoir se cacher derrière le 'réferundum' et la 'réconciliation nationale' pour éviter un procès et des poursuites concernant son implication dans la guerre civile en Algérie. Les derniers événements en Kabylie précipitent l'évolution du dossier France-Algérie et le sort de hauts responsables français et leurs pantins au Maghreb (se présentant comme français) impliqués dans le terrorisme international et le génocide du peuple Musulman d'Algérie...


L’Algérie des généraux


De Lyès Laribi,

Lyès laribi l’homme qui a fait fuir de nuit le sergent khaled Nezzar après l'avoir fait trembler et mis en état d’alerte toute la mafia algérienne va de nouveau faire trembler les généraux algériens.


Après avoir publié en 2002 « Dans les geôles de Nezzar » le 15 mars prochain sortira dans les librairies « L’Algérie des généraux » aux éditions « paris Méditerranée». Ce document d’analyse contient nombre de révélations qui accableront davantage le cabinet noir d’Alger.


Ce livre pourrait constituer un document de plus dans le dossier qui sera transmis prochainement au parlement européen, à la cour pénale internationale, à la Ligue Internationale des Droits de l’Homme et autres ONG de défense des droits de l’homme pour mener une campagne de sensibilisation de l’opinion publique internationale pour traduire les généraux algériens responsables de crimes contre l’humanité. Ces généraux qui pensent bénéficier d’une amnistie à la faveur de l’adoption de la charte de réconciliation nationale seront désagréablement surpris par ce qui se prépare contre eux pour mettre à nu leur horrible crime.

Il est à rappeler que la charte nationale de réconciliation a été adoptée contre le gré des familles des disparus, des déportés, des exilés et des victimes de l’arbitraire. D’ailleurs, n’ont bénéficié de cette politique de réconciliation que ceux qui ont commis les crimes de sang, à savoir les anciens du GIA qui étaient enrôlés par le DRS.

Le dossier qui sera présenté pour la traduction des généraux criminels devant une juridiction internationale comportera en plus du prochain livre de Lyès Laribi, « Dans les geôles de Nezzar » et « la Mafia des généraux », deux livres qui témoignent sans ambages de l’implication directe des services de sécurité algériens à savoir, le Département du Renseignement et de la sécurité du ministère de la Défense Nationale que dirige le général de corps d’armée Mohamed Mediene dit Tewfik,, la Direction Générale de la Sûreté Nationale qui a à sa tête depuis 1995 le colonel Ali Tounsi, la gendarmerie Nationale dirigée par le général Boustila et son prédécesseur Benabbès Gheziel.

Le général-major Khaled Nezzar est en tête de liste des accusés en sa qualité d’ancien ministre de la défense Nationale et par conséquent responsable de la déportation de plus de 10.000 algériens dans les camps du sud et de la disparition de plus de 4000 personnes enlevés par les services du DRS qui est sous l’autorité du Ministre de la défense.



Outre les trois livres cités ci-dessus, Hichem ABOUD compte ajouter une autre publication qui reprend le témoignage d’un ancien journaliste recruté par le DRS pour servir dans les rangs du GIA et qui à la faveur d’une mission qui lui a été confiée par son officier traitant en Angleterre a fini par s’installer à Londres pour échapper aux services secrets algériens.



Les plaignants s’activent actuellement à entrer en contact avec les victimes des évènements de la Kabylie en 2001 et ceux de T’kout dans les Aurès en 2004 en prenant soin d’éviter tous ceux qui seraient en relations avec le DRS sachant que l’infiltration du mouvement des Arouch par les services du général Tewfik a fait beaucoup de mal au mouvement des citoyens.

Il sera également question de faire participer les associations de disparus ainsi que des personnes qui ont été déportés dans les camps du sud et dont un grand nombre d’entre eux se trouve aujourd’hui en exil.



C’est dire que les généraux qui ont tué, torturé, enlevé et exilé des milliers d’Algériens finiront par se faire rattraper comme l’ont été récemment des anciens officiers chiliens accusés de crimes contre l’humanité sous le régime de Pïnochet

http://www.agirpourlalgerie.com/laribi.htm

1 comment:

echo des montagnes said...

BONJOUR,

je suis Mr Frédéric BERGER, rédacteur en chef du journal indépendant: l'ECHO des MONTAGNES.
http://echosdesmontagnes.over-blog.com
J'ai hâte de lire votre livre l'ALGERIE DES GENERAUX.
Questions: le 21 mai 1996 sept moines de Notre-Dame de l'Atlas furent massacrés (les moines de Tibhirine);pour moi les autorités françaises sont dans le coup notamment Michel Barnier à l'époque secrétaire d'état aux affaires étrangères: pour ce crime avez-vous des infos?
Merci
Frédéric BERGER